Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comunicare la memoria del Mediterraneo

 | 
Francesco Gravina

Progetti di valorizzazione

Tipasa : site phare du patrimoine mondial en Algérie

Sabah Ferdi

Texte intégral

1Le site de Tipasa, sur la côte ouest algérienne, à 70 km d’Alger, est présenté dans la proposition d’inscription sur la liste du patrimoine mondial en décembre 1982 no 193 comme un ensemble complexe et original.

Fig. 1. Vue panoramique du site de Tipasa (photo Cécilia Berardini).

Rappel historique

2Les premières traces de l’occupation du site de Tipasa remontent à l’époque préhistorique, les fouilles ont révélé des stations datées du Paléolithique moyen.

3Les débuts de l’histoire à Tipasa commencent avec ces téméraires navigateurs et marchands phéniciens qui ont sillonné la Méditerranée afin d’y fonder à des distances plus ou moins régulières des comptoirs dans le but soit d’écouler leurs marchandises soit de se ravitailler en matière première. Le seul vestige encore apparent de cette période est le grand caveau funéraire de forme cubique qui semble échoué au port (VIe-Ve siècle avant J.-C.). Les fouilles effectuées ces dernières années à Tipasa pour mieux connaître l’histoire punique de la cité ont amené à la modification de certaines vues admises jusqu’à ce jour. En effet, le matériel funéraire considérable livré par les excavations, datables du IVe au IIe siècle avant J.-C., atteste qu’il existait alors à Tipasa non pas un simple comptoir mais une ville assez importante soumise aux influences politico-culturelles identiques à celles qu’atteste la nécropole punique (Carthage) et également sensible aux apports ibériques.

4L’histoire de Tipasa maure, comme celle de toutes les cités de la Maurétanie, est difficile à retracer. On ne sait rien de précis sur l’habitat ou l’organisation politique ou sociale, cependant les rares documents dont on dispose attestent de la prospérité de la cité au IIe et au Ier siècle avant J.-C.

5Le grand mausolée royal, faussement appelé « tombeau de la chrétienne » date vraisemblablement de cette période.

6En 25 avant J.-C., Octave Auguste remet à Juba II, fils de Juba I, roi de Numidie, un vaste territoire dont la capitale est Iol - Caesarea, Tipasa est alors placée sous l’autorité du roi Maure. A partir du milieu du Ier siècle de notre ère, en l’an 46, l’empereur Claude accorde à Tipasa un statut municipal en lui octroyant le droit latin. Un siècle plus tard, entre 145 et 147, Tipasa devient Colonia Aelia Tipasensis et tous ses habitants de condition libre obtiennent à leur tour les droits de citoyenneté romaine, c’est de cette période que date l’accroissement de la ville. Dès le IIIe siècle après J.-C., le christianisme fait son apparition à Tipasa, l’épitaphe de Rasinia secunda datant de 238 est l’inscription la plus ancienne d’Afrique. Mais c’est surtout au IVe siècle que cette nouvelle foi se consolidera. Tipasa souffrira non seulement du schisme donatiste mais devra faire face aux attaques d’un chef berbère révolté contre Rome, Firmus (371 après J.-C.).

Fig. 2. Plan général de Tipasa.

7Au début du Ve siècle, Tipasa tombe entre les mains des vandales et c’est en 455 que son enceinte fut démantelée. Au VIe siècle Tipasa est reprise par les byzantins mais la ville ne fait que survivre pendant cette époque avant d’être définitivement abandonnée au début du VIIe siècle et de sombrer dans l’abîme du temps et l’oubli des hommes.

8Au XIXe siècle, la ville fut concédée à un particulier dont la tâche principale était de construire un village colonial qui malheureusement fut bâti sur la ville antique et plus d’un tiers du Tipasa antique repose sous une épaisse couche de sédiments alluvionnaires.

Fig. 3. Vue du front de mer du quartier résidentiel du Tipasa antique (photo Cécilia Berardini).

Le musée

9Le musée de Tipasa est un musée de site, il propose aux visiteurs une partie des objets de culte et de la vie quotidienne mis au jour à Tipasa au cours des différentes campagnes archéologiques qui eurent lieu dans la ville.

10Le musée est composé d’un patio et d’une salle d’exposition principale ; dès que le visiteur pénètre dans celle-ci, il est frappé par le réalisme de la mosaïque dite des captifs, cette dernière pavait le sol de la basilique judiciaire. La collection de verres antiques est une des plus belles d’Afrique, non moins exceptionnels sont les collections de céramique et les deux sarcophages de marbre.

  • 1 Division administrative géographique en usage en Algérie et au Maroc.

11En 1984 Tipasa est érigée en chef-lieu d’une nouvelle wilaya1, elle accueille chaque année des centaines de milliers de visiteurs attirés non seulement par ses plages dorées mais surtout par ses parcs archéologiques.

Présentation du site

12Deux grands parcs archéologiques avec des vestiges monumentaux, en partie fouillés et bien visibles, sont disposés à l’Est et à l’Ouest d’un long périmètre de remparts romains qui limitent la partie de la côte comprise entre deux promontoires. Dans la zone centrale, la ville antique est encore, en partie, ensevelie sous une épaisse couche de sédiments alluvionnaires sur lesquels s’étend, jusqu’à l’enceinte sud, un village du siècle dernier avec un type simple d’habitat bas et espacé, agencé selon une trame spatiale claire et régulière. Dans le centre ville et près du port, a été implanté le musée.

13L’ensemble se situe dans un cadre naturel qui offre un paysage évocateur : une côte dentelée, riche de criques, plages et promontoires, qui se déploie le long d’une grande baie close à l’ouest par les imposants contreforts du mont Chenoua ; une campagne verte et luxuriante qui orne et rehausse les anciens vestiges. Les monuments et parcs archéologiques font partie de ce milieu physique et écologique auquel les constructeurs anciens de la ville furent certainement sensibles.

14Ce périmètre de protection archéologique a sauvegardé de vastes surfaces (40 ha) non fouillées, protégeant en même temps une flore abondante spécifique. Tipasa, inscrite comme bien culturel sur la liste du patrimoine de l’humanité en tant que site archéologique d’époque punico-romaine très connu parmi les plus importants du Maghreb préserve ainsi ses importants vestiges dans un foisonnant parc encadré d’un paysage exceptionnel et ajoute par conséquent à sa valeur archéologique celle du cadre ambiant écologique.

15D’une manière générale, les altérations et les dégradations qui affectent les monuments du site de Tipasa sont essentiellement dues aux effets nocifs des embruns marins, du soleil et des vents. La dégradation de la pierre du site est due, invraisemblablement, à la formation d’un champignon ou lichen qui se développe par suite de l’amoncellement de feuilles, aiguilles de pin et herbes envahissantes qui attaque en profondeur les matériaux.

Fig. 4. Vue d’ensemble du complexe de la grande basilique chrétienne de Tipasa (photo Cécilia Berardini).

Le projet : à la rencontre du patrimoine

16En 1991 l’Agence Nationale d’Archéologie sous l’égide de l’UNESCO et en concertation avec les autorités locales de Tipasa a lancé un projet de mise en place d’un plan permanent de sauvegarde et de valorisation du site de Tipasa. Ce plan de sauvegarde part des données historiques et de l’espace urbain pour proposer un règlement définissant aussi bien les règles d’architecture que les servitudes auxquelles sont soumis les immeubles et bâtis anciens situés dans le centre historique du XIXe siècle. Cet outil de travail important compte tenu des potentialités d’innovation qu’il offre en matière de conservation et de sauvegarde d’un patrimoine dans toute sa dimension est devenu un POS (plan d’occupation au sol) du centre historique de Tipasa.

Fig. 5. Vue de la basilique de sainte Salsa (IVe siècle après J.-C.). (Photo Musée de Tipasa).

Fig. 6. Nécropole de Sainte Salsa (photo C. Cheriett Musée de Tipasa).

Fig. 7. Problématique générale du site du patrimoine mondial (parcs archéologiques et noyau historique).

Fig. 9. Schéma de développement et de sauvegarde du patrimoine archéologique et de son environnement.

17De par l’objectif poursuivi par le plan qui déborde sur la conservation et sauvegarde aux motifs d’intérêt historique pour prendre en charge une politique de sauvegarde aux motifs environnementaux, urbains et architecturaux, cette préoccupation est une vocation à planifier l’urbanisme ce qui est du ressort des POS et des PDAU.

18La reconstitution du processus d’évolution et de transformation de la ville utilise l’histoire comme instrument et clé de lecture et d’interprétation du plan urbain. Par l’utilisation de cette approche morphologique nous prenons conscience de la nécessité d’assumer l’interprétation des antécédents ou pré-existences historiques comme guide et moyen à l’élaboration du projet urbain. A partir de ces considérations l’objectif fondamental reste la requalification du centre historique par l’identification de ses stratifications urbaines et leur récupération comme valeurs de la ville et éléments dynamiques du projet. Tipasa qui recèle de multiples acquis historico-culturels et son noyau traditionnel historique est resté quasi homogène jusqu’en 1984, illustre bien cette méthodologie d’approche.

En guise de conclusion

19Qu’est-ce que le patrimoine à Tipasa ?

20Le patrimoine de Tipasa est un magnifique ornement de la ville actuelle. Quel bijou exceptionnel orne l’intérieur de la ville, un bijou qui fait rêver et continue à « faire signe ». il évoque certes notre passé ; mais il ravive en nous le sens de l’histoire, nos racines profondes. La magnificence de ces ruines nous rappelle enfin que nos ancêtres étaient tout aussi doués que nous pour réaliser de belles choses. Ces signes du passé nous invitent à en faire autant, non seulement sans complexe, mais encore avec un souci de belle intelligence et d’audace astucieuse aujourd’hui.

Notes

1 Division administrative géographique en usage en Algérie et au Maroc.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue panoramique du site de Tipasa (photo Cécilia Berardini).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4036/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 2. Plan général de Tipasa.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4036/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3. Vue du front de mer du quartier résidentiel du Tipasa antique (photo Cécilia Berardini).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4036/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Légende Fig. 4. Vue d’ensemble du complexe de la grande basilique chrétienne de Tipasa (photo Cécilia Berardini).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4036/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 5. Vue de la basilique de sainte Salsa (IVe siècle après J.-C.). (Photo Musée de Tipasa).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4036/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Légende Fig. 6. Nécropole de Sainte Salsa (photo C. Cheriett Musée de Tipasa).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4036/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Fig. 7. Problématique générale du site du patrimoine mondial (parcs archéologiques et noyau historique).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4036/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 9. Schéma de développement et de sauvegarde du patrimoine archéologique et de son environnement.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4036/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteur

Inspectrice du patrimoine au Ministère de la culture et Chercheur au Centre National de la recherche archéologique.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540