Version classiqueVersion mobile

Artisanats antiques d’Italie et de Gaule

 | 
Jean-Pierre Brun

L’artisan, héros secret ?

Les autorités politiques municipales et la vie économique locale : quelques aspects

Mireille Cébeillac-Gervasoni

Note de l’auteur

Je suis très heureuse de participer par cette petite contribution à cet hommage à Maria Francesca, car ceci me rappelle les treize très heureuses années passées à la direction du Centre Jean Bérard où, à mon arrivée, Maria Francesca a commencé sa longue carrière ; c’est ensemble que nous avons œuvré de concert pour mener à bien les programmes de cette institution où elle a continué à être la « pierre angulaire » de la réussite du « Bérard ».

Texte intégral

1J’aurais souhaité me conformer pour cet hommage au thème proposé sur l’artisanat, mais la documentation n’a pas répondu totalement à mes attentes ; aussi ai-je choisi de recentrer mon propos sur une sélection limitée de témoignages qui tendent à prouver l’implication à titre public des dirigeants des cités dans certains secteurs de l’économie locale, en particulier l’artisanat et la production « industrielle ». Je ne prendrai en examen que quelques cas qui pourraient être emblématiques de situations communes à de nombreuses cités :

  • le travail pour le compte de la res publica de servi publici, artisans spécialisés,
  • la possession et l’exploitation de boutiques et d’ateliers ainsi que des mines et des carrières,
  • la mise en œuvre de divers travaux publics dont le but semble avoir été de favoriser telle ou telle catégorie professionnelle.
  • 2 Voir la contribution de N. Tran, Les cités et le monde du travail urbain en Afrique romaine, in : (...)

2Outre les lacunes de la documentation, les aléas d’une telle recherche sont multiples ; en effet, on constate par exemple qu’il est souvent difficile de discerner si l’intérêt que manifestaient les magistrats municipaux pour certains secteurs d’activité relevait de leur action en tant que représentants de la cité ou d’un acte personnel, évergétique, destiné à se concilier certaines professions2. Les exemples qui illustrent cette contribution sont issus pour l’essentiel de la péninsule italienne avec quelques incursions dans les provinces, sur un arc chronologique qui va de la fin de la République au Bas-Empire. On aimerait comprendre de quels moyens disposaient les magistrats pour organiser des interventions dans la vie économique locale, si tous les champs d’activité leur étaient ouverts et s’il existait une sorte de programmation dont la mise en œuvre n’était pas seulement fonction des personnalités qui revêtaient les magistratures.

Existait-il un secteur « public » dans l’économie locale ?

Travail de servi publici3 dans l’artisanat

  • 3 V. la récente étude sur les esclaves publics A. Weiss, Slave der Stadt : Untersuchungen zur öffent (...)
  • 4 Cf. C.J., 6, 1, 5.
  • 5 N. Rouland, À propos des servi publici populi romani, Chiron, 7, 1997, p. 261-273, en part. p. 269
  • 6 Cf. op. cit., p. 215.
  • 7 À partir de la seconde moitié du IVe s., le defensor civitatis, institué peut-être sous le règne d (...)
  • 8 V. M. Cébeillac-Gervasoni, Apostilles à une énigme : le statut juridique des membres de la familia (...)

3Une extrapolation à partir d’une Constitution de Constantin4, texte certes tardif, permet cependant de supposer que les cités disposaient des services de leur familia d’esclaves publics pour remplir des fonctions d’artisans : « mancipia diversis artibus praedita, quae ad rem publicam pertinent, in iisdem civitatibus placet permanere, ita ut si quis tale mancipium sollicitaverit ? vel advocandum crediderit, cum servo altero sollicitatum restituat, duodecim solidorum summa inferenda rei publicae illius civitatis, cuius mancipium abduxit : libertis quoque artificibus, si sollicitati fuerint, cum eadem forma civitati reddendis ita ut pro fugitivo servo, si sollicitudine defensoris non fuerit requisitus et revocatus, idem defensor duo vicaria mancipia exigatur, nec beneficio principali nec venditione in eius persona iam de cetero valituris ». L’interprétation de ces lignes proposée par N. Rouland5 corrige celle d’Halkin6 et démontre que cette décision impériale vise en fait les esclaves publics qui exercent un artisanat en ville ; on comprend que des particuliers, dans le contexte d’une époque7 qui connaissait une grave crise de main d’œuvre, souhaitaient acheter et même attirer furtivement à eux ces artisans de la familia publica. « Si un particulier veut faire l’acquisition d’un esclave d’état, artisan, il devra procurer un autre esclave à la ville venderesse et lui verser en outre une indemnité de douze sous d’or » explicite N. Rouland. Tout comme les cités achetaient des esclaves, puisque l’accroissement naturel de la familia publica par naissances n’était sans doute pas suffisant, il est probable qu’elles ont dû en louer ou en vendre, ou même faire entrer de manière occasionnelle dans la famille publique des hommes libres si les tâches demandées nécessitaient un tel apport8. Dans l’optique du sujet qui m’intéresse ici, il ressort de l’exégèse de cette constitution de Constantin que des servi publici travaillaient en tant qu’artisans, dans des entreprises publiques ; on doit tenter de savoir si la documentation dont on dispose nous permet de mieux préciser dans quels domaines de la production ils étaient employés.

Des boutiques et des ateliers municipaux ?

4Des informations fragmentaires, trop souvent isolées, permettent de connaître quelques-uns des secteurs de cette économie qui pourraient avoir été sous un contrôle municipal direct ou à fermage.

Des boutiques où exerçaient des dépendants des cités ?

5Il faut sûrement distinguer la possession de boutiques, d’établissements et la possession du sol sur lequel des installations privées furent construites.

  • 9 V. Apologétique, XIII, 5-6, mais c’est dans un tout autre contexte que Tertullien s’intéresse à ce (...)
  • 10 V. CIL, X, 1450 = 1701.
  • 11 Pour des exemples africains, v. N. Tran, art. cit. sous presse.
  • 12 Les juristes soulignent que le statut juridique des constructions n’était pas très clair.
  • 13 D., 18,1,32 (44 Sab.). V. commentaire de G. Camodeca, Un nuovo decreto decurionale puteolano, in :(...)
  • 14 Tertullien, Ad nationes, I, 10, 22 : « Iam primus quos in hastarium regessistis, publicanis subdid (...)

6Un texte de Tertullien9 prouve que les cités d’Afrique mettaient en adjudication lors d’enchères publiques le forum olitorium, le marché aux légumes et probablement aussi des boutiques et des ateliers artisanaux, situation qu’il faut probablement étendre à toutes les cités de l’Empire. On sait que sur le marché d’Herculanum10, il y avait des biens de rapport (meritoria) et que les macellarii étaient des locataires de la cité11. On apprend par le Digeste l’existence d’aedes vectigales, c’est-à-dire d’entreprises construites sur le sol public ; les bâtiments étaient parfois propriété de la cité mais pouvaient avoir été édifiés par des entrepreneurs privés qui devaient verser le solarium au trésor municipal12. Les tabernae argentariae publicae mentionnées dans un autre texte du Digeste13 qui précise bien que les bureaux des banquiers ou tout autre entreprise privée qui se trouvent sur un terrain public sont de propriété publique et que les particuliers qui y exercent n’en ont que l’usage. Cependant, il est impossible de savoir si la cité était partie prenante de l’activité et si elle plaçait dans certaines de ses boutiques ses propres esclaves ou si elle se contentait, comme l’écrit Tertullien dans un autre texte, d’affermer, tous les cinq ans à un publicain la gestion et la mise en location de ces lieux14.

Des ateliers municipaux ?

  • 15 V. CIL, X, 8041, 37.
  • 16 V. CIL, X, 8041, 38.
  • 17 Cités par A. Weiss, v. ses remarques, op. cit. en part. p. 132-134 « Ziegelproduktion » et p. 133 (...)
  • 18 On en connaît trois exemplaires avec la signature d’Anteros publicus Ferentini v. CIL, X, 5865 ; A (...)
  • 19 Ces estampilles sur tuiles (v. AE, 1995, 395) sont signées par un esclave qui porte le nom de Vest (...)
  • 20 CIL, III, 4692, 2 exemplaires et 4693, 3 exemplaires.
  • 21 Ex off(icina) L(ucii) S(avariensi) s I(onii).

7Il existe un certain nombre de domaines pour lesquels il semble prouvé que les cités exploitaient en direct des ateliers. La res publica était propriétaire de figlinae et on retrouve sur ces matériaux les noms de magistrats locaux et (ou) d’esclaves publics, bien identifiés par le terme in extenso PUBLICUS15 et abrégé PUBLIC16 sur des tegulae Bruttiae de Vibo. On en connaît divers exemples17, ainsi à Ferentinum18, et à Iuvanum19, ainsi qu’à Savaria où l’officinator20 signe les tuiles de ce sigle : EX OFF L S I21 ; il s’agit de la signature de Lucius Savariensis Ionius, affranchi public de Savaria et donc ex-esclave de la cité. En revanche, on doit souligner que les productions « étatiques » locales n’ont été retrouvées que dans des constructions publiques ; encore faut-il préciser que le plus souvent ce sont des matériaux retrouvés hors contexte et dont la localisation primitive n’est pas aisée. Cependant, comme pour la production des manufactures impériales, tout laisse à supposer, à titre hypothétique, que les produits issus des manufactures municipales n’étaient pas commercialisés et ne servaient que pour des édifices dont la res publica était propriétaire.

  • 22 V. Chr. Bruun, The Water Supply of Ancient Rome. A Study of Imperial Administration, Helsinki, 199 (...)
  • 23 Op. cit., p. 174.
  • 24 Je n’entrerai pas dans la question complexe de la gestion de l’eau dans les cités municipales pour (...)
  • 25 V. AE, 1902, 188 : Ex of(ficina) Rufi [- se]r(vi) Amit(ernorum).
  • 26 CIL, V, 8117, 6 : Sedat(us) c(olonorum) Aq(uileiensium servus) et Suppl. Ital. Addimenta vol. V Gal (...)
  • 27 CIL, XI, 3155a1 : Felix ser(vus) municipi Falisci et CIL, XI, 3155b : September ser(vus) reipubl(i (...)
  • 28 V. R. Lanciani, Silloge epigrafica aquaria in: Atti Accademia dei Lincei. Memorie. Serie IV, 3, 18 (...)
  • 29 V. AE, 1964, 254a avec des inscriptions sur les deux côtés de la fistule, d’un côté la signature d (...)
  • 30 CIL, III, 6011 : Col(oniae) Sis(ciae) Tel(amo ?) ser(vus) f (ecit) CXV f. CCCI.
  • 31 CIL, XI, 4844 : Pop(uli) Spol(etini) / Potitus ser(vus) f (ecit).
  • 32 V. une fistule de plomb CIL, V, 8117, 1, signée de Felix publ(icus) Terg(estinorum) f (ecit).
  • 33 CIL, II, 2992. Trois morceaux de tubes de plomb ont été retrouvés dans l’Ebre avec les signatures (...)
  • 34 Les édiles devaient être secondés par le personnel de la familia publica dans les tâches qui leur (...)

8Un propos identique peut être tenu à propos d’un certain nombre de plumbarii22 qui s’identifient en tant que servi publici et dont L. Halkin23 avait donné une première liste qui a été complétée et plus amplement commentée par A. Weiss24. Aussi bien dans la péninsule qu’ailleurs, un certain nombre de tuyaux de plomb d’adduction d’eau sont marqués du nom de l’esclave public qui travaillait dans l’officina qui les a fabriqués, ainsi à Amiternum25, Aquileia26, Falerii27, Reate28, Rusellae29, Siscia30. Spoletium31, Tergeste32, Caesaraugusta33. Dans ce dernier cas, à Caesaraugusta en Taraconnaise, le nom de l’esclave public suit celui de l’édile de la cité, M. Iulius Antoninianus aid(ilis) qui signe lui aussi la fistule de plomb34. Toutes ces fistules en général n’ont pas non plus été mises au jour in situ ; cependant, il est évident qu’il existait des ateliers publics où travaillaient des esclaves de la familia publica ; on peut en déduire que la cité fabriquait elle-même avec son personnel au moins une partie des fistulae qui servaient à équiper les systèmes d’adduction d’eau de la communauté civique.

Fig. 1. De Cassano Irpino : tres tabernae. D’après Nonnis et Ricci 1999

  • 35 V. CIL, I2, 1539 = X, 5682 ; ILLRP, 547 : dans cette inscription lacunaire, trois édiles d’Arpinum (...)
  • 36 V. À propos des apochae rei publicae de Pompéi, J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus, Rom (...)
  • 37 V. D. Nonnis et C. Ricci, Vectigalia municipali ed epigrafia, in : Il capitolo delle entrate, op. (...)
  • 38 V. CIL, IX, 2226 : les deux praetores duoviri se chargent de faire rentrer le vectigal dû pour la (...)

9Les mêmes interrogations se posent à propos des fullonicae d’Arpinum35 et de Pompéi36, des tres tabernae situées sur le forum, citées dans une inscription de Cassano Irpino37 (fig. 1), des lanariae de Télèse38 entre autres ; cependant, il semble que dans tous ces cas, ces installations commerciales et artisanales étaient louées contre versement d’un vectigal, ce qui est explicite à Pompéi et à Cassano Irpino. Nous n’avons aucun témoignage qui prouve que certains de ces ateliers et boutiques aient été gérés par des employés municipaux.

  • 39 Cf. CIL, X, 6428.
  • 40 V. F. Coarelli, Lazio, Guide Laterza, Rome-Bari, 1982, p. 305.
  • 41 CIL, X, 6431.

10À Circeii, à l’époque augustéenne, un magistrat quattuorvir de la cité, L. Faberius Murena39, a fait réaliser des travaux hydrauliques importants en rapport avec le lac de Paola et son émissaire ; or on retrouve sur le terrain les différents éléments mentionnés dans l’inscription : le canal qui relie le lac à la mer et une grande vasque circulaire d’un diamètre de cinq mètres, divisée en quatre compartiments et reliée au canal par son côté ouest, certainement destinée à l’élevage du poisson40. La construction est datée, comme l’épigraphe, de l’extrême fin de la République et il est difficile de ne pas l’associer au quattuorvir Murena. Une inscription41 sur une fistule de plomb mise au jour au même endroit : Rei P(ublicae) Circeiens(ium) prouve le caractère public de la vasque ; la mise au jour près du canal (à côté de la tour qui le jouxte) de strates de coquillages à pourpre (murex trunculus), permet de supposer l’existence d’ateliers de fabrication de tissus de pourpre dont on connaît la très grande valeur, mais même s’il ne fait aucun doute que ces installations destinées à la pisciculture appartenaient à la cité, ceci ne signifie pas que la gestion en était directe et dans ce cas encore, il est difficile de trancher pour savoir à quel point les autorités municipales étaient engagées au nom de la cité dans cette activité économique.

Fig. 2. Le Puy : ILA (Vellaves), 24 D’après Rémy 1995

  • 42 Il est probable aussi que selon les besoins, la cité pouvait leur adjoindre d’autres ouvriers : de (...)

11Il est certain qu’au moins certaines cités possédaient des ateliers où elles faisaient travailler leurs esclaves42 ; on doit peut-être supposer que les productions, pas plus les tuiles que les tuyaux de plomb, n’étaient commercialisées, car strictement réservées à un usage public.

Des cités, propriétaires et exploitantes directes de mines

  • 43 Suétone, Vie de Tibère, 49 : plurimis etiam ciuitatibus et priuatis uteres immunitates et ius meta (...)
  • 44 V. B. Rémy, ILA. Vellaves, Bordeaux, 1995, no 24 : [D(is) M (anibus)] / [Se]x[t]i Donni Prisc[iani(...)
  • 45 Pour l’instant, ces inscriptions en sont la seule preuve, mais, comme le remarque B. Rémy, rédacte (...)
  • 46 J’ai opté pour la proposition de restitution de B. Rémy qui m’a semblé convaincante ; cependant, n (...)

12Quelques documents prouvent que, au moins dans les provinces, les autorités locales contrôlaient des mines dont la propriété leur resta, même après le règne de Tibère ; en effet Suétone donne comme exemple de la tyrannie du successeur d’Auguste le fait d’avoir ôté à des particuliers et à des cités le droit de les exploiter43. Pourtant au moins dans un cas on peut affirmer qu’une cité exploitait des mines ; dans deux inscriptions (dont une lacunaire) de la cité des Vellaves44, datées de la seconde moitié du IIe s. ap. J. -C., est mentionnée, en tant que fonction à part entière du cursus municipal, la charge d’adlector ferrariarum, ce qui implique l’existence de mines de fer45. On doit en déduire que la cité avait en exploitation directe, des mines de fer, en Haute-Loire, dont le contrôle incombait à un magistrat municipal46, l’adlector ferrariarum (fig. 2 et 3).

Fig. 3. Le Puy : ILA (Vellaves), 25. D’après Rémy 1995

  • 47 Cl. Domergue, Les mines de la péninsule ibérique dans l’Antiquité romaine, Rome, 1990 (Collection (...)
  • 48 V. la bibliographie dans Cl. Domergue, op. cit. p. 236, n. 46.
  • 49 V. supra note 35.
  • 50 On se souvient des propos de Tacite (Ann., VI, 19, 1) qui explicite la condamnation à mort d’un no (...)
  • 51 Pline, NH, XVIII, 20, 113 : Postea, mirum dictu, adminiscetur cretaquae transit in corpus coloremq (...)
  • 52 V. Pline, NH, XVIII, 20, 113 : candorem suum, quo praecellunt.
  • 53 Pline, ibid.,..quoniam negassent Campani alicam confici sine eo metallo posse.
  • 54 NH, XVIII, 20, 114 : extatque divi Augusti decretum quo annua ducena milia Neapolitanis pro eo num (...)

13On peut aussi citer les exemples réunis par Cl. Domergue47 pour l’Hispania ; il montre que des cités possédaient des mines de plomb argentifère mais avec une chronologie différente, puisque ces témoignages datent de la République et du début du Principat. Des lingots estampillés48 de Carthago Nova et de la Colonia Augusta Firma prouvent que l’état romain avait concédé aux cités des territoires en incluant l’exploitation des mines, et il semblerait qu’ensuite ces privilèges se soient peu à peu éteints et peut-être les décisions prises par Tibère49 furent-elles mises en application de manière drastique en Hispania50. Par Pline51, on apprend qu’Auguste concéda par décret aux colons de Capoue l’exploitation des Montes Leucogei (« Terre Blanche ») d’où on extrayait la creta, la craie utilisée, nous informe Pline, comme additif pour le pain ; cette addition permettait de blanchir l’alica, la semoule, pour lui donner « cette blancheur éclatante qui fait son prix »52 ; on peut imaginer l’extrême valeur de ce privilège à une époque où le pain était une des bases de l’alimentation et Pline prétend que les Campaniens étaient dans l’impossibilité de préparer la semoule sans ce minéral53. L’affaire était si importante pour eux que les Capouans (Campani) versaient au fiscus des Neapolitani sur le territoire desquels se situaient cette région une compensation de deux cents mille sesterces par an54.

Des mesures prises pour favoriser l’économie

  • 55 V. CIL, X, 1064.
  • 56 En revanche à Puteoli, une voie sûrement très appréciée des commerçants qui fréquentaient le port (...)
  • 57 Mommsen in CIL, I2, 1853 propose une première restitution de la lacune, alors que le premier édite (...)
  • 58 S. Zenodocchio, Memoria di un antico acquedotto della città di Amiternum di età repubblicana, Bull (...)

14Les magistrats associés ou non au conseil des décurions ont pris des décisions qui pourraient être interprétées comme des moyens pour aider l’activité de certaines professions. Ainsi certaines voies de communication semblent avoir été construites sur mandat des duumviri iure dicundo pour faciliter le trafic routier, ainsi à Pompéi55 pour un tronçon de voie publique conduisant de Naples à Nucera, via Pompéi56. Un document d’Amiternum57, récemment réétudié par S. Zenodocchio58, daté de la fin de la République (IIe / Ier av. J. -C.), permet d’identifier un aqueduc secondaire de la cité, construit, selon cet auteur, pour desservir et alimenter en eau la partie de la vallée qui était traversée par les troupeaux de la transhumance ; S. Zenodocchio a montré que l’aqueduc suit ce qu’on appelait encore au Moyen Âge la « voie de muletiers » qui dans l’Antiquité permettait aux troupeaux de la transhumance de passer de l’Apennin Central aux pâturages d’hiver, via la vallée d’Amiternum (fig. 4).

Fig. 4. CIL, I2, 1853 : proposition de restitution de E. Rodriguez Almeida, MEFRA, 112, 2000, p. 232

  • 59 Voir à ce propos Cicéron, Pro Cluentio, 161 : les Paccii et les Ancharii d’Amiternum étaient propr (...)
  • 60 Il n’est pas impossible non plus que les travaux de l’aqueduc aient servi essentiellement des prop (...)
  • 61 V. Fr. Salviat, Quinte Curce, les insulae furianae, la fossa augusta et la localisation du cadastr (...)
  • 62 Ph. Leveau, in : Espace et pouvoir dans l‘Antiquité de l’Anatolie à la Gaule. Hommages à Bernard R (...)
  • 63 V. ILN. Vienne, 667-668.
  • 64 V. Ph. Leveau, B. Rémy, A. Canal, M. Segard, Aix-les-Bains, vicus thermal et bourg rural, RAN, 38- (...)

15De fait, toute l’économie de la région était dépendante aussi bien à la fin de la République59 que sous l’Empire de la transhumance ce qui explique l’intérêt qu’avait Amiternum à réaliser les travaux très coûteux d’un aqueduc qui complétait les capacités d’apport de l’eau de l’aqueduc principal. Cet exemple me semble emblématique d’une implication municipale pour favoriser la vie économique locale60. Dans un autre contexte, il n’est pas possible de savoir si le duumvir Q. Curtius Rufus, défini dans le fragment 357 du cadastre C d’Orange61 en tant qu’inventor des terres riches en limons qui avaient été récupérées sur l’eau, ce qui avait permis de valoriser des zones marécageuses et d’ajouter nova iugera en limite de la pertica, avait exercé son évergétisme à partir d’une sorte de planification municipale ou de sa propre initiative. Ph. Leveau, récemment62, a repris l’étude d’un règlement municipal d’Aix-les-Bains63 ; le campus pecuarius du lieu fit l’objet d’une réglementation de la part des autorités locales, car c’était ce « parc à bétail » qui devait être utilisé pour stationner les animaux de traie des véhicules de ceux qui fréquentaient le marché ; Ph. Leveau montre les liens qui s’étaient tissés entre la gestion municipale et les activités agricoles, car en fait les possessores étaient à la fois les titulaires des charges politiques locales et les propriétaires, non seulement de propriétés agricoles mais aussi de figlinae dont on sait la place qu’elles occupaient dans la production gallo-romaine, comme le rappellent les auteurs d’une autre étude sur Aix-les-Bains64. Ce dernier exemple confirme combien il est difficile de trancher entre un souci de bonne administration et la conservation d’intérêts particuliers.

  • 65 Notons que mon étudiant ex-doctorant, Marco Maiuro dans une thèse de doctorat : La proprietà imper (...)

16Est-on en mesure, à partir de cet échantillonnage d’exemples issus de diverses régions d’Italie et des provinces, de déceler les intentions de ces responsables municipaux ? On est certain que, tous, avaient comme but primordial d’alimenter le trésor de la cité, si souvent et de plus en plus, en déficit. Peut-on aller au delà de ce souci de bonne gestion financière ? Quelques exemples, comme on a tenté de le montrer au fil de ces pages, peuvent sembler prouver une certaine programmation économique ; cependant, des doutes sérieux sont permis quant à l’efficacité des autorités locales, lorsque l’on considère que le gouvernement impérial dès le IIe s. de notre ère a dû renforcer ses contrôles sur les cités avec la nomination de curateurs puis, à partir du IVe siècle, de defensores civitatis, afin de tenter d’éviter la faillite des trésors municipaux. Il me semble plus logique d’envisager des situations cas par cas, car en fait les décisions dépendaient des personnalités qui revêtaient ces fonctions, des rapports plus ou moins tendus avec l’autorité centrale et des potentialités économiques de chaque région ; et dans ce dernier contexte, on doit aussi prendre en considération l’importance prise dans de nombreuses régions par la propriété impériale dont la présence n’était pas nécessairement un élément qui dynamisait l’économie locale65.

17Pour l’historien, aujourd’hui, il ne reste qu’à accepter la réalité d’une situation ambiguë dont l’analyse et l’interprétation doivent se faire avec le maximum de précautions, si on ne veut pas tomber dans la caricature et dans une vision utopique et irréaliste de ce qu’étaient les rapports dans le domaine du travail entre opérateurs économiques, quelle que soit la dimension de l’entreprise, et les tenants du pouvoir politique au sein des cités municipale.

Notes

2 Voir la contribution de N. Tran, Les cités et le monde du travail urbain en Afrique romaine, in : Le quotidien municipal dans l’Occident romain (Cl. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine, éd.), Clermont-Ferrand, 2008 (sous presse) qui montre en Afrique du Nord les contacts entre administrations municipales et certaines catégories d’artisans et commerçants, mais qui souligne aussi qu’il est souvent difficile de faire la part entre une action évergétique et une autre « officielle » entreprise au nom de la cité.

3 V. la récente étude sur les esclaves publics A. Weiss, Slave der Stadt : Untersuchungen zur öffentlichen Sklaverei in den Stadten des römischen Reiches, Stuttgart, 2004, en part. p. 117-134, qui ne rend pas pour autant obsolète le livre de L. Halkin, Les esclaves publics chez les Romains, Bruxelles, 1897, comme le prouvent deux rééditions anastatiques, à Rome, par « L’Erma » en 1965 et à New York en 1979 : et il est vrai que ce livre conserve encore un intérêt étant donné le nombre très limité d’études concernant la familia publica parues jusqu’à ce jour (noter que Fr. Sudi-Guiral termine un doctorat d’université sur les esclaves publics ; v. Eadem, MEFRA, 2007, 2, p. 421-426). V. aussi W. Eder, Servitus publicus : Untersuchungen zur antiken Sklaverei, Wiesbaden, 1980.

4 Cf. C.J., 6, 1, 5.

5 N. Rouland, À propos des servi publici populi romani, Chiron, 7, 1997, p. 261-273, en part. p. 269.

6 Cf. op. cit., p. 215.

7 À partir de la seconde moitié du IVe s., le defensor civitatis, institué peut-être sous le règne de Valentinien Ier pour empêcher des abus que les autorités politiques locales toléraient, fut personnellement responsable du bon usage de cette main d’œuvre municipale composée d’esclaves publics.

8 V. M. Cébeillac-Gervasoni, Apostilles à une énigme : le statut juridique des membres de la familia publica d’Ostie (C.I.L. XIV, 255), in : Espaces et pouvoirs dans l’Antiquité de l’Anatolie à la Gaule. Hommages à Bernard Rémy (J. Dalaison éd.), Grenoble, 2007, p. 7-15.

9 V. Apologétique, XIII, 5-6, mais c’est dans un tout autre contexte que Tertullien s’intéresse à cette question ; en fait, dans une diatribe anti-paganisme, il se scandalise des procédures utilisées par les administrations locales pour donner à ferme la gestion des temples (au rendement financier très fructueux préciset-il) comme de vulgaires marchés aux légumes « Sic Capitolium, sic olitorium forum petitur, sub eadem voce praeconis, sub eadem hasta, sub eadem annotatione quaestoris divinitas addicta conducitur… ». Ce passage de Tertullien a été longtemps mal interprété, mais la révision proposée par C. Lepelley, Ubique res publica. Tertullien témoin méconnu de l’essor des cités africaines à l’époque sévérienne, in : Aspects de l’Afrique romaine. Les cités, la vie rurale, le christianisme, Bari, 2001, p. 23-38, en part. p. 31-32 et note 31 ouvre des perspectives d’informations tout à fait précieuses pour le sujet qui m’intéresse ici.

10 V. CIL, X, 1450 = 1701.

11 Pour des exemples africains, v. N. Tran, art. cit. sous presse.

12 Les juristes soulignent que le statut juridique des constructions n’était pas très clair.

13 D., 18,1,32 (44 Sab.). V. commentaire de G. Camodeca, Un nuovo decreto decurionale puteolano, in : Il capitolo delle entrate nelle finanze municipali in Occidente ed in Oriente, Rome (Collection, 256), 1999, p. 9.

14 Tertullien, Ad nationes, I, 10, 22 : « Iam primus quos in hastarium regessistis, publicanis subdidistis, omni quinquennio inter vectigalia vestra proscriptos addicitis ». Cl. Lepelley, op. cit., p. 24-25 a souligné avec raison combien l’œuvre de Tertullien est une mine d’informations, parfois inédites, sur la vie municipale, celle de son temps, à Carthage, mais aussi plus largement en général sur la vie municipale dans l’Empire romain.

15 V. CIL, X, 8041, 37.

16 V. CIL, X, 8041, 38.

17 Cités par A. Weiss, v. ses remarques, op. cit. en part. p. 132-134 « Ziegelproduktion » et p. 133 le cas du servus officinator de Savaria.

18 On en connaît trois exemplaires avec la signature d’Anteros publicus Ferentini v. CIL, X, 5865 ; AE, 1956, 152 ; Suppl. Ital., I, p. 35.

19 Ces estampilles sur tuiles (v. AE, 1995, 395) sont signées par un esclave qui porte le nom de Vestigator et est p (ublicus) Iuuan(ensium) ; il est intéressant de noter que l’estampille correspond exactement au signaculum CIL, IX, 6083, 164 Vestigator / (servus) p (ublicus) Iuuan(ensium), daté de la première moitié du IIe s., signé par un esclave public qu’on peut peutêtre identifier au précédent vu la rareté de son nom qui signifie : celui qui cherche, ou le chasseur ou l’espion ; v. I. Kajanto, The Latin Cognomina, Helsinki, 1965, qui ne cite que cet esclave et le Vestigator (cognomen) in CIL, IX, 1455 3, 24 (daté de 101 ap. J. -C.).

20 CIL, III, 4692, 2 exemplaires et 4693, 3 exemplaires.

21 Ex off(icina) L(ucii) S(avariensi) s I(onii).

22 V. Chr. Bruun, The Water Supply of Ancient Rome. A Study of Imperial Administration, Helsinki, 1991, en part. les quelques lignes consacrées à cette question p. 335.

23 Op. cit., p. 174.

24 Je n’entrerai pas dans la question complexe de la gestion de l’eau dans les cités municipales pour laquelle on possède des études récentes dont les références essentielles sont répertoriées par A. Weiss, op. cit., en notes des p. 120-125.

25 V. AE, 1902, 188 : Ex of(ficina) Rufi [- se]r(vi) Amit(ernorum).

26 CIL, V, 8117, 6 : Sedat(us) c(olonorum) Aq(uileiensium servus) et Suppl. Ital. Addimenta vol. V Galliae Cisalpinae, 1082, 2 : Surio (servus) c(olonorum) A(quileiensium) et on peut ajouter (non compris dans la liste de Weiss) Suppl. Ital. Addimenta vol. V Galliae Cisalpinae, 1082, 1 : Aq(uileiensium) (servus) Iuuvenal f(ecit).

27 CIL, XI, 3155a1 : Felix ser(vus) municipi Falisci et CIL, XI, 3155b : September ser(vus) reipubl(icae) Falicor(um) fec(it).

28 V. R. Lanciani, Silloge epigrafica aquaria in: Atti Accademia dei Lincei. Memorie. Serie IV, 3, 1879-1880, p. 483, no 438 : Sallustianus reip(ublicae) R (eatinorum) s (ervus) f (ecit). J’ajouterai à la liste dressée par A. Weiss la fistule publiée par Lanciani (ibid., no 440) (Reipublicae) Reatin(orum) (servus) Callimorphus f (ecit).

29 V. AE, 1964, 254a avec des inscriptions sur les deux côtés de la fistule, d’un côté la signature de [Se] cundus publicus Rusellanoru[m ] fec[it] et de l’autre : Pub(licum) col(oniae) Rus(ellanorum).

30 CIL, III, 6011 : Col(oniae) Sis(ciae) Tel(amo ?) ser(vus) f (ecit) CXV f. CCCI.

31 CIL, XI, 4844 : Pop(uli) Spol(etini) / Potitus ser(vus) f (ecit).

32 V. une fistule de plomb CIL, V, 8117, 1, signée de Felix publ(icus) Terg(estinorum) f (ecit).

33 CIL, II, 2992. Trois morceaux de tubes de plomb ont été retrouvés dans l’Ebre avec les signatures suivantes :
a) M. Iul(ius) Antoniani aed(ilis) Artemas c (olonorum) c (oloniae) s (ervus)
b) Artemas c (olonorum) c (oloniae) s (ervus)
c) Identique mais avec inversion des signatures.

34 Les édiles devaient être secondés par le personnel de la familia publica dans les tâches qui leur incombaient par exemple pour la cura viarum ; ainsi, entre autres, on apprend dans une lettre de Pline (Ep., 31 [40], 32 [41] et 19 [30] qu’en Bithynie, c’étaient des esclaves publics qui, sous les ordres de l’édile, faisaient l’entretien des chaussées et le nettoyage des égouts, travaux ingrats et très durs.

35 V. CIL, I2, 1539 = X, 5682 ; ILLRP, 547 : dans cette inscription lacunaire, trois édiles d’Arpinum, de senatus sententia, interviennent pour divers bâtiments publics dont les fullonicae inferiores et superiores.

36 V. À propos des apochae rei publicae de Pompéi, J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus, Rome, 1974, p. 53 sq. pour les tablettes 141-142-143-144 : Jucundus est fermier des redevances perçues pour la fullonica.

37 V. D. Nonnis et C. Ricci, Vectigalia municipali ed epigrafia, in : Il capitolo delle entrate, op. cit., 1999, p. 41-59 ; dans cette inscription retrouvée à Cassano Irpino, sur le forum, six magistri mercuriales (probables mercatores) : tabernas ((tres)) ex s. c. emerunt.....vectigal populo.

38 V. CIL, IX, 2226 : les deux praetores duoviri se chargent de faire rentrer le vectigal dû pour la location de lanariae publicae.

39 Cf. CIL, X, 6428.

40 V. F. Coarelli, Lazio, Guide Laterza, Rome-Bari, 1982, p. 305.

41 CIL, X, 6431.

42 Il est probable aussi que selon les besoins, la cité pouvait leur adjoindre d’autres ouvriers : des affranchis publics mais sans doute aussi des ouvriers, serviles (dans ce cas loués à des propriétaires privés) ou libres.

43 Suétone, Vie de Tibère, 49 : plurimis etiam ciuitatibus et priuatis uteres immunitates et ius metallorum ac uectigalium adempta.

44 V. B. Rémy, ILA. Vellaves, Bordeaux, 1995, no 24 : [D(is) M (anibus)] / [Se]x[t]i Donni Prisc[iani ?] /, Vellaui omnibus officii / s ciuilibus in ciuita[te] / sua functo a(dlectori) ferrar[ia] / rum. G (aius) Iul(ius) Paternus ami[c] / us sibique ui(u)us de propri[io]/ponendum curavit et / s(ub) a(scia) d(edicavit).
et 25 : « [- - - adlector ?] ferrariar(um) gutuater, praefectus colon(iae) [—] / [—] qui antequam hic quiesco, liberos meos [—] / [—] utrosq(ue) uidi Nonn(ium) Ferocem, flam(inem), IIuirum bis [—].

45 Pour l’instant, ces inscriptions en sont la seule preuve, mais, comme le remarque B. Rémy, rédacteur des ILA. Vellaves, op. cit., p. 77, les prospections archéologiques y restent très rares ; en revanche, B. Rémy note qu’on connaît l’existence d’une mine de plomb argentifère, de cuivre, zinc et antimoine à teneur aurifère gallo-romaine, sur le territoire de la commune de Beaune depuis 1911 et du même type, découverte en 1908, à Craponne-sur-Auzon.

46 J’ai opté pour la proposition de restitution de B. Rémy qui m’a semblé convaincante ; cependant, notons que Y. Burnand, Primores Galliarum, I, Bruxelles, 2005, p. 220-222, restitue adsessor ferrariarum et place cette fonction dans le cadre de l’administration fédérale ; le personnage serait un adjoint du iudex arcae ferrariarum (v. CIL, XIII, 3162). F. Trément, in : L’identité de l’Auvergne. Mythe ou réalité historique, Nonette, 2002, p. 107, ne prend pas position et préfère seulement souligner l’importance des mines dans la région.

47 Cl. Domergue, Les mines de la péninsule ibérique dans l’Antiquité romaine, Rome, 1990 (Collection EFR, 127), en part. p. 236 et Cl. Domergue, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecques et romaines. Paris, 2008. Voir aussi R. Sablayrolles, L’administration des mines de fer en Gaule romaine, in : Minería y metalurgía en las antiguas civilizaciones mediterránea y europea. Coloquio Internacional Asociado [Madrid, 24-28 octobre 1985], Madrid, 1989, vol. 2, p. 160-161.

48 V. la bibliographie dans Cl. Domergue, op. cit. p. 236, n. 46.

49 V. supra note 35.

50 On se souvient des propos de Tacite (Ann., VI, 19, 1) qui explicite la condamnation à mort d’un notable d’Hispania par le désir de Tibère de s’approprier ses mines d’or et d’argent : Post quos, Sex. Marius, Hispaniarum ditissimus. saxo Tarpeio deicitur. Ac, ne dubium haberetur magnitudinem pecuniae malo uertisse, aurarias <argentarias>que eius quamquam publicarentur, sibimet Tiberius seposuit.

51 Pline, NH, XVIII, 20, 113 : Postea, mirum dictu, adminiscetur cretaquae transit in corpus coloremque et teneritatem adfert. Invenitur haec inter Puteolos et Neapolitani in colle Leucogaeo appellato.

52 V. Pline, NH, XVIII, 20, 113 : candorem suum, quo praecellunt.

53 Pline, ibid.,..quoniam negassent Campani alicam confici sine eo metallo posse.

54 NH, XVIII, 20, 114 : extatque divi Augusti decretum quo annua ducena milia Neapolitanis pro eo numerari iussit e fisco suo coloniam deducens Capuam, adiecitque causam adferendi.

55 V. CIL, X, 1064.

56 En revanche à Puteoli, une voie sûrement très appréciée des commerçants qui fréquentaient le port a été offert « de sua pecunia » par un évergète Fronto dont le gentilice est lacunaire qui « duxit viam a foro usque ad feines stravit, fecit cleivom summo ad emporium stravit » CIL, I2, IV, 3131 = X, 1698.

57 Mommsen in CIL, I2, 1853 propose une première restitution de la lacune, alors que le premier éditeur de ce texte découvert en 1888 n’avait pas tenté de restitution (N. Persichetti, Viaggio sulla Salaria, Rome, 1893, p. 182 et NSc, 1893, p. 326) ; les reprises successives du texte présentent d’autres propositions de restitution jusqu’à celles de S. Zenodocchio (cf. note infra), v. AE, 1998, 407 et de E. Rodriguez Almeida, Breve nota sulla lex di una furcatio aquaria, MEFRA, 112, 2000, p. 231-236, v. AE, 2000, 381. V. fig. 4. Le texte est destiné aux castellarii chargés de l’entretien de l’aqueduc.

58 S. Zenodocchio, Memoria di un antico acquedotto della città di Amiternum di età repubblicana, Bullettino della Deputazione Abruzzese di Storia Patria, 88 (1998), p. 21-36.

59 Voir à ce propos Cicéron, Pro Cluentio, 161 : les Paccii et les Ancharii d’Amiternum étaient propriétaires de troupeaux ; Varron (de r. r., II, 9, 6) à propos d’une anecdote sur l’émouvante fidélité de chiens de bergers, mentionne Publius Aufidius Pontianus qui avait acheté des troupeaux dans l’Umbria Ultima et qu’il fallait conduire dans les pacages de Métaponte (Metapontinos saltus) et jusqu’à la foire d’Héraclée (Heracleae emporium).

60 Il n’est pas impossible non plus que les travaux de l’aqueduc aient servi essentiellement des propriétaires d’Amiternum qui profitèrent de leur position dominante pour faire réaliser aux frais de la collectivité des travaux très coûteux mais utiles pour leur propre activité professionnelle. On peut mettre en parallèle mutatis mutandis, la construction du môle à Terracine (v. T.L., 40, 51, 2) par M. Aemilius Lepidus, censeur urbain en 179 av. J.-C., dont le principal bénéficiaire était lui-même, car ainsi il pouvait améliorer l’exportation des produits agricoles des propriétés foncières qu’il possédait dans cette zone.

61 V. Fr. Salviat, Quinte Curce, les insulae furianae, la fossa augusta et la localisation du cadastre d’Orange, RAN, 19, 1986, p. 101-116.

62 Ph. Leveau, in : Espace et pouvoir dans l‘Antiquité de l’Anatolie à la Gaule. Hommages à Bernard Rémy (J. Delaison éd.), Grenoble, 2007, p. 405-414, en part. p. 406.

63 V. ILN. Vienne, 667-668.

64 V. Ph. Leveau, B. Rémy, A. Canal, M. Segard, Aix-les-Bains, vicus thermal et bourg rural, RAN, 38-39, 2005-2006, p. 85-103).

65 Notons que mon étudiant ex-doctorant, Marco Maiuro dans une thèse de doctorat : La proprietà imperiale in Italia. Un’interpretazione storica (Doctorat en co-tutelle des universités de Trieste et de Clermont-Ferrand) soutenue en avril 2007 et en cours de publication, à partir d’exemples concrets en Italie, prend le contre-pied de cette opinion largement répandue.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. De Cassano Irpino : tres tabernae. D’après Nonnis et Ricci 1999
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende Fig. 2. Le Puy : ILA (Vellaves), 24 D’après Rémy 1995
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Légende Fig. 3. Le Puy : ILA (Vellaves), 25. D’après Rémy 1995
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 4. CIL, I2, 1853 : proposition de restitution de E. Rodriguez Almeida, MEFRA, 112, 2000, p. 232
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4203/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search