Version classiqueVersion mobile

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanats urbains, artisanats ruraux

L’artisanat à Mégara Hyblaea

Michel Gras et Henri Tréziny

Texte intégral

1La cité grecque de Mégara Hyblaea a une histoire singulière. Elle est en quelque manière une “jumelle” de Syracuse, qui l’a vidée de ses habitants au début du Ve siècle avant J.-C. La ville a été partiellement réoccupée à l’époque hellénistique et, depuis lors, elle est restée abandonnée. Pour les archéologues, c’est une aubaine qui permet aujourd’hui de connaître une partie significative des 60 hectares occupés dans la première phase (archaïque) et des 9 hectares occupés dans la seconde phase (hellénistique).

  • 1 Dans ce domaine, voir Technai. Techniques et sociétés en Méditerranée, édité par Jean-Pierre Brun (...)

2C’est dire si cette situation, résultat d’une histoire et des conditions de la recherche archéologique moderne, permet de poser les problèmes de l’artisanat dans une double dimension, spatiale et technique. Il y a certes beaucoup à faire pour une archéologie des techniques à Mégara Hyblaea. Notre propos est ici très préliminaire1.

  • 2 Sur ce débat : d’Agostino 1972 ; Vidal-Naquet 1979 ; Coarelli 1980 ; d’Agostino 2001.
  • 3 Mele 1968. Vernant 1966, passim et Vernant 1974, passim.
  • 4 F. Frontisi Ducroux, Dédale. Mythologie de l’artisan en Grèce ancienne, Paris, 1975.

3L’artisan dans la cité. Voilà un thème cher à l’historiographie grecque2 qui a souvent été abordé par les historiens et les anthropologues de la Grèce antique, dans la perspective des travaux d’Alfonso Mele ou de Jean-Pierre Vernant3. Il est suggestif de rappeler ici que Dédale, le mythique sculpteur athénien, passait pour avoir terminé sa vie en Sicile, chez le roi sicane Kokalos4. Et Diodore de Sicile (IV, 78, 1) lui attribuait, dans la région de Mégara Hyblaea, la construction de la Colymbetra, barrage sur le fleuve Alabon (Gras 1995, p. 152, note 23).

  • 5 En dernier lieu : Fischer Hansen 2000.

4L’archéologie peut donner sa contribution à ce débat, en particulier pour le domaine de la Grande Grèce et de la Sicile5.

L’artisanat dans la ville archaïque (fig. 1)

Catégories d’artisans

5La cité de Mégara Hyblaea comptait de nombreuses catégories d’artisans si l’on se fie aux productions artisanales qui ont été découvertes dans les fouilles. Tailleurs de pierre, puisatiers, égoutiers, bronziers, charpentiers, coroplastes, céramistes, peintres, etc. Les moules et les surcuits découverts sur le site suffiraient à prouver l’origine locale de nombreux objets (Mégara 5, p. 82-83 et p. 189, fig. 207).

  • 6 Hypothèse d’Henri Broise.

6L’artisanat du tissage devait être le domaine féminin, et les métiers à tisser pouvaient être accrochés au linteau des portes pour permettre de travailler à la lumière6 ; les nombreux pesons retrouvés portent témoignage du caractère diffus de cet artisanat domestique dans l’habitat (Mégara 5, p. 145, fig. 156).

7Certaines activités devaient être plus décentrées : ainsi celles qui avaient besoin d’un cours d’eau proche comme les fours de terres cuites retrouvés sur le plateau sud, à proximité du petit San Cusmano qui coulait juste de l’autre côté de la muraille (Mégara 5, p. 170 sq.).

  • 7 Mégara 5, p. 481-485, exposé que nous ne reprenons pas ici.
  • 8 Rappelons que l’interprétation de cette structure, dans laquelle on ne mentionne aucune scorie mét (...)

8La localisation des installations artisanales, décrites dans Mégara 57, montre tout d’abord que, dans la répartition des lots de la première cité, les espaces artisanaux avaient toute leur place et pas seulement en périphérie. L’installation des bronziers, qui date du VIIe s. avant J.-C., occupe un lot entier dans une file de lots très proche de l’agora (Mégara 5, p. 45, fig. 39)8. Nous ne savons pas si le ou les lots voisins étaient occupés par les artisans qui travaillaient dans cet atelier mais le seul fait que les fours occupent tout le fond du lot, contre la division médiane, montre que l’artisan avait son lot et donc que la place de l’artisan était centrale dans la cité. Ce sentiment se renforce encore si on note que, à côté de ces fours se trouvait un puits “inachevé” appartenant à une série dont nous avons pu montrer qu’elle révèle probablement une fonction cultuelle importante dans la première cité.

1. Atelier métallurgique archaïque 14,3
2. Fours archaïques 64,3
3. Fours archaïque et hellénistique près du tempietto B
4. Fours archaïques suburbains
5. Four hellénistique (Orsi 1922)
6 à 8. Concentrations remarquables de déchets de cuisson
9. Four d’époque romaine adossé à la tour 1 de l’enceinte archaïque (MonAL 1, 1891, col. 762)
10. Four à chaux sur l’enceinte archaïque (MonAL 1, 1891, pl. I, no 19)
11. Four à chaux du phare Cantera (Villard, Vallet 1953)
12. Édifice hellénistico-romain à colonnade centrale
13. Pressoir d’époque romaine ? (Orsi 1918)
Fig. 1. Installations artisanales de Mégara Hyblaea

9Ce positionnement de la technique dans le plan urbain se voit aussi dans les autres ateliers localisés dans la cité. L’atelier n’est jamais dans un coin du lot mais il a son propre lot.

  • 9 Vernant 1966, II, p. 9 : « Sans doute chez un petit paysan béotien du VIIe siècle le travail doit- (...)

10Cette constatation est importante si l’on se souvient des observations de Vernant9 relatives au mythe de Prométhée, au moment où, dans la Grèce hésiodique, l’activité technique n’est pas encore individualisée par rapport à l’agriculture. La fondation des poleis a sans doute marqué un saut qualitatif important de ce point de vue également. Repenser l’espace urbain c’est aussi faire à l’artisan toute sa place puisque la pratique d’un métier disqualifiait pour l’exercice du pouvoir dans la cité (Vernant 1966, II, p. 10).

  • 10 Sur la rue pomériale : Mégara 5, p. 139 (4473). Nous donnons ici une liste indicative d’espaces te (...)

11Il est pour nous plus banal de constater que, entre le VIIe et le VIe s., des espaces irréguliers se trouvant par exemple au contact de la rue pomériale ou en fin de files de lots deviennent des boutiques ou des ateliers10 (fig. 2). Nous avons encore trop peu de données sur le fonctionnement de ces espaces, mais leur existence n’est pas en doute. Il ne faudrait toutefois pas déduire de certaines situations particulières l’idée que les artisans n’avaient que des espaces résiduels et périphériques.

En orangé, atelier métallurgique 14,3 et fours de potier 64,3 ; en vert, “boutiques” (Tréziny 2008)
Fig. 2. L’agora archaïque

Céramique et terres cuites archaïques (fig. 1)

12Dès 1951, la découverte d’un four de potier de la deuxième moitié du VIe s. dans le sondage B22, non loin du petit temple appelé tempietto B, dans la partie centrale du plateau nord, permettait à Fr. Villard de poser le problème des fabrications locales de céramique (Villard, Vallet 1952-1953, p. 13-18 ; Villard 1952).

13Dans Mégara Hyblaea 2, les fouilleurs de Mégara distinguent trois grandes catégories de fabriques locales (techniques A, B, C). Ces productions paraissent anciennes puisqu’on y trouve des imitations des plus anciennes séries d’importations corinthiennes, comme les coupes de Thapsos (série “récente”, sans panneau). On a également interprété comme des productions locales des séries de cratères en technique C imitant des prototypes Géométrique récent attique ou Protoattiques (Mégara 2, p. 151-152 ; Tréziny 1979). Mais il existe également des imitations des céramiques corinthiennes à figures noires (Mégara 2, p. 172-179) et surtout, dans la deuxième moitié du VIIe s., une très belle série de vases polychromes de grande qualité (Mégara 2, p. 163-172 ; Villard 1964-1965 ; Villard 1981).

14Au VIIe s., les statuettes, peu nombreuses, sont sans doute essentiellement importées, comme le sont dans les tombes les vases plastiques à parfum. Mais à partir du milieu du VIe s., les statuettes se multiplient, à Mégara comme ailleurs, dans les dépôts votifs, dans les tombes et même dans l’habitat. Elles sont alors de fabrication essentiellement locale, comme l’ont montré les fours de coroplaste découverts en limite du plateau sud (Mégara 5, p. 170-192). Comme le four de 1951, il s’agit de petits fours circulaires (diamètre environ 1 m) avec sole rudimentaire supportée par un colonnette centrale. D’autres fours retrouvés au Sud-Est de l’agora (Mégara 1, p. 153-154, feuillet 64,3) sont de forme quadrangulaire.

  • 11 Noter toutefois un déchet de cuisson de tegula, sans doute archaïque, pris dans le fond d’une cite (...)

15Les terres cuites architecturales (tuiles, entablement, antéfixes) étaient probablement fabriquées localement, même si aucune découverte de four ne permet de le démontrer actuellement11. L’argile de ces productions (terre brun rouge avec inclusions noirâtres volcaniques) semble très proche des techniques locales (technique A de la céramique selon Mégara 2). P. Pelagatti a récemment attiré l’attention sur un type particulier d’antéfixes à tête féminine, particulièrement fréquentes à Mégara Hyblaea (Pelagatti 2006). Or les journaux de fouille signalent des fragments de moules de protomés féminines, qui pourraient être en rapport avec ces antéfixes (Tempietto B, puits no 2 = Mégara 5, p. 504, no 89).

  • 12 Fours de Métaponte (D’Andria 1980, p. 367 sqq), déchets de cuisson de Marseille (Bertucchi, Gantès (...)

16Il faut également rappeler que d’importantes séries de céramiques considérées comme importées dans Mégara 2 sont sans doute de fabrication régionale et - pourquoi pas ? - locales. Il s’agit d’abord des coupes “ioniennes” de type B2, dont nous savons aujourd’hui qu’elles étaient couramment fabriquées sur place12, mais aussi des amphores “ioniennes” (selon l’appellation de Mégara 2, ou “ionio-massaliètes”, comme on a dit ensuite, ou “grecques d’Occident”, comme on les appelle plus volontiers aujourd’hui). On n’exclura pas a priori que certaines de ces amphores aient pu être fabriquées en Sicile Orientale, et pourquoi pas à Mégara ?

Métallurgie

17On est beaucoup moins bien renseigné sur la métallurgie, pour laquelle on ne dispose guère que des fours pour la fusion des métaux retrouvés dans l’îlot 3 à l’Ouest de l’agora (Mégara 1, p. 342, 410 ; Mégara 5, p. 481-483 ; supra, “fours de bronzier”) et de traces de métallurgie du fer près du carrefour des rues C1 et D4, au Nord de l’agora (Mégara 5, p. 483).

18Les ateliers de production artisanale (céramique, métallurgie) sont donc quelquefois groupés et situés à l’extérieur de la ville (“Céramique” méridional), mais aussi dispersés dans l’espace intra-muros, et, dans les cas où on peut en juger, parfaitement intégrés au lotissement.

Espaces de stockage

19On est encore mal renseigné sur les espaces de stockage et de transformation des produits agricoles. Au début de l’époque archaïque, les denrées étaient sans doute conservées dans de grands silos (collectifs ?) creusés dans le substrat. Nous avons proposé de les rattacher à la « phase des campements », première installation des Mégariens sur le site, avant la mise en place du lotissement urbain (Mégara 5, p. 524-525). Par la suite, ces grands stockages semblent abandonnés, mais nous ne savons pas bien par quoi ils étaient remplacés. Il devait y avoir des stockages aériens, qui n’ont pas laissé de traces archéologiques, mais aussi des pithoi, que l’on n’a jamais retrouvés en place. Il faut cependant signaler une maison du VIIe s., encore inédite, fouillée en 1987 (Vallet 1988, p. 541 et fig. 16 : Mégara 5, p. 354). Cette maison, dont le matériel sera étudié prochainement, semble avoir conservé en place, dans l’une des trois pièces, un lot d’amphores et sans doute au moins un pithos. De nombreuses meules manuelles en basalte proviennent de l’habitat, mais il n’est pas possible aujourd’hui d’en donner un inventaire précis. Nous ne connaissons pas pour l’époque archaïque d’installations de pressage pour l’huile ou pour le vin, ni de véritable magasin pour le stockage.

Points rouges : puits hellénistiques ; bleus : fours hellénistiques ou romains ; roses : installations vinicoles hellénistico-romaines
Fig. 3. L’agora hellénistique et la phase romaine

L’artisanat dans la ville hellénistique et à l’époque romaine

20Il faudrait pouvoir distinguer ici ce qui relève de la ville hellénistique entre la fin du IVe et la fin du IIIe s., de l’habitat hellénistique tardif (ou romain républicain) des IIe-Ier s. av. J.-C. et de la période romaine impériale, voire tardive. L’imprécision des données de la fouille ne permet pas toujours ces distinctions, et nous proposerons un examen par catégorie, avec des fourchettes chronologiques au cas par cas. Les structures du “quartier de l’agora” seront repérées par rapport aux feuillets de l’atlas de Mégara 1 et aux dénominations de Mégara 3 ou de Mégara 5. Les numéros individuels sont ceux de l’atlas de la ville hellénistique, en cours d’élaboration.

Fig. 4. Four hellénistique 41,18, au Sud-Est de l’agora hellénistique (nég. EFR MHO 0719)

Fours pour la fabrication de céramiques

21À l’intérieur de la ville hellénistique ont été retrouvés plusieurs fours qui ont pu servir à la fabrication de céramiques, surtout au Sud de l’agora hellénistique (fig. 3). Deux fours « de forme ovale (dimension maximum : 3,50 m x 1,80 m) comportaient un pilier central pour soutenir la sole du four et leurs parois sont revêtues d’argile (fours 41,18 = fig. 4 et 41,66). Il s’agit sans doute de fours de potiers : des rebuts de fabrication de poteries communes ont d’ailleurs été trouvés aux alentours » (Vallet, Villard 1964, p. 273 ; Mégara 1, feuillet 41 ; Mégara 3, p. 38).

  • 13 Orsi, carnet 118, 1922, p. 203-206, dans l’angle Nord-Est du bois d’amandiers (secteur des temples (...)

22À l’extérieur de l’enceinte hellénistique, à proximité immédiate du tempietto B archaïque, et donc non loin du four archaïque du sondage 25 (fig. 1, 3), a été trouvé, à l’angle des rues archaïques B et E1 (sondage 71 de 1951), un autre four allongé (fig. 5) que les fouilleurs ne considèrent pas comme archaïque (Mégara 5, p. 374). Il contenait en effet des distanciateurs, sans doute du même type que ceux que P. Orsi a découverts un peu plus à l’Ouest (fig. 6) dans un autre four de forme quadrangulaire (fig. 7 et fig. 1, 5)13. Ces deux fours, s’ils sont bien hellénistiques, appartiennent sans doute à des établissements de la proche chora dont on peine à définir les contours. La présence de tombes du début du IIIe s. à proximité du four de 1951, de l’autre côté de la rue B, n’est pas obligatoirement un obstacle. Une fouille récente à proximité de la porte archaïque ouest (2006) a montré que des tombes hellénistiques pouvaient se trouver très près d’une probable ferme, à supposer bien sûr que tombe et habitats, dont la chronologie reste très lâche, soient contemporains.

Fours à chaux.

  • 14 Cavallari, Orsi 1892, pl. I et II et col. 754, no 4. Mais Orsi (col. 762) ne le décrit pas comme u (...)

23Les fours à chaux assez leur d’’fig. 1 est assurément le mentionné sur la Fours à chaux Les fours sont nombreux dans la ville hellénistique et romaine, mais date est très approximative. La plupart sont sans doute d’époque hellénistique tardive ou impériale, et servent à faire de la chaux à partir édifices démantelés de la ville hiéronienne. C’est peut-être le cas du grand four fouillé par Orsi à l angle nord-ouest du site, près de l’enceinte archaïque (fig. 1, 9), daté à l’époque impériale14. C’cas pour un autre four sur l’enceinte nord-est, pl. I de la Topografia (Orsi 1892, col. 756 et pl. I, no 28) (fig. 1, 10) Et sans doute pour un grand four retrouvé par les fouilles de l’École française au Sud des thermes hellénistiques, dans le quartier de l’agora (fig. 8), ou d’autres installations près du phare Cantera (Villard, Vallet 1953, p. 29) (fig. 1, 11).

24À l’époque hiéronienne, on pourrait s’attendre à ce que les fours à chaux, du reste peu nombreux, se soient trouvés hors de la ville hellénistique. Pourtant, deux fours de forme quadrangulaire allongée, situés dans l’îlot 19, à l’Est de la rue D1, ont été interprétés comme des fours à chaux hellénistiques (Vallet, Villard, 1964, p. 273 ; Mégara 1, feuillet 50 ; Mégara 3, p. 39, no 50, 71 et 73). Ils paraissent en effet bien intégrés dans l’urbanisme hellénistique, tandis que deux autres fours de même forme, situés un peu plus à l’Est, appartiennent peut-être à une phase plus récente (Vallet, Villard 1964, p. 273 ; Mégara 1, feuillet 50, no 50, 89 et 92) (fig. 3).

Fig. 5. Four hellénistique près du tempietto B archaïque (fig. 1, 3). En grisé, brique. Tréziny 2008 d’après relevé Surintendance 1952

25Enfin on a supposé que le four qui dessert le caldarium des thermes hellénistiques a été réutilisé secondairement comme four à chaux, mais on n’y retrouve pas les traces caractéristiques de calcination (Mégara 3, p. 55 ; Mégara 5, p. 453, fig. 431).

Métallurgie

  • 15 Mégara 3, p. 35-36 et fig. 28 ; nous ne mentionnons qu’en passant cet édifice qui est actuellement (...)

26À l’angle sud-est de l’agora hellénistique, le bâtiment 41,6, de forme carrée, est considéré par les fouilleurs comme un sanctuaire, et ce fut sans doute le cas à un moment de son histoire. Mais les structures retrouvées à l’intérieur en font aussi un bâtiment à vocation artisanale, sans doute pour le travail des métaux. Dans ce secteur a été retrouvé un moule pour balles de fronde en plomb15.

Cuves et bassins

  • 16 Sur les puits de la ville archaïque, cf. Mégara 5, p. 486-512. On compte dans le quartier de l’ago (...)

27Les cuves ou citernes de dimensions et de formes diverses sont assez nombreuses dans la ville hellénistique, mais leur date précise et leur fonction sont en général inconnues. La proximité de la nappe phréatique et l’abondance des puits font qu’il n’y a pas à Mégara Hyblaea de citernes réserves d’eau16. La plupart des bassins, cuves et citernes devaient donc avoir une fonction dans des activités artisanales ou de transformation des produits agricoles. Nous ne mentionnerons que les plus significatifs.

28À l’angle nord-est de l’agora hellénistique, une maison du IIIe s. av. J.-C. fouillée en 1967 comportait une cuve rectangulaire ; elle a été interprétée (avec prudence) comme une teinturerie (Vallet, Villard 1968 p. 357 ; archives : Journal F. Villard, 1968).

Fig. 6. Distanciateurs trouvés par Orsi dans le four de 1922. Musée Archéologique Régional Paolo Orsi, dessin P. H. Dubœuf 1996

  • 17 Volume approximatif de la cuve 1 m3, soit 10 hl.

29Un pressoir à vin en assez bon état de conservation a été retrouvé en 1955 au-dessus de l’enceinte hellénistique (Villard, Vallet 1958, p. 50-51 ; Mégara 3, p. 7-9 ; Atlas de Mégara 1, fo 6 ; no  6, 3). Comme le secteur n’a pas livré de céramiques romaines, les fouilleurs proposent de le dater à l’époque hellénistique récente, au IIe ou au Ier s. av. J.-C. Le bâtiment, de forme à peu près carrée, devait faire partie d’un établissement rural qui n’est que très partiellement fouillé. On accédait semble-t-il à la pièce par une porte au Nord ; une autre porte au Sud, donnant dans un espace (cour ?) dans lequel se trouvait un pithos, est peut-être bouchée lors de la mise en place du pressoir. Face à la porte sud se trouvent en effet deux blocs dressés espacés d’un mètre, enfoncés au tiers dans le sol, correspondant probablement à la fixation du treuil d’un pressoir à levier ancré dans une niche du mur. Cependant, le sol semble être en terre battue et la maie de pressage n’est pas conservée, non plus que le canal d’évacuation. Le bloc nord se trouve exactement au centre du bâtiment. À l’ouest, une pièce rectangulaire devait être un fouloir. Elle est entièrement revêtue d’opus signinum, grossier sur le fond, très fin sur les parois verticales et sur certaines parois horizontales. Le mur est semble en effet comporter dans l’angle nord-est une ouverture avec décrochement, dont la base est encore à une quarantaine de cm audessus du sol de la pièce ; les parties horizontales de mur en décroché sont également recouvertes d’opus signinum fin. Dans le mur ouest, à une quinzaine de cm au-dessus du sol, s’ouvre une petite niche quadrangulaire, également recouverte d’opus signinum. Vers le Nord, une canalisation permet au liquide de s’écouler, par une gargouille, dans une cuve profonde d’environ 1,50 m, de plan circulaire dans la partie supérieure, rectangulaire dans sa partie basse, avec, au fond, une cupule de décantation17 (plan et coupe, fig. 9 ; photos fig. 10 et 11).

Fig. 7. Plan et coupes du four trouvé par P. Orsi en 1922, carnet 118, p. 204 (redessiné par H. Tréziny).

Fig. 8. Four à chaux hellénistique tardif au Sud des thermes (nég. EFR MHO 1019)

  • 18 Fouille de 1954, secteur epsilon ; Atlas de Mégara 1, feuillet 20 ; Mégara 3, p. 93 et fig. 63 ; n(...)
  • 19 Cuve de Huwariya, Égypte, peut-être de la période byzantine (Ve-VIe s. ap. J.-C.) : Brun 1992b, p. (...)

30Une autre cuve a été découverte en 1954 le long de l’enceinte, mais beaucoup plus au Sud18 (fig. 12). Elle a une forme circulaire dans la partie inférieure et carrée dans la partie supérieure, appuyé à l’Est sur le parement externe du rempart hellénistique. Au Nord, une canalisation en pierre vient alimenter la cuve. Elle se termine par une tête de lion, ce qui est rare mais pas sans exemple pour une installation vinicole19. Le reste de l’installation n’a pas été fouillé, si bien qu’il est impossible de dire s’il y avait un pressoir et s’il s’agit en effet d’une cuve à vin. Les fouilleurs mettent la construction en relation avec une maison “tardive” située plus au Nord.

Fig. 9a. Plan du pressoir hellénistique 6,3 (Tréziny 2008 d’après les minutes Surintendance 1954)

Fig. 9b Coupe du pressoir hellénistique 6,3 (minute de la Surintendance 1954), éch. 1/100

Fig. 10 Le pressoir hellénistique 6,3, vue d’ensemble depuis le sud : à g., fouloir revêtu d’opus signinum ; au centre, les deux montants du treuil du pressoir (nég. EFR MHO 0696)

Fig. 11. Les montants du treuil du pressoir 6,3 vus de l’Est ; au fond, fouloir ; au fond à droite, cuve (nég EFR MHO 0701)

Édifice de stockage

  • 20 Fouilles M. Musumeci 2006, dans le cadre du programme POR Sicilia 2000-2006.

31Le seul bâtiment de stockage de quelque importance est le “bâtiment aux colonnes octogonales”, fouillé par F. S. Cavallari et P. Orsi dès 1889 (fig. 1, 12). L’édifice, qui mesure 15 m de large pour plus de 50 m de long, est scandé en son centre par 7 bases de colonnes octogonales en pierre sur des plinthes carrées. Quatre des huit faces de chaque colonne comportent un tenon de bardage non ravalé. L’édifice, que nous avons longuement discuté (Mégara 5, p. 348-352) a fait l’objet de sondages récents de la part de la Surintendance20 et il faut évidemment attendre la publication de ces fouilles pour se prononcer sur son histoire.

  • 21 Thuc. VI, 49, 4 ; 75, 1 ; 94, 1-2 : il faut en effet abandonner l’hypothèse, formulée dans le Guid (...)

32Disons simplement que l’hypothèse d’une phase archaïque du bâtiment encore envisagée dans Mégara 5 semble aujourd’hui devoir être abandonnée. Cet angle nord-ouest de la ville et de l’enceinte archaïque est probablement le lieu où a été construit en 414 av. J.-C. le “phrourion des Syracusains”21. Il a dû être occupé ensuite par une ferme hellénistique, puis par une villa rustica d’époque romaine, toutes structures appuyées et alignées sur le rempart archaïque. L’édifice, dont la base semble se situer au-dessous du niveau de circulation, devait comporter un vide sanitaire et un plancher de bois, ce qui suffit à expliquer le non ravalement des tenons de bardage. S’il existe déjà à l’époque hellénistique, il a pu servir de grenier à blé, peut-être un de ces entrepôts générés par la Lex hieronica. À l’époque impériale, il est rempli de dolia, qui pouvaient servir également à entreposer des grains, mais constituent plutôt une cella vinaria. Si c’est le cas, des installations de pressage pouvaient se situer dans les pièces au Nord, très partiellement explorées.

a) plan (minutes Surintendance 1953) et b) photo (nég. EFR MHO 0872)
Fig. 12. La cuve du pressoir (?) méridional 20,13

  • 22 Orsi, carnet 110, p. 25 (26 mars 1918) = nég. EFR MH 5013. Cf. Mégara 5, p. 344, n. 172 ; Cacciagu (...)

33Un pressoir (fig. 13) est également signalé par Orsi « in continuazione un centinajo di m. levante dell’edificio romano »22. Il le décrit comme une « piccola e profonda vasca in muratura cementizia appartenente al trappetto di una piccola azienda rustica. Ma è essa ( ?) antica ? ed in questo caso romana, o (...) piuttosto medievale ? (...) Penso quindi ad un palmentum vinario più che ad un trappetto oleario ».

  • 23 Empereur, Brun, discussions, dans Amouretti, Brun 1993, p. 529.

34Si la cupule de décantation ne nous éclaire guère sur la fonction de la cuve, la présence d’un escalier pourrait indiquer en effet plutôt une cuve à vin23 et l’existence de deux gargouilles conviendrait bien au couple fouloir/pressoir.

35Il serait tentant de mettre ce pressoir en relation avec le bâtiment aux colonnes octogonales, mais la distance mentionnée par Orsi (une centaine de mètres) paraît excessive. Il s’agirait alors d’une autre installation vinicole...

Fig. 13. Plan et coupe du pressoir fouillé par Orsi en 1918 (Tréziny 2008, d’après Orsi, carnet 110)

Bibliographie

Bibliographie

Amouretti, Brun 1993 : Amouretti (M.-C.) Brun (J.-P.), éd., La production du vin et de l’huile en Méditerranée, BCH, Suppl. XXVI, 1993.

Bertucchi, Gantès, Tréziny 1995 : Bertucchi, (G.), Gantès (L.-FR.), Tréziny (H.), Un atelier de coupes ioniennes à Marseille, in : Arcelin (P.) et al., éd., Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels, Paris-Lattes, 1995, p. 367-370 (coll. Études massaliètes, 4).

Brun 2004a : Brun (J.-P.), Archéologie du vin et de l’huile. De la préhistoire à l’époque hellénistique, Paris, 2004.

Brun 2004b : Brun (J.-P.), Archéologie du vin et de l’huile dans l’Empire romain, Paris, 2004.

Cacciaguerra 2007 : Cacciaguerra (G.), Megara Hyblaea (Augusta, SR) tra l’età tardo imperiale ed il Bassomedioevo, Archeologia medievale, 34, 227, p. 269-281.

Coarelli 1980 : Coarelli (F.), Artisti e artigiani in Grecia, Roma-Bari, 1980.

Cracolici 2003 : Cracolici (V.), I sostegni di fornace dal kerameikos di Metaponto, Bari, 2003.

D’Agostino 1972 : dAgostino (B.), La funzione dell’artigianato in Occidente greco dall’VIII al IV sec. a. C., in ; Atti del XII Convegno di studi sulla Magna Grecia, Tarente (1972), 1973, p. 207-236.

D’Agostino 2001 : dAgostino (B.), Lo statuto mitico dell’artigiano nel mondo greco, AIOn ArchStAnt, n. s. 8, 2001, p. 39-44.

D’Andria 1980 : dAndria (Fr.), Metaponto. Scavi nella zona del Kerameikos (1973), NSA, Suppl. [1980], p. 355-452.

Fariselli 1995 : Fariselli (A.), Supporti ceramici ad anello : nota preliminare, in : Tharros, 21-22= Suppl. à RSF 23, 1995, p. 53-59.

Fischer Hansen 2000 : Fischer Hansen (T.), Ergasteria in the Western Greek World, in : Polis and Politics. Studies in ancient Greek History, Copenhagen, 2000, p. 93-120.

Gras 1995 : Gras (M.), Mégara Hyblaea avant Augusta. Une fontaine dans l’Histoire, in : Alla Signorina. Mélanges offerts à Noëlle de La Blanchardière, Rome, 1995, p. 141-166.

Mégara 1 : Vallet (G.), Villard (FR.), Auberson (P.), Mégara Hyblaea 1. Le quartier de l’agora archaïque, Rome 1976.

Mégara 2 : Vallet (G.), Villard (FR.), Mégara Hyblaea 2. La céramique archaïque, Rome 1964.

Mégara 3 : Vallet (G.), Villard (FR.), Auberson (P.), Mégara Hyblaea 3. Guide des fouilles. Introduction à l’histoire d’une cité coloniale d’Occident, Rome 1983.

Mégara 5 : Gras (M.), Tréziny (H.), Broise (H.), Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque, Rome, 2004.

Mele 1968 : Mele (A.), Società e lavoro nei poemi omerici, Naples, 1968.

Pelagatti 2006 : Pelagatti (P.), Tipi inediti o rari di antefisse arcaiche tra Sicilia e Magna Grecia. Sogetti e culti, in : Deliciae Fictiles, III, Oxford, 2006, p. 433-451.

Tréziny 1979 : Tréziny (H.), Mégara Hyblaea X. Une série de cratères subgéométriques de type attique, MEFRA, 91, 1979, p. 7-44.

Tréziny 1989 : Tréziny (H.), Kaulonia 1. Sondages sur la fortification nord (1982-1985), Cahiers du Centre Jean-Bérard, XIII, Naples, 1989.

Vallet 1988 : Vallet (G.), Mégara Hyblaea, MEFR (Chronique), 1988, 1, p. 539-543.

Vallet, Villard 1964 : Vallet (G.), Villard (FR.), Mégara Hyblaea, MEFR (Chronique), 76, 1964, p. 272-278.

Vallet, Villard 1968 : Vallet (G.), Villard (FR.), Mégara Hyblaea, MEFR (Chronique), 80, 1968, p. 356-365.

Vernant 1966 : Vernant (J.-P.), Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, 1966 (éditions successives 1982 et 1985).

Vernant 1974 : Vernant (J.-P.), Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, 1974.

Villard 1964-1965 : Villard (FR.), La céramique polychrome de Mégara Hyblaea, Kokalos, 10-11, 1964-1965, p. 603-608.

Villard 1981 : Villard (FR.), La céramique polychrome du VIIe siècle en Grèce, en Italie et en Sicile et sa situation par rapport à la céramique protocorinthienne, ASAA, XLIII, 1981, p. 133-138.

Villard, Vallet 1952 : Villard (FR.), Vallet (G.), Mégara Hyblaea II. Les fouilles de 1950, MEFR, 64, 1952, p. 7-38.

Villard, Vallet 1953 : Villard (FR.), Vallet (G.), Mégara Hyblaea III. Les fouilles de 1951, MEFR, 65, 1953, p. 9-38.

Villard, Vallet 1958 : Villard (FR.), Vallet (G.), Mégara Hyblaea VI. La forteresse hellénistique, MEFR, 70, 1958, p. 39-59.

Notes

1 Dans ce domaine, voir Technai. Techniques et sociétés en Méditerranée, édité par Jean-Pierre Brun et Philippe Jockey, Paris-Aix, 2001.

2 Sur ce débat : d’Agostino 1972 ; Vidal-Naquet 1979 ; Coarelli 1980 ; d’Agostino 2001.

3 Mele 1968. Vernant 1966, passim et Vernant 1974, passim.

4 F. Frontisi Ducroux, Dédale. Mythologie de l’artisan en Grèce ancienne, Paris, 1975.

5 En dernier lieu : Fischer Hansen 2000.

6 Hypothèse d’Henri Broise.

7 Mégara 5, p. 481-485, exposé que nous ne reprenons pas ici.

8 Rappelons que l’interprétation de cette structure, dans laquelle on ne mentionne aucune scorie métallique, reste très hypothétique.

9 Vernant 1966, II, p. 9 : « Sans doute chez un petit paysan béotien du VIIe siècle le travail doit-il rester pour l’essentiel limité à l’agriculture : l’idée d’une activité et celle d’une fonction techniques ne sont pas encore bien dégagées ».

10 Sur la rue pomériale : Mégara 5, p. 139 (4473). Nous donnons ici une liste indicative d’espaces tels qu’ils ont été numérotés dans Mégara 1 (atlas) : 24,18 ; 33,13 et 42,3 ; 33,15 ; 49,2 ; 76,1 (fig. 2, en vert). L’expression “boutiques” est exceptionnellement employée dans Mégara 1, p. 114 à propos de 42,3 et 42,5. Voir aussi Mégara 5, p. 428 pour 33,13 et 33,15 et p. 438. On sait que, dans Mégara 1, les seules définitions de fonction ou d’usage pour des espaces ou des structures sont données pour les maisons, les cours, les rues, les puits, les pièces, les enclos, les silos et les banquettes.

11 Noter toutefois un déchet de cuisson de tegula, sans doute archaïque, pris dans le fond d’une citerne hellénistique appuyée sur l’enceinte archaïque méridionale : Mégara 5, p. 170.

12 Fours de Métaponte (D’Andria 1980, p. 367 sqq), déchets de cuisson de Marseille (Bertucchi, Gantès, Tréziny 1995), fabriques régionales identifiées en Calabre, en Sicile, en Campanie (Tréziny 1989, p. 47-53, avec références).

13 Orsi, carnet 118, 1922, p. 203-206, dans l’angle Nord-Est du bois d’amandiers (secteur des temples) ; Mégara 5, p. 345, n. 177. Le matériel, au musée de Syracuse, a été dessiné par P. H. Dubœuf (CNRS). Sur ce type de distanciateurs, voir aujourd’hui Cracolici 2003 (Métaponte) ; Fariselli 1995 (Tharros).

14 Cavallari, Orsi 1892, pl. I et II et col. 754, no 4. Mais Orsi (col. 762) ne le décrit pas comme un four à chaux. Ce pourrait être donc être un four à productions céramiques lié à la ferme romaine dont dépendait le bâtiment aux colonnes (infra).

15 Mégara 3, p. 35-36 et fig. 28 ; nous ne mentionnons qu’en passant cet édifice qui est actuellement en cours d’étude.

16 Sur les puits de la ville archaïque, cf. Mégara 5, p. 486-512. On compte dans le quartier de l’agora 44 puits archaïques, 54 puits non fouillés présumés archaïques, mais dont certains pourraient être aussi bien hellénistiques, et 14 “puits inachevés” qui ne nous intéressent pas ici. On compte 68 puits “hellénistiques” ou présumés tels (fig. 3, points rouges). Il faut rappeler que chaque maison de Mégara archaïque (surface moyenne des lots 120 m2) avait - ou devait avoir - son puits. Comme les maisons hellénistiques sont certainement plus grandes, il devait y avoir proportionnellement moins de puits dans la ville hellénistique, et moins encore dans les plus grands établissements (domus ou villae) d’époque romaine. Les 68 puits recensés, même s’ils n’ont pas tous fonctionné ensemble, confirment donc que, à l’époque hellénistique aussi, l’approvisionnement en eau se faisait essentiellement, sinon exclusivement, par puisage.

17 Volume approximatif de la cuve 1 m3, soit 10 hl.

18 Fouille de 1954, secteur epsilon ; Atlas de Mégara 1, feuillet 20 ; Mégara 3, p. 93 et fig. 63 ; no  20,13.

19 Cuve de Huwariya, Égypte, peut-être de la période byzantine (Ve-VIe s. ap. J.-C.) : Brun 1992b, p. 153-154.

20 Fouilles M. Musumeci 2006, dans le cadre du programme POR Sicilia 2000-2006.

21 Thuc. VI, 49, 4 ; 75, 1 ; 94, 1-2 : il faut en effet abandonner l’hypothèse, formulée dans le Guide (Mégara 3, p. 95-96), selon laquelle il faudrait rapporter au phrourion des Syracusains les deux tours circulaires retrouvées en 1977 en arrière de la porte hellénistique ; ces tours appartiennent à une première phase de l’enceinte hellénistique, autour de 300 av. J.-C.

22 Orsi, carnet 110, p. 25 (26 mars 1918) = nég. EFR MH 5013. Cf. Mégara 5, p. 344, n. 172 ; Cacciaguerra 2007, p. 271.

23 Empereur, Brun, discussions, dans Amouretti, Brun 1993, p. 529.

Table des illustrations

Légende 1. Atelier métallurgique archaïque 14,32. Fours archaïques 64,33. Fours archaïque et hellénistique près du tempietto B4. Fours archaïques suburbains5. Four hellénistique (Orsi 1922)6 à 8. Concentrations remarquables de déchets de cuisson9. Four d’époque romaine adossé à la tour 1 de l’enceinte archaïque (MonAL 1, 1891, col. 762)10. Four à chaux sur l’enceinte archaïque (MonAL 1, 1891, pl. I, no 19)11. Four à chaux du phare Cantera (Villard, Vallet 1953)12. Édifice hellénistico-romain à colonnade centrale13. Pressoir d’époque romaine ? (Orsi 1918)Fig. 1. Installations artisanales de Mégara Hyblaea
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende En orangé, atelier métallurgique 14,3 et fours de potier 64,3 ; en vert, “boutiques” (Tréziny 2008)Fig. 2. L’agora archaïque
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Légende Points rouges : puits hellénistiques ; bleus : fours hellénistiques ou romains ; roses : installations vinicoles hellénistico-romainesFig. 3. L’agora hellénistique et la phase romaine
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Légende Fig. 4. Four hellénistique 41,18, au Sud-Est de l’agora hellénistique (nég. EFR MHO 0719)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 5. Four hellénistique près du tempietto B archaïque (fig. 1, 3). En grisé, brique. Tréziny 2008 d’après relevé Surintendance 1952
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 6. Distanciateurs trouvés par Orsi dans le four de 1922. Musée Archéologique Régional Paolo Orsi, dessin P. H. Dubœuf 1996
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 7. Plan et coupes du four trouvé par P. Orsi en 1922, carnet 118, p. 204 (redessiné par H. Tréziny).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 8. Four à chaux hellénistique tardif au Sud des thermes (nég. EFR MHO 1019)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 9a. Plan du pressoir hellénistique 6,3 (Tréziny 2008 d’après les minutes Surintendance 1954)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 9b Coupe du pressoir hellénistique 6,3 (minute de la Surintendance 1954), éch. 1/100
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 10 Le pressoir hellénistique 6,3, vue d’ensemble depuis le sud : à g., fouloir revêtu d’opus signinum ; au centre, les deux montants du treuil du pressoir (nég. EFR MHO 0696)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Fig. 11. Les montants du treuil du pressoir 6,3 vus de l’Est ; au fond, fouloir ; au fond à droite, cuve (nég EFR MHO 0701)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende a) plan (minutes Surintendance 1953) et b) photo (nég. EFR MHO 0872)Fig. 12. La cuve du pressoir (?) méridional 20,13
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende Fig. 13. Plan et coupe du pressoir fouillé par Orsi en 1918 (Tréziny 2008, d’après Orsi, carnet 110)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4227/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search