Version classiqueVersion mobile

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanats urbains, artisanats ruraux

Un quartier voué à l’artisanat textile à Forum Iulii (Fréjus, Var)

Emmanuel Botte, Pierre Excoffon et Michel Pasqualini

Texte intégral

Dum eunt, nulla est in angiporto amphora, quam non impleant, quippe qui uesicam plenam uini habeant. « En chemin, il n’y a pas, dans une impasse, la moindre amphore qu’ils ne remplissent, parce qu’ils ont la vessie pleine de vin. » Titius chez Macrobe, Satires, 3, 16, 15

  • 1 M. Pasqualini, P. Excoffon, J.-M. Michel, E. Botte et coll., Fréjus, Forum Iulii. Fouilles de l’Es (...)

1Un quartier jouxtant immédiatement le forum de la ville antique de Forum Iulii a été exploré dans le cadre d’une fouille préventive menée dans le centre de Fréjus1 (fig. 1). Au croisement du cardo et d’une voie décumane secondaire, des îlots d’habitations et un ensemble artisanal ont été partiellement dégagés et étudiés. Malgré un mauvais état de conservation et la présence de fondations modernes, il est possible d’identifier ces installations comme liées au traitement des textiles durant les IIe et IIIe s. ap. J.-C. (fig. 2).

Les premiers aménagements du IIe siècle

2De la première installation artisanale, nous ne connaissons que peu de choses. Elle prend place au sein d’une demeure édifiée durant la première moitié du Ier s. ap. J.-C., dont une partie au moins est transformée. C’est à l’emplacement d’une ancienne citerne couronnée d’une margelle que sont construites les principales structures artisanales. L’interprétation de ce premier aménagement reste énigmatique, mais sa situation, en arrière de la façade donnant sur le cardo maximus, pourrait laisser penser qu’il s’agissait d’un atrium. La vocation de cet espace évolue, passant d’une zone d’habitat incluse au sein d’une demeure, à une zone artisanale.

Fig. 1. La cité de Forum Iulii dans la Narbonnaise (dessin J. Pâques d’après Histoire de la France urbaine, 1, La ville antique, des origines au IXe siècle (dir. G. Duby), Paris, 1980, p. 94, fig. 47)

Fig. 2. Ensemble des vestiges découverts (IIIe siècle) (dessin S. Roucole ; vectorisation F. Guériel)

3Mise en place dans le second quart du IIe siècle, l’espace artisanal se composait de trois cuves jointives en béton de tuileau (fig. 3, n o  3, 4 et 5), disposées en grappe, et de caniveaux (7, 8 et 9). Cet ensemble recouvre la margelle de l’ancienne citerne partiellement remployée. À l’est de cet espace se trouvaient les restes d’une cuve plus petite (6), où aboutissait un canal (10) traversant le mur de faça de depuis le cardo. Les cuves étant très abîmées, il a été impossible de restituer la hauteur des margelles, ni même leur surface au sol, nous privant ainsi de toute estimation de volume.

  • 2 Pour St. Romain-en-Gal, voir L. Brissaud, Un vase de foulon sur le site de Saint-Romain-en-Gal ? H (...)
  • 3 Il s’agit principalement des sites de Pompéi et d’Ostie et, dans une moindre mesure, d’Herculanum.
  • 4 Ph. Borgard, Officinae tinctoriae et fullonicae, l’exemple de Pompéi et d’Herculanum, annexe dans (...)

4Toutefois, à l’extérieur du bâtiment, une amphore Dressel 20 de Bétique (11) enterrée et distante de moins de deux mètres, est certainement à mettre en relation avec cette installation. Ce dispositif n’est pas sans rappeler les pratiques employées par les foulons, disposant devant leur atelier des jarres dans lesquelles ils récupéraient l’urine des passants. De tels dispositifs ont déjà été observés à Saint Romain-en-Gal et à Barcelone2. L’urine était employée pour le dégraissage des étoffes grâce à l’action de l’ammoniaque. Cette seule constatation ne nous permet pas d’identifier formellement cet établissement comme une fullonica, mais des parallèles étoffent nos arguments. Parmi les sites où une telle activité a été étudiée en détail, plusieurs points de comparaison peuvent être établis3. Les bassins, que l’on trouve groupés par trois, notamment à Pompéi4, servaient au rinçage des étoffes. Ici la profondeur ne peut être estimée, mais les hauteurs conservées ne contredisent pas les exemples pompéiens. Rappelons que les sols en rapport avec ces bassins n’ont pas été découverts. On ne sait rien de l’alimentation en eau, nécessaire en abondance, mais le réseau de caniveaux d’évacuation mis en place dans ce secteur témoigne à lui seul d’une circulation importante d’eau.

Fig. 3. Plan du secteur artisanal (IIe siècle) (B. Fabry (INRAP)/F. Laurier (CAV)/J. Pâques)

5La céramique indique que ces premiers aménagements artisanaux interviennent après le premier quart du IIe siècle, leur abandon pourrait dater du début du IIIe siècle. Par la suite, l’espace est transformé en habitation dont un des pavements, en opus signinum orné d’un emblema, recouvrait les cuves (fig. 4, n o  16).

Agrandissement et développement du secteur artisanal au IIIe siècle

6Au nord de l’îlot II, deux espaces voués à l’artisanat sont aménagés. Dans l’espace 2 est mise en place une série de quatre chaudières, alors que l’espace 3, nouvellement créé, reçoit dans sa partie sud une batterie de trois cuves en béton de tuileau, équipées d’une vidange, mais dont la destination n’a pu être définie.

7L’espace 2 correspond à une pièce unique de 66 m2, que l’on peut diviser en deux parties : l’une à l’est comprenant les chaudières ; l’autre à l’ouest, plus réduite, dans laquelle aucun aménagement particulier n’a été mis en évidence par la fouille (fig. 4 et 5). Les quatre chaudières sont aménagées selon une organisation qui évoque la forme d’un L.

Fig. 4. Relevé du secteur artisanal du IIIe siècle avec parties reconstituées (dessin S. Roucole et P. Excoffon ; vectorisation F. Guériel)

8Ce regroupement particulier ne laisse que peu d’espace de travail, guère plus de 5 m2, coincé au nord par le mur 1.

  • 5 Les officines de teinturiers font l’objet depuis quelques années d’une étude menée par Ph. Borgard (...)

9Parmi les activités artisanales qui nécessitent l’emploi de plusieurs chaudières, seules les officinae tinctoriae, ou plus communément, les teintureries présentent des dispositifs analogues5.

  • 6 Ph. Borgard, op. cit., p. 274-281.

10Bien que fortement perturbée par des aménagements modernes, l’organisation, comme la forme des chaudières, s’apparente aux établissements que Philippe Borgard définit dans sa thèse comme « établissement à chaudières hautes »6. Les trois chaudières (12, 13 et 14) présentent des caractéristiques proches (fig. 6). Aménagées à partir du sol, elles sont de forme circulaire et mesurent plus d’un mètre de diamètre. Une ouverture basse est encadrée par deux piédroits en grès. Le fond est creusé dans le rocher. Plus à l’ouest, la chaudière 11 est différente. Plus haute que les autres, elle est bâtie depuis le sol et bénéficie d’un double parement appareillé (fig. 7).

Fig. 5. Vue de la teinturerie avec les chaudières et la grande cuve

  • 7 Op. cit., p. 276.

11À Pompéi, les chaudières se présentent ainsi, « un cylindre vertical de maçonnerie, recouvert d’enduit à l’extérieur, enserre étroitement dans sa partie haute une cuve en plomb, de forme également cylindrique, munie d’un font plat et d’un marli horizontal »7. On peut noter quelques différences dans la construction, notamment la structure même des chaudières, puisque celles de Pompéi sont bâties hors sol et enduites à l’extérieur. Ici, l’aire de travail située en avant des chaudières a été creusée et se situe en contrebas du reste de la pièce. Aucun élément, ni même fragment de cuve en plomb n’a été retrouvé dans la fouille.

12Lors d’un réaménagement, une cuve profonde (fig. 4, n o  15) est bâtie à proximité des chaudières alors que celles-ci fonctionnent encore. Peut-être s’agit-il d’un bassin destiné à laver les étoffes après la teinte, dispositif attesté à Pompéi.

Fig. 6. Vue verticale des chaudières (12 à 14) recoupées par des fondations de murs modernes

13La construction de cet atelier intervient vers le milieu du IIIe siècle, après l’abandon de la fullonica voisine. L’abandon est à situer un demi siècle plus tard.

L’artisanat du textile à Forum Iulii

  • 8 Ces tablettes ont été étudiées par M. Bats.
  • 9 Le textile, et plus précisément le tissage, sont également évoqués par de nombreux poids de tisser (...)

14Le type d’artisanat qui se développe ici est confirmé par la découverte de plusieurs tablettes en plomb inscrites faisant directement référence à des étoffes et vêtements8. Celles-ci ont été mises au jour dans le secteur artisanal, notamment dans le comblement du caniveau 08 et de la cuve 07. La proximité de ces découvertes et la nature des vestiges dégagés permettent de lever tout doute sur la nature de l’activité exercée en ce lieu9.

  • 10 Le textile, et plus précisément le tissage, sont également évoqués par de nombreux poids de tisser (...)

15À Fréjus, les fouilles ont déjà livré des vestiges appartenant à ce type d’activité. Deux édifices ont été interprétés comme des fullonicae. Le premier, situé à l’ouest de la Plate-Forme, a été découvert en 1929 par A. Donnadieu10. L’atelier n’a certainement pas été dégagé dans son intégralité mais les éléments découverts semblent suffisants pour l’interpréter comme une fullonica. En effet, un bassin en béton de tuileau à hauts rebords, à proximité duquel se trouvaient trois autres petits bassins, a été mis au jour dans un espace de 28 m2. La disposition des bassins et leurs dimensions, bien que modestes, invitent à les rapprocher des exemples pompéiens à notre disposition, notamment les fullonicae de Stefanus (Reg. I, Ins. 6, 7) et de Vesonius Primus (Reg. VI, Ins. 14, 21-22), et des fullonicae d’Ostie.

Fig. 7. Vue verticale de la chaudière 11

  • 11 Rivet, op. cit., p. 439.

16Le second édifice, situé dans le quartier de l’Agachon, est d’interprétation plus délicate11. Découvert lui aussi par Donnadieu à la fin des années trente, il n’a été exploré qu’en partie et nous n’en possédons que quelques photographies. Sur celles-ci deux bassins, peut-être trois, sont visibles, et ont l’air relativement profonds. Leur destination reste incertaine.

Conclusion

17Les vestiges mis au jour en 1929 à l’ouest de la Plate-Forme, ceux fouillés en 2009 dans le même secteur et ceux découverts sur la Place Mangin constituent des attestations sûres d’un artisanat du textile à Fréjus représentés par une teinturerie et des fullonicae. La découverte d’un secteur artisanal en plein cœur de la cité antique, à proximité du forum est l’un des éléments marquants de cette fouille ; pour étonnante qu’elle paraisse, elle renvoie au modèle de Pompéi, où tout un quartier d’artisans de la laine se développe à l’est du forum. Enfin, il convient de reconnaître la permanence d’une activité tournée vers le textile dans un même secteur de la ville, durant au minimum un siècle et probablement bien plus.

Notes

1 M. Pasqualini, P. Excoffon, J.-M. Michel, E. Botte et coll., Fréjus, Forum Iulii. Fouilles de l’Espace Mangin, Revue Archéologique de Narbonnaise, 38-39, 2005-2006, p. 283-341.

2 Pour St. Romain-en-Gal, voir L. Brissaud, Un vase de foulon sur le site de Saint-Romain-en-Gal ? Hypothèses et pistes de recherche, in : La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages, Actes du colloque de Poitiers (19-21 septembre 2002), Éd. Mergoil, coll. Archéologie et Histoire romaine, 10, 2003, p. 61-72. Pour Barcelone, J. Beltrán de Heredia Bercero, J. Jordi y Tresserras, Nuevas aportaciones para el estudio de las fullonicae y tinctoriae en el mundo romano, Resultados de las investigaciones arquelógicas y arqueométricas en las instalaciones de la Colonia de Barcino (Barcelona, España), in : C. Cardon, M. Feugère (eds.), Archéologie des textiles, des origines au Ve siècle, Actes du colloque de Lattes (oct. 1999), Ed. Mergoil, Monographies Instrumentum, 14, 2000, p. 241-246.

3 Il s’agit principalement des sites de Pompéi et d’Ostie et, dans une moindre mesure, d’Herculanum.

4 Ph. Borgard, Officinae tinctoriae et fullonicae, l’exemple de Pompéi et d’Herculanum, annexe dans L’alun de l’Occident romain, thèse de doctorat, Université de Provence, 2001, p. 261-290. À Ostie, les fullonicae en comptent souvent quatre, cf. C. De Ruyt, Boulangers et foulons d’Ostie à l’époque impériale. Quelques réflexions sur l’implantation de leurs ateliers et sur leurs fonctions précises dans la ville portuaire, in : Les artisans dans le Ville antique, 2002, p. 49-54.

5 Les officines de teinturiers font l’objet depuis quelques années d’une étude menée par Ph. Borgard, au sein d’un programme de recherche du Centre Jean Bérard sur l’artisanat antique à Pompéi. Voir les différents articles consacrés à la question : Ph. Borgard, J.- P. Brun, M. Leguilloux, M. T. Libre, Le produzioni artigianali a Pompei, Ricerche condotte dal Centre Jean Bérard, Rivista di Studi Pompeiani, XIV, 2003, p. 9-29 ; et dernièrement Ph. Borgard, J.-P. Brun et alii, Recherches sur les productions artisanales à Pompéi et Herculanum, in : Nuove ricerche archeologiche a Pompei ed Ercolano (dir. P. G. Guzzo e M. P. Guidobaldi), Atti del convegno internazionale, Roma, 28-30 nov. 2002, Napoli, 2005, p. 295-317.

6 Ph. Borgard, op. cit., p. 274-281.

7 Op. cit., p. 276.

8 Ces tablettes ont été étudiées par M. Bats.

9 Le textile, et plus précisément le tissage, sont également évoqués par de nombreux poids de tisserand. Vingt-cinq d’entre eux proviennent de l’ensemble clos que constitue le puits 45, comblé dans les années 60 ap. J.-C. Peut-être y a-t-il eu permanence de l’artisanat du textile dans un quartier spécialisé depuis le Ier s. ap. J.-C. Cette activité, comme d’autres, pourrait avoir été inscrite tôt et durablement dans la topographie de la ville. A. Donnadieu, Un atelier de foulons (fullonica) du Forum

10 Le textile, et plus précisément le tissage, sont également évoqués par de nombreux poids de tisserand. Vingt-cinq d’entre eux proviennent de l’ensemble clos que constitue le puits 45, comblé dans les années 60 ap. J.-C. Peut-être y a-t-il eu permanence de l’artisanat du textile dans un quartier spécialisé depuis le Ier s. ap. J.-C. Cette activité, comme d’autres, pourrait avoir été inscrite tôt et durablement dans la topographie de la ville. A. Donnadieu, Un atelier de foulons (fullonica) du Forum

11 Rivet, op. cit., p. 439.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La cité de Forum Iulii dans la Narbonnaise (dessin J. Pâques d’après Histoire de la France urbaine, 1, La ville antique, des origines au IXe siècle (dir. G. Duby), Paris, 1980, p. 94, fig. 47)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 2. Ensemble des vestiges découverts (IIIe siècle) (dessin S. Roucole ; vectorisation F. Guériel)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4290/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende Fig. 3. Plan du secteur artisanal (IIe siècle) (B. Fabry (INRAP)/F. Laurier (CAV)/J. Pâques)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4290/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 4. Relevé du secteur artisanal du IIIe siècle avec parties reconstituées (dessin S. Roucole et P. Excoffon ; vectorisation F. Guériel)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4290/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Légende Fig. 5. Vue de la teinturerie avec les chaudières et la grande cuve
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4290/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 6. Vue verticale des chaudières (12 à 14) recoupées par des fondations de murs modernes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4290/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 7. Vue verticale de la chaudière 11
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4290/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteurs

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search