Versión clásicaVersión móvil

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanats urbains, artisanats ruraux

De soleis : utilisation et caractérisation d’un modèle de chaussure trouvé Piazza Municipio à Naples1

Martine Leguilloux

Texto completo

  • 1 De soleis est le titre sous lequel apparaissent les diverses sortes de sandales dans l’Édit de Dioc (...)

1Les fouilles archéologiques menées dans la ville de Naples offrent toujours des révélations sur le passé de la célèbre cité gréco-romaine. Celles qui ont été réalisées sur la Piazza Municipio, à l’occasion de la construction d’une station de métro, sont particulièrement intéressantes en raison de l’excellent état de conservation des vestiges en matières organiques. Le gisement est situé à l’emplacement d’un ancien port et a livré entre autres trois épaves en parfait état de conservation (Giampaola 2005 ; Giampaola, Carsana 2007). Tous les objets ont été conservés grâce à leur immersion, notamment des pièces en cuir et parmi elles, une semelle de sandale (solea) typique de l’époque romaine. Ce type de chaussure, largement diffusé jusqu’à l’Antiquité Tardive, dérive de modèles grecs connus en latin sous le nom de crepidae. On peut le qualifier de sandale à « découpe anatomique » en raison de la forme de la semelle qui suit les contours d’un ou plusieurs orteils. Dans le cas de la solea de Naples, le contour, simple, ne reprend que la forme du gros orteil, mais il existe des découpes plus complexes.

2La sandale est certes une chaussure simple, sans être pour autant facile à identifier dans les textes. En effet, les descriptions littéraires sont ambiguës. Le terme de solea est générique et les sandales ont été désignées en latin, selon les époques, par des termes variés : crepida, sandalium ou gallica. Avant de préciser les principales caractéristiques de ces “sandales” en fonction des aires géographiques de découvertes et décrire certaines évolutions dans leur forme, nous allons tenter de mieux définir les termes latins et grecs se rattachant à la sandale.

Les textes et l’identification du modèle

  • 2 Pièces de cuir cousues entre les semelles et enfermant totalement ou partiellement le pied.

3La définition de la solea semble a priori évidente. Le terme moderne de sandale désigne une chaussure simple, constituée d'une semelle plus ou moins épaisse et munie de lanières de fixation, plus ou moins nombreuses. Sous ce terme, on regroupe donc des modèles qui peuvent aller de la chaussure la plus simple – une semelle, deux lanières– à la plus complexe qui allie des lanières et des quartiers2. Dans l'Antiquité, la définition du terme solea était tout aussi large et pouvait englober des modèles différents.

4Cette complexité se reflète dans un passage des Nuits Attiques d’Aulu-Gelle, dont la lecture permet plusieurs niveaux d’analyse : il apporte des informations sur la description de la solea, son utilisation et la façon dont ce modèle était perçu dans la société romaine vers la fin du Ier siècle de notre ère et le début du IIe siècle. Aulu-Gelle est un grammairien du premier tiers du IIe siècle après J.-C., qui, dans le passage en question, souligne l’importance d’utiliser les termes exacts dans la désignation des objets prenant pour exemple des chaussures alors à la mode. Ce choix n’était pas anodin car il en profitait pour souligner la confusion existant dès cette époque dans les termes utilisés pour chaque type de chaussure et pour mettre en relief les implications sociales véhiculées par ces chaussures.

5L’auteur des Nuits Attiques cite en exemple un rhéteur demandant à certains de ces élèves de porter en public les vêtements appropriés à leur rang :

6Titus Castricius, professeur de rhétorique, qui tint à Rome la première place dans la déclamation et l’enseignement, homme de la plus grande autorité et de la plus grande dignité, vénéré par le divin Hadrien pour ses mœurs et sa connaissance des lettres, alors que je me trouvais là – je l’ai eu en effet pour maître - comme il avait vu certains de ses élèves qui étaient sénateurs, vêtus un jour de fête de tuniques et de lacernes et chaussés de sandales gauloises (gallicae) : « pour ma part, dit-il, j’eusse préféré vous voir en toge, ou si cela vous déplaisait, portant au moins une ceinture et une pénule. Mais si votre tenue que voici est excusable vu l’usage fréquent qui en est fait à présent, il n’est pas convenable du tout que vous, sénateurs du Peuple Romain, vous alliez en sandales (soleati) par les rues de la ville ; il n’en est pas autrement pour vous, ma foi, qu’il en fut jadis pour celui à qui Cicéron le reprocha comme un grief infamant ».

7Castricius dit cela en ma présence avec quelques autres propos utiles au sujet en Romain austère. Or beaucoup de ceux qui l’avaient entendu demandaient pourquoi il avait appelé « chaussés de sandales (soleati) » des gens qui portaient des gallicae et non des sandales (soleae).

8Mais Castricius avait parlé de façon vraiment précise et correcte ; car presque toutes les chaussures de ce genre qui couvrent seulement tout en bas la semelle de la plante du pied, laissant le reste presque nu et lié par des lacets ronds (habenae teretes), ont été dites soleae et parfois du nom grec crepidulae.

  • 3 Aulu-Gelle, Nuits Attiques XIII, 22, traduction de Marache 1989.

9Quant à gallicae, c’est, je crois, un mot nouveau dont on a commencé à se servir peu avant l’époque de Cicéron, et celui-ci l’a employé lui-même dans la Deuxième Philippique : « tu as couru en gallicae et en lacerne ». Et dans ce sens je ne le lis chez aucun autre écrivain, du moins un écrivain dont l’autorité ait quelque poids ; mais, comme je l’ai dit, on a appelé crepidae et crepidulae avec la première syllabe abrégée des chaussures du genre de ce que les Grecs nomment κρηπίδες, et on a nommé crepidarii les cordonniers qui fabriquent ces chaussures. Sempronius Asellio dit au livre XIV de ses Histoires : il demanda un tranchet (crepidarium) à un cordonnier fabricant de crepidae (crepidarius sutor)3.

10Le terme de solea désigne donc au début du IIe siècle de notre ère une chaussure à laçage fin et élégant, laissant le dessus du pied plus ou moins libre. D’autres termes pouvaient être utilisés pour définir ce type de modèle. Aulu-Gelle fait référence au terme de crepida, mot d’origine grecque ; les termes de crepis ou crepides, apparaissent assez tôt dans les textes littéraires et dans la correspondance privée des papyrus, dès le IVe siècle avant J.-C. (Russo 2004, p. 23), ainsi que le terme de σανδάλιον que l’on rencontre dans des textes de la même période et qui aurait un sens identique (Russo 2004, p. 36). Mais ce passage d’Aulu-Gelle, écrit entre 160 et 180 apr. J.-C., suscite plusieurs commentaires sur la façon dont était considérée la solea et sur son aspect.

  • 4 Communication personnelle de H. Cuvigny (CNRS) que je remercie ici pour le temps qu’elle a bien vo (...)

11La description qu’il fait de la solea/gallica correspond à une description classique de la sandale, une chaussure maintenue par des lacets et découvrant le pied. La traduction de R. Marache laisse entendre qu’elles étaient attachées par des lacets de section ronde. Le terme de habenae teretes cependant peut être traduit différemment, en considérant le sens figuré parfois attribué à l’adjectif teres. Une traduction proposée par Hélène Cuvigny4 accorderait un sens métaphorique à cet adjectif signifiant « arrondi », que l’on pourrait ainsi traduire par élégant, délicat, bien fait. Un sens qu’un autre traducteur des Nuits Attiques (F. Cavazza) a utilisé pour la transcription de ce même passage (Cavazza 1999) : “liens lisses”, que l’on peut entendre par “bien faits”.

12Pour certains contemporains d’Aulu-Gelle, il n’était pas convenant que ce type de chaussure soit porté par des personnages d’un rang élevé dans la société. La conception maniérée des attaches de ces sandales, associée à une découpe laissant entrevoir trop largement le pied, leur donnait un aspect efféminé et peu recommandable, sauf pour des femmes. C’est dans ce sens qu’il faudrait interpréter les textes reprochant à la solea et la crepida leur caractère trop élégant et insuffisamment masculin. D’autres textes en effet laissent entendre que la crepida et donc son homologue latine, la solea, était une chaussure efféminée. Varron emploie le terme de Chrysosandalos (“Monsieur sandale d’or”) lorsqu’il veut présenter un homme opulent, artificiel et efféminé “à la Grecque” (Sat. Men. 432). Le style “grec” des chaussures était alors semble-t-il considéré comme trop recherché et plusieurs auteurs parlent de sandales (crepidae) présentant des ornements en or ou en argent qu’affectionnaient les Grecs : Pline H. N. 33.50 ; Plutarque Alex. 40 ; Valère Maxime 11.1, Ext. 4. C’est probablement dans cet esprit que Suétone réprouve l’attitude de Caligula qui portait quelquefois des crepidae inconvenantes pour un empereur (Suétone, Caligula 52).

13Un autre modèle peut être rapproché des soleae ou des gallicae, par son aspect et sa nature, c’est le sandalion, présenté dans les textes comme une chaussure féminine d’intérieur (Térence, Eunuchus 1028 ; Varron, Sat. Men. 432).

14Toutefois les lettres privées conservées sur papyrus utilisent les termes de crepida et de sandalion pour désigner aussi bien des chaussures légères d’hommes que de femmes. La crepida faisait également partie de l’équipement militaire et était parfois cloutée (Russo 2004, p. 36). Les découvertes archéologiques confirment ce dernier point, des soleae d’hommes, parfois cloutées sont courantes parmi les objets en cuir trouvés dans les postes militaires du désert Oriental d’Égypte occupés durant le Haut Empire (Leguilloux 2006, p. 56-57).

L’évolution de la désignation des sandales

15Le texte d’Aulu-Gelle nous apprend que les termes utilisés pour désigner les chaussures ont évolué et changé de signification au cours du temps. Les mots krépis et sandalion apparaissent dans la littérature grecque dès le IVe siècle avant J.-C. (Russo 2004, p. 23, 36). En latin, les mots solea et crepida, utilisés au début de l’Empire pour désigner ce type de chaussures, semblent tombés en désuétude au IIe siècle et remplacés par le terme de gallica. Par la suite cette appellation se rencontre au début du IVe siècle, pour des chaussures classées dans la catégorie des soleae. Dans l’Édit du maximum de Dioclétien, qui n’énumère pas moins de sept formes différentes de chaussures, deux termes manquent, crepida et solea. Pourtant ces chaussures sont toujours présentes dans les niveaux archéologiques du IVe siècle. L’abandon progressif du mot solea explique son absence, sauf comme titre générique dans l’Édit du Maximum. Il existe en effet un chapitre intitulé « De soleis et gallicis » mais dans lequel n’apparaissent pas les soleae, mais seulement les gallicae et les taurinae (Edict. Diocl. IX, 12 à 16). On peut déduire que ces deux termes désignaient des modèles proches de la sandale (solea) telle qu’elle était définie au IIe siècle. Au Ier siècle de notre ère, crepida et solea étaient deux termes couramment utilisés dans la langue latine, alors qu’à la fin du IIIe siècle et au début du IVe siècle, ils n’apparaissent plus comme étant rattachés de façon explicite à une forme particulière.

16La mise en parallèle d’une forme de chaussure avec un terme de la langue latine reste un exercice délicat, les textes étant rares et peu explicites ; une difficulté supplémentaire vient donc s’ajouter, les mutations de la langue et les changements de dénominations.

17Rattacher ce modèle à une catégorie de la population et délimiter son aire de diffusion est plus aisé grâce aux découvertes archéologiques, de plus en plus nombreuses. Nous savions déjà que cette chaussure simple se situait au plus bas de la hiérarchie des prix : une paire de sandales à une seule semelle, désignées sous le terme de taurinae – confectionnées en cuir de taureau – se vendait, au début du IVe siècle, 30 deniers, soit cinq fois moins cher qu’une paire de chaussures fermées comme les calcei (Edict. Diocl. IX, 15 et 16). Il existait toutefois des exceptions, des modèles se distinguant par une grande qualité de réalisation et de décoration : une élégante sandale de femme du début du IIe siècle du camp romain de Vindolanda, forteresse du Mur d’Hadrien, en Angleterre (Birley 1977, fig. 66), est décorée de motifs floraux et porte la marque du cordonnier L. Aebertius Thales.

18Ce statut de modèle commun, le plus souvent porté par les populations modestes, est confirmé par les découvertes archéologiques. Les exemplaires mis au jour sur les sites archéologiques sont majoritairement d’une facture peu élaborée et de nombreuses pièces portent les traces de réparations, plus ou moins grossières.

Les découvertes archéologiques

  • 5 Pour les différents modèles de chaussures et leur terminologie voir : Leguilloux 2004, p. 94-138.

19Le passage des Nuits Attiques montre que, dans le langage courant, plusieurs termes pouvaient s’appliquer à des modèles proches, ce qui posait des problèmes d’interprétation aux contemporains d’Aulu-Gelle. La solea (ou crepida) serait une chaussure légère, ouverte, munie de lanières “bien tournées” que peuvent porter les femmes et toutes personnes de classes modestes, mais non les personnages de rang sénatorial. La description de cette chaussure, munie d’un réseau de lanières apparentes et s’opposant aux chaussures à quartiers, c’est-à-dire composées de plusieurs éléments cousus, peut s’appliquer à d’autres modèles de chaussures ouvertes (caliga, carbatina)5.

Principales collections archéologiques de soleae

20Pour tenter une première approche des principaux types de sandales, on dispose du matériel mis au jour au Moyen-Orient, en Égypte et dans le Nord de l’Europe. Les forts de l’armée romaine sont des gisements particulièrement riches en mobilier de cuir ; les collections les plus importantes proviennent des zones humides des Pays-Bas, de Suisse, d’Allemagne et d’Angleterre. Les séries de chaussures qui comptent plusieurs dizaines d’exemplaires sont plus rares, parmi les plus importantes on peut citer Valkenburg aux Pays-Bas (Hoevenberg 1993) et Vindonissa en Suisse (Gansser-Burckhardt 1942). Les zones désertiques du Moyen-Orient et de l’Égypte, où se conjuguent des conditions favorables de conservation et une activité archéologique soutenue, ont également fourni de nombreux exemplaires de sandales.

  • 6 Ces sites ont été fouillés entre 1999 et 2008 par une équipe d’archéologues et de spécialistes dir (...)

21La sandale était en effet plutôt adaptée aux climats chauds. Des séries abondantes ont été découvertes dans les forts (praesidia) implantés dans le désert Oriental d’Égypte par l’armée romaine. Certains d’entre eux étaient destinés à assurer la sécurité des routes caravanières reliant la vallée du Nil et la Mer Rouge (sur les routes de Coptos à Myos Hormos et à Bérénice), d’autres servaient de base pour l’exploitation des carrières de granit et de porphyre. Ces gisements récemment fouillés ont donné lieu à des publications qui prennent en compte les objets en cuir, par exemple ceux du Mons Claudianus (Winterbottom 2001), Maximianon et Krokodilô, situés sur la route caravanière entre Myos Hormos à Coptos (Brun, Leguilloux 2003) et Didymoi, placé sur l’axe routier conduisant de Bérénice à Coptos (Leguilloux 2006). D’autres lots sont en cours d’étude comme les objets en cuir du fort de Kainé Latomia, place militaire qui assurait la protection d’une carrière impériale de granit ou ceux de Dios/Iovis situé sur la même route caravanière que le fort de Didymoi, en direction de Bérénice6. Dans ces gisements, les sandales représentent les objets les plus fréquents avec les pièces de harnachement et les conteneurs à eau.

22Sur le gisement de Didymoi, particulièrement représentatif, puisque plus de 700 objets entiers ou fragmentaires sont datés entre le dernier quart du Ier siècle et le milieu du IIIe siècle de notre ère, les chaussures constituent la majorité des pièces de cuir (60 %). Les sandales représentent 87 % de cette catégorie. Elles sont également très fréquentes dans les dépotoirs des autres forts, trois objets en cuir sur six sont des sandales dans le dépotoir de Krokodilô et un peu plus à Maximianon (40 % : Brun, Leguilloux 2003). De même dans le fort du Mons Claudianus, parmi les 460 objets inventoriés, la sandale est le modèle de chaussure le plus abondant (70 % des pièces étudiées). À ces collections déjà publiées viennent s’ajouter des lots en cours d’étude, celui de Umm Balad/Kainè Latomia et celui de Dios où l’on retrouve les mêmes caractéristiques.

  • 7 Sur sept sites répertoriés par J. Hoevenberg en Allemagne et en Hollande : Hoevenberg 1993, p. 264

23La proportion élevée de sandales s’explique bien entendu par le climat chaud. Dans les régions septentrionales au climat humide, ce type de chaussure existe aussi mais en proportion nettement moindre : aucun exemplaire n’a été trouvé dans le fort de Valkenburg pourtant riche en objets de cuir ; mais dans les vici voisins, les sandales représentent 10 à 14 % du matériel. Dans d’autres sites militaires, elles sont attestées en petite quantité : Saalburg (Busch 1965 : 10 %), Zwammerdam (van Driel-Murray 1977 : 10 %), Bar Hill (Robertson, Scott, Keppie 1975 : 1 %). La plupart des autres chaussures sont des modèles fermés (socci, calcei) et des chaussures à réseau de lanières de type caligae ou carbatinae (Vindonissa : Gansser-Burckhardt 1942 ; Hardknott : Charlesworth, Thornton 1973 ; Porchester Castle : Ambrose 1975 ; Castleford : van Driel-Murray 1998 ; Zwammerdam). Dans le camp de Vindonissa (Gansser-Burckhardt 1942, fig. 38 b et 39 b), deux sandales ont été interprétées par les découvreurs comme des chaussures de femmes en raison de leur petite taille. Dans les villages civils associés aux camps, elles constituent en moyenne 9 % des pièces et sont rarement entières7.

24En dehors de ces séries qui nous apportent des informations sur les modèles, les styles et surtout les pratiques, de nombreuses découvertes sporadiques donnent des informations parfois essentielles, par exemple la sandale de Vindolanda évoquée plus haut ; chaussure de qualité, décorée et portant la marque d’un cordonnier, tout indique qu’elle était portée par une femme d’officier (Birley 1977, fig. 66).

Chaussures d’hommes et de femmes

25Notre première approche, avant l’étude stylistique, sera de déterminer le type de population qui utilisait ces chaussures. Les découvertes archéologiques indiquent que la sandale était le plus souvent une chaussure de personne de condition modeste, portée aussi bien par des femmes et des enfants que par des hommes. À de rares exceptions près, l’aspect de ces chaussures est rustique. La discrimination entre chaussures masculines et féminines est un critère aléatoire qui semble fluctuer d’une région à l’autre. Cette différenciation est facilitée dans les séries relativement nombreuses. À Valkenburg, la distinction a pu se faire à partir des semelles de chaussures fermées et deux ensembles ont été distingués : les semelles dont la longueur totale est comprise entre 250 et 280 mm sont les plus courantes ; viennent ensuite les semelles de taille réduite attribuées aux femmes, dont la longueur varie de 200 à 240 mm (Hoevenberg 1993, p. 232).

26Dans les sites du désert Oriental d’Égypte, en ne prenant en compte que les collections les plus importantes, les valeurs relevées sont plus basses montrant bien la nécessité de constituer des séries masculines, féminines et intermédiaires par région. À Didymoi, la taille maximale est de 250 mm, la taille minimale de 195 mm, avec une moyenne de 222 mm. Dans le matériel du Mons Claudianus, les semelles entières de soleae sont petites : pour 24 exemplaires dont la longueur totale est connue ou reconstituée, la valeur moyenne est de 225 mm, avec une longueur maximale de 284 mm et une longueur minimale de 164 mm (Winterbottom 2001, tab. 10.1). Les semelles mesurant plus de 240 mm sont rares : sur les 24 exemplaires, seulement quatre dépassent cette valeur. Si l’on suivait les critères adoptés pour les chaussures de Valkenburg, presque toutes les soleae de Didymoi –hormis l’une d’entre elles— entreraient dans le groupe des chaussures de femme. Il paraît toutefois invraisemblable qu’elles aient toutes appartenu à des femmes ou à des adolescents. Il faut plutôt envisager que les pointures masculines en Égypte étaient en moyenne inférieures à celles du Nord-Ouest de l’Empire, constat qui conduit à une interrogation concernant le type de population fréquentant ces sites, postes militaires romains mais dans lesquels la population indigène était certainement présente.

Caractérisation du modèle d’après l’archéologie

27Pour présenter les modèles existants nous allons utiliser les exemples connus de sandales ou éléments de sandales découverts sur des sites romains de l’Empire. L’archétype de la sandale se résume à une semelle composée d’une ou plusieurs épaisseurs de cuir sur laquelle étaient pratiquées des incisions pour la fixation de lanières plus ou moins larges, destinées à maintenir la chaussure au pied tout en le laissant largement découvert. Malgré cette simplicité de conception, ce modèle pouvait présenter de nombreuses variantes selon la forme des semelles, des attaches et des fixations ; certaines d’entre elles, ayant plus de succès, étaient réalisées par de nombreux cordonniers dans le nord de la Gaule, en Italie ou au Moyen Orient.

  • 8 À Didymoi, 1 % des semelles et des éléments de fixation, ont été confectionnées avec des peaux de (...)
  • 9 À la tannerie de l'îlot I 5, vient de s'ajouter un autre ensemble comptant au moins quatre cuves, (...)

28La première caractéristique concerne le choix du matériau utilisé pour leur fabrication. À de rares exceptions près8, tous les éléments constitutifs des sandales, de la semelle aux lacets et attaches, sont confectionnés dans un cuir dit « fort », obtenu par traitement des peaux de bovins de façon appropriée pour constituer des matériaux résistants, de 3 à 4 mm d’épaisseur. Les techniques utilisées dans l’Antiquité, désormais bien connues, se rapprochent de celles pratiquées au Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne. Ce cuir nécessite une immersion de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois, dans des bains de tanin végétal (Junker 1957 ; Forbes 1966 ; Leguilloux 2002, 2004). Différentes découvertes de pièces en cuir ont permis de constater que ces techniques étaient parfaitement maîtrisées dès l’époque romaine (van Driel-Murray 2002a et 2002b). Des équipements très élaborés dès le début du Ier siècle de notre ère permettaient d’obtenir de grandes quantités de cuirs forts d’excellente qualité. À Pompéi, il existait des ateliers de tannage, équipés de plusieurs cuves de grande taille permettant une production importante et régulière de cuirs forts9. Le début de l’utilisation du tannage végétal est encore mal connu ; l’exemple des tanneries de Pompéi récemment fouillées montre que le tannage du cuir bénéficie, dès le second quart du Ier siècle de notre ère, de méthodes déjà bien établies qui font supposer une mise au point de ces techniques remontant bien plus haut dans le temps (Brun, Leguilloux 2006 ; Leguilloux 2008a).

Fig. 1. Exemples de sandales provenant de sites en Occident et datés entre le Ier s. avant J.-C. et le IIe siècle après J.-C.

Les formes et leur évolution

29Les différents modèles de sandales se différencient principalement par la forme des semelles ; pour chacun d’eux, on observe des variantes dans les modalités de fixation des attaches des lacets. Les formes évoluent peu, mais quelques caractères morphologiques semblent distinguer des époques ou des régions.

Composition et forme des semelles

30La classification des types, si tant est que l’on puisse en réaliser une pour une chaussure de conception aussi élémentaire, se fonde principalement sur la forme de la semelle. L’exemple le plus ancien que l’on connaisse dans la péninsule italique présente une découpe de la semelle que l’on peut qualifier d’anatomique car elle reprend la forme des orteils. Cet exemplaire, daté du début de la période augustéenne, a été découvert sur une épave de Comacchio (Parmeggiani 1990, tav. 139) (fig. 1, 1). Le modèle à découpe anatomique semble avoir eu une longue durée d’utilisation. Il est attesté dès l’époque hellénistique par l’iconographie, particulièrement dans la statuaire, par exemple dans le célèbre groupe en marbre d’Aphrodite, Éros et Pan exposé au Musée National d’Archéologie d’Athènes. Découvert à Délos, il serait daté vers 100 avant J.-C. On y voit Pan tentant de séduire Aphrodite qui le repousse à l’aide d’une sandale qu’elle a ôté de son pied. La sandale qu’elle tient à la main a perdu ses attaches qui, comme semblent l’indiquer les ouvertures dans le marbre, étaient peut-être à l’origine en cuir (fig. 2). On peut constater qu’elle est découpée selon la forme du pied et en conclure que ce modèle était courant pour les crepidae à la fin de l’époque hellénistique. L’art antique apporte des informations sur le type de chaussure utilisé mais également sur les systèmes d’attache. La sandale que la déesse tient à la main a perdu ses liens mais celle qu’elle conserve à son pied permet de reconstituer le réseau de lanières, au demeurant très simple (fig. 3).

Fig. 2. Aphrodite, Éros et Pan (vers 100 avant J.-C.)
Semelle de la sandale gauche (Musée national d’archéologie d’Athènes)

Fig. 3. Aphrodite, Eros et Pan, vers 100 avant J.-C. Sandale droite (Musée national d’archéologie d’Athènes)

31Aux Ier et IIe siècles après J.-C., de nombreux exemplaires de ce type à découpe anatomique apparaissent sur des sites de l’Europe du Nord. Cette sandale, dont la partie antérieure est très découpée, a été découverte dans le camp de Vindolanda (Grande-Bretagne) au début du IIe siècle : il s’agit d’une chaussure d’intérieur (sans clous) de femme, réalisée dans un cuir de qualité, décorée de motifs floraux imprimés et portant une marque du cordonnier L. Aebertius Thales (Birley 1977, fig. 66) (fig. 1, 2). Une telle signature, inhabituelle, indique une chaussure de luxe réalisée par un cordonnier de renom. D’autres modèles similaires existaient en Angleterre : un exemplaire de solea à semelle très découpée, découvert à Londres, est daté du Ier siècle de notre ère (van Driel-Murray 1986) (fig. 1, 3). Dans le fort de Vindonissa (Gansser-Burckhardt 1942), deux exemplaires de ce modèle sont datés du IIe siècle de notre ère (fig. 1, 5 et 6).

32À partir du IIe siècle, la forme se simplifie : la découpe de la semelle au niveau des orteils est de plus en plus stylisée et atténuée pour ne faire apparaître que le contour du gros orteil. Ainsi, le type découvert dans les niveaux de comblement du port romain de Naples, sur la Piazza Municipio, se caractérise par une semelle dont la découpe reprend la forme du gros orteil (fig. 1, 4).

33Au cours des IIe et IIIe siècles, les sandales à forme anatomique ou simple coexistent. À Valkenburg, dans des niveaux du IIe siècle, sont associées des semelles simples, anatomiques et à extrémités évasées (Hoevenberg 1993) (fig. 1, 7 à 10). Sur un autre site militaire des Pays-Bas, Zwammerdam, deux sandales à semelles anatomiques faisaient partie du mobilier du IIe siècle (van Driel-Murray 1977, no 44 et 112) (fig. 4, 11-12).

34À Pommerœul en Belgique, un vicus à vocation artisanale situé en bordure de la Haine où la présence d’une nappe phréatique très haute a permis la conservation du cuir, les modèles anatomiques et les types simples à bout arrondi coexistent aux IIe /IIIe siècles (Leguilloux 2008b) (fig. 4, 13 à 15). On voit également apparaître des modèles dont les extrémités antérieures tendent à s’évaser : ce type se développera par la suite avec des caractères plus marqués. En Angleterre, au cours des mêmes périodes, les semelles à découpes anatomiques se raréfient. Les exemplaires de la fin du IIe siècle et du IIIe siècle découverts sur le site de Saint Magnus House à Londres, ont des semelles simples ou à extrémité évasée (MacConnoran 1986) (fig. 4, 16 et 17). À Londres, d’autres découvertes isolées confirment la prédominance des semelles aux extrémités évasées au IIIe siècle (van Driel-Murray 1986) (fig. 4, 18).

35Le type de sandale à découpe anatomique était également répandu dans le bassin oriental de la Méditerranée. Des découvertes sporadiques datant du Ier siècle de notre ère, comme sur le site de Pella, en Jordanie (McNicollt and coll. 1992, pl. 89) ou du IIe siècle comme à En Gedi (Cave of Letters) dans le désert de Judée (Yadin 1963), montrent la large diffusion de ce modèle (fig. 5, 19 et 20). Dans les forts du désert Oriental d’Égypte, les sandales à découpe anatomique sont présentes dans les niveaux du Ier siècle de notre ère et jusqu’au IIe siècle où elles côtoient les sandales à semelle simple. On les rencontre sur les sites de carrières (Mons Claudianius et Kainé Latomia) et sur les axes commerciaux (Krokodilô, Maximinon, Didymoi, Dios). Sur le site de Dios, dans un niveau daté entre le milieu du IIe siècle et la première moitié du IIIe siècle, une sandale à découpe anatomique comportait encore les restes des attaches de talon (fig. 5, 21). Sur le site de Didymoi, elles sont plus nombreuses dans les niveaux du Ier siècle après J.-C. où elles constituent presque la moitié des sandales répertoriées (42 %) et deviennent plus rares (25 %) au IIIe siècle après J.-C. (fig. 5, 22 à 25).

36Dans les sépultures des habitants d’Antinoé, en Moyenne Égypte, on rencontre également ce modèle, associé à des sandales à bouts rectilignes (fig. 5, 26 à 28). Les différentes phases de la nécropole sont mal définies : les premières sépultures sont postérieures à 130 après J.-C. date de fondation de la ville, les plus récentes sont datées de la fin du IVe siècle après J.-C.

37Aucune modification importante ne semble avoir eu lieu dans la forme des semelles entre le Ier siècle et le IIIe siècle dans les régions du Moyen Orient et en Europe méridionale. En revanche, dans le nord de l’Europe, particulièrement en Allemagne, les découvertes de sandales à partie antérieure largement évasée se multiplient à partir du IIIe siècle (van Driel-Murray 2001, fig. 3). C’est le cas pour les sandales de Valkenburg où ce type de semelle apparaît dès le IIe siècle (fig. 1, 9 et 10). C’est aussi le cas en Angleterre, plus particulièrement à Londres dans des niveaux des IIe et IIIe siècles où la part des sandales à extrémité évasée augmente au détriment de celle des sandales classiques.

38Le modèle de sandale à découpe anatomique ne semble pas avoir persisté après le IIIe siècle. Les découvertes archéologiques sont encore rares, mais il semble qu’en Orient, les sandales adoptent progressivement une extrémité pointue comme les exemplaires des niveaux byzantins de la ville de Kellis (Bowen 2002, pl. 18) dans l’oasis de Dakhleh (Bowen 2002, pl. 18 : ici fig. 6, 29) ou les sandales découvertes dans les niveaux coptes de la ville d’Antinoé et conservées dans différents musées européens, notamment au Musée du Louvre à Paris (Montembault 2000) et à Florence (IPV, Russo 2004, tav. VI, VIII). Les systèmes d’attaches sont identiques à ceux utilisés pour les sandales d’Antinoé. En Occident, l’absence de découvertes aussi tardives ne permet pas de déterminer une évolution dans la forme des semelles. En Italie, un exemplaire d’Ostie, découvert dans une barque de pêcheur du port de Claude datée entre le IIIe et le IVe s. après J.-C. (Santa Maria Scrinari 1979, fig. 8), adopte une extrémité pointue (fig. 6, 30) et des modes de fixation originaux. Cette sandale d’enfant ou d’adolescent présente une partie antérieure qui se rabat sur les orteils, dispositif également connu dans les niveaux coptes de la ville d’Antinoé (Russo 2004, tav. IX).

Fig. 4. Exemples de sandales en Occident entre le IIe s. avant J.-C. et le IIIe siècle après J.-C.

Fig. 5. Exemples de sandales du bassin oriental de la Méditerranée entre le Ier s. et le IIIe s. après J.-C.

Fig. 6. Sandales du IVe siècle d’Orient et d’Occident

Les systèmes d’attaches

39À partir de ces découvertes et des indications tirées de l’iconographie, on peut tenter de restituer les principaux modes d’attaches des sandales en s’appuyant principalement sur les découvertes réalisées en Orient. Trois groupes peuvent être individualisées.

Groupe 1

40Dans ce modèle, le plus commun, les lanières de fixation sont insérées entre les épaisseurs des semelles, à l’avant et à l’arrière. Il faut donc distinguer les attaches antérieures et postérieures, l’agencement des deux formant des variantes multiples.

41Les attaches antérieures sont fixées au niveau des orteils selon deux modes. L’attache A, de courte dimension, est munie d’un œillet dans lequel est inséré le lacet qui lie la sandale à la cheville (fig. 7, 1). L’attache B est un lien unique qui, partant des orteils, remonte sur le cou-de-pied puis se divise en deux au niveau de la cheville pour être ligaturé au niveau des attaches de talon (fig. 7, 2).

42Les attaches de talon sont caractérisées par une bande de cuir munie de deux ouvertures aux extrémités (fig. 8). Ces pièces indépendantes se retrouvent sur de nombreux modèles aussi bien en Orient qu’en Occident.

43La combinaison de ces deux éléments aboutit à plusieurs agencements de lacets que l’on peut répartir en trois types principaux : Type 1a : les attaches de talon sont de simples bandes de cuir munies d’œillets à leurs extrémités. L’attache antérieure peut être courte (A) comme pour les exemplaires découverts dans le désert Oriental d’Égypte ou longue (B) comme sur les sites d’Antinoé et d’En Gedi dans le désert de Judée (fig. 9).

Fig. 7. Fixations antérieures de sandales. 1. attaches de type A ; 2. attaches de type B Didymoi (Égypte) ; Ier-IIIe siècles après J.-C. (d’après Leguilloux 2006, pl. 22)

Fig. 8. Fixations postérieures de sandales. Didymoi (Égypte). Ier-IIIe siècles après J.-C. (d’après Leguilloux 2006, pl. 23, no 101-111)

44Type 1b : une bande de cuir assez large est insérée dans la partie médiane de la semelle. Ce type, plus rare est attesté à Vindolanda au Ier siècle de notre ère (fig. 10).

45Type 1c : les attaches de talon sont formés d’un réseau de lanières remontant sur la cheville et enserrant celle-ci. Dans le fort de Dios, une sandale bisole non cloutée a conservé la partie postérieure de la chaussure : une lanière ensère le talon et sur le côté, une pièce de cuir d’un seul tenant assure la fixation (fig. 5, 21). Ce modèle diffère des autres découverts sur le site qui ont des lanières remontant sur les côtés mais n’enserrant pas l’arrière du pied (fig. 11). La partie antérieure de la semelle présente une découpe du petit orteil et une forme arrondie à l’extrémité. Un modèle proche de celui-ci a été découvert au Mons Claudianus (Winterbottom 2001, fig. 10, 9) avec une partie arrière moins ajourée.

46Ce modèle d’attache de talon est connu par quelques exemples dans la statuaire grecque et romaine, par exemple la crepida portée par la Diane dite de Gabies du Musée du Louvre (époque de Tibère) dont le système d’attache rappelle celui de la sandale découverte dans le désert oriental (fig. 12).

47Ce type de sandale possédant des attaches de talon indépendantes, que l’on pourrait qualifier de solea “à bandes” de type “gréco-romain” était le plus courant, mais certaines sandales étaient issues d’autres traditions (groupe 2).

Groupe 2

48Les attaches du groupe 2 font partie intégrante de la semelle. Jusqu’à présent ce modèle de solea “à oreilles” a été découvert dans une zone géographique limitée à l’Égypte. Cette répartition et l’ancienneté du modèle semblent indiquer une tradition égyptienne. En effet, des sandales de ce type sont représentées dans la tombe de Rekhmirê (XVIIIe Dynastie : Davis 1943). Cette tombe présente une scène de travail du cuir datée vers 1450 avant J. C. (fig. 13). Quelques sandales de ce type ont été mises au jour dans les sépultures de la même période, à Deir el-Medineh (Bruyère 1937, p. 64). D’autres sont conservées au Département des Antiquités Égyptiennes du Louvre (Montembault 2000, p. 62).

49Ce modèle connut la durée d’utilisation la plus longue dans l’histoire de la chaussure puisqu’il était encore porté au IIIe siècle de notre ère, par exemple à Didymoi (fig. 5, 22 et 23). Trois sous-types ont été distingués dans ce mobilier. Le modèle 2a est très proche de la sandale pharaonique (fig. 14) ; les types 2b et 2c se caractérisent par des extrémités plus anguleuses. Le modèle 2b est muni d’une seule ouverture dans la partie antérieure, le modèle 2c de deux ouvertures (fig. 15). Ces sandales diffèrent donc notablement de celles à découpe anatomique, également nombreuses à Didymoi, dont les attaches au niveau des talons sont constituées de pièces indépendantes cousues entre les épaisseurs de la semelle (fig. 16).

Fig. 10. Sandale du groupe 1b trouvée à Vindolanda Ier siècle de notre ère

Fig. 9. Sandales du groupe 1a et du groupe 2 : exemples de modes d'attache des sandales romaines en Orient et en Occident

Fig. 11. Sandale du groupe 1c : crepida découverte à Dios, 115/200 après J. C. Proposition de restitution

Fig. 12. Crepida portée par la Diane de Gabies Musée du Louvre, époque de Tibère

Fig. 13. Atelier de cordonnier : tombe de Rekhmirê vers 1450 avant J. C. D’après Davis 1943

Fig. 14. Sandale du groupe 2, de type « égyptien » (modèle 2a) Didymoi, US 14 datée entre 230 et 250 après J.-C.

Fig. 15. Sandale du groupe 2, de type « égyptien » (modèle 2c) Didymoi, US 69, datée vers 180-190 après J.-C.

Groupe 3

50À partir du IIIe siècle, on rencontre des modèles de sandales dépourvues d’attaches à l’avant : la sandale est maintenue par l’extrémité recourbée de la semelle. Des exemples caractéristiques proviennent d’Ostie (port de Claude : Santa Maria Scrinari 1979, fig. 8) et des niveaux coptes d’d’Antinoé (Russo 2004, tav. VI, VIII). Les restitutions proposées montrent que la partie antérieure de la semelle recouvre en partie les orteils (fig. 17).

Fig. 16. Sandales du groupe 1, à découpe anatomique (modèle 1c) Didymoi, US 103 et 106, vers 110-140 après J.-C.

Système de cloutage

51Toutes les sandales sont formées d’une ou plusieurs semelles de cuir de bovin dont l’épaisseur est comprise entre 3 et 4 mm. Dans le cas de sandales cloutées, les clous n’étaient pas destinés à fixer les semelles entre elles, mais à protéger la face externe de la chaussure. Les clous sont généralement disposés de façon aléatoire. Leur tête présente un diamètre moyen de 7 mm et leur tige une longueur de 6 mm. Plantées dans la face externe de la semelle externe, leurs pointes (2 mm) la traversent et sont rabattues sur sa face intérieure pour assurer la fixation. Les sandales à semelles cloutées sont rares en Égypte : 1,2 % du matériel du fortin de Didymoi ; 20 % des sandales au Mons Claudianus.

Fig. 17. Sandale du groupe 3
Port de Claude à Ostie, III-IVe siècles après J.-C. (d’après Santa Maria Scrinari 1979, fig. 8)

52De même, sur les sites occidentaux, les soleae sont rarement cloutées, alors que les chaussures fermées (calcei, socci) le sont presque systématiquement. La rareté des sandales cloutées est peut-être liée à une utilisation différente : dans ces régions, la sandale, chaussure légère, était portée à l’intérieur des habitations.

53Cette première approche des sandales ne saurait être exhaustive. Les principales formes ont été abordées, mais il existe un grand nombre de modes de fixation d’une solea au pied. Il est donc tout à fait probable que l’on découvre de nouvelles variantes et de nouveaux modèles de sandales.

54La solea ou crepida reste encore l’un des modèles les mieux documenté, il existe malgré tout des zones d’ombre sur les appellations précises de ce modèle au cour du temps. Le terme de solea, employé surtout au Ier siècle de notre ère, désignet-il le même modèle précisément que la gallica utilisée à partir du IIe siècle puis à la fin du IIIe /début du IVe siècle, la chaussure appelée taurina, était-elle également un modèle léger maintenu par quelques lacets ?

55De nombreux points sont encore à éclaircir avant de pouvoir assurer que notre connaissance du vêtement antique est complète. Faire correspondre une forme avec un nom attesté de chaussure est un exercice délicat. Le second obstacle réside dans la rareté des découvertes. Les trouvailles archéologiques d’objets en cuir demeurent en effet le moyen le plus objectif pour décrire les différents modèles de chaussures, il reste à espérer que les trouvailles et les analyses d’objets de la vie quotidienne se multiplient à l’avenir.

Bibliografía

Bibliographie

Ambrose 1975 : Ambrose (T.), The leather, in : Cunliffe (B.) (Dir.) : Excavations at Porchester Castle. Volume I : Roman. Reports of the Research Committee of the Society of Antiquaries of London, London, no XXXII, 1975, p. 247-262.

Bowen 2002 : Bowen (G.), Textiles, basketry and leather goods from Ismant el-Kharab, in : Hope (C.), Bowen (G.- (dir.), Dakhleh Oasis Project : Preliminary Reports on the 1994-1995 to 1998-1999 Field Seasons. Dakhleh Project : Monograph 11, Oxbow Books, Oxford and Oakville, 2002, p. 87104.

Birley 1977 : Birley (R.), Vindolanda. A Roman frontier post on Hadrian’s Wall. London, Thames and Hudson, 1977.

Brun, Leguilloux 2003 : Brun (J.-P.), Leguilloux (M.), Les objets en cuir, in : La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte, FIFAO 000, Le Caire, 2003, p. 539-547.

Brun, Leguilloux 2006 : Brun (J.-P.), Leguilloux (M.), Tannerie et parfumerie : de l’exemplarité de Pompéi dans la recherche sur l’artisanat antique, Africa, Nouvelle série, Séances scientifiques, 2006, p. 39-49.

Bruyère 1937 : Bruyère (B.), Rapport sur les fouilles de Deir el Médineh (1934-1935). Deuxième partie : la nécropole de l’est, FIFAO 15, Le Caire, 1937.

Busch 1965 : Brusch (A.L.), Die römerzeitliche Schuhund Lederfunde der Kastelle Saalburg, Saalburg-Jahrbuch 22, 1965.

Cavazza 1999 : Cavazza (F.), Aulo Gellio, Le notti attiche, libro XIII (tomo II : capitoli XIX-XXXI). Bologne 1999.

Charlesworth, Thornton 1973 : Charlesworth (D.), Thornton (J. H.), Leather found in Mediobogdum, the Roman fort of Hardknott, Britannia, 4, 1973, p. 141-152.

Davis 1943 : Davis (N. G.), The tomb of Rekh-mi-Rê at Thèbes, New York, 1943 (réed. 1973).

Forbes 1966 : Forbes (R. J.), Studies in Ancient Technology, vol. V. Leiden, Brill, 1966.

Gansser-Burckhardt 1942 : Gansser-Burckhardt (A.), Das Leder und seine Verarbeitung im römischen Legionslager Vindonissa. Basel, 1942.

Giacchero 1974 : Giacchero (M.), Edictum Diocletiani et Collegarum de pretiis rerum venalium. Instituto di Storia Antica e Scienza Ausiliarie. Genova, 1974.

Giampaola 2005 : Giampaola (D.), Carsana (V.), Febbraro (S.), Roncella (B.), Le trasformazioni del paesaggio costiero di Napoli tra tardo antico e altomedioevo, in : Le città campane tra Tardoantico e Alto Medioevo, Seminario di studio. Napoli, Società Napoletana di Storia Patria in Castelnuovo 21-22 aprile 2004 (a cura di G. Vitolo), 2005, p. 219-247.

Giampaola, Carsana 2007 : Giampaola (D.), Carsana (V.), La fascia costiera di Napoli : dallo scavo al museo della città, in : Communicare la memoria del Mediterraneo. Naples, Centre J. Bérard, 2007, p. 205-215.

Hoevenberg 1993 : Hoevenberg (J.), Leather artefacts, in : Van Derrendonck (R. M.), Hallewas (D. P.), Waugh (K. E.) (éd.), The Valkenburg Excavations 1985-1988. Introduction and Detail Studies, Nederlandse Oudheden 15, Amersfoort, 1993, p. 217-338.

Junker 1957 : Junker (H.), Weta und das Leder Kunsthandwerk im Alten Reich. Österreichische Akademie der Wissenschaften, 1957, 231, 1.

Leguilloux 2002 : Leguilloux (M.), Techniques et équipements de la tannerie romaine : l’exemple de l’officina coriaria de Pompéi, in : Audoin-Rouzeau (F.), Beyries (S.), Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. Éditions APDCA, Antibes, 2002, p. 268-282.

Leguilloux 2004 : Leguilloux (M.), Le cuir et la pelleterie à l’époque romaine. Errance, Paris, 2004.

Leguilloux 2006 : Leguilloux (M.), Les cuirs de Didymoi (Khasm al-Minayh), Praesidium de la route caravanière Coptos-Bérénice. Praesidia du désert de Bérénice III, DFIFAO, Institut francais d’archéologie orientale, 2006.

Leguilloux 2008a : Leguilloux (M.), Les cuves dans le processus de tannage à l’époque romaine, in : Archéologie et histoire des techniques du monde romain, Actes du colloque de la Société Française d’Archéologie Classique. Paris, De Boccard, 2008, p. 33-42.

Leguilloux 2008b : Leguill oux (M.), Les chaussures, in : Boisson d’immortalité. Regards sur Pommerœul gallo-romain. Ath, 2008, p. 89-93.

Marache 1989 : Marache (R.), éd., Aulu-Gelle, Les Nuits Attiques, tome III (livres XI-XV). Paris, Les Belles Lettres, 1989.

McNicollt and coll. 1992 : McNicollt (A. W.) and coll. - Pella in Jordan 2. The second interim report of the joint university of Sydney and college of Wooster excavations at Pella 1982-1985. Mediterranean Archaeology supplement 2, Sydney, 1992, Plate 89.

McConnoran 1986 : McConnoran (P.), Footwear, in : Dyson (T.) (ed.), The Roman Quay at St Magnus House, London. Special Paper no 8 of the London and Middlesex Archaeological Society, 1986, p. 218-226.

Montembault 2000 : Montembault (V.), Catalogue des chaussures de l’Antiquité égyptienne. Musée du Louvre, Département des Antiquités Égyptiennes, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2000.

Parmeggiani 1990 : Parmeggiani (G.), I cuoi, in : Berti (F.), Fortuna Maris. La nave romana di Comacchio, Bologne, 1990.

Robertson, Scott, Keppie 1975 : Robertson (A.), Scott (M.), Keppie (L.), Bar Hill : a Roman fort and its finds. Oxford, BAR-BS 16, 1975.

Russo 2004 : Russo (S.), Le calzature nei papiri di età greco-romana. Istituto Papirologico G. Vitelli, Firenze, 2004.

Santa Maria Scrinari 1979 : Santa Maria Scrinari (V.), Le navi del porto di Claudio. Rome, Poligrafico e Zecca dello Stato, 1979.

van Driel-Murray 1977 : van Driel-Murray (C.), Leatherwork, in : Haalebos (J. K.), Zwammerdam-Nigrum Pullum : ein Auxiliarkastell am niedergermanischen Limes, Cingula 3. Amsterdam, 1977, p. 249-276.

van Driel-Murray 1986 : van Driel-Murray (C.), Shoes in perspective, Forschungen und Berichte zur vor-und frühgeschichte in Baden-Würtemberg 20, 1986, p. 139-145.

van Driel-Murray 1998 : van Driel-Murray (C.), The Leatherwork from the Fort, in : Cool (H.E.M.), Philo (C.) (ed.) : Roman Castleford. Excavations 1974-85, volume I, The Small Finds. Yorkshire Archaeology 4, 1998, p. 285-334.

van Driel-Murray 2001 : van Driel-Murray (C.), Vindolanda and the dating of Roman footwear, Britannia, XXXII, 2001, p. 185-197.

van Driel-Murray 2002a : van Driel-Murray (C.), Practical evaluation of a field test for the identification of ancient vegetable tanned leathers, Journal of Archaeological Science, 2002, 29, p. 17-21.

van Driel-Murray 2002b : van Driel-Murray (C.), Ancient skin processing and the impact of Rome on tanning technology, in : Audoin-Rouzeau (F.), Beyries (S.), Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. Antibes, APDCA, 2002, p. 251-265.

Winterbottom 2001 : Winterbottom (S.), Leather, in : Maxfield (V. A.), Peacock (D. P. S.) (éd.), Survey and Excavation Mons Claudianus, 1987-1993 II. Excavations, Part 1. Le Caire, Ifao (FIFAO 43), 2001, p. 313-353.

Yadin 1963 : Yadin (Y.), The finds from the Bar Kokhba period in the Cave of Letters. Jerusalem, The Israel Exploration Society, 1963.

Notas

1 De soleis est le titre sous lequel apparaissent les diverses sortes de sandales dans l’Édit de Dioclétien : Giacchero 1974, p. 156-158.

2 Pièces de cuir cousues entre les semelles et enfermant totalement ou partiellement le pied.

3 Aulu-Gelle, Nuits Attiques XIII, 22, traduction de Marache 1989.

4 Communication personnelle de H. Cuvigny (CNRS) que je remercie ici pour le temps qu’elle a bien voulu accorder à la traduction et au commentaire de ce passage des Nuits Attiques d’Aulu-Gelle.

5 Pour les différents modèles de chaussures et leur terminologie voir : Leguilloux 2004, p. 94-138.

6 Ces sites ont été fouillés entre 1999 et 2008 par une équipe d’archéologues et de spécialistes dirigés par H. Cuvigny, (CNRS-IRHT, Institut de papyrologie). Le mobilier est en cours de publication par l’Institut français d’archéologie orientale au Caire.

7 Sur sept sites répertoriés par J. Hoevenberg en Allemagne et en Hollande : Hoevenberg 1993, p. 264.

8 À Didymoi, 1 % des semelles et des éléments de fixation, ont été confectionnées avec des peaux de dromadaire séchées ; il s'agit de fabrications ou de réparations domestiques. La peau employée était en effet traitée de façon rudimentaire : grossièrement écharnée et simplement séchée, sans aucun tannage. Leguilloux 2006, p. 22-24.

9 À la tannerie de l'îlot I 5, vient de s'ajouter un autre ensemble comptant au moins quatre cuves, à l'ouest de la Via di Stabia (fouilles des Universités de Stanford et de Cincinnati).

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1. Exemples de sandales provenant de sites en Occident et datés entre le Ier s. avant J.-C. et le IIe siècle après J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 230k
Leyenda Fig. 2. Aphrodite, Éros et Pan (vers 100 avant J.-C.)Semelle de la sandale gauche (Musée national d’archéologie d’Athènes)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 83k
Leyenda Fig. 3. Aphrodite, Eros et Pan, vers 100 avant J.-C. Sandale droite (Musée national d’archéologie d’Athènes)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 74k
Leyenda Fig. 4. Exemples de sandales en Occident entre le IIe s. avant J.-C. et le IIIe siècle après J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 199k
Leyenda Fig. 5. Exemples de sandales du bassin oriental de la Méditerranée entre le Ier s. et le IIIe s. après J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 317k
Leyenda Fig. 6. Sandales du IVe siècle d’Orient et d’Occident
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 91k
Leyenda Fig. 7. Fixations antérieures de sandales. 1. attaches de type A ; 2. attaches de type B Didymoi (Égypte) ; Ier-IIIe siècles après J.-C. (d’après Leguilloux 2006, pl. 22)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 110k
Leyenda Fig. 8. Fixations postérieures de sandales. Didymoi (Égypte). Ier-IIIe siècles après J.-C. (d’après Leguilloux 2006, pl. 23, no 101-111)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 98k
Leyenda Fig. 10. Sandale du groupe 1b trouvée à Vindolanda Ier siècle de notre ère
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 48k
Leyenda Fig. 9. Sandales du groupe 1a et du groupe 2 : exemples de modes d'attache des sandales romaines en Orient et en Occident
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 376k
Leyenda Fig. 11. Sandale du groupe 1c : crepida découverte à Dios, 115/200 après J. C. Proposition de restitution
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 51k
Leyenda Fig. 12. Crepida portée par la Diane de Gabies Musée du Louvre, époque de Tibère
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 121k
Leyenda Fig. 13. Atelier de cordonnier : tombe de Rekhmirê vers 1450 avant J. C. D’après Davis 1943
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 390k
Leyenda Fig. 14. Sandale du groupe 2, de type « égyptien » (modèle 2a) Didymoi, US 14 datée entre 230 et 250 après J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-14.jpg
Archivo image/jpeg, 123k
Leyenda Fig. 15. Sandale du groupe 2, de type « égyptien » (modèle 2c) Didymoi, US 69, datée vers 180-190 après J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-15.jpg
Archivo image/jpeg, 136k
Leyenda Fig. 16. Sandales du groupe 1, à découpe anatomique (modèle 1c) Didymoi, US 103 et 106, vers 110-140 après J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-16.jpg
Archivo image/jpeg, 188k
Leyenda Fig. 17. Sandale du groupe 3Port de Claude à Ostie, III-IVe siècles après J.-C. (d’après Santa Maria Scrinari 1979, fig. 8)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4263/img-17.jpg
Archivo image/jpeg, 46k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search