Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comunicare la memoria del Mediterraneo

 | 
Francesco Gravina

Progetti di valorizzazione

Pour un musée du patrimoine maritime : le cas du projet Larache – Lixus

Hassan Limane

Texte intégral

1La région de Larache (fig. 1) est parmi les régions marocaines qui attirent de plus en plus l’attention des décideurs et investisseurs par sa situation géographique au nord du pays, non loin de la côte atlantique et par la diversité de ces potentialités. Elle constitue une zone très favorable pour abriter plusieurs projets de développement territoriaux d’ordre économique, social, patrimonial et touristique, d’autant plus que la politique du gouvernement actuel vise à développer de plus en plus les régions du nord du Maroc pour lesquelles a été crée une agence spéciale, “l’Agence du Développement du Nord”.

  • 1 Commission Européenne, EUROMED HERITAGE, PISA, réseau euroméditerranéen, Programmation Intégrée da (...)
  • 2 Il représente le projet pilote qui a été consigné dans le Rapport final du Projet PISA.

2Dans ce sens, mettre en valeur le patrimoine maritime de la ville antique de Lixus et celui de sa sœur jumelle Larache, celle qui a pris sa place à l’époque médiévale, dans un projet de développement territorial intégré était la mission que s’était fixé le projet PISA (Programmation Intégrée des Sites Archéologiques)1 conduit il y a quelques années par un groupe de chercheurs marocains et étrangers dans cette région même. Cette action a montré les liens étroits qu’entretient le site de Lixus avec son environnement et a dégagé les possibilités de développement intégrées qu’il offrait. Parmi les actions expérimentales proposées à la réalisation en concertation avec les acteurs locaux le choix s’est porté sur le rôle de locomotive que peut jouer le site de Lixus dans le développement local. L’une des actions intégrées susceptibles de contribuer aussi bien à la mise en valeur du site qu’au développement de son territoire, proposée par l’équipe de recherche sur le site de Lixus est l’aménagement d’un centre culturel dans l’un des plus importants monuments historiques de la Ville de Larache2. Ce projet a acquis l’adhésion de l’ensemble des participants aux différentes activités de concertation organisées localement. Faire participer les décideurs locaux, les ONG et la société civile au choix du projet, constitue une nouveauté dans la gestion d’un tel projet.

Fig. 1 Localisation de la ville de Larrache. Carte physique du Maroc (Service de la cartographie du Maroc).

Fig. 2 Localisation de l’ancien port de LIXUS (d’après Niemeyer 1992, p. 47).

Les potentialités de la région de Larache

  • 3 Division administrative géographique en usage en Algérie et au Maroc.

3La région de Larache est l’une des provinces de la Willaya de Tétouan3. Elle se caractérise par plusieurs potentialités qui font d’elle l’une des plus importantes provinces.

Les potentialités naturelles

4La région possède un territoire étendu et varié caractérisé par :

  • La présence de la mer à 3Km à l’ouest de la ville de Larache, l’océan Atlantique et le domaine maritime environnant constitué par la plage de Rmel.
  • Le fleuve Loukkos et ses affluents : oued El Makhazine et oued Ouarour constituent le réseau hydraulique de la région. – Les salins situés à l’ouest du site de Lixus forment des zones humides et constituent un lieu de passage, d’hivernage et de reproduction de plusieurs espèces d’oiseaux migrateurs.
  • Les lacs, Merja Halloufa et de Moulay Bouselham sont parmi les plus importantes réserves biologiques au niveau national.

Fig. 3. Plan général du site de Lixus : 1. les usines de salaison ; 2. le quartier des temples ; 3. le quartier des maisons maurétaniènnes ; 4. le théâtre amphithéâtre de Lixus ; A. Maison de Mars et Rhéa ; B. Maison d’Hélios (d’après Ghedini 1999).

Les potentialités économiques

5Selon les caractéristiques naturelles de la région deux activités primordiales contribuent à l’économie de la région : l’agriculture et la pêche. Les cultures industrielles sont très favorisées dans cette région parmi lesquelles citons la canne à sucre, les betteraves et les oléagineuxs. La pratique de ce type de culture a contribué au développement de l’industrie agro-alimentaire.

6D’une manière générale, la région a une vocation agraire et maritime, la plupart des unités industrielles qui s’y trouvent sont des unités de transformation des produits agricoles ou de ceux provenant de la mer. L’artisanat constitue aussi une activité des plus développée et mieux conservée dans le monde rural où l’on produit encore de la céramique et divers produits de tissage traditionnel ainsi que des produits en cuir.

Les potentialités culturelles et patrimoniales

7La région de Larache n’abrite en réalité aucune activité culturelle, à part quelques manifestations organisées par la délégation régionale du Ministère de la Culture. Par contre, les autres zones ou régions du nord sont plus animées. La ville d’Asilah à 40 Km au nord organise chaque année l’un des festivals les plus réputés du Maroc.

  • 4 Ribichini 1992.
  • 5 La Martienère 1890, et Ch. Tissot confirme cette identification dans son travail (Tissot 1878) ; T (...)
  • 6 Ponsich, Tarradell 1965.

8Par ailleurs, la région abrite l’un des sites les plus spectaculaires : le site de Lixus ou “Schemich”. De sa position géographique, il domine l’estuaire de l’oued Loukkos et son embouchure (fig. 2-3), et s’ouvre sur l’océan Atlantique. Le site par ses vestiges nous rappelle une longue page de l’histoire ancienne du pays, il nous rappelle aussi les légendes millénaires d’Hercule et le jardin des Hespérides4, du combat légendaire d’Hercule et d’Antée, de Thésée terrassant le Minotaure (fig. 4.1), et d’Hercule séparant l’Afrique de l’Europe. Les fouilles archéologiques entreprises sur le site ont permis d’enrichir nos collection muséales (fig. 4) et de dégager des ensembles architecturaux très importants5 parmi lesquels le complexe d’industrie de salaison6, qui est l’un des plus grand complexe du bassin méditerranéen (fig. 6) ; produit qui a fait un certain temps la renommée de la Méditerranée et de la ville de Lixus.

Fig. 4 : 4.1. Thésée terrassant le Minotaure (IIe siècle av. J.-C). 2. Puisoir (dernier quart du VIIe siècle av. J.-C. 3. Masque d’océan (Ier siècle av. J.-C. Maroc, les trésors du Royaume, Petit Palais musée des beaux arts de la ville de Paris, catalogue de l’exposition du 15 avril-18 julliet 1999. Cliché du ministère de la Culture du Maroc - direction du Patrimoine).

  • 7 Ponsich 1982.

9L’exportation de ce produit et d’autres était liée à la présence d’un établissement portuaire qui était sans aucun doute à l’image du site. Ce port est situé dans la partie sud-est du site non loin du fleuve Loukkos7 (fig. 2). La vie du site dépendait en grande partie de ce fleuve qui portait le même nom que le site dans l’Antiquité, Lix.

Fig. 5. La mosaïque du dieu océan de Lixus (cliché de l’INSAP).

10De ce fait, le site de Lixus reflète à travers ces vestiges deux activités principales : l’agriculture et la pêche. Celle-ci a été mise en évidence ces dernières années par le nombre de pêcheries identifiées dans les zones proches du site (15 pêcheries). Ces activités sont toujours pratiquées par les populations de la région.

11Larache moderne - Lixus l’ancienne, deux villes portuaires, deux villes ouvertes sur la mer mais qui ont entretenu des relations très étroites avec leurs territoires.

Les potentialités touristiques

12Malgré les potentialités naturelles, culturelles, patrimoniales de la région, le tourisme reste l’un des secteurs qui mérite d’être développé en créant des activités variées et en renforçant l’infrastructure touristique existante. En fonction des potentialités de la région le tourisme culturel reste prometteur. En effet les produits sont très variés. Il suffit juste de les présenter dans une nouvelle formule. La région est très accueillante ; la population est généreuse ; le climat est très tempéré, le cadre naturel pittoresque. Dans l’ensemble, tous les ingrédients sont favorables pour faire de cette région une niche touristique de premier ordre. Dans ce même cadre, la région va être dotée d’une station balnéaire très importante à Khemis du Sahel non loin de Larache et qui portera le nom de Lixus.

Pour un projet promotionnel de la région

13Le patrimoine joue souvent le rôle d’un vecteur de développement économique et social, mais il peut aussi être un vecteur de promotion de toute une région et être la locomotive d’un développement socio-économique. Il suffit de bien l’intégrer dans une politique de développement territoriale réfléchie.

Fig. 6. Une partie des usines de salaison de Lixus (cliché de l’INSAP).

14Dans cette région, Larache, le site de Lixus n’a jamais pu jouer le rôle qu’il méritait. Il a souvent été délaissé au niveau de l’entretien, de la mise en valeur et de la préparation du plan de gestion. Le site ne dispose d’aucune infrastructure et pourtant c’est l’un des sites majeurs de toute la région nord.

15Le programme de développement du site est celui qui a été élaboré lors du programme PISA : Programmation Intégrée des Sites Archéologiques a visé à lier le site aux autres vecteurs et aux autres objectifs du développement local et régional.

16L’objectif de cette action est d’établir des relations entre les fonctions du site de Lixus et les différents vecteurs productifs de la province de Larache et de son territoire. Il vise aussi à exploiter les potentialités de la région dans l’élaboration de nouvelles options de développement.

17Pour dire vite, les attentes du projet se résument par la diversité des produits, l’animation des activités économiques en attirant de nouveaux clients nationaux et internationaux, et enfin, il faut souligner l’attente primordiale de tout projet de ce genre qui réside dans la création d’emplois.

18Le choix du site de Lixus a été dicté par la place privilégiée qu’il occupe non seulement dans la région de Larache mais aussi dans toute celle nord occidentale du Maroc. Il ne représente pas simplement une valeur symbolique, historique, archéologique, il a une valeur de locomotive du développement socio-économique. Ce site peut jouer un rôle favorable dans la promotion de cette région. Cette promotion doit être bien structurée et réfléchie, elle doit s’éloigner du centre d’intérêt traditionnel, c’est-à-dire drainer des touristes, mais les orienter vers des nouveaux centres d’intérêt ou d’autres pôles d’attractions dans l’ensemble du territoire. De ce fait ce programme vise à créer une relation d’interdépendance entre le site et son territoire.

19Ce programme ne vise pas à mettre en valeur seulement le patrimoine archéologique mais aussi ses potentialités naturelles. Le tourisme “vert” est devenu un produit très recherché et prend de l’ampleur, année après année. Ce type de tourisme peut être associé facilement aux potentialités patrimoniales, culturelles et ethnographiques. En fin de compte, l’ensemble des potentialités de la région peuvent se regrouper dans la nouvelle version du tourisme, le tourisme culturel, en mettant l’accent sur les particularités de cette région, d’autant plus que la politique des parcs naturels est déjà élaborée : parcs de Perdicalis et de Chefchaouen.

Les actions proposées

20Pour cette mise en valeur et ce programme plusieurs actions ont été proposées parmi lesquelles nous retenons :

  • création d’un centre de développement du patrimoine en relation avec le site de Lixus,
  • création d’un musée de la mer,
  • infrastructure de conservation (sur le site de Lixus, action qui devrait être engagée par le ministère de tutelle),
  • action de sensibilisation de la population,
  • élaboration de supports d’assistance et élaboration de circuits touristiques thématiques (infrastructures sur le site),
  • création de festival à caractère économique,
  • formation aux métiers de gestion.

21Chacune de ces actions constitue en elle-même un projet indépendant. De ces actions, une seule a été choisie à l’unanimité : la création d’un centre d’animation culturelle de Lixus-Larache.

22Ce projet concrétise en quelque sorte toutes les recommandations et les objectifs des actions de développement intégré du site de Lixus. Le centre proposé répond aux exigences du développement du site lui-même qui sont les suivantes :

  • la nécessité de doter le territoire de Lixus d’infrastructure culturelle de ce genre,
  • l’absence d’un musée dédié à l’histoire et au patrimoine maritime au Maroc
  • l’importance de Larache en tant que ville portuaire et maritime et de Lixus en tant que site archéologique dont la fondation et l’histoire sont liées principalement à la mer,
  • la nécessité de doter la ville de Larache et sa région d’un équipement culturel particulier en vue de contribuer à l’essor de son développement socioéconomique, notamment en ce qui concerne le développement culturel et touristique
  • la présence à Larache de potentialités culturelles et touristiques spécifiques à la nature de ce type d’équipement.

Les retombées socio-économiques et culturelles du projet proposé

23Le lieu qui a été choisi est celui du Bordj Laqlaq. Ces possibilités et ces exigences sont intimement liées à l’importance et au processus de mise en valeur du site de Lixus :

  • Aux possibilités de développement des flux touristiques vers Larache et par conséquent, au développement de l’infrastructure d’hébergement touristique de la ville.
  • À l’intégration de Larache dans les circuits touristiques qui touchent les autres régions du pays et principalement le nord du Royaume.
  • Au développement et à la diversification d’autres activités culturelles saisonnières ou permanentes de la ville.
  • À l’implication des décideurs nationaux et locaux dans la mise en forme et la gestion de ce projet.
  • À l’implication des diverses associations culturelles et ONG locales dans l’animation des activités du centre.
  • À l’implication du secteur privé et de la société civile dans l’exploitation et la gestion de certains éléments du projet en vue d’accroître les possibilités d’attirer des visiteurs (cafétéria, boutiques, artisanat, services…).

Présentation du Bordj Laqlaq (fig. 7-11)

  • 8 Elboudja 1998, p. 169-172.

24Le fort de la cigogne (Bordj Laqlaq)8 est l’une des deux principales forteresses de la Ville de Larache, construites par le souverain saâdien Ahmed El Mansour vers 1578 (XVIe siècle), l’autre forteresse se trouve au nord et est appelée la Quasbah Al Saâdiya. La construction de ce Bordj a été réalisée par les prisonniers portugais capturés lors de la “bataille des trois rois”. Les chroniques la désignent sous le nom de « Hisn Al Fath » (fort de la conquête). Cette appellation apparaît la plus plausible en relation avec la récupération de la ville de Larache, qui était des mains des portugais, au XVIe siècle.

Fig. 7. Plan des aménagements prévus dans Bordj Alaqlaq.

Fig. 8. Le jardin entre le bordj et l’un des axes de la ville.

Fig. 9. La tour ouest et la terrasse Nord.

25Au XVIIe siècle le fort est appelé « Castillo de Santa María » ou « de Santa María d’Europa » par les espagnols.

26Il se situe à l’extrémité sud est de la médina de Larache. Il surplombe la kasbah et le précipice est de la colline sur laquelle il a été construit. Cette position lui permet de renforcer un des endroits stratégiques les plus vulnérables de la ville, en dominant et contrôlant l’ensemble de la campagne sud, ainsi que l’embouchure et les méandres du fleuve Loukkos.

Fig. 10. La tour sud et la terrasse est.

Fig. 11. La cour centrale du bordj.

Fig. 12. Une partie de la cour centrale avec ses niches. Clichés de l’INSAP.

27De sa position, nous avons une vue imprenable sur les méandres du fleuve, sur le port et sur le site de Lixus avec lequel il constitue une dualité de part et d’autre du Loukkos, caractérisée par la présence de deux monuments archéologiques et historiques importants. Ces deux sites semblent entretenir entre eux un dialogue particulier sur l’histoire des civilisations venues par la mer.

Fig. 13. Vue sur Lixus de la terrasse du bordj. Cliché de l’INSAP.

Fig. 14. Vue de la terrasse du bordj sur le port actuel de Larache. Cliché de l’INSAP.

28Le bâtiment par sa forme presque triangulaire offre plusieurs possibilités d’aménagement de salle d’expositions et d’activités diverses. Selon les propositions retenues, le rez-de-chaussée (fig. 7) abritera une première salle réservée à la présentation de l’histoire du fort lui même, suivie d’une salle dans laquelle l’exposition retracera l’histoire des recherches et des occupations du site de Lixus. Pour cet aménagement, il a été prévu d’exploiter les deux tours est et ouest en tant que salles d’exposition, l’une portera le nom de Lixus et l’autre celui de Larache. Afin de concrétiser l’idée du musée de la mer, la salle no 4 sera destinée à accueillir une exposition permanente sur l’histoire maritime de la région.

Fig. 15. Proposition d’un circuit de tourisme culturel dans l’ensemble du nord ouest du Maroc

29Du musée et de sa terrasse Lixus est omniprésente, et du sommet de la colline sur laquelle la cité de Lixus s’est développée on contemplera la ville portuaire de Larache et son arrière-pays serpenté par le fleuve Loukkos qui a été comparé au dragon protégeant le jardin des Hespérides. Ainsi la dualité entre les deux cités est présente à tout moment.

30Ce projet offrira à la ville de Larache l’opportunité d’être intégrée à part entière dans un circuit touristique qui englobe toute la partie nord du Royaume (fig. 15), circuit basé sur la diversité des potentialités patrimoniales et culturelles de cette zone du Maroc.

Bibliographie

Bibliografia

Elboudja 1998 : ELBOUDJA (A.), La ville de Larache : Etude d’histoire et d’archéologie urbaine et monumentale, thèse de 3ème cycle, dactylographié, I-II, INSAP, Rabat, 1998.

Euzennat 1960 : EUZENNAT (M.), L’archéologie marocaine de 1958 à 1960. Bulletin d’Archéologie Marocaine, IV, 1960, p. 523-564.

Ghedini 1999 : GHEDINI (F.) (a cura di), Marocco l’Occidente dell’Oriente, Le monografie di Archeo, anno VIII, n. 3, 1999.

Khatib 1964 : KHATIB (N.), L’Archéologie Marocaine de 1961 à 1964. Bulletin d’Archéologie Marocaine, V, 1964,

La Martienère 1890 : LA MARTIENÈRE (H. M. de), Recherches sur l’emplacement de la ville de Lixus. Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1890, p. 134-148.

Niemeyer 1992 : NIEMEYER (H. G.), Lixus : fondation de la première expansion phénicienne vue de Carthage, in : Lixus (Actes du colloque international, Larache 1989), Rome, 1992 (Collection EFR, 166), p. 45-57.

Ponsich 1961 : PONSICH (M.), Le quartier des temples de Lixus, Etudes et Travaux d’Archéologie Marocaine, IX, 1961, p. 32.

Ponsich 1966 : PONSICH (M.), Un théâtre grec au Maroc ? Bulletin d’Archéologie Marocaine, VI, 1966, p. 317-322.

Ponsich 1982 : Lixus. Informations archéologiques. ANRW, II, 10, 1982, p. 817-849.

Ponsich, Tarradell 1965 : PONSICH (M.), TARRADELL (M.), Garum et industries antiques de salaison dans la méditerranée occidentale, (Coll. “Université de Bordeaux et Casa de Velasquez”, Bibliothèque de l’École des Hautes Etudes hispaniques), Paris, 1965.

Ribichini 1992 : RIBICHINI (S.), Hercule à Lixus et le jardin des Hespérides, dans, Lixus (Actes du colloque international, Larache 1989), Rome, 1992 (Collection EFR, 166), p. 131-136.

Tarradell 1951 : TARRADELL (M.), Las excavaciones de Lixus. Ampurias, XVIII, 1951, p. 186-190.

Tarradell 1953 : TARRADELL (M.), Las excavaciones de Lixus. Tinga, 1, 1953, p. 8-18.

Tarradell 1954 : TARRADELL (M.), Marruecos antiguo : nuevas perspectivas. Zephyrus V, 1954, p. 105-139.

Tarradell 1955 : TARRADELL (M.), Lecciones de Arqueología púnica. Caesaraugusta, VI, 1955, p. 55-108.

Tarradell 1957 : TARRADELL (M.), Las excavaciones de 1954 y 1955 en Lixus (Marruecos), in : IV Congreso nacional de arqueología (Burgos 1955), Zaragoza 1957, p. 193-207.

Tarradell 1959 : TARRADELL (M.), Lixus, Historia de la ciudad, Guía de las ruinas y de la sección de Lixus del Museo Arqueológico de Tetuán, Tetuán, 1959.

Tissot 1878 : TISSOT (Ch.), Recherches sur la géographie comparée de la Maurétanie Tingitane, Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1ère s., IX, Paris, 1878, p. 361-378.

Notes

1 Commission Européenne, EUROMED HERITAGE, PISA, réseau euroméditerranéen, Programmation Intégrée dans les Sites Archéologiques.

2 Il représente le projet pilote qui a été consigné dans le Rapport final du Projet PISA.

3 Division administrative géographique en usage en Algérie et au Maroc.

4 Ribichini 1992.

5 La Martienère 1890, et Ch. Tissot confirme cette identification dans son travail (Tissot 1878) ; Tarradell 1954 ; Tarradell 1955, p. 79-80 et p. 108, fig. 3 ; Tarradell 1953, p. 8-18 ; Tarradell 1957 ; Tarradell 1959 ; Euzennat 1960, p. 538-541 ; Khatib 1964, p. 375.

6 Ponsich, Tarradell 1965.

7 Ponsich 1982.

8 Elboudja 1998, p. 169-172.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Localisation de la ville de Larrache. Carte physique du Maroc (Service de la cartographie du Maroc).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-1.jpg
Fichier image/, 364k
Légende Fig. 2 Localisation de l’ancien port de LIXUS (d’après Niemeyer 1992, p. 47).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-2.jpg
Fichier image/, 153k
Légende Fig. 3. Plan général du site de Lixus : 1. les usines de salaison ; 2. le quartier des temples ; 3. le quartier des maisons maurétaniènnes ; 4. le théâtre amphithéâtre de Lixus ; A. Maison de Mars et Rhéa ; B. Maison d’Hélios (d’après Ghedini 1999).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-3.jpg
Fichier image/, 337k
Légende Fig. 4 : 4.1. Thésée terrassant le Minotaure (IIe siècle av. J.-C). 2. Puisoir (dernier quart du VIIe siècle av. J.-C. 3. Masque d’océan (Ier siècle av. J.-C. Maroc, les trésors du Royaume, Petit Palais musée des beaux arts de la ville de Paris, catalogue de l’exposition du 15 avril-18 julliet 1999. Cliché du ministère de la Culture du Maroc - direction du Patrimoine).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-4.jpg
Fichier image/, 423k
Légende Fig. 5. La mosaïque du dieu océan de Lixus (cliché de l’INSAP).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-5.jpg
Fichier image/, 290k
Légende Fig. 6. Une partie des usines de salaison de Lixus (cliché de l’INSAP).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-6.jpg
Fichier image/, 245k
Légende Fig. 7. Plan des aménagements prévus dans Bordj Alaqlaq.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-7.jpg
Fichier image/, 80k
Légende Fig. 8. Le jardin entre le bordj et l’un des axes de la ville.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-8.jpg
Fichier image/, 238k
Légende Fig. 9. La tour ouest et la terrasse Nord.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-9.jpg
Fichier image/, 242k
Légende Fig. 10. La tour sud et la terrasse est.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-10.jpg
Fichier image/, 232k
Légende Fig. 11. La cour centrale du bordj.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-11.jpg
Fichier image/, 204k
Légende Fig. 12. Une partie de la cour centrale avec ses niches. Clichés de l’INSAP.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-12.jpg
Fichier image/, 198k
Légende Fig. 13. Vue sur Lixus de la terrasse du bordj. Cliché de l’INSAP.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-13.jpg
Fichier image/, 218k
Légende Fig. 14. Vue de la terrasse du bordj sur le port actuel de Larache. Cliché de l’INSAP.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-14.jpg
Fichier image/, 256k
Légende Fig. 15. Proposition d’un circuit de tourisme culturel dans l’ensemble du nord ouest du Maroc
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4042/img-15.jpg
Fichier image/, 162k

Auteur

Enseignant chercheur à l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, du Ministère de la Culture du Maroc.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540