Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanats de la céramique

La céramique apulienne vue par un céramologue « d’un autre monde »

Jean-Paul Morel

Texte intégral

  • 1 M. Denoyelle, E. Lippolis, M. Mazzei et Cl. Pouzadoux (éds.), La céramique apulienne, bilan et per (...)

1Il est rarement donné d’avoir à propos d’une classe importante de céramiques antiques une vision d’ensemble des acquis récents concernant ses divers aspects, typologiques, artisanaux, artistiques, commerciaux, historiques et autres. Or c’est l’occasion qu’offre, quant aux céramiques apuliennes à figures rouges, un livre issu d’une table ronde consacrée à cette production, édité et rédigé par des spécialistes aguerris, abondamment illustré1, bref, une somme sur une discipline qui connaît de nos jours une évolution remarquable.

  • 2 Enzo Lippolis fait état de 675 études concernant de près ou de loin (mais surtout de près) la céra (...)
  • 3 J’ajoute qu’invité à présenter lors d’une journée d’étude consacrée à LCA (« La céramique apulienn (...)

2Si l’on considère transversalement les diverses contributions réunies dans ce volume, et si pour ainsi dire on les croise entre elles, il devient possible de faire ressortir le « climat » général qui entoure actuellement l’étude de cette céramique et les tendances qui la parcourent, tels que peut les percevoir tout au moins un céramologue habitué, comme le soussigné, à d’autres mondes artisanaux, mais soucieux d’enrichir son expérience, axée principalement sur des productions à vernis noir peu ou pas décorées, fabriquées dans une aire géographique très vaste au long de quatre siècles et largement diffusées dans le monde méditerranéen et à ses abords. Ce céramologue-là ne peut qu’aborder avec curiosité, parce qu’il peut en tirer des incitations pour ses propres recherches, une classe céramique richement décorée et dotée d’une iconographie complexe, produite et diffusée dans une aire relativement restreinte, et porteuse par conséquent de problèmes qui lui sont peu familiers. C’est pour lui l’occasion de visiter de près un paysage céramique que jusqu’à présent il s’était contenté de saluer d’un peu loin et qui a beaucoup changé au cours du dernier demi-siècle grâce à quantité de fouilles et de publi2, grâce aussi à la révision de trouvailles anciennes, à commencer par celle de l’abondant matériel mis au jour à Tarente. En somme, je me fais l’effet d’un cousin de province habitué à prendre sa pitance dans des écuelles à vernis noir et qui serait convié à un banquet servi dans une vaisselle somptueuse3.

État des lieux et problèmes de méthode

Des vases aux contextes

  • 4 Voir les critiques fermes mais pondérées de M. Denoyelle, E. Lippolis, M. Mazzei et Cl. Pouzadoux, (...)
  • 5 Cf. M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 105-107 ; S. Barresi, I vasi del (...)
  • 6 Voir N. Lamboglia, Per una classificazione preliminare della ceramica campana, dans Atti del I° Co (...)
  • 7 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 143.
  • 8 Cf. M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 103-104 et 112. Voir aussi D. Fon (...)
  • 9 Id., ibid., p. 127.
  • 10 E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica apula… (art. cité note 2), p. 13. Voir aussi M. Corrente, (...)

3Au cœur de ce volume se dresse la statue du commandeur, Arthur Dale Trendall, une personnalité à la fois admirée voire vénérée, et contestée sinon parfois vilipendée4. Contestée, car Trendall a adopté une méthode de classement trop exclusivement stylistique, et plus encore, sans doute, parce qu’il a commis des erreurs d’attribution et de regroupement qui entravent la progression de ses successeurs dans l’épais maquis de la céramographie italiote5. Mais un véritable procès de Trendall — si vraiment il avait lieu — serait profondément injuste : devrait-on alors reprocher à Nino Lamboglia de n’avoir pas imaginé dès 1950, dans sa Classificazione preliminare, une méthode parfaite pour étudier la céramique dite « campanienne » à vernis noir6 ? En réalité, c’est en grande partie parce que Trendall a largement payé de sa personne que l’on est en mesure aujourd’hui d’en savoir plus que lui et d’exploiter d’autres possibilités de recherche, quitte à le critiquer et à voir en lui une personnalité scientifique « encombrante »7. Au reste, la contribution qui s’attache le plus à « démonter » dans ses divers aspects la méthode de Trendall est aussi celle qui sait le mieux souligner les mérites ou tout au moins atténuer les « fautes » du savant australien8. Ce qui demeure valable toutefois, c’est le vœu de voir l’étude stylistique — parfois la seule praticable faute de mieux9 — s’associer avec d’autres méthodes de recherche10, gages d’une vision moderne et actualisée de ces céramiques capable de les prendre en compte même dans leurs aspects les plus modérément artistiques.

  • 11 Voir en particulier D. Fontannaz, La céramique protoapulienne… (art. cité note 4), p. 125-142, mai (...)
  • 12 Ce qui correspond au moins en partie à ce qu’Enzo Lippolis appelle les « specifiche situazioni are (...)
  • 13 Il est par exemple intéressant de noter que dans la nécropole de Melfi-Valleverde, à l’époque hell (...)
  • 14 Cf. D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 125, note 2 : dans le terme (...)
  • 15 Selon E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica apula… (art. cité note 2), p. 12.

4À ce sujet, des mots-clés exprimant une même idée (celle de la nécessité d’une approche historique sortant la céramique apulienne de ce qui a longtemps ressemblé à un splendide isolement) sont omniprésents dans LCA : « contexte », « contextualisation », « recontextualisation »11. On peut penser en l’occurrence à quantité de facteurs à prendre en compte : totalité des composants des mobiliers funéraires (ou d’autres ensembles divers) associés aux vases apuliens ; types des tombes ; localisation géographique et ethnique des trouvailles12 ; pour autant qu’on puisse les déterminer, sexe13, âge et statut social des défunts ; cadre culturel14, etc., voire situation d’autres céramiques comparables de la même période dans d’autres zones que la région considérée, ou de céramiques comparables d’autres époques dans la région considérée, ou encore de céramiques nettement différentes dans la région considérée. Or la plupart de ces approches sont prises en compte dans LCA, en une proportion qui dépasse heureusement de beaucoup le petit 14 % que représenteraient, parmi les publications récentes sur la céramique apulienne, celles qui concernent « des matériels considérés d’une façon ou d’une autre en relation avec les contextes et les provenances », d’une façon, de surcroît, le plus souvent « générale et superficielle »15.

  • 16 Un exemple : Id., ibid., p. 16.
  • 17 Voir J.-P. Morel, Garaguso (Lucanie) : traditions indigènes et influences grecques, CRAI, 1974, av (...)
  • 18 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 60 ; L. Colangelo, Nuove acquisizi (...)
  • 19 Cf. D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 139.
  • 20 Exemplaire à cet égard, pour un site d’habitat, est la contribution de L. Colangelo, Nuove acquisi (...)

5Il faut à ce propos ajouter deux choses. D’une part, il importerait de tenir compte le cas échéant d’éléments aptes à nous renseigner sur le statut et l’histoire des vases en eux-mêmes, sur le prix qu’on leur attachait et la façon dont on les traitait, et d’envisager pour ainsi dire une sorte de « contexte intrinsèque » des objets : traces d’usure, réparations16, remplois, graffitis de propriété ou autres. D’autre part, on ne saurait bien percevoir la « physionomie céramique » de ces sites indigènes de la Grande-Grèce riches en vases apuliens que si l’on en connaît à la fois (pour s’en tenir à une classification encore grossière) au moins un habitat, une zone sacrée, et une nécropole : car, selon ces contextes, la réception et le destin des vases grecs en milieu indigène peuvent varier du tout au tout17 — et il y a des chances pour qu’il en aille de même pour les sites grecs. Au-delà de la présence dominante, pour des raisons bien compréhensibles, des tombes, LCA signale opportunément des découvertes de vases ou de fragments de vases à figures rouges dans des habitats ou des lieux sacrés, à Canosa, Canne, Minervino, Ascoli Satriano, Forentum18 : apports essentiels, car ils révèlent de nouveaux répertoires, de nouveaux groupements de formes, et remettent en cause l’interprétation des images dans une optique exclusivement funéraire19. Mais il s’agit encore de cas très peu nombreux, et il faut souhaiter qu’on puisse mieux rééquilibrer encore la quasi-exclusivité des nécropoles dans la publication de vases apuliens à figures rouges : rééquilibrage qui tempérerait au demeurant la tonalité collectionniste, « antiquaria », qui a si souvent prévalu pour ces vases, et qui va de pair, notons-le aussi, avec une prédominance excessive des vases intacts ou presque dans les recherches sur la céramique apulienne. Une réticence excessive à prendre en compte des fragments peu glorieux entraverait à son tour l’étude des habitations, des lieux sacrés et des ateliers recélant de la céramique apulienne, et il est heureux à cet égard que LCA contribue à rompre le cercle vicieux où s’enferme souvent une archéologie des objets entiers20.

Questions de définition et de délimitation

  • 21 Voir K. Mannino, I contesti della ceramica protoitaliota in Messapia, dans LCA, p. 27-38 ; A. Cian (...)

6Le titre du volume, La céramique apulienne, peut sembler évacuer, dans sa simplicité, un problème qui surgit en fait de façon lancinante au fil des pages. Il s’agit des rapports entre la céramique lucanienne et la céramique apulienne (ou entre leurs antécédents protolucaniens et protoapuliens). On perçoit là le fardeau d’une terminologie entrée dans les mœurs et, à ce titre, peut-être utile, mais qui manifestement doit être considérée avec le même recul que des formules comme « céramique campanienne » ou « vases de Gnathia », c’est-à-dire sans la prendre au pied de la lettre. Plusieurs contributions de LCA montrent qu’en Apulie (que ce soit en Messapie, en Peucétie ou en Daunie), jusqu’au premier, voire au deuxième quart du IVe siècle, les vases à figures rouges « apuliens », c’est-à-dire en gros de Tarente, sont minoritaires, voire quelquefois rares, par rapport aux vases à figures rouges « lucaniens », c’est-à-dire en gros de Métaponte (et marginalement par rapport aux vases du « Groupe de Xénon », également de Métaponte)21.

  • 22 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 143-153.
  • 23 Selon Id., ibid., p. 147.
  • 24 Exemples dans J.-P. Morel, Centres de production et contextes historiques, vus depuis la période h (...)
  • 25 D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 127.

7Il existe manifestement de nombreuses passerelles entre les deux séries, sans compter le « Groupe Intermédiaire » (apparemment une bizarrerie trendallienne, objet de critiques serrées)22, où se trouvent des vases jugés par Trendall « lucani per stile ma apuli per luogo di fabbrica »23 : une formulation à la fois paradoxale et légitime — après tout, bien des vases à vernis noir « campaniens » sont étrusques, et inversement —, mais qui n’est qu’un exemple de plus du danger des étiquettes géographiques ou ethniques pour les productions céramiques (ou autres) si on les prend trop au sérieux24. Selon Didier Fontannaz, l’étude des vases « protoapuliens » ne peut pas être séparée de celle des vases proto-lucaniens », si l’on tient compte de leurs « nombreuses similitudes de style et de forme », mais « surtout » (ce qui me semble une raison a priori beaucoup moins contraignante) de « leur association dans certains ensembles archéologiques » ; et par ailleurs « la coïncidence de ces deux catégories stylistiques avec deux centres de production n’est pas assurée »25.

  • 26 Voir M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 107 : « Un vase lucanien peut po (...)
  • 27 A. Pontrandolfo, Artigianato pittorico e luoghi di produzione in Italia meridionale, dans Céramiqu (...)

8J’insiste sur ce point, car c’est le type même de problème qui manifestement tourmente les spécialistes et complique leur travail sans qu’on en voie toujours le sens. On est tenté de demander : à une époque donnée, les différences entre Lucanien et Apulien sont-elles réellement plus grandes que peuvent l’être les différences entre deux ateliers ou deux peintres classés dans l’un de ces groupes26 ? Après tout, l’un et l’autre ensembles sont issus de deux cités grecques distantes d’une quarantaine de kilomètres : ce qui, j’en conviens aisément, peut suffire, vu le bariolage artisanal de l’Italie, à susciter deux faciès céramiques différents. Mais cette distinction donnée pour stylistique ne s’est-elle pas durcie, ne s’est-elle pas fossilisée, par exemple, comme une conséquence du fait que ces deux productions sont attribuables à deux régions italiennes actuelles, et, disons-le, à deux surintendances archéologiques distinctes, ce qui aurait facilité une dichotomie peut-être artificielle ? Il y a là quelque chose qui m’échappe un peu. Manifestement, il existe une demande générale pour desserrer le carcan de ces attributions quelque peu vacillantes, et pour souhaiter « una revisione della rigida distinzione tra ambito lucano e ambito apulo »27. Il est à souligner en tout cas qu’aucun auteur ne semble profiter lâchement, par ce qui serait le baptême d’une « céramique lucano-apulienne », de ces fausses facilités souvent trompeuses qu’offrent ailleurs les « amphores ionio-massaliètes » ou « gréco-italiques », les céramiques « rhodo-ioniennes » ou « étrusco-campaniennes ».

  • 28 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 145.
  • 29 M. Denoyelle et alii, Introduction (art. cité note 4), p. 9.

9De proche en proche, les hésitations sur les attributions ou, plus encore, les rectifications apportées à l’œuvre de Trendall élargissent en tache d’huile, au sein de la céramique italiote, les concaténations réelles ou supposées entre ateliers ou styles, et les spécialistes peinent à tenir tous les bouts de toutes ces chaînes. Ainsi l’étude si détaillée que Sebastiano Barresi donne du « Groupe intermédiaire » annonce-t-elle dans son titre un « ambito ionico », déjà élargi, donc, par rapport à l’Apulie et à la Lucanie, mais se trouve contrainte de prendre en compte aussi la « localizzazione comunque ‘tirrenica’ » et plus précisément paestane du Peintre B. M. F 162, un des céramographes du « Gruppo Rustico » qui lui-même est un sous-groupe de ce « Gruppo intermedio » trendallien28. L’impression qu’on ressent est donc celle d’un intense bouillonnement, d’une remise à plat à la fois difficile et nécessaire, avant la reconstruction à venir d’un système où les « cinq grands ensembles productifs régionaux (Apulie, Lucanie, Campanie, Sicile et Paestum) [qui fournissent] à la recherche actuelle un système de référence dont elle ne peut se passer »29 risquent d’être mis à mal, au détriment de la tranquillité d’esprit mais à l’avantage d’une réalité qu’il sera en tout état de cause difficile de cerner dans tous ses détails. Mais de quelle grande classe de céramiques ne pourrait-on en dire autant ?

10Sans m’aventurer plus avant dans la jungle touffue des attributions, des analyses esthétiques et des interprétations culturelles ou idéologiques où les spécialistes de la céramique italiote se meuvent avec une aisance, une érudition, une subtilité et une sensibilité que le profane ne peut qu’envier, et qui constituent l’apport indéniablement le plus séduisant de LCA, j’en viens à des problèmes partagés par l’ensemble de la communauté des céramologues et que pourrait résumer le triptyque désormais classique « production-diffusion-réception » — un triptyque dont on doit saluer la montée en puissance, comme en tant d’autres domaines, dans l’étude des céramiques italiotes.

De l’atelier au client

Production, fabrication

Localisation et essaimage des ateliers

  • 30 Cf. D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 133-136, qui toutefois sign (...)

11Notons d’emblée un paradoxe : la difficulté qu’on éprouve à connaître concrètement les officines de la céramique figurée à Tarente même. Si obligatoires, si légitimes que paraissent les références fréquentes à des « ateliers tarentins », « nous ne disposons encore aujourd’hui d’aucune preuve sur le terrain », et « la localisation des ateliers à Tarente reste hypothétique » — mais cela, dans des limites qui n’apparaissent pas clairement30.

12Venons-en au problème de l’essaimage à partir de ce noyau tarentin à la fois certain et difficilement saisissable, un phénomène essentiel aussi bien pour connaître les réalités des productions et de la « manufacture » antiques que pour éviter de lourdes erreurs touchant à l’histoire du commerce et des relations entre producteurs et clients.

  • 31 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 145, note 6.

13Les essaimages se font entre cités grecques, et « la ceramica apula certamente prodotta nel Ceramico di Metaponto » signalée par Sebastiano Barresi31 fait exactement pendant, en sens inverse, aux vases « lucani per stile ma apuli per luogo di fabbrica » évoqués supra, confirmant l’intrication de l’Apulien et du Lucanien. Ils se font aussi, bien entendu, entre cités grecques et villes indigènes.

  • 32 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 75 ; I. Berlingò, Le necropoli ell (...)
  • 33 Sur Canosa comme « the principal centre of manufacture » d’imitations de « Gnathia » en Apulie sep (...)
  • 34 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 75.
  • 35 Voir supra, note 32.
  • 36 I. Berlingò, Le necropoli ellenistiche di Melfi… (art. cité note 13), p. 95.

14Un site important à cet égard pour l’Apulien tardif est Canosa32, qu’on rencontre souvent, à quelques pas derrière Tarente, mais bien avant les autres établissements indigènes, dans l’histoire des productions et même des exportations artisanales de l’Apulie antique33. Il serait profondément injuste de ne souligner que des absences dans un volume qui donne tant et qui ne pouvait pas tout dire. On attendra ou on cherchera donc ailleurs que dans les indications succinctes de LCA plus de détails sur les productions « délocalisées » de céramiques à figures rouges, comme les « forme […] tradizionalmente identificate come produzioni di botteghe canosine »34 (des rhyta, notamment, volontiers associés à l’idée de clients indigènes, en Italie35 comme dans le Pont Euxin) ; ou comme sur Melfi, fourni en céramique à figures rouges de l’Apulien tardif par des « officine prevalentemente canosine », voire par des « botteghe che il Trendall ritiene locali »36.

15Ainsi, une fois de plus dans le monde perpétuellement évolutif de la céramologie, il s’avère qu’une production jadis ou naguère traditionnellement et tranquillement attribuée à un grand centre a en réalité abondamment essaimé. Ces choses ne sont pas simples, mais comment pourraient-elles l’être, s’il s’agit d’une loi inexorable, et de plus en plus reconnue, de la céramique antique ?

  • 37 M. Gualtieri, dans les Discussions de LCA, p. 218.
  • 38 Voir aussi A. Pontrandolfo, Artigianato pittorico… (art. cité note 27), p. 270, qui parle de « tra (...)
  • 39 M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 111, signale (et critique) une étude (...)
  • 40 Pour ces diverses productions, quelques références dans J.-P. Morel, Centres de production… (art. (...)
  • 41 J. R. Green, Gnathia… (art. cité note 33), p. 61-69, passim.
  • 42 Voir supra, note 31.

16Très intéressante est, dans cette optique, l’information donnée par Maurizio Gualtieri à propos de deux vases (des cratères à volutes « monumentaux » à « mascheroni »), trouvés respectivement à Métaponte et à Roccagloriosa, à la fois presque identiques par leurs formes, leurs dimensions, leurs décors, et profondément différents par leur argile et leur vernis, et qui posent donc, note Gualtieri, le problème des « ateliers itineranti »37. À ce sujet je parlerais plutôt, ou aussi, d’ateliers (ou d’artisans) mobiles, ou encore de transferts d’ateliers ou d’artisans38, ce qui n’est pas tout à fait la même chose : il faut distinguer en effet une itinérance fondamentale et pour ainsi dire perpétuelle, d’une part, et d’autre part la possibilité qu’auraient eue des artisans d’aller à l’occasion travailler hors de leur officine habituelle et le cas échéant d’en créer quelque « succursale » ou quelque concurrent39. Quelles que fussent leur importance, leur fréquence, leur durée, leur plus ou moins grande stabilité, de tels phénomènes de déplacements sont essentiels pour l’étude des « essaimages ». Ils sont selon le cas assez bien connus, ou soupçonnés en raison d’indices convaincants, pour la céramique attique, pour la céramique calénienne à reliefs, pour la campanienne B, pour les sigillées arétines et gauloises40 ; mais aussi, plus près de la céramique apulienne, pour la céramique « de Gnathia », dont des potiers, sinon même des ateliers, se déplacèrent de Tarente en Apulie septentrionale et en d’autres régions de l’Italie, à commencer par Métaponte et peut-être le Materano41 (ne signale-t-on pas du reste semblablement, on l’a vu, « ceramica apula certamente prodotta nel Ceramico di Metaponto »42 ?). L’absence d’une perception correcte de ces processus, ou simplement de leur prise en compte pour le moins à titre d’hypothèse, risquerait de brouiller gravement les usages historiques de la céramologie.

Organisation des ateliers

  • 43 F. Silvestrelli, Le fasi iniziali… (art. cité note 20), p. 117.
  • 44 J.-P. Morel, Un atelier d’amphores Dressel 2/4 à Cales, dans Amphores romaines et histoire économi (...)
  • 45 M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 111-112.

17Un fait essentiel apparaît à propos du Céramique de Métaponte : dans ses ateliers, outre la céramique figurée, on fabriquait un peu de tout : céramiques à vernis noir, à bandes, achrome, vases à feu. Dans tel dépotoir d’officine, les figures rouges ne représentent que 4,2 % du matériel, et Francesca Silvestrelli, qui étend cette particularité à l’ensemble des dépotoirs voisins, y voit « una certa complessità organizzativa »43. Ce fut sans doute une situation fréquente : un atelier que j’eus la possibilité de fouiller à Pezzasecca, sur le site de l’antique Calès, produisait, outre de la céramique « B-oïde » à vernis noir puis de la sigillée, des amphores commerciales de plusieurs types, des vases à paroi mince, de la céramique commune, des lampes, des tuiles, gargouilles et tuyaux…44. Dans une formule beaucoup moins « attrape-tout », mais qui atteste néanmoins une certaine diversification, relevons tel atelier de l’Apulien récent qui rénova le cratère à volutes, développa des motifs du Style Orné et en créa d’autres, tout en produisant à côté de cela un nombre important de vases plus communs. Martine Denoyelle y voit « une intelligente rationalisation des choix de production qui […] s’adapte aux nouvelles conditions du marché »45.

  • 46 D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 131. Voir aussi A. D’Amicis, Ce (...)
  • 47 Après examen des trouvailles dans un atelier tarentin produisant des skyphoi à figures rouges ital (...)

18Si l’on se place à un autre point de vue, celui de l’organisation du travail des céramistes proprement dit, on relève dans LCA des indices de ce travail parcellisé, spécialisé et pour tout dire rationalisé des ouvriers que l’on subodore aussi dans tous les grands ateliers exportateurs de céramique à vernis noir ou de sigillée. C’est éminemment le cas de l’atelier du Peintre de la Naissance de Dionysos, au sujet duquel Didier Fontannaz s’interroge sur le partage des tâches, pour un vase donné, entre un « esquisseur » et un « finisseur », et surtout pense avoir décelé plusieurs mains sur un même vase, selon qu’il s’agit des représentations principales ou de celles du col, des ornementations principales ou accessoires, ou encore de visages commencés par un peintre et terminés par un autre : bref, « une organisation déjà très articulée »46. Des observations aussi passionnantes quant aux réalités du travail dans les officines ne peuvent évidemment résulter que d’analyses minutieuses, dont la multiplication pourrait conduire à des conclusions beaucoup plus fructueuses encore pour la production complexe qu’est la céramique apulienne qu’elles ne le sont pour des productions relativement simples47.

  • 48 A. D’Amicis, Ceramica apula a figure rosse… (art. cité note 46), p. 163-171.
  • 49 A. D’Amicis parle plutôt de « comune linguaggio artistico », de « comune matrice iconografica », d (...)

19C’est une rationalisation d’un autre genre — où la spécialisation des tâches se double de leur application dans deux classes diverses de céramique — qu’évoquent les importantes observations d’Amelia D’Amicis sur certains motifs iconographiques, pratiquement identiques dans leur conception et leur exécution, employés indifféremment, à partir de la seconde moitié du IVe siècle, sur la céramique à figures rouges et sur la céramique surpeinte, qu’il s’agisse ou non du type « Gnathia »48 : dans les mêmes ateliers ? Par les mêmes « mains » ? Cela ne semble pas encore précisé49, mais l’enquête mériterait assurément d’être poursuivie.

Diffusion

La zone de diffusion

  • 50 Cité par [E. Lippolis et] M. Mazzei, La ceramica apula… (art. cité note 2), p. 16-17, avec les sit (...)
  • 51 Cf. Ead., ibid., p. 17.
  • 52 Cf. J.-P. Morel, Les échanges entre la Grande-Grèce et la Gaule du VIIe au Ier siècle avant J.-C., (...)
  • 53 Voir par exemple C. Picard, Thèmes hellénistiques sur les stèles de Carthage, Antiquités Africaine (...)

20On notera tout d’abord que la céramique apulienne est extraordinairement peu répandue hors de sa région de fabrication : seulement 1 % de sa production a été diffusée hors de cette région, estime Trendall50. Encore s’agit-il presque exclusivement d’« exportations » limitées à l’Italie. Marina Mazzei résume les indications à ce sujet de Trendall, qui sur certains points doivent être prises avec précaution. Par exemple, le fait que pour la France méridionale, et pour elle seule, aucun site précis de réception ne soit indiqué51, n’est pas un bon signe concernant une région pour laquelle les importations de céramique italiote signalées çà et là restent extrêmement douteuses quand elles ne sont pas erronées52. Quant à l’Afrique septentrionale, avec particulièrement Carthage, pourtant assez liée culturellement à Tarente53, elle est apparemment réputée n’avoir rien reçu.

  • 54 Voir Id., La céramique comme indice du commerce antique (réalités et interprétations), dans P. Gar (...)
  • 55 M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 107.

21La céramique apulienne à figures rouges est donc typiquement (comme la céramique « de Gnathia » et plus encore qu’elle) une céramique à « moyen rayon d’action » : un rayon d’action de quelques dizaines de kilomètres, au-delà duquel la diffusion se tarit presque totalement54. En ce sens, elle est à l’opposé de la céramique attique. Il est significatif qu’on ait pu souligner, à propos de la céramique apulienne, qu’en Italie méridionale, « les échanges sont directs et les distances limitées »55. Distances limitées, sûrement. Échanges directs, c’est moins sûr, une inconnue en l’occurrence étant l’existence, ou non, d’intermédiaires (et lesquels ?) entre les ateliers et les clients, fût-ce pour des trajets assez courts.

Modalités de la diffusion

  • 56 Voir respectivement D. Fontannaz, La céramique protoapulienne… (art. cité note 4), p. 132 ; M. Cor (...)
  • 57 Comme par exemple pour l’Alexandria Group de la céramique « de Gnathia ». Sur ces problèmes, cf. J (...)
  • 58 Par exemple LCA, p. 56, 112, 137, 150.
  • 59 Cf. M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 66-67.

22À trois reprises au moins dans LCA, il est question de « stocks unitaires de vases » (d’un même atelier, voire d’un même peintre) « achetés en bloc », à Tarente, à Canosa, et (en quantité « impressionnante ») à Rutigliano56. Voilà qui éclaire l’organisation des ateliers et pour la production, et pour la vente sur un « marché » au sens de lieu mais aussi d’opportunité de commerce sur laquelle on concentre un effort de vente57. La notion de « marché », actuellement à l’ordre du jour, ne manque d’ailleurs pas d’apparaître çà et là dans LCA, quoique encore assez modestement58. Certains groupes dominants indigènes semblent avoir aussi participé à cette organisation de la circulation des vases et à la création de « linee commerciali », comme on le conjecture à propos de la Daunie59.

Réception, consommation, usage

23Dans le triptyque désormais presque obligé « production, diffusion, réception » que j’ai évoqué (où le dernier terme est souvent remplacé par « commande », par « clientèles », par « acquisition », ou par d’autres termes à la fois analogues et différents), la réception est peut-être le thème pour lequel LCA apporte le plus d’avancées, dans un foisonnement de questions et de propositions. Limitons-nous ici à trois problèmes.

Grecs et indigènes

24Est notable tout d’abord la diversité des usages distinguant les Grecs des indigènes, bien sûr, mais aussi les diverses ethnies indigènes entre elles.

  • 60 Selon D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 135, certains ateliers ta (...)
  • 61 Voir les vases « colossaux » (dont malheureusement les dimensions ne sont pas indiquées) de Timmar (...)
  • 62 Cf. J. et L. Jehasse, La nécropole préromaine d’Aléria (XXVe supplément à Gallia), Paris, 1973, pl (...)
  • 63 C’est ce qui ressort des observations de E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica apula… (art. cité (...)
  • 64 Cf. Id., ibid., p. 14 ; J.-P. Morel, L’étude des céramiques à vernis noir, entre archéologie et ar (...)

25On peut opposer par exemple, semble-t-il, les vases moyens ou petits, au niveau iconographique et esthétique modeste, non véritablement luxueux, qui prédominent dans les nécropoles de Tarente, aux vases parfois énormes et somptueusement peints de certaines tombes indigènes60. C’est une manifestation entre tant d’autres de cette sorte d’« hyperhellénisme » des Barbares qui fait aussi que le plus grand vase de bronze grec connu a été trouvé à Vix61, que les plus beaux ensembles peut-être de vases attiques ont été trouvées en Étrurie et à Spina, que les plus beaux vases de Gnathia ont été trouvés dans l’Aléria étrusque62. Mais l’évidence de « traditions de consommation » différentes aussi bien en milieu grec qu’en milieu indigène fragmente singulièrement ce que, dans un cas comme dans l’autre, on serait tenté de considérer en première analyse comme deux koinai distinctes63. Une fois de plus se vérifie l’émiettement géographique des « paysages céramiques » qui — sur un fond apparemment unitaire à première vue, mais à première vue seulement —, font à toute époque de l’Italie antique (et pas seulement de l’Italie) une mosaïque bigarrée. Je suis frappé à cet égard de voir que la formule d’Enzo Lippolis sur les « distretti cantonali dell’Italia meridionale » (qui réagissent diversement à la diffusion de la céramique figurée) correspond à celle des « cantons céramiques » qu’il m’est arrivé d’employer à propos des particularismes locaux de l’Italie des IVe -IIIe siècles64.

Les acteurs de la réception

  • 65 Voir en particulier LCA, p. 14, 17, 36, 47-48, 53, 67, 107, 110, 140.
  • 66 Voir, à propos de la céramique attique à vernis noir, le chapitre Discussion dans Grecs et Ibères…(...)
  • 67 Cf. M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 108 ; voir également F. Silvestre (...)
  • 68 LCA, p. 34-36, 110, 140.
  • 69 D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 137.

26J’insisterai davantage sur ce point. Les mots-clés à ce sujet sont dans LCA « commande » ou « commanditaire(s) » (« committenza », « commissione », « committente »)65. J’éprouve à cet égard quelque perplexité. Je crois, certainement, à l’importance du client et de ses goûts dans les processus d’achat, et donc de fourniture, et donc de production. Mais cette « influence de l’aval vers l’amont » n’implique pas toujours, pas nécessairement, que les indigènes aient demandé aux Grecs (ni à plus forte raison aient exigé d’eux) tel ou tel type précis de vase — sinon peut-être, dans certains cas, pour de grands vases richement décorés —, mais, au minimum, que les Grecs sussent où était leur propre intérêt. Et cet intérêt consistait, en l’occurrence, à fournir aux indigènes à leur demande, ou bien à leur proposer, des vases qui pussent satisfaire leurs goûts, et les « réactions du marché » me paraissent souvent rendre mieux compte de ces phénomènes que les « commandes » à proprement parler66. Pour s’en tenir à un cas aussi évident pour l’Apulie que l’amphore nicosthénique ou le canthare attiques le sont pour l’Étrurie, la nestoris, manifestement inspirée de la trozzella67, est un exemple flagrant d’une volonté de plaire à des clients indigènes. Mais à plusieurs reprises dans LCA, la présence dans des tombes indigènes de vases ou de lots de vases exceptionnels est considérée comme résultant d’une « commande » spécifique68 : or, me semble-t-il, rien ne permet de voir là la seule raison concevable de cette présence, et il serait plus prudent d’envisager aussi en ce cas la possibilité, ou bien d’une « proposition exceptionnelle » de la part soit d’un atelier, soit d’un marchand, ou bien, sans aller jusqu’à l’hypothèse d’une commande proprement dite, d’un « achat exceptionnel » de la part d’un client. Je préfère à cet égard une formule faisant état de « différences dans le choix des formes » (et/ou, pourquoi pas, des décors) « entre Tarente et les sites indigènes »69.

  • 70 Sur des formes des officines de Métaponte « specificamente rivolte al mondo indigeno », voir F. Si (...)

27Les indigènes avaient sûrement leurs préférences, et cela avait nécessairement une incidence sur l’activité des ateliers70. Toutefois, si l’on aborde l’iconographie souvent complexe qui est celle des vases apuliens, peut-on toujours affirmer qu’un Peucétien, ou un Daunien, demandaient telle variante insolite de tel mythe grec quelque peu confidentiel ? Car c’est à cette commande précise, qu’on pourrait imaginer comme minutieusement décrite dans quelque cahier des charges plus ou moins virtuel, que se rapporte la notion de « committenza », dans le monde romain tout au moins. Mais un cratère apulien n’est ni la colonne Trajane, ni le tombeau souhaité par Trimalcion, ni le mur décrit par la lex parieti faciundo de Pouzzoles, ni même une stèle funéraire romaine ou peut-être attique.

  • 71 Cl. Pouzadoux, L’invention des images dans la seconde moitié du IVe siècle : entre peintres et com (...)
  • 72 Ead., ibid., à propos de certaines images rares de la légende d’Achille (Achille sous la tente, ou (...)
  • 73 D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 125 et 139.
  • 74 E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica (art. cité n. 2), p. 14.
  • 75 Un scrupule à cet égard ressort des groupements de termes utilisés par Id., ibid., p. 14 (qui parl (...)

28Pour les thèmes mythologiques ou légendaires qu’affectionnaient les indigènes, dans des versions souvent rares et quelque peu ésotériques (comme Claude Pouzadoux l’a montré et démontré à propos de grands vases apuliens à figures rouges de Canosa, Arpi et autres lieux71), peut-on parler comme elle de « rapports entre peintres, commanditaires et territoire » ? Peut-être parfois à propos de cette Daunie dont l’identité culturelle semble avoir été particulièrement forte et dont Cl. Pouzadoux souligne elle-même la singularité à cet égard72. Mais en règle générale, je préférerais des termes comme « réception »73, « clients », « usagers », « destinataires » ou « bénéficiaires » (« fruitori »74). Question de mots, peut-être, mais les mots ne sont pas innocents, et peuvent forcer le sens75.

  • 76 M. Schmidt, Livello culturale di singoli pittori : dalla erudizione individuale all’automatismo ar (...)
  • 77 M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité n. 4), p. 108.

29En règle générale encore, je me demande si tous ces notables du IVe siècle av. n. è., indigènes ou, pourquoi pas, grecs, étaient assez érudits pour décrire le vase figuré complexe qu’ils souhaitaient, et si cette notion de « literacy » évoquée par Margot Schmidt à propos des peintres apuliens76 ne doit pas être soulevée aussi, à bien plus forte raison peut-être, à propos de leurs clients. Je verrais plutôt un peintre, ou un chef d’atelier, ou quelque représentant d’une officine, cultivé, ou tout au moins informé, proposant, à tel client désireux d’avoir un grand vase abondamment décoré, tel ou tel thème, explications à l’appui peut-être et en tenant compte le cas échéant de particularités locales. Au client, alors, d’accepter ou non — à moins qu’il ne choisît à l’atelier un vase déjà prêt. Bref, à la « committenza », je préférerais la clientèle. Et quand il est dit que le Peintre de Pisticci « adopte certaines formules stylistiques dirigées vers des clients qui les apprécieront »77, j’y perçois une vision plus équilibrée de ces rapports entre ateliers et clients tels que nous pouvons les imaginer.

Le nombre des vases

  • 78 K. Mannino, I contesti… (art. cité note 21), p. 36.
  • 79 On peut observer que les allusions au rituel du banquet, si fréquentes et pour ainsi dire obligées (...)
  • 80 Cf. J.-P. Morel, De la Basilicate au Languedoc et à Carthage : propositions grecques et choix des (...)

30Katia Mannino observe que dans les tombes messapiennes (contrairement à ce qu’on observe en Peucétie) on trouve habituellement un seul vase protoitaliote, et évoque à ce propos des explications soit économiques, soit, pense-t-elle plutôt, rituelles78. On pourrait y voir aussi la manifestation d’une coutume fréquemment attestée aux époques les plus diverses chez certaines ethnies « barbares » (en Basilicate, dans le Languedoc, à Carthage, en Maurétanie) : à savoir la présence dans les tombes d’un seul vase « exotique » (grec, étrusque ou « campanien »), qui paraît manifester le désir de montrer que l’on connaît et salue des mœurs étrangères et de ce fait prestigieuses (notamment en ce qui concerne le « rituale simposiaco » et plus généralement la « sfera simposiaca » dans ses manifestations les plus diverses79), tout en maintenant volontairement ce « coup de chapeau » à un niveau symbolique, indépendamment, semble-t-il, des possibilités économiques ou des préoccupations rituelles80.

  • 81 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 62, 64 (note 16), 65, 67, 72, 73-7 (...)
  • 82 Voir B. A. Sparkes [et L. Talcott], Black and plain pottery of the 6th, 5th and 4th centuries B. C (...)
  • 83 Pour utiliser ce mot dans son sens propre, alors que l’on tend fâcheusement dans tant de publicati (...)
  • 84 Sur ce problème, voir J.-P. Morel, La vaisselle de table à Rome aux IIe et Ier siècles avant J.-C. (...)
  • 85 Exemplaire est la « coppia di crateri del Pittore di Baltimora » d’une tombe de Canosa, deux très (...)
  • 86 Ead., ibid., p. 67 (dans une sépulture double, « un doppio servizio di forme per bere e per versar (...)
  • 87 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 73. Même observation à Spina, site (...)

31D’autre part, Marisa Corrente souligne fortement la présence dans des tombes de Canosa et de Minervino de paires (« coppie ») de vases de la même forme, une « iterazione », une « duplicazione delle forme principali », qu’elle rapproche de coutumes liées au banquet et qui tendent à disparaître dans le dernier quart du IVe siècle81. Certes l’existence de paires de vases dans des mobiliers funéraires ou autres ne concerne sans doute pas uniquement la Daunie, mais Marisa Corrente a raison d’insister sur ce point si cette présence y est remarquablement fréquente. Ces choses-là ne sont pas indifférentes, et le goût pour les paires de vases, me semble-t-il, n’existe peut-être pas à un tel degré dans la céramique attique figurée82. En revanche, je ne peux m’empêcher de rapprocher ce fait de l’attrait invétéré des Romains pour les paires de vases, en ce qui concerne l’argenterie : et dans ce cas on peut aussi parler d’une coutume « simposiaca » (si vague que puisse être cette justification pour Canosa comme pour le monde romain). Mais on doit penser aussi, à mon avis, à un souci de présentation symétrique sur quelque « dressoir », quelque « vaisselier »83 (abacus)84 — ou bien entendu, surtout pour des vases monumentaux, à une installation (en symétrie ?) dans une tombe85. Il est par ailleurs remarquable que cette observation soit élargie par le même auteur aux « services de vases », considérés comme des vases de forme identique apparaissant en nombre dans une tombe86, même si (c’est un autre problème) « si evidenzia l’assenza di un servizio simposiaco canonico »87. Sans vouloir ni forcer le trait, ni négliger le fait que des services de vases devaient se trouver un peu partout, on doit noter que les mentions les plus fréquentes de tels phénomènes apparaissent dans la contribution qui dans LCA est aussi la plus attentive aux problèmes du « banquet ». Voyons-y une piste à explorer sans doute davantage.

Deux points encore

32L’amateur de vernis noir (puisque c’est en cette qualité, si je puis dire, que j’ai entrepris de commenter cette nouvelle somme sur la céramique apulienne à figures rouges) voudrait évoquer pour finir deux points qui lui rappellent plus particulièrement certains des problèmes qu’il rencontre en son domaine habituel.

Les formes des vases

  • 88 LCA, p. 25, 29, 42, 114, 119, 120, 122. Le premier de ces dessins figure deux vases apparemment à (...)
  • 89 Martine Denoyelle apparaît assez isolée en souhaitant une « étude des formes », sans autre précisi (...)
  • 90 Ead., ibid., p. 111.
  • 91 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 147.

33On remarque dans LCA l’extrême rareté des illustrations (en tant que dessins en section) de formes de vases88. C’est un thème en relative déshérence, pour la céramique apulienne comme pour tant d’autres productions décorées, que les recherches minutieuses sur les formes (profils d’ensemble précis ; proportions et articulation des diverses parties des vases complexes ; traces de procédés techniques de tournage, de tournassage, de modelage, de collage…)89 : et s’il est judicieusement noté que « formes et décor sont indissociables dans l’étude de la diffusion des vases apuliens »90, l’analyse et même l’indication des formes restent assez sommaires. Il en est de même, a fortiori, pour le manque d’attention envers les détails de forme, et le vœu d’« un’analisi accurata delle singole parti che compongono il vaso figurato »91 ne concerne, à bien voir, que le décor peint. Or les détails de forme sont de toute évidence, au même titre que les détails du décor, très importants en soi pour identifier une main, un atelier ou une production ; il sont très importants aussi pour les archéologues qui, dès lors qu’ils fouillent d’autres structures que des tombes, ne recueillent guère que des fragments. Il y faut une attention exigeante, minutieuse, voire tâtillonne. Je me demande si cette inattention aux détails de forme n’est pas une des causes du retard ou de l’utilisation restreinte, pour la céramique apulienne comme pour tant d’autres productions, de l’étude d’éléments trouvés ailleurs que dans des sépultures.

Figures rouges et Gnathia

  • 92 Cf. I. Berlingò, Le necropoli ellenistiche di Melfi… (art. cité note 13), p. 94.

34J’ai déjà évoqué ci-dessus les cours parallèles qu’ont pris à une certaine époque, dans le domaine de la peinture, la production des vases à figures rouges et celle des vases à rehauts peints. Cette complémentarité, ou cette « coexistence pacifique », apparaît aussi dans un ordre d’idées différent, qui concerne les formes plutôt que les décors, et les clients plutôt que les fabricants : dans la nécropole de Canosa-Valleverde, le « service » des vases à figures rouges est parfois « répété » (« reiterato ») par des céramiques d’autres classes et avant tout du type « Gnathia »92. Dans un cas comme dans l’autre, on peut percevoir un phénomène de transition progressive entre deux techniques décoratives dont l’une commence à s’affirmer tandis que l’autre commence à décliner — un processus dont l’Étrurie et la Sicile offrent à la même époque d’autres exemples, alors que la céramique attique a sans doute basculé plus brusquement des figures rouges vers le West Slope.

  • 93 D’après D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 125, note 6.
  • 94 O. de Cazanove, Civita di Tricarico, I, Le quartier de la Maison du Monolithe et l’enceinte interm (...)
  • 95 Ceramica apula a figure rosse e sovradipinta… (art. cité note 46), p. 169-170. A. D’Amicis évite a (...)
  • 96 John Richard Green pose exactement le même problème au sujet des trouvailles de Sidi Khrebish en C (...)

35Notons aussi une révision drastique de la chronologie de la fin du « Gnathia », déplacée d’un siècle par les recherches récentes de Sveva Fozzer et de Daniel Graepler93, tandis que semblablement Olivier de Cazanove fait durer sa production jusqu’au début du IIe siècle94, et que de son côté Amelia D’Amicis fait remonter son origine au début du IVe siècle, sinon à la fin du Ve siècle95. De tout cela, il faut prendre acte, tout en posant deux questions (sans prétendre évidemment aller plus loin ici). Premièrement, n’est-on pas en train d’élargir exagérément la notion de céramique « de Gnathia » en y faisant entrer indifféremment deux siècles au moins de céramiques à rehauts peints ? Deuxièmement, tient-on toujours assez compte du phénomène des « matériaux résiduels » qui, si l’on n’y prenait garde, conduirait par exemple à faire descendre jusqu’au milieu du IIe siècle la production de céramiques attiques à vernis noir typiques du IVe siècle trouvées assez couramment sur les derniers sols d’occupation de Carthage punique en association avec de la campanienne A96 ?

En conclusion

36Le céramologue « d’un autre monde » ne peut qu’admirer la science, la vaste culture, la finesse d’observation, l’ampleur de vues des spécialistes de la « céramique apulienne » (et des autres productions italiotes à figures rouges). Il ne peut qu’apprécier l’impulsion nouvelle qu’ils donnent à la connaissance de l’Italie sud-orientale antique. Mais c’est une loi de l’archéologie qui se vérifie une fois de plus que la difficulté de tirer parti de toutes les potentialités d’un sujet dès lors qu’il abonde en séductions esthétiques et culturelles : loin d’un « collezionismo » que tous les auteurs de LCA rejettent, l’étude de la céramique apulienne ne risque pas moins d’être « phagocytée » par des recherches artistiques et iconographiques d’autant plus légitimes, nécessaires et passionnantes qu’elles sont ici poussées aussi loin que possible vers l’analyse des sociétés, mais qui par leur développement même risquent de faire le vide autour d’elles. Et il est amené à souhaiter, ce céramologue « d’un autre monde », que cette production qui touche à tant de problèmes de toute sorte concernant la Grande Grèce dans son art, sa culture, ses croyances et ses mœurs, dans ses ateliers, son économie, ses acteurs grecs et indigènes et leurs rapports, bref, dans son histoire, devienne un terrain de recherche privilégié pour l’ensemble des questions que peut poser ou résoudre une classe céramique. Le jour où l’étude de la céramique apulienne, une céramique « riche », saura aussi prendre pleinement en compte des facteurs auxquels sont plus sensibles, par la force des choses, les spécialistes de céramiques « pauvres », et où elle consentira par exemple à considérer davantage, à côté du travail des peintres, celui des potiers ou des marchands, ce jour-là, nul doute que, exploitant pleinement tous ses atouts, elle puisse devenir une discipline de pointe dans le vaste univers de la céramologie.

Fig. 1. Vase des Perses du Peintre de Darius (vue d’ensemble de la face principale), Naples, Museo Archeologico Nazionale, H 3253 (inv. 81947) (photo Ph. Foliot publiée avec l’aimable autorisation de la Soprintendenza speciale per i Beni Archeologici di Napoli e Pompei)

Notes

1 M. Denoyelle, E. Lippolis, M. Mazzei et Cl. Pouzadoux (éds.), La céramique apulienne, bilan et perspectives, Actes de la Table Ronde organisée par l’École française de Rome en collaboration avec la Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia et le Centre Jean Bérard de Naples (Naples, Centre Jean Bérard, 30 novembre-2 décembre 2000), Naples, Centre Jean Bérard, 2005 (désormais cité LCA). La forte implication du Centre Jean Bérard dans l’organisation de cette Table Ronde « apulienne » de l’an 2000 et dans la réalisation du volume qui en est issu me rend particulièrement heureux de pouvoir m’associer, en quelque sorte grâce à LCA, au présent hommage à Maria Francesca Buonaiuto, dont j’ai eu maintes occasions d’apprécier, depuis nos débuts simultanés à l’Institut français de Naples et au Centre Jean Bérard, la compétence, l’efficacité et la serviabilité.

2 Enzo Lippolis fait état de 675 études concernant de près ou de loin (mais surtout de près) la céramique italiote, parues entre 1956 et 2001 : voir sa Recensione bibliografica 1956-2001, dans LCA, p. 231-250, ainsi que E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica apula a figure rosse : aspetti e problemi, dans LCA, p. 11.

3 J’ajoute qu’invité à présenter lors d’une journée d’étude consacrée à LCA (« La céramique apulienne, bilan et perspectives », Maison René Ginouvès, Université de Paris X-Nanterre, 28 novembre 2005) une communication en forme de réaction « exogène » à ce livre — dont le présent article reprend et surtout développe la teneur —, je m’étais volontairement abstenu de lire alors, et me suis encore privé de lire jusqu’à l’achèvement de ces pages, afin de garder sur ces choses un regard neuf, voire naïf, la Conclusion de Françoise-Hélène Pairault (LCA, p. 223-230), dont je n’ai découvert qu’après coup le brio et la densité, mais dont l’auteur se place à un autre point de vue que le mien.

4 Voir les critiques fermes mais pondérées de M. Denoyelle, E. Lippolis, M. Mazzei et Cl. Pouzadoux, Introduction, dans LCA, p. 9, et de M. Denoyelle, L’approche stylistique : bilan et perspectives, ibid., p. 103-112. Voir aussi D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne de Tarente : problèmes et perspectives d’une recontextualisation, ibid., p. 141, qui évoque — dans un développement par ailleurs élogieux pour Trendall — « une nouvelle construction ‘ post-trendallienne’ ».

5 Cf. M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 105-107 ; S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio e la prima fase della ceramografia italiota in ambiente ionico : proposta di analisi e brevi considerazioni, dans LCA, p. 143-153.

6 Voir N. Lamboglia, Per una classificazione preliminare della ceramica campana, dans Atti del I° Congresso internazionale di Studi Liguri (Bordighera, 1950), Bordighera, 1952, p. 139-206, titre où l’on doit noter la double atténuation prudente non seulement du « preliminare », mais aussi du « per ».

7 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 143.

8 Cf. M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 103-104 et 112. Voir aussi D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 129.

9 Id., ibid., p. 127.

10 E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica apula… (art. cité note 2), p. 13. Voir aussi M. Corrente, Produzione e circolazione della ceramica a figure rosse a Canosa e nel territorio : i dati delle recenti scoperte, dans LCA, p. 59 ; M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 112.

11 Voir en particulier D. Fontannaz, La céramique protoapulienne… (art. cité note 4), p. 125-142, mais les références pourraient être multipliées, et le mot « contextes » apparaît, significativement, dans les titres des deux principales parties du volume, « La région apulienne : mise à jour des données et interprétation des contextes », et « Nouvelles approches pour la définition d’une production : contextes, style, iconographie ».

12 Ce qui correspond au moins en partie à ce qu’Enzo Lippolis appelle les « specifiche situazioni areali » (E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica apula… [art. cité note 2], p. 15).

13 Il est par exemple intéressant de noter que dans la nécropole de Melfi-Valleverde, à l’époque hellénistique, les vases apuliens à figures rouges se trouvent exclusivement dans des tombes de femmes, à la possible exception de deux tombes d’enfants ou d’adolescents (cf. I. Berlingò, Le necropoli ellenistiche di Melfi. Diffusione e uso della ceramica italiota, dans LCA, p. 91). Peut-être « ostentazione del benessere nel rituale funerario, affidata soprattutto alla ceramica figurata apula, [e] riservata principalmente alla donna, che si occupa della bellezza e della cura del corpo » (Ead., p. 95), mais peut-être aussi, peut-on penser, dédain des hommes adultes pour la céramique, au profit, par exemple, des bronzes : un phénomène connu également chez les Gaulois de Bologne, chez qui la céramique, aussi bien achrome qu’à vernis noir, est bien représentée dans les tombes de femmes, alors qu’elle manque totalement dans les tombes d’hommes (G. Sassatelli, Bologna, dans I Galli e l’Italia, Rome, 1978, p. 117-118). Dans l’ordre de l’iconographie, D. Fontannaz note que « le rapport entre le choix de la scène et le sexe du défunt est peut-être déterminant » (La céramique proto-apulienne… [art. cité note 4], p. 139). Sur ces problèmes à propos d’un autre site « barbare » hellénisé, voir J.-P. Morel, Su alcuni aspetti ceramologici di Spina, dans F. Rebecchi (éd.), Spina e il delta padano. Riflessioni sul catalogo e sulla mostra ferrarese. Atti del Convegno internazionale di studi « Spina : due civiltà a confronto » (Ferrara, 1994), Rome, 1998, p. 94-96.

14 Cf. D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 125, note 2 : dans le terme « recontextualisation », « ‘contexte’englobe ses acceptions les plus diverses (ensemble archéologique mais aussi cadre culturel) ». Voir aussi A. Pontrandolfo, dans les Discussions de LCA, p. 212.

15 Selon E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica apula… (art. cité note 2), p. 12.

16 Un exemple : Id., ibid., p. 16.

17 Voir J.-P. Morel, Garaguso (Lucanie) : traditions indigènes et influences grecques, CRAI, 1974, avril-juin, p. 393-395. Dans LCA, indications en ce sens de Marina Mazzei dans [E. Lippolis et] M. Mazzei, La ceramica apula… (art. cité note 2), p. 15-16. À cet égard on peut considérer que Andreas Hoffmann limite trop exclusivement à la sphère funéraire l’intérêt des contextes (A. Hoffmann, Risultati di una ricerca sistematica dei contesti tombali di Taranto contenenti ceramica apula a figure rosse, dans LCA, p. 21).

18 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 60 ; L. Colangelo, Nuove acquisizioni sulla ceramica apula in Daunia. Ausculum : l’abitato daunio in località Serpente, dans LCA, p. 97-101.

19 Cf. D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 139.

20 Exemplaire à cet égard, pour un site d’habitat, est la contribution de L. Colangelo, Nuove acquisizioni… (art. cité note 18), p. 97-101. Pour des contextes d’ateliers, voir aussi l’article de F. Silvestrelli, Le fasi iniziali della ceramica a figure rosse nel kerameikos di Metaponto, dans LCA, p. 113-123, et D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 134-135.

21 Voir K. Mannino, I contesti della ceramica protoitaliota in Messapia, dans LCA, p. 27-38 ; A. Ciancio, Recenti acquisizioni di ceramica italiota da Gravina di Puglia, ibid., p. 47-57. Sur les vases du « Groupe de Xénon », surpeints ou à figures rouges, voir aussi F. Silvestrelli, Le fasi iniziali… (art. cité note 20), p. 120.

22 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 143-153.

23 Selon Id., ibid., p. 147.

24 Exemples dans J.-P. Morel, Centres de production et contextes historiques, vus depuis la période hellénistique, dans M.-Chr. Villanueva Puig, Fr. Lissarrague, P. Rouillard et A. Rouveret (éds.), Céramique et peinture grecques. Modes d’emploi. Actes du colloque international, École du Louvre, 1995, Paris, 1999, p. 37 et 39-40.

25 D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 127.

26 Voir M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 107 : « Un vase lucanien peut poser problème en raison de son caractère apulisant ».

27 A. Pontrandolfo, Artigianato pittorico e luoghi di produzione in Italia meridionale, dans Céramique et peinture grecques… (op. cit. note 24), p. 270.

28 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 145.

29 M. Denoyelle et alii, Introduction (art. cité note 4), p. 9.

30 Cf. D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 133-136, qui toutefois signale « des contextes de fouilles liés à la production », « des supports de cuisson associés à du matériel figuré », et même « le complexe productif de la via Leonida 52, [qui] a restitué une série de skyphoi à figures rouges italiotes ». Doit-on en conclure que les ateliers qui se dérobent encore soient ceux où étaient produits les plus « beaux » vases ?

31 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 145, note 6.

32 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 75 ; I. Berlingò, Le necropoli ellenistiche di Melfi… (art. cité note 13), p. 95. M. G. Canosa, La tomba no 33 di Timmari, dans LCA, p. 85, signale la présence dans cette tombe de dix de ces rhyta dont M. Corrente, loc. cit., fait une production d’ateliers canosiens.

33 Sur Canosa comme « the principal centre of manufacture » d’imitations de « Gnathia » en Apulie septentrionale, voir J. R. Green, Gnathia and Other Overpainted Wares of Italy and Sicily : A Survey, dans P. Lévêque et J.-P. Morel (dirs.), Céramiques hellénistiques et romaines III, Besançon, 2001, p. 62. Ainsi le site croate d’Issa (Vis) aurait été fourni en céramiques « de Gnathia » par un ou des atelier(s) de Canosa selon B. Kirigin et E. Marin, Excavations at Issa, Island of Vis (YU), 1980. A preliminary report, Studi di Antichità, 5, 1988, p. 132-134 (mais une production « Gnathia » est née aussi à Issa même sur des bases canosiennes selon J. R. Green, Gnathia…, op. cit., p. 70).

34 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 75.

35 Voir supra, note 32.

36 I. Berlingò, Le necropoli ellenistiche di Melfi… (art. cité note 13), p. 95.

37 M. Gualtieri, dans les Discussions de LCA, p. 218.

38 Voir aussi A. Pontrandolfo, Artigianato pittorico… (art. cité note 27), p. 270, qui parle de « trasferimento di pittori » ou « di ceramisti » à propos d’hypothèses de Trendall qu’en l’occurrence elle réfute.

39 M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 111, signale (et critique) une étude de Ted Robinson visant notamment à « déterminer à quel moment et où se sont déplacés les peintres [d’officines tarentines travaillant pour la clientèle indigène] pour créer de nouveaux ateliers ».

40 Pour ces diverses productions, quelques références dans J.-P. Morel, Centres de production… (art. cité note 24), p. 49, note 30.

41 J. R. Green, Gnathia… (art. cité note 33), p. 61-69, passim.

42 Voir supra, note 31.

43 F. Silvestrelli, Le fasi iniziali… (art. cité note 20), p. 117.

44 J.-P. Morel, Un atelier d’amphores Dressel 2/4 à Cales, dans Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche (Actes du colloque de Sienne, 1986), Rome, 1989, p. 558.

45 M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 111-112.

46 D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 131. Voir aussi A. D’Amicis, Ceramica apula a figure rosse e sovraddipinta ; rapporto di produzione e cronologia, dans LCA, p. 169, qui étend cette possible spécialisation à la réalisation de l’une ou l’autre des faces des grands vases.

47 Après examen des trouvailles dans un atelier tarentin produisant des skyphoi à figures rouges italiotes, D. Fontannaz se demande : « indice qu’un seul potier fournissait plusieurs peintres ? » (La céramique proto-apulienne… [art. cité note 4], p. 134). Pour des problèmes de « mains » et d’organisation du travail concernant des vases attiques à figures rouges d’une part, à vernis noir d’autre part, voir les observations de deux collègues espagnols à propos du matériel trouvé dans l’épave d’El Sec à Majorque : Ma. G. Trías, El Sec : la cerámica ática de figuras rojas, dans P. Rouillard et M. -Chr. Villanueva-Puig (éds.), Grecs et Ibères au IVe siècle avant Jésus-Christ : commerce et iconographie (Table-ronde, Bordeaux, 1986) (= RÉA, LXXXIX, 1987, 3-4), Bordeaux, 1989, p. 30-31 ; Ead., La cerámica ática de figuras rojas, dans A. Arribas, Ma. G. Trías, D. Cerdá et J. de Hoz, El barco de El Sec (Costa de Calviá, Mallorca), Palma de Majorque, 1987, p. 87-89 ; et D. Cerdá, La cerámica ática de barniz negro, ibid., p. 206-215 (avec dans ce dernier cas des attributions discutables, car fondées sur la diversité de schémas et de timbres décoratifs qui en réalité ont pu être utilisés par un seul atelier ou par des ateliers moins nombreux que Cerdá ne le suppose, mais avec une intéressante analyse de critères trop souvent négligés).

48 A. D’Amicis, Ceramica apula a figure rosse… (art. cité note 46), p. 163-171.

49 A. D’Amicis parle plutôt de « comune linguaggio artistico », de « comune matrice iconografica », de « stesso ambito produttivo », d’« assonanze di stile », voire plus précisément de « stessa officina », et envisage à cet égard (p. 169) plusieurs hypothèses (artisans pratiquant les deux styles, ou spécialisés dans l’un ou l’autre de ceux-ci), tout en concluant à des « officine organizzate di certo in maniera più articolata e complessa di quanto non si sia supposto finora ».

50 Cité par [E. Lippolis et] M. Mazzei, La ceramica apula… (art. cité note 2), p. 16-17, avec les sites qui ont reçu cette céramique.

51 Cf. Ead., ibid., p. 17.

52 Cf. J.-P. Morel, Les échanges entre la Grande-Grèce et la Gaule du VIIe au Ier siècle avant J.-C., dans La Magna Grecia e il lontano Occidente, Atti del XXIX Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto, 1989), Tarente, 1990 (1991), p. 272-275.

53 Voir par exemple C. Picard, Thèmes hellénistiques sur les stèles de Carthage, Antiquités Africaines, 1, 1967, p. 9-30 ; J.-P. Morel, Taranto nel Mediterraneo in epoca ellenistica, dans Taranto e il Mediterraneo, Atti del XLI convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto, 2001), Tarente, 2002, p. 561-563.

54 Voir Id., La céramique comme indice du commerce antique (réalités et interprétations), dans P. Garnsey et C. R. Whittaker (éds.), Trade and Famine in Classical Antiquity, Cambridge, 1983, p. 69-70 ; Id., Les relations économiques dans l’Occident grec, dans Modes de contact et processus de transformation dans les sociétés anciennes (Actes du Colloque de Cortone, 1981) (CÉFR, 67), Pise-Rome, 1983, p. 564. Je ne renie pas l’expression d’« échanges à moyen rayon d’action » en dépit des objections d’A. Schnapp (Les voies du commerce grec en Occident, dans La colonisation grecque en Méditerranée occidentale, Actes de la rencontre scientifique en hommage à Georges Vallet [Rome-Naples, 1995], Rome [CÉFR, 251], 1999, p. 68-69) qui ne tiennent pas compte de telles réalités.

55 M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 107.

56 Voir respectivement D. Fontannaz, La céramique protoapulienne… (art. cité note 4), p. 132 ; M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 74 ; D. Fontannaz, art. cité, p. 140.

57 Comme par exemple pour l’Alexandria Group de la céramique « de Gnathia ». Sur ces problèmes, cf. J.-P. Morel, Les céramiques dans l’Afrique antique : quelques problèmes de « marché », Antiquités Africaines, 38-39, 2002-2003 (= Actes de la Journée d’étude de la Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval, « Marchés et régulations économiques en Afrique du Nord antique et médiévale », Aix-en-Provence, 2002), Paris, 2005, p. 335-336 ; Id., Les céramiques hellénistiques et romaines et les problèmes de « marchés », dans Y. Roman et J. Dalaison (éds.), L’économie antique, une économie de marché ?, Lyon-Paris, 2008, p. 163-165.

58 Par exemple LCA, p. 56, 112, 137, 150.

59 Cf. M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 66-67.

60 Selon D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 135, certains ateliers tarentins auraient produit des vases moyens et petits destinés à une clientèle locale, et d’autres des vases moyens ou grands « destinés en partie, mais pas exclusivement, aux indigènes ». Il s’agit d’une hypothèse de l’auteur, scrupuleusement présentée comme telle. Mais, qu’il y ait eu ou non une spécialisation en ce sens des ateliers, l’observation d’une différence à cet égard entre les choix des Grecs et ceux des indigènes est confortée par une remarque d’A. Hoffmann, Risultati di una ricerca… (art. cité note 17), p. 19-20, selon laquelle « [nel] materiale tarantino […] prevalgono […] le tipiche forme di grandezza medio-piccola » et de « scarso livello qualitativo ».

61 Voir les vases « colossaux » (dont malheureusement les dimensions ne sont pas indiquées) de Timmari (M. G. Canosa, La tomba no 33 di Timmari [art. cité note 32], p. 78).

62 Cf. J. et L. Jehasse, La nécropole préromaine d’Aléria (XXVe supplément à Gallia), Paris, 1973, pl. 95 et 96 ; J.-P. Morel, Taranto nel Mediterraneo… (art. cité note 53), p. 553-554.

63 C’est ce qui ressort des observations de E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica apula… (art. cité note 2), p. 14, dans une phrase qui oscille significativement entre l’affirmation d’une « koinè culturale, commerciale e produttiva » et celle de spécificités locales, qui semblent en définitive l’emporter dans sa vision de ces phénomènes.

64 Cf. Id., ibid., p. 14 ; J.-P. Morel, L’étude des céramiques à vernis noir, entre archéologie et archéométrie, dans P. Frontini et M. T. Grassi (éds.), Indagini archeometriche relative alla ceramica a vernice nera : nuovi dati sulla provenienza e la diffusione (Atti del Seminario internazionale di studio, Milano, 1996), Côme, 1998, p. 16.

65 Voir en particulier LCA, p. 14, 17, 36, 47-48, 53, 67, 107, 110, 140.

66 Voir, à propos de la céramique attique à vernis noir, le chapitre Discussion dans Grecs et Ibères… (op. cit. note 47), p. 253-255.

67 Cf. M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité note 4), p. 108 ; voir également F. Silvestrelli, Le fasi iniziali… (art. cité note 20), p. 120, qui mentionne aussi en ce sens une « olla ».

68 LCA, p. 34-36, 110, 140.

69 D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 137.

70 Sur des formes des officines de Métaponte « specificamente rivolte al mondo indigeno », voir F. Silvestrelli, Le fasi iniziali… (art. cité note 20), p. 120. On peut penser ici à ces coupes manifestement et exclusivement destinées à des clients indigènes d’outre-mer (Gaule méditerranéenne et Catalogne) que produisirent à leurs débuts les potiers de la campanienne A de Naples et/ou Ischia (voir en dernier lieu Fr. Cibecchini, La ceramica a vernice nera d’importazione dello scavo di Place Villeneuve-Bargemon a Marsiglia, dans Florentia. Studi di archeologia, 2, Florence, 2007, p. 191-192).

71 Cl. Pouzadoux, L’invention des images dans la seconde moitié du IVe siècle : entre peintres et commanditaires, dans LCA, p. 187-199.

72 Ead., ibid., à propos de certaines images rares de la légende d’Achille (Achille sous la tente, ou remise des armes) : « [cet aspect de la légende achilléenne] se trouve exclusivement en Daunie », ou « cette région apparaît comme un laboratoire exceptionnel pour étudier les rapports entre peintres, commanditaires et territoire », ou encore « la singularité [de l’expérience daunienne] en Apulie ». Sur le particularisme daunien, voir M. C. D’Ercole, Importuosa Italiae litora : paysage et échanges dans l’Adriatique méridionale à l’époque archaïque, Naples, 2002, passim.

73 D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 125 et 139.

74 E. Lippolis [et M. Mazzei], La ceramica (art. cité n. 2), p. 14.

75 Un scrupule à cet égard ressort des groupements de termes utilisés par Id., ibid., p. 14 (qui parle d’« acquirenti », de « committenti « et de « fruitori esterni ») et par A. Ciancio, Recenti acquisizioni… (art. cité, note 21), p. 48 (« [il] committentedestinatario »).

76 M. Schmidt, Livello culturale di singoli pittori : dalla erudizione individuale all’automatismo artigianale ?, dans LCA, p. 201-206 et notamment p. 203.

77 M. Denoyelle, L’approche stylistique… (art. cité n. 4), p. 108.

78 K. Mannino, I contesti… (art. cité note 21), p. 36.

79 On peut observer que les allusions au rituel du banquet, si fréquentes et pour ainsi dire obligées dans des recherches semblables voici peu d’années, sont dans LCA exceptionnellement rares, si l’on excepte leur apparition avec une insistance particulière dans la contribution de M. Corrente sur Canosa et ses environs, Produzione e circolazione… (art. cité, note 10), p. 61, 62, 65, 66, 68, 69, 72, 73, 74 et 75. Voir aussi I. Berlingò, Le necropoli ellenistiche di Melfi… (art. cité note 13), p. 94 ; L. Colangelo, Nuove acquisizioni… (art. cité note 18), p. 100.

80 Cf. J.-P. Morel, De la Basilicate au Languedoc et à Carthage : propositions grecques et choix des autochtones, dans P. Arcelin, M. Bats, D. Garcia, G. Marchand et M. Schwaller (éds.), Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels (Études Massaliètes, 4), Paris-Lattes, 1995, p. 419-425.

81 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 62, 64 (note 16), 65, 67, 72, 73-76. En particulier, Marisa Corrente souligne à propos de Canosa et de Minervino (p. 72) « come la strutturazione dei servizi simposiaci […] proceda per duplicazione delle forme fondamentali, con i vasi che formano coppie significative ».

82 Voir B. A. Sparkes [et L. Talcott], Black and plain pottery of the 6th, 5th and 4th centuries B. C. (The Athenian Agora, XII), Princeton, 1970, I, p. 13, note 19 : « the incidence of pairs in black is much higher than in figured ».

83 Pour utiliser ce mot dans son sens propre, alors que l’on tend fâcheusement dans tant de publications actuelles à l’employer pour « vaisselle ».

84 Sur ce problème, voir J.-P. Morel, La vaisselle de table à Rome aux IIe et Ier siècles avant J.-C. et au Ier siècle après J.-C. : contribution à l’étude du luxe, Annuaire de l’École Pratique des Hautes Etudes (IVe section, Sciences historiques et philologiques), 1963-1964, p. 331-332. Ce trait de mœurs, pour l’argenterie, concerne aussi les Germains, mais pas les Gaulois ; il est d’autre part étendu (par parodie ?), chez Virgile, Buc., III, 35-48, à la vaisselle de bois des bergers, en infléchissant en ce sens un modèle théocritéen. Je n’exclurais pas qu’il se soit parfois appliqué aussi aux vases à vernis noir des Petites Estampilles (Id., Études de céramique campanienne, I : l’atelier des petites estampilles, Mélanges d’Archéologie et d’Histoire de l’École française de Rome, 81, 1969, 1, p. 115).

85 Exemplaire est la « coppia di crateri del Pittore di Baltimora » d’une tombe de Canosa, deux très grands cratères à volutes à mascarons (M. Corrente, Produzione e circolazione… [art. cité note 10], p. 73, fig. 13).

86 Ead., ibid., p. 67 (dans une sépulture double, « un doppio servizio di forme per bere e per versare »), avec un autre exemple p. 74. C’est à propos de Melfi, un site proche de la Daunie et particulièrement de Canosa et Minervino, qu’Irene Berlingò évoque aussi « un servizio multiplo in ceramica a vernice nera » (Le necropoli ellenistiche di Melfi… [art. cité note 13], p. 94). J’appellerais plutôt ces occurrences multiples d’une même forme des « séries », réservant le nom de « service » à des vases de formes différentes faits pour aller ensemble (sur cette question, voir Céramique campanienne : les formes [BÉFAR, 244], Rome, 1981 [réimpr. 1994], p. 509-510).

87 M. Corrente, Produzione e circolazione… (art. cité note 10), p. 73. Même observation à Spina, site pour lequel je suis amené à contester l’affirmation de Fede Berti quant à un « canonico ‘ servizio da simposio’ » (J.-P. Morel, Su alcuni aspetti ceramologici di Spina [art. cité note 13], p. 97, à propos de F. Berti, Appunti per Valle Trebba, uno specimen della necropoli di Spina, dans F. Berti et P. G. Guzzo [éds.], Spina. Storia di una città tra Greci ed Etruschi [Catalogo mostra Ferrara 1993-1994], Ferrare, 1993, p. 35).

88 LCA, p. 25, 29, 42, 114, 119, 120, 122. Le premier de ces dessins figure deux vases apparemment à vernis noir précisant des « contextes » de tombes. La moitié des autres concernent de menus fragments.

89 Martine Denoyelle apparaît assez isolée en souhaitant une « étude des formes », sans autre précision (M. Denoyelle, L’approche stylistique… [art. cité note 4], p. 122).

90 Ead., ibid., p. 111.

91 S. Barresi, I vasi del Gruppo Intermedio… (art. cité note 5), p. 147.

92 Cf. I. Berlingò, Le necropoli ellenistiche di Melfi… (art. cité note 13), p. 94.

93 D’après D. Fontannaz, La céramique proto-apulienne… (art. cité note 4), p. 125, note 6.

94 O. de Cazanove, Civita di Tricarico, I, Le quartier de la Maison du Monolithe et l’enceinte intermédiaire (CÉFR, 409), Rome, 2008, p. 374.

95 Ceramica apula a figure rosse e sovradipinta… (art. cité note 46), p. 169-170. A. D’Amicis évite absolument ici, il faut le souligner, le mot « Gnathia », mais les premières lignes de son article (p. 163) le placent sous le signe de « la definizione cronologica della produzione ad ornato sovradipinto, comunemente definita 'di Gnathia' ».

96 John Richard Green pose exactement le même problème au sujet des trouvailles de Sidi Khrebish en Cyrénaïque (Gnathia… [art. cité note 33], p. 74-75).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vase des Perses du Peintre de Darius (vue d’ensemble de la face principale), Naples, Museo Archeologico Nazionale, H 3253 (inv. 81947) (photo Ph. Foliot publiée avec l’aimable autorisation de la Soprintendenza speciale per i Beni Archeologici di Napoli e Pompei)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 651k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540