Version classiqueVersion mobile

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanats de la céramique

Le dernier potier. Fin d’une tradition céramique dans la Tuscia viterbaise

Vincent Jolivet

Texte intégral

  • 1 Platon, République, 514a. La traduction est celle de Léon Robin, dans la collection de la Pléiade.

Figure-toi des hommes dans une demeure souterraine en forme de caverne dont l’entrée, ouverte à la lumière, s’étend sur toute la longueur de la façade...1

  • 2 Le village possède à présent un intéressant Museo della città e del territorio, dirigé par Elisabe (...)
  • 3 Mais ces productions sont le plus souvent localisées à partir de cartes de distribution des vases (...)
  • 4 Pour cette période, on se reportera à De Minicis 1994-2005. On notera, en comparaison avec l’Antiq (...)

1Une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Rome, sur la via Cassia, le bourg de Vetralla2 a longtemps perpétué une tradition de production céramique particulièrement florissante dans cette région durant toute l’Antiquité - du bucchero des cités étrusques méridionales aux céramiques à vernis noir ou à vernis rouge du territoire falisque3-, et demeurée bien vivace au Moyen Âge et à l’époque moderne4.

  • 5 Que je remercie de s’être prêté avec patience, et une immense gentillesse, à un long entretien à l (...)

2Cette année, le dernier représentant de l’une des principales dynasties de potiers de Vetralla, Felice Ricci5, plus connu dans son village sous le surnom de son ancêtre Ilario, fondateur de la fabrique, « Checco Lallo », a empilé les vases dans ce qu’il pense être son dernier four, sans même avoir la certitude, faute d’assistants, qu’ils seront cuits un jour : il était le dernier à y pratiquer cette activité selon une tradition artisanale bien distincte du métier des potiers d’art ou des imitateurs de céramique antique ou médiévale qui se multiplient aujourd’hui au rythme du développement touristique de cette région.

Fig. 1. Plan de Vetralla, avec le quartier des potiers (en rouge) et la zone d’extraction de l’argile (en orange) ; la flèche indique l’emplacement de l’atelier Ricci (fond de plan I.G.M. au 25 000e)

  • 6 Pour ce siècle, la céramique de Vetralla est attestée, à Rome, dans les fouilles de la Crypta Balb (...)
  • 7 Voir p. ex. Desbat 1989 ; Picon 1992 et 1995 ; Aut. Div. 2000. Pour la Grèce : Fiandra, Pelagatti (...)

3Cette tradition locale, que l’on peut faire remonter au moins au XVIIIe siècle6, présente évidemment une solution de continuité importante par rapport à l’antique, et fait appel à un outillage technologique et à une main-d’œuvre en partie différents ; mais elle peut nous aider à mieux réfléchir à l’organisation des ateliers antiques qui sont très peu nombreux à avoir été fouillés, ou même repérés, en Étrurie méridionale. Si l’ethnoarchéologie nous a plutôt habitués à nous tourner, à cette fin, vers le Maghreb ou vers le Proche Orient7, il n’est pas inutile de voir, au sein d’un même milieu géographique, quelles solutions ont été élaborées par les artisans pour répondre à des problèmes analogues, à partir de ressources similaires et de procédés techniques demeurés en partie immuables.

  • 8 Il comptait alors, selon Felice Ricci, une dizaine de familles qui se consacraient entièrement à c (...)
  • 9 Les deux volumes consacrés par A. Milioni à la zone de Viterbe recensent un nombre important de gr (...)
  • 10 Également désignés à Vetralla, selon une terminologie plus répandue, comme pignattari (de pignatta(...)
  • 11 L’eau était prélevée dans des puits, ou au lavoir.
  • 12 Gambellini, Paolocci, Pistella, Ricci : De Feo 1996, note 5 ; De Minicis 2005, p. 21.
  • 13 De Feo 1996. Selon l’édition du Baedeker de 1909, le bourg comptait alors 8020 habitants ; ils son (...)
  • 14 Macherucci-Brescia-De Cesaris 1987, p. 94 (phase illustrée par une photo ancienne ibid., p. 53).
  • 15 La collection du musée de Vetralla permet de suivre l’évolution de la production de ce potier sur (...)

4À Vetralla, le quartier des potiers, encore florissant avant la seconde guerre mondiale8, se trouvait au sud du bourg, en contrebas de celui-ci, juste à l’extérieur de son enceinte médiévale (fig. 1). L’activité artisanale s’y déroulait exclusivement à proximité immédiate de leurs habitations, dans des grottes creusées dans le tuf9 qui s’échelonnent le long d’une rue nommée, précisément pour cette raison, Via dei pilari, la « rue des potiers » (fig. 2) : ce sont en effet les piles de vases stockés dans les fours qui ont valu à ces artisans leur nom vernaculaire10. Contrairement à un schéma réputé classique, et contraignant, aucun cours d’eau ne passe à proximité immédiate de ce quartier11. Quatre familles au moins12, au XIXe siècle, se consacraient entièrement à cette activité placée sous la direction de leur chef, directement responsable du tournage et de la cuisson des vases, et à laquelle participaient femmes (notamment pour les décors floraux) et enfants (comme garçons ou apprentis)13 : le savoir-faire se transmettait de génération en génération à l’intérieur de ces familles, dont les ramifications ont pu donner naissance à des ateliers différents, désignés du nom de leur fondateur, comme dans le cas des productions distinctes des familles Paolocci « di Vincenzino » et Paolocci « di Antoniarello ». De diffusion régionale, la poterie de Vetralla est bien attestée dans un rayon d’une trentaine de kilomètres, en direction du nord (Viterbe) comme du sud (Bracciano), et jusqu’à Rome : lorsqu’elle n’était pas vendue sur place à des acheteurs locaux ou venus de villages voisins, chargée sur des chariots, elle était distribuée dans les villages, dans les campagnes et dans les foires14. La seconde guerre mondiale, en dépeuplant le bourg et en modifiant en profondeur son mode de vie traditionnel, a failli mettre un terme définitif à cette activité : une seule famille, celle des Ricci, a poursuivi la production, dans le droit fil d’une tradition qui est aujourd’hui sur le point de s’éteindre définitivement avec les derniers vases tournés par Felice Ricci15.

Fig. 2. Vetralla, les grottes de la via dei pilari ; la flèche indique l’emplacement de l’atelier Ricci (Mocellin 1993, pl. 24)

Fig. 3. Plan de l’atelier Ricci (version simplifiée de Mocellin 1993, pl. 24). A. Base en bois pour le travail de l’argile. B. Tours. C. Seau à eau. D. Lieu de préparation de l’engobe passé sur les vases après la première cuisson, pour les imperméabiliser. E. Four construit. F. Ancien four. G. Niche fermée par un petit mur bas, et utilisée comme plan de pose. H. Niche de forme régulière, présentant sur le fond un mur de briques et au-devant une bande pavée de grands blocs de pierre, probablement un ancien four. I. Entrée. L. Niche utilisée pour stocker différents instruments. M. Salle des objets finis, prêts à la vente.

  • 16 Elle figure, sans grand changement par rapport à son état actuel, sur un dessin de Lucio Cambellot (...)
  • 17 Il y en avait trois jusqu’à la guerre. Ce type de tour fait son apparition en Europe au XVIe siècl (...)
  • 18 Natali 2007, p. 47.

5La grotte des Ricci16, où officiait déjà le fondateur de la fabrique, Checco Lallo, profonde de 20,50 m, pour 3,80 m de largeur en moyenne, et une hauteur de 3,50 m environ, présente nombre d’aménagements, non nécessairement contemporains, dont différentes niches correspondant à des fours abandonnés depuis (fig. 3). Deux tours17 en occupent la partie antérieure gauche, la plus proche de l’entrée (la seule source de lumière du local avant l’installation d’un réseau électrique sommaire) (fig. 4), le dernier four en activité la partie postérieure ; aucune évacuation n’est prévue pour la fumée, qui s’échappe par l’entrée de la grotte, dont la voûte est couverte d’une épaisse couche de suie (fig. 5). Entre le tour et le four, durant ces dernières décennies, sur toute la longueur de la salle, le sol était périodiquement recouvert d’un lit de grumeaux d’argile qui étaient ainsi transformés en poudre, sans fatigue, par les passages répétés du potier et de ses visiteurs, et recueillie ensuite pour préparer l’argile des vases. De fait, la température agréable de la grotte, lorsque les fours fonctionnaient à plein régime, en faisait l’hiver, en tout cas au XIXe siècle, un lieu de sociabilité apprécié des habitants du bourg18. Sur la droite de l’entrée, une petite salle rupestre, équipée d’étagères en bois, servait à l’exposition des produits finis et à la vente sur place (fig. 6).

Fig. 4. Felice Ricci à son tour, nov. 2005 (cliché M. Letizia)

Fig. 5. Le secteur du four (cliché M. Letizia)

  • 19 Phase de travail illustrée par une photo ancienne dans Macherucci-Brescia-De Cesaris 1987, p. 50.
  • 20 Phase de travail illustrée par une photo ancienne dans Macherucci-Brescia-De Cesaris 1987, p. 51.

6L’argile rouge était prélevée à proximité immédiate au lieu-dit, significativement, « piano delle Crete », sur les flancs septentrionaux du mont Panese qui culmine à 380 m, 2,5 km au sud-ouest de la ville, et où l’on s’approvisionnait aussi en bois(fig. 1) ; transportée chaque jour, avant guerre, à dos d’âne dans des besaces ou dans des paniers d’o-sier19, l’argile était ensuite préparée dans la grotte20. Depuis quelques années, cependant, Felice Ricci, ne pouvant plus faire face seul à ce travail, se procure dans le commerce des pains d’argile tout préparés : formes et décors sont donc demeurés les mêmes, dans le cadre d’une évolution normale de la pratique artisanale, mais la composition des pâtes a radicalement changé, passant du rouge brique typique des productions traditionnelles “ceramica rossa” à des teintes plus claires.

Fig. 6. La salle d’exposition, également utilisée aujourd’hui pour le stockage des pains d’argile (cliché M. Letizia)

  • 21 Voir De Minicis 2005, p. 22. Avant guerre, la production comportait aussi briques, tuiles et éléme (...)
  • 22 Phase de travail illustrée par une photo ancienne dans Macherucci-Brescia-De Cesaris 1987, p. 52.

7Le tournage était effectué sur un tour à pied, en utilisant pour le façonnage et le tournassage un outillage en bois ou métallique non spécialisé, mais récupéré et détourné de sa fonction initiale ; la hauteur des vases et leur gabarit sont fonction de la main du potier, et de la longueur de son avant-bras. Le procédé de fabrication normal21, pour les vases décorés, prévoyait ensuite une double cuisson : d’a-bord pour l’argile, au terme de laquelle le vase était recouvert d’une glaçure plombifère, parfois additionnée de brun (manganèse), et décoré de motifs végétaux en jaune (antimoine) ou en vert (cuivre) ; la seconde cuisson, pour le décor, était effectuée à une température plus élevée22. La paroi antérieure du four était reconstruite en briques réfractaires à chaque nouvelle fournée, et démontée au terme de celle-ci. Les rebuts de cuisson – parfois la moitié de la fournée - étaient évacués hors de l’atelier.

  • 23 Gregorovius parle même de « brocche vetrallesi di forma etrusca », remarquées sur la place du marc (...)
  • 24 Quelques-unes de ces formes sont illustrées dans De Minicis 2005, mais il serait utile de disposer (...)
  • 25 Ibid., p. 22 : « la famiglia dei Ricci e dei Gambellini amava distinguersi coi motivi dell’ulivo, (...)
  • 26 Dans le monde antique, cette combinaison peut être interprétée comme l’association d’un peintre et (...)

8Aux formes traditionnelles23 correspondant aux besoins de la cuisine (fig. 6), du service et du stockage domestiques, réalisées dans la même argile indépendamment de leur destination, s’ajoutent de multiples formes plus originales, tirelires, bougeoirs, sifflets, petits animaux24... Les motifs floraux qui les décorent, même s’ils s’inscrivent dans un répertoire commun à l’Italie centrale, comportent des éléments spécifiquement liés à une stricte tradition familiale, chaque famille de potier vetrallaise ayant eu son répertoire décoratif de prédilection25. Dans certains cas, le commanditaire pouvait demander un motif spécifique, non nécessairement typique de la fabrique26.

Fig. 7. L’une des dernières productions de Felice Ricci, poêlon à décor floral appartenant au répertoire le plus traditionnel de la fabrique vetrallaise.

9En définitive, nombreux sont donc les points sur lesquels le parallèle entre ateliers antiques et ateliers modernes traditionnels peut apporter des éléments de comparaison intéressants : organisation familiale, utilisation de lieux spécifiques (grottes) situés hors les murs, indifférence à la proximité de l’eau, distinction entre formes (largement partagées) et décors (propres à un atelier), modification radicale des sources d’approvisionnement en argile au sein d’un même atelier, ampleur du répertoire morphologique, astuces de métier, absence de dépotoir à proximité immédiate de l’atelier, rôle décisif des conflits et des guerres dans la fin des productions...

10À l’heure où Felice Ricci, à plus de 80 ans, s’apprête à prendre une retraite définitive, et longtemps différée, on ne peut que souhaiter que son atelier, conservé en l’état, demeure visitable, en tant que véritable conservatoire d’une activité traditionnelle caractéristique du bourg, et de toute cette région, et en tant qu’héritier, dans une large mesure, de traditions médiévales et antiques miraculeusement transmises jusqu’à nos jours de génération en génération.

  • 27 José Saramago, La caverna, Einaudi Tascabili, Trento, 2007, p. 291 (trad. ital. Rita Desti). Ce ro (...)

11« Più oltre, in piena campagna, dove si scorge questo gruppo di alberi, nascosto dai cespugli, c’è il tesoro archeologico della fornace di Cipriano Algor. Chiunque direbbe che sono passati mille anni da quando vi furono scaricati gli ultimi resti di un’antica civiltà »27.

Bibliographie

Bibliographie

Acconcia, Aiello 1997 : Acconcia (V.), Aiello (M.), I tipi più antichi di fornaci da ceramica in ambito etrusco : l’esempio di Monteriggioni-Campassini, SE 65, 1997, p. 349-363.

Aut. Div. 2000 : Pétrequin (P.), Fluzin (P.), Thiriot (J.), Benoit (P.) (dir.), Arts du feu et productions artisanales. Actes des XXe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, 2000.

Cascino 2008 : Cascino (R.), Attività produttive ceramiche a Veio, MÉFRA 120, 2008, p. 5-19.

Cherubini & Del Rio 1997 : Cherubini (L.), Del Rio (A.), Officine ceramiche di età romana nell’Etruria settentrionale costiera : impianti, produzioni, attrezzature, RCRFA 35, 1997, p. 133-141.

Cipollone 1984 : Cipollone (M.), Gubbio (Perugia). Officina ceramica di età imperiale in loc. Vittorina. Campagna di scavo 1983, NSc 1984-1985, p. 95-167.

Cuomo di Caprio 1995 : N. Cuomo di Caprio, Osservazioni tecniche sul tornio da vasai nell'antichittà, Rivista di Archeologia 19, 1995, p. 145-152.

Curri & Sorbelli 1973 : C. Curri et S. Sorbelli, Note sulla tecnologia delle officine ceramiche etrusche e della scuola coroplastica di Veio, SE 41, 1973, p. 245-266.

De Cesaris 1996 : De Cesaris (M.), Vetralla ieri, oggi e... domani, Vitorchiano, 1996.

De Feo 1996 : De Feo (G. C.), Artisti della ceramica, cat. d’expo., Vetralla, 1996.

De Minicis 1994-2005 : De Minicis (E.) et alii, Le ceramiche di Roma e del Lazio in età medievale e moderna, I-V, Rome, 1994-2005.

De Minicis 2005 : De Minicis (E.), Museo della città e del territorio, Vetralla. La sezione ceramica, Sutri, 2005.

Desbat 1989 : Desbat (A.), Aperçu et réflexions sur les techniques traditionnelles des céramiques à partir d’exemples marocains, in : S.F.E.C.A.G, Actes du congrès de Lezoux, Marseille, 1989, p. 143-152.

Gabucci, Tesei 1989 : Gabucci (A.), Tesei (L.) (dir.), Il giardino del Conservatorio di S. Caterina della Rosa. Supplemento, Archeologia urbana a Roma : il progetto della Crypta Balbi, 4, Florence, 1989.

Impeciati 1993 : Impeciati (D.), Sistema museale del Viterbese. La ceramica di Vetralla, tesi di laurea, Univ. di Roma La Sapienza (prof. Enrico Guidoni) 1992-1993.

Fiandra & Pelagatti 1962 : Fiandra (E.), Pelagatti (P.), Vasai cretesi, ArchCl 14, 1962, p. 13-22.

Hampe, Winter 1962 : Hampe (R.), Winter (A.), Bei Töpfern und Töpferinnen in Kreta Messenien und Zypern. Mayence, 1962.

Hampe, Winter 1965 : Hampe (R.), Winter (A.), Bei Töpfern und Zieglern in Süditalien, Sizilien und Griechenland. Bonn, 1965.

Jolivet 1982 : Jolivet (V.), Recherches sur la céramique étrusque à figures rouges tardives du Musée du Louvre, Paris, 1982.

Macherucci, Brescia & De Cesaris 1987 : Mascherucci (F.), Brescia (A.), De Cesaris (M.), Vetralla. Foto di mezzo secolo e curiosità dell’epoca, Rome, 1987.

Manacorda 1984 : D. Manacorda (dir.), Un « mondezzaro » del XVIII secolo. Lo scavo dell’ambiente 63 del Conservatorio di S. Caterina della Rosa, Archeologia urbana a Roma : il progetto della Crypta Balbi, 2, Florence, 1984.

Masseria 1982 : Masseria (C.), La fornace romana di Valfabbrica, Annali Perugia 20, 1982-1983, p. 361-371.

Milioni 2002 : Milioni (A.), Carta archeologica d’Italia, Viterbo I, Viterbe, 2002.

Milioni 2007 : Milioni (A.), Carta archeologica d’Italia, Viterbo II, Viterbe, 2007.

Minto 1936 : Minto (A.), Trovamenti archeologici nella zona di San Domenico, NSc 1936, p. 251-267.

Mocellin 1993 : Mocellin (M. L.), Le grotte di Vetralla. Analisi storica e ipotesi progettuale di riuso, tesi di laurea, Univ. di Roma La Sapienza, relatore prof. Enrico Guidoni, 1992-1993.

Natali 2007 : Natali (A.), La vita quotidiana a Vetralla nei primi anni del’800, Vetralla, 2007.

Petroni, Santangelo 2000 : Petroni (G.), Santangelo (V.), Il centro storico di Vetralla. Gli abitanti e le case nel catasto gregoriano (1819), Vetralla, 2000.

Picon 1992 : Picon (M.), Ethnoarchéologie et recherches en laboratoire : le cas des techniques céramiques, in : F. Audouze (dir.), Ethnoarchéologie : justification, problèmes, limites, Actes des XIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, 1992, p. 115-126.

Picon 1995 : Picon (M.), Pour une relecture de la céramique marocaine : caractéristiques des argiles et des produits, techniques de fabrication, facteurs économiques et sociaux, in : A. Bazzana et M.-C. Delaigue (dir.), Ethno-archéologie méditerranéenne. Finalités, démarches et résultats, Madrid, 1995, p. 141-158.

Pucci 1992 : Pucci (G.) (dir.), La fornace di Umbricio Cordo. L’officina di un ceramista romano e il territorio di Torrita di Siena nell’antichità, Florence, 1992.

Pucci & Mascione 1993 : Pucci (G.), Mascione (C.), Un’officina ceramica tardo-etrusca a Chiusi, dans La Civiltà di Chiusi e del suo territorio, Atti del XVII Convegno di Studi Etruschi ed Italici, Florence, 1993, p. 375-383.

Scriattoli 1992 : Scriattoli (A.), Vetralla. Pagine di storia municipale e cittadina da documenti di archivio 3, Vitorchiano, 1992.

Sforzini 1990 : Sforzini (P.), Vasai « aretini » in area falisca : l’officina di Vasanello, in : Atti del XV Convegno di Studi Etruschi ed Italici, Florence, 1990, p. 251-274.

Notes

1 Platon, République, 514a. La traduction est celle de Léon Robin, dans la collection de la Pléiade.

2 Le village possède à présent un intéressant Museo della città e del territorio, dirigé par Elisabetta De Minicis, que je remercie pour ses conseils, et aux recherches de laquelle ce texte doit beaucoup (voir De Minicis 2005) ; il conserve une collection de vases issus des ateliers vetrallais. Merci aussi à Cécile Batigne, pour m’avoir indiqué d’utiles pistes bibliographiques, à Mario Letizia pour avoir réalisé en novembre 2005, dans des conditions difficiles, les photos qui illustrent cette note, et à Julie Leone pour avoir mis au net la documentation cartographique.

3 Mais ces productions sont le plus souvent localisées à partir de cartes de distribution des vases ou, dans quelques cas, à partir d’analyses archéométriques : rares sont en effet les sites d’ateliers de potiers antiques formellement identifiés en Étrurie (à l’exception des ateliers d’amphores, à partir de la fin de la République, assez bien documentés sur la côte tyrrhénienne, et de ceux de céramique sigillée à Arezzo) : voir notamment Minto 1936, p. 258-265 (Orvieto : un four rectangulaire et un four rond, probablement période hellénistique) ; Curri-Sorbelli 1973 (fours préromains mis au jour à Caere, Orvieto, Roselle, Marzabotto, Verucchio) ; Masseria 1982 (à l’est de Perugia : four, avec parallèle à Orvieto - p. 368 - briques et tuiles ; Ier siècle) ; Cipollone 1984 (Gubbio : deux fours circulaires, production de parois fines et de vases à engobe interne rouge pompéien, céramique sigillée, commune, lampes ; seconde moitié du Ier siècle) ; Sforzini 1990 (Vasanello : dépotoir renfermant des matrices, des plaquettes décoratives, des rebuts de cuisson de céramique sigillée italique ; 30 av J.-C. -15 ap. J.-C.) ; Pucci 1992 (Torrita di Siena : deux fours, un rond, un retangulaire, distanciateurs, production de sigillée italique lisse et décorée - matrices -, céramiques à paroi fine, lampes, commune fine et grossière, engobée, à vernis rouge interne, amphores, terres cuites et briques ou tuiles, du milieu du Ier siècle ap. J.-C.) ; Pucci-Mascione 1993 (Chiusi : quatre fours rectangulaires, production de vernis noir, de présigillée, de parois fines, de commune et d’amphores, IIe siècle av. J.-C.) ; Acconcia-Aiello 1997 (Monteriggioni, non loin de Sienne : four circulaire, déchets de cuisson ; milieu VIIe -VIe siècles av. J.-C.) ; Cherubini-Del Rio 1997 (Étrurie septentrionale côtière : nombreux ateliers d’époque romaine) ; Cascino 2008 (Veies : rebuts de cuisson de vases d’imitation grecque, italogéométrique, étrusco-corinthienne, à bandes peintes, et de bucchero ; VIIe -Ve siècles av. J.-C.). On disposera bientôt, avec l’Atlante dei siti produttori di ceramica in Italia, élaboré dans le cadre du projet Immensa Aequora, d’un inventaire complet des ateliers de céramique antiques d’Étrurie, de Campanie et de Sicile.

4 Pour cette période, on se reportera à De Minicis 1994-2005. On notera, en comparaison avec l’Antiquité, la multiplicité des ateliers médiévaux ou modernes – une vingtaine – formellement repérés pour le seul territoire de l’ancienne Étrurie méridionale.

5 Que je remercie de s’être prêté avec patience, et une immense gentillesse, à un long entretien à l’automne 2005.

6 Pour ce siècle, la céramique de Vetralla est attestée, à Rome, dans les fouilles de la Crypta Balbi : Gabucci-Tesei 1989, p. 172 (groupe 7, céramique vitrifiée décorée). On retrouve, sur le même site, des productions du site voisin de Vasanello, où la production de céramique est déjà attestée dans l’Antiquité (voir supra, note 3) : Manacorda 1984, p. 119 et 166. En avril 1798, ouvrant un hôpital militaire à Viterbe, les troupes françaises demandèrent aux potiers de Vetralla, dont l’importance au niveau régional était donc alors reconnue, de leur fournir quelque 400 pots de chambre (De Cesaris 1996, p. 94 ; Natali 2007, p. 47).

7 Voir p. ex. Desbat 1989 ; Picon 1992 et 1995 ; Aut. Div. 2000. Pour la Grèce : Fiandra, Pelagatti 1964. Pour la Grèce et l'Italie, Hampe-Winter 1962 et 1965.

8 Il comptait alors, selon Felice Ricci, une dizaine de familles qui se consacraient entièrement à cette activité.

9 Les deux volumes consacrés par A. Milioni à la zone de Viterbe recensent un nombre important de grottes de toutes époques (Milioni 2002 et 2007), qui pouvaient avoir de multiples fonctions – à Vetralla même, le cadastre grégorien de 1819 mentionne, outre une fornace da pile, une grotta ad uso di concia (Petroni-Santangelo 2000, p. 23).

10 Également désignés à Vetralla, selon une terminologie plus répandue, comme pignattari (de pignatta ou pignatto, terme utilisé pour désigner différents types de vases, normalement destinés à la cuisson).

11 L’eau était prélevée dans des puits, ou au lavoir.

12 Gambellini, Paolocci, Pistella, Ricci : De Feo 1996, note 5 ; De Minicis 2005, p. 21.

13 De Feo 1996. Selon l’édition du Baedeker de 1909, le bourg comptait alors 8020 habitants ; ils sont aujourd’hui 12000.

14 Macherucci-Brescia-De Cesaris 1987, p. 94 (phase illustrée par une photo ancienne ibid., p. 53).

15 La collection du musée de Vetralla permet de suivre l’évolution de la production de ce potier sur plusieurs décennies ; le musée de Canepina, à l’est de Viterbe, comporte également une petite section consacrée à l’atelier vetrallais. Le neveu de Felice, Francesco, dernier dépositaire de la tradition des Ricci, a préféré le service de l’État à la carrière de potier.

16 Elle figure, sans grand changement par rapport à son état actuel, sur un dessin de Lucio Cambellotti, daté de 1936 (De Feo 2005). Plusieurs grands artistes et céramistes italiens de la fin du XIXe ou de la première moitié du XXe siècle, comme Francesco Randone (dans les archives duquel, à Rome, figure une coupe de l’un des « fornaci di Vetralla ») ou Duilio Cambellotti se sont intéressés de près à la production vetrallaise (De Feo 1996) ; vers la même époque, Agostino Paolocci comptait parmi ses amis le sculpteur Pietro Canonica (De Cesaris 1996, p. 49). Les potiers de Vetralla produisaient alors des vases plus ambitieux, comme le grand calice de jardin de Luigi Gambellini, du début du XIXe siècle (Macherucci-Brescia-De Cesaris 1987, p. 49).

17 Il y en avait trois jusqu’à la guerre. Ce type de tour fait son apparition en Europe au XVIe siècle (Cuomo di Caprio 1995).

18 Natali 2007, p. 47.

19 Phase de travail illustrée par une photo ancienne dans Macherucci-Brescia-De Cesaris 1987, p. 50.

20 Phase de travail illustrée par une photo ancienne dans Macherucci-Brescia-De Cesaris 1987, p. 51.

21 Voir De Minicis 2005, p. 22. Avant guerre, la production comportait aussi briques, tuiles et éléments architectoniques, fabriqués dans les mêmes ateliers (Natali 2007).

22 Phase de travail illustrée par une photo ancienne dans Macherucci-Brescia-De Cesaris 1987, p. 52.

23 Gregorovius parle même de « brocche vetrallesi di forma etrusca », remarquées sur la place du marché de Bracciano (Scriattoli 1992, p. 214).

24 Quelques-unes de ces formes sont illustrées dans De Minicis 2005, mais il serait utile de disposer d’une typologie complète de la production des Ricci. Au XIXe siècle, les fabriques de Vetralla produisaient aussi des santons (Natali 2007, p. 47).

25 Ibid., p. 22 : « la famiglia dei Ricci e dei Gambellini amava distinguersi coi motivi dell’ulivo, quella dei Paolocci che discendevano da Vincenzo preferiva le rose mentre i Paolocci di Antonio si ispiravano, oltre all’ulivo, anche alle margherite ed al quadrifoglio ». Mutatis mutandis, certains motifs floraux apparaissent comme de véritables signatures sur les vases étrusques à figures rouges produits en Étrurie méridionale au début de l’époque hellénistique (Jolivet 1982, p. 68-69).

26 Dans le monde antique, cette combinaison peut être interprétée comme l’association d’un peintre et d’un potier issus de deux centres différents (Jolivet 1982, p. 75-76).

27 José Saramago, La caverna, Einaudi Tascabili, Trento, 2007, p. 291 (trad. ital. Rita Desti). Ce roman raconte le destin d'un autre “dernier potier”, portugais, celui-là, à l’ère de la consommation de masse et de la globalisation.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de Vetralla, avec le quartier des potiers (en rouge) et la zone d’extraction de l’argile (en orange) ; la flèche indique l’emplacement de l’atelier Ricci (fond de plan I.G.M. au 25 000e)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende Fig. 2. Vetralla, les grottes de la via dei pilari ; la flèche indique l’emplacement de l’atelier Ricci (Mocellin 1993, pl. 24)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4335/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 3. Plan de l’atelier Ricci (version simplifiée de Mocellin 1993, pl. 24). A. Base en bois pour le travail de l’argile. B. Tours. C. Seau à eau. D. Lieu de préparation de l’engobe passé sur les vases après la première cuisson, pour les imperméabiliser. E. Four construit. F. Ancien four. G. Niche fermée par un petit mur bas, et utilisée comme plan de pose. H. Niche de forme régulière, présentant sur le fond un mur de briques et au-devant une bande pavée de grands blocs de pierre, probablement un ancien four. I. Entrée. L. Niche utilisée pour stocker différents instruments. M. Salle des objets finis, prêts à la vente.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4335/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 4. Felice Ricci à son tour, nov. 2005 (cliché M. Letizia)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4335/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Légende Fig. 5. Le secteur du four (cliché M. Letizia)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4335/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Légende Fig. 6. La salle d’exposition, également utilisée aujourd’hui pour le stockage des pains d’argile (cliché M. Letizia)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4335/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 870k
Légende Fig. 7. L’une des dernières productions de Felice Ricci, poêlon à décor floral appartenant au répertoire le plus traditionnel de la fabrique vetrallaise.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4335/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search