Version classiqueVersion mobile

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

Artisanat et pratiques rituelles

Les demi-têtes, un produit de l’artisanat religieux dans l’Italie républicaine

Olivier de Cazanove

Texte intégral

  • 1 Baglione 1987, p. 381-417, 1989-1990, p. 651-667 et 2001, p. 69-77. Toutefois, la plus ancienne de (...)

1L’artisanat de la terre cuite moulée bénéficie d’une longue tradition en Italie centrale. À côté des décors architecturaux polychromes des temples étrusco-italiques, on commence à produire à la fin du VIe – début du Ve s. av. J.-C., et sans doute dans les mêmes ateliers, des têtes masculines et féminines destinées à être offertes dans les sanctuaires d’Étrurie méridionale —à Véies (Vagnetti 1971, p. 36-37 ; Comella, Stefani 1990, p. 18-19), à Falerii (Comella 1986, p. 12 ; Blanck 1990, p. 223-230 ; p. 288, no s 9-10.)— puis du Latium et de Campanie (Bonghi Jovino 1965, p. 23-24). Mais on réalise aussi des statues entières, d’abord à Véies, dès la fin du VIe s.1, puis à Lavinium au siècle suivant (Castagnoli 1979 et 1981, p. 187-194 ; p. 221-269).

  • 2 La tendance est pourtant aujourd’hui à faire remonter au IVe s. av. J.-C. l’apparition des ex-voto (...)
  • 3 Comme le prouvent les quelques inscriptions sur ex-voto anatomiques, surtout de Gaule romaine (Caz (...)
  • 4 Forsén 1996.
  • 5 Ceux-ci, périodiquement refondus, sont connus par les inventaires épigraphiques, part. ceux de l’A (...)
  • 6 Roebuck 1977.
  • 7 Ex-voto et colonisation : Torelli 1977, p. 138-139 ; 1999, p. 8 ; Cazanove 2000, p. 71-76. Point d (...)

2À ces deux catégories d’offrandes s’ajoute, essentiellement au IIIe s. av. J.-C.2, une énorme production d’ex-voto anatomiques de terre cuite, c’est-à-dire de représentations approximativement grandeur nature du corps humain en morceaux. Toutes les parties du corps sont représentées : membres supérieurs et inférieurs (bras, mains, jambes et pieds) ; parties du visage (yeux, oreilles, cous, « masques ») ; torses, bassins, seins, sexes masculins et féminins ; organes internes (viscères, cœurs, utérus). Ces objets sont indéniablement des ex-voto dans la pleine acception du terme, c’est-à-dire des offrandes faites au moment de l’acquittement du vœu3. Des pratiques analogues existaient en Grèce : de l’époque classique à l’époque impériale des exvoto anatomiques en pierre4, métal5 ou terre cuite6 sont déposés dans les sanctuaires d’Asclépios et d’autres divinités guérisseuses, à Epidaure, Athènes, Corinthe, etc. La diffusion de ces pratiques à Rome, à partir de l’introduction du culte d’Esculape dans l’Ile Tibérine, dans les années qui suivent 293 av. J.-C., puis dans l’Italie romaine (Italie Centrale et, au-delà, foyers de colonisation latine et romaine7), répond à la volonté de « cibler » au plus près l’occasion du vœu et d’identifier sans doute possible ce pour quoi on s’acquitte : la partie du corps lésée et guérie, celle-là et pas une autre. Ainsi, la précision croissante des connaissances médicales, qui accompagne et rend possible le succès des cultes thérapeutiques à l’échelle du bassin méditerranéen rencontre-t-elle le souci d’exactitude caractéristique du “pacte votif” romain, d’où toute ambiguïté est exclue.

  • 8 Le sanctuaire d’Esculape à Fregellae a livré un important mobilier votif, dont une grande quantité (...)

3Il faut dire toutefois qu’en se répandant largement dans l’Italie romaine, les ex-voto anatomiques perdent, sauf exception8, leur connexion privilégiée avec les sanctuaires d’Asklépios-Esculape. Ils peuvent désormais être offerts dans n’importe quel type de lieu de culte et pas seulement dans les sanctuaires spécifiquement guérisseurs (ou alors tous les lieux de culte de l’Italie Centrale le seraient indistinctement, parce que tous contiennent des ex-voto anatomiques pour la période considérée). Les offrandes typiques des Asklepieia de Grèce et de la ville de Rome sont utilisées hors contexte, ou plutôt il devient normal d’en faire la commémoration de tout vœu pour la santé rendue, l’accident surmonté – vœux bien sûr universels et innombrables.

  • 9 Le “dépôt votif” de Pesaro (col. Rom. 184) est en fait précolonial et dépend peut-être d’un concil (...)
  • 10 On citera en particulier les ex-voto anatomiques en bois de Chamalières (Romoeuf, Dumontet 2000) ; (...)

4Cependant, le moment de plus grande diffusion des ex-voto anatomiques de terre cuite semble avoir été limité dans le temps et correspondre pour l’essentiel au IIIe s. av. J.-C. : ils ne sont présents qu’exceptionnellement dans les colonies fondées après la deuxième guerre punique9. Cela ne veut pas dire toutefois que ce type d’offrandes disparaisse tout à fait (Cazanove sous presse). Ils sont désormais réalisés en métal, mais en petit nombre, et la plupart ont été refondus, si bien qu’on n’en a plus que des attestations indirectes. Cette continuité explique qu’on retrouve des ex-voto anatomiques autour du début de notre ère dans les sanctuaires de Gaule, où ils constituent à nouveau un marqueur fort de romanisation10.

  • 11 Sur ce problème, Cazanove, Estienne de Cazanove, sous presse. Un exemple de ces rapports complexes (...)
  • 12 On ne trouve en effet d’ex-voto anatomiques que dans les sanctuaires – et ils sont par conséquent (...)

5Pour en revenir à l’époque républicaine, nous sommes bien peu informés sur les modalités de fabrication de ces objets et le fonctionnement des ateliers qui les produisaient. Nous ne possédons ni moules ni fours, à de rares exceptions près. En voici une : au sanctuaire d’Angitia sur les bords du Lac Fucin, les fouilles récentes au lieu-dit ‘ Tesoro” ont révélé la présence, en contrebas de la terrasse sur laquelle se dressaient trois édifices cultuels, d’un four qui contenait encore des terres cuites votives (Cairoli 2001, p. 258-261 et 271-279, part. p. 259 et fig. 3 ; pl. à la p. 260) (fig. 1). Mais, dans ce cas comme dans d’autres, le rapport entre officine artisanale et sanctuaire n’est sans doute que de simple contiguïté. Même si reste ouvert le problème des rapports entre ateliers et lieu de culte, dans la plupart des cas le prix à payer pour faire réaliser un exvoto ou l’acheter allait sans doute à l’artisan ou au vendeur, et non au sanctuaire11. Aussi, le concept d’« artisanat religieux » que j’ai employé dans le titre de cette communication indique seulement que ces objets sont fabriqués pour être déposés dans le sanctuaire12, mais pas que leur production serait contrôlée par le sanctuaire.

Fig. 1. Temples du sanctuaire d’Angitia, loc. Tesoro. Le four est adossé à la terrasse (d’après Campanelli 2004)

6Pour aller plus loin dans l’analyse technique mais aussi pour dire quelque chose sur le sens de ces modestes produits de l’artisanat religieux dans l’Italie républicaine, je vais examiner une catégorie tout à fait particulière de terres cuites votives, qui se situe à mi-chemin entre les têtes et les ex-voto anatomiques : les demi-têtes : cela du double point de vue des procédés de fabrication et des logiques de l’offrande.

Comment faire une demi-tête ?

  • 13 Voir part., sur cette catégorie de matériel, l’étude fondamentale de Söderlind 2002.

7Les têtes de terre cuite sont l’une des catégories d’ex-voto les plus typiques et les plus fréquentes de l’Italie Centrale. Le visage se présente frontalement, le chef parfois couvert d’un pan de vêtement. Le cou est indiqué jusqu’à l’attache des épaules. Le rebord inférieur forme plan de pose. L’objet est presque toujours creux, le revers en général sommairement modelé13. Il existe des têtes masculines, féminines et d’enfants. Leur hauteur oscille entre 30 et 10 cm, c’est-à-dire de la grandeur naturelle à la réduction au tiers.

  • 14 A. Comella, I materiali votivi di Falerii, cit. supra, p. 19, A 1 II 1, p. 19 et pl. 2a (450-410 a (...)
  • 15 Ibid., A 1 VI a 3, p. 20 et pl. 5a ; A 1 VI c 5, p. 21 et pl. 5d (fin Ve -début IVe s. av. J.-C.)  (...)
  • 16 Ainsi à Pesaro : Di Luca 1984, p. 76 et fig. 18. Ce n’est pas toujours le cas : voir p. ex. Lavini (...)
  • 17 Il ne s’agit évidemment que des exemplaires conservés.

8À côté des têtes, on rencontre aussi des demi-têtes, elles aussi masculines ou féminines (fig. 2). Le visage est coupé en deux de haut en bas, suivant son axe de symétrie qui passe par le sommet du crâne, le milieu du front, l’arête du nez, le sillon nasolabial, le menton, la pomme d’Adam. Les demi-têtes les plus anciennes sont pleines : c’est le cas en particulier des exemplaires de Falerii datés des Ve -IVe s. av. J.-C.14, à quatre exceptions près15 ; c’est également le cas d’une demi-tête féminine du sanctuaire des XIII autels à Lavinium, datable de la fin du Ve s. ou du début du IVe s. av. J.-C. (Castagnoli et al. 1975, C 1, p. 197 et fig. 255). Au contraire, les demi-têtes les plus récentes sont creuses. On verra plus loin qu’au-delà de cette modification technique, les demi-têtes pourraient bien avoir acquis, au même moment, un sens en partie nouveau. En tout cas, les demi-têtes creuses présentent une ouverture latérale béante qui peut être fermée – mais pas toujours – par une paroi d’argile plate16, éventuellement percée d’un trou d’évent. Aussi l’objet est-il fait pour être appuyé contre un mur et vu de profil. Mais ce profil varie : on trouve des demi-têtes droites et des demi-têtes gauches, sans d’ailleurs qu’un côté soit choisi de préférence. Lorsqu’existent des séries de demi-têtes suffisamment nombreuses pour permettre des observations statistiques, on constate que les profils gauches et droits s’équilibrent à peu de chose près. Cet équilibre statistique, il vaut toutefois la peine de le noter, est atteint sur la totalité de l’échantillon, et non à l’intérieur de chaque type : par exemple, dans la décharge votive près de l’Ara della Regina, à Tarquinia, sur 369 têtes ou fragments de têtes (fouilles 63-64 et 65), on compte 34 demi-têtes (soit 9,2 %), 19 gauches et 15 droites (Comella 1982, p. 66-67 ; 90-91 ; 174 ; 177). Mais du type masculin B 1 VIII, représenté par 7 têtes entières, ont été tirées uniquement 5 demi-têtes gauches17, tandis que du type B 1 XIII, également masculin (2 têtes entières), on possède 5 demi-têtes droites, et seulement 2 demi-têtes gauches. L’analyse d’autres mobiliers votifs donne des résultats similaires.

  • 18 Bonghi Jovino 1965, p. 140-142, part. p. 140, n. 3, estime : « è probabile che l’origine della mez (...)
  • 19 Après moulage (dans un moule pour tête entière), mais avant cuisson.
  • 20 Le profil de la figure serait alors légèrement rogné, si la ligne de coupe passait exactement au m (...)
  • 21 Cette égalité ne saurait bien sûr qu’être approximative, puisqu’on ne raisonne que sur des exempla (...)

9Ces remarques ponctuelles, quelque limitées qu’elles paraissent, ne sont pas sans portée. Elles permettent déjà d’entrevoir que la production de demi-têtes ne répond ni à une norme de présentation, ni à un souci d’économie de place (dans le sanctuaire) ou d’économie tout court (pour l’acheteur). La demi-tête n’est pas en réalité un produit moins coûteux qu’une tête entière18. Dans tous ces cas, l’existence de deux motifs différents (profils droit et gauche) ne se justifierait pas. Au contraire, si la demi-tête était, par convention ou par économie, l’équivalent d’une tête entière, on s’attendrait plutôt à ce qu’un canon iconographique ait prévalu (donc qu’on ait fait, une fois pour toutes, le choix de l’un des deux profils). Or, on a à peu près autant de demi-têtes droites que de demi-têtes gauches. Mais on ne peut pas supposer non plus que cette division en deux groupes presque égaux du matériel conservé s’explique par le fait qu’on a obtenu les demi-têtes en coupant en deux des têtes entières19. Cette opération, techniquement difficile, aurait sans doute donné des résultats peu satisfaisants20. Surtout, on trouverait dans ce cas autant de profils droits que de profils gauches à l’intérieur de chaque type (et pas seulement en général)21.

Fig. 2. Demi-têtes du Latium (éch. 1/5). a. Lavinium, XIII autels C 145 (d’après Enea nel Lazio 1981) ; b. Lavinium XIII autels C 150 (d’après Lavinium II 1975) ; c. Fregellae 282 (d’après Fregellae 2 1986) ; Ponte di Nona 48, 5 (d’après Potter 1989)

  • 22 Les demi-têtes du Tibre sont tirées de « matrici appositamente fatte per esse, il cui prototipo de (...)
  • 23 À Lucera, « le mezze teste sono state ricavate quasi tutte dai medesimi stampi adottati anche per (...)
  • 24 Voir p. ex. la demi-tête de Copenhague reproduite par Riis 1981, p. 27, fig. 16 et pl. hors texte (...)
  • 25 D’Ercole 1990, p. 64-65 (type A2VA-Ia) : les demi-têtes 19-21 appartiennent à la 1ère génération.

10Les demi-têtes sont donc tirées des mêmes moules que les têtes entières. On peut penser à deux procédés de fabrication distincts : ou bien on commence par obtenir un demi-moule (ainsi pour les exemplaires trouvés à Rome dans le Tibre)22 en surmoulant à moitié un positif, ou un demi-positif, ou encore en coupant en deux un moule entier ; ou bien on utilise un moule entier qu’on ne garnit qu’à moitié, de manière à obtenir des demi-épreuves. C’est le procédé supposé, à une exception près, pour les demi-têtes de Lucera23. On notera en passant qu’il n’est pas rare qu’une demi-tête fasse en fait un peu plus que la moitié d’un visage24. Il n’existe par conséquent ni modèles ni types spécifiques pour les demi-têtes. Elles font partie intégrante de la production en série des têtes votives. Elles ne se situent d’ailleurs pas à la fin du processus de dérivation – comme on pourrait le croire, si l’on pense que les demi-têtes répondent à un impératif d’économie. Celles-ci sortent souvent de moules de 1ère génération, même si le type en comporte deux ou trois25.

11En tout cas, les demi-têtes représentent un pourcentage qui, rapporté à l’ensemble des exemplaires de têtes conservés, est loin d’être négligeable même s’il reste en général modeste. En Campanie, à Capoue, on ne compte que 10 demi-têtes contre 627 têtes entières (soit à peine plus de 1,5 %). 6 exemplaires renvoient à des prototypes (voire à des matrices) attestés dans les têtes entière (Bonghi Jovino 1965, p. 140-142) ; à Calès, sur un total de 474 têtes (229 féminines, 245 masculines et d’enfants), 49 demi-têtes (38 féminines, 11 masculines) représentent un pourcentage de 10,3 % (Ciaghi 1993, p. 169-174). En Daunie, à Lucera (Belvedere), les demi-têtes sont 15 sur un total de 341, soit 4,5 % (D’Ercole 1990, p. 24-82). Dans le Latium, au Ponte di Nona, les demi-têtes sont 79 sur un total de 1365 fragments (auxquels il faut soustraire 45 masques, donc 1320), soit 6 % (Potter 1989, p. 49-63). Dans le Latium encore, à Lavinium (sanctuaire des XIII autels), on a en tout 41 demi-têtes sur un total de 232 numéros, soit 17,5 % (La Regina 1975, p. 197-251). À Rome, ont été cataloguées 74 têtes et demitêtes provenant du Tibre, dont 26 demi-têtes, soit 35 % (Pensabene et al. 1980, p. 207-211). En Étrurie méridionale, à Tarquinia (Ara della Regina), on a 34 demi-têtes sur un total de 369 têtes, soit 9,2 % (Comella 1982, p. 66-67 ; 90-91 ; 174-177).

Têtes et demi-têtes de Pesaro

  • 26 ILLRP, 13-26. On a récemment émis l’hypothèse que ces cippes seraient en fait des autels : Franchi (...)
  • 27 À ce sujet, voir récemment Harvey 2006, p. 117-136.
  • 28 Th. Mommsen, CIL I1, p. 32 ; cf. Agnati 1999, p. p. 110-250, part. p. 202-209 ; et en dernier lieu (...)
  • 29 Les catégories suivantes sont représentées : masques (8), torses (2), bras (2), mains (9), jambes (...)

12Prenons un exemple concret. À Pesaro, dans les Marches, a été découvert au XVIIIe s. le mobilier d’un lieu de culte médio-républicain (Di Luca 1984, p. 71-84). Avant tout 14 cippes qui, avec leurs inscriptions de dédicace à des divinités (Junon, Mater Matuta, Diane, Feronia, Salus, Marica, Fides, Apollon, Liber, les Di Nouensides) constituent une série de témoignages parmi les plus notoires sur la langue latine du IIIe s. av. J.-C.26 Les dieux mentionnés sont romains et latins, eux aussi, si bien qu’il n’y a pas de doute sur le fait que ce sont des colons venus de Rome ou du Latium27 qui fréquentaient le lieu de culte qu’on a tendance, depuis Th. Mommsen, à rattacher à un conciliabulum de citoyens romains28. Les autres offrandes, à l’exception de 4 bronzes, sont en terre cuite : statues (2), enfants en langes (5), têtes (28) et demi-têtes (3), exvoto anatomiques (67)29, statuettes (6), statuettes d’animaux (13), ex-voto anatomiques d’animaux (8).

  • 30 Di Luca 1984, p. 74, fig. 8, inv. 3154-3156 ; 3164.
  • 31 Ce type de coiffure fait son apparition en Étrurie dans la 2e moitié du IVe s., d’après Hafner 196 (...)
  • 32 Il s’agirait de la texta fasciola (Varr., L. L., V, 130) selon La Regina 1975, p. 206.
  • 33 Pensabene 2001, p. 241, no 204 et pl. 44.
  • 34 D’Ercole 1990, p. 64 et suiv., A2VA et pl. 12 C.
  • 35 Ces demi-têtes ont été obtenues avec un moule de 1ère génération : D’Ercole 1990, p. 65 (A2VA-Ia, (...)
  • 36 Fenelli 1981, p. 253, D 237 ; Panella 2002, p. 41, VI. 2.
  • 37 Campetti : Vagnetti 1971, type B IV ;
  • 38 Pensabene 2001, p. 239-240, no s 199-200, pl. 44.
  • 39 Pensabene et al. 1980, p. 199-200, no 472 et pl. 75.
  • 40 XIII autels : La Regina 1975 p. 200 et suiv., C 11 et sans doute suiv., fig. 263.
  • 41 Copenhague, provenance inconnue : Breitenstein 1941, no s 799-800, pl. 101 ; Ponte di Nona : Potte (...)

13Parmi les 19 têtes féminines, 4 appartiennent à deux types apparentés30, attestés dans le Latium et en Étrurie méridionale (fig. 3 e-f et i). La chevelure31, sommée d’une sorte de coiffe adhérente (ou de réticule32), s’ouvre en rideau sur le front tandis que de longues anglaises ourlées en spirale encadrent le visage (fig. 3, e-f). Elles sont traitées en tresses distinctes ondulées dans un type qui a son pendant exact à Préneste33 (fig. 3, d) (un type voisin, avec le même arrangement de la coiffure, a été largement utilisé à l’autre extrémité de l’Italie romaine, à Lucera en Daunie34, et a également permis d’obtenir des demi-têtes35 : fig. 3, b ; il est lui-même proche d’une belle tête de Lavinium, sanctuaire oriental, de plus petit format et largement retouchée à l’ébauchoir36 : fig. 3, a). L’autre type, qui possède un visage plus large et des boucles enroulées en tortillons est bien attesté à Véies37 (fig. 3, g-h), mais aussi à Palestrina38, etc., et donc jusqu’à Pesaro (fig. 3, i). Il est souvent confondu, à tort, avec un type à vrai dire voisin, pourvu d’un collier et de boucles d’oreille en grappes, sur lequel les boucles s’organisent différemment ; ce dernier type, attesté à Rome39, Lavinium40, etc., a servi aussi pour des demi-têtes41 (fig. 3, c).

Fig. 3. têtes et demi-têtes féminines : Pesaro et types voisins
a. Lavinium, sanctuaire oriental (d’après Il Lazio, regione di Roma 2002) ;
b. Lucera, Belvedere (d’après D’Ercole 1990) ;
c. Copenhague, provenance inconnue (d’après Breitenstein 1941) ;
d. Palestrina (d’après Pensabene 2001) ; e-f. Pesaro (d’après Di Luca 1984) ;
g. Véies, Campetti (d’après Vagnetti 1971) ; h. Florence, sans doute de Véies (d’après Torelli 2000) ;
i. Pesaro ;
j. Rome, Minerva Medica (d’après Gatti Lo Guzzo 1978) ;
k. Lavinium (d’après La Regina 1975) ;
l. Pesaro (d’après Di Luca 1984)

  • 42 Di Luca 1984, p. 76, fig. 18, inv. 3164.
  • 43 Gatti Lo Guzzo 1978, type G II.
  • 44 La Regina 1975, C 34-35, p. 205-206 et fig. 274-275.
  • 45 Pensabene 2001, p. 240-241, no s 201-203, pl. 44.
  • 46 Bartoloni 1970, p. 261-262, no 4 (inv. 4769) et pl. 19 d.
  • 47 Comella 1982, p. 86-87, B2XXXVIII et pl. 52a.

14L’unique demi-tête féminine de Pisaurum42 (un profil gauche : fig. 3, l) se rapproche indubitablement de ces deux types mais, pour autant qu’on en puisse juger, ne se confond pas exactement avec eux. Le rendu sommaire des boucles, qui se transforment en grosses pastilles bombées et encadrent étroitement l’ovale du visage, le contour d’ensemble de la tête voilée, sont autant de caractéristiques qui permettent de la rapprocher d’une tête de Rome, provenant du “dépôt votif” dit de Minerva Medica sur l’Esquilin43 qui présente la même simplification formelle (fig. 3, j), voire peut-être de versions plus sommaires de celle-ci (Lavinium44 : fig. 3, k, Préneste45, Véies46, Tarquinia47). Nous ne possédons sans doute qu’une faible partie des ex-voto qui avaient été offerts dans le lieu de culte de Pisaurum, seulement des exemplaires intacts ou presque, et donc beaucoup de types et de générations intermédiaires nous échappent sûrement au niveau local. Par contre, on voit clairement que la production de têtes – et de demi-têtes, ce qui n’en est qu’un cas particulier – dérive de prototypes d’Italie Centrale. Le relais de Rome doit être postulé.

  • 48 Inv. 3162-3163 : Di Luca 1984, p. 76, fig. 19.
  • 49 Comella 1981, p. 779-780, A IV (Rome, Fregellae, Castel di Decima, Anagni, etc.). L’arrangement de (...)
  • 50 Pensabene 2001, p. 186, no 104 et pl. 24.
  • 51 Potter 1989, p. 56 et 58, fig. 50.
  • 52 Marinucci 1976, p. 47-49 EIa, pl. 8-11.
  • 53 Bartoloni1970, p. 262-263, no 5 (inv. 4774) et pl. 20a.
  • 54 Pensabene et al. 1980, p. 210, no s 520-521 et pl. 88-89.

15Le même raisonnement peut être tenu pour les têtes et les demi-têtes masculines de Pisaurum – ces dernières au nombre de deux48 : un profil droit et un profil gauche. Parmi les têtes entières, on trouve, à côté d’imitations locales frustes49, une tête dont la chevelure caractéristique (deux mèches en tenaille au milieu du front) renvoie à une famille de types attestés à Rome et dans le Latium (Di Luca 1984, p. 75, fig. 15, inv. 3146). Les deux demi-têtes reproduisent, quant à elles, un autre type masculin, qui présente de grosses mèches incurvées revenant sur les tempes (fig. 4, 2). On le trouve entre autres à Préneste (fig. 4, 1)50, Ponte di Nona51, Carsoli52. Ce type a fréquemment donné lieu à des demi-têtes, entre autres à Véies (fig. 4, 3)53 et Rome54. Ce qui frappe, encore une fois, c’est la pluralité des types importés de la région de Rome.

Fig. 4. Tête et demitêtes masculines :
Pesaro et types voisins a. Palestrina (d’après Pensabene 2001) ;
b. Pesaro (d’après Di Luca 1984) ;
c. Florence, sans doute de Véies (d’après Bartoloni 1970)

Pourquoi faire une demi-tête ?

  • 55 On y ajoutera diverses catégories de petites terres cuites figurées comme les modèles réduits de t (...)
  • 56 À Falerii, sur le plateau de Vignale (grand temple), 15 “masques” (sur 23) sont datés par Comella (...)
  • 57 Des uota pro salute. Je reviens sur la signification des exvoto représentant le corps humain entie (...)

16Les demi-têtes du Ve et du plein IVe s. av. J.-C., peu nombreuses, appartiennent à un horizon chronologique où les offrandes de terre cuite dans les sanctuaires d’Italie Centrale consistaient essentiellement en statues, têtes et statuettes55. Les ex-voto anatomiques n’y sont pas encore présents (supra note 2). On considérera donc que ces demi-têtes d’époque classique ne constituent qu’une variante, un autre mode de présentation, de “mise en page” des têtes votives. Comme elles, elles doivent alors signifier la personne entière, la représenter en abrégé. Il en va peut-être de même pour les représentations de la seule face (qu’on appelle conventionnellement des « masques ») attestés à Falerii dès – semble-t-il – le Ve s. av. J.-C.56 Les demi-têtes doivent alors commémorer l’acquittement des mêmes vœux pour lesquels on offrait, plus fréquemment, des têtes entières (c’est-à-dire, à mon avis, des vœux pour la sauvegarde globale de l’individu57).

17À l’époque hellénistique, les demi-têtes gardent sans doute, en partie, un sens analogue. En ce cas, elles continuent à signifier, métonymiquement, la personne entière. Il n’est pas douteux, en effet, que le regard des contemporains ait été éduqué à percevoir un profil comme renvoyant à l’homme tout entier. Il suffit de penser aux profils sur les monnaies, alors qu’à cette époque justement Rome entre dans une économie monétaire.

18Mais, dans d’autres cas, les demi-têtes contemporaines des ex-voto anatomiques ont pu changer de signification en se rapprochant d’eux jusqu’à pouvoir être considérées, à leur tour, comme des ex-voto anatomiques, des morceaux de corps. On trouve en effet à la même époque d’autres parties du corps coupées longitudinalement par le milieu. À Tessennano, au Nord de Vulci, un homme représenté jusqu’à la taille et seulement du côté droit se tient le ventre avec la main, peut-être pour indiquer l’endroit où il souffrait (fig. 5) (Costantini 1995). Dans le mobilier votif de Lucera figure un demi-torse gauche (D’Ercole 1990, p. 224, F 8 I et pl. 83), dans celui de Falerii (Vignale) un demi-bassin droit avec la cuisse correspondante (Comella 1986, p. 70, E 7 I et pl. 35 b). On trouvait d’ailleurs déjà, à l’Asklepieion de Corinthe, des demi-torses (Lang 1977, p. 21 et fig. 20). Ce souci de précision est médical : il postule que le siège du mal est localisé, qu’il se porte sur une portion déterminée de l’anatomie humaine, tandis que le reste du corps est sain – et qu’il n’y a donc lieu de se préoccuper que de la partie et non du tout. Cette précision, on l’a vu, est aussi celle du contrat dont on s’acquitte. Le membre, l’organe, la région du corps lésés sont identifiés sans ambiguïté ni échappatoire possibles.

Fig. 5. Demi-torse droit de Tessennano (d’après Costantini 1995)

  • 58 Une demi-tête est certes en apparence moins encombrante qu’une tête entière. Elle peut se plaquer (...)

19Les demi-têtes peuvent – dans un certain nombre de cas, il faut y insister – répondre au même souci de précision typique des ex-voto anatomiques. Offrir une tête entière ne serait pas pointer avec assez d’exactitude où était le mal sur lequel a porté la souscription du vœu, la nuncupatio uoti. Une demi-tête indique au plus près le morceau de corps qui est l’enjeu du vœu. Loin donc d’être dicté par un impératif d’économie, par le besoin de gagner de la place58 ou encore par un parti-pris esthétique de présentation sur les parois du sanctuaire, le choix d’offrir un profil droit ou gauche est donc dans ces cas-là signifiant par lui-même. D’ailleurs, les demitêtes d’Italie centrale, ont leurs antécédents dans les Asklépiéia grecs : dans les inventaires de celui d’Athènes figure un προσώπο ἣμυσυ (Van Straten 1981, p. 109).

20À quelle demande précise de guérison les demitêtes peuvent-elles bien répondre ? Dans l’utile publication des ex-voto de Ponte di Nona (à 15 km de Rome, sur la via Prenestina), une interprétation est proposée : les demi-têtes pourraient représenter des “formes graves d’hémicrânie” (Potter 1989, p. 49 et appendice I, p. 98). Est également prise en compte la possibilité que les maux de tête dont les ex-voto manifesteraient la guérison aient pu être causées par des formes d’arthrite (particulièrement cervicales) ou encore par la malaria.

  • 59 On rappellera l’étude pionnière de Stieda 1901.

21Assurément, le rapprochement entre les symptômes et le nom même de la migraine – hemicrania – avec des têtes coupées en deux dans le sens de la hauteur, est tentant. Et au fond, il n’y aurait rien d’impossible à ce que certaines demi-têtes votives aient été offertes pour ce motif. Cela dit, cette manière de voir les choses est extrêmement typique du regard médical qui prévaut depuis plus d’un siècle sur les ex-voto anatomiques59, avec la recherche à toute force, rarement convaincante, de pathologies décelables sur les terres cuites votives. Tous les ex-voto anatomiques sans exception répondent certes à une demande de guérison et la médecine a donc quelque chose à en dire. Mais guérison de quoi ? C’est systématiquement la maladie qui est mise en avant (voire des affections congénitales).

  • 60 Cousin 1981. Voir également, dans le domaine grec, Rouse 1902, p. 187-239.
  • 61 Une théorie, que l’on trouve périodiquement reprise, voit dans les membres inférieurs des ex-voto, (...)

22Or, il suffit de parcourir un quelconque catalogue d’ex-voto peints modernes pour voir que l’accident est beaucoup plus souvent l’occasion du vœu : les chutes, le feu et la foudre, les accidents de chasse et du travail, les dangers représentés par les animaux, par les déplacements, la noyade et le naufrage, sans parler de la violence entre hommes et de la guerre – et je me contente de reprendre, pour cette énumération, les têtes de chapitre d’un volume sur les ex-voto provençaux modernes60. Les membres supérieurs et inférieurs, très majoritaires au sein de la catégorie des ex-voto anatomiques, sont tout simplement des bras, des mains, des jambes et des pieds cassés61 ; quant aux demitêtes, on pourrait dire tout aussi bien qu’elles renvoient dans certains cas à un traumatisme crânien – elles indiqueraient alors de quel côté la tête a porté dans sa chute – ou bien à n’importe quel type de blessure faciale. Simples suppositions, mais dont on reconnaîtra qu’elle sont au moins aussi probables que celle d’une hémicrânie. D’autres hypothèses sont naturellement possibles, si l’on prend en compte toutes les sortes de lésions, externes ou internes, résultant d’un accident ou d’une maladie, qui peuvent affecter un point quelconque de la tête.

23Plus généralement, je crois qu’il faut reconnaître une certaine polysémie à ce type d’objet. Non seulement, on l’a vu, sa signification a été susceptible d’évoluer avec le temps, mais même deux donateurs contemporains pouvaient investir leur offrande de significations plus ou moins différentes – à condition bien sûr que celles-ci ne s’éloignassent pas trop de la norme généralement admise.

Bibliographie

Bibliographie

Agnati 1999 : Agnati (U.), Per la storia romana della provincia di Pesaro e Urbino. Rome, 1999.

Aleshire 1989 : Aleshire (S. B.), The Athenian Asklepieion, the People, their Dedications, and the Inventories. Amsterdam, 1989.

Aleshire 1991 : Aleshire (S. B.), Asklepios at Athens. Epigraphic and prosopographic essays on the Athenian healing cults. Amsterdam, 1991.

Baglione 1987 : Baglione (M. P.), Il santuario di Portonaccio a Veio : precisazioni sugli scavi Stefani, Sc. Ant., 1, 1987, p. 381-417.

Baglione 1989-1990 : Baglione (M. P.), Considerazioni sui santuari di Pyrgi e di Veio-Portonaccio, in : Anathemata. Regime delle offerte e vita dei santuari nel Mediterraneo antico (Atti conv. intern., Roma 1989), Sc. Ant., 3-4, 1989-1990, p. 651-667

Baglione 2001: Baglione (M. P.), Le statue e altri oggetti votivi, in : Veio Cerveteri Vulci. Città d’Etruria e confronto, cat. expo. Rome, 2001, p. 69-77.

Bartoloni 1970 : Bartoloni (G.), Pyrgi. Scavi nel santuario etrusco, NSA, 1970, Suppl. II, p. 552-577.

Bartoloni 1970b : Bartoloni (G.), Alcune terrecotte votive delle collezioni medicee ora al museo archeologico di Firenze, SE, 38, 1970, p. 257-270,

Bartoloni, Bocci Pacini 1996 : Bartoloni (G.), Bocci Pacini (P.), De donariis, in : Studi in memoria di Lucia Guerrini. Vicino Oriente, Egeo, Grecia, Roma e mondo romano. Tradizione dell’antico e collezionismo di antichità, Studi Miscellanei, 30. Rome, 1996, p. 439-456.

Bartoloni 2005 : Bartoloni (G.), Il deposito votivo rinvenuto a Veio negli scavi del 1889, in : A. Comella, S. Mele (éd.), Depositi votivi e culti dell’Italia antica dall’età arcaica a quella tardo-repubblicana. Bari, 2005, p. 171-178.

Blanck 1990 : Blanck (H.), Ritrovamenti dal cd. Ninfeo Rosa di Falerii Veteres, in : La civiltà dei Falisci (Atti del XV Convegno di Studi Etruschi ed Italici, 28-31 maggio 1987), Florence, 1990, p. 223-230.

Bonghi Jovino 1965 : Bonghi Jovino (M.), Capua preromana. Terrecotte votive. I. teste isolate e mezzeteste, Florence, 1965.

Breitenstein 1941 : Breitenstein (N.), Catalogue of terracottas. Copenhague, 1941.

Cairoli 2001 : Cairoli (R.), L’area sacra di Anxa-Angitia, in : A. Campanelli (éd.), Il Tesoro del Lago. L’archeologia del Fucino e la Collezione Torlonia, Avezzano, 2001, p. 258-279.

Castagnoli 1979 : Castagnoli (F.), Il culto di Minerva a Lavinium (Accad. Naz. Lincei, 246), Rome, 1979.

Castagnoli 1981 : Castagnoli (F.), Enea nel Lazio (cat. d’expo., Rome, 1981), Rome, 1981.

Cazanove 1997 : Cazanove (O. de), La plastique de terre cuite, un indicateur des lieux de culte (?). L’exemple de la Lucanie, Cahiers Glotz, VIII, 1997, p. 151-169.

Cazanove 2000 : Cazanove (O. de), Can we speak of a « religious romanisation » of Italy before the Social War ? Some thoughts, in : Ed. Bispham (éd.), Religion in Archaic and Republican Rome and Italy : evidence and experience (international congress, Edinburgh, 1997). Oxford, 2000, p. 71-76.

Cazanove sous presse : Cazanove (O. de), Oggetti muti ? Le iscrizioni degli ex voto anatomici nel mondo romano, in : Religious dedications in the Greco-Roman World (Institutum Romanum Finlandiae – American Academy of Rome, 19-20 aprile 2006). Rome, sous presse.

Cazanove, Estienne de Cazanove sous presse : Cazanove (O. de), Estienne de Cazanove (S.), Offrandes et amendes dans les sanctuaires du monde romain à l’époque républicaine, ARG, sous presse.

Ciaghi 1993 : Ciaghi (S.), Le terrecotte figurate da Cales del Museo Nazionale di Napoli. Sacro, stile, committenza, Rome, 1993.

Coarelli 1986 : Coarelli (F.) (éd.), Fregellae. 2. Il santuario di Esculapio. Rome, 1986.

Coarelli 2000 : Coarelli (F.), Il lucus Pisaurensis e la romanizzazione dell’ager Gallicus, in : Chr. Bruun (éd.), The Roman middle republic. Politics, religion and historiography c. 400 – 133 B. C. Rome, 2000, p. 195-205.

Colonna 1970 : Colonna (G.), Pyrgi. Scavi nel santuario etrusco (1959-1967), NSA, 1970, Suppl. II, p. 325-326.

Comella 1982 : Comella (A.), Il deposito votivo presso l’Ara della Regina (Materiali del Museo Archeologico Nazionale di Tarquinia, 4). Rome, 1982.

Comella 1986 : Comella (A.), I materiali votivi di Falerii (Corpus delle Stipi votive in Italia, I), Rome, 1986.

Comella 1982-1983 : Comella (A.), Riflessi del culto di Asclepio sulla religiosità popolare etrusco-laziale e campana di epoca medio e tardo-repubblicana, Annali Perugia, n. s. VI, 1982-1983, p. 217-244.

Comella, Stefani 1990 : Comella (A.), Stefani (G.), Materiali votivi del santuario di Campetti a Veio. Scavi 1947 e 1969 (Corpus delle stipi votive in Italia, V), Rome, 1990.

Comella 1981 : Comella (A.), Tipologia e diffusione dei complessi votivi in Italia in epoca medio et tardorepubblicana, Mefra, 93, 1981, 2, p. 717-803.

Costantini 1995 : Costantini (S.), Il deposito votivo del santuario campestre di Tessennano (Corpus delle stipi votive in Italie, VIII). Rome, 1995.

Cousin 1981 : COUSIN (B.), Ex-voto de Provence. Paris, 1981.

Cristofani 1982 : Cristofani (M.), Per una storia del collezionimo archeologico nella Toscana granducale. IV. Gli ex-voto di Nemi, Prospettiva, 29, 1982, p. 78-81.

Crawford 1998 : Crawford (M. H.), Selinus and the quadrigatus, in : A. Burnett, U. Wartenberg, R. Witschonke (éds.), Coins of Macedonia and Rome : essays in honour of Charles Hersh; Londres, 1998, p. 119-123.

D’Ercole 1990 : DErcole (C.), La stipe votiva del Belvedere a Lucera (Corpus delle stipi votive in Italia, III). Rome, 1990.

Deyts 1983 : Deyts (S.), Les bois sculptés des sources de la Seine (XLIIe supplément à Gallia). Paris, 1983.

Deyts 1994 : Deyts (S.), Un peuple de pélerins. Offrandes de pierre et de bronze aux sources de la Seine (Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, Suppl. 13). Dijon, 1994.

Di Luca 1984 : Di Luca (M. T.), Il lucus Pisaurensis, in : Pesaro nell’antichità, Pesaro, 1984.

Dunbabin 1990 : Dunbabin (K. M.), Ipsae deae uestigia… Footprints divine and human on Graeco-Roman monuments, JRA, 3, 1990, p. 85-109.

Fenelli 1981 : Fenelli (M.), in : Enea nel Lazio, Rome, 1981.

Forsén 1996 : Forsén (B.), Griechische Gliederweihungen. Helsinki, 1996.

Franchi De Bellis 1990 : Franchi De Bellis (A.), Studi recenti sui cippi pesaresi, RPL, 13, 1990, p. 65-84.

Franchi De Bellis 1997 : Franchi De Bellis (A.), Nomelia e Nomecia, Stud. Urb., 68, 1997, p. 223-225.

Guarducci 1942-1943 : Guarducci (M.), Le impronte del Quo Vadis e monumenti affini, figurati ed epigrafici, Rend. Pont. Accad., 19, 1942-1943, p. 305-344.

Gatti Lo Guzzo 1978 : Gatti Lo Guzzo (L.), Il deposito votivo dall’Esquilino detto di Minerva Medica. Florence, 1978.

Glinister 2006 : Glinister (F.), Reconsidering religious romanization, in : C. E. Schultz, P. B. Harvey Jr éd., Religion in Republican Italy, Cambridge, 2006, p. 10-33.

Hafner 1965 : Hafner (G.), Frauen- und Mädchenbilder aus Terracotta im Museo Gregoriano Etrusco, MDAI(R), 72, 1965, p. 41-61.

Harvey 2006 : Harvey Jr (P. B.), Religion and memory at Pisaurum, in : C. E. Schultz, P. B. Harvey Jr éd., Religion in Republican Italy. Cambridge, 2006, p. 117-136.

Jacques 1991 : Jacques (F.), Statut et fonction des conciliabula d’après les sources latines, in : J.-L. Brunaux (éd.), Les sanctuaires celtiques et le monde méditerranéen. Paris, 1991, p. 58-65.

Lang 1977 : Lang (M.), Cure and cult in ancient Corinth, Princeton, 1977.

La Regina 1975 : La Regina (A.), in : F. Castagnoli, L. Cozza, M. Fenelli et al., Lavinium II. Le tredici are. Rome, 1975.

La Regina, Prosdoscimi, Lejeune 1976 : La Regina (A.), Prosdoscimi (A. L.), Lejeune (M.), REI SE, 44, 1976, p. 283-291.

Marzi 2005 : Marzi (M. G.), Materiali da Veio nel Gabinetto delle Terre di Pietro Leopoldo, in : A. Comella, S. Mele (éd.), Depositi votivi e culti dell’Italia antica dall’età arcaica a quella tardo-repubblicana. Bari, 2005, p. 165-169.

Marinucci 1976 : Marinucci (A.), Stipe votiva di Carsoli. Teste fittili. Chieti, 1976.

Morel 1991 : Morel (J.-P.), Artisanat, importations et romanisation dans le Samnium aux IIe et Ier siècles av. J.-C., in : La romanisation du Samnium aux IIe et Ier siècles av. J.-C. Naples, 1991, p. 187-201.

Olivieri 2005 : Olivieri (V.), Attorno al deposito votivo di Macchiagrande a Veio, in : A. Comella, S. Mele (éd.), Depositi votivi e culti dell’Italia antica dall’età arcaica a quella tardo-repubblicana. Bari, 2005, p. 179-187.

Panella 2002 : Panella (S.), in : Il Lazio, regione di Roma, Rome, 2002.

Pensabene et al. 1980 : Pensabene (P.), Rizzo (M. A.), Roghi (M.), Talamo (E.), Terracotte votive dal Tevere (Studi Miscellanei, 25). Rome, 1980.

Pensabene 2001 : Pensabene (P.), Le terrecotte del Museo Nazionale Romano II. Materiali dai depositi votivi di Palestrina : collezioni « Kircheriana » e « Palestrina », Rome, 2001.

Potter 1989 : Potter (T. W.), Una stipe votiva da Ponte di Nona. Rome, 1989.

Riis 1981 : Riis (P. J.), Etruscan Types of Heads. Copenhague, 1981.

Roebuck 1951 : Roebuck (G.), Corinth XIV. The Asklepieion and Lerna. 1951.

Romœuf, Dumontet 2000 : Romœuf (A.-M.), Dumontet (M.), Les ex-voto gallo-romains de Chamalières (Puy-de-Dôme) (dAf, 82). Paris, 2000.

Rouse 1902 : Rouse (W. H. D.), Greek votive offerings, Cambridge, 102, ch. 5 : Disease and calamity, p. 187-239.

Söderlind 2002 : Söderlind (M.), Late Etruscan Votive Heads from Tessennano. Production, Distribution, Sociohistorical Context (Studia archeologica, 118). Rome, 2002.

Staccioli 1968 : Staccioli (R. A.), Modelli di edifici etrusco-italici. I modelli votivi (Studi e materiali dell’Istituto di Etruscologia e antichità italiche dell’Università di Roma, VI). Florence, 1968.

Stieda 1901 : Stieda (L.), Anatomisch-archäologische Studien. II. Anatomisches über alt-italische Weihgeschenke. Wiesbaden, 1901.

Temple d’Halatte 2000 : Le temple gallo-romain de la forêt d’Halatte (Oise), Revue archéologique de Picardie, no spécial 18, 2000.

Torelli 1977 : Torelli (M.), Le stipi votive, in : Roma medio-repubblicana. Rome, 1977, p. 138-139.

Torelli 1999 : Torelli (M.), in: G. Baggieri (éd.), L’antica anatomia nell’arte dei donaria. Ancient anatomy in the art of votive offerings. Rome, 1999.

Torelli 2000 : Torelli (M.) (éd.), Gli Etruschi. Venise, 2000.

Van Straten 1981 : Van Straten (F. F.), Gifts for the Gods, in : H. Versnel (éd.), Faith, Hope and Worship. Leyde, 1981, p. 109.

Vagnetti 1971 : Vagnetti (L.), Il deposito votivo di Campetti a Veio, Florence, 1971.

Notes

1 Baglione 1987, p. 381-417, 1989-1990, p. 651-667 et 2001, p. 69-77. Toutefois, la plus ancienne des statues masculines debout isolées de Portonaccio (vers 530-520) est peut-être en fait un simulacre divin.

2 La tendance est pourtant aujourd’hui à faire remonter au IVe s. av. J.-C. l’apparition des ex-voto anatomiques en Italie Centrale, donc à les déconnecter de l’introduction du culte d’Esculape à Rome au début du IIIe s. En ce sens, Comella 1982-1983, p. 217-244, part. p. 217-218 : « all’epoca dell’introduzione ufficiale di Asclepio a Roma (291 a. C.) la fisionomia dei culti etrusco-laziali e campani e la relativa tipologia delle offerte si era ormai definita… Verso la fine del IV sec. si diffonde infatti, in area centro-italica, l’usanza di dedicare ex-voto connessi in modo particolare con la sfera salutare e riproduttiva… Il carattere prevalentemente salutare di questi ex voto non è dovuto in modo specifico al culto di Esculapio praticato nell’isola Tiberina, ma è tipico dei materiali votivi etrusco-laziali e campani di epoca medio-e tardo-repubblicana riferibili a divinità di varia natura » ; de même, récemment, Glinister 2006, p. 10-33, part. p. 10 : « during the latter part of the fourth century BCE in Italy, massproduced terracotta votive offerings in the form of human body parts began to be dedicated in vast quantities at sanctuaries ». Et l’on pourrait multiplier les citations et les références.
À l’appui de cette datation haute des terres cuites anatomiques d’Italie centrale, on invoque, selon les auteurs, plusieurs types d’arguments :
1) La présence dès l’époque archaïque d’un petit nombre d’exvoto anatomiques en Italie septentrionale. Mais ceux-ci, en métal, de dimensions réduites (J. M. Turfa, dans ThesCRA, I, Los Angeles, 2004, p. 359-360, 364 et pl. 95) et de datation mal assurée, appartiennent à un autre filon que la masse énorme d’ex-voto hellénistiques de terre cuite grandeur nature d’Italie Centrale.
2) La présence de terres cuites votives – statues, têtes (et masques : infra, n. 56) – en Étrurie dès la fin VIe -Ve s. av. J.-C. Mais ces catégories ne sont pas des ex-voto anatomiques et ont une chronologie différente (le cas des demi-têtes, on le verra plus loin, est partiellement différent).
3) Des “dépôts votifs” clos dès la fin du IVe s. et contenant des ex-voto anatomiques. C’est l’argument apparemment le plus fort, mais qui doit être examiné au cas par cas : p. ex. Lavinium, sanctuaire oriental, pour l’abandon duquel les fouilleurs ont proposé des dates très différentes, depuis le début IIIe (Archeologia Laziale, X, 1990, p. 182) jusqu’au début IIe (Enea nel Lazio, Rome, 1981, p. 188). Autre exemple, à Pyrgi, l’abandon du sanctuaire vers 270 av. J.-C. (Colonna 1970, p. 325-326) qui fournirait un terminus post quem non pour les ex-voto anatomiques jetés dans le puits ouest (Bartoloni, 1970, p. 65-68 ; 552 et suiv.) se heurte à la présence, dans le même puits, de 16 monnaies romaines de la réduction semilibrale, datables de la 2e guerre punique (Crawford 1998, p. 122-123).
En définitive, les arguments avancés ne me semblent pas conforter une datation “vers la fin du IVe s.” pour la diffusion des ex-voto anatomiques, comme on l’avance généralement, de préférence à celle – peu différente – au début du IIIe s., qui a pour elle la logique (puisqu’elle permet de retracer tout le parcours de dérivation de ce type d’objets de Grèce à Rome et en Italie), et surtout les dates de fondation des colonies où ces ex-voto sont présents, qui fournissent autant de termini post quem : Fregellae 328 et 313-312 ; Luceria 314 ; Sora et Alba Fucens 303 ; Carsoli 298 ; Venusia 291 ; Hatria 289-283 ; Paestum et Cosa 273 – sans parler du cas de Pisaurum, sur lequel on reviendra en détail ; où les ex-voto sont sans doute antérieurs à la colonie romaine (déduite en 184) mais se situent alors au IIIe s. Cet ensemble de dates ne permet pas d’exclure, il est vrai, que les ex-voto anatomiques ne remontent pas plus haut, mais il les ancre solidement dans le IIIe s.

3 Comme le prouvent les quelques inscriptions sur ex-voto anatomiques, surtout de Gaule romaine (Cazanove, sous presse). On rappellera aussi que les offrandes résolutoires d’un vœu pour la santé devaient consister bien souvent en sacrifices, dons d’argent, etc., et que le dépôt d’un ex-voto anatomique dans le sanctuaire devait alors être plutôt la commémoration pérenne de cet acquittement.

4 Forsén 1996.

5 Ceux-ci, périodiquement refondus, sont connus par les inventaires épigraphiques, part. ceux de l’Asklepieion d’Athènes : Aleshire 1991.

6 Roebuck 1977.

7 Ex-voto et colonisation : Torelli 1977, p. 138-139 ; 1999, p. 8 ; Cazanove 2000, p. 71-76. Point de vue récemment critiqué par Glinister 2006, part. p. 15 et suiv., mais essentiellement sur la base de postulats chronologiques dont on a vu supra note 2 la fragilité. Par ailleurs, si elle refuse de considérer les ex-voto anatomiques comme des marqueurs de romanisation, c’est parce que « the spread of anatomical dedications could not have been a process controled by the elite, or by officials of the Roman state, or by ‘ Rome’(that nebulous entity) » (p. 32-33). Mais elle oublie tout simplement le rôle de l’individu : les colons latins viennent de Rome et du Latium (on les exhorte à ne jamais oublier cette origo : Liv., 27, 9, 10-11), ils apportent dans le lieu de leur nouvel établissement les pratiques religieuses privées qui sont les leurs lorsqu’ils fréquentent les sanctuaires de la communauté. Même après la déduction, ils ne coupent pas les liens qui les unissent à la mère-patrie.

8 Le sanctuaire d’Esculape à Fregellae a livré un important mobilier votif, dont une grande quantité d’ex-voto anatomiques. La publication de la fouille (Coarelli 1986) l’attribue à une phase antérieure, dans laquelle le lieu de culte n’aurait pas encore été consacré à Esculape. Mais rien en fait ne permet d’affirmet que le sanctuaire aurait changé de propriétaire.

9 Le “dépôt votif” de Pesaro (col. Rom. 184) est en fait précolonial et dépend peut-être d’un conciliabulum de citoyens romains du IIIe s. av. J.-C. : voir infra.

10 On citera en particulier les ex-voto anatomiques en bois de Chamalières (Romoeuf, Dumontet 2000) ; ceux en pierre d’Halatte (Temple d’Halatte 2000) ; et ceux, en bois, pierre et tôle de bronze des sanctuaires de Bourgogne, en particulier celui des Sources de la Seine (Deyts 1983 et 1994).

11 Sur ce problème, Cazanove, Estienne de Cazanove, sous presse. Un exemple de ces rapports complexes entre fabrique et grand sanctuaire : le texte bilingue de la tuile de Pietrabbondante, trouvée près du temple B et provenant sans doute de sa toiture (La Regina, Prosdoscimi, Lejeune 1976, p. 283-291), donne le nom de deux esclaves appartenant à Herennius Sattius. Celui-ci pouvait être le propriétaire de la fabrique qu’il est raisonnable de localiser à Pietrabbondante même (Morel 1991, p. 187-201, part. p. 195-199).

12 On ne trouve en effet d’ex-voto anatomiques que dans les sanctuaires – et ils sont par conséquent un indicateur efficace des lieux de culte – contrairement à d’autres catégories de terre cuite (les statuettes, ou encore les bustes en Italie méridionale) qu’on peut trouver en contexte domestique ou funéraire : Cazanove 1997, p. 151-169.

13 Voir part., sur cette catégorie de matériel, l’étude fondamentale de Söderlind 2002.

14 A. Comella, I materiali votivi di Falerii, cit. supra, p. 19, A 1 II 1, p. 19 et pl. 2a (450-410 av. J.-C.) ; A 1 VI c 6-7, p. 21 et pl. 5d (fin Ve -début IVe s. av. J.-C.) ; A 1 VII 3-4, p. 21 et pl. 6b (fin Ve -début IVe s. av. J.-C.) ; A 1 IX 2-8, p. 23 et pl. 7b (deuxième quart IVe s. av. J.-C.) (au total 12 demi-têtes masculines) ; A 2 II 1, p. 28-29 et pl. 11 b (500-480) ; A 2 V 2, p. 30-31 et pl. 13b (vers 450) ; A 2 VI a 8-14, p. 32 et pl. 14 b (450-410) ; A 2 XIV 1, p. 37 et pl. 18 a (350-300) (au total 10 demi-têtes féminines).

15 Ibid., A 1 VI a 3, p. 20 et pl. 5a ; A 1 VI c 5, p. 21 et pl. 5d (fin Ve -début IVe s. av. J.-C.) ; A 2 I 1, p. 28 et pl. 11 a (500-480) ; A 2 XI 1, p. 35 et pl. 16 b (fin Ve -début IVe s. av. J.-C.).

16 Ainsi à Pesaro : Di Luca 1984, p. 76 et fig. 18. Ce n’est pas toujours le cas : voir p. ex. Lavinium II, p. 207, C 37.

17 Il ne s’agit évidemment que des exemplaires conservés.

18 Bonghi Jovino 1965, p. 140-142, part. p. 140, n. 3, estime : « è probabile che l’origine della mezzatesta sia da ricercarsi in fattori di ordine economico » (p. 140, n. 3). Je ne le pense pas. Ce n’est pas un peu plus d’argile employée qui va changer sensiblement le prix de la terre cuite. Le processus de fabrication, du moulage à la cuisson, ne change pas, et c’est ce savoir-faire technique qui fait le prix de l’objet. En réalité, les opérations pour couper en deux la tête selon l’axe de symétrie, la nécessité d’une fermeture latérale, sont des opérations supplémentaires qui requièrent du temps en plus. À la limite donc, une demi-tête devrait coûter plus cher qu’une tête entière.

19 Après moulage (dans un moule pour tête entière), mais avant cuisson.

20 Le profil de la figure serait alors légèrement rogné, si la ligne de coupe passait exactement au milieu de l’objet (il y a forcément déperdition de matériel à cet endroit).

21 Cette égalité ne saurait bien sûr qu’être approximative, puisqu’on ne raisonne que sur des exemplaires conservés, plus ou moins aléatoirement. Elle devrait néanmoins être statistiquement perceptible. Ce qui n’est pas le cas.

22 Les demi-têtes du Tibre sont tirées de « matrici appositamente fatte per esse, il cui prototipo deriva dal taglio mediano e verticale di una testa intera » : Pensabene et al. 1980, p. 207.

23 À Lucera, « le mezze teste sono state ricavate quasi tutte dai medesimi stampi adottati anche per le teste intere, sezionando i pezzi in senso verticale lungo l’asse mediano del volto. Solo l’esemplare A3XA3 è stato ricavato da uno stampo creato appositamente per produrre mezze teste ; esso difatti comprende, oltre alla metà destra del volto, anche l’occipite » (D’Ercole 1990, p. 24).

24 Voir p. ex. la demi-tête de Copenhague reproduite par Riis 1981, p. 27, fig. 16 et pl. hors texte Caere A 21 ; ici fig. 3c.

25 D’Ercole 1990, p. 64-65 (type A2VA-Ia) : les demi-têtes 19-21 appartiennent à la 1ère génération.

26 ILLRP, 13-26. On a récemment émis l’hypothèse que ces cippes seraient en fait des autels : Franchi De Bellis 1990, p. 65-84 et 1997, p. 223-225.

27 À ce sujet, voir récemment Harvey 2006, p. 117-136.

28 Th. Mommsen, CIL I1, p. 32 ; cf. Agnati 1999, p. p. 110-250, part. p. 202-209 ; et en dernier lieu, Coarelli 2000, p. 195-205. Sur le concept de conciliabulum, communauté sur du territoire romain sans autonomie administrative, mise en général sur le même plan que le forum et comme lui de statut inférieur, voir Jacques 1991, p. 58-65.

29 Les catégories suivantes sont représentées : masques (8), torses (2), bras (2), mains (9), jambes (9), pieds (22), seins (3), organes génitaux féminins (8), organes génitaux masculins (1), cœurs (3).

30 Di Luca 1984, p. 74, fig. 8, inv. 3154-3156 ; 3164.

31 Ce type de coiffure fait son apparition en Étrurie dans la 2e moitié du IVe s., d’après Hafner 1965, p. 41-61 ; p. 50 et suiv. Mais reste en vogue au cours du IIIe s., selon Comella 1982, p. 87.

32 Il s’agirait de la texta fasciola (Varr., L. L., V, 130) selon La Regina 1975, p. 206.

33 Pensabene 2001, p. 241, no 204 et pl. 44.

34 D’Ercole 1990, p. 64 et suiv., A2VA et pl. 12 C.

35 Ces demi-têtes ont été obtenues avec un moule de 1ère génération : D’Ercole 1990, p. 65 (A2VA-Ia, 19-21), ainsi que p. 68.

36 Fenelli 1981, p. 253, D 237 ; Panella 2002, p. 41, VI. 2.

37 Campetti : Vagnetti 1971, type B IV ;

  • Macchiagrande : Olivieri 2005, p. 179-187, part. p. 185, pl. 3c ;
  • pentes de Piazza d’Armi : sans doute têtes conservées à Florence et Modène :
  • tête féminine votive de Florence (inv. 4770), Bartoloni 1970, p. 257-270, part. p. 259-261, no 3 et pl. 19 c ; cette tête est attribuée au sanctuaire de Nemi par Cristofani 1982, p. 78-81, part. p. 79 fig. 1 (attribution reprise dans Torelli 2000, p. 239, cat. 290). Mais cette réattribution proviendrait d’une erreur de Lanzi à la fin du XVIIIe s. : Marzi 2005, p. 165-169, part. p. 166, pl. 1, a et c ;
  • tête féminine votive de Modène, Bartoloni, Bocci Pacini 1996, p. 439-456 ; Bartoloni 2005, p. 171-178, part. p. 172 et 176, pl. 4a.

38 Pensabene 2001, p. 239-240, no s 199-200, pl. 44.

39 Pensabene et al. 1980, p. 199-200, no 472 et pl. 75.

40 XIII autels : La Regina 1975 p. 200 et suiv., C 11 et sans doute suiv., fig. 263.

41 Copenhague, provenance inconnue : Breitenstein 1941, no s 799-800, pl. 101 ; Ponte di Nona : Potter 1989, p. 61-62, fig. 60-60a.

42 Di Luca 1984, p. 76, fig. 18, inv. 3164.

43 Gatti Lo Guzzo 1978, type G II.

44 La Regina 1975, C 34-35, p. 205-206 et fig. 274-275.

45 Pensabene 2001, p. 240-241, no s 201-203, pl. 44.

46 Bartoloni 1970, p. 261-262, no 4 (inv. 4769) et pl. 19 d.

47 Comella 1982, p. 86-87, B2XXXVIII et pl. 52a.

48 Inv. 3162-3163 : Di Luca 1984, p. 76, fig. 19.

49 Comella 1981, p. 779-780, A IV (Rome, Fregellae, Castel di Decima, Anagni, etc.). L’arrangement des mèches sur l’exemplaire de Pesaro est identique à celui de têtes de Préneste : Pensabene 2001, p. 188-190, no s 108-109, pl. 24-25. Et ibid., p. 194-195, no 120 et pl. 27 pour un parallèle avec une autre tête masculine entière de Pesaro.

50 Pensabene 2001, p. 186, no 104 et pl. 24.

51 Potter 1989, p. 56 et 58, fig. 50.

52 Marinucci 1976, p. 47-49 EIa, pl. 8-11.

53 Bartoloni1970, p. 262-263, no 5 (inv. 4774) et pl. 20a.

54 Pensabene et al. 1980, p. 210, no s 520-521 et pl. 88-89.

55 On y ajoutera diverses catégories de petites terres cuites figurées comme les modèles réduits de temples : R. A. Staccioli, Modelli di edifici etrusco-italici. I modelli votivi (Studi e materiali dell’Istituto di Etruscologia e antichità italiche dell’Università di Roma, VI), Florence, 1968.

56 À Falerii, sur le plateau de Vignale (grand temple), 15 “masques” (sur 23) sont datés par Comella XXXX p. 56-57 et 61-62.) autour du milieu du Ve s. av. J.-C. Les arguments employés sont d’ordre stylistique (construction du visage, schématisme du modelé : arcades sourcilières saillantes, yeux en amande, lèvres charnues souriantes). Du point de vue iconographique, l’auteur suppose une dérivation à partir d’un type d’antéfixe silénique de la première moitié du Ve s., “humanisé” par la suppression des oreilles animales, de la barbe et des moustaches.

57 Des uota pro salute. Je reviens sur la signification des exvoto représentant le corps humain entier ou en morceaux, en rapport avec les vœux pro salute et pro ualetudine dans un livre en préparation.

58 Une demi-tête est certes en apparence moins encombrante qu’une tête entière. Elle peut se plaquer contre un mur. Il faut même, en fait, qu’elle soit placée ainsi, parce qu’elle est moins stable. La solution, dans ce cas, qui semble s’imposer, est de l’accrocher à la paroi. Mais il y a une difficulté de taille : les demi-têtes ne comportent pas de trous de suspension. Les demi-têtes prennent donc, en fait, plus de place que les têtes, parce qu’on ne peut les disposer sur plusieurs rangées sur une étagère profonde.

59 On rappellera l’étude pionnière de Stieda 1901.

60 Cousin 1981. Voir également, dans le domaine grec, Rouse 1902, p. 187-239.

61 Une théorie, que l’on trouve périodiquement reprise, voit dans les membres inférieurs des ex-voto, non pour une guérison advenue, mais au contraire pour un voyage heureusement conclu ; en d’autres termes, jambes et pieds constitueraient l’offrande résolutoire d’un uotum pro itu et reditu, et non d’un uotum pro ualetudine. Cette hypothèse doit être nettement écartée. Elle s’appuie sur un rapprochement entre deux catégories d’ex-voto dissemblables : pieds et empreintes de pas, plantae pedis ou uestigia (Guarducci 1942-1943, p. 305-344 ; Dunbabin 1990, p. 85-109). Au contraire, les pieds votifs d’Italie sont toujours isolés. A fortiori, aucune inscription n’autorise une interprétation de ce type.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Temples du sanctuaire d’Angitia, loc. Tesoro. Le four est adossé à la terrasse (d’après Campanelli 2004)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 2. Demi-têtes du Latium (éch. 1/5). a. Lavinium, XIII autels C 145 (d’après Enea nel Lazio 1981) ; b. Lavinium XIII autels C 150 (d’après Lavinium II 1975) ; c. Fregellae 282 (d’après Fregellae 2 1986) ; Ponte di Nona 48, 5 (d’après Potter 1989)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende Fig. 3. têtes et demi-têtes féminines : Pesaro et types voisinsa. Lavinium, sanctuaire oriental (d’après Il Lazio, regione di Roma 2002) ;b. Lucera, Belvedere (d’après D’Ercole 1990) ;c. Copenhague, provenance inconnue (d’après Breitenstein 1941) ;d. Palestrina (d’après Pensabene 2001) ; e-f. Pesaro (d’après Di Luca 1984) ;g. Véies, Campetti (d’après Vagnetti 1971) ; h. Florence, sans doute de Véies (d’après Torelli 2000) ;i. Pesaro ;j. Rome, Minerva Medica (d’après Gatti Lo Guzzo 1978) ;k. Lavinium (d’après La Regina 1975) ;l. Pesaro (d’après Di Luca 1984)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Légende Fig. 4. Tête et demitêtes masculines :Pesaro et types voisins a. Palestrina (d’après Pensabene 2001) ;b. Pesaro (d’après Di Luca 1984) ;c. Florence, sans doute de Véies (d’après Bartoloni 1970)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4212/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 5. Demi-torse droit de Tessennano (d’après Costantini 1995)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4212/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search