Version classiqueVersion mobile

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanats de la céramique

Les céramiques communes en Provence

Des “pâtes claires massaliètes” aux “pâtes claires” impériales IIe siècle avant notre ère - Ier siècle de notre ère

Michel Pasqualini

Texte intégral

1S‘il existe une production qui illustre bien la vitalité de Marseille puis de la Provence aux époques grecque et romaine dans les circuits commerciaux et l’acculturation des populations locales, c’est bien la céramique. Le répertoire typologique des amphores et de la vaisselle produite à Marseille est d’abord très lié à la sphère ionienne. À partir du IIIe siècle avant notre ère il reflète les liens privilégiés entretenus par Marseille avec la Grande-Grèce, plus précisément la Campanie, et sans doute une évolution dans les circuits d’échanges commerciaux (Arcelin 1979 ; Bats 1988, p. 167 ; Bats 1992 ; Bertucchi 1992 ; DICOCER 1993). À travers la céramique, un modèle culturel se répand bien au delà des limites de la cité. À la charnière des périodes hellénistique et romaine, à la faveur de la création de la province de Transalpine puis de celle de Narbonnaise, les productions des pâtes claires massaliètes se renouvellent et vont donner naissance à une tradition potière qui va s’étendre, à partir de la période augustéenne, à toute la Narbonnaise (Pasqualini 1996). Il existe un lien très étroit entre production d’amphore et de vaisselle. À la lumière des découvertes d’ateliers et de l’individualisation de leurs productions, au-delà des études typologiques, il nous semble nécessaire de montrer comment peuvent s’articuler ces productions entre elles en insistant notamment sur leur succession chronologique.

Des ateliers de Marseille aux productions provençales

2On connaît depuis longtemps les productions modelées et tournées de Marseille. Les modelées disparaissent dans la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère mais les ateliers produisant des pâtes claires se multiplient en Provence. Les études récentes montrent que dès le Ier siècle avant notre ère il devient difficile de les séparer des autres productions provençales avec lesquelles elles ne forment plus qu’un groupe dont l’épicentre se situe dans les bassins d’Aix et de Marseille. Cette situation perdurera au moins jusqu’à la fin du Ier siècle de notre ère, époque où nous ne connaissons plus d’ateliers produisant des pâtes claires à Marseille et où le répertoire typologique évolue et s’éloigne définitivement du modèle campanien d’origine. Très vite d’autres centres de production se développent aussi à Arles, à Fréjus et dans le bassin de l’Argens, un autre aurait été identifié à Cannes (fig. 1) (Pasqualini 1993, 1996, 1998 ; Rivet 2002 ; Pellegrino 2002).

Le cadre géographique

3Il existe des liens très forts entre un paysage, sa géologie et le peuplement d’un espace géographique. Dans le cas de Marseille, si la recherche d’un site portuaire et défensif à proximité des bouches du Rhône a guidé le choix des fondateurs de la ville, l’implantation d’une activité potière, son développement et sa diffusion s’expliquent en grande partie par la configuration de l’arrière pays correspondant à la chôra massaliète. Son aspect morcelé est lié à la topographie du terrain qui associe bassins et dépressions alluviales et littorales limitées par des chaînons de collines et de bas plateaux aux sols fortement dégradés.

Fig. 1. Aire géographique de production des pâtes claires provençales. 1. Bassin d’Arles et du Rhône, 2. Bassin de l’Arc, 3. Bassin de l’Huveaune, 4. Bassin de Fréjus, 5. Bassin de Cannes-Mandelieu

4Le bassin littoral de Marseille communique vers l’Est et le Nord, à partir du bassin de l’Huveaune :

  • par les bas plateaux au Sud de la Sainte Beaume et la dépression du Beausset, avec la région de Toulon et les massifs anciens des Maures et de l’Estérel ;
  • par le Nord de la Sainte Beaume, avec la Provence intérieure ;
  • par la haute Huveaune qui permet de franchir le massif de l’Étoile, avec Aix en Provence.

5Au Nord, à partir de Marseille, on accède de façon très aisée par le seuil de Septèmes au bassin de l’Arc et à l’étang de Berre.

6Ces dépressions et bassins qui constituent un riche terroir agricole offrent des bancs d’argiles accessibles que les potiers marseillais surent exploiter rapidement. Malgré le morcellement du relief, les communications sont possibles d’un bassin à l’autre et surtout la région est largement ouverte vers l’étang de Berre et le bassin de l’Arc. La voie de l’Italie à l’Espagne emprunte d’ailleurs cet axe (Dubar 1986 ; Dubar et Riq-de Bouard 1986 ; Jorda, Leveau, Provansal 1990).

Les amphores et la vaisselle de table tournée à pâte claire (bassin de l’Huveaune et de l’Arc, bassin de l’Argens et Fréjus, Arles)

7Si dans les périodes archaïques les moyens de production paraissent s’être concentrés dans la ville même de Marseille, à partir du IIe siècle et surtout du deuxième quart du Ier siècle avant notre ère, des ateliers apparaissent à l’extérieur de la ville. Les recherches, notamment de Patrice Arcelin et de Michel Bats, permettent de bien identifier divers types de vaisselle (Arcelin, 1979, 2000 ; Bats, 1988). Il apparaît maintenant que les événements de 49 avant notre ère, le siège et la prise de Marseille par César ne marquent pas une rupture franche dans les productions de céramiques. On constate même qu’après ces événements, son champ économique dépasse largement, d’Arles à Nice, son domaine littoral traditionnel. C’est en tout cas ce que semble montrer la diffusion des amphores et des céramiques à pâte claire qui s’étend aux campagnes et aux nouveaux centres urbains à partir d’Auguste. Dans ce nouveau contexte il faut mettre l’accent sur le lien étroit qui paraît exister dès la fin du Ier siècle avant notre ère entre Marseille et Aix-en-Provence. Les argiles très calcaires du bassin de Marseille caractérisent les premières productions. Par la suite des ateliers apparaissent au moins à Aix-en-Provence et Velaux, avec des pâtes souvent moins calcaires et parfois même, comme à Velaux légèrement micacées. À partir du Ier siècle avant notre ère, la géographie et la géologie nous incitent à désigner les céramiques à pâte claire d’Aix-Marseille sous l’appellation de « productions des bassins de l’Huveaune et de l’Arc ». (Rothé, Tréziny 2005, p. 258-260).

Les ateliers

  • 1 En fait typologiquement il serait plus logique de lier les types 6a et 7a de Guy Bertucchi que l’o (...)

8Hormis la découverte de surcuits rue Négrel, nous ne savons rien de l’emplacement des ateliers marseillais les plus anciens ayant produit des pâtes claires. On connaît seulement un atelier d’amphores d’époque grecque rue Leca et, pour l’époque romaine, un atelier en activité à la Butte des Carmes (Rothé, Tréziny 2005, p. 468-484 et 510-531). La production de ce dernier, essentiellement des amphores, s’échelonne entre la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère et le deuxième siècle de notre ère. Elle comprend des types Bertucchi 6 a et b, des types 7 a et b (respectivement Gauloise 2 et 4 de Fanette Laubenheimer) mais aussi des imitations d’amphores Dressel 2/4, 7/11, Pascual 1 (Bertucchi 1982, 1983 et 1992)1.

  • 2 Ce matériel fait l’objet d’une nouvelle étude de la part d’Emilie Porcher, Doctorante de l’Univers (...)

9Les ateliers de Velaux ont fabriqué des amphores à vin de type Gauloise 2 et 5, Dressel 2/4 et Bertucchi 6a. Les Dressel 2/4, Gauloises 2 et Bertucchi 6a proviennent de la fouille d’un dépotoir qui paraît constituer un lot homogène malheureusement non daté (Villa 1974 ; Tchernia, Villa, 1977 ; Laubenheimer 1989, fig. 7 et 8)2.

10À Aix-en-Provence des déchets de four, comprenant des amphores du type des Carmes, dont le 6 b et de la vaisselle de table à pâte claire, proviennent des fouilles du 38-42 du boulevard de la République. Cet ensemble est daté de l’époque augustéenne (Nin, Pasqualini, Pesty 2003, Thernot 2005). La production présente de fortes similitudes avec celle de l’atelier des Carmes à Marseille.

  • 3 Inédit, communication de Jean Piton, Musée de l’Arles antique.

11À Arles des surcuits de vaisselle à pâte claire ont été découverts lors des fouilles du cimetière de Trinquetaille à Arles en 1982 et en 1986. Ils proviennent des remblais d’installation de la voie nord-sud datés de l’époque augustéenne et de tombes de la même époque3.

12Plus loin à Fréjus et dans le bassin de l’Argens dans le Var, à Cannes dans les Alpes Maritimes dans le dernier quart du Ier siècle avant notre ère apparaissent des productions à pâte claire très proches de celles de Marseille. Les ateliers de Bras et Villecroze dans le bassin de l’Argens ont produit aussi en petite quantité des amphores dont un type proche du type Bertucchi 6b et Gauloise 2 (Bertucchi 7a) (Pasqualini 1993, 97, fig. 32 no 28 et 875 no 44 à 49).

13On peut penser qu’une concentration de moyens de production sur Marseille ou Aix-en-Provence a pu limiter le développement des ateliers en zone rurale, au moins jusqu’au IIe siècle de notre ère, époque où toute trace de production urbaine disparaît à notre connaissance. Dans le bassin de l’Argens, dès l’époque augustéenne, Fréjus, Forum Iulii, semble avoir concentré les ateliers d’amphores alors que les ateliers produisant de la vaisselle se répartissaient dans le bassin de l’Argens. On note que le bassin de l’Argens est en communication avec celui de l’Arc, par la dépression permienne et le seuil de Saint-Maximin/Pourrières.

Les productions

Les amphores

14La pâte des amphores des Carmes est très calcaire, beige pâle et le plus souvent micacée. Les types 6 et 7 de Guy Bertucchi initient la production dite « amphore gauloise à fond plat ». Les types 6a et b sont totalement originaux, mais on peut déjà reconnaître dans la variante a le type 2 de Fanette Laubenheimer repris par la suite dans d’autres ateliers provençaux (Laubenheimer 1985). Le type 6 est daté par Guy Bertucchi de la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère. On le retrouve, avec un certain décalage, dans les ateliers d’Aix en Provence, de Velaux et du bassin de l’Argens, notamment celui de La Tuilière à Bras dans le Var, à l’époque augustéenne (Tchernia, Villa 1977, p. 238, fig. 6 ; Pasqualini 1993, p. 97, fig. 32 no 28 ; Nin, Pasqualini, Pesty, 2003) (fig. 2, 1-3). La création du type d’amphore vinaire à fond plat est un événement majeur qui montre que Marseille, après 49, loin d’être anéantie par sa défaite a suffisamment de dynamisme pour innover dans ce domaine en créant une nouvelle amphore. Par la suite, si les gauloises 2 de Marseille sont apparemment absentes d’Ostie, des Gauloises de type 4 et 5 marseillaises y arrivent dans la deuxième moitié du Ier siècle et le deuxième siècle de notre ère (Widemann, Naciri 1989, fig. 9 et 10, 295).

Fig. 2. 1 : amphore Bertucchi 6b (d’après Bertucchi 1992) ; 2 : amphore Bertucchi 7a (d’après Bertucchi 1992) ; 3 : Atelier de Bras la Tuilière (Var). Type d'amphore proche de la Bertucchi 6b (d'après Pasqualini 1993) ; 4 : Pâte claire provençale, ateliers de Marseille, cruche forme Pasqualini A1 (d'après Pasqualini, Excoffon, Vella 2004) ; 5 : idem, mortier forme Pasqualini 6 (d'après Pasqualini, Excoffon, Vella 2004)

La vaisselle de table

15À Marseille, si cette céramique n’est pas produite par un seul et même atelier, l’aspect homogène des pâtes claires laisse penser que les potiers ont puisé leur argile dans les mêmes bancs, dans ou aux abords même de la ville. Connues sous l’appellation « pâtes claires massaliètes », leur répertoire typologique en a été dressé par Michel Bats (Bats 1988, DICOCER 1993). Ce dernier date l’apparition de cette production au VIe siècle avant notre ère et note qu’elle reproduit à partir du IIIe siècle un modèle fortement inspiré des vernis noirs campaniens qui la supplanteront finalement dans la première moitié du IIe siècle avant notre ère.

Fig. 3. 1 : pâte claire, forme Bats 212 (d’après Bats 1988) ; 2 à 4 : pâte claire provençale, ateliers de Marseille, forme Pasqualini 1bc (d’après Mellinand 2003) ; 5 : pâte claire provençale, ateliers de Marseille, forme Bats 212 (d’après Congès 1993)

16Il faut aujourd’hui moduler ces constations, notamment en ce qui concerne l’éventuelle disparition de cette production. En effet s’il est indéniable qu’au IIe siècle et durant les trois premiers quarts du Ier siècle avant notre ère les vernis noirs campaniens s’imposent, une production à pâte claire se maintient tout de même. Elle n’est plus uniquement marseillaise, d’autres ateliers, à Arles, Aix-en-Provence, Fréjus, prennent le relais. L’aspect des pâtes et la typologie, plaident pour une permanence de la production marseillaise élargie à d’autres ateliers. Les formes 610, 622, 626, 633a, 710, 711 sont diffusées jusque vers les années 100, les formes 111, 520, 521 jusque vers les années 50 avant notre ère. Michel Bats classe toutes les céramiques à pâte claire postérieures dans les catégories « claires récentes », « claires engobées » ou encore « claires impériales provençales » (Bats 1988). Ces appellations, auxquelles il faut ajouter « céramiques à vernis noir tardives » et « dérivées régionales tardives » nous paraissent plus judicieuses que celle d’« imitation » (Arcelin 1978 et 1991 ; DICOCER 1993, 398-401 ; Rivet 2002 ; Pellegrino 2002). Quels que soient les termes utilisés, l’élargissement de l’aire géographique des productions à pâte claire ne marque pas une rupture, mais au contraire une certaine continuité dans l’influence de Marseille qui relaie une tradition campanienne étonnamment persistante à travers la vaisselle de table. Par contre Marseille, après une interruption, paraît reprendre l’initiative dans le domaine de la production viticole. Ce sont les amphores des Carmes de type Bertucchi 7 a et b qui en témoignent. La diffusion rapide à tout le sud de la Gaule de l’amphore à fond plat montre la puissance et l’importance d’un mouvement dont Marseille est à l’origine.

Les pâtes claires provençales

17Si la désignation générique de « claires provençales » présente un aspect pratique : rassembler un ensemble de productions difficiles à différencier (c’est le parti retenu pour le nouveau DICOCER) et permettre une étude rapide, pour comprendre l’évolution des pâtes claires, il ne faut pas renoncer à tenter d’en déterminer l’origine exacte, au moins pour en saisir la diffusion et la chronologie à partir de leur foyer initial, Marseille. Cette vaisselle, comme les pâtes claires des IIIe -IIe siècles avant notre ère, reprend, de façon très limitée, les formes de céramique campanienne à vernis noir, essentiellement les formes Lamboglia, A5, 27a-b, 31, 33b, 36 et Morel 2865, 2942 (Arcelin, Chabot 1980 ; Arcelin 2000, fig. 8, 318, fig. 9, 319, fig. 22 et 23, 330). Les formes F212 et F311 à engobe brun rouge découvertes à Olbia rentrent dans cette catégorie (fig. 3 n o  1). Michel Bats décrit la seconde dans ces termes : « Ces bols à flanc rectiligne ou très légèrement bombé, avec parfois une rainure près du bord externe ou interne, appartiennent manifestement à la phase tardive d’Olbia massaliète, c’est à dire au Ier siècle avant J.-C. Ils doivent être mis en parallèle avec les formes bâtardes d’imitation des coupes à vernis noir Lamb. 8Bc, retrouvées un peu partout en Provence occidentale et en Languedoc à partir du deuxième quart du Ier siècle » (Bats 1988, 176).

18Pour cerner les premières pâtes claires provençales il faut se référer aux contextes contemporains de leur apparition.

Arles, la Tour-du-Valat

19Dans la fouille d’une installation agricole en Camargue, des vases de formes Lamboglia A5/7 et Morel 2974 sont attestés dans la dernière phase d’occupation datée des années 30 avant notre ère, par la présence d’amphores des Carmes et par une Dressel 20a. Le rare mobilier datant de l’abandon a livré deux fragments informes de sigillée italique. On remarque dans ce contexte la présence de pâtes claires de Marseille, mais essentiellement des formes fermées et des mortiers (fig. 2 no 4-5). Aucune coupe de type F212 ou 311 n’a été découverte (Excoffon, Pasqualini 2004 ; Pasqualini, Excoffon, Vella, 2004).

Marseille, nécropole Sainte-Barbe

20Plusieurs publications rendent compte de ces découvertes (Mellinand 1998, p. 309-316 et 2003, p. 119-129 ; Rothé, Tréziny 2005, p. 574-577). Dans les ensembles de la fin du Ier siècle avant notre ère les pâtes claires sont bien représentées. Un exemplaire est proche d’une forme C7, quatre sont rapprochées par l’auteur de la forme Lamboglia 28c ou Pasqualini 1bc.

  • 1998, fig. 271, Type 1 no 24 ; 2003 (4A), Pl. 39, T. 248 no 403, DER C7, Lamboglia C7 (dernier quart du Ier s. avant notre ère)
  • 1998, fig. 271, Type 2 no 25, 26, Lamboglia 28c, Morel 2648a (dernier tiers du Ier siècle av. notre ère)
  • 2003, Pl. 30, T. 165 (4A, entre 30 av./50 ap.) no 226, Pasqualini 1bc (Pl. 100, no 15)
  • 2003, Pl. 35, T. 201 (4A) no 201, Pasqualini 1bc (fig. 2, n o  2)
  • 2003, Pl. 36, T. 209 (4A) no 228, Pasqualini 1bc (fig. 2, n o  4)
  • 2003, Pl. 52, T. 386 (4A) no 490, Pasqualini 1bc (fig. 2, n o  5).

Arles, Trinquetaille

21Les pâtes claires arlésiennes sont très proches d’aspect des claires de Marseille. La pâte est beige, l’engobe brun à rouge, mate, s’écaille. Les coupes provenant de tombes à incinération découvertes à Trinquetaille évoquent la forme Lamboglia 8b.

Oppidum du Fort à Taradeau

22Le mobilier céramique de la dernière occupation datée par Gaetan Congès vers les années 30 avant notre ère, montre la présence de pâtes claires de Marseille associées peut-être aux premières productions de Fréjus ou du bassin de l’Argens (Brun, Congès, Pasqualini 1993, fig. 50 et 51 no 19, 20, 21, 22, 23 et 32, 33, p. 72 et 74). Il s’agit des formes :

  • fig. 50 et 51 no 19, 20, Bats F212 et F311 (Lamboglia A8B) (fig. 3, n o  1-2)
  • fig. 50 no 21, Lamboglia A27b
  • fig. 50 no 22, 23, Lamboglia B6 (Morel 1623)
  • fig. 51 no 32, 33, Pasqualini 1A (fig. 3, n o  3).

Fig. 4. 1 : pâte claire provençale, ateliers de Marseille, proche forme campanienne A 8b (d'après Congès 1993, fig. 50. no 19) ; 2 : idem, forme Bats 212 (d'après Congès 1993, fig. 50. no 20) ; 3 : pâte claire provençale, ateliers du bassin de l'Argens, forme Pasqualini 1a (d'après Congès 1993, fig. 51. no 33) ; 4 : pâte claire provençale, ateliers de Fréjus, forme Pasqualini 1e (d'après Rivet 2002, fig. 1) ; 5-7 : idem, forme Pasqualini 1c (d’après Rivet 2002, fig. 1) ; 8-9 : idem, forme Pasqualini 1b (d’après Rivet 2002, fig. 2)

Fréjus

23Sans qu’aucun lien avec celles de Marseille ne soit évoqué, les pâtes claires de Fréjus ont été classées en fonction de rapprochements morphologiques avec la céramique à vernis noir campanienne et les sigillées italiques et donc présentées comme des imitations (Rivet 2002). Ces formes, probablement produites à Fréjus ou dans le bassin de l’Argens correspondent aux types Pasqualini 1a à e. Les correspondances suivantes ont été proposées :

  • Rivet 2 (15-20/50), Lamboglia 27c, Pasqualini 1e (fig. 3, n o  4)
  • Rivet 4a à c et 5a/b (-20/+ 15), Lamboglia 30/31, Pasqualini 1c (fig. 3, n o  5-7)
  • Rivet 6a/b (-20/+ 15), Lamboglia 28, Pasqualini 1b (fig. 3, n o  8-9).

24Le type Pasqualini 1a, très proche des coupes produites à Arles et Marseille, à paroi rectiligne est directement inspiré d’une forme à mi-chemin entre les Lamboglia 27 et 28, confirme cette filiation. Il se situe plus sûrement avant le changement d’ère (Pasqualini 1993, 1998).

Conclusion

25Dans la seconde moitié du Ier siècle les ateliers marseillais, produisant des céramiques communes à pâte claire, transmettent peu à peu au reste de la Provence un modèle à forte inspiration italique. Dans le même temps Marseille renouvelle aussi sa production d’amphores vinaires en créant un nouveau type de contenants qui serviront par la suite de modèle pour une grande partie de la Gaule. Il ne faut sans doute pas séparer les deux pour bien percevoir la vitalité et l’importance de l’emprise de cette ville sur l’économie régionale jusqu’à l’époque augustéenne.

26Dans cette mouvance les ateliers de Fréjus et du bassin de l’Argens vont connaître un développement que ceux du bassin de l’Arc et de l’Huveaune ou encore d’Arles n’ont apparemment pas atteint. Une nébuleuse d’ateliers, nous en connaissons une petite dizaine à ce jour, produira au moins jusqu’à la fin du IIe siècle une vaisselle de table de qualité souvent engobée, reprenant au début le répertoire campanien tardif ou celui des arétines précoces. Diffusée à partir du marché fréjusien, elle est exportée couramment par cabotage jusqu’à Vintimille à l’Est et Marseille à l’Ouest. Chronologiquement les ateliers, que ce soient ceux du bassin de l’Argens ou ceux de Fréjus même, paraissent apparaître postérieurement à ceux de Marseille, Velaux, Arles et Aix-en-Provence. L’absence d’amphores Bertucchi 6a, à une exception près, la forte présence de la Gauloise 2 (Bertucchi 6a et 7a), quelques fragments de céramique arétine, mais aucun de campanienne à vernis noir, incitent plutôt à les dater dans le courant de la période augustéenne. Il n’est pas impossible aussi que les ateliers ruraux soient antérieurs à ceux de l’aire urbaine. Leur prospérité montre aussi que dès la période augustéenne, la mise en place de nouvelles structures administratives et économiques avec la création de la province de Narbonnaise, favorisent le développement de la région entière.

Bibliographie

Bibliographie

Arcelin 1978 : Arcelin (P.), Note sur les céramiques à vernis noir tardives en Provence occidentale, Archéologie en Languedoc 1, 1978, p. 105-125.

Arcelin 1979 : Arcelin (P.), La céramique modelée au Ier s. av. J.-C. dans le département des Bouches-du-Rhône, La vaisselle culinaire autochtone de la conquête à la romanisation (125 av. J.-C. au règne d’Auguste), Aix-en-Provence, Thèse de IIIe cycle, 1979 (2 vol., 536 p., 127 pl.).

Arcelin 1991 : Arcelin (P.), Céramiques campaniennes et dérivées régionales tardives de Glanum (Saint-Rémyde-Provence (Bouches-du-Rhône), Questions culturelles et chronologiques, Documents d’Archéologie Méridionale, 14, 1991, p. 205-238

Arcelin 2000 : Arcelin (P.), Les importations de vaisselle italique à vernis noir au Ier siècle av. J.-C. sur la façade méditerranéenne de la Gaule, in : Aquilué Abadias (X.), Garcia-Rosello, J., Guitart-Duran, J. dir., La ceramica de vernis negre dels segle II i I ac (Taula rodonda, Empuries, 4-5 de Juny de 1998), Mataro 2000, p. 293-332.

Arcelin, Chabot 1980 : Arcelin (P.), Chabot (L.), Les céramiques à vernis noir du village préromain de La Cloche, MEFRA, 92, 1980-1981, p. 109-197.

Bats 1988 :Bats (M.), Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.), Modèles culturels et catégories céramiques. Paris, CNRS, 1988 (271 p., 72 pl.).

Bats 1990 : Bats (M.), Les amphores de Marseille grecque, études massaliètes 2, 1990 (294 p.).

Bats 1992 : Bats (M.), Marseille, les colonies massaliètes et les relais indigènes dans le trafic le long du littoral méditerranéen gaulois (VIe -Ier s. av. J.-C.), in : Marseille grecque et la Gaule, Collection Études Massaliètes, 3, 1992, p. 263-278.

Bertucchi 1982 : Bertucchi (G.), Fouilles d’urgence et ateliers de potiers sur la butte des Carmes à Marseille, Les amphores, Revue Archéologique de Narbonnaise, XV, 1982, p. 135-160.

Bertucchi 1983 : Bertucchi (G.), Amphore et demi-amphore de Marseille au Ier siècle avant J.-C., Revue Archéologique de Narbonnaise, XVI, 1983, p. 89-102.

Bertucchi 1992 : Bertucchi, G., Les amphores et le vin de Marseille, VIe s. avant J.-C.-IIe s. après J.-C. Paris 1992, (250 p.).

Brun, Congès, Pasqualini 1993 : Brun (J. P.), Congès (G.), Pasqualini (M.) (dir.), Les fouilles de Taradeau, Le Fort, L’Ormeau et Tout-Egau. Paris, CNRS (supplément 28 à la Revue Archéologique de Narbonnaise), 1993.

DICOCER 1993 : Dictionnaire des céramiques antiques (VIIe s. av. n. è-VIIe s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence-Languedoc, Ampurdan), Lattara 6, Lattes 1993 (624p.).

Dubar, 1986 : Dubar (M.), Notice géologique sur les terrains oligocènes de Marseille, Lettres d’information du Centre de Recherche Archéologique, 30, Archéologie du Midi méditerranéen, 12, 1986, p. 49-51.

Dubar, Ricq-de Bouard 1986 : Dubar (M.), Ricq-de Bouard (M.), Mise au point à propos des argiles des amphores de Velaux (Bouches-du-Rhône), Lettres d’information du Centre de Recherche Archéologique, 30, Archéologie du Midi méditerranéen, 12, 1986, p. 52-53.

Excoffon, Pasqualini 2004 : Excoffon (P.), Pasqualini M., Le matériel céramique du site du Grand-Parc (Arles, Bouches-du-Rhône). Un contexte camarguais du Ier siècle avant J.-C., SFECAG, Actes du congrès de Vallauris, 2004, p. 11-24.

Jorda, Leveau, Provansal 1990 : Jorda (M.), Leveau (PH.), Provansal (M.), Paysages et peuplement, dans, Voyage en Massalie, 100 ans d’Archéologie en Gaule du Sud, Musées de Marseille, Edisud, Marseille 1990, p. 19-25.

Laubenheimer 1985 : Laubenheimer (F.), La production des amphores en Gaule Narbonnaise, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 327 (Centre de Recherche d’Histoire Ancienne, 66), Paris, 1985

Laubenheimer 1989 : Laubenheimer (F.), Les amphores gauloises sous l’empire : recherches nouvelles sur leur production et leur chronologie, dans, Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche, Actes du colloque de Sienne (22-24 mai 1986) Collection de l’École française de Rome, 114, Rome, 1989, p. 105-138.

Mellinand 1998 : Mellinand (Ph.), Les céramiques communes de la nécropole Sainte-Barbe à Marseille (Ier-IIIe siècle), Essai de classification, in : Fouilles à Marseille, Les mobiliers (Ier-VIIe siècles ap. J.-C.), Études massaliètes 5, 1998, p. 309-316.

Mellinand 2003 : Mellinand (Ph.), Le mobilier céramique des tombes romaines, Céramiques communes, dans, Manuel Moliner (dir.), La nécropole romaine de Sainte-Barbe à Marseille (IVe s. av. J.-C. - IIe s. ap. J.-C.), Études massaliètes 8, Aix-en-Provence 2003, p. 119-129

Morel 1981 : Morel (J.-P.), La céramique campanienne, les formes. Rome, École française de Rome (BEFAR 244), 1981.

Nin 2001 : Nin (N.), Les céramiques communes brunes de Provence occidentale durant le haut Empire, in : SFE-CAG, Actes du Congrès de Lille Bavay, 2001, p. 233-263.

Nin, Pasqualini, Pesty 2003 : Nin (N.), Pasqualini (M.), Pesty (M.-Th.), Les céramiques à pâte claire d’Aix-en-Provence et du bassin de l’Arc. Rebut d’une officine de potier aux 38-42, boulevard de la République, Revue Archéologique de Narbonnaise, 36, 2003, p. 283-304.

Pasqualini 1993 : Pasqualini (M.), Les céramiques utilitaires locales et importées en basse Provence (Ier-IIIe siècles de notre ère), La vaisselle de table et de cuisine, Aix-en-Provence, 1993, 4 vol. 875 p. (thèse de doctorat nouveau régime dactyl., dir. M. Bats).

Pasqualini 1996 : Pasqualini (M.), Vaisselle commune de table et de cuisine en basse Provence au IIe siècle de notre ère, in : Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise (Ier siècle avant J.-C.-IIe s. ap. J.-C.). Naples 1996 (Coll. CJB 14), p. 289-297.

Pasqualini 1998 : Pasqualini (M.), Les céramiques communes en basse Provence (Ier -IIIe s.), Essai de classification, in : M. Bonifay, M.-B. Carre, Y. Rigoir, Fouilles à Marseille, Les mobiliers (Ier -VIIe siècles ap. J.-C.), Études massaliètes 5, 1998, p. 293-308.

Pasqualini, Excoffon, Vella 2004 : Pasqualini (M.), Excoffon (P.), Vella (CL.), « Le Grand Parc », un habitat du Ier siècle avant notre ère en Camargue, Domaine de la Tour du Valat (Arles, Bouches-du-Rhône, Documents d’Archéologie méridionale 27, 2004, p. 251-313.

Pellegrino 2002 : Pellegrino (E.), Productions de céramiques dans les Alpes-Maritimes dans l’Antiquité : de l’imitation de céramiques campaniennes aux céramiques à pâte claire locales, Rivista di Studi Liguri, LXVII-LXVIII, 2001-2002, p. 191-207.

Rothé, Tréziny 2005 : Rothé (M.-P.), Tréziny (M.), Marseille et ses alentours, 13/3, Carte Archéologique de la Gaule, Paris 2005 (925 p.).

Rivet 2002 : Rivet (L.), Céramiques communes engobées et imitations de campaniennes et de sigillées italiques de Fréjus (Var), de la fin du Ier siècle avant notre ère et du Ier siècle de notre ère, Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens, Mélanges offerts à Bernard Liou, Archéologie et histoire romaine 8, Montagnac 2002, p. 249-266.

Thernot 2005 : Thernot (R.) (dir.), ZAC Sextius-Mirabeau, secteur Pompidou, Un artisanat potier intra-muros à Aix-en-Provence (Bouches du Rhône), Rapport final d’opération, Nîmes, Institut national de recherche archéologiques préventives, 2005 (65 p.).

Tchernia, Villa 1977 : Tchernia (A.), Villa (J.-P.), Note sur le matériel recueilli dans la fouille d’un atelier à Velaux (Bouches-du-Rhône), in : Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores, Actes du colloque de Rome (27-29 mai 1974), Rome 1977, p. 231-239 (Collection EFR 32).

Villa 1974 : Villa (J.-P.), Habitat antique dans la commune de Velaux (Bouches-du-Rhône), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 1973-1974, p. 295-336.

Wideman, Naciri, 1989 : Wideman (Fr.), Naciri (A.), Analisi delle anfore galliche d’Ostia, Variazione delle origini del vino gallico consumato a Roma nelle diverse epoche, dans, Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche, Actes du colloque de Sienne (22-24 mai 1986) Rome, 1989, p. 285-296 (Collection EFR 114),

Notes

1 En fait typologiquement il serait plus logique de lier les types 6a et 7a de Guy Bertucchi que l’on peut rapprocher de la Gauloise 2 de Fanette Laubenheimer. Le type 6b est totalement original et les types 7b et c correspondent aux Gauloises 4 et 5.

2 Ce matériel fait l’objet d’une nouvelle étude de la part d’Emilie Porcher, Doctorante de l’Université de Provence.

3 Inédit, communication de Jean Piton, Musée de l’Arles antique.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Aire géographique de production des pâtes claires provençales. 1. Bassin d’Arles et du Rhône, 2. Bassin de l’Arc, 3. Bassin de l’Huveaune, 4. Bassin de Fréjus, 5. Bassin de Cannes-Mandelieu
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Fig. 2. 1 : amphore Bertucchi 6b (d’après Bertucchi 1992) ; 2 : amphore Bertucchi 7a (d’après Bertucchi 1992) ; 3 : Atelier de Bras la Tuilière (Var). Type d'amphore proche de la Bertucchi 6b (d'après Pasqualini 1993) ; 4 : Pâte claire provençale, ateliers de Marseille, cruche forme Pasqualini A1 (d'après Pasqualini, Excoffon, Vella 2004) ; 5 : idem, mortier forme Pasqualini 6 (d'après Pasqualini, Excoffon, Vella 2004)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 3. 1 : pâte claire, forme Bats 212 (d’après Bats 1988) ; 2 à 4 : pâte claire provençale, ateliers de Marseille, forme Pasqualini 1bc (d’après Mellinand 2003) ; 5 : pâte claire provençale, ateliers de Marseille, forme Bats 212 (d’après Congès 1993)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 4. 1 : pâte claire provençale, ateliers de Marseille, proche forme campanienne A 8b (d'après Congès 1993, fig. 50. no 19) ; 2 : idem, forme Bats 212 (d'après Congès 1993, fig. 50. no 20) ; 3 : pâte claire provençale, ateliers du bassin de l'Argens, forme Pasqualini 1a (d'après Congès 1993, fig. 51. no 33) ; 4 : pâte claire provençale, ateliers de Fréjus, forme Pasqualini 1e (d'après Rivet 2002, fig. 1) ; 5-7 : idem, forme Pasqualini 1c (d’après Rivet 2002, fig. 1) ; 8-9 : idem, forme Pasqualini 1b (d’après Rivet 2002, fig. 2)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4326/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search