Version classiqueVersion mobile

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanats de la céramique

Quelques réflexions sur l’ouvrage

La céramique apulienne, bilan et perspectives

Juliette de La Genière

Texte intégral

1Je suis heureuse de dédier à Maria Francesca Buonaiuto dont le nom, à lui seul, résume à la fois la grande compétence et l’immense gentillesse, ces réflexions inspirées par la lecture d’un ouvrage dont elle a suivi l’édition ligne à ligne. Il représente une étape importante dans l’étude des documents ; et cela, par l’exigence de précision dans l’identification des artisans, dans la localisation des ateliers, la connaissance des clients, et surtout par l’effort de préserver, ou de reconstituer les contextes matériels comme culturels, effort qui conduit parfois à éclairer le pourquoi de telle forme ou de tel choix iconographique.

Quelques notes au fil de la lecture...

2À la suite de Trendall, M. Mazzei a rappelé la très faible proportion de vases apuliens découverts en dehors de la région : 1 %. Le témoignage le plus méridional en Italie du Sud serait à Francavilla Marittima, juste au NO de la Sybaritide. Je me demande si cette limite ne reflète pas dans une certaine mesure l’absence de fouilles régulières plus au sud. En effet, la région qui sépare Sybaris de Crotone, mal desservie par les trains, par de mauvaises routes, et sans aéroport, a été longtemps isolée, et l’archéologie “officielle” ne s’y est que peu manifestée avant les années 1980.

  • 1 P. G. Guzzo, S. Luppino, Per l’archeologia dei Brezi, MEFRA, 1980, p. 821-914.

3Cependant, une tombe monumentale de Cariati a été publiée par P. G. Guzzo et S. Luppino en 19801 ; elle a livré une amphore apulienne de type panathénaïque attribuée au peintre de Gioia del Colle. Le mobilier funéraire comportait une couronne de feuilles de bronze doré, un équipement guerrier en bronze, casque, cuirasse anatomique, ceinturons ; les ustensiles de l’oikos : chenêts, obeloi, etc.. en fer et en plomb ; enfin on a retrouvé les fragments d’une statue en terre cuite d’un personnage masculin (le défunt ?). En réalité, la tombe publiée de Cariati n’était pas isolée ; elle n’était qu’une parmi d’autres dans la Contrada Salto ; il suffisait de parcourir cette colline pour mesurer l’acharnement avec lequel les fouilleurs clandestins avaient attaqué ce terrain pourtant très résistant, et pour comprendre qu’il y avait eu là, évidemment, une petite nécropole de notables brettiens. Combien de vases, décorés ou non, ont-ils disparu dans ce pillage, nous ne le saurons jamais.

  • 2 J. de La Genière, L’area di Crimisa, in : Crotone e la sua storia tra IV e III sec. a. C., Napoli, (...)
  • 3 J. de La Genière, BTCGI, s. v. Cirò.

4Plus au sud, à proximité de Cirò Marina, sur les collines qui dominent le sanctuaire d’Apollon Alaeos, plusieurs groupes de tombes datables vers la fin du IVe et au début du IIIe siècle, appartenaient à une élite de cavaliers guerriers du Bruttium. Toutes ont été fouillées clandestinement sauf une, que j’ai pu sauver, celle d’un enfant de dix ans, dont l’appartenance à l’élite sociale était soulignée par un ceinturon de bronze et un mors de cheval en plomb2. Y avait-il dans ces tombes des vases apuliens, nous n’avons pas réussi à le savoir ; mais nous avons récupéré, pour le jeune Musée de Cirò, une série de vases apuliens modestes, datables de la fin du IVe et du début du IIIe siècle, provenant de la nécropole dite de Sabatini, proche de l’habitat de Cirò3.

5Cependant, encore plus au sud, entre Strongoli et Crotone, une petite nécropole avait été découverte à Visciglietta près de Casabona, lors de travaux de construction. Elle paraît avoir été riche de vases apuliens de la deuxième moitié du IVe siècle, si j’en crois les photos qui ont circulé dans la région ; outre les pélikés, œnochoés, lékanés, épicheisis, aryballes, lébès, etc., il y aurait eu une belle amphore de type panathénaïque présentant, à l’intérieur d’un naiskos surpeint de blanc, un enfant, également blanc, faisant rouler un jouet.

  • 4 Quelques objets ont pu être sauvés lors de cette destruction et ils sont conservés dans des collec (...)

6Ces exemples montrent que, dans l’état d’ignorance où nous sommes des données du terrain quand les nécropoles ne sont pas systématiquement détruites, comme celles de Strongoli4, elles sont fouillées clandestinement, il est extrêmement difficile de connaître la distribution de telle ou telle catégorie de céramique.

  • 5 EAD., Vasi attici dalle necropoli di Gela, in : Ta Attica, Veder Greco a Gela, ceramiche attiche f (...)

7Ces tristes réalités expliquent pourquoi on a tant de joie à découvrir dans cet ouvrage des tombes régulièrement fouillées, avec des mobiliers funéraires intacts, comme ceux de Gravina. On remarque en particulier la cohérence parfaite entre l’équipement guerrier qui accompagne le défunt de la tombe 4/1988 de la nécropole de Padre Eterno et l’image peinte sur le cratère à colonnettes du peintre de Tarporley ; la figure centrale est celle d’un jeune guerrier dans la nudité héroïque, qui tient une lance et présente à ses compagnons son casque, tout brillant de rehauts blancs et jaune d’or, tandis qu’une femme s’approche, prête à verser une libation. Il est difficile de ne pas penser que le peintre connaissait la destination funéraire de son tableau. Cette image d’un départ sans retour, comme l’a interprétée, très justement à mon sens, Angela Ciancio, prend le relai de toute une série de tableaux attiques de libation au départ d’un jeune guerrier que les peintres athéniens de la seconde moitié du Ve siècle ont présentés sur des cratères destinés en majorité aux cités de la Sicile méridionale et sur des pélikés dont la plupart servaient une clientèle athénienne, mais dont quelques unes parvenaient aussi en Sicile5 ; la plupart des vases ainsi décorés, utilisés comme cinéraires, étaient probablement destinés, dès leur réalisation dans l’atelier, à servir un contexte funéraire à résonance héroïque. Ici, le rituel est l’inhumation et, malgré de claires différences dans la composition du tableau, la parenté avec les scènes attiques, qu’Eliana Mugione évoque plus loin dans cet ouvrage à propos d’œuvres à peine antérieures, paraît indéniable.

  • 6 On voit encore dans la Contrada Capella de Cirò les énormes pierres qui avaient couvert une grande (...)
  • 7 A. Lombardi, Saggio sulla topographia e sugli avanzi delle antiche città, Mem. lnst. 1, 1832, p. 2 (...)
  • 8 J. de La Genière, Épire et Basilicate, À propos de la couronne d’Armento, MEFRA 101, 1989, p. 691- (...)

8Malgré la grande qualité de la présentation de la tombe 33 de Timmari par Maria Giuseppina Canosa, je ne suis pas entièrement convaincue par les arguments qui feraient du défunt un Macédonien. Certes la structure de la tombe est originale, mais il ne me semble pas qu’elle appelle des comparaisons macédoniennes précises. Que les armes, qui ne sont pas reproduites dans cet article, soient de type macédonien, cela ne suffit pas à identifier le défunt ; il semble en effet que des cuirasses anatomiques, des casques de type phrygien aient été portés par des guerriers du Bruttium, comme le révèlent des dessins circulant à Cirò6. On s’étonne aussi qu’un Macédonien de haut rang, accompagné dans la mort par un mobilier funéraire aussi riche, n’ait pas une couronne, sinon en or, tout au moins en bronze doré, comme les défunts de Cariati et certains autres de Cirò. On se souvient de la célèbre tombe d’Armento7 ; Armento qui commande le passage étroit de la basse à la moyenne vallée de l’Agri, c’est à dire un passage obligé pour le Molosse sur le chemin de Poseidonia. La tombe paraît être celle d’un prince italique qui a eu là l’occasion de connaître les usages funéraires de la Macédoine et de l’Épire, et de se faire payer les services rendus au Molosse ; elle présente une structure, un rituel, la crémation, et des objets, splendide couronne, vases d’argent, un ensemble qui paraît plus proche que la sépulture de Timmari de certaines tombes de Vergina8.

  • 9 E. Diehl, Die Hydria, Mayence 1964, p. 10-11. Hydrie de Spina Santa près de Gela : P. ORSI, Not. S (...)

9Je souscrirai tout à fait à l’opinion de Martine Denoyelle quand elle souligne le caractère exceptionnel de l’hydrie ossuaire du peintre d’Adolphseck trouvée à Policoro. Dans une culture funéraire qui connaît presque exclusivement l’inhumation, il est surprenant de voir les os d’une ( ?) défunte incinérée, conservés dans une hydrie, c’est-à-dire dans une forme que les Grecs ont utilisée très fréquemment comme ossuaire depuis la première moitié du VIe siècle9. Cela, et les autres traits originaux relevés par M. Denoyelle, me paraît illustrer clairement un rapport direct entre commanditaire et artisan ; on pourrait dire, me semble-t-il, que le vase a été fait “sur mesure”.

  • 10 Th. Morard, Les Troyens à Métaponte, Mayence 2000.

10Des relations analogues entre clients et artistes ont été amplement commentées par Claude Pouzadoux, et surtout pour la Daunie et la Peucétie où la richesse de l’iconographie est particulièrement visible. Et lorsque Margot Schmidt évoque l’érudition des peintres, il me semble que celle des commanditaires n’est pas moindre. On peut en voir la preuve dans les images retenues pour le grand cratère qui marquait une tombe de la nécropole de Métaponte Pantanello, ce cratère qui a fait l’objet d’une étude approfondie de Thomas Morard10. On trouve sur ce vase une iconographie tout à fait originale, liée apparemment à une situation de famille : la scène se déroule à Troie, au lendemain de la chute de la cité ; Enée n’est pas ici un misérable fugitif plié sous le poids de son père Anchise, mais un guerrier vigoureux qui protège le char où est assis Anchise, et dont la nudité héroïque annonce des lendemains glorieux. Le héros troyen serait revendiqué comme un ancêtre par le défunt, un mixhellène de Métaponte qui aurait dicté au peintre cette version de la légende.

  • 11 M. Gualtieri, La commitenza della ceramica a figure rosse tardo apula : un caso di studio, in : Ca (...)

11Là où le commanditaire joue à l’évidence le premier rôle, c’est à Roccagloriosa. Grâce à la qualité de cette fouille récente menée par Maurizio Gualtieri et Helena Fracchia, on dispose de toutes les informations que l’on peut souhaiter d’un chanchantier : la topographie de la nécropole et des enclos familiaux nord et sud laisse supposer une rivalité entre deux familles de notables11.

  • 12 Keuls, Niobe an Apulian funerary symbolism, Zeitschrift für Papyrology and Epigraphic 30,1978, p.  (...)

12À l’intérieur de l’enclos nord, les fouilleurs ont pu restituer les liens de parenté entre les différents personnages enterrés là : ils ont établi que la T. 24 est celle d’une femme, âgée de plus de 40 ans, accompagnée d’une amphore porteuse du mythe de Niobé, mythe dont il serait intéressant d’étudier la fréquence relative entre les tombes féminines et masculines12. La tombe 19, datable vers 330, serait celle de son fils, un guerrier cavalier qui emportait avec lui le harnachement de sa monture.

13La nature de l’argile et les défauts de cuisson qui surprennent sur les vases d’une grande qualité artistique de la tombe 19, conduisent à penser que l’atelier producteur (du peintre de l’Outretombe) se serait déplacé pour satisfaire cette commande qu’il aurait exécutée dans de moins bonnes conditions que dans son lieu de travail habituel, entre Tarente et Métaponte. En tout cas le cratère à volutes de la tombe 19 présente, dans un naiskos, un cavalier armé d’une lance, en d’autres termes un portrait du défunt.

14Certes, on savait déjà que plusieurs grands vases apuliens, cratères à volutes, amphores de type panathénaïque, loutrophores, et d’autres encore, rendaient crédible l’hypothèse de relations directes entre commanditaires et artistes, mais nulle part comme ici à Roccagloriosa n’a été trouvée une illustration concrète de ces liens, d’une étroite proximité entre peintre et client.

  • 13 Cahiers du Corpus Vasorum Antiquorum, France 1, Les clients de la céramique grecque, Paris 2006.

15Des relations comparables ont elle existé dans le commerce d’autres catégories céramiques ? Cette question a été discutée lors des Journées d’étude consacrées aux Clients de la céramique grecque13 et, par souci de brièveté, je n’en ferai ici qu’un court résumé.

  • 14 G. Ahlberg, Prothesis a. Ekphora in Greek Geometric Art, Göteborg 1971.

16À Athènes, au temps géométriques, les grands cratères du Dipylon avaient souvent la fonction de sèma ; cette fonction, et le fond souvent percé de ces vases se retrouveront plus tard dans certains vases monumentaux apuliens, notamment les cratères à volutes. Gudrun Ahlberg a démontré de manière convaincante le caractère individuel de certains tableaux géométriques, notamment les scènes de prothésis sur les cratères du Dipylon14 ; cela implique évidemment une relation directe entre l’artisan et le défunt ou sa famille.

17Par la suite, certaines formes, et parfois une imagerie particulière, ont été demandées au potier pour des sanctuaires, comme celui de la Nymphe sur l’Acropole, celui des déesses d’Eleusis, celui de Brauron, etc.

  • 15 J. de La Genière, Quand le peintre Sophilos signait ses œuvres, Monuments Piot, 74, 1995, p. 35-43 (...)

18Lorsque la distance interdit ce type de relations directes entre acheteur et potier, on doit penser qu’un intermédiaire allait de l’un à l’autre. C’est ainsi probablement que l’on peut expliquer le thème figuré sur le dinos de Sophilos à Pharsale, et, très probablement aussi, celui du grand cratère du groupe E trouvé à proximité15. Et c’est encore à l’activité d’intermédiaires qu’est dû assurément le fait que les préférences de clients lointains pour certaines formes ont été écoutées et servies par les artisans d’Athènes ; et que, parfois aussi, l’imagerie elle même tient compte de la destination des vases, qu’elle soit grecque ou barbare ; ce qui signifie que, malgré la distance, le peintre était renseigné sur le milieu d’accueil.

  • 16 M. Pipili, en dernier lieu, Des vases pour Héra et Artémis : deux sanctuaires samiens du VIe siècl (...)

19Les céramistes de Sparte ont également répondu à des demandes particulières, comme le démontre de manière convaincante Maria Pipili16 à propos de plusieurs vases trouvés à l’Héraion et au sanctuaire d’Artémis de Samos, comme au sanctuaire de Zeus à Olympie.

20Ainsi les relations entre potiers et clients, qui apparaissent avec tant d’évidence en Apulie, ne sont pas une originalité de cette région. Lorsque la distance interdit le dialogue direct, l’intermédiaire propose, suggère à l’acheteur, informe, commande à l’atelier, bref joue un rôle essentiel que nous n’avons pas les moyens d’apprécier.

Notes

1 P. G. Guzzo, S. Luppino, Per l’archeologia dei Brezi, MEFRA, 1980, p. 821-914.

2 J. de La Genière, L’area di Crimisa, in : Crotone e la sua storia tra IV e III sec. a. C., Napoli, 1993, p. 81-92, pl. XIV-XXI.

3 J. de La Genière, BTCGI, s. v. Cirò.

4 Quelques objets ont pu être sauvés lors de cette destruction et ils sont conservés dans des collections privés. On remarque une production locale de vases apulianisants, ce qui suppose évidemment qu’un certain nombre de modèles étaient parvenus dans l’antique Petelia.

5 EAD., Vasi attici dalle necropoli di Gela, in : Ta Attica, Veder Greco a Gela, ceramiche attiche figurate dall’antica colonia, Roma 2004, p. 149 155. EAD., Le départ du guerrier à Camarina, Veder greco a Camarina, 2008, sous presse.

6 On voit encore dans la Contrada Capella de Cirò les énormes pierres qui avaient couvert une grande tombe ; elle aurait été fouillée clandestinement dans les années 80 ou 90 ; elle aurait livré une armure complète avec un casque phrygien.

7 A. Lombardi, Saggio sulla topographia e sugli avanzi delle antiche città, Mem. lnst. 1, 1832, p. 246.

8 J. de La Genière, Épire et Basilicate, À propos de la couronne d’Armento, MEFRA 101, 1989, p. 691-698.

9 E. Diehl, Die Hydria, Mayence 1964, p. 10-11. Hydrie de Spina Santa près de Gela : P. ORSI, Not. Sc. 1912, p. 137-149, T. 5, fig. 5 7. Hydrie de Camarina, Syracuse 33912.

10 Th. Morard, Les Troyens à Métaponte, Mayence 2000.

11 M. Gualtieri, La commitenza della ceramica a figure rosse tardo apula : un caso di studio, in : Cahiers du Corpus Vasorum Antiquorum, France 1, Les clients de la céramique grecque, Paris 2006, p. 97-106.

12 Keuls, Niobe an Apulian funerary symbolism, Zeitschrift für Papyrology and Epigraphic 30,1978, p. 41 68. M. Mazzei, Committenza e mito nella Puglia settentrionale, in : Le mythe grec dans l’Italie antique, Rome 1999, p. 467-477.

13 Cahiers du Corpus Vasorum Antiquorum, France 1, Les clients de la céramique grecque, Paris 2006.

14 G. Ahlberg, Prothesis a. Ekphora in Greek Geometric Art, Göteborg 1971.

15 J. de La Genière, Quand le peintre Sophilos signait ses œuvres, Monuments Piot, 74, 1995, p. 35-43.
A. Tsingarida, Les premières productions de cratères en calice, in : Le vase grec et ses destins, Mariemont, 2003, p. 99-109.

16 M. Pipili, en dernier lieu, Des vases pour Héra et Artémis : deux sanctuaires samiens du VIe siècle, in : Le vase grec et ses destins, Mariemont 2003, p. 113-138. EAD., The Clients of Laconian Black figure Vases, in : Cahiers du CVA France 1, Les clients de la céramique grecque, Paris, 2006, p. 75-83 et pl. I-VII, p. 201-207.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search