Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et religion

 | 
Sylvia Estienne
, 
Dominique Jaillard
, 
Natacha Lubtchansky
, 
et al.

Imaginaire religieux et rituel

Les « Érotes » volants et le rôle de l’image coroplastique funéraire dans la transmission du message religieux

Caroline Huguenot

Texte intégral

J’adresse mes plus sincères remerciements aux organisateurs de ce colloque pour m’avoir invitée à participer à cette réunion finale. La présente recherche s’inscrit dans le cadre de ma thèse de doctorat à l’Université de Lausanne, sous la direction du Prof. Claude Bérard, à qui j’adresse toute ma gratitude pour ses précieux conseils et ses encouragements. Stephan G. Schmid (Université de Montpellier III) et Marie-Pierre Dausse (Université de Paris X) ont bien voulu effectuer une lecture critique de ce texte, qui a ainsi pu bénéficier de leurs précieuses remarques et corrections.

Les terres cuites funéraires : état de la recherche

  • 1 Pour un état de la question, voir D. Graepler, Kunstgenuss im Jenseits ? Zur Funktion und Bedeutun (...)

1La fonction et la signification des terres cuites, sujet longtemps négligé faute de données contextuelles et de méthodes d’analyses rigoureuses1, a dernièrement fait l’objet de diverses recherches. Elles tendent à démontrer que le choix ou le regroupement de telle ou telle figurine n’est pas anodin mais correspond à un programme ou à des règles bien précises, et donc à des croyances religieuses spécifiques. Pour la présente étude, concentrée sur le domaine funéraire, je présenterai tout d’abord, de manière succincte, les derniers progrès en la matière.

  • 2 Mrogenda 1996 ; Graepler 1997.
  • 3 Voir le compte-rendu de Rumscheid 1999. Il reproche principalement à l’étude de Mrogenda de se fon (...)

2Les récentes études de U. Mrogenda sur les figurines en terres cuites de Myrina et de D. Graepler sur celles de Tarente tentent d’apporter quelques éclaircissements sur le symbolisme des terres cuites funéraires, grâce à une approche privilégiant la recontextualisation des ensembles2. À partir de six complexes funéraires provenant de fouilles anciennes et comprenant des figurines en terre cuite, Mrogenda se propose d’analyser le message transmis par leur regroupement. Elle parvient à la conclusion que l’essentiel des concepts ou des messages se concentre autour de la protection du défunt, de son statut supérieur ainsi que de la caractérisation de l’autre monde, inconnu et de ce fait effrayant. Cet au-delà serait indiqué par la présence de figurines ailées, donc d’êtres surnaturels. L’aspect enfantin des terres cuites, et de manière générale leur miniaturisation, est interprété comme une tentative d’atténuer l’effroi provoqué par le passage dans le monde des morts. Ces hypothèses, certes controversées3, ont néanmoins le mérite d’ouvrir la voie à des réflexions sur le symbolisme des terres cuites et leur signification eschatologique.

  • 4 Graepler 1997, p. 10, note 5 ; p. 238.
  • 5 Graepler 1997, p. 237-244. La même constatation s’impose pour les figurines en terre cuite du Céra (...)
  • 6 Graepler 1997, p. 201-242 ; D. Graepler, Des Tanagréennes en offrandes funéraires : l’exemple de T (...)

3Dans son étude fondamentale sur les terres cuites funéraires de Tarente, Graepler confirme les propositions de Mrogenda, à savoir que le dépôt de terres cuites dans une tombe correspond à un rituel codifié, qui possède une fonction et une signification propres. Ceci est démontré par l’existence de figurines spécifiquement funéraires ainsi que par l’étude des dépôts d’offrandes portant sur de longues périodes, ce qui a d’ailleurs permis de mettre en évidence les changements survenus et leur chronologie relative. Cette coutume semble pratiquée par un nombre restreint de croyants, puisque seules 5 % des tombes étudiées comprenaient des figurines en terre cuite4. Elle paraît conditionnée par des critères tels que le sexe et l’âge et reflèterait ainsi une certaine différenciation sociale. Par exemple, au moins 60 % des terres cuites sont présentes dans des tombes d’enfants ou d’adolescents5. Les sépultures féminines comprennent, elles, surtout des figurines en rapport avec l’univers féminin : celles de femmes trônant sont mises en relation avec des rites pré-matrimoniaux et indiquent la tombe d’une jeune fille décédée avant d’être mariée. Dans les tombes masculines étaient déposées principalement des figurines d’« Erotes », de jeunes hommes et d’animaux6.

4Ces études mettent en valeur le programme déterminant ou conditionnant le contenu coroplastique d’une tombe, programme apparemment régi par des codes sociaux dont les offrants ne sont pas forcément toujours conscients. Elles nous enseignent que le choix et l’association de plusieurs terres cuites peuvent relever d’une volonté précise. Il paraît désormais possible d’affirmer que des concepts spécifiques sous-tendent l’association de certaines figurines, même si certains restent toutefois encore mal cernés. Seules des études globales, fondées sur un nombre suffisamment élevé d’ensembles clos, permettront des approches statistiques et une meilleure définition de ces concepts.

  • 7 Par souci de simplification, j’ai décidé de conserver l’appellation « Érotes », mais entre guillem (...)

5Afin d’éclairer cette problématique et d’apporter quelques éléments de réponse sur la fonction et la signification des terres cuites funéraires, j’ai choisi de concentrer mon propos sur une catégorie de figurines ailées communément appelées « Érotes », bien que ce type n’ait plus rien à voir avec celui d’Éros éphèbe, beaucoup plus grand et élancé7. La recontextualisation de ces figurines va permettre d’éclairer l’un des rôles de l’image coroplastique dans la transmission du message religieux.

Les « Érotes » volants

  • 8 La présence de telles figurines dans un contexte cultuel ou domestique n’est en effet attestée que (...)
  • 9 Pour ces « Érotes », voir les références dans les ouvrages de Mrogenda 1996 et Graepler 1997, auxq (...)

6En Grèce propre, les « Érotes » volants et potelés se multiplient à partir de l’époque hellénistique, et pullulent véritablement à l’époque romaine, où ils sont appelés putti. Ils appartiennent presque exclusivement à des ensembles funéraires, où ils figurent parfois en nombre élevé8. Il faut donc en déduire qu’il s’agit d’un type iconographique à destination essentiellement sépulcrale, comme le sont par exemple les figurines de pleureuses ou de Sirènes. La liste des ensembles funéraires donnée ci-dessous ne comporte qu’une dizaine d’entrées. À en juger par le nombre élevé de figurines d’« Érotes » volants dispersés dans les musées, de tels groupes funéraires devaient être bien plus nombreux, mais ils ont pour la plupart été démantelés, en raison du pillage de nombreuses nécropoles vers la fin du XIXe et au début du XXe s. Ce recensement vise à mettre en valeur quelques ensembles, reflets d’une coutume bien plus répandue, dont il s’agira de mieux cerner la fonction et la signification. Les ensembles d’Asie Mineure, notamment ceux de Myrina, ainsi que ceux d’Italie du Sud, nombreux pour Tarente, sont volontairement laissés de côté ; s’ils dérivent bien de modèles importés de Grèce et témoignent du succès de cette formule, ils appartiennent cependant à un milieu culturel différent9. Les incorporer à cette liste nécessiterait une analyse plus approfondie qui ne peut être développée dans le cadre de cette contribution.

Fig. 1 – Figurines d’« Érotes ». Athènes, Céramique, inv. T 250-258, d’après B. Vierneisel-Schlörb, Die figürlichen Terrakotten I : spätmykenisch bis späthellenistisch, München, 1997, (Kerameikos 15), nos 341-349, pl. 62.

Athènes

  • 10 B. Vierneisel-Schlörb, Die figürlichen Terrakotten I : spätmykenisch bis späthellenistisch, Münche (...)

7Dans une tombe de jeune fille du Céramique a été découvert un ensemble de neuf « Érotes » volants en terre cuite, datés de 250-200 av. J.-C. (fig. 1)10. Issus du même moule, ils sont vêtus d’une chlamyde et portent une couronne torsadée. Seul l’objet que chacun porte dans la main gauche, une phiale, une guirlande, une balle ou peut-être encore une cithare, permet de les différencier.

  • 11 N. Breitenstein, Danish National Museum. Catalogue of Terracottas, Cypriote, Greek, Etrusco-Italia (...)

8Deux autres « Érotes » volants, conservés à Copenhague, proviendraient d’une tombe d’Athènes, sans plus de précision11. Respectivement vêtus d’une chlamyde et d’un chiton, ils adoptent la même attitude, à savoir les mains tendues en avant comme s’ils présentaient un objet désormais perdu.

Béotie

  • 12 H. Goldman, F. Jones, Terracottas from the Necropolis of Halae, Hesperia, 11, 1942, p. 407-408 (gr (...)

9Deux « Érotes » volants ont été trouvés dans deux tombes à fosse hellénistiques de la nécropole de Halae (fig. 2). Destinés à des défunts de sexe indéterminé, ils sont datés entre 335-280 av. J.-C. et figurent donc parmi les plus anciens exemples de ce type iconographique12. Vêtus d’une chlamyde ou d’un himation porté en bandoulière, l’un tient une phiale et l’autre un alabastre.

  • 13 Sur le pillage de ce site, voir en dernier lieu D. Graepler, art. cit. (supra, note 1), p. 43-58 ; (...)
  • 14 Griechische Terrakotten aus Tanagra und Ephesus im Berliner Museum, Berlin, 1878, pl. 25-26, (nos (...)

10De nombreux « Érotes » volants ont également été retrouvés à Tanagra, mais ils sont parvenus sur le marché de l’art sans mention de leur contexte13. Néanmoins, il paraît évident qu’ils proviennent du pillage des nécropoles de cette cité. C’est probablement le cas d’un groupe acquis par les Musées de Berlin (fig. 3)14, qui possède de fortes parentés techniques et stylistiques avec le groupe érétrien exposé ci-après : également vêtus d’une chlamyde près du corps, la coiffure de ces bambins présente tout autant de variations et ils portent eux aussi différentes sortes d’objets, comme par exemple une paire de chaussures, une balle ou encore un vase.

Érétrie

  • 15 Huguenot 2001, p. 114, pl. 31, 1 (série II. A. 2).
  • 16 À la lumière des découvertes récentes, notamment celles de Pella, la datation de ce groupe dans la (...)

11Un groupe d’au moins vingt-huit « Érotes » volants a été retrouvé dans une tombe à chambre de type macédonien située dans la nécropole occidentale d’Érétrie, dans l’île d’Eubée ; cinq exemplaires appartenant à une même série sont illustrés sur la fig. 415. D’après la chronologie des autres offrandes associées à cet ensemble, il est à dater quelque part dans le IIIe s. av. J.-C., ce qui est confirmé par les comparaisons stylistiques. Suite au pillage du tombeau, ce groupe ne peut toutefois plus être assigné à une sépulture spécifique16. Pour la plupart vêtus d’une chlamyde, ces « Érotes » sont coiffés de différentes manières (natte ou chignon), la tête parfois couverte d’un tegidion ou d’une couronne végétale ; tous portent un objet (guirlande, instrument de musique, petite boîte, vase, demi-figurine, miroir, masque de théâtre etc.), qu’ils semblent présenter de façon enjouée et rieuse. À ce jour, ils constituent le plus grand ensemble de ce type connu pour la Grèce propre.

Fig. 2 – Figurines d’« Érotes » de Halae. Thèbes, Musée Archéologique, inv. 17019, 17022 (Phot. auteur).

Fig. 3 – Figurines d’« Érotes » de Tanagra. Staatliche Museen zu Berlin, Antikensammlung, inv. 7418, 3 ; 7418, 4 ; 7418, 1 ; 7418, 2. Phot. Mus.

Fig. 4 – Figurines d’« Érotes » d’Erétrie. Boston, Museum of Fines Arts, inv. 97.298, 97.300, 97.304, 97.313, 97.315. Phot. Mus.

Pella

  • 17 M. Lilibaki-Akamati, Λαξευτοί Θαλαμωτοί τάϕοι της Πέλλας, Athènes, 1994, p. 116-117, 212, no 114, (...)

12Dans une tombe creusée dans le rocher a été retrouvé, posé sur le côté est d’une klinè, un « Éros » volant, accompagné de trois autres figurines féminines et d’un « Éros » appuyé sur un pilier17. De nombreux autres objets étaient éparpillés sur ce lit et permettent de dater la tombe de la seconde moitié du IIe s. av. J.-C.

Fig. 5 – Figurines d’« Érotes ». Musée Archéologique de Pella, inv. 1979/316-317-318. D’après M. Lilibaki-Akamati, in : Les Macédoniens. Les Grecs du Nord et l’époque d’Alexandre le Grand, exposition Athènes-Marseille 1994-95, Athènes, 1995, p. 250, no 312-314.

  • 18 Éros grec. Amour des dieux et des hommes, (catalogue de l'exposition Paris-Athènes 1989), Paris, 1 (...)

13Trois « Érotes » volants (fig. 5) ont été découverts dans une tombe d’enfant du dernier quart du IVe s. av. J.-C., creusée dans le rocher de la nécropole orientale de Pella18. Nus ou vêtus d’une simple étoffe enroulée autour de la taille, ils sont coiffés d’un chignon haut. Leur pose ainsi que leur attitude en font l’une des créations les plus originales de ce type. L’un dort, l’autre est assis et le troisième est debout ; les deux derniers tenaient vraisemblablement un objet aujourd’hui perdu.

Stavroupolis

  • 19 D. Lazaridis, Νεάπολις, Χριστούπολις, Καβάλα, Οδηγός Μουσείου Καβάλάς, Athènes, 1969, p. 160, no E (...)

14Dans une tombe macédonienne presque intégralement pillée, une figurine d’« Éros » volant datée vers le milieu du IIe s. a échappé aux voleurs19. Elle représente un jeune homme portant un himation autour du cou et coiffé d’une couronne végétale. La statuette est toutefois trop fragmentaire pour permettre de déterminer si elle portait un objet.

Nikesiani

  • 20 D. Lazaridis, K. Rhomiopoulou, I. Touratsoglou, Ο τύμβος της Νικήσιανης, Athènes, 1992, p. 18, 33- (...)

15Dans une tombe à ciste destinée à un enfant décédé vers la fin du IVe s. ou dans le premier quart du IIIe s. ont été retrouvés deux « Erotes » volants du type adolescent20. Entièrement nus, l’un porte un fruit et un diptyque, l’autre un canard.

Abdère

  • 21 D. I. Lazaridis, Πήλινα Ειδώλια Αβδήρων, Athènes, 1960, p. 26-27, 55, nos A 26-30, pl. 13.

16Un groupe de cinq « Érotes » volants nus, portant simplement une pièce de tissu torsadée enroulée autour de la taille, a été mis au jour dans une tombe dont le type et le contenu sont inédits, apparemment fouillée clandestinement (fig. 6)21. L’un porte une pandore, mais tous les autres ont perdu l’objet qu’ils tenaient à l’origine. Ils sont datés par comparaison stylistique vers le milieu du IIIe s. av. J.-C.

Fig. 6 – Figurines d’« Érotes ». Musée Archéologique d’Abdère, inv. 845-850 p. D’après D. I. Lazaridis, Πήλινα Ειδώλια Αβδήρων, Athènes, 1960, no A 26-30, pl. 13.

  • 22 Ch. Koukouli-Chrysanthaki, Aνασκαϕικὲς έρευνες στα αρχαία ᾿Aβδηρα, PAAH, 1982, p. 12, pl. 7b. Aucu (...)

17Un petit « Éros » volant, du même type que les précédents et peut-être fabriqué à partir d’un moule commun, a été retrouvé dans une sépulture sous tumulus du cimetière Nord d’Abdère, datée entre le milieu du IVe et le IIIe s.22.

Samothrace

  • 23 E. B. Dusenbery, The Nekropoleis, Samothrace 11, Princeton, 1998, vol. I : p. 199-202, nos S 130-9 (...)

18Trois « Érotes » volants ont été découverts dans un pithos de la nécropole de Samothrace, apparemment destiné à l’inhumation de deux adolescents23. Datés du deuxième quart du IIIe s., tous sont nus, à l’exception d’une écharpe portée en bandoulière ; ils sont coiffés d’un tegidion avec fentes pour les yeux et portaient un objet aujourd’hui disparu.

  • 24 Pour cet aménagement et l’analyse de ce système de suspension, voir Huguenot 2001, p. 95, pl. 31, (...)

19Aucun de ces « Érotes » n’a de position stable ; leur caractère volant est toujours attesté par la présence d’un crochet ou d’un trou de suspension à l’arrière, ce qui permet de les distinguer des autres figurines d’Éros et d’en faire un type particulier. Dans les tombes simples, à fosse ou à ciste, la plupart étaient simplement déposés aux côtés du défunt. Mais dans le cas de la tombe à chambre d’Érétrie, ce mode de suspension a véritablement été utilisé : les restes de plâtre comblant le trou d’évent au dos des figurines portent encore l’empreinte de la cordelette de suspension. Ces bambins volants et potelés étaient donc accrochés, vraisemblablement à la voûte en berceau du tombeau, bien en vue des visiteurs de ce caveau familial qui est resté accessible durant environ un siècle24. Ce mode d’exposition traduit certainement une croyance spécifique.

  • 25 Rumscheid 1999, p. 1045.
  • 26 Graepler 1997, p. 238-242.
  • 27 Cette hypothèse avait déjà été suggérée par Döhl, loc. cit. (supra, note 14), p. 71, note 262.

20Dans trois cas – le groupe du Céramique, le second groupe de Pella et celui de Nikesiani – les figurines d’« Érotes » volants sont en relation avec des tombes d’enfants ou d’adolescents, plus précisément d’une fillette pour le premier. Cependant, les données anthropologiques sont encore trop lacunaires pour permettre d’attribuer ce type iconographique à un genre et à un âge spécifiques. Jusqu’ici, la tendance générale était de les interpréter comme des objets rattachés à l’univers de l’enfance, plus particulièrement à celui des jeunes filles. Toutefois, les terres cuites de Myrina semblent avoir été retrouvées dans des tombes d’adultes25. Par ailleurs, l’étude de Graepler a bien démontré que, dans la plupart des cas, les « Érotes » et les figurines de jeunes hommes, s’ils sont bien en relation avec l’univers de l’enfance, sont le plus souvent associés à des tombes masculines26. Si la relation des « Érotes » à l’univers féminin existe bien et perdure durant toute l’époque hellénistique, elle n’est vraisemblablement pas prépondérante. Pour ces figurines volantes, il faut donc avancer d’autres interprétations que celles liées au mariage ou aux relations amoureuses, domaines traditionnels d’Éros27.

21En outre, malgré le jeune âge et l’aspect enjoué de ce type iconographique, aucun de ses attributs n’est en relation directe avec le monde de l’enfance. Au contraire, ils tiennent bien plus souvent des objets d’adultes, comme des instruments de musique, des vases, des guirlandes ou encore une paire de chaussures ou une demi-figurine votive. Le choix des attributs est donc sans relation avec la morphologie enfantine de ces figurines.

Fonction et signification

22De manière générale, ces ensembles soulèvent des questions fondamentales relatives à la place de l’image dans le domaine des croyances religieuses. La question de l’“horizon religieux” de ces figurines volantes pose le problème de leur fonction et de leur signification, et donc de leur identité. Bien que la signification de chaque terre cuite funéraire ne soit certainement pas identique, ces ensembles peuvent amener quelques éléments de réponses, car ils semblent transmettre un message ou une vision religieuse précise.

  • 28 G. Siebert, Eidôla. Le problème de la figurabilité dans l’art grec, in : Méthodologie iconographiq (...)
  • 29 E. Vermeule, Aspects of Death in Early Greek Art and Poetry, Berkeley-Londres, 1979, p. 178, fig. (...)
  • 30 Cette hypothèse est explorée de manière plus approfondie, notamment en ce qui concerne les textes (...)

23La taille et le nombre de ces petits êtres volants ne sont pas sans rappeler les minuscules figures, ailées ou non, présentes parfois en nombre sur les lécythes à fond blanc. Ces petits homoncules, presque toujours nus, sont interprétés comme les âmes des morts et interviennent surtout dans des scènes de visite au tombeau, voltigeant au-dessus ou encore effectuant le voyage vers l’au-delà28. Les ailes de ces homoncules ont sans doute conduit à effectuer des rapprochements avec le dieu Éros, dont la taille diminue au cours des siècles. Sur un lécythe d’environ 430 av. J.-C., un garçonnet potelé et doté d’ailes a longtemps été considéré comme Éros, mais il n’est pas impossible qu’il s’agisse plutôt d’une psyché ou d’un daimon29. Les caractéristiques communes des psychai, des daimones et d’Éros ont en effet pu entraîner une confusion d’identité. Dans bien des cas, il ne s’agit sans doute plus d’Éros dieu de l’amour, mais d’une entité supérieure que seules les ailes rattachent au domaine du surnaturel. Il apparaît en tout cas que l’image concrète que les Anciens se faisaient de l’âme défunte était conditionnée par celle du corps humain, équipé d’ailes et projeté dans un milieu imaginaire, accompagné de certains éléments soigneusement choisis appartenant à l’existence terrestre. Les petites figurines en terre cuite potelées et ailées peuvent donc être interprétées comme des psychai ou encore des daimones, ces deux entités étant généralement décrites comme ailées et vivant dans une sphère intermédiaire ; elles représenteraient ainsi les âmes des bienheureux dans l’au-delà30. Les terres cuites de bambins volants offrent ainsi une image concrète qui permet d’appréhender un aspect de la pensée religieuse hellénistique ; leur “mise en scène” paraît particulièrement originale en ce qui concerne le groupe érétrien.

Fig. 7 – Fragments de terres cuites appartenant à une scène en trois dimensions. Musée National Romain, inv. 180811. D’après E. Lissi Carona, Roma, NSA, 23, 1969, p. 96, fig. 34.

24Si j’ai délibérément laissé de côté les groupes d’« Érotes » volants italiotes, c’est qu’ils méritent une étude spécifique, notamment en raison de leur nombre élevé. Cependant, leur interprétation pourrait s’avérer analogue à celle des ensembles retrouvés en Grèce propre. J’aimerais néanmoins apporter quelques éléments de réflexion à partir d’un ensemble coroplastique retrouvé en territoire romain, et qui semble parfaitement illustrer l’hypothèse développée précédemment, s’insérant donc de façon légitime dans le cadre de cet exposé.

  • 31 La tombe est située à la rue Salaria : voir E. Lissi Carona, Roma, NSA, 23, 1969, p. 94 (tombe E, (...)
  • 32 Ibid., p. 95-100 ; ead., EAA Suppl. 1970 (1973), s. v. Roma, p. 664-665 fig. 671 ; Roma medio-repu (...)
  • 33 Platon, Phèdre 246a-c.
  • 34 Platon, Phédon 81c-d.
  • 35 Pour des exemples, voir H. Prückner, Die Lokrischen Tonreliefs. Beitrag zur Kultgegeschichte von L (...)

25Il s’agit d’un groupe retrouvé dans une tombe construite de la nécropole située entre la rue Aniene et la rue de S. Teresa, utilisée de la seconde moitié du IVe s. av. J.-C. jusqu’au Ier s. ap. J.-C. À l’intérieur de cet hypogée a été retrouvée une urne contenant quelques ossements incinérés accompagnés de fragments de vases figurés de la première moitié du IVe siècle av. J.-C. (coupes Genucilia) et d’un groupe de terres cuites fragmentaires (fig. 7)31. Ce groupe est composé de seize chevaux au galop, de cinq statuettes (des « Érotes » nus ou habillés, une figurine féminine avec himation et une figurine masculine avec chlamyde) ainsi que de fragments de plaques ornées de motifs végétaux, d’oiseaux et d’« Érotes » et portant des trous pour leur application sur un support32. Quel est le rapport entre tous ces éléments ? Retrouvés au même endroit et apparemment issus d’un même atelier, ils ont été identifiés comme appartenant à une seule et même représentation élaborée, sorte d’image sur plaque quadrangulaire (fig. 8). Les chevaux peuvent former quatre quadriges, dont les « Érotes » seraient les auriges. L’ensemble a été interprété comme une scène inspirée du fameux mythe du Phèdre de Platon, où l’âme, immortelle et ailée, est comparée à un cocher conduisant un attelage ailé, représentant les trois parties de l’âme : la raison, les désirs sensuels et ceux d’ordre spirituel33. L’image de l’âme volant autour du sépulcre est également attestée par d’autres textes platoniciens34. Les deux personnages pourraient ainsi être identifiés comme les défunts, ou encore comme Hermès et Aphrodite emmenés sur un char tiré par des enfants ailés, tels qu’on les rencontre sur des pinakes locriennes du Ve siècle35. Cette interprétation reste toutefois discutable, puisqu’aucun élément ne permet d’identifier formellement ces divinités sur le groupe romain.

Fig. 8 – Fragments de terres cuites appartenant à une scène en trois dimensions. Musée National Romain, inv. 180811. D’après E. Lissi Carona, Roma, NSA, 23, 1969, p. 98, fig. 36.

  • 36 Voir par exemple des terres cuites attiques trouvées dans une tombe de Russie méridionale, mises e (...)

26Le mythe platonicien semble donc avoir trouvé un écho dans le domaine de la coroplathie funéraire. Les figurines sont ici utilisées comme support pour exprimer une vision du sacré. Elles tendent à transmettre une idée ou un concept spécifique, plus qu’à raconter un événement ; d’où la possibilité d’utiliser des motifs itératifs. Ces images de type coroplastique ne peuvent donc être comprises de manière analogue à celles de la peinture vasculaire. Si certains groupes de terres cuites ont parfois été envisagés comme des reproductions en trois dimensions d’épisodes mythologiques36, la majorité ne semble pas reprendre les mêmes thématiques que la peinture de vases classique. Les images de type coroplastique, prédominantes à partir de l’époque hellénistique par rapport à la peinture vasculaire, abandonnée plus ou moins brutalement au début de cette période, visent à traduire une atmosphère ou une idée plutôt qu’à évoquer un événement précis. À la narration de certains épisodes, on préfère désormais reproduire des images de scènes au tombeau ou encore la fameuse scène de la traversée du fleuve en compagnie de Charon, telles qu’elles apparaissent déjà sur les lécythes à fond blanc. Dès la seconde moitié du IVe s. av. J.-C., les représentations en trois dimensions de scènes dans l’au-delà se multiplient. Le mythe laisse place à l’expression des sentiments religieux. De manière générale, le message religieux transmis par les images funéraires paraît subir une profonde mutation dans le tournant de l’époque classique à l’époque hellénistique. Les « Érotes » volants, signes d’un concept, traduisent des préoccupations d’ordre eschatologique ; leur choix dépend des croyances en l’immortalité de l’âme et en l’existence dans l’au-delà. Par rapport aux images funéraires classiques, ces figurines mettent plus l’accent sur des questions d’ordre religieux, voire spirituel ou même mystique, que mythologique. Elles correspondent à de nouveaux modes de croyances, orientées vers le monde ouranien plus que chthonien, et ce en dépit du contexte “souterrain” de leur découverte.

3738er394041424344

Fig. 9 – Cimetière moderne d’Érétrie. Tombe de jeune femme (Phot. auteur, automne 2002).

27L’analyse de ces figurines volantes, possibles psychai ou daimones, permet ainsi de mieux cerner certaines coutumes funéraires, qui se voient précisées grâce à une approche comparative impliquant d’autres ensembles. La prise en compte du contexte de découverte, et dans certains cas du mode d’exposition de ces figurines, livre des éléments fondamentaux pour leur identification. La combinaison de ces différentes données m’a amené à suggérer une hypothèse d’interprétation, fondée aussi bien sur l’étude d’images vasculaires que sur l’analyse de certaines sources littéraires. Partant du principe qu’il est possible de définir le programme ou l’idéologie régissant le dépôt de certaines offrandes coroplastiques à l’intérieur des tombes, j’espère avoir réussi à préciser, à l’aide de divers éléments, les composantes de certaines croyances hellénistiques concernant les « Érotes » volants. Les résultats de cette enquête n’ont bien sûr pas la prétention d’apporter des réponses définitives, mais d’indiquer des voies de recherche pour une meilleure compréhension des images coroplastiques en contexte funéraire.

28En guise de conclusion, il me semble bienvenu d’évoquer une image témoignant de la pérennité de ce type iconographique, qui trouve un écho surprenant dans le cimetière moderne d’Érétrie. Il s’agit de la tombe d’une jeune femme encerclée d’une ribambelle d’« Érotes » enchaînés (fig. 9), dont la forme est justement bien attestée dans les nécropoles antiques de cette cité, même si leur signification est peut-être bien différente de celle de leurs “ancêtres”.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Guimier-Sorbets 2001 : A.-M. Guimier-Sorbets, Mobilier et décor des tombes macédoniennes, in : R. Frei-Stolba, K. Gex (ed.), Recherches récentes sur le monde hellénistique, Actes du colloque en l’honneur de P. Ducrey (Lausanne 20-21 novembre 1999), Bern, 2001, (Echo 1), p. 217-229.

Graepler 1997 : D. Graepler, Tonfiguren im Grab. Fundkontexte hellenistischer Terrakotten aus der Nekropole von Tarent, München, 1997.

Huguenot 2001 : C. Huguenot, Les “Erotes” volants : recherches sur la signification d’un groupe de terres cuites hellénistiques d’Érétrie, AK, 44, 2001, p. 92-116.

Huguenot 2008 : C. Huguenot, La tombe aux Érotes et la tombe d’Amarynthos, Gollion, 2008 (Eretria XIX).

Kriseleit, Zimmer 1994 : I. Kriseleit, G. Zimmer (ed.), Bürgerwelten. Hellenistische Tonfiguren und Nachschöpfungen im 19. Jh., (catalogue de l’exposition - Berlin 1994), Mainz am Rhein, 1994.

Mrogenda 1996 : U. Mrogenda, Die Terrakottafiguren von Myrina. Eine Untersuchung ihrer möglichen Bedeutung und Funktion im Grabzusammenhang, Frankfurt am Main, 1996.

Rumscheid 1999 : F. Rumscheid, Neue Publikationen zu Terrakotta-Figuren aus antiken Gräbern, GöttFAlt 2, 1999, p. 1001-1050.

Weber 1990 : M. Weber, Baldachine und Statuenschreine, Roma, 1990, (Archeologica 87).

Notes

1 Pour un état de la question, voir D. Graepler, Kunstgenuss im Jenseits ? Zur Funktion und Bedeutung hellenistischer Terrakotten als Grabbeigabe, in : Kriseleit, Zimmer 1994, p. 43-58.

2 Mrogenda 1996 ; Graepler 1997.

3 Voir le compte-rendu de Rumscheid 1999. Il reproche principalement à l’étude de Mrogenda de se fonder sur un nombre trop restreint de complexes (six), pas forcément représentatif des tendances et des croyances de leur époque ; par ailleurs, leur datation est incertaine et le classement typologique proposé par Mrogenda manquerait de pertinence.

4 Graepler 1997, p. 10, note 5 ; p. 238.

5 Graepler 1997, p. 237-244. La même constatation s’impose pour les figurines en terre cuite du Céramique, mais pas pour celles de Myrina, voir Rumscheid 1999, p. 1044-1045.

6 Graepler 1997, p. 201-242 ; D. Graepler, Des Tanagréennes en offrandes funéraires : l’exemple de Tarente, in : Tanagra. Archéologie et mythe, (catalogue de l'exposition - Louvre 2003), Paris, 2003, p. 280. Les analyses de Graepler n’ont pu être confirmées par des données anthropologiques ; dans la plupart des cas, elles peuvent néanmoins être considérées comme fiables car elles reposent sur la confrontation de toute une série d’informations, tenant compte aussi bien de la forme et de l’iconographie des autres offrandes que de la taille des sépultures concernées.

7 Par souci de simplification, j’ai décidé de conserver l’appellation « Érotes », mais entre guillemets, afin de rappeler le caractère arbitraire et parfois peut-être inadéquat de cette dénomination.

8 La présence de telles figurines dans un contexte cultuel ou domestique n’est en effet attestée que par quelques témoignages isolés :
- Une possible figurine d’« Éros » a été découverte dans le Thesmophorion de Thasos, mais il n’est pas sûr qu’elle possédait des ailes : voir A. Muller, Les terres cuites votives du Thesmophorion. De l’atelier au sanctuaire, Athènes, 1996, (Études Thasiennes 17), p. 432-433, no 1093.
- Au moins trois « Érotes » volants en relation avec le culte d’Aphrodite ont été découverts dans le Thesmophorion de Pella : voir M. Lilibaki-Akamati, Το ιερό της μητέρας των θεών και της Αϕροδίτης στην Πέλλα, Athènes, 2000, p. 54-55 et 83-84, no 85-88, pl. 69 a-δ.
- Plusieurs « Érotes » volants ont été trouvés dans des maisons de Priène, notamment 72 dans les andrones de la Maison sacrée, mais ils sont tous de morphologie adolescente. La plupart sont inédits et aucune information n’est donnée sur leur emplacement. Voir Th. Wiegand, H. Schrader, Ergebnisse der Ausgrabungen und Forschungen in den Jahren 1895-1898, Berlin, 1904, p. 336-341, fig. 382-392 ; E. Topperwein-Hoffmann, Terrakotten von Priene, MDAI(I) 21 (1971), p. 141 ; J. Raeder, Priene. Funde aus einer griechischen Stadt im Berliner Antikenmuseum, (catalogue de l'exposition - Berlin 1984), Berlin, 1984, p. 73, no 12-13, fig. 11a-b ; Mrogenda 1996, p. 55.
- Deux « Érotes » volants proviennent de quartiers d’habitat de l’antique Érétrie : l’un est représenté en vol, mais ne comporte aucun système de suspension (A. Andreiomenou, AD 29, 1973/74, Chron., p. 477, pl. 312ζ). L’autre, encore inédit, a été trouvé dans une couche de démolition de l’époque hellénistique tardive, et se trouve dans un état trop fragmentaire pour permettre une analyse détaillée (Fouilles de l’École suisse d’archéologie en Grèce, août 1997, Musée d’Érétrie, inv. T 4103).
- Un « Éros » volant a été découvert dans la citerne de l’Agora d’Athènes, un autre sur la Pnyx et un troisième dans le Puits de l’Autel : voir D. Burr Thompson, Three Centuries of Hellenistic Terracottas, Hesperia, 28, 1959, p. 130, no 2, pl. 26 ; p. 147, no 42, pl. 30 ; G. R. Davidson, D. Burr Thompson, Small Objects from the Pnyx I, 1943, (Hesperia Suppl. 7), p. 145, no 58, fig. 59.

9 Pour ces « Érotes », voir les références dans les ouvrages de Mrogenda 1996 et Graepler 1997, auxquels on peut ajouter quelques autres groupes funéraires de Canosa et d’Arpi : G. Andreassi, F. Van der Wielen, L’Ipogeo Varrese. Ceramica e decorazione plastica e policrome, in : R. Cassano (ed.), Principi imperatori vescovi. Duemila anni di storia a Canosa, (catalogue de l’exposition - Bari 1992), Venise, 1992, p. 322-326, no 50-76 ; M. Mazzei, Arpi. L’ipogeo della Medusa e la necropoli, Bari, 1995, p. 140-141, nos 24-28 ; p. 162-163, no 82-84 ; p. 269-270.

10 B. Vierneisel-Schlörb, Die figürlichen Terrakotten I : spätmykenisch bis späthellenistisch, München, 1997, (Kerameikos 15), p. 108-111, no 341-349, pl. 62. La datation proposée est fondée sur l’étude détaillée de l’ensemble du matériel de cette tombe à dalles, située à proximité de cinq autres tombes du même type plus ou moins contemporaines et appartenant probablement aux membres d’une même famille. Aucune information n’est donnée sur l’emplacement précis des figurines dans la tombe.

11 N. Breitenstein, Danish National Museum. Catalogue of Terracottas, Cypriote, Greek, Etrusco-Italian and Roman, Copenhague, 1941, p. 62, no 589-590, pl. 72.

12 H. Goldman, F. Jones, Terracottas from the Necropolis of Halae, Hesperia, 11, 1942, p. 407-408 (groupe π), pl. XXII, XXIV ; K. Dimakopoulou, D. Konsola, Musée Archéologique de Thèbes, guide T.A.P., Athènes, 1981, p. 66.

13 Sur le pillage de ce site, voir en dernier lieu D. Graepler, art. cit. (supra, note 1), p. 43-58 ; J. Becq, La découverte des Tanagras, in : Tanagra. Archéologie et mythe (catalogue de l’exposition - Louvre 2003), Paris, 2003, p. 34-35.

14 Griechische Terrakotten aus Tanagra und Ephesus im Berliner Museum, Berlin, 1878, pl. 25-26, (nos 6 à 9 perdus) ; H. G. Döhl, Der Eros des Lysipp. Frühhellenistische Eroten, Göttingen, 1968, p. 80 ; A. Köster, Die griechischen Terrakotten, Berlin, 1926, pl. 77-78 ; Kriseleit, Zimmer 1994, p. 105, no 24 ; Huguenot 2001, p. 97, note 4 ; p. 114, pl. 32 1-2 (série II. A. 1).

15 Huguenot 2001, p. 114, pl. 31, 1 (série II. A. 2).

16 À la lumière des découvertes récentes, notamment celles de Pella, la datation de ce groupe dans la seconde moitié du IIIe s., datation proposée originellement par G. Kleiner, Tanagrafiguren. Untersuchungen zur hellenistischen Kunst und Geschichte, Berlin-New York, 19842 (JDAI 15 Ergh.), p. 19-20, 175, ne paraît plus si évidente, voir Huguenot 2001, p. 96-98.

17 M. Lilibaki-Akamati, Λαξευτοί Θαλαμωτοί τάϕοι της Πέλλας, Athènes, 1994, p. 116-117, 212, no 114, pl. 18 (tombe Γ).

18 Éros grec. Amour des dieux et des hommes, (catalogue de l'exposition Paris-Athènes 1989), Paris, 1989, p. 73, no 20 ; M. Lilibaki-Akamati, in : Les Macédoniens. Les Grecs du Nord et l’époque d’Alexandre le Grand, (catalogue de l'exposition Athènes-Marseille 1994-95), Athènes, 1995, p. 250, no 312-314 ; M. Siganidou, M. Lilibaki-Akamati, Pella. Capital of Macedonians, guide T.A.P., Athènes, 1996, p. 60-61, fig. 41.

19 D. Lazaridis, Νεάπολις, Χριστούπολις, Καβάλα, Οδηγός Μουσείου Καβάλάς, Athènes, 1969, p. 160, no E 1062. Pour le rapport de fouille, voir C. I. Makaronas, Ανασκαϕή του παρά την Σταρούπολιν-Ξανθης μακεδονικού τάώου, PAAH, 1953, p. 133-140.

20 D. Lazaridis, K. Rhomiopoulou, I. Touratsoglou, Ο τύμβος της Νικήσιανης, Athènes, 1992, p. 18, 33-34, no E 296-297, pl. G et 19 (tombe D).

21 D. I. Lazaridis, Πήλινα Ειδώλια Αβδήρων, Athènes, 1960, p. 26-27, 55, nos A 26-30, pl. 13.

22 Ch. Koukouli-Chrysanthaki, Aνασκαϕικὲς έρευνες στα αρχαία ᾿Aβδηρα, PAAH, 1982, p. 12, pl. 7b. Aucune précision supplémentaire n’est donnée concernant cette sépulture.

23 E. B. Dusenbery, The Nekropoleis, Samothrace 11, Princeton, 1998, vol. I : p. 199-202, nos S 130-9 à 11 ; vol. II : p. 855-857. L’âge des défunts a été déduit en fonction de l’excellent état de leur dentition.

24 Pour cet aménagement et l’analyse de ce système de suspension, voir Huguenot 2001, p. 95, pl. 31, 6 ; Huguenot 2008, p. 137-138.

25 Rumscheid 1999, p. 1045.

26 Graepler 1997, p. 238-242.

27 Cette hypothèse avait déjà été suggérée par Döhl, loc. cit. (supra, note 14), p. 71, note 262.

28 G. Siebert, Eidôla. Le problème de la figurabilité dans l’art grec, in : Méthodologie iconographique, Actes du colloque (Strasbourg, 27-28 avril 1979), Groupe de recherche d’histoire romaine de l’Université de Strasbourg, Strasbourg, 1981 (Études et travaux 4), p. 68 ; R. Vollkommer, LIMC 8, Suppl., 1997, s. v. Eidola 566-570.

29 E. Vermeule, Aspects of Death in Early Greek Art and Poetry, Berkeley-Londres, 1979, p. 178, fig. 29, le conçoit comme Éros effectuant le lien entre le mort et les vivants. Les points communs formels existant entre les psychai des lécythes et les « Érotes » hellénistiques ont amené à les considérer comme des eidola érotisés, voir M. Halm-Tisserant, Représentations et problématique de l’homoncule dans la peinture de vases grecque : naissances merveilleuses, sommeil et mort, Ktèma, 13, 1988, p. 241. Pour une argumentation plus développée, voir Huguenot 2001, p. 106-112 et pl. 32, 4.

30 Cette hypothèse est explorée de manière plus approfondie, notamment en ce qui concerne les textes littéraires, dans Huguenot 2001, p. 109-112. Sur l’anatomie des daimones et des psychai, voir principalement M. Detienne, De la pensée religieuse à la pensée philosophique : la notion de daimon dans le pythagorisme ancien, Paris, 1963, p. 145-146 ; L. Robin, in : Platon, Le banquet (éd. et trad. P. Vicaire et al.), CUF, Paris, 1986, notice LXXVI-LXXXIV ; V. Pirenne-Delforge, Éros en Grèce : dieu ou démon ?, in : Anges et démons, Actes du colloque (Liège et Louvain-la-Neuve, 22-26 novembre 1987), Louvain-la-neuve, 1989, (Homo Religiosus 14), p. 223-239. Dans les mêmes actes, voir également la contribution d’A. Motte, La catégorie platonicienne du démonique, p. 205-221.

31 La tombe est située à la rue Salaria : voir E. Lissi Carona, Roma, NSA, 23, 1969, p. 94 (tombe E, pièce A).

32 Ibid., p. 95-100 ; ead., EAA Suppl. 1970 (1973), s. v. Roma, p. 664-665 fig. 671 ; Roma medio-repubblicana. Aspetti culturali di Roma e Lazio nei secoli IV e III A. C., (catalogue d'exposition - Rome 1973), Rome, 1973, no 378.

33 Platon, Phèdre 246a-c.

34 Platon, Phédon 81c-d.

35 Pour des exemples, voir H. Prückner, Die Lokrischen Tonreliefs. Beitrag zur Kultgegeschichte von Lokroi Epizephyrioi, Mainz am Rhein, 1968, p. 22-27, pl. 2 (type 4).

36 Voir par exemple des terres cuites attiques trouvées dans une tombe de Russie méridionale, mises en relation avec les principaux épisodes de la vie de Déméter et Koré tels qu’ils sont rapportés dans l’Hymne homérique à Déméter : A. A. Peredolskaja, Attische Tonfiguren aus einem Südrussischen Grab, Leipzig, 1964, (AK BeiH 2). Cette interprétation a cependant été plusieurs fois contestée de façon convaincante, voir R. Lullies, Gnomon 38, 1966, p. 402-406 ; N. Himmelmann, Realistische Themen in der griechischen Kunst der archaischen und klassischen Zeit, JDAI, ErgH 28, 1994, p. 112, et en dernier lieu A. Schwarzmaier, Die Gräber in der Grossen Blisniza und ihre Datierung, JDAI, 111, 1996, p. 109.

37 Cf. Phèdre 247b-c. Sur l’origine du concept de sphère céleste, voir O. J. Brendel, Symbolism of the Sphere. A Contribution to the History of Earlier Greek Philosophy, Leyde, 1977, p. 52-53.

38 V. Karageoghis, Chronique des fouilles à Chypre en 1965, BCH, 90, 1966, p. 384-385 ; D. Michaelides, Opus sectile in Cyprus, in : A. A. M. Bryer (ed.), The Sweet Land of Cyprus, (Papers given at the Twenty-Fifth Jubilee Symposium of Byzantine Studies at Birmingham, March 1991), Nicosie, 1993, (Spring Symposium Studies 25), p. 104.

39 A. Mansel, Grabhügelforschung im östlichen Thrakien, AA, 1941, p. 152-187, fig. 19.

40 Guimier-Sorbets, 2001, p. 217, 219-220 (tombeaux de Tout-ankhamon et de Ramsès IV). Sur l’origine égyptienne des baldaquins, voir Weber 1990, p. 8-19.

41 Pour les références à ce mobilier, voir Guimier-Sorbets 2001, p. 218-219, 221.

42 Guimier-Sorbets 2001, p. 223. Si la conception de voûte céleste n’est pas attestée de façon certaine pour la Macédoine, elle est en revanche indéniable en ce qui concerne l’Italie de la fin de l’époque républicaine ou du début de l’époque impériale. En témoigne un relief funéraire d’Amiternum représentant un défunt couché sur un baldaquin, dont la tenture est ornée d’un semis d’étoiles avec un croissant de lune : voir ead. p. 221, fig. 6.

43 Diodore, XVIII, 26, 5-27 (d’après Hiéronymos de Cardia) ; Weber 1990, p. 36-37.

44 Plutarque, Vie d’Alexandre XXXVII, 7. Athénée XX, 514c, parle lui aussi d’un tissu brodé d’or (ἱμάτιον ποικίλον πορϕυροImageν). Pour d’autres occurrences du terme οὐρανίσκος qualifiant des pièces de tissus précieux, toujours dorées et faisant office de baldaquins, voir Weber 1990, p. 38-39 (au-dessus du trône de Polyperchon et dans les tentes festives mises en place par Alexandre et Ptolémée II).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Figurines d’« Érotes ». Athènes, Céramique, inv. T 250-258, d’après B. Vierneisel-Schlörb, Die figürlichen Terrakotten I : spätmykenisch bis späthellenistisch, München, 1997, (Kerameikos 15), nos 341-349, pl. 62.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Légende Fig. 2 – Figurines d’« Érotes » de Halae. Thèbes, Musée Archéologique, inv. 17019, 17022 (Phot. auteur).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende Fig. 3 – Figurines d’« Érotes » de Tanagra. Staatliche Museen zu Berlin, Antikensammlung, inv. 7418, 3 ; 7418, 4 ; 7418, 1 ; 7418, 2. Phot. Mus.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Fig. 4 – Figurines d’« Érotes » d’Erétrie. Boston, Museum of Fines Arts, inv. 97.298, 97.300, 97.304, 97.313, 97.315. Phot. Mus.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 5 – Figurines d’« Érotes ». Musée Archéologique de Pella, inv. 1979/316-317-318. D’après M. Lilibaki-Akamati, in : Les Macédoniens. Les Grecs du Nord et l’époque d’Alexandre le Grand, exposition Athènes-Marseille 1994-95, Athènes, 1995, p. 250, no 312-314.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Légende Fig. 6 – Figurines d’« Érotes ». Musée Archéologique d’Abdère, inv. 845-850 p. D’après D. I. Lazaridis, Πήλινα Ειδώλια Αβδήρων, Athènes, 1960, no A 26-30, pl. 13.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 7 – Fragments de terres cuites appartenant à une scène en trois dimensions. Musée National Romain, inv. 180811. D’après E. Lissi Carona, Roma, NSA, 23, 1969, p. 96, fig. 34.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 8 – Fragments de terres cuites appartenant à une scène en trois dimensions. Musée National Romain, inv. 180811. D’après E. Lissi Carona, Roma, NSA, 23, 1969, p. 98, fig. 36.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 9 – Cimetière moderne d’Érétrie. Tombe de jeune femme (Phot. auteur, automne 2002).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4554/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

Auteur

Université de Lausanne.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540