Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et religion

 | 
Sylvia Estienne
, 
Dominique Jaillard
, 
Natacha Lubtchansky
, 
et al.

Images cultu(r)elles

Les sacrifices en images. Les représentations de sacrifices d’animaux en Étrurie (VIIe-Ier s. avant J.-C.)

Laurent Hugot

Texte intégral

  • 1 La publication du catalogue de l’exposition Santuari d’Etruria en 1985 a, dans ce contexte, été un (...)
  • 2 Lire à ce sujet les réflexions de John Scheid à propos des recherches sur le sacrifice en Étrurie. (...)

1On est encore loin de pouvoir écrire une histoire du sacrifice en Étrurie. Il ne faut pourtant pas y voir la preuve d’une mollesse qui, des Étrusques, aurait été transmise aux étruscologues ! En effet, ces dernières années, des progrès significatifs ont été faits dans la compréhension des vestiges archéologiques d’espaces sacrificiels1. De plus, les sources littéraires antiques se rapportant à ce sujet ont été rassemblées et critiquées avec des résultats très intéressants mais, de l’aveu même des chercheurs2, limités car ces sources sont peu nombreuses, tardives et toujours difficiles à analyser. Les images des sacrifices ont au contraire été négligées, utilisées le plus souvent comme illustrations et surtout jamais rassemblées et confrontées. Pourtant, il existe des images, nombreuses et variées, de sacrifices étrusques et sur de multiples supports (miroirs de bronze, peintures sur vases, gravures ou sculptures sur pierre, bijoux d’or, pierres précieuses, terres cuites). Mais les images étrusques sont souvent pour nous beaucoup moins explicites que les images grecques ou romaines, car rien ne distingue l’animal sacrifié en Étrurie. Il faut donc être particulièrement attentif au contexte car il est parfois difficile de faire la différence entre les représentations mythologiques, les scènes de chasse et les représentations de sacrifices réellement pratiqués en Étrurie.

  • 3 Nous avons réuni ce corpus dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Nantes (...)

2Nous avons réuni plus de 500 représentations relatives aux sacrifices en Étrurie, de la fin du VIIe siècle au premier siècle avant J.-C. Dans ce corpus, les sacrifices d’animaux sont rarement figurés (31 représentations)3, mais si ces représentations sont peu nombreuses, leur qualité nous permet de reconstituer en partie des cérémonies représentées par les Étrusques. Toutefois, beaucoup sont probablement des cérémonies relatives à une cité ou même à une seule famille. Ainsi, nous n’avons pas la prétention de reconstituer tous les sacrifices d’animaux en Étrurie, cela serait illusoire, mais nous pensons qu’il est possible d’en restituer plusieurs.

Fig. 1 – Scarabée d’agate. Copenhague, National Museum (3097). D’après LIMC VI, p. 975, pl. 647, 88.

Fig. 2 – Chaton de bague. Vienne, Kunshistorisches Musem (128). D’après Zazoff 1983, pl. 65, 3.

  • 4 1-Scarabée de calcédoine (sardoine). Paris, Cabinet des Médailles de la BN. Prov. inconnue. 400-30 (...)
  • 5 Chaton de bague. Vienne, Kunsthistorisches Museum (128). 200-100 avant J.-C. ? W. Martini, Die Etr (...)
  • 6 Il s’agit de scènes relatives au meurtre de Troïlos. Revers de miroir de bronze. Boston, Museum of (...)
  • 7 Sur un relief d’urne cinéraire d’albâtre. Paris, le Louvre (collection Campana). Prov. : Chiusi. 2 (...)

3Quelques représentations sur lesquelles on observe des animaux, morts ou vifs, sur un autel, ou près d’un autel, sont des répliques d’œuvres grecques ou l’interprétation étrusque de mythes grecs ; mais dans tous les cas, des scènes sans lien avec la réalité du sacrifice en Étrurie. C’est ce qu’on observe fréquemment sur les scarabées où Ulysse dépèce un animal après un sacrifice (fig. 1)4 ou ceux où un homme s’apprête à découper un oiseau sur un autel5 (fig. 2). C’est également le cas sur un miroir de bronze (fig. 3) qui reproduit la purification d’Oreste après le matricide : Aplu égorge un porcelet au-dessus de la tête du jeune homme qui est réfugié près de l’Omphalos delphien6. Parfois, on peut même estimer que l’animal mort devant l’autel, en l’occurrence un cheval, n’est pas une victime sacrificielle (fig. 4) mais qu’il a seulement été tué lors du combat7.

Fig. 3 – Revers de miroir de bronze. Boston, Museum of Fines Arts. D’après Van der Meer 1995, op. cit., p. 80-81, fig. 31.

Fig. 4 – Urne cinéraire d’albâtre (dessin). Paris, Le Louvre (MA2351). D’après BK, II, 2, LXXIX, 1.

4Après une sélection rigoureuse des représentations de sacrifices d’animaux en Étrurie, il apparaît que les animaux sacrifiés sont toujours des animaux domestiques : des béliers, des bovins, des caprins et, dans un cas, un porc.

1. Les sacrifices de béliers

  • 8 Stamnos surpeint (panse). Groupe Vagnonville ou Praxias. Boston, Museum of Fine Arts (80.596). Pro (...)
  • 9 A ce sujet, lire l’article de V. Melh, Caresser, conduire, contraindre, les gestes entre les homme (...)
  • 10 Il est exclu qu’on puisse égorger un animal avec une telle arme. Il s’agit d’une arme pour piquer (...)
  • 11 Ceci ne prouve pas que le vase soit un vase funéraire, seule la scène a, à coup sûr, un caractère (...)

5Sur un stamnos surpeint de production vulcienne (fig. 5) daté de la première moitié du Ve siècle avant J.-C., un homme traîne un bélier qui résiste vers l’autel8. Cette scène est inspirée de la production attique à figures rouges contemporaine mais on est assez loin du schéma grec traditionnel, la victime n’est ici absolument pas consentante9 et l’homme brandit l’arme du sacrifice : un long couteau fin, à bout pointu et à lame convexe avec lequel il va tuer l’animal, certainement en lui perçant la carotide afin de recueillir son sang10. Un grenadier, placé derrière l’animal, semble indiquer le caractère funéraire de la scène11.

  • 12 Sarcophage de nenfro (pépérin). Orvieto, Museo Faina. Prov. : Torre san Severo, lieu dit Poggio de (...)

6Cette hypothèse est d’ailleurs confirmée par le fait que toutes les autres représentations de sacrifices de béliers en Étrurie sont des représentations à caractère funéraire. C’est le cas du célèbre relief de Torre san Severo du IVe siècle avant J.-C. qui met en scène l’égorgement d’un bélier au-dessus de la tombe d’un guerrier (fig. 6)12. Il pourrait s’agir d’Achille sacrifiant un bélier pour Tirésias. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une représentation à caractère mythologique qui nous donne peu d’informations sur la pratique étrusque du sacrifice de bélier.

Fig. 5 – Stamnos étrusque à figures rouges (surpeint). Boston, Museum of Fine Arts (80.596). D’après Bruni 1993, op. cit., tav. VII.

Fig. 6 – Sarcophage de Torre San Severo. Orvieto, Museo Faina. D’après Galli 1916, op. cit., fig. 7d.

  • 13 Peinture (paroi), pièce d’entrée, côté gauche. Tarquinia. Tomba dell’Orco II. 325-300 av. J.-C. M. (...)

7A la même époque, il existe, selon M. Cristofani, peut-être une autre représentation d’une procession sacrificielle avec un bélier à toison noire, à Tarquinia, dans la tomba dell’Orco II (fig. 7)13, mais les peintures sont si ruinées qu’il est difficile d’utiliser ce document dans notre démonstration.

  • 14 Relief d’urne cinéraire d’albâtre. Londres, British Museum (D 69 (Pryce)). Prov. : Volterra ? 125- (...)
  • 15 On ne peut qu’être frappé par la ressemblance entre le groupe constitué de l’animal et de l’enfant (...)

8Les représentations sacrificielles mettant en scène des béliers disparaissent ensuite totalement du répertoire iconographique étrusque pour réapparaître, encore dans un contexte funéraire, sur une urne de Volterra, au second siècle avant J.-C. (fig. 8)14. Il s’agit d’une procession de cavaliers, portant des faisceaux ou des palmes, en direction d’un autel funéraire. Deux musiciens précèdent le cortège. Devant le monument funéraire, un petit homme caresse un bélier qui va être sacrifié. L’animal et le petit serviteur attendent le cortège, tout est prêt pour que le sacrifice en l’honneur du défunt puisse commencer15.

Fig. 7 – Tarquinia, Tomba dell’Orco II (entrée). D’après Roncalli 1997, op. cit., fig. 5.

  • 16 Comme en Grèce, les représentations de sacrifices de béliers sont rares en Étrurie (seulement quat (...)
  • 17 Sur la symbolique du bélier en Étrurie, J. R. Jannot, Les reliefs archaïques de Chiusi, Rome, 1984 (...)

9Si les représentations de sacrifices de béliers sont peu nombreuses16 on peut toutefois souligner leur permanence durant toute l’histoire étrusque ainsi que leur caractère funéraire très marqué. Le sang du bélier, mâle et puissant, était probablement perçu comme tout à fait approprié pour nourrir les morts17. On voit bien que les animaux étaient égorgés mais aucun élément ne permet de dire qu’une cuisine sacrificielle accompagnait ces sacrifices. Ainsi, on peut légitimement se demander ce que faisaient les Étrusques des dépouilles des animaux après qu’ils fussent mis à mort puisqu’ils ne représentent jamais ce qui se passait après le sacrifice ?

2. Les sacrifices de bovins

10Les sacrifices de bovins, il s’agit toujours de mâles, sont plus souvent représentés puisque nous disposons de sept occurrences qu’on peut très clairement séparer chronologiquement en deux groupes distincts. Le premier groupe est celui des représentations du VIIe siècle avant J.-C. à la première moitié du Ve siècle et le second groupe comprend les représentations de l’époque hellénistique.

  • 18 Fragment de brasero (lèvre). Rome, Museo di Villa Giulia. Prov. : Véies (dans un puits près d’un t (...)

11Bien qu’il y ait un bovin et un autel sur la lèvre de brasero d’impasto de la fin du VIIe siècle, il ne s’agit probablement pas de la plus ancienne représentation de sacrifice en Étrurie (fig. 9). Cette frise juxtaposerait deux épisodes mythologiques sans lien entre eux : Achille guettant Troïlos et Cacus volant les bœufs d’Héraklès ( ?). Le bœuf n’est vraisemblablement pas ici une victime sacrificielle18.

Fig. 8 – Relief d’urne cinéraire. Londres, British Museum (D69). D’après Pairault-Massa 1972, op. cit., no 129.

Fig. 9 – Fragment de brasero (lèvre). Rome, Museo di Villa Giulia. D’après E. Stefani, MonAnt, XL, 1944, fig. 72.

Fig. 10 – Cratère étrusque à figures noires (épaule). Cerveteri, Museo Archeologico (19539). D’après Martelli 1987, op. cit., fig. 85.

  • 19 Cratère (épaule). Peintre “delle Code Annodate”. Cerveteri, Museo Archeologico (19539). Prov. : né (...)
  • 20 Voir Hugot 2003, p. 49-64. L. Hugot, Les escaliers monumentaux en Étrurie, in : A. Rouveret, N. Lu (...)

12C’est sur l’épaule du fameux “cratère de Gobbi” (fig. 10) que se trouve la première procession sacrificielle étrusque (590-570)19. La procession débute par l’animal, entravé par une patte antérieure, qui marche vers l’autel, sans y être contraint. Le défunt est assis sur les marches de son autel-tombe à escalier dont on connaît plusieurs exemples à la même époque en Étrurie20. L’animal est suivi d’un homme barbu, vêtu d’un long et gros manteau et coiffé d’un chapeau conique, qui est l’ordonnateur du sacrifice mais pas le sacrificateur. Suivent deux autres personnages qu’une lacune malheureuse ne nous permet pas de décrire. La procession est close par un cavalier sonneur de tuba, qui a la fonction de héraut (il ne s’agit pas ici de musique et cet instrument n’avait pas de rôle religieux dans le sacrifice). Ce sacrifice funéraire est une cérémonie familiale, il est probable que d’autres grandes familles cérétaines pratiquaient des rites semblables à la même époque mais il est impossible, dans l’état actuel de la documentation, de l’affirmer.

  • 21 Relief de Chiusi (urne cinéraire). Paris, le Louvre. Collection Campana (MA 3610). Prov. : Chiusi. (...)

13La dernière représentation archaïque d’un sacrifice de bovin en Étrurie (500-450) est également funéraire car elle fut gravée sur un relief de Chiusi (fig. 11)21. L’animal est amené vers l’autel par trois hommes qui le traitent avec douceur en le caressant pour le rassurer. Trois hommes attendent derrière l’autel avec des couteaux pour saigner l’animal. Le feu brûle sur l’autel mais nous ignorons s’il s’agit ensuite de cuire la viande du bœuf, d’en brûler quelques parties ou si aucune partie de l’animal n’était cuite ou brûlée sur l’autel. Le petit élément de forme ovoïde qui se trouve à terre sous la tête de l’animal est très probablement un vase ou une outre utilisée pour recueillir le sang.

  • 22 Relief d’urne cinéraire d’albâtre. Volterra, Museo Guarnacci (358). Prov. : Volterra. 150-100 (80- (...)
  • 23 Relief d’urne cinéraire (perdue). BK II, 2, CXII, 2.

14Après 450, les sacrifices de bovins disparaissent totalement de l’iconographie étrusque pour ne réapparaître qu’au second siècle avant J.-C. avec une scène mythologique, peut-être la punition de Dircé22 (fig. 12) et surtout avec un autre relief d’urne cinéraire de Volterra du IIe siècle avant J.-C (fig. 13). Le caractère funéraire de la scène est indiqué par un homme ailé qui se trouve derrière l’animal. Il s’agit de la représentation d’une cérémonie funéraire familiale, toute la famille est présente pour participer à cet acte rituel qui se déroule près de la tombe du défunt23.

Fig. 11 – Relief de Chiusi. Paris, Le Louvre (MA3610). D’après Jannot 1984, op. cit., no 105.

3. Le sacrifice d’un porcelet

  • 24 Relief d’urne cinéraire de tuf. Volterra, Museo Guarnacci (212). Prov. : Volterra (appartient au m (...)
  • 25 Hugot 2003, note 1062 (temple du Belvedere d’Orvieto, partie II, 241. Le sanctuaire de Gravisca, p (...)

15Un seul relief hellénistique (fig. 14)24 représente une procession qui comprend le sacrifice d’un porcelet sur une tombe, dans une cérémonie funéraire qui semble très proche des cérémonies romaines contemporaines ; dans la cité de Volterra, romaine depuis longtemps déjà. On peut constater la quasi-absence de sources figurées sur les sacrifices de porcs en Étrurie mais on ne peut en conclure que cet animal n’était pas sacrifié, car des ossements de petits porcins ont été retrouvés dans plusieurs sanctuaires étrusques, en contexte sacrificiel25.

  • 26 Cette explication ne nous semble pourtant pas totalement satisfaisante et nous pensons qu’il faut (...)

16Les sources iconographiques sur les sacrifices funéraires sont presque absentes entre la fin du Ve siècle et la période hellénistique. La documentation change pendant cette période où l’essentiel pour les Étrusques semble moins être la mise en images de scènes funéraires ; plus généralement l’objectif n’est plus à la narration d’épisodes complexes mais soit à la copie de vases grecs (céramique surpeinte) soit à la production de scènes de genre. Les images de sacrifices funéraires d’animaux réapparaissent dans l’Étrurie romaine. Ces sacrifices n’ont probablement pas cessé entre le Ve siècle et le IIIe siècle mais, à l’époque hellénistique, voyant leur culture disparaître inexorablement les Étrusques ont peut-être eu besoin d’affirmer de nouveau par l’image leur identité religieuse et culturelle ?26.

17Selon la documentation iconographique, les sacrifices de bovins, de porcelets et de béliers semblent essentiellement être des sacrifices funéraires. Il ne faut pas pour autant en conclure que ces animaux n’étaient sacrifiés que lors des funérailles. Nous dépendons en effet assez largement, surtout pour la période hellénistique, d’objets faits pour être placés dans les tombes. De plus, des ossements de ces animaux ont été retrouvés en nombre dans plusieurs sanctuaires étrusques. Toutefois, on peut s’étonner que, pour ces animaux, des sacrifices non funéraires n’ont pas été illustrés sur des céramiques à figures rouges ou noires. Y avait-il un interdit religieux sur ce type de représentations ? Ne voyaiton pas l’intérêt de telles représentations ?

Fig. 12 – Relief d’urne cinéraire d’albâtre (dessin). Volterra, Museo Guarnacci (358). D’après BK II, 1, V. 4.

Fig. 13 – Relief d’urne cinéraire perdue. D’après BK II, 2, CXII, 2.

Fig. 14 – Relief d’urne cinéraire (dessin). Volterra, Museo Guarnacci (212). D’après BK III, CXXXII, 2.

4. Le satyre et le caprin

18Comme en Grèce, les caprins sont, en Étrurie, les animaux le plus souvent représentés lors des sacrifices mais cette fois exclusivement sur des supports non funéraires : des miroirs, des vases, des scarabées, des ex-voto de terre cuite, des éléments de mobilier.

  • 27 Figure 15 : Revers de miroir de bronze. Florence, Museo Archeologico (646). Prov. : Préneste. 500- (...)
  • 28 Les satyres sont souvent représentés en Étrurie, il s’agit assez souvent d’hommes déguisés (Hugot (...)
  • 29 Plaque votive moulée de terre cuite. Boston, Museum of Fine Arts (# 88.364). Prov. : certainement (...)

19C’est aux VIe et Ve siècles que nous avons les plus belles et les plus complexes représentations de ces sacrifices en Étrurie (figs. 15 à 20)27. Toutes ces images représentent un type de sacrifice particulier mettant en scène des hommes grimés en satyres et où l’animal est traité avec beaucoup de douceur28. Après le milieu du Ve siècle les scènes sont beaucoup moins explicites mais elles semblent représenter le même type de sacrifice qu’à la période précédente (fig. 21)29. Sur ces plaques de terre cuite, l’animal est associé à Menrva et il n’y a plus de satyre comme c’était le cas à la période précédente.

Fig. 15 – Revers de miroir de bronze (dessin). Florence, Museo Archeologico (646). D’après Jannot 1987, op. cit., p. 149.

Fig. 16 – Revers de miroir de bronze (dessin). Berlin, Antikensammlungen. D’après Pfiffig 1975, op. cit., no 9.

  • 30 V. Bianco Peroni, Die Messer in Italien (PBF), Munich, 1976, p. 58 et taf. 61.
  • 31 L’identification de Turms est assurée. Par contre, l’identification d’Hercle pose un réel problème (...)

20Les représentations de sacrifices de caprins constituent un groupe cohérent bien que les objets proviennent de plusieurs cités étrusques situées principalement en Étrurie méridionale. Un feu brûle presque toujours sur la table des autels. Les lamelles de bronze de Bomarzo (fig. 17) présentent la procession sacrificielle la plus complète. Le premier personnage brandit dans sa main droite au niveau de son visage un grand couteau (machaïra ?). Il semble tenir dans l’autre main, posée sur sa hanche, une sorte de petit tissu plissé. Le second porte une hydrie sur son épaule droite et tient une grande kylix pour les libations (vin ou eau ?) devant lui dans sa main gauche. Le personnage suivant porte une sorte de grande outre sur son épaule droite (vin ?) et il conduit un animal vers l’autel. Puis vient un joueur d’aulos et deux autres satyres qui procèdent au sacrifice sur l’autel. Celui de droite tient les cornes du petit animal pour maintenir sa tête au-dessus de l’autel. Il brandit une longue hache à simple tranchant au-dessus de la tête de l’animal. Le satyre situé à la gauche de l’autel tient dans sa main gauche une patère sous la gorge de l’animal. Il porte dans son autre main un très long couteau à manche légèrement courbe. Ces hommes nus apportent les éléments indispensables au sacrifice. On peut en reconstituer le déroulement. L’animal était assommé avec une hache et était tenu au-dessus de l’autel. Le sacrificateur égorgeait l’animal, une partie du sang était récoltée dans une grande patère et l’autre partie était répandue sur l’autel. Le sang n’éteignait pas le feu qui brûlait sur l’autel car la patère protège le foyer. Ainsi le sang devait s’écouler sur les bords de l’autel. La scène comprend en fait deux sacrifices et deux groupes de sacrificateurs : l’un apporte l’animal et l’autre l’égorge. Les sacrificateurs sont identiques aux autres personnages. L’arme utilisée est archaïque, la forme rappelle des armes de la fin de l’Âge du Bronze en Italie Centrale30. Ce long couteau est sans aucun doute une arme qui était à l’origine utilisée pour la guerre et qui a ensuite été employée seulement comme arme sacrificielle. La musique est visible dans ce sacrifice avec la présence de l’aulète qui rythmait la scène. La divinité qui bénéficiait des sacrifices est peut-être Hercle, car c’est ce héros que beaucoup reconnaissent assis sur un diphros okladias à l’écart de la scène. Le héros serait en conversation avec Turms31 qui est debout devant lui.

21Sur un miroir conservé à Berlin (fig. 16) Hercle est le sacrificateur. Sa léonté est étrangement agencée, elle est nouée autour de sa taille et la queue de l’animal pend derrière lui. Il y a une contamination volontaire entre l’image du satyre et celle d’Hercle. Ceci confirmerait que ces sacrifices étaient effectués pour ce héros.

Fig. 17 – Plaque de décors d’un élément de mobilier (bronze). Vatican, Museo Gregoriano Etrusco (12268). D’après Cristofani 1995, fig. XX, a.

  • 32 Figures 15, 18, 19, 21.
  • 33 Sur l’autel du miroir de Berlin (Fig. 16) et par l’homme barbu sur le miroir de Florence (Fig. 15)

22Plusieurs représentations montrent que le sacrifice était précédé d’actes préliminaires comme la libation32 et l’offrande33 de petits objets ou de substances parfumées (Menrva sur le miroir de Berlin (fig. 16) tient une pyxide dont le couvercle est posé sur la table de l’autel). Sur l’amphore à figures noires de Dresde (fig. 18), deux satyres sont représentés. L’un amène l’animal vers l’autel en le caressant. La peinture représente les actes préliminaires, une libation à l’aide d’une coupe-kylix et l’offrande de branches.

  • 34 Voir note 29.

23Menrva est représentée avec Hercle sur le miroir de Berlin. De plus, on retrouve certainement cette divinité sur les plaques de terre cuite de la Vignaccia à Cerveteri (fig. 21)34. Cette association entre Hercle et Menrva n’est pas étonnante, elle est assurée dans plusieurs sacrifices de caprins.

24La procession d’hommes déguisés en satyres était suivie d’actions préliminaires, des offrandes et des libations sur l’autel et peut-être des prières. Le moment fort de la cérémonie était l’égorgement de l’animal ou des animaux au-dessus de l’autel mais nous ignorons ce que devenait ensuite la dépouille des victimes. M. Cristofani a montré que plusieurs prières de la tabula capuana débutent également par des actes préliminaires (offrandes et libation avec du vin) avant le sacrifice des animaux.

25Les satyres étrusques sont différents des satyres grecs. Les Étrusques connaissaient parfaitement les cortèges dionysiaques avec satyres et ménades mais ils ont parfois utilisé ces personnages dans d’autres contextes comme dans le sacrifice de caprins qui semble avoir été un type de sacrifice important en Étrurie. Il est au moins celui qui est le plus souvent et le plus clairement représenté. Les satyres étrusques avaient des attributions beaucoup plus vastes que leurs homologues grecs, les satyres étrusques sont souvent des hommes déguisés et ils sont généralement des danseurs (danses rituelles ?).

  • 35 Une danse armée sur l’amphore de Dresde (Fig. 18, face b) et une scène de lutte sur le stamnos de (...)
  • 36 De plus, la présence d’Hercle dans ce contexte serait particulièrement bienvenue car les aristocra (...)
  • 37 Denys d’Halicarnasse dit qu’il a vu, aux funérailles (voir note précédente) des grands personnages (...)

26On peut remarquer que lorsque les sacrifices de caprins sont représentés sur des vases, l’autre face du vase est toujours occupée par une scène de jeux athlétiques35. Nous savons bien que les deux faces d’un même vase n’ont pas souvent de lien organique mais les scènes témoignent le plus souvent d’un même contexte. Ces sacrifices de caprins serait donc à mettre en relation avec les jeux athlétiques en Étrurie. La présence d’Hercle dans ce contexte serait particulièrement bienvenue36. Peut-être doit - on mettre tout ceci en relation avec le fameux texte de Denys d’Halicarnasse (Ant. Rom. VII) relatif à la Pompa de 499 avec, entre autres, satyres et jeunes gens exécutant des danses armées37.

Fig. 18 – Amphore étrusque à figures noires. Dresde, Staatliche Kunstsammlungen (ZV 1653). D’après Cristofani 1995, fig. XIX, a.

  • 38 Si les armes sacrificielles sont parfois représentées en Grèce (V. Mehl, Les objets des sacrifices (...)

27L’analyse des représentations de sacrifices d’animaux en Étrurie permet de constater l’importance de la récolte du sang des animaux afin d’effectuer une libation sur l’autel. Les couteaux utilisés sont souvent des armes impropres à l’égorgement des animaux mais ils sont particulièrement appropriés pour saigner les victimes. On doit également souligner l’absence de représentation de « cuisine sacrificielle » en Étrurie. La boucherie et le sacrifice semblent être deux univers différents en Étrurie. On ignore d’ailleurs quel sort était réservé aux animaux après leur mise à mort. Autre différence avec les représentations grecques, il y a très fréquemment, en Étrurie, ostentation des armes sacrificielles, souvent des couteaux38.

Fig. 19 – Scarabée. D’après Hugot 2003, sca 10.

Fig. 20 – Stamnos à figures noires. Musée de Chianciano Terme (229519). D’après Rastelli 1997, op. cit., fig. 21.

Fig. 21 – Plaque votive de terre cuite. Boston, Museum of Fine Arts (# 88.364). D’après Nagy 1990, op. cit., fig. 317.

28Les sacrifices d’animaux sont souvent représentés dans le contexte de cérémonies funéraires où l’animal sacrifié peut être un bovin, un bélier ou un porc. Par ailleurs, l’absence de représentation de sacrifices de caprins à l’époque hellénistique serait à mettre en relation avec la nature exclusivement funéraire des sources iconographiques dont nous disposons pour cette époque alors que le sacrifice de caprin ne semble pas être funéraire ou pas uniquement funéraire.

  • 39 Malgré une documentation iconographique constituée souvent de séries chronologiquement et géograph (...)

29Ainsi, nos recherches montrent des images de sacrifices qui sont éloignées des images grecques ou romaines. Nous n’avons pas la prétention d’écrire une histoire des sacrifices mais l’étude des représentations étrusques de sacrifices étrusques montre un univers mental, religieux et des traditions très différents de leurs voisins. Nous touchons alors les limites auxquelles sont confrontés les étruscologues car les images ne disent pas tout, elles ne sont pas la réalité mais une représentation narrative qui fonctionne avec ses propres codes39. Dans une certaine mesure, l’étruscologie s’apparente à l’étude des civilisations préhistoriques avec les mêmes frustrations de ne pouvoir tout comprendre, le même enthousiasme de savoir.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

BK : E. Brunn, G. Körte, I rilievi delle urne etrusche, 3 volumes, Rome, 1870-1896.

Cristofani 1995 : M. Cristofani, Tabula Capuana, Florence, 1995.

Hugot 2003 : L. Hugot, Recherches sur le sacrifice en Étrurie, VIIe-Ier siècle av. J.-C., thèse de Doctorat soutenue à l’Université de Nantes, 28 octobre 2003.

Nagy 1994 : H. Nagy, Divinities in the Context of sacrifice and Cult on Caeretan Votive Terracotas, in : Murlo and the Etruscans, Univ. Of Wisconsin Press, 1994.

Scott Ryberg 1955 : I. Scott Ryberg, Rites of the State religion in Roman art, Rome, 1955 (MAAR, XXII).

Zazoff 1968 : P. Zazoff, Etruskische Scarabäen, Mayence, 1968.

Notes

1 La publication du catalogue de l’exposition Santuari d’Etruria en 1985 a, dans ce contexte, été une étape importante qui permit d’une part de faire un état des connaissances et d’autre part de donner une impulsion nouvelle aux recherches sur ce sujet : G. Colonna (dir.), Santuari d’Etruria, catalogue de l’exposition, Milan, 1985.

2 Lire à ce sujet les réflexions de John Scheid à propos des recherches sur le sacrifice en Étrurie. J. Scheid, Comment identifier un lieu de culte ? Cahiers du Centre Gustave-Glotz, VIII, 1997, p. 51-59 (ex. page 53 : « Que savons-nous par exemple du sacrifice en pays étrusque sous la République, dans telle ou telle cité étrusque ? Il ne suffit pas de se référer à quelques données générales et vagues, tirées de Cicéron ou des antiquaires, ou bien de commenter un objet comme le foie de Plaisance pour répondre de manière satisfaisante à cette question. Le fait est que nous ne disposons pas d’un savoir suffisant à propos des rites proprement dits, sans même parler des traditions étrusques locales, qui devaient être aussi nombreuses que variées, pour être capables d’apprécier des documents fragmentaires qui se rapporteraient à des sacrifices »).

3 Nous avons réuni ce corpus dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Nantes en octobre 2003 : L. Hugot, Recherches sur le sacrifice en Etrurie, VIIe-Ier siècle av. J.-C., Université de Nantes, 28 oct. 2003.

4 1-Scarabée de calcédoine (sardoine). Paris, Cabinet des Médailles de la BN. Prov. inconnue. 400-300 avant J.-C. LIMC VI, s. v. Odysseus/Uthuze 89, avec ill. ; 2-Scarabée de calcédoine (sardoine). Collection de Monsieur Mario I. Pozzeti, Vicente Lopez (Argentine). Prov. : Falerii Veteres. 400-300 avant J.-C. Studi Etruschi (= SE), 1966, p. 393-394. Zazoff 1968, p. 189, note 1 ; 3-Scarabée d’agate. Copenhague, National Museum (3097). Prov. : Orvieto. 400-300 av. J.-C. Zazoff, 1968, no 119. LIMC VI, s. v. Odysseus/Uthuze 88, avec ill. ; 4-Scarabée de calcédoine (sardoine). Paris, Cabinet des Médailles de la BN. Prov. inconnue. 400-300 avant J.-C. LIMC VI, s. v. Odysseus/Uthuze 90, avec ill. P. Zazoff, 1968, no 126.

5 Chaton de bague. Vienne, Kunsthistorisches Museum (128). 200-100 avant J.-C. ? W. Martini, Die Etruskische ringsteinglyptik, Heidelberg, 1971, taf. 8, 4, kat. 29. P. Zazoff, Die antiken gemmen, Munich, 1983, pl. 65-3.

6 Il s’agit de scènes relatives au meurtre de Troïlos. Revers de miroir de bronze. Boston, Museum of Fine Arts. Prov. inconnue. 330 av. J.-C. L. B. Van der Meer, Interpretatio etrusca, Amsterdam, 1995, p. 80-81, fig. 31.

7 Sur un relief d’urne cinéraire d’albâtre. Paris, le Louvre (collection Campana). Prov. : Chiusi. 200-150 av. J.-C.. BK, II, 2, LXXIX, 1. LIMC V, s. v. Iphigeneia (in Etruria) 5, avec ill. J. Heurgon, D’Iphigénie à Troïlos. (Notes sur la substitution des victimes sur les urnes de Chiusi), in : La Rome des premiers siècles, légende et histoire, Actes de la table ronde en l’honneur de Massimo Pallottino (Paris, 3-4 mai 1990), Firenze, 1992 (Istituto Nazio-nale di « Studi Etruschi e Italici »), p. 317-320, table I. D. Steuernagel, Menschenopfer und Mord am Altar. Griechische Mythen in etruskischen Gräbern, Wiesbaden, 1998, p. 212, 254. Autre exemple sur un revers de miroir de bronze attribué au maître de Cacus, Londres, British Museum (BM 73). Bolsena. 300-100 av. J.-C. LIMC I, s. v. Achle 22, avec ill. L. B. Van der Meer, Etruscan Urns from Volterra. Studies on Mythological Representations, BABesch, 52-53, 1977-1978, p. 57-131, fig. 2.

8 Stamnos surpeint (panse). Groupe Vagnonville ou Praxias. Boston, Museum of Fine Arts (80.596). Prov. : Sarteano (production vulcienne). 480-425 av. J.-C. S. Bruni, Ceramiche sovradpinte del V sec. A. C. dal territorio chiusino : il gruppo Vagnonville. Una proposta di definizione, in : La civiltà di Chiusi e del suo territorio. Atti del XVII Convegno di Studi etruschi e italici, Chianciano Terme, 28 maggio-1° giugno 1989, Firenze, 1993 (Istituto Nazionale di Studi Etruschi ed Italici, 17), p. 272-295, tav. VII.

9 A ce sujet, lire l’article de V. Melh, Caresser, conduire, contraindre, les gestes entre les hommes et les animaux dans l’iconographie sacrificielle, in : L. Bodiou, D. Frère, V. Mehl (éd.), avec la collaboration d’A. Tourraix, L’expression des corps dans l’imagerie antique. Gestuelles, attitudes, regards, journée de Château-Gontier, 8 octobre 2004, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 347-359.

10 Il est exclu qu’on puisse égorger un animal avec une telle arme. Il s’agit d’une arme pour piquer et non d’une arme pour égorger.

11 Ceci ne prouve pas que le vase soit un vase funéraire, seule la scène a, à coup sûr, un caractère funéraire.

12 Sarcophage de nenfro (pépérin). Orvieto, Museo Faina. Prov. : Torre san Severo, lieu dit Poggio della Guardiola. 400-300 avant J.-C. E. Galli, Il sarcofago etrusco di Torre san Severo, MonAnt, XXIV, 1916, fig. 7d et planche “lato D”. R. Herbig, Die jüngeretruskischen Steinsarkophage, Berlin, 1952, taf. 36, d. D. Steuernagel, Menschenopfer und Mord am Altar. Griechische Mythen in etruskischen Gräbern, Wiesbaden, 1998, p. 189, 3.

13 Peinture (paroi), pièce d’entrée, côté gauche. Tarquinia. Tomba dell’Orco II. 325-300 av. J.-C. M. Cristofani, Pittura funeraria e celebrazione della morte. Il caso della Tomba dell’Orco, in : M. Bonghi Jovino, C. Chiaramonte Treré, Tarquinia : ricerche, scavi e prospettive, Atti del Convegno Internazionale di Studi “La Lombardia per gli Etruschi”, Milano 24-25 giugno 1986, Milano, 1987, p. 198, fig. 11-12, tav. XLIX. F. Roncalli, Iconographie funéraire et topographie de l’au-delà en Étrurie, in : D. Briquel, F. Gaultier (éd.), Les plus religieux des hommes : état de la recherche sur la religion étrusque : actes du colloque international du Grand Palais, 17-18-19 novembre 1992, Paris, 1997, p. 37-53, fig. 5.

14 Relief d’urne cinéraire d’albâtre. Londres, British Museum (D 69 (Pryce)). Prov. : Volterra ? 125-75 av. J.-C. Scott Ryberg, 1955, p. 154-176, fig. 11. F. H. Pairault-Massa, Recherches sur quelques séries d’urnes de Volterra à représentations mythologiques, Rome 1972 (Collection de l’École française de Rome, 12), n ° 129. On retrouve nombre d’images semblables dans l’iconographie romaine républicaine.

15 On ne peut qu’être frappé par la ressemblance entre le groupe constitué de l’animal et de l’enfant et la reconstitution par M. Cristofani de la scène de la tombe « dell’Orco II ». Toutefois, deux siècles séparent ces deux documents et il nous semble abusif de les rapprocher.

16 Comme en Grèce, les représentations de sacrifices de béliers sont rares en Étrurie (seulement quatre représentations).

17 Sur la symbolique du bélier en Étrurie, J. R. Jannot, Les reliefs archaïques de Chiusi, Rome, 1984 (Collection de l’École française de Rome, 71), p. 310-311.

18 Fragment de brasero (lèvre). Rome, Museo di Villa Giulia. Prov. : Véies (dans un puits près d’un temple à Piazza d’Armi). Fin du VIIe s. av. J.-C. E. Stefani, MonAnt, XL, 1944, p. 269, fig. 72 et 72a. L. C. Pieraccini, Around the hearth. Caeretan cylinder-stamped braziers, Rome, 2003, p. 118-119.

19 Cratère (épaule). Peintre “delle Code Annodate”. Cerveteri, Museo Archeologico (19539). Prov. : nécropole de la Banditaccia, Cerveteri, Zone A, tumulus I, tombe I. 590-570 av. J.-C. M. Martelli, La ceramica degli Etruschi. La pittura vascolare, Novara, Ed. Istituto geografico de Agostini, 1987, fig. 85, p. 132 (avec bibliographie). J. Euwe-Beaufort, Due singolari monumenti rupestri nel Braccianese, MedelhavsMusB, XLVII, 1987, p. 41-50.

20 Voir Hugot 2003, p. 49-64. L. Hugot, Les escaliers monumentaux en Étrurie, in : A. Rouveret, N. Lubtchansky, Nouvelles approches en iconographie étrusque. Autour d’ICAR, Séminaire de Nanterre, 7 Juin 2002, première publication sur internet. www.arietis.free.fr/sem1/hugot.htm.

21 Relief de Chiusi (urne cinéraire). Paris, le Louvre. Collection Campana (MA 3610). Prov. : Chiusi. 500-450 avant J.-C. Scott Ryberg 1955, fig. 8b. M. F. Briguet, La sculpture en pierre fétide de Chiusi au Musée du Louvre, MEFRA, 84, 1972, 2, p. 847-877, fig. 1 et 3. J. R. Jannot, Les reliefs archaïques de Chiusi, Rome, 1984 (Collection de l’École française de Rome, 71), no 105.

22 Relief d’urne cinéraire d’albâtre. Volterra, Museo Guarnacci (358). Prov. : Volterra. 150-100 (80-30 ?) av. J.-C. BK II, 1, V, 4. LIMC VII, s. v. Pasiphae 34, avec ill. L. B. Van der Meer, Etruscan Urns from Volterra. Studies on Mythological Representations, BABesch, 52-53, 1977-1978, p. 57-131, fig. 35.

23 Relief d’urne cinéraire (perdue). BK II, 2, CXII, 2.

24 Relief d’urne cinéraire de tuf. Volterra, Museo Guarnacci (212). Prov. : Volterra (appartient au musée depuis le XVIIIe siècle). 200-80 av. J.-C. BK III, CXXXII, 2. Scott Ryberg 1955, fig. 10. M. et M. Cristofani, Corpus delle urne etrusche di età ellenistica, I. Urne Volterrane. II Museo Guarnacci, Florence, 1977, no 240.

25 Hugot 2003, note 1062 (temple du Belvedere d’Orvieto, partie II, 241. Le sanctuaire de Gravisca, partie II, 312. Le site de Pian di Cività, partie II, 3131. L’emporion de Pyrgi, partie II, 321. Le sanctuaire sud de Pyrgi, partie II, 322).

26 Cette explication ne nous semble pourtant pas totalement satisfaisante et nous pensons qu’il faut abandonner l’idée d’une réponse unique. L’époque hellénistique est en Étrurie une période de profonds changements politiques et socio-économiques durant laquelle notre documentation change également de nature.

27 Figure 15 : Revers de miroir de bronze. Florence, Museo Archeologico (646). Prov. : Préneste. 500-475 avant J.-C. Scott Ryberg 1955, fig. 7. J. R. Jannot, À la rencontre des Étrusques, Rennes, 1987, p. 149. Cristofani 1995, fig. XX, b. Figure 16 : Revers de miroir de bronze. Berlin, Antikensammlungen. À côté de l’homme : hercle et sur l’autel, à côté de la femme : menercva. Prov. inconnue. A. J. Pfiffig, Religio Etrusca, Graz, 1975, n ° 9. Cristofani 1995, fig. XX, c. Figure 17 : Plaque de décors d’un élément de mobilier (coffre). Bronze. Vatican, Museo Gregoriano Etrusco (12268). LIMC VIII, s. v. Turms 74, avec ill. Cristofani 1995, fig. XX, a. Scott Ryberg 1955, fig. 6. M. F. Briguet, La sculpture en pierre fétide de Chiusi au Musée du Louvre, MEFRA, 84, 1972, 2, p. 847-877, fig. 22. M. P. Baglione, Il territorio di Bomarzo, Rome, 1976, p. 105-106 et tav. LXII, LXIV, 1. Autre plaque : Rome, Museo di Villa Giulia (24441-24452). Prov. : Bomarzo. 550-450 av. J.-C. M. P. Baglione, Il territorio di Bomarzo, Rome, 1976, p. 105-106 et tav. LXIV, 2. Figure 18 : Amphore (panse). Groupe d’Orvieto ou Groupe Vatican 265. Dresde, Staatliche Kunstsammlungen. Skulpturen-sammlung (ZV 1653). Prov. inconnue. 500-450 avant J.-C. Berlin 1988, p. 151-152, B 5.33. M. Martelli, La ceramica degli Etruschi. La pittura vascolare, Novara, 1987, p. 342-346. Cristofani 1995, fig. XIX, a. Figure 19 : Hugot 2003, Sca 10. Figure 20 : Stamnos à figures noires (panse). Peintre Faina ou très proche. Musée de Chianciano Terme (229519). Prov. : Chianciano Terme I, Necropoli della Pedata, tombe II. 500-450 av. J.-C. G. Paolucci, A. Rastrelli, Chianciano Terme I, Necropoli della Pedata, 1977, tombe II, 7, fig. 21.

28 Les satyres sont souvent représentés en Étrurie, il s’agit assez souvent d’hommes déguisés (Hugot 2003, fig. 209). La seule présence du satyre et du caprin suffisaient à caractériser ce type de sacrifice, sur le stamnos de Chianciano Terme (Figure 20) l’autel n’est même pas représenté.

29 Plaque votive moulée de terre cuite. Boston, Museum of Fine Arts (# 88.364). Prov. : certainement de la Vignaccia à Cerveteri. 400-300 av. J.-C. H. Nagy, Votive Terracottas from the “Vignaccia”, Cerveteri, in : the Lowie Museum of Antropologie, Rome, 1988, fig. 317. H. Nagy, Typological and Iconographic Analysis of the Vignaccia Deposit of Cerveteri, in : Atti del Convegno Internazionale ANATHEMA : Regime delle offerte e vita dei santuari nel Mediterraneo antico, Rome, 15-18 juin 1989, Rome, 1990, SciAnt, 3-4, 1989-1990, p. 729-739, fig. 5 (inversion avec fig. 4). Nagy 1994, p. 211-223, IA. 1, fig. 19.1. Trois autres plaques de terre cuite proches qui proviennent aussi certainement de la Vignaccia à Cerveteri : a) Berkeley, Phoebe Hearst Museum (8-2648). 400-300 av. J.-C. Nagy 1994, IB. 1, fig. 19.3. b) Hambourg, Museum für Kunst und Gewerbe (1917.465). 400-300 av. J.-C. LIMC II, s. v. Artemis/Artumes 17, avec ill. Nagy 1994, IB. 2. c) Berkeley, Phoebe Hearst Museum (8-2650). 400-300 avant J.-C. H. Nagy, Typological and Iconographic Analysis of the Vignaccia Deposit of Cerveteri, in : Atti del Convegno Internazionale ANATHEMA : Regime delle offerte e vita dei santuari nel Mediterraneo antico, Rome, 15-18 juin 1989, Rome, 1990, SciAnt, 3-4, 1989-1990, fig. 4 (inversion avec fig. 5). Nagy 1994, IA. 2, fig. 19.2.

30 V. Bianco Peroni, Die Messer in Italien (PBF), Munich, 1976, p. 58 et taf. 61.

31 L’identification de Turms est assurée. Par contre, l’identification d’Hercle pose un réel problème car on pressent le héros du fait de l’objet long qu’il tient dans sa main droite et que beaucoup de chercheurs pensent être une massue. Ces plaques sont conservées au Museo Gregoriano Etrusco, même en les scrutant avec précision, on ne peut parvenir à avoir la certitude qu’il s’agit bien d’une massue. Le traitement de l’objet par l’artiste conviendrait aussi à une branche d’arbre avec des feuilles, le personnage pourrait alors être Apollon. L’homme tient l’objet de façon curieuse, tête en bas, et Hercle ne tient jamais ainsi sa massue en Étrurie. Cependant, plusieurs personnages figurés sur le célèbre cippe de Pérouse tiennent leur insigne de pouvoir de la même manière, dans une attitude qu’on qualifie habituellement de nonchalante. Il pourrait alors s’agir d’une manière conventionnelle pour représenter un insigne de pouvoir dans une fonction particulière. Si cet objet est un insigne de pouvoir, le personnage serait un aristocrate représenté sur le siège emblématique de sa fonction magistrale. Le sacrifice qui se déroule devant cet aristocrate serait alors funéraire car on ne peut comprendre autrement la présence de Turms que comme divinité psychopompe, rôle dans lequel les Étrusques ont souvent aimé le représenter. Notre problème pour choisir de qualifier cette scène comme funéraire ou non funéraire tient en grande partie à l’impossibilité de connaître avec précision la nature de l’objet tenu par le personnage assis sur le diphros okladias.

32 Figures 15, 18, 19, 21.

33 Sur l’autel du miroir de Berlin (Fig. 16) et par l’homme barbu sur le miroir de Florence (Fig. 15).

34 Voir note 29.

35 Une danse armée sur l’amphore de Dresde (Fig. 18, face b) et une scène de lutte sur le stamnos de Chianciano Terme (Fig. 20).

36 De plus, la présence d’Hercle dans ce contexte serait particulièrement bienvenue car les aristocrates étrusques se sont souvent identifiés au héros grec, d’une grande force physique, héros civilisateur et, ce qui était probablement aussi important pour les aristocrates étrusques, grand chasseur. Ce rapprochement entre les sacrifices de caprins et les jeux n’indique pas pour autant que ces sacrifices étaient obligatoirement funéraires car les jeux funéraires n’étaient pour les Etrusques qu’une occasion parmi d’autres d’organiser des jeux athlétiques (à ce sujet lire absolument l’ouvrage de J. P. Thuillier, Les Jeux athlétiques dans la civilisation étrusque, Rome, 1985).

37 Denys d’Halicarnasse dit qu’il a vu, aux funérailles (voir note précédente) des grands personnages, des troupes de danseurs déguisés en satyres qui précédaient le cercueil (sans doute à l’imitation des étrusques). Cité par J. Heurgon, La vie quotidienne chez les Etrusques, Paris, 1961, p. 252.

38 Si les armes sacrificielles sont parfois représentées en Grèce (V. Mehl, Les objets des sacrifices dans le monde grec antique, thèse de doctorat, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, 2000), elles le sont beaucoup plus systématiquement en Étrurie.

39 Malgré une documentation iconographique constituée souvent de séries chronologiquement et géographiquement bien délimités, d’objets isolés, de la présence de trous dans la documentation, l’analyse des images étrusques des sacrifices animaux est pertinente. Pour l’étude des sacrifices d’animaux en Étrurie, il n’est pas possible de combiner les sources iconographiques, archéologiques et littéraires en une étude globale ; des comparaisons et des rapprochements ne peuvent être établis que de manière marginale.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Scarabée d’agate. Copenhague, National Museum (3097). D’après LIMC VI, p. 975, pl. 647, 88.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 2 – Chaton de bague. Vienne, Kunshistorisches Musem (128). D’après Zazoff 1983, pl. 65, 3.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 3 – Revers de miroir de bronze. Boston, Museum of Fines Arts. D’après Van der Meer 1995, op. cit., p. 80-81, fig. 31.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4 – Urne cinéraire d’albâtre (dessin). Paris, Le Louvre (MA2351). D’après BK, II, 2, LXXIX, 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende Fig. 5 – Stamnos étrusque à figures rouges (surpeint). Boston, Museum of Fine Arts (80.596). D’après Bruni 1993, op. cit., tav. VII.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 6 – Sarcophage de Torre San Severo. Orvieto, Museo Faina. D’après Galli 1916, op. cit., fig. 7d.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 7 – Tarquinia, Tomba dell’Orco II (entrée). D’après Roncalli 1997, op. cit., fig. 5.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 8 – Relief d’urne cinéraire. Londres, British Museum (D69). D’après Pairault-Massa 1972, op. cit., no 129.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Légende Fig. 9 – Fragment de brasero (lèvre). Rome, Museo di Villa Giulia. D’après E. Stefani, MonAnt, XL, 1944, fig. 72.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 10 – Cratère étrusque à figures noires (épaule). Cerveteri, Museo Archeologico (19539). D’après Martelli 1987, op. cit., fig. 85.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 11 – Relief de Chiusi. Paris, Le Louvre (MA3610). D’après Jannot 1984, op. cit., no 105.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 12 – Relief d’urne cinéraire d’albâtre (dessin). Volterra, Museo Guarnacci (358). D’après BK II, 1, V. 4.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Légende Fig. 13 – Relief d’urne cinéraire perdue. D’après BK II, 2, CXII, 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Fig. 14 – Relief d’urne cinéraire (dessin). Volterra, Museo Guarnacci (212). D’après BK III, CXXXII, 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 15 – Revers de miroir de bronze (dessin). Florence, Museo Archeologico (646). D’après Jannot 1987, op. cit., p. 149.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 16 – Revers de miroir de bronze (dessin). Berlin, Antikensammlungen. D’après Pfiffig 1975, op. cit., no 9.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 17 – Plaque de décors d’un élément de mobilier (bronze). Vatican, Museo Gregoriano Etrusco (12268). D’après Cristofani 1995, fig. XX, a.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 18 – Amphore étrusque à figures noires. Dresde, Staatliche Kunstsammlungen (ZV 1653). D’après Cristofani 1995, fig. XIX, a.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 19 – Scarabée. D’après Hugot 2003, sca 10.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 20 – Stamnos à figures noires. Musée de Chianciano Terme (229519). D’après Rastelli 1997, op. cit., fig. 21.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 21 – Plaque votive de terre cuite. Boston, Museum of Fine Arts (# 88.364). D’après Nagy 1990, op. cit., fig. 317.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4593/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540