Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et religion

 | 
Sylvia Estienne
, 
Dominique Jaillard
, 
Natacha Lubtchansky
, 
et al.

L'image dans la stratégie du rituel

Des écrins architecturaux sacralisants ? Regards sur la présentation architecturale de quelques groupes statuaires du monde grec

Sophie Montel

Note de l’auteur

Cet article a été écrit alors que je commençais ma thèse de doctorat, soutenue à l’Université de Paris X – Nanterre le 28 juin 2008.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mes remerciements vont à Cl. Pouzadoux, N. Lubtchansky et tous les membres du séminaire Image et re (...)

1Le dossier que je présente est un travail en cours qui se fonde sur des réalités archéologiques1. Je me suis interrogée sur ce que révèlent les écrins architecturaux qui abritent des groupes statuaires quant aux pratiques grecques du financement de ces offrandes imposantes. L’observation des différentes solutions mises en œuvre par les Grecs pour exposer des groupes sculptés devrait conduire à mettre en lumière les liens qui existent entre le sacré et les images ainsi mises en espace.

2Avant d’entrer dans cette problématique, quelques remarques préliminaires sont nécessaires à la compréhension de ces groupes statuaires et de leur mode d’exposition.

1. Les groupes statuaires et leur mode d’exposition

1.1. Emplacement

3Objet de cette étude : les groupes – par opposition aux statues isolées.

  • 2 Pour une histoire de la statue cultuelle en Grèce ancienne. Communication présentée au colloque et (...)
  • 3 Delphes, Corpus des Inscriptions de Delphes, IV, 44 par exemple ; Aphrodisias de Carie, CIG II 2749
  • 4 Rhodes, stèle de marbre du IIIe s. av. J.-C. (LSS, no 107) ; Athènes, règlement du IIe s. av. J.-C. (...)
  • 5 Cf. note 4. Le règlement rhodien stipule qu’il est interdit de déposer une demande pour l’installat (...)

4Parmi les offrandes sculptées faites et exposées dans les sanctuaires ou sur les places publiques du monde grec, nous distinguons les groupes des figures isolées (je laisserai pour ma part de côté le problème délicat des « statues de culte » que Fr. Prost a développé de son côté2). Offrir, financer, faire réaliser un groupe statuaire correspondait à une dépense plus large, mais aussi à une volonté de marquer les lieux et les esprits des pèlerins et des visiteurs. Pour ériger un groupe sculpté – figures d’hommes, de dieux ou d’animaux –, il faut une base importante et donc obtenir des autorités, magistrats dont le nom ne nous est que rarement parvenu, un emplacement adéquat. Malheureusement, nous ne connaissons que peu de choses sur cette réglementation nécessaire à la bonne marche d’un sanctuaire. Qui du prêtre, du hiéromnémon du sanctuaire d’Apollon à Delphes, de l’architecte du temple – comme nous l’apprennent un règlement amphictyonique de Delphes ou l’inscription d’Aphrodisias que je mentionne plus loin3 –, de l’astynome ou de l’agoranome dirigeait la mise en place des offrandes en attribuant un emplacement précis au dédicant demandeur d’un secteur dans les endroits les plus en vue ? Quelques règlements religieux (Rhodes, Athènes, Loryma par exemple4) évoquent ces problèmes de gestion de l’espace sans que l’on ait pu y relever quoi que ce soit qui ait trait aux constructions monumentales qui nous intéressent. Pourtant, si le personnel en question veillait à ce que les petites offrandes n’encombrent pas le passage5, a fortiori devait-il statuer à l’occasion de la construction d’un bâtiment.

1.2. Présentation des groupes statuaires

5L’étude de la présentation des groupes statuaires permet de comprendre qu’il y a eu une évolution dans les pratiques des Grecs. En partant des expériences faites avec la mise en espace des statues – cultuelles ou non – à l’intérieur des temples, en multipliant les essais en fonction du terrain disponible et du type d’offrande consacrée, les Grecs ont élaboré d’une part un véritable répertoire de supports pour statues, mais aussi des formes architecturales conçues pour abriter et mettre en valeur ces groupes statuaires.

  • 6 À Olympie, offrande des Achéens à l’est du temple de Zeus (9 statues en bronze d’Onatas d’Égine, ve (...)

6En matière de présentation, l’évolution n’est pas allée du plus simple au plus complexe depuis l’époque archaïque : dès le VIe s. av. J.-C., on a conçu des édicules destinés, probablement, à abriter des offrandes statuaires ; les offrandes de Sicyone à Delphes (la tholos, le monoptère) appartiennent sans doute à cette catégorie. « Les bases en hémicycle, si efficaces dans leur présentation du groupe aux yeux de tous (j’aurai à en reparler par la suite), apparaissent dès le VIe s. (Kokkinolaka, sur la voie sacrée entre Milet et Didymes) et se multiplient au Ve s. à Olympie et à Delphes »6. Enfin, dans un sanctuaire comme celui d’Apollon à Delphes, lieu exceptionnel certes, les diverses solutions de mise en espace des offrandes dépendaient dans la majorité des cas de l’espace mis à la disposition des dédicants. C’est pourquoi j’ai voulu souligner l’importante lacune due à la perte des règlements religieux qui régissaient ces pratiques.

  • 7 Jacquemin 1999.
  • 8 A. H. Borbein, Die griechische Statue des 4. Jahrhunderts v. Chr., JDAI, 88, 1973, p. 42-212.

7C’est à partir du IVe s. que les écrins architecturaux semblent se multiplier, à un moment où les bases accueillant des groupes statuaires ne sont plus uniquement des massifs rectangulaires allongés, éventuellement à degrés, sur lesquels les statues s’alignent les unes auprès des autres formant ainsi des groupes paratactiques. Avec l’évolution de la sculpture, les statues interagissent au sein du groupe, et donnent naissance à ce que nous appelons, à la suite d’A. Jacquemin7 et de A. H. Borbein8, des groupes syntactiques, par opposition aux précédents. Ces groupes sont d’autant plus intéressants qu’ils sont mis en espace sur une base conçue spécifiquement pour eux. Cependant, malgré l’évolution constatée dans les formes de la sculpture, les solutions les plus originales ne relèvent pas de la plastique, mais bien plus de l’architecture ; je vais essayer de le démontrer.

  • 9 Par exemple : A. Pontrandolfo, G. Prisco, E. Mugione, F. Lafage, Semata e Naiskoi nella ceramica it (...)

8Parmi les écrins architecturaux qui se développent au IVe s., il faut évoquer les naïskoï : petites constructions présentant trois côtés et un couronnement souvent en forme de fronton, littéralement petit édifice en forme de temple. Leur apparition dans l’architecture sépulcrale du IVe s. av. J.-C. correspond à un développement de la troisième dimension des reliefs : les stèles funéraires gagnent en profondeur. Ces naïskoï reflètent les mêmes principes que les bâtiments que je me suis proposée d’étudier : on enclôt les statues dans un petit édicule tridimensionnel. La représentation de ces naïskoï dans la céramique italiote a un sens très spécifique qui peut éclairer, à mon sens, cette interprétation des écrins architecturaux pour statues9. Ces naïskoï servent par exemple à mettre le dieu en valeur dans le champ figuré du vase, mais aussi à héroïser les mortels.

9Avant de présenter quelques-uns de ces écrins et leurs spécificités propres, il m’a semblé important de réfléchir aux termes pouvant désigner de petits édifices destinés à mettre en valeur un groupe composé de deux, trois, ou « n » sculptures.

1.3. Terminologie

a – Un type de trésor particulier : l’écrin architectural

10Dans l’intitulé de mon intervention, j’ai retenu l’expression « écrin architectural », terme générique que j’utilise dans le cadre de mon étude sur les bâtiments conçus pour abriter des groupes sculptés. Écrin est un terme emprunté au domaine de la bijouterie, où il désigne un coffret servant à serrer des bijoux ou de l’argenterie. Associé à l’adjectif architectural, l’on comprend donc qu’on puisse l’employer pour désigner des petites constructions abritant des objets que l’on souhaitait protéger.

  • 10 Les inscriptions comme les découvertes de ce type de mobilier fournissent des exemples à cette défi (...)
  • 11 Argument développé notamment par E. L. Brulotte dans sa thèse sur les sanctuaires d’Artémis dans le (...)
  • 12 À cet égard, la publication du trésor des Thessaliens de Delphes par A. Jacquemin et D. Laroche est (...)

11Dans l’architecture grecque, un bâtiment relevant de cette catégorie est connu sous l’appellation de trésor, en grec θησαυρός, qui signifie à la fois le dépôt et le lieu de dépôt. Tout cela est bien connu. Il semble que le terme ait d’abord été associé aux boîtes rectangulaires ou cylindriques, « troncs » à offrandes10, que l'on trouve dans de nombreux sanctuaires, dédiées par un individu ou un groupe officiel et contenant des pièces de monnaie ou des bijoux11. Les trésors - bâtiments, érigés par les cités dans les sanctuaires les plus fréquentés, étaient destinés à abriter des offrandes précieuses, mais pas forcément des statues, même si la littérature nous a livré quelques exemples d’images sculptées abritées dans de tels édifices. Je pensais jusque là, influencée par la bibliographie sur ces bâtiments, que le cas des trésors était à considérer à part, puisqu'il semble que ces constructions aient été d’abord conçues comme de véritables “boîtes à offrandes”, tout en étant, par leur décor et la sculpture architecturale qui les accompagnait, de véritables offrandes en eux-mêmes. Mais, à mon sens, la fonction des trésors est tout à fait semblable à celle des bâtiments que j’identifie comme des écrins pour groupe statuaire12.

  • 13 « Inscription de l’hécatompédon » IG I3 4, Athènes, Musée Épigraphique 6794 ; entre 508/507 et 499/ (...)
  • 14 Traduction dans Holtzmann 2003, p. 85.
  • 15 Holtzmann 2003, p. 84, d’après R. Tölle-Kastenbein, Das Hekatompedon auf der Athener Akropolis, JdI (...)

12Pouvait-on pénétrer dans ces petits bâtiments pour voir les objets exposés, la porte restait-elle ouverte pour que les pèlerins aperçoivent quelque chose ? Un document de l’Acropole d’Athènes peut nous éclairer sur ce problème complexe : il s’agit d’une inscription stoïchèdon gravée sur deux plaques de métopes de l’« architecture H »13. Deux décrets du peuple athénien y figurent ; ils témoignent d’une phase de réorganisation de l’Acropole d’Athènes dans laquelle il est apparu nécessaire de réaffirmer les principes de fréquentation de l’espace sacré. Le second de ces décrets, le plus complet (plaque B), présente plusieurs règlements religieux relatifs à l’hécatompédon. L’un de ces règlements stipule que « les trésoriers devront ouvrir à la visite les locaux de l’hécatompédon au moins trois fois par mois : le premier jour avant la nouvelle lune ainsi que le dixième jour et le vingtième jour, en leur présence »14. Comme pour chacun des règlements de cette stèle, des amendes sont prévues pour les contrevenants. Les oïkèmata évoqués dans ce décret étaient des « locaux » (trois au moins) construits sur cet espace désigné par le terme hécatompédon, auquel doit correspondre la plate-forme de pôros à crépis qui servit ensuite de massif de fondation au Parthénon15. Ces locaux, sans doute semblables aux trésors archaïques dont on a conservé des vestiges (Athènes, Musée de l’Acropole), abritaient des objets sacrés que les pèlerins pouvaient voir trois fois dans le mois. Cette inscription témoigne donc de règles concernant l’ouverture des édifices du sanctuaire qui ont dû exister dans d’autres sanctuaires et pour d’autres types de bâtiments. Cette question du mode de fermeture est essentielle. À mon sens, c’est une interrogation qui est également pertinente quant aux temples et à l’accessibilité à la “statue de culte”.

b – Termes grecs

13La recherche des termes grecs employés par les auteurs anciens pour désigner de tels lieux, des petits bâtiments abritant des groupes sculptés, m’a permis de constater que le contenu avait fait l’objet de plus de commentaires que le contenant.

14Le premier exemple que j’ai choisi de rappeler ici est célèbre : il s’agit de la description par Plutarque de l’ex-voto de Cratéros dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes. Cette offrande, constituée d’un groupe de deux statues masculines et de trois animaux au moins, un fauve et des chiens de chasse, était disposée dans une niche hypèthre large de 15,27 m, et profonde de 6,35 m (fig. 6).

15Dans le commentaire que fait Plutarque de cette offrande monumentale (Vie d’Alexandre, 40, 5), il ne nous apprend absolument rien, ni sur l’espace qui accueillit les statues de bronze, ni sur l’emplacement des dites statues qu’il avait eu le loisir d’admirer lors de son long séjour à Delphes.

ΤοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpgτο τò κυνήγιον Κρατερòς εἰς Δελϕοὺς ἀνέθηκεν, εἰκόνας χαλκImage 100000000000000A0000000F6D900C88FB732FD1.jpgς ποιησάμενος τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg λέοντος καὶ τImage 100000000000000C0000000F2720F8A4A367F655.jpgν κυνImage 100000000000000C0000000F2720F8A4A367F655.jpgν, καὶ τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg βασιλέως τImage 10000000000000090000000F4F1B90473A6FB428.jpg λέοντι συνεστImage 100000000000000C0000000F2720F8A4A367F655.jpgτος, καὶ αὑτoImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg προσβοηθοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpgντος, Image 100000000000000A0000000F6AA4D07F0F30A1D9.jpgν τὰ μὲν Λύσιππος ἔπλασε, τὰ δὲ Λεωχάρης·

  • 16 Plutarque, Vies, Tome IX, Alexandre – César, Texte établi par R. Flacelière et E. Chambry, Paris, 1 (...)

16Cratéros consacra cette scène de chasse à Delphes, où il fit faire des statues de bronze représentant le lion, les chiens, le roi aux prises avec le lion et lui-même Cratéros se portant à son secours. Certaines de ces statues sont de Lysippe, les autres de Léocharès16.

  • 17 R. Flacelière, Inscriptions de la terrasse du temple et de la région Nord du sanctuaire, Paris, 195 (...)

17Pourtant cette offrande monumentale bénéficie d’un emplacement extraordinaire, puisqu’elle se situe immédiatement au Nord de la colonnade du temple d’Apollon, dans l’Ischégaon, le mur de terrasse qui fermait l’esplanade. Si le mur de fond de la niche qui abritait ce groupe statuaire n’avait pas conservé, en place, la dédicace inscrite de Cratéros – épigramme de dix lignes gravées sur deux pierres de calcaire gris17 –, les archéologues français à Delphes n’auraient peut-être jamais identifié l’emplacement de ce groupe statuaire célèbre.

  • 18 Pausanias parle de statues chryséléphantines, mais la base conservée à Olympie présente des cavités (...)

18Le texte de Pausanias décrivant le Philippeion d’Olympie est, quant à lui, un peu plus descriptif. Le Philippeion est un bâtiment circulaire de 15,24 m de diamètre, une tholos, situé à l’ouest du temple d’Héra dans le sanctuaire de Zeus Olympien. Il abritait un groupe généalogique présentant cinq statues chryséléphantines18 de la famille de Macédoine.

19Pausanias, Périégèse, V (Élide I) 20, 9-10 :

’Έστι δὲ ἐντòς τImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς Ἄλτεως τό <τImage 100000000000000A0000000F61CA50114D6864EB.jpg ΜητρImage 10000000000000090000000F4F1B90473A6FB428.jpgον καὶ οἴκημα περιϕερὲς ὀνομαζόμενον ΦιλιππεImage 10000000000000060000000F0AA9194EF652043B.jpgον ἐπὶ κορυϕImage 10000000000000080000000FDF696C9A92045903.jpg δέ ἐστι τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg Φιλιππείου μήκων χαλκImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpg σύνδεσμος ταImage 10000000000000060000000F0AA9194EF652043B.jpgς δοκοImage 10000000000000060000000F0AA9194EF652043B.jpgς· τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpgτο τò οἴκημα ἔστι μὲν κατὰ τὴν ἔξοδον τὴν κατὰ τò πρυτανεImage 10000000000000060000000F0AA9194EF652043B.jpgον ἐν αριστερImage 10000000000000090000000FF9A8CBD6CC060013.jpg, πεποίηται δὲ ὀπτImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς πλίνθου, κίονες δὲ περὶ αὐτò ἑστήκασι· Φιλίππω δὲ ἐποιήθη μετὰ τò ἐν Χαιρωνείᾳ τὴν: ῾Eλλάδα ὀλισθεImage 10000000000000060000000F0AA9194EF652043B.jpgν κεImage 10000000000000060000000F0AA9194EF652043B.jpgνται δὲ αὐτόθι Φίλιππός τε και Ἀλέξανδρος, σὺν δὲ αὐτοImage 10000000000000060000000F0AA9194EF652043B.jpgς Ἀμύντας ὁ Φιλίππου πατήρ· ἔργα δέ ἐστι καὶ ταImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpgτα Λεωχάρους ἐλέϕαντος καὶ χρυσοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg, καθὰ καὶ τImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς Ὀλυμπιάδος καὶ Εὐρυδίκης εἰσὶν αἱ εἰκόνες·

  • 19 Pausanias, Description de la Grèce, Livre V, L’Elide, Texte établi par M. Casevitz, traduit par J. (...)

20À l’intérieur de l’Altis, il y a le Métrôon et un édifice circulaire appelé le Philippeion. Au faîte du Philippeion un pavot de bronze sert de lien pour les poutres du toit. Cet édifice se trouve sur la gauche quand on sort le long du prytanée : il est construit en brique cuite, et entouré d’une colonnade. Il fut construit par Philippe après l’échec de la Grèce à Chéronée. Il y a là des statues de Philippe, d’Alexandre, ainsi que celle d’Amyntas, père de Philippe, pour les accompagner. Ces statues chryséléphantines sont dues à Léocharès, ainsi que les portraits d’Olympias et d’Eurydice19.

21Pausanias parle d’un « édifice circulaire », οἴκημα περιφερὲϛ. Or, le terme οἴκημα désigne des locaux et des édifices de forme et de fonction variées : dans sa Périégèse, Pausanias l’emploie à 37 reprises pour nommer des réalités bien différentes. Ce terme couvre donc un champ lexical beaucoup trop flou pour convenir aux écrins architecturaux qui nous occupent.

22Mais deux termes plus spécifiques sont employés dans deux inscriptions.

  • 20 J. Robert, L. Robert, Bulletin épigraphique, 1978, p. 457-459 (no 393) ; L. Robert, CRAI, 1978, p.  (...)

23La mention d’une agalmatothèque apparaît dans une inscription de Cyzique datée entre 25 et 50 ap. J.-C.20. L’inscription compte 88 lignes, gravées en trois colonnes sur un bloc de marbre blanc. La cité prend le deuil à la mort d’une femme, Apollonis, et les honneurs qui lui seront rendus, à l’occasion de ses funérailles, mais également à l’avenir, sont gravés sur la pierre. La cité décide notamment de dresser des statues d’Apollonis et de veiller à leur disposition.

24Lignes 57 – 59

κατασκευάσαι δὲ αυτImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς και άγαλματοθήκην ἐν τImage 10000000000000090000000F4F1B90473A6FB428.jpg Χαριτησίῳ,
εἰσερχομένων ἐκ τImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς ίερImage 10000000000000090000000F41F092A6828D7E39.jpgς ἀγορImage 10000000000000090000000F41F092A6828D7E39.jpgς ἐν δεξιά, ἐν Image 10000000000000080000000F557CF6EF86DFED90.jpgκαὶ ἀναστImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgσαι
αυτImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς ἄγαλμα·(...)

25Lignes 64 – 68

(...) ἀνατεθImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgναι αὐτImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς ἄγαλμα
ἐν ἑνὶ τImage 100000000000000C0000000F2720F8A4A367F655.jpgν οἰκημάτων τImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς τετραγώνου ἀγορImage 10000000000000090000000F41F092A6828D7E39.jpgς ἐν τImage 10000000000000080000000F557CF6EF86DFED90.jpg
στοImage 10000000000000090000000FB2C46DF4A0F10FDE.jpg
τImage 10000000000000080000000F557CF6EF86DFED90.jpg ἀπò τImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς ἀνατολImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς, τImage 10000000000000090000000F4F1B90473A6FB428.jpg ὄντι μεταξὺ τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg τε τImage 100000000000000D000000117F7A6C8BA3A69C11.jpgν
τειμητImage 100000000000000D000000117F7A6C8BA3A69C11.jpgν ἀρχήου
καὶ τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg ἀγορανομίου, κοσμηθέντι δὲ αὐτImage 10000000000000090000000F4F1B90473A6FB428.jpg χρImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgσθαι
εἰς τòν ἀεὶ χρόνον
ἀρχήῳ τόν τε κοσμοϕύλακα καὶ τοὺς ἀεὶ κοσμοϕυλακήσοντας·

Ce sont les lignes 57 à 59 qui mintéressent : κατασκευάσαι δὲ ἀυτImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς καὶ ἀγαλματοθήκην ἐν τImage 10000000000000090000000F4F1B90473A6FB428.jpg Χαριτησίῳ, qu’on lui construise aussi une agalmatothèque au Charitésion (le sanctuaire des Charites), à droite en entrant quand on vient de l’agora sacrée précise le texte, où l’on dressera une statue d’elle, ἐν Image 10000000000000080000000F557CF6EF86DFED90.jpgκαὶ ἀναστImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgσαι αὐτImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς ἄγαλμα. Un peu plus loin, lignes 64 - 66, nous apprenons que, pour la même citoyenne, on fera dresser une statue dans l’une des pièces d’une seconde agora, l’agora tétragone, dans le portique Est : ἀνατεθImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgναι αὐτImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς ἄγαλμα ἐν ἑνὶ τImage 100000000000000D000000117F7A6C8BA3A69C11.jpgν οἰκημάτων τImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς τετραγώνου ἀγορImage 10000000000000090000000F41F092A6828D7E39.jpgς ἐν τImage 10000000000000080000000FDF696C9A92045903.jpg στοᾷ τImage 10000000000000080000000FDF696C9A92045903.jpg ἀπὸ τImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς ἀνατολImage 10000000000000080000000F9EFBA4E9C786EAC1.jpgς.

  • 21 Agalma désigne soit des offrandes qui plaisent aux dieux (c’est le sens premier d’ἄγαλμα, dérivé d’ (...)
  • 22 Sève 1979, p. 327-359.
  • 23 Appareiller, équiper, garnir / organiser, disposer, construire.

26Le suffixe-thèque est ici ajouté à un substantif, ἄγαλμα, qui désigne la statue en général, à l’époque qui nous intéresse, et dans le cas exposé par cette inscription21. Le terme agalmatothèque définirait donc un espace destiné à recevoir une ou plusieurs statues. Le décret de Cyzique précise toutefois que les deux statues dont il est question dans ce passage (lignes 57-66) devront être couronnées par « les prêtresses, les Pythaïstrides et les hiéropes » (statue de l’agalmatothèque) ou bien par « ceux qui viendront déclarer (...) la célébration des mariages » (statue du portique Est de l’agora tétragone). Il s’agit donc de statues auxquelles on rend un culte. Pour comprendre la réalité de cette agalmatothèque de Cyzique, il faut suivre, je crois, l’analyse proposée par M. Sève22qui fait de ce lieu une construction couverte, ouverte en façade, c’est-à-dire un lieu qui mette la statue à l’abri tout en la mettant en valeur et en permettant aux citoyens et passants de la voir. Le verbe employé, κατασκευάξω23 (ligne 57), indique une construction nouvelle ; il faut donc exclure l’aménagement d’un local déjà existant.

Un second élément éclaire cette définition : la distinction qui est faite entre les deux types de réceptacles de statues. Pour la seconde statue offerte à Apollonis, le décret précise bien, ligne 66, qu’on la placera dans une des pièces, ἐν ἑνὶ τImage 100000000000000D000000117F7A6C8BA3A69C11.jpgν οἰημάτων, du portique Est de l’agora tétragone ; la suite du décret détaille même « quand on l’aura arrangé » (κοσμηθέντι, ligne 67), ce qui montre bien que, dans ce cas, on recycle, on réutilise une pièce déjà existante pour en faire l’abri de la statue.

27Tout l’intérêt de ce terme réside, semble-t-il, dans sa formation sur la racine agalma. Mais il s’agit d’un hapax, ce qui n’est pas sans poser problème dans cette quête des termes grecs désignant des écrins architecturaux pour statue. D’autre part, il est employé pour désigner un bâtiment qui abrite une statue et non un groupe.

  • 24 A. Boeckh et al., Corpus Inscriptionum Graecarum, II, Berlin, 1843, nos 1793-3809. Cf. également le (...)
  • 25 Cf. Chantraine 1990, p. 88.

28Le second terme que je souhaite signaler ici apparaît à Aphrodisias de Carie dans une inscription datée du IIe s. de notre ère ; elle mentionne une andriantothèque. Le terme a été traduit par A. Boeckh24 par l’expression latine cella statuarum. Les andriantothèques seraient donc des lieux abritant des statues, sans que le terme ne précise la nature exacte de l’édicule ainsi nommé ou la nature des statues qui y étaient abritées. La formation du mot sur ἀνδριά, dérivé de ἀνήρ, pourrait nous éclairer : l’on désigne ainsi l’image d’un homme, plus précisément, les statues d’hommes. Mais le terme a parfois servi à désigner une statue de femme ou de dieu25.

29CIG II 2749 (1843)

῾H Ἀϕροδείτη ἐκ τImage 100000000000000D000000117F7A6C8BA3A69C11.jpgν ἰδίων προσόδων τἀς ἀνδριαντοθήκας κατεσκεύασεν, καὶ τὰς πυλίδας σὺν τοImage 10000000000000060000000F0AA9194EF652043B.jpgς ἐπιϕερομένοις μετέθηκεν καὶ ἀνέστησεν καὶ ἐλευκούργησεν. ἐπιµεληθέντων Ζήνωνος τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg Ζήνωνος, Μενάνδρου Ἀπολλωνίου Image 100000000000000A0000000FBDC78D6780FF0763.jpg, Πηλέως ᾿Eγγενέτορος τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg Ἀττάλου, ῾Hρακλείδου τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg Πίττα, Πελοπίδου τοImage 100000000000000A0000000F0D3B9411050D5BC4.jpg Εὔνου, νεωποιImage 100000000000000D000000117F7A6C8BA3A69C11.jpgν.

  • 26 Les premières fouilles eurent lieu en 1812 (Society of Dilettanti) ; elles furent suivies de campag (...)
  • 27 S. Doruk, The architecture of the temenos, in : C. Roueché, K. T. Erim (éds.), Aphrodisias Papers : (...)

30Dans l’inscription d’Aphrodisias, andriantothèque est au pluriel (τἀς ἀνδριαντοθήκας) et désigne, comme l’ont montré les fouilles archéologiques menées depuis le XIXe s.26, les petites niches aménagées dans le mur est du téménos du temple – construit sous l’empereur Hadrien – et abritant probablement chacune une statue ou un relief. Le temple d’Aphrodite est en effet entouré de portiques sur ses trois côtés nord, sud et ouest tandis qu’à l’est se dresse un mur à colonnade très décoré, véritable frons scenae à 41 m en avant de la façade du temple ; c’est dans la face intérieure de ce mur qu’étaient aménagées des niches larges de plus de 2 m d’après la taille des fragments retrouvés27. Il ne s’agit donc pas de présentation architecturale de groupe statuaire, mais d’une décoration sculptée intégrée à une construction monumentale, ici un mur d’enceinte à colonnade corinthienne. Rien ne nous permet de préciser si les statues abritées dans ces niches étaient des statues de la déesse ou des statues des donateurs.

31J’ai fait une spécificité, dans le cadre de mon étude, du groupe par rapport à la statue isolée. Mais dans l’usage de ce vocable particulier d’andriantothèque dans la langue grecque de l’époque impériale, je ne crois pas que cela ait de l’importance. L’existence du terme dans cette inscription permet de nommer une structure abritant de la sculpture.

  • 28 Ils avaient déjà été signalés par Jacquemin 1999, p. 114, dans son commentaire sur « les désignatio (...)
  • 29 Strabon, Géographie, XIV, I, 14 : nous sommes dans l’Héraion de Samos où semblent avoir été rassemb (...)
  • 30 Pétrone, Satiricon, Pline l’Ancien, Naturalis Historia, Varron, Res Rusticae, et Vitruve, De Archit (...)

32Ces deux termes28, qui restent des hapax jusqu’à aujourd’hui, pour des statues isolées, mais a fortiori pour des groupes, correspondent tout à fait, dans leur composition en grec, à mes « écrins architecturaux », mais pas dans les inscriptions qui les emploient. Il semble que ce soient des notions et une façon de nommer les lieux qui sont d’époque impériale. Aussi leur singularité ne doit pas nous arrêter. Il est intéressant de rappeler que le terme pinacothèque, que l’on traduit par galerie de tableaux et qui nous semble si familier, n’apparaît, dans les textes grecs, que chez le géographe Strabon29, tandis que nous avons pu relever dix occurrences du terme chez les auteurs latins30.

  • 31 Cf. supra note 18 et ci-après.
  • 32 Celle qui est en cours dans le cadre de ma thèse de doctorat, préparée à l’université de Paris X - (...)

33Ainsi, les édifices conçus pour abriter des groupes sculptés servent à abriter au sens strict du terme, à mettre en valeur, à présenter cette offrande – plus ou moins précieuse selon le matériau qui servait à sa fabrication. Il faudrait pouvoir affirmer que, dans le monde grec, le matériau constitutif de l’offrande déterminait ou non la construction d’un abri. Parmi les statues fameuses que j’ai évoquées plus haut, celles du Philippeion (en or et en ivoire, composites, en marbre peut-être doré31 ?), celles du groupe familial de Daochos dans le trésor des Thessaliens à Delphes (en marbre), celles de l’exvoto de Cratéros (en bronze) sont de matériaux différents, qui réagissent de manière variée aux conditions atmosphériques. Les deux premiers groupes étaient placés sous un toit, le troisième dans une niche hypèthre. Seule une étude exhaustive32 me permettra de trancher sur cette question des matériaux des statues exposées sous abri.

34Si ce n’est pas uniquement pour protéger leur offrande, restent deux objectifs que les dédicants de groupe sculpté ont pu souhaiter réaliser : mettre en valeur (mais le commentaire sur la mise en espace de ces offrandes statuaires ferait l’objet d’une autre communication) et isoler. C’est ici, me semble-t-il, que nous pouvons faire intervenir la notion de sacré.

2. Types d’écrins architecturaux

35Quels étaient les objectifs des dédicants au moment de choisir le type de bâtiment pour abriter leur groupe statuaire ? Afin de répondre à cette question, je présenterai quelques exemples d’écrins architecturaux en allant des constructions les plus ouvertes sur l’extérieur aux constructions les plus fermées, dans lesquelles le groupe statuaire était totalement mis à l’écart. Tous les monuments que j’évoque sont bien connus ; leur présence dans cet exposé ne fait que servir ma démonstration.

2.1. Baldaquins ou monoptères

  • 33 Construction rectangulaire mesurant 4,18 m par 5,47 m, entourée de 4 par 5 colonnes, élevée vers 56 (...)
  • 34 Il a sans aucun doute abrité une statue, peut-être deux si l’on en croit la dédicace qui évoque Rom (...)
  • 35 Les textes semblent indiquer que c’est dans ce type de structure circulaire mais ouverte que les Cn (...)

36Le premier type d’écrin, le plus ouvert, est un bâtiment sans mur, constitué d’une simple colonnade supportant une toiture, qui répond au nom de baldaquin ou de monoptère. Ce type de construction est attesté dès le VIe s. av. J.-C., à Delphes par exemple, avec trois baldaquins, dont le monoptère de Sicyone33. C’est une forme élégante de baldaquin que les Athéniens utilisèrent pour honorer Rome et Auguste. Le monoptère de Rome et d’Auguste, dressé sur l’Acropole d’Athènes, vers 19 av. J.-C. a pu – c’est une hypothèse – abriter une ou deux statues dédiées à Rome et à Auguste34. Ces deux exemples montrent que le monoptère peut être bâti tant sur un plan rectangulaire (Delphes) que circulaire (Athènes)35.

  • 36 M. Piérart, Travaux de l’École française en Grèce en 1979. Argos. II. Agora, BCH, 104, 1980, p. 694 (...)
  • 37 Comme me l’a très judicieusement fait remarquer L. Chazalon lors des discussions qui ont suivi ma c (...)
  • 38 Parmi tous les groupes statuaires qui se dressaient sur l’agora d’Argos, M. Piérart propose de repl (...)

37L’exemple que je développe dans les lignes qui suivent est intéressant à plusieurs niveaux, mais peut-être avant tout pour sa non monumentalité. Il s’agit d’un petit bâtiment dressé sur l’agora d’Argos (bâtiment D ; fig. 1). Il se présente comme une simple fondation rectangulaire de pôros (2,10 m par 3,65 m), entourée d’un muret de calcaire comme l’attestent les recreusements pour blocs dressés de chant (fig. 2). La pauvreté des vestiges empêche de dire quand cette base monumentale fut érigée, mais les fouilleurs l’ont attribuée à l’époque classique ou hellénistique36. Dans un second temps (peut-être au début du IIe s. av. J.-C.), l’on procéda à un réaménagement de la structure : on inséra dans cette fondation, en la retaillant, quatre blocs percés d’un trou au lit d’attente (fig. 3) ; le fouilleur suggère que quatre poteaux ont dû être installés là et soutenir un toit pour couvrir l’offrande d’origine. Ce n’est donc que dans un second temps que la mise sous “toiture” permit aux Argiens de protéger le groupe statuaire exposé sur cette base37. Dès lors, il convient de se demander quel sens cette valorisation prit aux yeux des Argiens et quelle offrande avait à leurs yeux une importance si grande qu’il fallait l’abriter38. Pour finir, un petit temple romain fut installé à cet endroit au IIIe ou au IVe s. après J.-C.

  • 39 Le monoptère de Sicyone aurait pu abriter, par exemple, le char commémorant la victoire du tyran de (...)

38Ce type de construction minimale, le baldaquin, produisait avec peu de moyen un effet maximal, car les statues pouvaient être vues de toutes parts, tout en étant protégées par une toiture. L’on pouvait ainsi profiter des jeux de lumière et de perspective créés par les supports verticaux, quels qu’ils soient, qui entouraient les statues. L’on notera encore que le plan rectangulaire convient bien à la présentation d’un groupe sculpté39 tandis que le plan circulaire semble plutôt conçu pour une seule statue.

Image 10000000000001FF0000014C2270A05BE35CEEE7.jpg

Fig. 1 – Agora d’Argos : vue générale du bâtiment D (S. Montel).

Image 10000000000001FE000002D087848900F4B0A020.jpg

Fig. 2 – Agora d’Argos, bâtiment D : angle de la fondation avec bloc recreusé en surface (S. Montel).

Image 100000000000020000000158EF2CD6AB4BF5A281.jpg

Fig. 3 – Agora d’Argos, bâtiment D : bloc avec trou pour poteau au lit d’attente (S. Montel).

2.2. Niches hypèthres

  • 40 Les murs d’analemma sont les murs de soutènement des terrasses qui ont été construites à Delphes af (...)
  • 41 Voir note 6.
  • 42 J. Fr. Bommelaer, BCH, 105, 1981, p. 474-481 et BCH, 108, 1984, p. 858-861.
  • 43 Cf. supra, p. 168.

39La seconde catégorie porte l’appellation commune de niches, terme employé pour désigner des réalités bien différentes. Une niche, stricto sensu, est un recreusement ménagé dans un mur afin d’y placer quelque chose ; par extension, il s’agit d’une construction indépendante présentant un mur de fond, des murs latéraux et une façade ouverte, ce qui permet d’encadrer les offrandes exposées à l’intérieur et de canaliser le regard vers ce contenu. Le lien avec les murs dans lesquels les niches sont établies est très net dans le sanctuaire de Delphes, où 5 niches sur les 9 recensées ont pris place dans un mur d’analemma40 : les exemples choisis pour illustrer mon propos se situent le long du tronçon sud de la voie sacrée ; il s’agit des niches SD41 nos 115 à 118 qui ont été creusées au IVe s. dans l’analemma SD no 119 (fig. 4)42. Ces niches sont le plus souvent constituées de trois murs : les murs latéraux englobent les offrandes, tandis que le mur de fond bloque le regard. Ce troisième mur arrière sert également de fond et l’on doit certainement, pour avoir une idée exacte de l’effet produit, songer au contraste entre un mur de fond clair – ici en conglomérat et calcaire – et des statues en bronze se détachant sur ce fond (fig. 5). Sur l’esplanade du temple d’Apollon, d’autres niches ont été creusées dans l’Ischégaon, le mur nord qui maintient les terres du niveau supérieur. La niche de Cratéros, largement ouverte vers le temple, constituait par exemple un cadre très propice à la mise en valeur des statues de bronze qui racontaient l’épisode dans lequel le compagnon d’Alexandre était venu au secours du roi attaqué par un lion43 (fig. 6). Malheureusement, à cause du remploi tardif, on n’a pas retrouvé de trace de la base qui portait ces statues. Cependant la profondeur de la niche (6,35 m pour 15,27 m de largeur) incite à restituer, plutôt qu’une base rectangulaire allongée, une base qui permettait la disposition sur plusieurs plans des effigies constituant cette scène animée, une base qui suggérait l’interaction entre les différentes figures.

Image 10000000000001FE0000015807E1E91986B2EA17.jpg

Fig. 4 – Sanctuaire d’Apollon à Delphes : côté nord du tronçon sud de la « voie sacrée ». Niches SD nos 115 à 118 – IVe s. (S. Montel).

Image 10000000000001FE0000015C64546FF69DF25D98.jpg

Fig. 5 – Sanctuaire d’Apollon à Delphes : niche quadrangulaire SD no 115 ; largeur : 3,94 m ; profondeur : 2,75 m ; hauteur cons. : 3,94 m – IVe s. (S. Montel).

Image 10000000000001FE000001619C98434535A60B5E.jpg

Fig. 6 – Sanctuaire d’Apollon à Delphes : niche de Cratéros SD no 340 ; largeur : 15,27 m ; profondeur : 6,35 m – fin du IVe s. Des modifications tardives apparaissent sur cette photographie : la niche a été recreusée, divisée en trois, on y a ajouté un étage et un avant-corps (S. Montel).

  • 44 Cf. Les exemples delphiens des niches SD nos 117-118 dans lesquelles sont conservés les vestiges d’ (...)
  • 45 Le même principe s’observe dans les portiques qui sont des constructions plus onéreuses que les nic (...)

40En effet, même si nous avons insisté sur les trois murs qui composent la niche et encadrent le groupe de statues, il ne faut pas laisser de côté le dispositif interne qui permettait d’installer l’offrande. Dans ces niches, comme dans d’autres écrins architecturaux, nous pouvons observer la reprise, pour disposer les statues, de formules déjà classiques, comme la base à degrés, répandue depuis l’époque archaïque, en l’insérant entre des murs dont j’ai souligné le rôle dans les lignes précédentes44. Ce n’est donc pas en matière de disposition des statues au sens strict du terme que ces constructions ont attiré mon attention. En général, les niches sont plus larges que profondes, ce qui montre que les dédicants qui les utilisaient souhaitaient avant tout profiter de l’étalement en largeur45. Parmi les constructions ouvertes en façade, elles forment un type de structure minimal, peu onéreux, qui permet d’isoler le groupe sculpté en attirant l’attention des spectateurs.

2.3. Bâtiments couverts et ouverts en façade

41Les bâtiments couverts et dotés d’une façade à colonnade attestent, eux, d’une volonté de montrer le contenu tout en insérant les statues dans un véritable édifice.

  • 46 Les inscriptions mentionnent Dionysos, sur le bloc du centre de la base, puis, de gauche à droite : (...)

42L’édifice prostyle tétrastyle que je prends en exemple est érigé sur un podium dans le sanctuaire de Dionysos à Thasos ; il est composé d’une pièce en forme de P qui abrite une base en arc de cercle pour 9 statues de marbre. Il manque aujourd’hui la partie gauche de la base, mais les inscriptions sur les faces antérieures des blocs de la moitié droite et les statues conservées46 ont permis de comprendre que cette offrande commémorait un festival au théâtre de Thasos (fig. 7).

  • 47 Une simple base à degrés avec colonnade en façade datée de la première moitié du IIIe s. av. J.-C.
  • 48 L’émulation est un trait commun aux pratiques des Grecs de l’Antiquité qui se lit particulièrement (...)

43Comme les fouilles de l’École française d’Athènes l’ont révélé en mettant au jour une seconde offrande monumentale du même type, de proportions plus réduites et à la structure simplifiée47, dans l’angle nord-ouest du téménos, la formule associant habilement architecture soignée et statuaire de qualité avait semblé particulièrement réussie aux yeux des Thasiens48.

Image 10000000000001FF0000015C8DB78890050EB499.jpg

Fig. 7 – Thasos, monument du sanctuaire de Dionysos, vue générale du bâtiment ; largeur : 9,70 m ; profondeur : 10,50 m – 3e quart du IVe s. (S. Montel).

Image 10000000000001FF000001FB6E699E8ECEF39315.jpg

Fig. 8 – Élévation restituée du monument du sanctuaire de Dionysos de Thasos. 1/150 (dessin de M. Wurch-Kozelj et T. Kozelj, in : Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos, Athènes, 20002, fig. 47, p. 93).

Image 10000000000001FF000001510939A0538A1B2AD0.jpg

Fig. 9 – Sanctuaire d’Apollon à Delphes, terrasse au N.-E. du temple : bâtiment SD no 514 ; largeur : environ 7 m ; profondeur : environ 9 m – début du IIIe s. (S. Montel).

44Dans ce type de présentation de groupe statuaire, tout est de l’ordre du suggestif : le groupe statuaire est enclos, mais il se révèle à travers les colonnes de la façade (fig. 8). Il y a une analogie certaine entre ce type de bâtiment et les trésors ou les temples prostyles, que ce soit du point de vue de la forme d’ensemble, du plan, des proportions du bâtiment. Une interrogation commune à tous ces édifices est celle de l’accessibilité : parvenait-on jusqu’aux statues exposées dans la salle ? À Thasos, un escalier de six marches au sud, en façade, semble le suggérer ; il permet en effet de monter au sommet du podium sur lequel, pour des raisons topographiques évidentes, les bâtisseurs ont dû établir leur construction.

45Le succès de ce type de présentoir de groupes statuaires est confirmé par la présence, à Delphes, d’un bâtiment rectangulaire contenant une base “en fer à cheval” qui a pu accueillir 17 statues d’après les cavités d’encastrement conservées (fig. 9-10 ; largeur disponible entre les axes du dispositif en arc de cercle : 5,95 m). Comme à Thasos, il s’agit d’un bâtiment semi-ouvert contenant une base permettant d’associer les statues les unes aux autres. La restitution de la façade de ce petit édifice (7 m par 9 m environ) pose problème, car le terrain au sud de la base a été emporté : peut-être faut-il restituer deux antes, comme à Thasos. La couverture, elle, est assurée.

  • 49 Cf. note 6.
  • 50 SD no 113 : hémicycle des rois d’Argos, après 369 av. J.-C. Il fait face à l’hémicycle SD no 112, d (...)
  • 51 SD no 120 est une niche en arc de cercle de l’époque hellénistique, située sur le tronçon sud de la (...)
  • 52 Il s’agit là d’un type de bâtiment méconnu ; la recherche en cours montrera que cette forme a eu un (...)

46J’ai rappelé plus haut que la présentation d’un groupe statuaire sur une base en forme d’arc de cercle existait déjà ailleurs à Delphes dans les offrandes argiennes (SD nos 11249 et 11350) et dans la niche SD no 120, le long de la voie, par exemple51. Mais c’est l’association de ce type de base et d’un écrin architectural protégeant l’ensemble qui semble fournir une solution idéale dans la mise en valeur des groupes statuaires52.

2.4. Bâtiments fermés

47Il existe deux types de bâtiments fermés qui ont accueilli des groupes de statues, présents à Delphes et à Olympie, où s’observent des solutions techniques novatrices dès le Ve s. av. J.-C.

  • 53 BCH, 125-1, 2001, p. 305-332, avec bibliographie sur le bâtiment et le groupe statuaire.
  • 54 L’inscription gravée sur la face antérieure des blocs de base nous apprend que Daochos II de Pharsa (...)
  • 55 Le premier semble être le trésor des Corinthiens (SD no 308) ; les derniers sont élevés au IVe s. a (...)

48Sur la terrasse au N.-E. du temple d’Apollon de Delphes (fig. 10), avant la construction du bâtiment SD no 514, se dressait le « trésor » des Thessaliens, plus communément connu sous le nom de monument de Daochos II (SD no 511). Les travaux d’A. Jacquemin et de D. Laroche ont montré53 qu’il s’agissait bien d’un bâtiment fermé, dans lequel on pouvait pénétrer par une simple porte sur le petit côté ouest du bâtiment. Le bâtiment est daté, par des traits techniques et pour des raisons historiques, vers 361 av. J.-C., tandis que les statues sont datées entre 336 et 332 av. J.-C.54. A. Jacquemin et D. Laroche font de ce bâtiment le trésor des Thessaliens, l’un des nombreux trésors qui furent élevés à Delphes entre le VIIe s. et le IVe s.55. Dans leur article du BCH, le monument thessalien est nommé de manière neutre « monument de Daochos » ou « chambre thessalienne », mais, sur la fig. 16 que nous reproduisons (fig. 10), apparaît le terme oikos, ce qui souligne, comme je le disais en commençant, la difficulté que nous avons de nommer ce type de bâtiments contenant des statues.

  • 56 Livre X 24, 6.
  • 57 Fig. 10 (1) : bâtiment anonyme.
  • 58 Largeur : 12,20 m ; profondeur : 8 m. Les deux bâtiments ont certainement été contemporains, au moi (...)
  • 59 Base rectangulaire à trois degrés ; l’assise supérieure a été préparée (surface piquetée) pour rece (...)
  • 60 Six statues sur les neuf d’origine sont conservées au Musée de Delphes, ainsi que la plinthe d’une (...)

49Un parallèle peut-être fait à Delphes entre ce trésor des Thessaliens et un bâtiment voisin longtemps connu sous le nom de « téménos de Néoptolème », du fait d’une interprétation erronée d’un passage de Pausanias56, mais qui reste anonyme et que je nommerai simplement par son numéro de l’Atlas, SD no 50757. Il s’agit d’un bâtiment rectangulaire de dimensions proches de l’offrande thessalienne, ouvert à l’est58 ; il contient une base rectangulaire allongée conçue pour porter au moins 4 statues59. Il faut souligner que ces deux structures ne présentent aucune innovation en matière de présentation des statues : les bases rectilignes qui s’y trou vent portaient un groupe paratactique et non pas un groupe animé. Les statues conservées de l’ensemble de Daochos le confirment60. Sans doute est-ce parce que Daochos a remployé un bâtiment préexistant pour exposer son groupe statuaire qu’il s’est vu contraint de l’installer sur une base rectangulaire.

50Il faut, face à ces structures, reprendre les questions que j’évoquais plus haut : qui entrait pour voir les statues totalement isolées du reste des offrandes ? Quand ? Fermait-on à clé le petit bâtiment ? L’orientation de la porte fait-elle sens ou est-elle simplement fonction de la place disponible ? Le trésor thessalien abrita pendant un cours laps de temps un groupe familial, généalogique : son intégration dans un véritable bâtiment, rivalisant de taille avec bien des offrandes monumentales élevées dans le sanctuaire, l’emplacement choisi – une terrasse en surplomb par rapport à la terrasse du temple –, tous ces éléments participent-ils d’une revendication de statut ?

Image 10000000000002DF000004E8902925A24393C2C5.jpg

Fig. 10 – Sanctuaire d’Apollon à Delphes : états successifs de la région Nord-Est du sanctuaire vers 330 av. J.-C. (1) et vers 200 av. J.-C. (2). (plans de D. Laroche, in : Jacquemin, Laroche 2001, fig. 16, p. 331).

  • 61 Il s’agit de la restitution admise dans l’état actuel de la documentation. Une étude architecturale (...)
  • 62 On admet généralement qu’Alexandre fit terminer les travaux avant son départ pour l’Asie. Mais il e (...)
  • 63 J. Borchhardt, Bericht der Limyra, Grabung 1984, in : VII Kazi Sonuçlari Toplantisi, Ankara, 1985, (...)
  • 64 Pour associer la description de Pausanias et la base des statues qui est conservée, on propose de r (...)
  • 65 Sur ce bâtiment dont la destination demeure incertaine : J.-Fr. Bommelaer, Guide de Delphes, Le sit (...)
  • 66 Notons encore que, parmi les exemples de tholoi cités, trois datent du IVe s. et deux sont dus à de (...)

51Les mêmes problèmes se posent pour le Philippeion d’Olympie qui est lui aussi un bâtiment totalement fermé par un mur, percé d’une porte ouvrant vers l’Altis61. De plan circulaire, entouré d’une colonnade périptère, il fut construit dans le sanctuaire de Zeus à Olympie après la bataille de Chéronée en 338 et avant la mort d’Alexandre en 323 av. J.-C.62. Ce type d’écrin architectural est le développement du baldaquin circulaire, mais il s’agit d’un bâtiment plus protecteur puisqu’il est complètement fermé. Il s’agit d’une véritable tholos. Ces bâtiments ronds sont particulièrement difficiles à réaliser, du point de vue technique (surtout pour la toiture) ; ils sont donc très coûteux, et leur destination reste un peu énigmatique : certaines tholoi sont civiques – elles peuvent servir de lieu d’assemblée – (Agora d’Athènes, Ve s. av. J.-C.), leur plan circulaire est utilisé pour des raisons pratiques (les tholoi servant d’établissement de bains, à Amathonte de Chypre et Gortys d’Arcadie par exemple) ; d’autres encore ont une destination cultuelle (tholos d'Érétrie au Ve s., d’Asclépios à Épidaure au IVe s., Arsinoeion du sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace au début du IIIe s., ou encore hèrôon de Ptolémée II et Arsinoé à Limyra63 – sanctuaire dynastique). Doit-on lire dans le choix de cette forme architecturale raffinée une volonté de Philippe II et d’Alexandre d’associer les statues de la famille de Macédoine à un type d’édifice parfois voué au culte ? L’ouverture du bâtiment vers l’Altis et la présence de dorure64 pour des statues de type dynastique iraient dans ce sens. Mais une dernière fonction peut être associée aux tholoi, celle de tholos-trésor. Il semble en effet que la tholos érigée au début du IVe s. dans le sanctuaire d’Athéna Pronaia à Delphes aurait pu servir à abriter des offrandes précieuses faites à la déesse65. Dès lors, le Philippeion pourrait être l’une de ces tholoi-trésors66. Quoi qu’il en soit, par ce geste, en élevant un type de construction alors très en vogue, mais encore absent du sanctuaire de Zeus, Philippe et Alexandre affirment en plein cœur de la Grèce la grandeur de la Macédoine.

Conclusion

52Ainsi, contrairement aux offrandes exposées en plein air, dans des niches ou sous des portiques, les statues et objets placés dans des bâtiments fermés n'étaient visibles ni de tous ni de loin. La conception d’un groupe statuaire complètement enfermé dans une construction relève donc d’un tout autre type de démarche. La dimension particulière de ces écrins architecturaux réside, à ce que je crois, en ce qu’ils monumentalisent, isolent, séparent aux yeux des pèlerins et visiteurs des sanctuaires le groupe sculpté ainsi mis en valeur. Le bâtiment, les prouesses techniques qu’il affiche, le raffinement de sa décoration sont autant de critères qui répondent à l’esprit d’émulation qui régnait dans les sanctuaires. Les manipulations, les agencements, les arrangements ne sont pas réservés aux “statues de culte” ; ils sont au contraire bien attestés pour les groupes votifs et honorifiques dont l’archéologie a conservé le mode d’exposition.

53Les écrins architecturaux pour groupe sculpté jouent le même rôle que le temple qui abrite la statue de la divinité ; mais ils mettent également en valeur le groupe statuaire grâce à des solutions architecturales adaptées. La construction relève du même type de conception, tout en étant attachée à des statues qui ne recevaient pas un culte, n’étaient pas l’objet de rites particuliers ; je pense bien sûr aux groupes honorifiques présentant des statues d’humains ; leur mise en place dans un sanctuaire plaçait l’action commémorée, la scène représentée quelle qu’elle soit, sous la protection et le regard des dieux. Mais le groupe était placé dans un isolement qui a pu, à mon sens et dans certains cas particuliers, sacraliser un groupe sculpté.

54En isolant le groupe statuaire des offrandes simplement disposées sur leur base, en plein air, l’écrin architectural qui l’abritait servait-il à marquer un caractère sacré ? C’est la question qui reste à débattre.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Chantraine 1990 : P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1990.

Holtzmann 2003 : B. Holtzmann, L’Acropole d’Athènes, Paris, 2003.

Holtzmann 2005 : B. Holtzmann, Praxias et fils : un atelier de sculpture attique actif à Thasos durant la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C., in : Meisterwerke Internationales Symposion anläSlich des 150. Geburtstages von Adolf Furtwängler (Fribourg en Brisgau, 2003), Munich, 2005, p. 169-177.

Hübner 1993 : A. Hübner, Repertorium der griechischen Rechtinschriften. Faszikel 1. Troas – Mysien, Munich, 1993.

Jacquemin 1999 : A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes, Rome, 1999 (BEFAR 304).

Jacquemin, Laroche 2001 : A. Jacquemin, D. Laroche, Le monument de Daochos ou le trésor des Thessaliens, BCH, 125-1, 2001, p. 305-332.

Sève 1979 : M. Sève, Un décret de consolation à Cyzique, BCH, 103, 1979, p. 327-359.

Notes

1 Mes remerciements vont à Cl. Pouzadoux, N. Lubtchansky et tous les membres du séminaire Image et religion qui m’ont invitée à participer à ce colloque.

2 Pour une histoire de la statue cultuelle en Grèce ancienne. Communication présentée au colloque et non publiée dans le volume.

3 Delphes, Corpus des Inscriptions de Delphes, IV, 44 par exemple ; Aphrodisias de Carie, CIG II 2749.

4 Rhodes, stèle de marbre du IIIe s. av. J.-C. (LSS, no 107) ; Athènes, règlement du IIe s. av. J.-C. (LSCG, no 43) ; Loryma, stèle de marbre du IIIe s. av. J.-C. (LSAM, no 74).

5 Cf. note 4. Le règlement rhodien stipule qu’il est interdit de déposer une demande pour l’installation des statues et autres objets dans une partie déterminée du sanctuaire et là où cela pourrait gêner le passage.

6 À Olympie, offrande des Achéens à l’est du temple de Zeus (9 statues en bronze d’Onatas d’Égine, vers 480-470 av. J.-C.) ou offrande des Apolloniates le long de la voie au sud de l’Altis (13 statues de bronze œuvre de Lykios fils de Myron) ; à Delphes, hémicycle supportant les statues des Sept et des Épigones, le long du côté sud de la voie sacrée (16 personnages au moins et un cheval ; après la bataille d’Oinoé - 456 av. J.-C. ; SD no 112 : SD correspond à Site de Delphes : il s’agit de la numérotation utilisée dans l’Atlas, Athènes, 1975 et dans le Guide de Delphes. Le site, Athènes, 1991).

7 Jacquemin 1999.

8 A. H. Borbein, Die griechische Statue des 4. Jahrhunderts v. Chr., JDAI, 88, 1973, p. 42-212.

9 Par exemple : A. Pontrandolfo, G. Prisco, E. Mugione, F. Lafage, Semata e Naiskoi nella ceramica italiota, in : La parola, l’immagine, la tomba, AION, 10, 1988, p. 181-202.

10 Les inscriptions comme les découvertes de ce type de mobilier fournissent des exemples à cette définition. Cf. Jacquemin 1999, p. 115, n. 28.

11 Argument développé notamment par E. L. Brulotte dans sa thèse sur les sanctuaires d’Artémis dans le Péloponnèse, travail dans lequel il s’est intéressé aux différentes manières de disposer les offrandes dans les sanctuaires : The placement of votive offerings and dedications in the Peloponnesian sanctuaries of Artemis, University of Minnesota, 1994 (1995), chapter 3, The placement of offerings.

12 À cet égard, la publication du trésor des Thessaliens de Delphes par A. Jacquemin et D. Laroche est tout à fait significative : ils ont montré que le bâtiment avait d’abord été conçu comme un trésor avant d’accueillir les neuf statues qui composent le groupe statuaire offert par Daochos II. Cf. Jacquemin, Laroche 2001.

13 « Inscription de l’hécatompédon » IG I3 4, Athènes, Musée Épigraphique 6794 ; entre 508/507 et 499/498 ou 485/484 av. J.-C. au plus tard. Cf. Holtzmann 2003, p. 86.

14 Traduction dans Holtzmann 2003, p. 85.

15 Holtzmann 2003, p. 84, d’après R. Tölle-Kastenbein, Das Hekatompedon auf der Athener Akropolis, JdI, 108, 1993, p. 43-75.

16 Plutarque, Vies, Tome IX, Alexandre – César, Texte établi par R. Flacelière et E. Chambry, Paris, 1975.

17 R. Flacelière, Inscriptions de la terrasse du temple et de la région Nord du sanctuaire, Paris, 1954 (Fouilles de Delphes, Tome III, Fascicule 4, no 137).

18 Pausanias parle de statues chryséléphantines, mais la base conservée à Olympie présente des cavités d’encastrement correspondant aux plinthes de statues de marbre. Sur ce point, voir P. Schultz, Leochares’ Argead Portraits in the Philippeion, in : R. von den Hoff and P. Schultz (éd.), Early Hellenistic Portraiture : Image, Style, Context, Cambridge, 2008, p. 205-233.

19 Pausanias, Description de la Grèce, Livre V, L’Elide, Texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux et commenté par A. Jacquemin, Paris, 1999.

20 J. Robert, L. Robert, Bulletin épigraphique, 1978, p. 457-459 (no 393) ; L. Robert, CRAI, 1978, p. 553-556 ; Sève 1979 ; Hübner 1993.

21 Agalma désigne soit des offrandes qui plaisent aux dieux (c’est le sens premier d’ἄγαλμα, dérivé d’ἀγάλλομαι), soit des statues représentant des dieux, soit des statues en général. Cf. Chantraine 1990, p. 6-7.

22 Sève 1979, p. 327-359.

23 Appareiller, équiper, garnir / organiser, disposer, construire.

24 A. Boeckh et al., Corpus Inscriptionum Graecarum, II, Berlin, 1843, nos 1793-3809. Cf. également le commentaire qu’en fait C. Texier dans sa Description de l’Asie Mineure, 3e partie, 3e volume, Paris, 1849. D. McCabe, Aphrodisias, 1996 [en CDROM PHI 7, Packard Humanities Institute, Los Altos, California].

25 Cf. Chantraine 1990, p. 88.

26 Les premières fouilles eurent lieu en 1812 (Society of Dilettanti) ; elles furent suivies de campagnes françaises entre 1904 et 1914 (P. Gaudin), italiennes (G. Jacopi en 1937-38) et reprises au début des années 1960 par K. T. Erim (New York University).

27 S. Doruk, The architecture of the temenos, in : C. Roueché, K. T. Erim (éds.), Aphrodisias Papers : Recent work on architecture and sculpture, Ann Arbor, 1990 (JRA Supplementary Series, 1), p. 66-74. L’ensemble de ce volume constitue la dernière synthèse parue sur le temple et le téménos d’Aphrodite.

28 Ils avaient déjà été signalés par Jacquemin 1999, p. 114, dans son commentaire sur « les désignations du contenant en fonction de l’objet contenu ».

29 Strabon, Géographie, XIV, I, 14 : nous sommes dans l’Héraion de Samos où semblent avoir été rassemblés de nombreux tableaux et œuvres d’art ; le terme de pinacothèque est employé une fois au singulier et une fois au pluriel. Notons également la présence du terme naïskoï, que je traduirais volontiers, ici, par édicule abritant des œuvres d’art antiques.

30 Pétrone, Satiricon, Pline l’Ancien, Naturalis Historia, Varron, Res Rusticae, et Vitruve, De Architectura, sont les auteurs latins qui emploient le terme de pinacothèque dans leurs descriptions des demeures romaines. Pausanias, dans sa description des Propylées de l’Acropole (I 22, 6) n’emploie pas de terme précis pour évoquer la pièce (οἴκημα) où étaient exposées des peintures ; le terme le plus spécifique que nous pouvons associer à ce dossier est celui de Stoa Poikilé, appellation commune du portique de Peisianax, employée par Pausanias (I 15, 1) pour désigner le portique dressé au Ve s. av. J.-C. sur le côté nord de l’Agora d’Athènes.

31 Cf. supra note 18 et ci-après.

32 Celle qui est en cours dans le cadre de ma thèse de doctorat, préparée à l’université de Paris X - Nanterre sous la direction de B. Holtzmann (« Recherches sur la présentation architecturale des groupes statuaires en Grèce »). Les groupes sculptés de marbre sont placés dans des écrins munis d’une toiture, tandis que les bronzes sont exposés à ciel ouvert.

33 Construction rectangulaire mesurant 4,18 m par 5,47 m, entourée de 4 par 5 colonnes, élevée vers 560 av. J.-C. (date indiquée par le chapiteau et la sculpture). Le musée de Delphes conserve les métopes sculptées de ce petit bâtiment.

34 Il a sans aucun doute abrité une statue, peut-être deux si l’on en croit la dédicace qui évoque Rome et César Auguste (IG II2 3173). En dernier lieu, Holtzmann 2003, p. 216 et fig. 191 p. 217.

35 Les textes semblent indiquer que c’est dans ce type de structure circulaire mais ouverte que les Cnidiens avaient abrité leur belle Aphrodite. Cf. Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXVI, 20. Je remercie A. Hermary de m’avoir suggéré de reprendre le dossier de la Cnidienne. Voir désormais H. Bankel, Knidos : der hellenistische Rundtempel und sein Altar : Vorbericht, AA, 1, 1997, p. 51-71. J’ai récemment fait le point sur la question lors d’un colloque sur Aphrodite à Reading (“The Architectural Setting of the Cnidian Aphrodite”, mai 2008) ; voir aussi ma petite contribution à cette enquête parue dans Histoire antique, 36, 2008, p. 49-53 (« La tholos et l’Aphrodite de Cnide »).

36 M. Piérart, Travaux de l’École française en Grèce en 1979. Argos. II. Agora, BCH, 104, 1980, p. 694-696 et BCH, 105, 1981, p. 906.

37 Comme me l’a très judicieusement fait remarquer L. Chazalon lors des discussions qui ont suivi ma communication, le diamètre des trous (autour de 0,15 m) invite à replacer là des poteaux pouvant soutenir une tenture plus qu’une toiture.

38 Parmi tous les groupes statuaires qui se dressaient sur l’agora d’Argos, M. Piérart propose de replacer sur la fondation D le groupe en bronze du combat légendaire du loup et du taureau décrit par Pausanias en II 19, 7.

39 Le monoptère de Sicyone aurait pu abriter, par exemple, le char commémorant la victoire du tyran de Sicyone aux 1ères courses de char des Concours Pythiques, en 582 av. J.-C. ; il s’agit d’une hypothèse séduisante mais invérifiable.

40 Les murs d’analemma sont les murs de soutènement des terrasses qui ont été construites à Delphes afin de rendre le terrain pentu plus facilement utilisable, constructible.

41 Voir note 6.

42 J. Fr. Bommelaer, BCH, 105, 1981, p. 474-481 et BCH, 108, 1984, p. 858-861.

43 Cf. supra, p. 168.

44 Cf. Les exemples delphiens des niches SD nos 117-118 dans lesquelles sont conservés les vestiges d’une base à degrés.

45 Le même principe s’observe dans les portiques qui sont des constructions plus onéreuses que les niches (toiture et colonnade de façade ajoutent un coût important), mais qui n’ont bien souvent pas la même destination, les mêmes usages.

46 Les inscriptions mentionnent Dionysos, sur le bloc du centre de la base, puis, de gauche à droite : la Tragédie, la Comédie, le Dithyrambe et le Nyctérinos, suivis des noms des acteurs ou des joueurs d’aulos célébrés pour leur succès. La tête de Dionysos est conservée (Musée de Thasos inv. 16 ; haut. cons. : 0,60 m), ainsi que la statue acéphale de la Comédie (Musée de Thasos inv. 652 ; haut. cons. : 1,71 m) et un masque de vieillard qu’a pu tenir la Tragédie (Musée de Thasos inv. 17 ; haut. cons. : 0,325 m). Le style des sculptures comme la graphie des inscriptions datent l’ensemble du Dionysion du 3e quart du IVe s. av. J.-C. Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos, Athènes, 20002, p. 92-94 ; Holtzmann 2005, p. 169-177.

47 Une simple base à degrés avec colonnade en façade datée de la première moitié du IIIe s. av. J.-C.

48 L’émulation est un trait commun aux pratiques des Grecs de l’Antiquité qui se lit particulièrement bien dans les sanctuaires où les offrandes monumentales rivalisent – dans tous les sens du terme – avec leurs voisines.

49 Cf. note 6.

50 SD no 113 : hémicycle des rois d’Argos, après 369 av. J.-C. Il fait face à l’hémicycle SD no 112, dans une composition tout à fait réussie par laquelle les Argiens marquèrent à tout jamais cette portion de « voie sacrée ».

51 SD no 120 est une niche en arc de cercle de l’époque hellénistique, située sur le tronçon sud de la voie, un peu plus vers l’ouest.

52 Il s’agit là d’un type de bâtiment méconnu ; la recherche en cours montrera que cette forme a eu un certain succès.

53 BCH, 125-1, 2001, p. 305-332, avec bibliographie sur le bâtiment et le groupe statuaire.

54 L’inscription gravée sur la face antérieure des blocs de base nous apprend que Daochos II de Pharsale offrit ce groupe à Delphes alors qu’il y était hiéromnémon. Les comptes de Delphes ont permis de placer la charge de Daochos II entre 336 et 332 avant notre ère.

55 Le premier semble être le trésor des Corinthiens (SD no 308) ; les derniers sont élevés au IVe s. avant que l’espace delphique ne soit totalement saturé et que s’y développent d’autres types d’offrandes, piliers et colonnes notamment, qui occupent verticalement les lieux.

56 Livre X 24, 6.

57 Fig. 10 (1) : bâtiment anonyme.

58 Largeur : 12,20 m ; profondeur : 8 m. Les deux bâtiments ont certainement été contemporains, au moins durant quelques années ; l’on comprend donc que SD no 507 ne pouvait qu’être ouvert à l’est, sinon, il aurait fallu se glisser entre SD nos 511 et 507 afin de pénétrer dans ce dernier !

59 Base rectangulaire à trois degrés ; l’assise supérieure a été préparée (surface piquetée) pour recevoir 4 statues.

60 Six statues sur les neuf d’origine sont conservées au Musée de Delphes, ainsi que la plinthe d’une septième.

61 Il s’agit de la restitution admise dans l’état actuel de la documentation. Une étude architecturale en cours pour l’anastylose du bâtiment doit préciser les choses.

62 On admet généralement qu’Alexandre fit terminer les travaux avant son départ pour l’Asie. Mais il est tout à fait possible que le Philippeion ait été achevé du vivant de Philippe, entre l’été 338 et juin 336. Des indices techniques semblent le montrer.

63 J. Borchhardt, Bericht der Limyra, Grabung 1984, in : VII Kazi Sonuçlari Toplantisi, Ankara, 1985, p. 467-470.

64 Pour associer la description de Pausanias et la base des statues qui est conservée, on propose de restituer, à titre d’hypothèse, et à la suite des observations rapportées par P. Schultz, des statues de marbre dorées. Les travaux de B. Bourgeois et Ph. Jockey sur la dorure des statues hellénistiques de marbre de Délos montrent que la pratique était courante : La dorure des marbres grecs. Nouvelle enquête sur la sculpture hellénistique de Délos, Journal des Savants, juillet-décembre 2005, p. 253-316.

65 Sur ce bâtiment dont la destination demeure incertaine : J.-Fr. Bommelaer, Guide de Delphes, Le site, Athènes, 1991, p. 65-68 ; G. Roux, La tholos de Delphes, in : J. R. McCredie, G. Roux, S. M. Shaw & J. Kurtich (éds.), Samothrace, The rotunda of Arsinoe, Princeton, 1992, II. Structure and style, p. 186-191.

66 Notons encore que, parmi les exemples de tholoi cités, trois datent du IVe s. et deux sont dus à des architectes dont on a conservé le nom, ce qui souligne la qualité de ces édifices (1er quart du IVe s. pour celle d’Athéna Pronaia à Delphes, traité de Théodore de Phocée ; vers 360-350 av. J.-C. pour celle de l’Asclépiéion d’Epidaure, par Polyclète le Jeune). L’architecte du Philippeion, lui, n’est pas connu.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site