Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Action Collective de Recherche sur les céramiques communes de Marseille à Gênes. Bilan et perspectives

Frank Braemer, Michel Pasqualini et Emmanuel Pellegrino

Texte intégral

1Il y a dix ans, le centre Jean Bérard de Naples réunissait archéologues français et italiens pour confronter leurs connaissances sur les céramiques communes produites entre le ier siècle avant notre ère et le iie siècle de notre ère dans leurs régions et pays respectifs. La publication de ce colloque est devenue, depuis, une référence pour les chercheurs français et italiens.

2Fort de cette expérience, un programme de recherches international, soutenu par le ministère de la Culture, a rassemblé durant trois ans, dans le cadre d’une Action Collective de Recherche, des archéologues de l’Inrap, du CNRS, des universités, des collectivités et d’associations, en partenariat avec des universités italiennes et les Surintendances de Gênes, Naples et Pompéi. Ces chercheurs ont mis en commun leurs approches prospectives sur les céramiques de cette période. Celles-ci, largement augmentées par les apports de l’archéologie préventive, ont été exposées lors de la table ronde qui s’est déroulée au Centre Jean Bérard de Naples, les 2 et 3 novembre 2006. Les actes de cette rencontre montrent les progrès notables de la recherche archéologique dans ce domaine. Ils portent sur les structures de production et les typologies ainsi que sur quelques contextes inédits.

3Au centre des exigences imposées aujourd’hui par l’archéologie préventive, se trouve la nécessité d’exploiter dans un temps limité le plus de données possibles. Mais la cadence des fouilles réalisées dans ce contexte bien particulier permet rarement d’analyser en détail la céramique, matériau sollicité en priorité en tant que marqueur chronologique. La conséquence indirecte de cet état de fait est une méconnaissance réelle des céramiques communes considérées comme peu susceptibles de fournir des repères chronologiques. Pourtant plusieurs travaux universitaires réalisés dans les Bouches-du Rhône, le Var, les Alpes-Maritimes et en Ligurie ont-montré ces dernières années l’importance revêtue par ces productions, qui, replacées dans leur contexte, peuvent suppléer à l’absence de céramiques fines ou même permettre de moduler les datations fournies par ces dernières. Ce travail répond donc à trois nécessités : confronter les connaissances ; permettre aux chercheurs d’exploiter les collections anciennes ; apporter un outil de travail dans l’étude du mobilier à tous ceux qui souhaitent utiliser au mieux ce témoin qui reflète aussi dans une certaine mesure les cadres sociaux et économiques dans lesquels ils s’intègrent et sans lequel une étude ne saurait être considérée comme complète. Or, même si les moyens pour réaliser la fouille sont conséquents, l’étude des céramiques communes, par manque de temps, est souvent délaissée.

4Aux contributions sollicitées pour cette table ronde il faut ajouter celles du colloque de la SFECAG de Vallauris de mai 2004, qui reflétait déjà une partie du travail de notre équipe. Projet de recherche, table ronde et publication confirment que la transversalité, le travail en équipe et le rapprochement entre chercheurs de la communauté européenne – à travers des institutions comme les Universités, le cnrs, l’Inrap et les collectivités – permettent d’aller plus loin dans la connaissance scientifique. Le Centre Jean Bérard de Naples et l’École française de Rome ont été les instruments de cette rencontre transfrontalière.

Auteurs

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540