Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanats urbains, artisanats ruraux

Les artisans de l’îlot VI à Olbia de Provence (Hyères, Var)

Michel Bats, Pierre Excoffon, Claire Joncheray, Priscilla Munzi, David Ollivier, Réjane Roure et Valérie Salle

Note de l’auteur

Cette synthèse préliminaire n’a été possible que grâce au travail d’équipe mené sous ma direction sur la fouille d’Olbia en collaboration avec les responsables de secteurs. La direction du Centre Jean Bérard entre 1991 et 2000 a marqué un intermède dans l’exploration du site d’Olbia de Provence effectuée de 1982 à 1990, puis de 2002 à 2008. C’est le même esprit d’équipe que j’ai pu mettre en pratique au Centre Jean Bérard, dont Maria Francesca fut toujours l’ange gardien, et qui nous permit de rester unis et optimistes aux pires moments de la lutte pour sa survie dans les années 1996-1998.

Texte intégral

1Olbia est l’un de ces établissements (ktismata) massaliètes énumérés par le Pseudo-Scymnos (v. 206-216) et Strabon (IV, 1, 5 et 9), aux côtés d’Agathé (Agde), Rhodanousia (sur les bords du Rhône), Tauroeis (Le Brusc à Six-Fours), Antipolis (Antibes) et Nikaia (Nice), définis comme villes (poleis), colonies (apoikoi) des Massaliotes (Ét. de Byzance, s. v. Nikaia et Tauroeis).

2Si les sites d’Agathé à Agde et d’Olbia à Hyères sont matériellement assurés et celui de Tauroeis probable à Six-Fours, l’emplacement exact de Nikaia et d’Antipolis dans le tissu urbain des villes modernes de Nice et d’Antibes est inconnu et celui de Rhodanousia à Espeyran ou à Arles purement conjectural. Si l’on s’en tient aux informations sûres, ces établissements paraissent dater des IVe - IIIe s. av. J.-C. Seule la date de fondation d’Olbia est assurée par l’archéologie, vers 325 av. J.-C. Les habitants de ces établissements sont vraisemblablement des colons envoyés par leur métropole, Marseille, pour le contrôle d’une route et d’un domaine maritimes, en direction de l’Espagne et de l’Italie. Sur le modèle des citoyens romains, envoyés à la même époque pour peupler les colonies maritimes de Rome, ils reçoivent une maison d’habitation dans la ville (oikopédon) et un lot de terre dans la campagne proche. Mais ce sont aussi des marins et des pêcheurs et des soldats mobilisés en permanence pour exercer des fonctions de guet et de surveillance. Ils restent des citoyens de Marseille dont ils dépendent encore à l’époque romaine.

3En dehors d’Emporion, Olbia de Provence est donc la seule colonie de Marseille formellement identifiée dans son espace, la seule intégralement préservée, la seule intégralement fouillable.

4L’établissement, sondé de 1947 à 1949, puis fouillé de 1956 à 1972, par Jacques Coupry, se présente sous la forme d’un carré d’environ 165 m de côté, soit un stade au pied de 27,5 cm, délimité par une enceinte dégagée sur les trois cotés nord, est et ouest et dont le côté sud en bordure de mer doit se restituer en partie au-delà du rivage actuel. À l’intérieur de ce carré, l’habitat s’organise selon un plan géométrique défini en fonction de deux grands axes (plateiai), SE-NO, de 5,20 m de large dans l’axe de la porte, et NE-SO, de 4,20 m de large, se coupant à angle droit au centre de la ville où le carrefour se trouve agrandi par une petite place autour du puits collectif creusé à cet emplacement de choix. Chacun des quartiers est ensuite découpé en dix îlots théoriques rectangulaires (plintheiai) de 11 m x 34,50 m, séparés entre eux par des ruelles (stenopoi) de 2,10 m de large.

5Lorsque je fus appelé à la direction du Centre Jean Bérard, je venais de clôturer la première étape de l’exploration en extension de l’îlot VI commencée en 1982. En effet, si les fouilles de J. Coupry avaient permis de révéler le plan de la ville, il restait à dévoiler, sur des bases chronologiques sûres, l’organisation interne de ces îlots d’habitation, géométriquement semblables, afin de mieux comprendre la fonction d’Olbia dans son cadre massaliète et saisir son évolution jusqu’à l’abandon de la ville. Cette première étape n’avait permis que la fouille de l’îlot à l’époque romaine, c’est-à-dire entre le dernier quart du Ier s. av. J.-C. et l’abandon du site dans le courant du VIIe s. (Bats dir. 2006). Restait donc à fouiller les structures correspondant à la période hellénistique, depuis la fondation de la colonie jusqu’à l’époque augustéenne. C’est ce que nous avons réalisé de 2002 à 2008.

6À l’origine, l’îlot VI est divisé en trois modules égaux de 10,10 m de large (est-ouest) sur 10,80 m de long (nord-sud) en dimensions internes, soit une surface habitable d’environ 110 m2. Il est clair que chaque module représente une maison dévolue à une famille de colons.

Le module nord

7Le module nord accueille pendant toute la période un atelier de forgeron. Le premier atelier est installé dans une pièce située dans la moitié nord-ouest de la maison sur un espace de 4,60 m sur 7,90 m. Il comprend un foyer (FY61458) creusé dans le substrat, de 1,60 m de long sur 0,30 m de large, aux parois rubéfiées et couvertes de battitures de fer, diverses fosses, peu profondes et un bassin circulaire (BS61342) de 80 cm de profondeur et de 70 cm de diamètre à l’ouverture, pour 36 cm de diamètre au fond, tapissé d’un enduit hydraulique, utilisé peut-être comme réserve d’eau.

Fig. 1. L’atelier de forge de la maison nord (vue de l’Ouest) (Cliché M. Bats)

8Vraisemblablement peu avant le milieu du IIe s., tout l’espace de la maison est remodelé, celui dévolu jusqu’alors à la forge est remblayé et l’atelier transféré dans la partie nord-est de la maison : les murs de la pièce qui occupait cet espace sont abattus de façon à ouvrir l’atelier tant vers l’Ouest que vers le Sud. Le nouveau foyer de forge prend place au centre de l’atelier et l’on peut en restituer trois états successifs jusqu’à la restructuration de l’ensemble de l’îlot vers 40/30 av. J.-C.

9Dans un premier état, ce foyer (FY61448) est strictement rectangulaire (1,16 m x 0,50 m), d’orientation nord-ouest/sud-est ; ses parois faiblement rubéfiées semblent indiquer une utilisation relativement courte.

10Un nouveau foyer (1,87 m x 0,80 m) (FY61365), d’orientation est-ouest, est alors aménagé, en utilisant une partie de la fosse précédente. La nouvelle fosse est plus large, aux parois légèrement plus évasées, et avec un surcreusement pseudo-circulaire à l’ouest qui sert d’aire de combustion. Les parois rubéfiées se poursuivent sans solution de continuité sur l’ensemble du pourtour de ce nouveau foyer, montrant bien l’abandon total de la partie nord du foyer précédent.

11Dans un troisième et dernier état, ce grand foyer est réduit à l’aide de blocs de pierres installés le long de la paroi nord et qui en font un rectangle d’environ 1,60 m de long sur 0,35 à 0,40 m de large. Une grande quantité de battitures de fer sont accumulées en bordure et tapissent le fond et les parois.

12Plusieurs fosses, peu profondes, de dimensions diverses et de nombreux trous de pieux complètent l’aménagement de l’atelier dont le sol a livré scories, culots et lingots de fer, mais aucun outil.

Le module central

13C’est dans l’angle sud-est de la maison centrale qu’une pièce paraît dévolue à un petit métier culinaire plutôt qu’à une simple cuisine domestique. Celle-ci est d’ailleurs aménagée dans un espace, à l’ouest, où conduit le couloir d’entrée de la maison ; on y trouve un foyer à plat, bordé par une structure en pierre. L’atelier culinaire se situe dans une pièce rectangulaire de 6 m sur 2,60 m, divisée en deux espaces par un mur bas (MR61419), chacun d’eux ouvrant par une porte sur le couloir d’entrée : l’espace de l’ouest, de 2,60 m sur 2,35 m, comporte une zone foyère circulaire directement sur le sol argileux, celui de l’est, de 2,60 m sur 3,15 m, deux aménagements (FY61636 et FY61637) constitués de quatre briques crues accolées pour former un carré de 80 cm de côté ; leur surface est rubéfiée et charbonneuse et, dans la zone d’une cinquantaine de centimètres qui les séparent et tout autour, se trouvent des rejets de cendre et de charbons, ainsi quenale. Fig. 2. Le four FR61297 de nombreuses coquilles de coques et les restes d’une lopas.

14Dans un deuxième temps, parallèlement au mur bas, dans l’espace de l’est, un four (FR61502) est installé contre une structure en argile à parement de pierre : sa sole rubéfiée de forme rectangulaire (40 cm x 36 cm) est bordée de briques crues arasées par la mise en place du four successif. Les rejets d’utilisation de ce four recouvrent petit à petit les aménagements en briques crues antérieurs.

15Le dernier état est constitué par un nouveau four (FR61297) à sole rectangulaire (48 cm x 41 cm) bordée sur les trois côtés nord, sud et ouest de briques crues verticales, épaisses de 8 à 10 cm. L’ensemble est très rubéfié. Les résidus ont été évacués aux abords immédiats du foyer : au sud, les rejets viennent remplir un cendrier, installé entre la paroi du foyer et une brique crue placée de champ. Au nord, les fines strates de l’important amoncellement de rejets cendreux viennent obturer la porte (PR61536) donnant sur le couloir d’entrée : il faut alors imaginer un accès direct sur la rue est dans l’angle même de la pièce.

16Le fonctionnement de cet atelier se place dès la fondation de l’îlot jusqu’à la fin du IIIe s. / début du IIe s. Tout le module est alors remblayé et restructuré en une maison qui s’agrandit au détriment de la maison du forgeron du nord et par l’adjonction d’un étage, et où n’apparaît plus aucune activité artisanale.

Fig. 2. Le four FR61297 de l’opsopoios de la maison du centre (vue de l’opsopoios de la maison du centre (vue de l’est) ; au fond, le mur-bas MR61419 ; à droite, la porte PR61536 obturée par les rejets
(Cliché M. Bats)

17L’originalité des structures de cuisson en forme de fours fermés et l’importance des rejets, sans commune mesure avec les foyers domestiques fouillés par ailleurs, nous éloignent des aménagements culinaires caractéristiques d’une vie familiale. Ils évoquent plutôt ces petits métiers culinaires, parties prenantes du tissu de la vie quotidienne grecque, bien présents, à Athènes, chez les auteurs comiques. Il pourrait s’agir d’un de ces opsopoioi, cuisinant directement ou assurant la cuisson au four de plats préparés.

Le module sud

18Au moment de sa fondation, la maison du sud n’offre aucun signe susceptible d’être relié à une activité artisanale. Une des pièces, au sol de béton de tuileaux, possède un bassin circulaire, de 90 cm de diamètre et de 80 cm de profondeur, creusé dans le substrat et enduit de béton hydraulique ; son comblement, au moment de son abandon, ne révèle rien de sa fonction.

19En revanche, lors de la dernière phase (début du Ier s. jusque vers 40/30 av. J.-C.), précédant la restructuration de l’îlot tout entier, la maison est divisée en deux espaces égaux par un mur longitudinal nord-sud percé d’une porte les mettant en communication.

20L’espace de l’est (10,50 m x 4,60 m) comprend clairement deux parties distinctes, même si elles sont totalement communicantes : au nord une zone domestique et au sud un petit atelier de forgeron. Le foyer de forge (FY6444) a malheureusement été très perturbé au moment de l’apport du remblai marquant son abandon. Ses parois étaient en argile crue, épaisses de 2 à 3 cm, bien conservées dans la partie est. La forme générale du foyer était rectangulaire, plusieurs éléments de parois ont été retrouvés dans son comblement. D’une longueur restituée de 80 cm, sa largeur ne devait pas excéder 30 ou 35 cm. À proximité, au nord du foyer, une fosse oblongue, servant à recueillir les déchets, contenait une grande quantité de battitures et de scories de fer.

21L’espace ouest est découpé en deux parties inégales : au nord une grande pièce rectangulaire de 8 m sur 4,60 m, au sud une pièce de 2,20 m sur 4,60 m. La grande pièce ouvre sur la rue ouest par une porte large de 1,67 m, encadrée par des montants quadrangulaires en grès ; à l’avant du seuil, une dalle de grès faisait office d’emmarchement. La dernière surface d’occupation (SL6358) est un niveau riche en cendre, charbons de bois, graines carbonisées et restes de poissons (écailles et squelettes, majoritairement d’anchois et sardines) qui en tapissent littéralement toute la superficie. Vente de poisson frais ou, plutôt, préparation de conservation ? L’étude des restes de poissons, en cours, permettra sans doute d’en savoir plus.

  • 1 M. Bats dir., Olbia de Provence (Hyères, Var) à l'époque romaine. Aix-en-Provence, Édisud-Centre C (...)

22On voit combien la fouille de l’îlot VI d’Olbia de Provence apporte une image renouvelée de la colonisation hellénistique de Marseille. Elle montre d’abord que le lot dévolu, à l’origine, à des familles de colons, vraisemblablement issues des classes populaires, devait représenter une véritable promotion sociale. Elle dévoile aussi que l’on souhaitait créer un tissu social opérationnel couvrant l’ensemble des activités urbaines. De ce point de vue, on peut imaginer que l’îlot VI n’en est qu’une des facettes, où l’artisanat du feu occupe une place de choix : c’est, d’ailleurs, un nouvel atelier de forge qui sera installé au centre de l’îlot après sa restructuration vers 40/30 (Bats dir. 2006)1. Elle montre enfin que ces lots ont été attribués en toute propriété, ce qui explique l’évolution des espaces au cours des trois siècles suivant la fondation, avec des agrandissements et des modifications structurelles importantes des maisons.

Notes

1 M. Bats dir., Olbia de Provence (Hyères, Var) à l'époque romaine. Aix-en-Provence, Édisud-Centre Camille Jullian, 2006 (EtMass, 9).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’atelier de forge de la maison nord (vue de l’Ouest) (Cliché M. Bats)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4269/img-1.jpg
Fichier image/, 1,0M
Légende Fig. 2. Le four FR61297 de l’opsopoios de la maison du centre (vue de l’opsopoios de la maison du centre (vue de l’est) ; au fond, le mur-bas MR61419 ; à droite, la porte PR61536 obturée par les rejets(Cliché M. Bats)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4269/img-2.jpg
Fichier image/, 1015k

Auteurs

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540