Version classiqueVersion mobile

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanats urbains, artisanats ruraux

« Le meilleur et le pire serviteur de l’humanité »1 Fer, forges et forgerons à Pompéi

Marie-Pierre Amarger

Note de l’éditeur

J’ai extrait la matière de cet article du beau mémoire de Diplôme d’Études Approfondies soutenu en 2004 par Marie-Pierre Amarger tragiquement emportée par l’onde amère, sur le rivage de Paestum, le dimanche 18 septembre 2005. Marie-Pierre a été mon étudiante et une collaboratrice très proche sur toutes les fouilles que j’ai dirigées entre 2001 et 2005 à Cumes, à Pompéi et à Saepinum. Elle était très attachée au Centre Jean Bérard et à Maria-Francesca, se considérant et étant considérée comme une enfant de la « maison ». Si ce n’est pas le lieu d’exprimer la douleur qui est la nôtre, qu’il me soit permis de dire que l’archéologie et l’histoire ont perdu avec elle une chercheuse d’avenir, entièrement adonnée à sa passion, que son dévouement et une compétence rapidement acquise avaient immédiatement projeté au cœur de notre si « petit monde ». Jean-Pierre Brun.

Texte intégral

  • 1 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXIV, 138.
  • 2 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXIV, 151 : « En médecine, le fer ne sert pas seulement à tra (...)

1Le fer, outre les vertus magiques et médicinales2 que lui attribuaient les Anciens, servait autant à la fabrication d’armes qu’à la production d’outils pour l’agriculture, le travail du bois, du cuir, des métaux ou de la pierre. La métallurgie du fer jouait un rôle économique et militaire considérable et occupait une place de choix dans l’artisanat, à tel point que le forgeron est le seul artisan à avoir sa place au panthéon romain sous les traits du dieu Vulcain. Dès la seconde moitié du XIXe siècle, l’étude de la métallurgie antique suscita l’intérêt, notamment de la part d’ingénieurs des mines qui enquêtèrent sur les techniques antiques de réduction du minerai. Depuis cette époque, les recherches se sont multipliées et abordent de nouveaux champs comme, par exemple, l’étude des déchets paléo-métallurgiques, battitures, scories, etc. (Dunikovsky 1998, p. 145-152). Mais si de nombreuses études ont porté sur les bas fourneaux et leur fonctionnement, les forges et leur organisation restent encore mal connues (Domergue 1991, p. 107-114 ; Cauvet, 1993). De plus, la documentation est inégalement répartie ; certaines régions de l’Empire, comme la Gaule, ont livré une documentation relativement abondante sur les ateliers de forgerons et sur leur place économique (Lebeaupin 1998, p. 80-95 ; Ginouvez 1998, p. 150-152 ; Chardron-Picault et Pernot 1999 ; Polfer 2000, p. 67-89 ; Mangin 2000, p. 7). En revanche, l’Italie du Sud reste moins bien connue.

2Dans ce contexte, l’étude des ateliers métallurgiques de Pompéi prend tout son intérêt. En raison des conditions d’enfouissement, c’est un des rares lieux susceptibles d’offrir un exemple de forge en « état de marche », c’est-à-dire ayant conservé, en plus des divers aménagements, les outils et les matériaux servant à la production ainsi que les objets manufacturés ou en cours d’élaboration. En effet, lors de l’éruption de 79, les Pompéiens fuirent précipitamment la ville, abandonnant aux cendres du Vésuve les boutiques et les ateliers avec leur équipement. Cette situation est rarissime car, partout ailleurs ou presque, tout objet en métal réutilisable et recyclable était récupéré lors de l’abandon ou de la transformation des locaux, et l’archéologue ne retrouve plus, dans le meilleur des cas, que les structures et les déchets laissés par l’activité artisanale.

3Malheureusement, l’étude des forges de Pompéi est beaucoup moins aisée qu’il ne pourrait le paraître au premier abord. En effet, si les cendres du Vésuve qui ont recouvert la ville l’ont parfaitement préservée, on ne peut pas en dire autant de ceux qui l’ont mise au jour à partir du XVIIIe siècle. La plupart des bâtiments identifiés comme des forges ont été dégagés au XIXe et au début du XXe siècle et n’ont pas particulièrement attiré l’attention des fouilleurs de l’époque. Les lieux de production artisanale, fréquemment mentionnés à titre anecdotique, n’étaient pas la préoccupation majeure des archéologues fascinés par les œuvres d’art, l’épigraphie, les édifices publics et les vastes demeures patriciennes.

Fig. 1. Implantation des ateliers de forgerons dans Pompéi (dessin Marie-Pierre Amarger)

  • 3 Dans ce dernier cas, les locaux ont parfois été identifiés comme des forges 50, voir 100 ans après (...)

4La recherche se heurte donc à une documentation trop succincte : descriptions sèches et lacunaires, absence de relevés, interprétations hâtives voire inexistantes3. En outre, plusieurs de ces ateliers ont été fouillés avant la subdivision de la ville en regiones et insulae par Fiorelli en 1858, ce qui n’est pas sans poser aujourd’hui des incertitudes quant à leur localisation. Le mobilier, lorsqu’il n’a pas été égaré, est entreposé dans des dépôts et des réserves, parfois sans indication de provenance, et les objets en fer, en l’absence de traitement, finissent de s’y dégrader et tombent en poussière. Dans de telles conditions, il n’est donc pas étonnant que l’artisanat du fer à Pompéi n’ait suscité qu’un intérêt relativement modéré. Les deux seules monographies sont celles de B. Gralfs (1988) qui propose un premier aperçu des forges de la ville et de W. Gaitzsch (1980), qui analyse les outils en fer.

Les installations (fig. 1)

  • 4 À Autun, la découverte de fragments de tuyères en céramique témoigne de l’utilisation d’un disposi (...)

5Le travail du fer met en œuvre un savoir faire complexe utilisant des installations et un outillage caractéristiques. La présence d’un foyer est obligatoire dans une forge car l’artisan a besoin de chauffer les pièces de métal, parfois à une température très élevée, afin de les travailler et de leur donner la forme et la consistance voulues. Un soufflet en cuir assurant une meilleure ventilation des charbons de bois, et permettant ainsi d’attiser le feu, est généralement associé au foyer4. À Pompéi, des foyers sont mentionnés dans les rapports de fouilles (VI 3, 10 - 11 ; VI 3, 14-15 ; I 6, 1 ou atelier de la Porta Vesuvio), mais ils ne sont jamais décrits. Cette lacune est d’autant plus regrettable qu’ils ont pour la plupart aujourd’hui disparu.

Fig. 2. Foyer surélevé et enclume figurés sur le côté de l’autel funéraire de Cornelius Atimetus. Musée du Vatican no 9277 (cliché M.-P. Amarger)
À gauche, un homme vêtu de l’exomis est assis sur un tabouret (subsellium). De sa main droite il serre un objet allongé reposant sur un socle calé entre ses jambes. Dans sa main gauche il tient au-dessus d’une enclume un autre objet non identifiable, peut être tout simplement une barre de fer. L’enclume (incus) occupe le centre de la composition et repose sur un billot (caudex). À droite, un homme debout portant également l’exomis brandit un marteau. Derrière les deux artisans on aperçoit un foyer sur table équipé d’un soufflet. Au-dessus se trouve une étagère à laquelle sont suspendus divers outils : un couteau (culter), un outil au tranchant triangulaire (sorte de spatule ?), des pinces (forceps), une serpette à tailler la vigne (falx vinaria), et un autre couteau.

  • 5 Les résultats de cette fouille ont été publiés dans les Quaderni di Studi Pompeiani (Amarger et Br (...)
  • 6 Musée du Latran. No d’inventaire XVI 33. Gummerus 1913, p. 79.

6Seule la forge située I 6, 1, dégagée en 1911 et sondée en 2004 par l’équipe du Centre J. Bérard offre des données précises5 : le foyer était aménagé au niveau du sol et se composait d’une sole entourée de murets sur trois de ses cotés (voir fig. 17). Ce type de foyer est fréquemment attesté par l’archéologie7 mais l’iconographie témoigne aussi de l’existence d’un autre type de foyer de forge appelé foyer sur table, par exemple sur l’autel funéraire de Cornelius Atimetus (fig. 2), sur un oscillum en marbre découvert dans la Villa de Diomède à Pompéi (fig. 3) ou sur une plaque funéraire de la catacombe de Domitilla6 (fig. 15). La pièce 2 de l’atelier I 6, 1 pourrait avoir accueilli un tel foyer.

  • 7 Sur les différents types de foyers de forge, voir Serneels 1998 b, p. 29. Le type le plus courant (...)
  • 8 À Autun : Chardron-Picault et Pernot 1999, p. 206, p. 208 ; à Béziers : Olive et Ugolini 1998, p.  (...)

7Mis à part le foyer, le forgeron avait également besoin d’un baquet de trempe pour y plonger le métal brûlant ou refroidir ses outils. En Égypte, les forges romaines du Mons Claudianus sont équipées soit de bassins maçonnés ou creusés dans la pierre, revêtus d’un enduit hydraulique, soit de petits baquets en pierre (Peacock et Maxfield 1997, p. 234 et 237, fig. 6.85). On retrouve des aménagements semblables à Pompéi : bassins revêtus de béton de tuileau dans l’atelier I 6, 1, auges en pierre dans les locaux VI 13,7 et VII 1, 31 (fig. 4). La cuve de la pièce A ou le dolium enterré dans l’angle sud-ouest de la pièce B en VI 3, 10-11, pourraient également avoir servi de baquets de trempe. Ces deux derniers exemples se rapprocheraient alors plutôt des structures présentes dans les ateliers gallo-romains où, plusieurs amphores décolletées, enfoncées dans le sol, sont supposées avoir joué ce rôle8.

Fig. 3. Oscillum trouvé dans la villa de Diomède à Pompéi (cliché Surintendance de Naples)

L’outillage

8En ce qui concerne l’outillage, de nombreux instruments appartenant à l’équipement de base du forgeron ont été découverts à Pompéi mais ils sont souvent conservés dans les réserves sans indication de provenance. Parmi ceux-ci se trouvent des enclumes, des marteaux et des tenailles.

  • 9 Des blocs de grès servant d’enclume ont, par exemple, été retrouvés à Autun : Chardron-Picault 199 (...)
  • 10 Zimmer 1982, p. 179 à 196. Les forgerons sont debout lorsqu’ils doivent fournir un effort physique (...)

9Les enclumes servent de support de frappe lors du martelage. Elles peuvent être petites et mobiles ou massives et installées à demeure (Serneels 1998b, p. 30). De même que leur taille, leur matière peut varier : elles peuvent être en pierre9, en métal (fer ou bronze) et même en bois. L’enclume est généralement installée près du foyer afin d’éviter un refroidissement trop rapide du métal avant son martelage. Pour une meilleure stabilité lors de ce dernier, elles sont soit posées ou enfoncées par terre, soit fixées sur un billot de bois placé sur le sol. Selon que l’enclume était posée au sol ou sur un billot, l’artisan travaillait accroupi, assis ou debout. À l’époque romaine, il semblerait que ces deux dernières positions soient les plus couramment adoptées comme en témoignent les scènes représentant des forgerons au travail10.

  • 11 La plupart des enclumes conservées dans les réserves de Pompéi et du Musée de Naples ne sont pas i (...)

10Les fouilles de Pompéi ont livré une vaste gamme d’enclumes, aussi bien en fer qu’en bronze : onze dans l’atelier situé au nord de la Porta Vesuvio, une en I 6, 1, une autre en I, 13, 6 et une dizaine11 dont on ignore le lieu exact de découverte. Celles-ci présentent des formes variables, adaptées au travail que doit subir le métal. Les plus massives sont en fer. Parmi celles-ci, on distingue les enclumes « tas » et les enclumes spécialisées.

11Dix enclumes « tas » sont conservées dans les réserves de Pompéi et du Musée de Naples (fig. 5 à 7). Elles sont de section rectangulaire ou carrée et de taille très variable. Ces enclumes, les plus courantes, sont fréquemment représentées sur les reliefs funéraires et sur les scènes mythologiques où apparaît l’atelier de Vulcain (fig. 8). Des enclumes spécialisées ont soit un profil en T (fig. 9 et 10), soit un profil en L renversé, soit un profil en P avec un large pied. Outre ces instruments en fer, certains ateliers, notamment celui de la Porta Vesuvio, ont livré de petites enclumes en bronze hautes de 3 à 11,7 cm. Ces enclumes servaient principalement au travail de la tôle de bronze mais peut-être aussi à celle du fer et du plomb.

Fig. 4. Baquet en pierre de l’atelier VI 13, 7 de Pompéi (cliché Marie-Pierre Amarger)

Fig. 5. Enclume « tas » conservée au Musée Archélogique National de Naples (sans no d’inventaire ; cliché Marie-Pierre Amarger)

12Le marteau est l’autre outil du forgeron. Il se compose d’un manche, le plus souvent en bois, fixé par l’intermédiaire d’un œil à une tête en fer ou en acier, et adopte différentes formes selon la nature du travail auquel il est destiné. L’utilisation de cet instrument peut être associée à d’autres (poinçon, burin, ciseau) de façon à obtenir une percussion indirecte posée. Les découvertes de Pompéi présentent un éventail des différents types de marteaux allant du marteau massif à œil centré et tables rectangulaires plus ou moins bombées (fig. 11), aux marteaux à table et à panne dans les forges, figurés sur de nombreuses peintures. Les marteaux 7188 et M6 sont entièrement en fer (aussi bien le manche que la tête).

13Mis à part l’enclume et le marteau, le forgeron a également besoin de tenailles pour saisir le fer chaud, le déplacer du foyer à l’enclume et le maintenir lors de la frappe. Celles-ci se composent de deux parties, la gueule et les bras, et sont constituées de trois éléments : un rivet, un mors (branche sur laquelle s’appuie la tête du rivet) et un contre-mors (fig. 12). Six tenailles de forgerons découvertes à Pompéi sont conservées dans les réserves du site et au Musée National de Naples.

Fig. 6. Enclumes « tas » conservées au Musée Archéologique National de Naples (sans no d’inventaire ; dessin Marie-Pierre Amarger)

Fig. 7. Enclumes « tas » conservées au Musée Archéologique National de Naples (sans no d’inventaire ; dessin Marie-Pierre Amarger)

Fig. 8. Enclume « tas » représentée sur la peinture de la Casa delle Quadrighe (VII 2, 25) (Musée Archéologique National, Naples. Cliché J.-P. Brun)

14Outre l’apport typologique non négligeable, l’étude de ces différents outils dans leur contexte de découverte permet de cerner la qualité de la production, le niveau technique, et surtout le degré de spécialisation de l’atelier dans lequel ils ont été découverts. Dans un site comme Pompéi, cette étude peut fournir de précieux renseignements sur les rapports entre les aménagements, les types d’outils utilisés, et les produits fabriqués.

Les produits et les déchets

15Au cœur de la forge, l’artisan travaille, transforme, recycle le fer, alimentant ainsi en objets la vie quotidienne des anciens : clous de sandale, cerclages de roue de char, outils de toutes sortes, armes, serrures, pièces de harnachement, quincaillerie… Plusieurs reliefs, dont celui d’Ostie, témoignent du large éventail des instruments pouvant être mis en forme par le faber ferrarius (fig. 13-14). Ces produits, ainsi que les déchets générés par leur fabrication, constituent une précieuse source d’information sur le savoir faire des forgerons antiques.

Fig. 9. Enclumes conservées au Musée Archéologique National de Naples (dessin M.-P. Amarger)

Fig. 10. Enclumes conservées au Musée Archéologique National de Naples (dessin M.-P. Amarger)

Les produits

  • 12 Tous ces différents traitements ainsi que leurs conséquences sur le métal sont expliqués dans diff (...)
  • 13 « La brasure consiste à assembler deux pièces au moyen d’un métal à bas point de fusion comme l’ét (...)

16La boutique I 6, 12 de Pompéi, a livré toute une gamme d’objets en fer. Plus de 200 outils et instruments en métal y ont été découverts dont 188 en fer, parmi lesquels des fragments de scies, des cisailles, plus de 30 faucilles et plus de 25 serpettes de vendangeurs. Pour obtenir un objet fini fonctionnel, l’artisan doit maîtriser plusieurs techniques lui permettant de modifier les propriétés physiques et chimiques du fer. Il utilise différents traitements afin de donner au métal les qualités voulues : traitement mécanique comme le martelage, traitements thermiques comme la trempe ou le recuit, traitement thermochimique comme la cémentation12. Le martelage augmente la dureté du métal tandis que le chauffage accroît sa malléabilité ; la trempe (refroidissement rapide du métal par immersion dans un liquide) entraîne une hausse de sa dureté accompagnée d’une baisse de sa souplesse ; la cémentation (l’incorporation de carbone en posant la pièce de fer dans le charbon à haute température) permet de durcir superficiellement le métal, opération essentielle pour affiler le tranchant d’une lame. Lorsqu’il s’agit d’assembler deux pièces de métal distinctes, le forgeron peut avoir recourt à la brasure ou à la soudure, délicate lorsque les métaux à réunir sont de natures différentes (par exemple du fer et de l’acier)13. Enfin, une fois l’objet terminé, l’artisan procède parfois à certaines finitions comme le polissage ou la ciselure.

  • 14 La trempe à l’eau est aussi évoquée par Ovide, Les Métamorphoses, XII, 276 : « (…) le sang qui cou (...)
  • 15 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXIV, 149. Jaubert, 1783, p. 269, 271, 276.

17L’ouvrage de Pline montre que les Anciens connaissaient différents types de minerais de fer et savaient tirer parti de leurs qualités et de leur défauts : « les variétés de fer sont nombreuses. Cette diversité tient d’abord à la nature du sol ou du climat ; certaines terres ne fournissent qu’un fer mou et approchant du plomb ; d’autres un fer cassant et cuivreux, qu’on doit bien se garder d’employer à fabriquer des roues et des clous ; la première espèce est propre à ces usages. Une autre variété ne convient que pour de menus objets, par exemple pour des clous de chaussures militaires ; une autre est plus sujette à la rouille » (H. N. XXXIV, 143). En effet, il est connu que certains éléments associés au fer peuvent considérablement modifier ses propriétés : le soufre le rend cassant, le manganèse permet de fixer le carbone (et donc d’obtenir de l’acier), le phosphore en faible quantité favorise la soudabilité. Pline mentionne également certains traitements mécaniques et thermiques utilisés couramment par les forgerons, comme le travail à chaud par martelage ou encore la trempe. L’auteur fait ainsi allusion à la température correspondant aux conditions optimales de travail du fer, température que le forgeron évaluait à la couleur du métal : « le fer, soumis à l’action du feu, se corrompt, si on ne le durcit au marteau. Quand il est rouge, il ne se prête pas à être forgé ; il faut attendre qu’il commence à passer au blanc. » (H. N. XXXIV, 149). Concernant l’usage de la trempe, il mentionne celle à l’eau14 et celle à l’huile, et donne un aperçu de leur conséquence : « On a l’habitude d’éteindre dans de l’huile les outils en fer d’assez petite taille, pour éviter que l’action de l’eau ne les rende durs et cassants » (H. N. XXXIV, 146). La trempe à l’huile entraîne une dureté moindre que la trempe à l’eau, qui, mal contrôlée, peut considérablement fragiliser le métal (Fluzin 2004, p. 131). Pline rapporte également l’emploi d’alun dont l’utilisation pour le travail des métaux est attestée au XVIIIe siècle dans le Dictionnaire raisonné universel des arts et métiers15. Enfin, il indique l’aptitude des minerais du Norique à fournir de l’acier et fait allusion aux procédés de fabrication mis en œuvre à Sulmona pour en produire (H. N. XXXIV, 145).

Fig. 11. Marteaux conservés au Musée Archéologique National de Naples (dessin M.-P. Amarger)

Fig. 12. Pinces conservées au Musée Archéologique National de Naples (dessin M.-P. Amarger)

18L’apport des textes antiques est cependant relativement limité car ceux-ci se bornent le plus souvent à des remarques d’ordre général. Lorsqu’il s’agit de l’étude d’un lot d’objets, comme à Pompéi, seules les analyses archéométriques sont en mesure de révéler les véritables compétences techniques des forgerons (Fluzin 2004). L’observation d’un échantillon à l’aide d’un microscope en lumière réfléchie permet d’examiner la structure du métal et donc de mettre en évidence les différents traitements que l’objet a subis (trempe, cémentation, soudure, brasure, martelage, réparations diverses…). L’intérêt d’une telle étude est donc évident, mais elle implique une atteinte à l’intégrité des pièces analysées.

19Le travail du forgeron ne se limite pas toujours au travail du fer. Comme le fait remarquer V. Serneels, si la réalisation de la lame en fer est le travail propre du forgeron, c’est parfois « le même artisan qui, dans le même atelier, procède à la réalisation de tout l’objet » (Serneels 1998b, p. 27). Le forgeron peut donc également s’occuper de l’assemblage des parties en fer de l’outil avec des poignées et des manches en bois, en os, en corne ou en cuir.

Matière première et déchets

20À Pompéi, la présence de déchets est rarement mentionnée car ce sont des éléments qui n’intéressaient pas les archéologues du XIXe et du début du XXe siècle. Pourtant, les chutes de matière première donnent des indications sur le mode de commercialisation du fer qui pouvait se faire sous forme de blocs partiellement épurés (loupe de fer), de barres forgées ou de lingots. De plus, elles portent quelquefois des traces d’outils et de découpe qui donnent des indices sur les instruments utilisés par le forgeron, la nature des travaux réalisés et le type d’objet fabriqué (Serneels 2004, p. 106).

  • 16 Ce sont des scories qui se forment dans le fond du foyer de forge. Elles sont constituées par dive (...)
  • 17 « Les battitures sont de fines particules d’oxydes de fer qui se détachent de la pièce métallique (...)

21Les déchets métallurgiques sont quant à eux très importants pour la compréhension du fonctionnement de la forge. Ils autorisent une estimation de la quantité de matière première traitée dans l’atelier et ils reflètent les différentes techniques mises en œuvre par l’artisan. Ainsi, certains types de déchets, comme les scories en calotte, peuvent par leur volume, leur aspect, leur structure interne et leur composition refléter « les activités pratiquées et les matières premières utilisées »16. Les concentrations de battitures désignent l’emplacement de l’enclume17. Elles contribuent en outre à imprégner de fer le sol. Dans le cas de forges pompéiennes dont l’identification est incertaine (VI, 3, 10-11) ou demande à être confortée, ce dernier phénomène pourrait s’avérer déterminant.

Fig. 13. Plaque funéraire de la tombe 29 de l’isola Sacra à Ostie représentant l’étal d’un forgeron ; IIe siècle après J.-C. (cliché Surintendance d’Ostie)
Un homme vêtu d’une longue tunique et chaussé de sandales se tient devant un établi et semble affuter un outil, peut être la tête d’une houe.
Le reste du relief est occupé par la représentation de divers outils : une faucille, un couteau de cordonnier, un couteau de boucher, un hachoir, une serpette de vigneron, une pince, une enclume, une hache, une pioche, des houes, un fer de rabot, un foret, etc.

Fig. 14. Échoppe de vendeur d’outils ; autel funéraire de Cornelius Atimetus. Musée du Vatican no 9277 (cliché M.-P. Amarger)
À gauche de la composition se tient le client, vêtu d’une toge, tandis qu’à droite le vendeur porte une tunique simple sans ceinture. Entre les deux hommes se trouve une commode avec un tiroir surmontée d’un présentoir à trois compartiments où sont exposés des objets : le compartiment supérieur abrite des faucilles et des serpes, le compartiment central des couteaux ainsi que deux instruments en forme de spatule servant à étaler la cire sur les tablettes d’écriture ; le compartiment inférieur accueille des étuis avec des poinçons pour écrire (ou des peignes à carder la laine ?).

22L’étude des forges à Pompéi soulève des problèmes de localisation ou d’interprétation. Une fois écartées les identifications peu crédibles grâce à une analyse des différentes données et une observation attentive des vestiges, il apparaît qu’au moins cinq locaux ont vraisemblablement abrité l’atelier d’un forgeron : l’atelier de la Porta Vesuvio, l’atelier VII 1, 31, un des ateliers de l’insula 3 de la région VI, l’atelier VI 13, 7, et l’atelier I 6, 1 dont la reprise des fouilles a mis en évidence les structures de production et a clarifié les diverses phases d’occupation et d’utilisation du local.

23Ces forges, ainsi que la vaste gamme d’outils de forgeron et de produits manufacturés en fer conservée dans les réserves de Pompéi et du Musée de Naples, contribuent, par leur nombre et leur diversité, à une meilleure connaissance des techniques antiques : elles nous renseignent sur les différents types d’aménagements liés au travail du fer (foyer, bassin de trempe…), sur la variété de l’outillage de l’artisan et sur son savoir faire.

Fig. 15. Atelier de forgeron. Plaque funéraire des catacombes de Domitilla. IVe siècle après J.-C. (Musée du Vatican 28599) (cliché M.-P. Amarger)
À gauche, un artisan active le soufflet d’un foyer sur table. À droite le forgeron martèle le fer chaud qu’il maintient sur l’enclume à l’aide de tenailles. L’enclume quadrangulaire, qui s’évase légèrement vers le haut, repose sur un billot.

24Leur étude autorise un certain nombre de constatations sur la place et la fonction des ateliers dans la ville ainsi que sur leur rôle dans l’économie locale. La plupart des forges sont situées le long des axes principaux de circulation de la ville (Via Consolare, Via della Fortuna, Via Stabiana, Via et à entretenir l’outillage et les ustensiles métalliques du voisinage. À ces petits ateliers intramuros, placés au contact direct de la clientèle, s’oppose celui situé au nord de la Porta Vesuvio, hors de l’enceinte de la ville. Ce dernier, de taille plus importante, employait probablement une main-d’œuvre servile et produisait de plus grandes quantités d’objets. Comme en témoigne l’absence de forges dans les villae suburbaines, ces ateliers

Bibliographie

Bibliographie

Amarger & Brun 2007 : Amarger (M.-P.), Brun (J.-P.), La forge de l’insula I 6,1 de Pompéi, Quaderni di Studi Pompeiani I, 2007, p. 147-168.

Cauvet 1993 : Cauvet (B.), Domergue (C.), Lavielle (E.), Pailler (J.-M), Sablayrolles (R.), Sillières (P.), Tollon (F.), Un centre sidérurgique romain de la Montagne Noire, Le domaine des Forges (Les Martys, Aude), Paris, 1993.

Chardron-Picault & Pernot 1999 : Chardron-Picault (P.), Pernot (M.) (dir.), Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun, DAF 76, Paris, 1999.

Colloque de Poitiers, 28-30 septembre 1995, Montagnac, 1998.

Coralini 2001 : Coralini (A.), Hercules domesticus. Immagini di Ercole nelle case della regione vesuviana (I secolo a. C.-79 d. C.). Napoli, Electa, 2001.

Della Corte 1913 : Della Corte (M.), Continuazione dello scavo sulla via dell’Abbondanza, NSA, 1913, p. 450-451 et p. 476-478.

Domergue 1991 : Domergue (C.), Récentes découvertes aux Martys (Aude, France) : des fours de réduction du fer du 1er siècle avant J.-C., Materialy Archeologiczne XXVI, 1991, p. 107-114.

Dunikowski 1998 : Dunikowski (C.), Leroy (M.), Merluzzo (A.), Ploquin (A.), Des déchets paléométallurgiques, quels indices pour une forge ?, in : Nicoloni (G.), Dieudonné-Glad (N.) (dir.), Les métaux antiques : travail et conservation (Actes du colloque de Poitiers, 28-30 septembre 1995), Montagnac, 1998, p. 145-152.

Fiorelli 1875 : Fiorelli (G.), La Descrizione di Pompei, Naples, 1875.

Fluzin 2000 : Fluzin (Ph.), Ploquin (A.), Serneels (V.), Archéométrie des déchets de production sidérurgique : moyens et méthodes d’identification des différents éléments de la chaîne opératoire directe, Gallia 57, 2000, p. 101-121.

Fluzin 2004 : Fluzin (Ph.), Ploquin (A.), Dabosi (F.), Approches métallurgiques et archéométriques, in : Mangin (M.) (dir.), Le fer. Paris, 2004, p. 113-173.

Gaitzsch 1980 : Gaitsch (W.), Eiserne römische Werkzeuge, BAR International Series 78 (I et II), Oxford, 1980.

Gaitzsch 1983 : Gaitsch (W.), Werkzeug und Handwerk in Pompeji, AW, 14 no 3, 1983, p. 3-11.

Ginouvez 1998 : Ginouvez (O.), Vidal (L.), La forge antique de St-Jean d’Aureilhan à Béziers, in : Feugère (M.), Serneels (V.) (dir.), Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord-occidentale. Montagnac, 1998, p. 150-152.

Gralfs 1988 : Gralfs (B.), Metallverarbeitende Produktionstätten in Pompeji, BAR International Series 433, Oxford, 1988.

Gummerus 1913 : Gummerus (H.), Darstellungen aus dem Handwerk auf römischen Grab-und Votivsteinen, Jahrbuch des Kaiserlich Deutschen Archäologischen Instituts 28, 1913, p. 63-126.

Jaubert 1783 : Jaubert (P.), Dictionnaire raisonné universel des arts et métiers, contenant l’histoire, la description, la police des fabriques et manufactures de France et des pays étrangers : ouvrage utile à tous les citoyens. Nouvelle édition, corrigée et considérablement augmentée d’après les mémoires et les procédés des artistes, I, Paris, 1783.

Lebeaupin 1998 : Lebeaupin (D.), Ateliers de forgerons et témoins dispersés du travail du fer à Lattes, in : Feugère (M.), Serneels (V.), Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord-occidentale, Montagnac, 1998, p. 80-95.

Mangin 2000 : Mangin (M.), Vie rurale et artisanat du fer dans les campagnes d’Alésia, in : Feugère (M.), Gustin (M.) (dir.), Iron, Blacksmiths and Tools. Ancient European Crafts, Acts of the Instrumentum Conference at Podsreda (Slovenia) in April 1999, Montagnac, 2000, p. 7-13.

Olive & Ugolini 1998 : Olive (Chr.), Ugolini (D.), Le travail du fer à Bézier pendant l’Âge du fer, in : Feugère (M.), Serneels (V.), Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord-occidentale, Montagnac, 1998, p. 77-79.

Peacock & Maxfield 1997 : Peacock (D. P. S.), Maxfield (V. A.), Survey and excavation, Mons Claudianus 1987-1993, volume I, topography and quarries, Le Caire, 1997.

Peacock 2001 : Peacock (D. P. S.), Maxfield (V. A), Survey and excavation, Mons

Polfer 2000 : Polfer (M.), Eisenproduktion und Eisenverarbeitung in Nordgallien und dem Rheinland während der römischen Kaiserzeit, in : Feugère (M.), Gustin (M.) (dir.), Iron, Blacksmiths and Tools. Ancient European Crafts. Acts of the Instrumentum Conférence at Podsreda (Slovenia) in April 1999, Montagnac, 2000, p. 67-89

Raynaud 1998 : Raynaud (Cl.), L’activité métallurgique à Lunel Viel (Hérault) du Ier au XIe siècle, in : Feugère (M.), Serneels (V.), Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord-occidentale, Montagnac, 1998, p. 155-165.

Serneels 1998 a : Serneels (V.), Les ateliers métallurgiques d’Autun-Lycée Militaire, in : Nicoloni (G.), Dieudonné-Glad (N.) (dir.), Les métaux antiques : travail et conservation (Actes du colloque de Poitiers, 28-30 septembre 1995), Montagnac, 1998. p. 23-27.

Serneels 1998 b : Serneels (V.), La chaîne opératoire de la sidérurgie ancienne, in : Feugère (M.), Serneels (V.), Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord-occidentale, Montagnac, 1998, p. 7-44.

Serneels 2004 : Serneels (V.), Merluzzo (A.), Leroy (M.), Les activités de la forge : le travail du métal, in : Mangin (M.) (dir.), Le fer. Paris, 2004, p. 81-112.

Simon 1997 : Simon (E.), Bauchhenss (G.), Vulcanus, in : LIMC.

Zimmer 1982 : Zimmer (G.), Römische Berufsdarstellungen, Berlin, 1982, p. 37-40 ; p. 179-196.

Annexes

Appendice : la forge I 6, 1 de Pompéi

Marie-Pierre Amarger et Jean-Pierre Brun

La forge I 6, 1 de Pompéi a été publiée dans les Quaderni di Studi Pompeiani en 2007. Il nous paraît utile de donner ici un résumé de ces recherches ainsi qu’une partie des planches. En effet lors de cette publication, les planches ont été réduites à une échelle trop petite pour être valablement utilisées.

Situé à l’angle nord-est de l’îlot 6, la forge ouvre sur la Via dell’Abbondanza, en façade de la Maison du Cryptoportique (fig. 1). Dégagé en 1913, elle a fait l’objet d’un rapport de M. Della Corte accompagné d’un plan sommaire publié dans les Notizie degli scavi di antichità en 1913.

En 1988, B. Gralfs fut le premier à émettre l’hypothèse qu’il s’agissait d’un atelier de forgeron, se fondant sur la conjonction des outils en fer, notamment de l’enclume, et des aménagements bâtis18. En avril 2004, un nettoyage et des sondages ont été effectués dans les pièces 1 et 219 (fig. 2).

Fig. 16. Vue aérienne de la forge et I 6, 1 de Pompei (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)

La pièce 1, située dans l’angle nord-est de l’îlot 6, possède une surface d’environ 18 m2 et ouvre sur la Via dell’Abbondanza par un seuil en basalte. La pièce est délimitée par les murs M15, M14, M9, M6, M7, M8 et M4. Le mur M6, en opus incertum constitué de moellons en tuf et de quelques moellons en basalte, conserve des traces d’enduit dans les parties basses. Un petit laraire rectangulaire (54 cm de haut, 40 cm de large, 20 cm de profondeur) est aménagé dans ce mur. Recouvert d’un enduit blanc, il est décoré d’une guirlande sous laquelle se trouve une corne à boire encadrée de deux thyrses. Les murs M14, M15, M4 et M9 b sont en opus latericium. Le mur M15, conservé sur une hauteur de 5,50 m, était à l’origine percé d’une porte (M20) ultérieurement bouchée. Un pilier d’adduction d’eau, construit en blocs de tuf volcanique est accolé à ce mur à l’extérieur. Le mur M7 est bâti en opus reticulatum et en moellons de tuf rectangulaires pour la partie constituant le pied droit de la porte donnant accès à la pièce 3. Le mur M8 est constitué de grands blocs de tuf calcaire.

À l’intérieur de la pièce, après nettoyage, sont visibles trois bassins, un foyer, un escalier.

Les murets M16 et M17, arasés, délimitent deux bassins (B1 et B2) appuyés contre le mur M15 (fig. 3). Le bassin B1 mesure 0,98 m de long et 0,74 m de large et B2 1,10 X 0,70 m. Le troisième bassin B3 s’appuie sur les murs M6 et M7 (fig. 4). Il est de forme trapézoïdale et son fond est en mortier de tuileau. Le foyer F1 est aujourd’hui en grande partie détruit. Les murs qui l’entouraient ne sont observables que sous forme de négatifs. Le dernier sol (US 10), en mortier de tuileau, repose sur un remblai de terre, de chaux et de fragments d’enduits et de mortier. Il a succédé à un sol (US 16) en terre battue, reposant sur un remblai (US 12) qui a livré un abondant matériel comprenant des monnaies frappées par Tibère et par Caligula associées à un mobilier typique du milieu du Ier siècle. Ce sol est lui-même postérieur à un pavement en mortier (US 19) associé aux murs M6 et M9a.

Fig. 17. Plan de la forge I 6, 1 de Pompéi (plan J.-P. Brun)

Fig. 18. Deux bassins de trempe arasés, situés sous l’escalier de bois (cliché J.-P. Brun/CNRS-CJB)

L’observation des structures bâties et les résultats des sondages stratigraphiques permet de restituer la séquence chronologique suivante. Une phase 1 est matérialisée par un sol en béton (US 19) reposant sur un remblai (US 20). Ce sol qui s’appuie contre les murs M6 et M9a en opus incertum correspond au premier état de construction qui ait été atteint. Les murs M3, M1 et M2 en opus incertum appartiennent, comme le mur M6, à la première phase d’occupation du local.

Lors de la phase suivante (2A), de nombreux murs, détruits ou abîmés, ont été reconstruits en opus latericium (M4, M14, M15). Le sondage réalisé dans l’angle nord-ouest de la pièce 1 a révélé que les restes du mur M9a servent d’assise à la construction du mur M9 b en opus latericium. La pièce est remblayée (US 11) et le sol, rehaussé, est recouvert d’une couche de mortier (US 10) supportant les trois bassins (US 08, US 18, US 17) et le foyer (US 22). Le mobilier trouvé dans les remblais, peu abondant, est pour l’essentiel résiduel du Ier siècle avant J.-C. ; on note cependant la présence de mon naies de Tibère et de Caligula et de bols en paroi fine Marabini 47 et 50 datables de la première moitié du Ier siècle après J.-C. Par ailleurs, le mode de construction des murs en briques remplaçant des murs plus anciens probablement écroulés, la présence de nombreux enduits provenant de démolition dans l’US 11 sont des indices en faveur d’une datation après le tremblement de terre de 62 ou 63 après J.-C.

Fig. 19. Foyer de forge et bassin de trempe arasé (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)

Cette phase correspond à la mise en place et au fonctionnement de la forge. Le forgeron semble avoir travaillé principalement dans la pièce 1.

Fig. 20. Relevé du mur est de la forge I 6, 1 de Pompei (dessin J.-P. Brun)

Cette dernière ouvrait au nord sur la Via dell’Abbondanza par l’intermédiaire d’un large seuil de boutique en basalte, tandis qu’une porte plus étroite, ménagée dans le mur est (M3), donnait accès à la ruelle adjacente. Dans la partie ouest de l’atelier se trouvaient regroupés un bassin de trempe (B3) et le foyer de forge. La mise au jour de quelques battitures lamellaires à l’est du foyer laisse supposer la présence d’une enclume à cet emplacement. La quantité de battitures découvertes a été relativement faible pour deux raisons. D’une part la nature du sol de l’atelier (béton de tuileau), contrairement à un sol en terre battue, offre peu de prises aux micro-déchets. D’autre part, le sol était dégradé à cause de l’ancienneté des fouilles et de l’usure du sol due au passage des nombreux visiteurs dans ce secteur très visité de la ville antique.

Fig. 21. Compartiments de la pièce 2 (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)

Fig. 22. Évolution de l’atelier de forgeron I 6, 1 (plan J.-P. Brun / CNRS-CJB)

À l’est de la pièce étaient aménagés les deux autres bassins, pouvant servir à la trempe ou au refroidissement des outils. Dans la pièce 2, trois compartiments sont accolés aux murs M1, M3 et M4. Lors de la phase 2B, ces compartiments C4, C5 et C6 sont remblayés avec de la terre et des éléments de destruction dont de nombreux blocs de pierre appartenant probablement au tronçon démoli de M5 (US 02). Le compartiment C6 est comblé avec une terre cendreuse très riche en céramique (US 09). Cette couche de remblai a servi d’assise au lit de tuiles (US 05) du foyer F2 qui a livré de la vaisselle commune et culinaire ainsi que de nombreuses lampes à huile.

Le conduit constitué d’amphores ménagé dans M11, vraisemblablement destiné à évacuer de la fumée, suggère la mise en place d’un second foyer au-dessus du comblement du compartiment C4. De ce foyer, il ne reste aucune trace ; il est donc difficile de déterminer s’il répondait à un besoin domestique ou artisanal. Dans le premier cas, on peut s’interroger sur la nécessité d’un deuxième foyer domestique. Dans le second, on peut imaginer qu’il s’agissait d’un foyer sur table comme celui du relief de L. Cornelius Atimetus ou celui de la plaque funéraire de la catacombe de Domitilla.

L’importance du conduit de fumée et la découverte de battitures à proximité du foyer F2 constituent des arguments en faveur de cette hypothèse. L’existence de deux foyers de forge (un dans la pièce 1, l’autre dans la pièce 2) indique peut-être deux fonctions différentes, voire complémentaires : ils auraient pu être utilisés, soit pour des phases distinctes de la réalisation d’un objet, soit pour des types de production différents.

La phase 2C correspond à l’abandon du foyer F2. Celui-ci a eu lieu avant l’éruption du Vésuve car la couche de cendres 04 est recouverte d’un remblai (US 06) qui ne contient pas de lapilli. Le fait que ce foyer ne soit plus en fonction laisse penser que le local n’était plus utilisé. Ceci expliquerait que l’enclume et la plupart des objets aient été retrouvés dans une armoire comme le signale M. Della Corte en 1913. Le fait que les outils du forgeron soient encore présents dans l’atelier alors que les aménagements nécessaires à la forge sont arasés suggère que l’abandon de l’atelier a eu lieu relativement peu de temps avant l’éruption du Vésuve (quelques mois ?) et que les lieux étaient provisoirement délaissés lors de cet événement.

Ce type de bassin maçonné est attesté dans une forge de l’époque de Domitien-Antonin dans la carrière impériale de granit de Kainé Latomia à Umm Balad, dans le désert oriental d’Égypte.

Fig. 23. Enclume de la forge I 6 (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)

Fig. 24. Urne en cuivre (cliché Chr. Durand / CNRS-Centre C. Jullian)

Fig. 25. Lampes trouvées dans la forge I 6 (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)

Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 1 en 1913

Fig. 26. Mobilier trouvé dans les sondages effectués en 2004 (dessin Marie-Pierre Amarger)

Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 1 lors des sondages effectués en 2004

Fig. 27. Mobilier céramique trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)

Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 2, US 2 lors des sondages effectués en 2004

Fig. 28. Mobilier céramique trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)

Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 2, US 7 lors des sondages effectués en 2004

Fig. 29. Mobilier céramique et métallique trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)

Tableau des lampes trouvés dans la pièce 2, US 7 lors des sondages effectués en 2004

Fig. 30. Mobilier en os et en métal trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)

Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 2, US 9 lors des sondages effectués en 2004

Fig. 31. Mobilier métallique trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)

Fig. 32. La forge de l’îlot I 6, 1 en façade de la Casa (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)

Notes

1 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXIV, 138.

2 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXIV, 151 : « En médecine, le fer ne sert pas seulement à trancher : en traçant un cercle autour des adultes ou des enfants, ou encore en faisant tourner trois fois autour d’eux un instrument pointu, on les protège contre les drogues nuisibles ; en plantant sur son seuil des clous arrachés à une tombe, on écarte les hallucinations nocturnes (…) On échauffe aussi la boisson par un fer chauffé à blanc, et on l’utilise dans nombre de maladies, notamment dans la dysenterie. »

3 Dans ce dernier cas, les locaux ont parfois été identifiés comme des forges 50, voir 100 ans après les fouilles et ces interprétations « tardives » sont parfois discutables.

4 À Autun, la découverte de fragments de tuyères en céramique témoigne de l’utilisation d’un dispositif de soufflerie. L’auteur fait toutefois remarquer que la présence de ces tuyères n’est pas indispensable pour le bon fonctionnement du système de ventilation. Celles-ci peuvent en effet être remplacées par un simple orifice circulaire aménagé dans le muret de protection du foyer : Chardron-Picault et Pernot 1999, p. 208, p. 210. Voir aussi les forges du Mons Claudianus et notamment la forge 89 (Peacock et Maxfield 1997, fig. 6.72).

5 Les résultats de cette fouille ont été publiés dans les Quaderni di Studi Pompeiani (Amarger et Brun 2007).

6 Musée du Latran. No d’inventaire XVI 33. Gummerus 1913, p. 79.

7 Sur les différents types de foyers de forge, voir Serneels 1998 b, p. 29. Le type le plus courant de foyer de forge est celui posé sur le sol ou creusé dans celui-ci. Ce foyer peut être encadré ou non de murets de protection. On trouve des exemples de foyers de forges avec murets de protection en Égypte, dans les carrières romaines d’Umm Balad et du Mons Claudianus et peut être aussi en Gaule à Autun (Chardron-Picault et Pernot 1999, p. 208).

8 À Autun : Chardron-Picault et Pernot 1999, p. 206, p. 208 ; à Béziers : Olive et Ugolini 1998, p. 77 ; à Lunel-Viel : Raynaud 1998, p. 159.

9 Des blocs de grès servant d’enclume ont, par exemple, été retrouvés à Autun : Chardron-Picault 1999 p. 203.

10 Zimmer 1982, p. 179 à 196. Les forgerons sont debout lorsqu’ils doivent fournir un effort physique particulièrement important. Pour la réalisation de petits travaux ils sont plutôt assis.

11 La plupart des enclumes conservées dans les réserves de Pompéi et du Musée de Naples ne sont pas inventoriées. J’ai dénombré onze enclumes sans numéro d’inventaire. W. Gaitzsch en cite plusieurs (1980, p. 341-342) mais toutes ne sont ni dessinées ni photographiées, ce qui rend parfois difficile leur identification.

12 Tous ces différents traitements ainsi que leurs conséquences sur le métal sont expliqués dans différents articles de V. Serneels (1998a, p. 24-26 ; 2004, p. 84-86).

13 « La brasure consiste à assembler deux pièces au moyen d’un métal à bas point de fusion comme l’étain » (Serneels 1998b, p. 24). La soudure consiste à réunir deux pièces métalliques. Après avoir été chauffées à la bonne température, elles sont assemblées à l’aide de quelques coups de marteau. V. Serneels (1998b, p. 24) fait remarquer que « le procédé est simple mais demande une certaine habileté. La soudure est facilitée lorsque les surfaces en contact sont planes et propres. D’autre part, les températures de soudure varient en fonction de la nature de l’alliage. Lorsque l’on cherche à réunir des matériaux différents l’un de l’autre, l’intervalle de températures commun peut être très étroit. ». Sur les difficultés de la soudure fer/acier, voir aussi Fluzin 2004, p. 167.

14 La trempe à l’eau est aussi évoquée par Ovide, Les Métamorphoses, XII, 276 : « (…) le sang qui coule de la blessure produit en se consumant un sifflement terrible comme le fer rougi au feu, lorsque l’ouvrier l’ayant retiré avec ses pinces recourbées, le plonge dans un seau ; ainsi le métal, aussitôt trempé, frémit et siffle dans l’eau qui s’attiédit. » et par Lucrèce, De la nature, VI, 967-968 : « L’eau de son côté, durcit le fer qui sort de la fournaise ; mais elle amollit le cuir et les chairs durcis par la chaleur. »

15 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXIV, 149. Jaubert, 1783, p. 269, 271, 276.

16 Ce sont des scories qui se forment dans le fond du foyer de forge. Elles sont constituées par divers matériaux tombés accidentellement dans le foyer lors de l’élaboration de l’objet. Voir Serneels 1998 b, p. 32-33.

17 « Les battitures sont de fines particules d’oxydes de fer qui se détachent de la pièce métallique au cours du martelage à chaud ».

18 Un marteau a également été découvert dans cet atelier. Il a été qualifié de marteau de maçon par les fouilleurs de 1913 mais W. Gaitzsch fait remarquer dans son ouvrage sur les outils en fer que les marteaux de maçon et de forgeron sont souvent similaires (Gaitzsch 1980, p. 88-89). Sur les aménagements : Gralfs 1988, p. 79-81.

19 Merci à Priscilla Munzi, Isabelle Prieto et Caterina Gargiulo pour leur aide irremplaçable dans la réalisation de ces sondages. Un grand merci aussi à Gaël Brkojewitsch qui s’est chargé du traitement du matériel archéologique.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Implantation des ateliers de forgerons dans Pompéi (dessin Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Fig. 2. Foyer surélevé et enclume figurés sur le côté de l’autel funéraire de Cornelius Atimetus. Musée du Vatican no 9277 (cliché M.-P. Amarger)À gauche, un homme vêtu de l’exomis est assis sur un tabouret (subsellium). De sa main droite il serre un objet allongé reposant sur un socle calé entre ses jambes. Dans sa main gauche il tient au-dessus d’une enclume un autre objet non identifiable, peut être tout simplement une barre de fer. L’enclume (incus) occupe le centre de la composition et repose sur un billot (caudex). À droite, un homme debout portant également l’exomis brandit un marteau. Derrière les deux artisans on aperçoit un foyer sur table équipé d’un soufflet. Au-dessus se trouve une étagère à laquelle sont suspendus divers outils : un couteau (culter), un outil au tranchant triangulaire (sorte de spatule ?), des pinces (forceps), une serpette à tailler la vigne (falx vinaria), et un autre couteau.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 3. Oscillum trouvé dans la villa de Diomède à Pompéi (cliché Surintendance de Naples)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende Fig. 4. Baquet en pierre de l’atelier VI 13, 7 de Pompéi (cliché Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 5. Enclume « tas » conservée au Musée Archélogique National de Naples (sans no d’inventaire ; cliché Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Fig. 6. Enclumes « tas » conservées au Musée Archéologique National de Naples (sans no d’inventaire ; dessin Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 7. Enclumes « tas » conservées au Musée Archéologique National de Naples (sans no d’inventaire ; dessin Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 8. Enclume « tas » représentée sur la peinture de la Casa delle Quadrighe (VII 2, 25) (Musée Archéologique National, Naples. Cliché J.-P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Légende Fig. 9. Enclumes conservées au Musée Archéologique National de Naples (dessin M.-P. Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 10. Enclumes conservées au Musée Archéologique National de Naples (dessin M.-P. Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 11. Marteaux conservés au Musée Archéologique National de Naples (dessin M.-P. Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Légende Fig. 12. Pinces conservées au Musée Archéologique National de Naples (dessin M.-P. Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Fig. 13. Plaque funéraire de la tombe 29 de l’isola Sacra à Ostie représentant l’étal d’un forgeron ; IIe siècle après J.-C. (cliché Surintendance d’Ostie)Un homme vêtu d’une longue tunique et chaussé de sandales se tient devant un établi et semble affuter un outil, peut être la tête d’une houe.Le reste du relief est occupé par la représentation de divers outils : une faucille, un couteau de cordonnier, un couteau de boucher, un hachoir, une serpette de vigneron, une pince, une enclume, une hache, une pioche, des houes, un fer de rabot, un foret, etc.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Légende Fig. 14. Échoppe de vendeur d’outils ; autel funéraire de Cornelius Atimetus. Musée du Vatican no 9277 (cliché M.-P. Amarger)À gauche de la composition se tient le client, vêtu d’une toge, tandis qu’à droite le vendeur porte une tunique simple sans ceinture. Entre les deux hommes se trouve une commode avec un tiroir surmontée d’un présentoir à trois compartiments où sont exposés des objets : le compartiment supérieur abrite des faucilles et des serpes, le compartiment central des couteaux ainsi que deux instruments en forme de spatule servant à étaler la cire sur les tablettes d’écriture ; le compartiment inférieur accueille des étuis avec des poinçons pour écrire (ou des peignes à carder la laine ?).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Légende Fig. 15. Atelier de forgeron. Plaque funéraire des catacombes de Domitilla. IVe siècle après J.-C. (Musée du Vatican 28599) (cliché M.-P. Amarger)À gauche, un artisan active le soufflet d’un foyer sur table. À droite le forgeron martèle le fer chaud qu’il maintient sur l’enclume à l’aide de tenailles. L’enclume quadrangulaire, qui s’évase légèrement vers le haut, repose sur un billot.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Légende Fig. 16. Vue aérienne de la forge et I 6, 1 de Pompei (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 935k
Légende Fig. 17. Plan de la forge I 6, 1 de Pompéi (plan J.-P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 18. Deux bassins de trempe arasés, situés sous l’escalier de bois (cliché J.-P. Brun/CNRS-CJB)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Légende Fig. 19. Foyer de forge et bassin de trempe arasé (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 926k
Légende Fig. 20. Relevé du mur est de la forge I 6, 1 de Pompei (dessin J.-P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Légende Fig. 21. Compartiments de la pièce 2 (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Fig. 22. Évolution de l’atelier de forgeron I 6, 1 (plan J.-P. Brun / CNRS-CJB)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 23. Enclume de la forge I 6 (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 24. Urne en cuivre (cliché Chr. Durand / CNRS-Centre C. Jullian)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende Fig. 25. Lampes trouvées dans la forge I 6 (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 911k
Légende Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 1 en 1913
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 26. Mobilier trouvé dans les sondages effectués en 2004 (dessin Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 1 lors des sondages effectués en 2004
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 27. Mobilier céramique trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 2, US 2 lors des sondages effectués en 2004
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Légende Fig. 28. Mobilier céramique trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 2, US 7 lors des sondages effectués en 2004
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Légende Fig. 29. Mobilier céramique et métallique trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Légende Tableau des lampes trouvés dans la pièce 2, US 7 lors des sondages effectués en 2004
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Légende Fig. 30. Mobilier en os et en métal trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende Tableau du mobilier trouvé dans la pièce 2, US 9 lors des sondages effectués en 2004
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Légende Fig. 31. Mobilier métallique trouvé dans la forge en 1913 (dessin Marie-Pierre Amarger)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 32. La forge de l’îlot I 6, 1 en façade de la Casa (cliché J.-P. Brun / CNRS-CJB)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4242/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search