Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Un atelier de potiers des IIe-IIIe siècles ap. J.-C. Rue du Suveret, Fréjus (Var)

Emmanuel Botte et Pierre Excoffon

Résumé

Durant l’hiver 2004, une fouille préventive a été réalisée par le Service Archéologique de la Ville de Fréjus rue du Suveret1. Les sondages diagnostic2 avaient abouti, par le biais de onze tranchées, à la conclusion que le site devait abriter une officine de potier d’époque romaine. Celle-ci avait déjà été repérée en partie lors de la construction de la résidence voisine, située au nord de la parcelle fouillée.

Texte intégral

1. Cadre naturel

  • 3 Nous remercions monsieur Emile Colon à qui nous devons cette description.
  • 4 Voir DUBARD (M.), BUI THI (M.), PICARD (S.), Milieu naturel et anthropisation en Provence cristall (...)

1La ville de Fréjus a été édifiée sur un promontoire de grès au pied de l’Estérel, face aux Maures. Elle domine les vallées du Reyran et de l’Argens d’une dizaine de mètres (Fig. 1). Le site de l’atelier de potiers se trouve à environ deux kilomètres à l’est de la commune de Fréjus, sur une butte naturelle à la jonction des vallons de Valescure et du Pédegal, constituée essentiellement de sables fluviatiles récents. Il s’agit de sables millimétriques bien classés sur lesquels se sont déposés, au moment des crues, des cailloutis provenant de reliefs cristallins (rhyolites)3. Dans cette zone, au nord-est et à l’est de Fréjus, où affleurent des bancs d’argiles marines pliocènes et les argiles alluviales, se concentrent les principaux ateliers de potier connus (quartiers Sainte-Croix, La Madeleine, Saint-Lambert, Valescure, rue du Suveret). Constituant les gisements les plus importants par leur masse, les argiles pliocènes étaient exploitées notamment par les ateliers de Saint-Lambert et de Sainte-Croix. Deux types d’argile s’y distinguent. Les argiles épi-bathyales sont celles utilisées par les potiers de la rue du Suveret. De couleur bleutée ou grise, de granulométrie fine, pauvres en quartz et en minéraux, elles sont riches en carbonate de calcium et comprennent de la pyrite authigène. En revanche, les argiles littorales sont sableuses, riches en foraminifères benthiques et en mollusques. Elles s’identifient par la présence de quartz usé de type émoussés-luisants ou ronds-mats4.

2. L’atelier : phasage, chronologie et description des vestiges

  • 5 Ces structures ont très probablement été détruites par les constructions voisines.

2La fouille de la rue du Suveret a révélé trois fours de potiers dans la partie ouest de la butte (Fr 1, 2 et 3). Ils s’organisent autour d’une aire de dégagement surbaissée sur laquelle ils ouvrent (Fs 4). Aucune autre structure (bassin de décantation, fosse dépotoir…) n’a été mise au jour5. Deux phases distinctes ont été décelées dans leur construction (Fig. 2).

Fig. 1 – Vue de la ville de Fréjus avec indication des ateliers de potiers

2.1. Phase I

3Aucune occupation ne paraît avoir précédé l’arrivée des potiers (Fig. 3). Le terrain est encavé et deux fours de plan similaire mais de dimensions différentes (Fr 1 et 2) sont construits autour d’une fosse (Fs 4).

2.1.1 Four 1

4Structures et stratigraphie Le premier four, dont ne subsistent que la chambre de chauffe et l’alandier, est le plus grand de tous (Fr 1) (Fig. 4). Il est de plan carré (5,30 m de côté) avec un couloir de chauffe unique de 2,70 m de long correspondant au type IIE de la classification de F. Le Ny (Le Ny 1988, p. 41). Ouvrant au nord-est, il est encavé dans le substrat et composé de trois murs externes chaînés se développant sur les côtés sud (Mr 103), est et ouest (Mr 102 et 104). Ces murs sont construits avec des moellons de grès de dimensions variables, liés à l’argile et organisés en double parement assisé. Le blocage interne est constitué de terre argileuse et de cailloux. Ils mesurent en moyenne 5,30 m de long sur 0,86 à 0,90 m de large et sont conservés sur une hauteur de 1,20 m. La chambre de chauffe (Fig. 5) est délimitée sur ses côtés est et ouest par deux larges banquettes construites en briques et tegulae (Mr 114 et 115), respectivement conservées sur 1,10 et 1,20 m de hauteur. Elles mesurent 3,63 m de long sur 0,90 à 1,10 m de large. Cette largeur tient compte du lutage (US 118) appliqué sur les banquettes et le mur du fond de la chambre de chauffe. Il est composé d’une superposition d’argile et de fragments de tegulae sur une épaisseur d’environ 0,10 m (Fig. 6). Parmi les tegulae mises au jour dans cet enduit, une porte une estampille : L. HER. OPT (Fig. 7a et b). Les banquettes supportent cinq arcs de voûte qui soutenaient la sole et sont conservés sur quelques centimètres à peine. La sole n’était plus en place, mais quelques éléments en ont été retrouvés dans les couches de comblement. Ainsi, la chambre de chauffe possède une surface utile de 3,63 m de longueur sur une largeur comprise entre 1,26 m au sol et 1,70 m au sommet des banquettes, soit un volume conservé d’environ 6,2 m3. Sur la face nord des banquettes sont appuyés les murs Mr 116 et 117 qui délimitent l’alandier du four. Ils mesurent 2,85 m de long et 0,55 et 0,80 m de large. Ils sont conservés sur une hauteur d’1 à 1,10 m et sont composés de briques et tegulae. La largeur de la gueule du four est de 0,50 m. L’alandier était recouvert d’une voûte dont ne subsiste que le sommier. Le niveau de sol de l’alandier et de la chambre de chauffe (Sl 119) est constitué d’argile cuite, marquant un léger pendage vers le fond du four. Deux tegulae retournées (Tg 110 et 111) étaient disposées au fond du four, dont la fonction précise à cet emplacement n’a pu être définie.

Fig. 2 – Plan de la zone du Jardin d’Ariane

Fig. 3 – Plan de la phase I de l’atelier

5Concernant la stratigraphie, nous avons pu mettre au jour la dernière couche d’utilisation du four. Elle consiste en un niveau de charbon de bois qui reposait sur un niveau d’argile substratique cuite. Elle a livré plusieurs fragments d’amphore du type Gauloise 4 (3 NMI), dont une carbonisée, ainsi que des tessons de pot de chambre de type Pasqualini 10 (1 NMI).

2.1.2 Four 2

6Structures et stratigraphie

7À peu de distance du four 1 est installé un second four qui semble avoir fonctionné en même temps que celui-ci (Fig. 8 et 9). Il est construit selon les mêmes procédés que le premier four. Il est ouvert au nord-ouest et creusé dans le substrat. Egalement de plan carré, il mesure 4,34 m sur 4,30 m. Il est encadré de trois murs externes au sud, à l’ouest et à l’est (Mr 203 à 205). Le mur du fond de la chambre de chauffe (Mr 204) mesure 4,26 m de longueur sur 0,92 m de large. Il est conservé sur une hauteur d’environ 1 m. Les murs 203 et 205 mesurent respectivement 4,34 m et 4,26 m de longueur sur 0,88 et 0,96 m de large. L’ensemble de ces structures est bâti de la même manière que le four 1 et avec les mêmes matériaux. Contre les parements internes des murs 203 et 205 ont été construites deux banquettes (Mr 221 et 222) longues de 2,44 et 2,48 m, larges de 0,70 et 0,76 m. Leurs hauteurs conservées varient entre 0,85 et 1,07 m. Ces deux banquettes sont bâties en briques et tegulae. Le lut (US 224) appliqué sur leurs parois et celle du mur 204 est peu épais (au max. 2 cm). Comme dans le four 1, deux tegulae retournées (Tg 214 et 215) sont disposées au fond du four. La surface utile de la chambre de chauffe est de 2,44 m de long sur 0,94 m de large, soit un volume conservé de 2,20 m3. Contre le mur 216 sont appuyés les murets 207 et 208 constituant l’alandier. Ils mesurent respectivement 1,32 et 1,36 m de long sur 0,60 m de large. Ils sont conservés sur une hauteur de 1 m. La largeur de la gueule mesure 0,40 m. Le sol de l’alandier présente un substrat rubéfié (US 219). A l’ouest du mur 216, dans l’alandier, a été aménagée une fosse profonde d’une vingtaine de centimètres et longue d’environ 1,10 m, au fond de laquelle sont disposées deux briques crues (Sl 218), qui marquent le fond de ce qui pourrait être un cendrier.

Fig. 4 – Vue du four Fr 1

Fig. 5 – Coupe sud-nord du four Fr 1

Fig. 6 – Détail du lutage du four 1

Fig. 7a et b – Timbre L. HER. OPT sur tegulae

8Sur la couche substratique rubéfiée (SL 212), nous avons mis au jour une couche de cendres (US 211) qui venait buter sur les tegulae 214 et 215. Sur l’US 211, un lot de tubulures a été mis au jour (Fig. 10a et b). Sous les tegulae se trouve une couche (US 220) de couleur brun rouge, qui comporte quelques tessons d’amphores gauloises. Le cendrier est comblé par une épaisse couche de cendres (US 213) d’une vingtaine de centimètres.

Fig. 8 – Vue du four Fr 2

2.1.3 Fosse 4 : structures et stratigraphie

9Entre les fours 1 et 2 est aménagée une fosse (Fs 4) creusée dans le substrat. Ses limites n’ont pu être totalement perçues car elle se prolonge dans le terrain voisin au nord. De forme plus ou moins circulaire, celle-ci a diamètre avoisinant 8m. Une couche de charbon (US 404), qui n’a pu être fouillée entièrement, recouvrait le fond de la fosse.

2.1.4 Interprétation et chronologie de la Phase I

10La disposition des fours 1 et 2 indique qu’ils ont fonctionné simultanément. La fosse 4 entre les alandiers des deux fours constitue une aire de travail commune et de nettoyage des fours (cendrier), ainsi qu’en témoigne la présence d’un épandage de charbon (US 404). Aucune comparaison n’a pu être trouvée dans la région concernant un espace de ce type commun à plusieurs fours. D’autre part, cette fosse paraît aussi servir de drainage menant l’eau de ruissellement et d’infiltration par une pente douce orientée à l’opposée des fours. Sur d’autres sites comme à Sivier, Valescure 1 ou S. Lambert 3, c’est un système d’évacuation de l’eau en tranchée qui a été mis en place. Des drains parfois plus élaborés ont pu être observés sous la chambre de chauffe et sous l’alandier de certains fours afin de limiter les dégradations causées à l’édifice (Marty 2003 ; Béraud, Gébara, Dumont 2001 ; Le Ny 1992, p. 557-560). En ce qui concerne le laboratoire des fours 1 et 2, leur mise en place dans un fort massif de construction en pierre (de 0,82 m à 0,96 m de largeur) pourrait attester la présence d’un laboratoire permanent ou du moins semi-permanent (Le Ny 1988, p. 29-32). Cette hypothèse est toutefois à considérer avec prudence compte tenu de l’état d’arasement des murs et du peu d’indices disponibles.

11L’absence de toute construction à proximité des fours suggère qu’ils ont été construits à l’air libre, dans une aire ouverte. Ils ne semblent pas non plus avoir été enfermés dans une enceinte, contrairement aux fours du Pauvadou ou de St Lambert 3 (Brentchaloff 1980).

Fig. 9 – Coupe sud-nord du four Fr 2

Fig. 10a et b – Photo et dessin des tubulures mises au jour sur la couche de cendres dans le four 2

12Les fours 1 et 2, de plan similaire mais de dimensions différentes reprennent un type commun de four de type II E, que l’on retrouve sur d’autres sites de Fréjus (Le Ny 1988) : à St Lambert 3 pour le four 1. Celui-ci, d’environ 4 x 5 m (dimensions externes de la chambre de chauffe) est de forme rectangulaire et de construction identique avec des murs périmètraux en pierres liées à l’argile. Il est daté au plus tôt de la période augustéenne ; au Pauvadou, le four B est carré et beaucoup plus petit (2,5 m de côté). Il dispose lui aussi d’un massif de pierres le ceinturant et de banquettes. Il pourrait dater de la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C (Brentchaloff 1980).

13Ailleurs, à Sallèles d’Aude par exemple, le four 4 (2 x 2 m) datant des deux premières décennies du Ier s. reprend encore le même plan que les fours de la rue du Suveret, avec néanmoins un type de construction différent. En effet, il n’est pas constitué de murs périmétraux en pierre mais de massifs en briques crues. La chambre de chauffe est directement taillée en V dans le substrat (il n’y a donc pas de banquette construite). Ce four est situé dans un bâtiment, il est paré d’une fosse (aire de chauffe) de 3 m x 2 m. Des rapprochements peuvent encore être faits avec les fours de l’atelier de Sivier, où les deux fours fouillés sont du même type. Le premier état est marqué par un four plus grand aux dimensions légèrement plus petites que celles du four 1 (3,55 m de côté pour le laboratoire contre 3, 63 m pour le four 1 de la rue du Suveret). Proportionnellement, l’alandier du premier four de Sivier est plus grand que celui de four 1 (1,50 m de hauteur sur 0,80 m de large et 1,80 m de long), pour des dimensions du laboratoire du même ordre. Ce four comprend six arcs de soutènement de la sole et une fosse (aire de chauffe) de plus petite taille creusée à l’avant du four. On constate ainsi différentes variantes au sein d’un même type de four, qui émane à la fois du savoir faire de l’artisan et des traditions architecturales.

14D’un point de vue chronologique, la morphologie des deux fours apporte peu. Bien que ce modèle soit très répandu durant le Ier s. ap. J.-C., il perdure bien au delà. Le seul indice datant lié à la construction du four 1 est une estampille L. HER. OPT. sur tuile. Celle-ci était prise dans l’enduit de la chambre de chauffe du four et pourrait attester un fonctionnement au plus tôt à partir du IIe s ap. J.-C (Rivet et al. 2000, p. 435). Cette marque est répandue sur une vaste zone géographique, de l’Espagne jusqu’à Rome (Rico 1995, p. 775-777). Elle est attestée sur plusieurs sites varois, notamment sur les sites d’Olbia, de Pardigon 1/3 et 2 ou des Mesclans à la Crau (Fédière 1981, p. 7-20 ; Brun et al. 1984, p. 13-17 ; Excoffon 2000, p. 135-143).

2.2 Phase II

15Structures et stratigraphie

16Cette phase est marquée par la restructuration du secteur, qui s’articule cependant toujours autour de la fosse 4, avec la création d’un nouveau four (Fr3) et la condamnation définitive du four 2 (Fig. 11).

17Un muret (Mr 223) est édifié entre les murs de l’alandier du four 2 obstruant ainsi ce dernier. D’une hauteur de 0,36 m, il est composé d’une assise de moellons de grès, régulière et sur un seul parement reposant sur des assises de tegulae. Contre cette obstruction vient s’appuyer un nouveau four (Fr 3). Après son abandon, le four 2 est progressivement comblé par des dépotoirs correspondant à l’utilisation des deux fours encore en fonction : le four 1 et le nouveau four 3. Ces niveaux se composent d’une couche (US 210) d’une épaisseur moyenne de 40 cm, de couleur brun foncé, de texture compacte et argileuse, contenant une quantité importante de tessons crus et/ou peu cuits d’amphores G4 et d’amphorettes (fig. 18a et b). Parmi le matériel découvert se trouvaient également des fragments d’un pot de chambre, d’un bol, de dix-neuf amphorettes, de onze amphores du type Gauloise 4 ainsi qu’un peson.

2.2.1 Le four 3

18Il s’agit d’un four de petites dimensions, de plan rectangulaire creusé dans le substrat, ouvrant au nord et mesurant 3,30 m de long sur 2,45 m de large (Fig. 12). Il est composé de deux murs parallèles à l’ouest et à l’est (Mr 303 et 304) et le substrat constitue le fond du four. Le mur ouest vient s’appuyer contre le mur est de l’alandier du four 1, sans pour autant gêner son fonctionnement (Fig. 13). Les murs 303 et 304 mesurent respectivement 3,30 et 3,20 m de long sur 0,45 et 0,30 m de large. Ils sont composés de briques et tegulae. Le mur 303 est conservé sur treize assises, soit une hauteur de 0,60 m. La chambre de chauffe, enterrée, est délimitée sur ses côtés est et ouest par deux larges banquettes (Mr 311 et 312) de 0,40 m de haut aménagées contre le substrat. Elles sont construites en briques dans leurs parties supérieures et supportent un plan incliné sur lesquels sont établis quatre arcs de soutènement de la sole. Ces banquettes mesurent 2,60 m de long sur 0,37 et 0,45 m de large. Par endroits, quelques traces d’enduit (US 319) sont conservées. Les arcs en plein cintre de soutènement de la sole n’ont pas été entièrement conservés (ARC 313 à 316). La largeur des arcs est en moyenne de 0,30 m et l’espace entre chacun d’eux est de l’ordre 0,20 m. La chambre de chauffe a une surface utile de 2,45 m de longueur sur une largeur de 0,90 m. La hauteur de la chambre au niveau de l’intrados des arcs de soutènement de la sole est d’environ 1,60 m. Le volume de la chambre de chauffe avoisinait donc 3,5m3, alors que la surface du laboratoire était de 5,7 m2. La gueule du four, marquée par un rétrécissement (Mr 320 et 321) large de 0,25 m, est formée par un arc de briques liées à l’argile (ARC 318) prenant appui sur les banquettes 311 et 312. L’entrée dans le four se faisait par une marche constituée de deux assises de moellons de grès surmontées d’une brique (Esc 322). Cette structure permettait d’accéder à la chambre de chauffe dont le sol (Sl 323) était plus profond que celui de la fosse. Le sol de la chambre de chauffe, en pente vers le fond du four, se composait d’argile rubéfiée.

19Seule la couche 310 correspond au fonctionnement du four 3. Il s’agit d’une couche de charbons d’une épaisseur d’environ 6-8 cm qui résulte de la dernière utilisation du four.

2.2.2 Interprétation et chronologie de la phase II

20Les fours 1 et 3 ont fonctionné simultanément pendant une durée indéterminée, alors que le four 2 n’était plus utilisé qu’en tant que dépotoir. La fosse 4 continue d’être utilisée pour les deux fours. En l’absence de découverte de murs périmétraux solides, il est difficile d’établir si ce four disposait d’un laboratoire permanent. Par ses dimensions plus modestes, on peut envisager une utilisation pour cuire des objets de petite taille tels que de la vaisselle ou de petites amphores.

2.3. Phase III

21Structures et stratigraphie

22Cette phase semble marquer la fin de l’utilisation du four 1, tandis que le four 3 continue à produire durant une courte période. On assiste ensuite à l’abandon de ce dernier, qui correspond à l’abandon définitif de l’atelier.

Fig. 11 – Plan de la phase II de l’atelier

2.3.1 Four 1

23Le four 1 est comblé de deux couches successives (US 106 et 107) qui ont livré beaucoup de matériel (Fig. 14). La couche 107, de texture sableuse, comporte des céramiques africaines Claire A : Hayes 14a (1 NMI) et Hayes 17 (1 NMI) ainsi qu’une forme indéterminée, des objets en céramique à pâte calcaire : Pasqualini 8 (1 NMI), Pasqualini B1/B2 (2 NMI), deux cruches, de la céramique non tournée varoise de forme Bérato 162 (1 NMI) ainsi que des amphores G4 (5 NMI). Cette couche correspond à la phase d’abandon du four. L’US 106 est argileuse et très compacte. Elle contient notamment des éléments de destruction du four : briques fondues (éléments de la sole ?), ainsi que des pierres et des tuiles (tegulae et imbrex) dont deux portant l’estampille incomplète L. HERENI (Fig. 15). Cette couche recouvrait en partie les banquettes Mr 114 et 115 et par endroits les murs externes du four. Parmi le matériel céramique découvert on dénombre des fragments de céramique Claire A complétant ceux découverts dans l’US 107 ; des céramiques à pâte calcaire : Pasqualini 10 (1 NMI), ainsi que des fragments de mortier (1 NMI) et de cruches (1 NMI). Des fragments d’amphores G4 (dont 13 NMI) et de Fréjus-Lenzbourg (1 NMI) ont également été mis au jour.

2.3.2 Four 3

24Sur la couche de cendres 310 (phase II) se trouve l’US 309, d’une épaisseur d’environ 0,30 m. Il s’agit de la première couche de comblement du four. De texture argileuse compacte et de couleur brune, elle contenait notamment une cruche presque complète (Pasqualini B1/2) (fig. 16), ainsi que plusieurs fragments de céramique commune et d’amphores gauloises. Au-dessus de cette couche a pu être identifiée l’US 308, d’une épaisseur d’environ 0,35 m. Elle correspond à un comblement sableux et stérile en mobilier archéologique, de texture meuble et de couleur brune. Enfin, la dernière couche de comblement pour cette phase est la plus épaisse (US 305, environ 1 m). Elle affleure jusqu’au niveau conservé des structures du four (murs et éléments restants des arcs). De texture argileuse et de couleur brune, cette couche est peu compacte. Elle comporte de nombreuses briques, dont certaines portent des empreintes de pattes d’animaux (chiens, caprins, rongeurs) (fig. 17a et b), mais également des blocs de pierre. Ces briques appartiennent à la construction du four (certaines ont des marques de cuisson). Peu de mobilier a été découvert, seulement 7 individus d’amphore G4 ainsi que quelques fragments de céramique non tournée varoise (CNT).

Fig. 12 – Vue du four Fr 3

Fig. 13 – Coupe sud-nord du four Fr 3

2.3.3 Fosse 4

25La fosse 4 (Fs 405) est comblée par deux couches (US 402 et 403). Cette dernière constitue le comblement présent devant l’entrée du four 3. D’une épaisseur d’environ 0,80 m, elle comporte 1 bord d’amphore G4, ainsi que de nombreux fragments de tegulae. L’US 402 correspond à la fin du comblement de la fosse 4. De texture très compacte, elle comprend essentiellement des tegulae, des briques et des blocs, ainsi que de la vaisselle et des amphores. Se trouvait également de la CNT varoise du type Berato 162 (1 NMI), une coupe en céramique Claire A de type Hayes 14, un fragment de sigillée sud-gauloise de type Dragendorff 37a, un bord de grand plat Pasqualini 9 et une cruche Pasqualini B1/B2 en pâte calcaire. Concernant les amphores, on retrouve des Gauloises 4 (37 NMI), et deux NMI d’amphorettes dont l’un est peu cuit.

2.3.4 Interprétation et chronologie de la phase III

26La phase III marque l’abandon des fours 1 et 3, et du secteur A dans son ensemble. A ce moment, les fours sont comblés et en partie détruits. Les couches de comblement des fours ont révélé principalement des amphores du type G4 et des amphorettes (nombreux tessons crus ou peu cuits, quelques uns surcuits), qui attestent que ces deux types étaient produits dans l’atelier, vraisemblablement au IIe siècle de notre ère. Les dernières couches de comblement et de destruction des fours sont moins riches en mobilier céramique, et sont surtout marquées par la présence de pierres et d’éléments de destruction des fours. Les éléments de datation issus de ces niveaux de comblement et de destruction sont rares et ne permettent pas une estimation précise du moment de l’abandon. Le terminus le plus tardif nous est fourni par une assiette en sigillée africaine de type Hayes 31, qui apparaît dans la première moitié du IIIe s. ap. J.-C. Il faut donc certainement dater l’abandon définitif de l’atelier dans la première moitié du IIIe siècle de notre ère, au plus tard vers le milieu du siècle.

Fig. 14 – US 107. Formes Hayes 14a (A), Hayes 17 (B) et forme indéterminée (C)

Fig. 15 – Timbre sur tegulae L. HERENI incomplet découvert dans l’US 106

2.4 Phase IV

27Structures, stratigraphie et datation

28L’épaisse couche de terre (US 101, 201, 301 et 401) qui recouvre l’ensemble des structures (épaisseur moyenne comprise entre 0,60 et 1 m) marque la fin de l’occupation de la zone. Elle contient du matériel céramique résiduel (tessons d’amphores, tegulae, briques) et quelques céramiques modernes vernissées. Une occupation moderne est attestée par la présence d’une fosse circulaire (Fs 306) creusée dans le four 3. Profonde d’environ 0,80 m, elle a détruit la jonction entre les murs Mr 304 et 208. Son comblement (US 307) a livré quelques tessons résiduels d’époque romaine (CNT varoise forme Berato 162, amphore G4, amphorette) ainsi qu’un tesson de céramique vernissée moderne.

2.5 Les productions de l’atelier

  • 6 Nous sommes toutefois sceptiques devant un tel mélange, en particulier avec les matériaux de const (...)

29A en juger par la redondance des formes et par la présence d’éléments surcuits ou non cuits, l’atelier de la rue du Suveret a produit exclusivement des amphores, en grande majorité des Gauloise 4, mais également dans une moindre mesure, des amphores de petit module qui échappent encore à toute typologie. Bien qu’elle n’ait pas été mise en évidence, une production même marginale de vaisselle n’est pas à exclure. D’une part le dépotoir « principal » de l’atelier ne se trouvait pas dans la zone fouillée et d’autre part plusieurs ateliers fouillés à Fréjus ont produit simultanément des amphores, de la céramique commune et même des matériaux de construction6. En revanche, la production de matériaux de construction semble à exclure pour le cas de l’atelier de la rue du Suveret.

Fig. 16 – Cruche Pasqualini 02.03.011 (B1/2)

Fig. 17a et b – Empreintes de pattes sur briques de la fosse Fs 4

2.5.1 Les Gauloises du type 4

30Le comblement du four 1 constitue le dépotoir le plus important (fig. 18a et 18b). C’est de ce niveau que provient l’essentiel des individus de G4 dénombrés. Au total 169 individus ont été découverts. Aucun d’eux ne portait de timbre ou de marque particulière. La pâte des différents individus est plutôt beige clair en surface et à la cassure et de fines inclusions sont visibles. L’uniformité du traitement des lèvres n’apparaît pas très évidente alors que la morphologie générale des amphores reste constante (fig. 19a et 19b).

Fig. 18a et b – Comblement du four 1

Fig. 19a – Bords des Gauloise 4

Fig. 19b – Bords et fonds des Gauloise 4

Fig. 20 – Gauloise 4 produites dans l’atelier

Fig. 21 – Bord d’une des amphores de petit module

31Par exemple, on note la présence d’anses proches ou touchant la lèvre, un col court et un fond particulièrement étroit, creux et comportant un renfoncement important (fig. 20). Ces caractéristiques, tout comme le manque d’uniformité du traitement de certaines parties de l’amphore, rappellent la production de certains ateliers de la même période, comme celui de Portissol à Sanary, proche de nous et actif durant le IIIe siècle (Brachet et al. 1999). Il s’agit d’un phénomène que Fanette Laubenheimer avait déjà constaté à Sallèles d’Aude et qu’elle avait défini comme une absence de standardisation, une sorte d’abâtardissement de la forme au IIIe siècle justement (Laubenheimer 1989, p. 132-135). En effet, ces modèles sont bien différents des autres exemplaires connus à Fréjus, notamment dans les ateliers du Pauvadou, de Saint-Lambert 7 ou celui de Valescure 1.

32À l’époque flavienne, les Gauloise 4 sont plus élancées, les anses sont bien décollées de la lèvre et celle-ci, en bourrelet légèrement évasé, est d’ailleurs plus constante d’un modèle à l’autre.

Fig. 22 – Amphores de petit module, bords et fond

2.5.2. Les amphores de petit module

33La seconde production attestée se retrouve essentiellement dans les niveaux de comblement du four 2. Il pourrait s’agir d’amphores produites uniquement durant la première phase de fonctionnement de l’atelier et constituant probablement une production secondaire, si l’on se fie à leur présence minoritaire comparativement aux G4.

34La pâte des différents individus est plutôt beige clair en surface, alors qu’à l’intérieur la pâte est plus orangée, de fines inclusions sont visibles (fig. 21). Il s’agit d’amphores à bord arrondi avec une profonde gorge interne ; le col est étroit et le fond plat, bien plus stable que les modèles de G4 (fig. 22). Aucun élément complet n’ayant pu être reconstitué, aucun module précis, ni aucune capacité ne peuvent être restitués ici, mais il s’agit à l’évidence d’un petit conteneur. Ce type d’amphore de petites dimensions, que nous avons dénommée « amphorette de Fréjus », échappe encore à toute typologie.

35Ce modèle n’a pas encore identifié sur des sites de consommation fréjusiens, ni même, à notre connaissance, à l’échelle du département. On peut toutefois supposer qu’étant destinées à l’exportation, ces amphorettes sont à rechercher bien au delà des limites de la cité de Fréjus. Quant à leur contenu, rien ne nous permet de leur attribuer une denrée avec certitude. Sur ce point, des découvertes en contextes de consommation nous apprendraient d’ailleurs d’avantage de choses.

2.5.3 L’analyse des argiles

36Les analyses réalisées à Lyon, par le laboratoire d’archéométrie et d’archéologie de la maison de l’Orient et de la Méditerranée, ont montré deux types d’argiles différentes pour chacun des deux modèles (Anne Schmitt, Nadia Cantin et Valérie Thirion-Merle dans ce volume). Alors que l’argile des Gauloise 4 est d’origine calcaire et s’apparente aux argiles bleues du pliocène utilisées dans tout les autres ateliers de Fréjus, les analyses réalisées sur quatre fragments de petites amphores révèlent une argile non calcaire. Précisons que des argiles non calcaires existent dans les environs immédiats de Fréjus. Le fait qu’un potier utilise des argiles différentes pour réaliser l’ensemble de sa production n’est pas exceptionnel. En revanche ce qui paraît plus étonnant est que cette différenciation d’argile se retrouve sur deux modèles de vase différents. Précisons que ces deux modèles ont été produits simultanément. S’agit-il alors d’une volonté délibérée du potier pour des raisons techniques qui nous échappent ou sommes-nous en présence de deux potiers se fournissant en deux points différents et faisant cuire la production dans le même atelier ? La présence d’un four de petite dimension, que l’on pourrait mettre en relation avec la production des ces petites amphores, serait un argument en faveur d’un choix du potier de produire avec ce type d’argile.

3. Conclusion

37L’atelier du Suveret s’intègre dans un ensemble d’ateliers, constitué en véritable quartier péri-urbain, la zone de Saint-Lambert/Valescure (fig. 23). Depuis la fin du Ier s. av. J.-C. s’est mis en place un quartier spécialisé dans la production de vaisselle, d’amphore et de terre cuite architecturale. La localisation de ce quartier à l’est de la ville sur la voie reliant Fréjus à Antibes, à près d’un kilomètre de la porte de Rome, est en grande partie due à la présence d’un important banc d’argiles et marnes bleues pliocènes. C’est d’ailleurs cette même argile qui a été utilisée par les potiers de la période moderne, activité également florissante à Fréjus aux XVIe et XVIIe siècles. Sur les dix ateliers connus à Fréjus, la moitié se trouve dans ce même quartier. Le pic d’activité du quartier de potier de Saint-Lambert/Valescure paraît toutefois se placer entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le milieu du IIe s. ap. J.-C. C’est à cette période que remontent les ateliers les plus actifs, en particulier ceux de Saint-Lambert 3, 7 et Valescure 1. A partir de la deuxième moitié du IIe s. l’activité potière paraît s’essouffler à Fréjus. Le four de la rue du Suveret, le plus oriental des ateliers de production connus à Fréjus, est le plus récent attesté à ce jour et constitue à l’évidence l’un des derniers site de production de la cité. Il est également l’un des derniers à fonctionner à l’échelle de la Provence Orientale. En effet, rares sont les ateliers d’amphores à fonctionner encore au IIIe siècle, celui de Portissol à Sanary constituant l’un des seuls exemples. Cette raréfaction des ateliers correspond à une phase de profonde mutation en Provence, en particulier dans les modes d’exploitation (Brun, Congès 1996).

38L’atelier de la rue du Suveret est donc la preuve que la production d’amphore à Fréjus se prolonge jusqu’au IIIe siècle, dans une moindre mesure que pour la période précédente. La production de ces petites amphores est d’ailleurs peut-être à mettre en relation avec une nouvelle forme de productivité, basée sur d’autres critères.

Fig. 23 – Répartition des ateliers fréjussiens en trois grands ensembles.

Notes

1 Fouille M. Pasqualini, E. Botte, L. Cavassa et H. Garcia ; relevés, S. Roucole, post-fouille, S. Ardisson et P. Excoffon.

2 Réalisés par Jean-Marie Michel (Inrap) en décembre 2003.

3 Nous remercions monsieur Emile Colon à qui nous devons cette description.

4 Voir DUBARD (M.), BUI THI (M.), PICARD (S.), Milieu naturel et anthropisation en Provence cristalline à l’Holocène, dans, Hommes, espaces et techniques dans la région de Fréjus (Var), Occupation et environnement dans le bassin de l’Argens depuis le Néoloithique, Projet « Fréjus-Argens », 1990-1993, rapport final, (coord. J.-L. Fiches, Fr. Audouze, S. Van der Leeuw), A.T.P. « Grands projets d’archéologie métropolitaine », Sophia-Antipolis, 1993, (rapport dactylographié, non paginé)

5 Ces structures ont très probablement été détruites par les constructions voisines.

6 Nous sommes toutefois sceptiques devant un tel mélange, en particulier avec les matériaux de construction, puisqu’on sait par ailleurs qu’il existait à Fréjus d’importantes officines, des « firmes » marquant leur production (MARI, L. HER. OPT, CASTORIS…), produisant et exportant essentiellement des tuiles bien au delà des limites de la cité.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Vue de la ville de Fréjus avec indication des ateliers de potiers
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Légende Fig. 2 – Plan de la zone du Jardin d’Ariane
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 3 – Plan de la phase I de l’atelier
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 4 – Vue du four Fr 1
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Fig. 5 – Coupe sud-nord du four Fr 1
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 6 – Détail du lutage du four 1
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 7a et b – Timbre L. HER. OPT sur tegulae
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 8 – Vue du four Fr 2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 9 – Coupe sud-nord du four Fr 2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 10a et b – Photo et dessin des tubulures mises au jour sur la couche de cendres dans le four 2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 11 – Plan de la phase II de l’atelier
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 12 – Vue du four Fr 3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Fig. 13 – Coupe sud-nord du four Fr 3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 14 – US 107. Formes Hayes 14a (A), Hayes 17 (B) et forme indéterminée (C)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 15 – Timbre sur tegulae L. HERENI incomplet découvert dans l’US 106
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 16 – Cruche Pasqualini 02.03.011 (B1/2)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 17a et b – Empreintes de pattes sur briques de la fosse Fs 4
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 18a et b – Comblement du four 1
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Légende Fig. 19a – Bords des Gauloise 4
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 19b – Bords et fonds des Gauloise 4
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 20 – Gauloise 4 produites dans l’atelier
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 21 – Bord d’une des amphores de petit module
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 22 – Amphores de petit module, bords et fond
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 23 – Répartition des ateliers fréjussiens en trois grands ensembles.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4719/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540