Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comunicare la memoria del Mediterraneo

 | 
Francesco Gravina

Ricerca e tutela del patrimonio

La valorisation du patrimoine culturel subaquatique au Portugal. Aspects et options stratégiques

Francisco J.S. Alves, Maria Luisa P. Blot, Paulo J. Rodrigues, Rui Henriques, João G. Alves, A.M. Dias Diogo et João P. Cardoso

Texte intégral

  • 1 Que l’historiographie et l’archéologie contemporaines considèrent bien plus importantes que les app (...)
  • 2 Probablement surtout à partir de la préhistoire récente (ou protohistoire ancienne, selon les école (...)
  • 3 Avec la coquille de bivalves, notamment du cardium edule.

1Sur le plan de la géographie humaine et de la culture le territoire qu’est devenu le Portugal, unifié politiquement dès le XIIe siècle, est une région profondément marquée par la Méditerranée depuis la plus haute antiquité. Cela étant, nous ne pouvons toutefois négliger les profondes influences atlantiques, d’ailleurs communes à différents degrés à toutes les régions septentrionales riveraines du bassin méditerranéen occidental. C’est ainsi que parallèlement aux relations et influences culturelles par voie terrestre1, les rapports par voies d’eau, notamment par route maritime, sont devenus constants dès la préhistoire2, même s’ils se limitaient fondamentalement à un cabotage sur de courtes distances. C’est ce que semble indiquer la présence de vases céramiques à décoration “cardiale”3 (fig. 1.2) de sites du Néolithique ancien qui se distribuent sans interruption tout au long du littoral de la Méditerranée à l’Atlantique.

  • 4 Sangmeister, Schubart 1981.

2Mais ce n’est qu’à partir du Chalcolithique euro-mediterranéen que le développement des relations maritimes a subi une évolution qualitative, lorsque les contraintes technologiques propres du travail du bois avec l’outillage lithique ont été surmontées, permettant la poligenèse du navire à planches et la généralisation de l’usage de la voile, celle-ci attestée iconographiquement en Méditerranée dès la fin du 4e millénaire (fig. 1.1). Cela expliquerait l’emplacement fluviomaritime stratégique des plus importants habitats fortifiés du Chalcolithique portugais comme Vila Nova de São Pedro et Zambujal4, associés aux premières phases de développement de la métallurgie. Soulignons que cette dernière est clairement d’origine méditerranéenne, de même qu’une infinité d’autres exemples relatifs à la culture matérielle, qui témoignent souvent d’influences de nature dite “symbolique”, “magico-religieuse” et des fonctions rituelles (fig. 1.3).

  • 5 Mayet, Silva 2000.

3Si ces rapports par voie maritime s’intensifient depuis l’Âge du Bronze, assumant dans leur phase finale un caractère de routine, propre d’une région charnière entre l’Atlantique et la Méditerranée, c’est à l’Âge du Fer, en particulier lors de sa phase initiale, que ces relations expriment l ´ étendue et la profondeur des influences méditerranéennes, phénomène illustré par la présence phénicienne, attestée sur plusieurs sites littoraux, du centre jusqu’au sud du pays5 (fig. 2).

  • 6 Silva, Gomes 1992 est une excellente synthèse concernant ces périodes.

4Les influences orientalisantes se manifestent d’ailleurs tout au long de l’Âge du Fer, particulièrement dans le sud du Portugal. Un des exemples les plus retentissants de ce phénomène est la présence de la plus ancienne écriture de l’Ibérie, dite “du sud-ouest” (fig. 1.4), dont les vestiges épigraphiques les plus nombreux et significatifs de la Péninsule se situent en Algarve et en Alentejo (province au nord de la première, dont le nom signifie littéralement “au-delà du Tage”). Ces influences qui démontrent la profondeur d’une “acculturation civilisatrice” à peine comparable avec la mythique splendeur de Tartessos, aident en définitive à comprendre le rôle que le sud-ouest de la Péninsule Ibérique a joué comme plaque tournante des routes maritimes atlantico-mediterranéennes et, avec elles, d’échanges de techniques, de marchandises, de coutumes, de croyances et d’idées que l’influence grecque et la domination de Carthage et de Rome ont par la suite accentués (fig. 1.5)6.

Fig. 1.18. 1.1. Une des plus anciennes représentations iconographiques d’un navire à voile : le vase Nagada, du delta du Nil (c. 3100 av. J. C.). British Museum. 1.2. Vase néolithique à décoration cardiale de Santarém. Museu Nacional de Arqueologia (=MNA), une évocation d’un cabotage maritime à courte distance. 1.3. Idole de Moncarapacho (Algarve). MNA. 1.4 – Stèle décorée de Abóbada I, Almodovar. MNA. 1.5. a et b. Urne et plaques en or du bothros de Garvão, Ourique, peut-être attestant le culte de Tanit. MNA. 1.6. Plaque-hache d’amphibolite de la lagune d’Óbidos. CNANS. 1.7. Bracelet de Xabregas (Lisbonne), du fleuve Tage. Instituto Geológico e Mineiro. 1.8 – Épée en “langue de carpe”, du Bronze final, de Cacilhas (Almada), du Tage. Museu Municipal de Almada.

  • 7 Alarcão 1988 est l’étude de référence pour l’époque romaine au Portugal et Mantas 1988 est un titre (...)
  • 8 Etienne, Makaroun, Mayet 1994.

5Depuis l’époque romaine, jusqu’à la domination arabe, établie à partir du début du VIIIe siècle, le sud du territoire portugais nous a légué de villes illustres, maritimes ou fluvio-maritimes, desservant l’hinterland de la Lusitanie et plus tard, de l’Al Andaluz : à l’ouest – Olisipo (Lisbonne) (fig. 3.1) et Scallabis (Santarém) (2) sur le fleuve Tage ; Caetobriga (Setúbal) (3) et Salacia/Al Kasr Abu Adanis (Alcácer do Sal) (4) sur le fleuve Sado ; au sud – Lacobriga (Lagos) (5) et Ipsis (Alvor) (6) ; ? ilb (Silves) (7) en amont du fleuve Arade (W ? d ? ?ilb) ; Ossonoba/U ? ?nuba, ?antmariya al-Garb ou al-Harun (Faro) (8) et Balsa/Tab ? ra (Tavira) (9) ; Baesuris (Castro Marim) (10) dans l’estuaire du fleuve Guadiana, qui fait frontière avec l’Espagne ; et Myrtilis/M ?rtula (Mértola) (11) en amont de celui-ci7. Citons aussi l’actuel site de Troia (12), située à l’embouchure du Sado, à l’extrême nord de la péninsule du même nom (mais qui était peut-être une île il y a deux mille ans) (fig. 4), où s’installa le plus important complexe industriel de salaisons de poissons de la façade atlantique de l’empire romain8.

Fig. 2. Carte des sites orientalisants sur le littoral du Portugal : 1. Castro Marim. 2. Rocha Branca. 3. Castelo de Alcácer do Sal. 4. Abul. 5. Setúbal. 6. Almaraz. 7. Lisbonne. 8. Santarém. 9. Santa Olaia. 10. Conimbriga. 11. Tavira. D’a-près Mayet et Silva.

Fig. 3. Carte de distribution des plus importantes villes maritimes et fluvio-maritimes de l’Antiquité au sud du Portugal.

  • 9 Viana, Zbyszewski 1949.
  • 10 Ferreira 1969.
  • 11 Lillios, Read et Alves 2000.
  • 12 Silva, Gomes 1992, p. 120.

6De ces cinq mille ans d’occupation humaine et de navigations fluviomaritimes, évoquées ici dans leurs grandes lignes, seuls les trois derniers millénaires nous ont laissé des témoignages en contexte subaquatique – si nous excluons les racloirs préhistoriques de l’estuaire du Guadiana9, le bracelet de Xabregas (Lisbonne), de l’estuaire du Tage10 (fig. 1.6) et la plaque-hache d’amphibolite de la lagune d’Óbidos11 (fig. 1.7), du Chalcolithique, les premiers récupérés lors des dragages, mais qui proviennent tous, peut-être, de contextes “terrestres”. Soulignons cependant que le vestige archéologique subaquatique le plus ancien, après ceux-ci, est une épée du type “langue de carpe”, du Bronze final, trouvée à Cacilhas (Almada) dans l’estuaire du Tage (fig. 1.8). Cette dernière a également été récupérée lors de dragages et a été considérée comme une “offrande votive”12, mais elle nous rappelle cependant les trouvailles de Ria de Huelva, au sud de l’Espagne, du début des années trente, correspondant à la cargaison d’un navire de cette époque, détruit lors de dragages.

Fig. 4. Vue aérienne de la péninsule de Troia, limite sud de l’estuaire du fleuve Sado avec l’emplacement du site archéologique. Crédit : Lourenço Pereira, Expresso.

  • 13 Comme le tremblement de terre à Lisbonne de 1755, qui a été suivi d’un raz-de-marée dévastateur, la (...)
  • 14 Blot, Blot 1990-1992a ; Blot, Blot 1990-1992b.
  • 15 Alves sous presse.

7Enrichi par cette continuité de navigations, amplifiée depuis l’époque de l’expansion européenne post-médiévale, alimentée par les catastrophes naturelles13 et de tout ce qui concerne la vie et la mort des navires, le potentiel du patrimoine subaquatique du territoire portugais et celui associé aux navigations portugaises d’antan, gisant sous les eaux de tous les continents, n’a commencé à être systématiquement enregistré, évalué, étudié et valorisé qu’à partir des années 80, dans le cadre d’un projet global développé au sein du Musée National d’Archéologie de Lisbonne (=MNA)14 (fig. 6) et repris par le Centre National d’Archéologie Nautique et Subaquatique (= CNANS) dès sa création en 199715.

Fig. 5. La salle de la Carte Archéologique, au MNA (1984).

8Comme partout ailleurs, ce projet d’inventaire est la seule réponse possible à l’évidence que “gérer c’est avant tout mesurer, c.à.d., connaître ce que l’on a”, de sorte qu’il est devenu un instrument de travail essentiel pour tout ce qui concerne les travaux d’aménagement des interfaces aquatiques, la conservation et la valorisation de sites ou la recherche pure, vis-à-vis de quoi il constitue le seul moyen de définir stratégies, politiques et priorités, mais aussi des problématiques.

9Ce projet d’inventaire systématique du patrimoine archéologique en rapport avec le milieu aquatique, qui compte aujourd’hui environ 7500 registres, concerne ainsi un éventail très diversifié de types de sites : vestiges matériels isolés, dispersés ou groupés, navires et cimetières de navires, lest, “ecofacts”, avions, ballons dirigeables, “habitats”, fortifications, cimetières, ponts, chantiers navals, structures portuaires, “cetariae”, fours, marais salants, pièges et arts de pêche, moulins de marée, récifs artificiels, plateformes pétrolières, etc.

  • 16 Monteiro 2000.

10Au sein de cette typologie, le paradigme est cependant représenté par les épaves de navires. Cette catégorie ne correspond toutefois qu’à un pourcentage modéré de l’ensemble de ces types de vestiges (fig. 6.1). Par contre, cette même catégorie concerne non seulement le territoire portugais proprement dit (eaux intérieures et mer territoriale du continent et des archipels atlantiques – Madère et Azores) (fig. 6.2), mais aussi les épaves portugaises dans le reste du monde. La réciproque conduit à recenser en eaux portugaises les navires étrangers naufragés (fig. 6.3). Ainsi, nous observons qu’en eaux portugaises se sont perdus des navires représentant 34 pavillons différents, tandis que des navires portugais se sont perdus dans les eaux de 52 pays (actuels) (fig. 6.4). À ces chiffres s’ajoutent ceux relatifs aux naufrages dont nous ignorons la zone géographique et ceux ayant eu lieu en haute mer (il s’agit souvent des mêmes). Notons à ce propos que dans une écrasante majorité l’information concernant ces naufrages ne nous est pas parvenue par le biais de sources archéologiques mais par celui des sources écrites (fig. 6.5). Un des plus remarquables exemples, au Portugal, d’un inventaire de naufrages basé essentiellement sur des recherches d’archives est celui qui a été réalisé pour les Azores par Paulo Monteiro16.

Fig. 6.1-6. 6.1. Pourcentage d’épaves de navires par rapport à d’autres types de vestiges nautiques et/ou subaquatiques recensés au Portugal. 6.2. Distribution de naufrages au Portugal (continent et régions archipélagiques). 6.3. Naufrages en eaux portugaises par nationalité ou pavillon. 6.4. Pays dans les eaux desquels ont naufragé des navires portugais. 6.5. Naufrages d’après les différents types de sources. 6.6. Naufrages par époques.

Fig. 7. Carte des sites de naufrages de l’Antiquité et du Moyen Âge au Portugal : 1. Fleuve Lima : a. Mazarefe ; b. Lanheses. 2. Ria (lagune) d’Aveiro. 3. Alfeizerão. 4. Ilots des Farilhões. 5. Ile Berlenga. 6. Cortiçais/Peniche sud. 7. Lisbonne. 8. Fundão dos Bacalhoeiros/Fleuve Tage. 9. Mouchão da Póvoa/Fleuve Tage. 10. Alcacer do Sal/Fleuve Sado. 11. Plage de São Torpes. 12. Cap Sardão (au large). 13. Fleuve Arade. 14. Prainha/Plage de Três Irmãos. 15. Pedras Amarelas/Plage de Galé. 16. Pedra do Zimbral. 17. Tavira/Cacela (au large).

  • 17 Coelho 1989, vol. II, p. 133-134.
  • 18 De Expugnatione Lyxbonensi, manuscrit de la Bibliothèque de Corpus Christi Collège de l’Université (...)

11Soulignons à ce propos que la plus ancienne mention, dans les sources écrites, d’un naufrage ou perte de navire en eaux portugaises, est de la plume du chroniste arabe Ibn Adati et concerne l’Algarve. Le document se rapporte à l’année 996, le 23 juillet plus précisément (« le 1er Rágebe de l’année 355 »), date à laquelle une flotte viking qui remontait l’Arade pour essayer de prendre d’assaut la ville de ?ilb (Silves), fut partiellement détruite17. La seconde mention par ordre d’ancienneté est une référence à un naufrage de navires en 1147, aux abords de Lisbonne, quelques jours avant le siège et la prise de la ville par le premier roi du Portugal, Afonso Henriques, qui a été aidé décisivement par une flotte de croisés qui se dirigeait vers la Terre Sainte lors de la deuxième croisade. Cette mention est faite dans une lettre rédigée par un certain R., adressée à Osbern de Bawdsey, qui constitue un des plus complets récits des événements18.

  • 19 Parker 1992. En effet, sur ses cartes « 2. Southern Spain and the Straits of Gibraltar » et « 15. R (...)

12En ce qui concerne les sources archéologiques relatives au Moyen Âge, la dernière décennie a livré de successives découvertes d’épaves au Portugal. Relativement à l’Antiquité aucun vestige comparable n’a été trouvé, à l’exception de deux pirogues proto-romaines. C’est ainsi que dans l’absence totale de donnés de ce genre en eaux portugaises, la synthèse de Parker sur les épaves de l’Antiquité méditerranéenne présente notamment sur le plan cartographique un significatif hiatus à l’extrême sud-ouest européen, correspondant à cette côte19.

13Il restait ainsi à faire la comptabilité des découvertes particulièrement significatives, dont les caractéristiques, propres ou de gisement, pourraient assumer la forme de modèles de perte ou de naufrage, que nous reconnaissons aujourd’hui comme typiques en archéologie nautique, et dont les contextes d’origine, plus ou moins cohérents, concentrés ou dispersés, seraient disparus ou pas encore découverts. Ce qui équivaudrait à faire évoluer le programme de Carte Archéologique d’une phase que nous pouvons désigner de “quantitative”, vers une phase “qualitative”.

  • 20 Alves et alii 1988-1989. Par ailleurs, il faut référer d’autres artefacts particulièrement signific (...)

14Le point de départ a donc été la recherche centrée sur ces découvertes les plus significatives provenant du milieu maritime et fluvial, parmi lesquelles se comptent les amphores et les jas d’ancres en plomb, dont les nombreuses études parcellaires, dans le premier cas, et une synthèse, dans le second, ont été publiées pendant les dernières décennies20.

  • 21 Nous excluons le deux pirogues signalées à la fin du XIXe siècle par Estácio da Veiga (Veiga 1889, (...)

15Une fois faite cette analyse critique et ce bilan des épaves de navires proprement dites, des vestiges associés, ou des pirogues21, nous sommes pour la première fois en état de référer que les cas connus au Portugal sont au nombre de 22, desquels 14 correspondent à l’Antiquité et 8 au Moyen Âge (fig. 7).

Fig. 8. Vestiges provenant d’épaves présumées de navires de l’Antiquité au Portugal et cas attestés : 8.1. Petit fragment de planche de bordé de l’Arade, dotée du système tenon-mortaise. 8.2.a. Pirogue 4 du Lima 4 in situ. 8.2.b. planche de son bord avant bâbord, qui était fixée en trois endroits par le système tenon-mortaise. 8.2.c. schéma de ce système. 8.3. Pirogue 5 du Lima.

  • 22 Garcia 1968-1970.

16En ce qui concerne l’Antiquité, il faut souligner à nouveau qu’au Portugal il n’a jamais été observé de structures de navires en état de cohérence morphologique ou en contexte archéologique, bien que la littérature archéologique fasse mention d’une “trirème phénicienne”, sans doute légendaire, dont la membrure aurait été vue enterrée dans la zone de l’ancienne lagune de Pederneira22. Par ailleurs, signalons :

  • qu’un minuscule fragment de planche de bordé attestant l’assemblage à tenon-mortaise, typique d’un navire de l’Antiquité, a été trouvée en 2002 dans l’estuaire de l’Arade, isolé et hors contexte (fig. 8.1) ;

  • qu’aux Farilhões et au Mouchão da Póvoa des débris de bois ont été signalés à l’occasion de la récupération d’amphores à la pêche au filet (voir ci-dessus) ;

  • et qu’à Praínha/Plage de Três Irmãos des clous en cuivre ou en bronze appartenant probablement à la structure disparue d’un navire de l’époque romaine ont été récupérés (voir ci-dessus).

Fig. 9.4-8. Vestiges provenant d’épaves présumées de navires de l’Antiquité au Portugal : 9.4. Amphore des Farilhões. 9.5. Jas d’ancres en plomb de Berlenga. 9.6. Amphores de Cortiçais/Peniche nord. 9.7. Amphores du Mouchão da Póvoa. 9.8. Amphores du pont du chemin de fer d’Alcacer do Sal/Sado.

  • 23 Alves, Rieth, Alves 2004.

17Quant à ces 14 cas remontant à l’Antiquité, 12 se rapportent à des vestiges correspondant sûrement, ou avec une forte probabilité, à des navires naufragés et 2 à des pirogues monoxyles. Ils proviennent : 1 et 2. du fleuve Lima, près du lieu-dit Lugar da Passagem (Lanheses), où les pirogues 4 et 5 (fig. 8.2a et 8.3) ont été récupérées en 200323, non loin de l’endroit d’où provenaient les pirogues médiévales 1 et 2. Elles ont été trouvées côte à côte et ont été datées par le radiocarbone du IIIe/IIe siècle av. J.-C. (avec une différence de 20 ans). La première présente une planche de remplissage (fig. 8.2b) au bord avant bâbord, fixée à trois endroits, can contre can, par le système tenon-mortaise, typique de la construction navale méditerranéenne de l’Antiquité, identique à celui du petit fragment de planche de l’Arade (fig. 8.1) ;

  • 24 Diogo sous presse.

183. d’un îlot des Farilhões, où des vestiges d’amphores, dont une du type Dressel 9/Beltrán I, bétique, à saumure de poissons, datant de la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C. jusqu’à la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 9.4), et des débris de bois ont été récupérés à la pêche au filet24 ;

  • 25 Alves et alii 1988-1989 ; Alves, Diogo, Cardoso 2001.

194. de l’île Berlenga, où deux jas d’ancres en plomb du type “à âme en bois” ont été récupérés (fig. 9.5). De l’un d’eux proviennent deux échantillons du bois de “l’âme”, qui ont été datés par le radiocarbone de la fin du Ve/IVe siècle av. J.-C. Les deux jas se trouvaient pas loin l’un de l’autre sur un fond de gravillon. Leur perte, en ces circonstances, peut difficilement s’expliquer autrement que par un naufrage25 ;

205. de Cortiçais/Peniche-sud, où des vestiges d’amphores vinaires du type Haltern 70 (de production bétique) et lèvre en bandeau, datant de 50 av. J.-C. jusqu’à 75 ap. J.-C. (fig. 9.6, d’après Diogo), témoignent d’un présumé naufrage à la côte. Ils viennent d’être récupérés lors d’une intervention archéologique du CNANS sous la direction de Jean-Yves Blot, visant la caractérisation de ce site, encore inédit ;

  • 26 Selon la classification de Diogo. Voir en Diogo 1995, qui remet vers la bibliographie essentielle.
  • 27 Diogo, Alves 1988-1989.

216. de Mouchão da Póvoa, près de Vila Franca de Xira, dans le Tage, où des vestiges d’amphores dont deux exemplaires entiers du type Dressel 14b/Beltrán IVb/“Lusitanienne 2”26, à saumure de poissons, datant du Ier et du IIe siècle ap. J.-C. (fig. 9.7) et un autre, du type “Lusitanienne 3”, vinaire, correspondant à la Dressel 30 ou à la Gauloise 4, du IIe siècle ap. J.-C., ont été récupérés à plusieurs reprises dans des filets de pêche, parfois associés avec des débris de bois27 ;

  • 28 Diogo, Alves 1988-1989.

227. du Sado, près d’Alcácer do Sal, où quatre exemplaires intacts d’amphores du type “Lusitanienne 1”, probablement à saumure de poissons vu la forme, clairement de transition punico-romaine et augustéenne (du Ier siècle av. J.-C.) (fig. 9.8a-d), ont été récupérés à plusieurs occasions, dans des filets de pêche, dont trois exemplaires près du pont de chemin de fer28 ;

  • 29 Alves et alii 1988-1989.

238. de la plage de São Torpes, au sud de Sines, où deux jas d’ancres en plomb (fig. 9.9) ont été récupérés. Ayant été découverts à proximité l’un de l’autre en contexte sableux nous en concluons qu’ils proviennent d’un naufrage dont la chronologie reste à déterminer29 ;

  • 30 En effet, théoriquement, nous ne pouvons pas écarter l’hypothèse d’une provenance unique pour les e (...)
  • 31 Cardoso 1978 et Diogo 1999.

249 à 11. d’une zone au large du cap Sardão, où à plusieurs occasions, lors de la pêche au chalut à grande profondeur, ont été récupérés, sans cohérence spatiale connue, des vestiges très nombreux d’amphores de type punique, ibéro-punique, italique républicain, du haut et du bas empire (fig. 9.10), qui doivent correspondre au minimum à trois épaves de différentes époques30. Les 14 exemplaires déjà publiés31, d’après leur chronologie la plus reculée correspondent typologiquement à :

  • 1 Mañá A4, punique, à saumure de poissons, datant du Ve au Ier siècle av. J.-C. (fig. 9.10.a) ;

  • 1 Dressel 18/Mañá C2, ibéro-punique, à saumure de poissons, datant de 125 jusqu’à 30 av. J.-C. (fig. 9.10.b, d’après Cardoso) ;

  • 1 Dressel 1b, italique, vinaire, datant des trois premiers quarts du Ier siècle av. J.-C. (fig. 9.10.c) ;

  • 1 Lamboglia 2, italique, vinaire, datant de la fin du IIe au milieu du Ier siècle av. J.-C. (fig. 9.10.d) ;

  • 2 Dressel 9/Beltrán I, bétiques, à saumure de poissons, datant du milieu du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au milieu du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 9.10.e et f, cette dernière d’après Cardoso) ;

  • 2 Haltern 70, bétiques, vinaires, datant de 50 av. J.-C. jusqu’à 75 ap. J.-C. (fig. 9.10.g et h) ;

  • 2 Dressel 14b/Beltrán IVb/“Lusitanienne 2”, à saumure de poissons, datant du premier quart du Ier siècle ap. J.-C. à la fin du IIe siècle (fig. 9.10.i et j, d’après Cardoso) ;

    • 32 Tous les autres exemplaires ont été publiés par Diogo (voir bibliographie).

    3 Almagro 51c/“Lusitanienne 4”, à saumure de poissons (souvent des sardines), datant du début jusqu’au milieu du Ve siècle ap. J.-C. (fig. 9.10.l et m, la première d’après Cardoso32) ;

  • 1 “Lusitanienne 6b” (variante du type Almagro 50), à saumure de poissons, datant du début du IIIe siècle ap. J.-C. jusqu’au milieu du Ve siècle (fig. 9.10.n).

Fig. 9.9-10. Vestiges provenant d’épaves présumées de navires de l’Antiquité au Portugal : 9.9. Jas d’ancres en plomb de São Torpes. 9.10a. à i. Amphores du cap Sardão (au large). 9.10.j. à 9.10.n. Amphores du cap Sardão (au large).

  • 33 Alves et alii 1988-1989.

2512. de la plage de Praínha/Três Irmãos, Algarve, où à des moments différents ont été récupérés un jas d’encre en plomb (fig. 9.11), des clous de cuivre ou bronze et plusieurs défenses d’éléphant, caractérisant un naufrage dont la chronologie reste à déterminer33 ;

  • 34 Alves et alii 1988-1989.

2613. de Pedras Amarelas/Plage de Galé, Algarve, où deux grands jas d’ancres en plomb (fig. 9.12) ont été découverts à proximité l’un de l’autre dans une zone de rochers côtiers, ce qui permet de conclure qu’ils proviennent d’un naufrage contre la côte dont la chronologie reste à déterminer34 ;

  • 35 Cardoso 1978 ; Arruda, Frade, Travassos 1987 ; Diogo 1999, Diogo, Martins 2001 ; Diogo, Trindade 20 (...)

2714. d’une zone au large de Tavira/Cacela, Algarve, où ont été récupérés à plusieurs occasions, à la pêche au chalut à grande profondeur, des vestiges d’amphores dont nombreux exemplaires presque entiers de divers types, tous de fabrication bétique (fig. 9.13), ce qui peut attester un ou plusieurs navires naufragés. L’hypothèse d’une seule épave est cependant plausible, une fois que les diverses chronologies amphoriques représentées se superposent partiellement (entre la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C. et la première moitié du Ier siècle ap. J.-C.) et que les différences entre les positions nautiques signalées pour chaque récupération doivent être pondérées par l’imprécision inhérente au type de pêche pratiqué. Les 16 exemplaires déjà publiés35, récupérés à quatre occasions, d’après leur chronologie la plus reculée correspondent typologiquement à :

    • 36 Tous les autres exemplaires ont été publiés par Diogo 1995 ; Diogo 1999 ; Diogo, Cardoso 2000, et D (...)

    4 Haltern 70, bétiques, vinaires, datant de 50 av. J.-C. jusqu’à 75 ap. J.-C. (fig. 9.13.a à d, d’après Arruda, Frade, Travassos, 1987)36 ;

  • 7 Dressel 7/11, bétiques, à saumure de poissons, datant de la fin du Ier siècle av. J.-C. à la fin du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 9.13.e à l) ;

  • 4 Pompeia VII/Dressel 7/11, bétique, à saumure de poissons, datant de la fin du Ier siècle av. J.-C. à la fin du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 9.13.m à p, cette dernière d’après Arruda, Frade, Travassos, 1987) ;

  • 1 Beltrán IIB, bétique, à saumure de poissons, datant des Ier et IIe siècles ap. J.-C. (fig. 9.13. q). Par manque de preuves nous avons exclu provisoirement trois cas, qui renvoient tous à la question théorico-épistémologique des critères interprétatifs (de “certitude” ou “probabilité”) en archéologie :

    • celui de Papoa/Peniche nord, où un plongeur a déclaré avoir vu un jas d’ancre en plomb au pied de la falaise, que les recherches subséquentes n’ont pas permis de re-localiser. Dans ce cas, bien qu’il n’y ait pas de raisons de remettre en question la source informative (démarche qui est d’ailleurs subjective, mais admissible déontologiquement), nous sommes obligés d’admettre que par manque d’attestation archéologique contextuelle, cette découverte peut aussi bien correspondre à n’importe lequel des deux “modèles” typiques de perte d’ancres : par naufrage contre la côte, ou par simple perte due à l’impossibilité de récupération, ce qui est habituel à toutes époques. Ainsi, par souci de rigueur archéologique nous n’avons pas inclus ce cas dans la liste des naufrages “certains” ou “hautement probables”, même si la deuxième hypothèse (perte simple d’une ancre à la verticale d’une falaise dans une zone dangereuse pour la navigation) aurait impliqué une mer sans houle et un temps particulièrement calme, circonstance assez rare en ce lieu précis (du moins sous le climat actuel).

    • celui du Fundão dos Bacalhoeiros (Alhandra), dans l’estuaire du Tage, où il semble exister un point de croche près duquel ont été récupérées au filet de pêche, à plusieurs reprises, des amphores, mais dont une seule a été identifiée comme étant du type Dressel 9/Beltrán I, à saumure de poissons, datant de la fin du Ier siècle av. J.-C. à la fin du Ier siècle ap. J.-C. (fig. 9.14) ;

    • celui de Pedra do Zimbral/Cap de Santa Maria, en Algarve, un point d’ancrage rocheux à 12/15m de profondeur près duquel ont été récupérés une amphore inédite, un jas d’ancre en plomb et une ancre en fer ancienne (fig. 9.15), mais qui, à ce stade, avec les données disponibles, ne peuvent pas être considérés comme étant associés avec certitude.

Fig. 9.11-13. Vestiges provenant d’épaves présumées de navires de l’Antiquité au Portugal : 9.11. Jas d’ancre en plomb de Praínha/Plage de Três Irmãos. 9.12. Jas d’ancres en plomb de Pedras Amarelas/Plage de Galé. 9.13a. à q. Amphores de Tavira/Cacela (au large).

  • 37 À lui seul, parce que les vestiges épars de ce même type s’étendent du nord au sud, au long de la c (...)
  • 38 Les plus éloquents exemples sont les deux paires d’énormes jas d’ancres en plomb de Berlenga et de (...)

28Ce bilan, concernant les vestiges originaires d’épaves de l’Antiquité en eaux portugaises – ici pour la première fois dressé – illustre avant tout la continuité du rôle de charnière du sud et sud-ouest ibérique dans les relations atlantico-méditerranéennes par voie maritime dès la plus haute antiquité, et atteste, à lui seul37, une routine qui n’a pas exclu les navires de grand port38.

  • 39 Alves 1992 ; Alves, Soares, Cabral 1993.
  • 40 Note 17.

29En ce qui concerne l’époque médiévale référons au préalable le cas de la varangue à clin datée par le radiocarbone du Xe/XIe siècle, récupérée par une pelleteuse mécanique dans la plaine inondable (várzea) d’Alfeizerão, pendant l’ouverture d’un canal (fig. 10.1), mais qui ne peut pas être assimilée à une épave par manque de fondement archéologique (de même que la petite planche de l’Arade avec le système tenon-mortaise). En effet, malgré le grand intérêt de la découverte, les missions réalisées n’ont pas permis de déterminer s’il s’agissait d’une pièce isolée ou d’une pièce démembrée d’une épave39. Notons que cette zone correspond à l’aire de l’ancienne lagune de Pederneira, qui était desservie par les divers ports des coutos cisterciens d’Alcobaça, qui commerçaient régulièrement avec le nord d’Europe au Moyen Âge et qui sont entrés en décadence à partir du XVI/XVIIe siècle en raison de l’ensablement de la lagune. La varangue d’Alfeizerão mérite d’ailleurs d’être mise en relation avec la trouvaille légendaire d’un “trirème phénicien” citée plus haut40. Sauf qu’ici il faudrait peut-être remplacer “phénicienne” par “viking”. Ce qui d’ailleurs reviendrait au même dans l’imagerie populaire et les médias, comme ce fut le cas à partir de 1970 avec les navires découverts lors des dragages de l’estuaire de l’Arade, considérés à tour de rôle comme “phéniciens”, “romains” et “vikings”, qui se sont avérés dater tout au plus de la Renaissance tardive ou même de l’époque Moderne, sans que le mythe soit pour autant détrôné dans l’imaginaire local.

Fig. 9.14. Vestiges ne pouvant pas être attribués à des épaves avec suffisante certitude : Amphore du Fundão dos Bacalhoeiros/Tage. Fig. 9.15. Pedra do Zimbral/Cap Santa Maria : Amphore et jas d’ancre en plomb.

Fig. 10.1-4. Vestiges d’épaves ou provenant d’épaves du Moyen Âge au Portugal : 10.1. Varangue à clin d’Alfeizerão. 10.2. Pirogue 1 du Lima/Lugar da Passagem/Lanheses. 10.3. Pirogue 2 de la rivière Lima/Lugar da Passagem/Lanheses. 10.4. Pirogue 3 de la rivière Lima/Mazarefe.

30À leur tour, quant aux 8 cas cités plus haut, archéologiquement attestés pour l’époque médiévale, 5 se rapportent effectivement à des épaves et 3 à des pirogues monoxyles. Ils proviennent :

  • 41 Concernant la première : Alves 1986 ; Alves 1988. Les deux autres sont inédites.

311 a 3.de la rivière Lima, consistant en trois pirogues monoxyles, les premières à être récupérées au Portugal, toutes découvertes fortuitement. La première pirogue, qui date du X-XIe siècle, et la deuxième, du VIIIe siècle, ont été découvertes près du lieu-dit Lugar da Passagem/Lanheses, non loin de l’endroit où, par la suite, ont été découvertes côte à côte les deux pirogues proto-romaines citées plus haut ; et la troisième, qui date du IXe siècle, provient de Mazarefe, en aval du fleuve, près de son estuaire (fig. 10.2, 10.3 et 10.4)41 ;

324. de la Ria (lagune) d’Aveiro, à l’embouchure du canal de Mira, consistant en une épave datant du milieu du XVe siècle désignée par Ria de Aveiro A (fig. 10.5). Elle a été fortuitement découverte en 1992 à marée basse, presque à l’air libre, les vestiges affleurant le sédiment à +0.3m par rapport au Zéro Hydrographique. La fouille du fond de carène de l’épave par le CNANS a eu lieu entre 1996 et 1999, et sa récupération a été effectuée en 1999.

  • 42 Alves et alii 1998 ; Alves, Rieth 2000 ; Alves et alii 2001a et b.

33La fouille de la zone de dispersion de la cargaison, presque exclusivement composée par des récipients de céramique, s’est poursuivie entre 2000 et 2004. Ria de Aveiro A est le vestige nautique de tradition constructive ibero-atlantique le plus ancien et le mieux conservé, connu au monde, et a fourni la plus vaste, complète et intègre collection de céramique commune de la fin du Moyen Âge, datant précisément de l’époque où le Portugal réalisait l’exploration de la côte atlantique africaine, sûrement avec des navires construits selon des principes et des procédés similaires42 ;

  • 43 Alves 2004.

345. de la Ria d’Aveiro, du canal de Mira, trois kilomètres en aval de la précédente, consistant en des vestiges d’une épave datant de la fin de la première moitié du XVe siècle, qui a été désignée par Ria de Aveiro E (fig. 10.6). L’épave a probablement été détruite lors des dragages du canal et les vestiges se réduisent à un fragment de varangue d’une section correspondante à un navire de tonnage plus fort que le précédent, à deux tessons d’un bol d’une forme typique de l’époque et à un amas de pierres de lest. L’ensemble a été identifié lors d’une prospection du CNANS préalable à l’installation d’un tubage du système d’égouts de la Ria43 et représente certainement un dépôt secondaire de rebuts de dragages ;

  • 44 Le rapport final de l’intervention est en phase d’élaboration par Ricardo Rodrigo, du CNANS, qui en (...)

356. de la zone du terminal Roll on - Roll of du port d’Aveiro, en construction en 2002, situé dans la Ria d’Aveiro, et objet d’une intervention de sauvetage réalisée par le CNANS, proviennent les débris d’une épave qui a été désignée par Ria de Aveiro F et qui datait du XIVe siècle (fig. 10.7). L’épave a été presque entièrement détruite lors de travaux d’aménagement du port et seule son extrémité de poupe (couce) a été partiellement préservée44. Elle correspond à un navire construit à franc bord, mais qui possédait des superstructures à clin ;

  • 45 Pedro Ventura, archéologue responsable invité par le CNANS élabore actuellement le rapport final de (...)

367. de la zone du terminal de matériaux en vrac du port d’Aveiro, en construction en 2003-2004, proviennent aussi les débris d’une épave qui a été désignée par Ria de Aveiro G, qui datait du XVe siècle. L’épave, qui présentait une coque construite à clin (fig. 10.8), a été substantiellement détruite lors de travaux d’aménagement du port45 ;

  • 46 Alves, Rieth, Rodrigues 2001.
  • 47 Lavanha 1608-1616/1996.
  • 48 Fernandez 1616/1995.

378. l’épave de Corpo Santo, dont la coque est construite à franc-bord, date du XIVe siècle (fig. 10.9). Elle gisait sur la plage fluviale du Tage au centre même de Lisbonne et a été sectionnée par la paroi en béton d’un tube d’aération géant d’une extension du réseau du métropolitain46. Le vestige se résume à un couce de poupe qui présente une notoire similitude avec cette même partie de l’épave de Ria de Aveiro A – ce qui, dans les deux cas, correspond rigoureusement aux données de l’iconographie portugaise d’architecture navale du premier quart du XVIIe siècle (Lavanha47 et Fernandez48).

38Soulignons finalement que, même si les cas de registres de naufrages augmentent à partir du XVIe siècle proportionnellement à l’abondance des sources écrites, ce n’est qu’à partir du XIXe siècle, avec la généralisation de la presse écrite et l’industrialisation de la navigation, que cet indice augmente exponentiellement (fig. 6.6).

Fig. 10.5. L’épave Ria de Aveiro A en 1999, au moment du démontage en vue de sa conservation (en cours d’imprégnation au poliéthylène-glycol/PEG). Crédit : Guilherme Garcia.

Fig. 10.6. Ria de Aveiro E, l’épave “fantôme” probablement résultant de rebuts de dragage : 10.6.a. Vue d’un amas de pierres de lest. 10.6.b. Le seul fragment de membrure préservé. 10.6.c. Deux fragments du même bol, d’un type bien représenté dans la cargaison de l’épave Ria de Aveiro A. 10.6.d. Vue des travaux qui ont amené à la découverte.

  • 49 Les priorités stratégiques du CNANS sont les suivantes :
    • Promouvoir empathies et formation spécial (...)
  • 50 Cela répond au concept ‘accès public’, si actuel, de la Charte de l’ICOMOS (1996) et de la Conventi (...)

39Une fois conclue cette introduction au patrimoine archéonautique portugais, rappelons maintenant les formes fondamentales qu’assument les options stratégiques adoptées par le CNANS dès sa création49, dans le domaine de la sensibilisation et la formation du “grand public”50, ainsi que les modalités de divulgation suivies.

  • 51 Cette initiative en doit énormément à l’instinct créatif de cet archéologue italien.

40À l’occasion de la participation de l’un de nous (F.A.), en 1992, aux Lezioni di Archeologia Subacquea di Ustica, nous avons eu l’opportunité de parcourir en plongée avec Edoardo Riccardi l’Itinerario Archeologico Subaqueo di Punta Gavazzi, monté dans le parc naturel de cette ravissante petite l’île au large de la Sicile. L’itinéraire d’Ustica – qui a été une des initiatives pionnières du genre, a l’échelle mondiale51 – consiste en un circuit matérialisé par des “fils d’Ariane” qui permettent aux plongeurs de visiter des vestiges archéologiques parsemés au long du parcours, légendés par le biais de plaquettes (fig. 11).

  • 52 Alves 1990-1992 ; Alves 1997 ; Alves 1999.

41L’expérience a été extasiante. Il nous est aussitôt venu à l’idée de développer une expérience semblable au Portugal, de telle sorte que l’année suivante nous avons mis en place un système analogue sur le site du naufrage du vaisseau amiral français Océan, perdu le 18 août 1759 devant la plage de Salema, à -7m, à l’ouest de l’Algarve, lors d’un épisode de la Guerre des Sept Ans (fig. 12.1)52. L’Itinéraire Océan, qui, autant que nous le sachions, fut le premier du genre organisé en Europe atlantique, a eu un succès retentissant. Il constitue actuellement le premier des trois fers de lance du CNANS en ce domaine. Les deux autres cas sont l’Itinéraire de Faro A (fig. 12.2), et celui du Pedro Nunes/Thermopylae (fig. 12.3).

  • 53 Institut Portugais d’Archéologie.
  • 54 Hidroespaço Lda.
  • 55 Jean-Yves Blot qui a été l’archéologue désigné par le CNANS pour diriger les travaux sur le site, e (...)

42L’Itinéraire de Faro A se rapporte à une épave de navire ainsi nommée conventionnellement, située au large du cap de Santa Maria, près de la ville de Faro, capitale de la province d’Algarve. L’épave, qui se présente comme un tumulus oblong à-20m sur un fond de sable, a été datée non pas par la nombreuse artillerie de fer qui s’y trouve dispersée, mais grâce à des assiettes d’étain portant des poinçons identifiés comme appartenant à la famille Edgecumbe, de Cornouaille, ce qui les situe, à une dizaine d’années près, autour de la transition entre le troisième et le dernier quart du XVIIe siècle. Une des hypothèses dont l’étude est en cours concerne un des navires d’une escadre anglo-hollandaise (que la documentation désigne comme « convoi de Smyrne ») attaquée par l’escadre française de l’Amiral Trouville à la fin du XVIIe siècle. Le site a été rigoureusement interdit à la plongée jusqu’en 2003, date à partir de laquelle l’IPA53/CNANS a signé un protocole de collaboration avec une école de plongée de Faro visant l’organisation de visites guidées54. Celle-ci a ensuite monté un itinéraire autour de l’épave et commencé à encadrer des visiteurs plongeurs avec des moniteurs formés par le CNANS55.

Fig. 10.7. L’épave Ria de Aveiro F : 10.7.a. Le couce de poupe, la seule partie conservée in situ, bien que sévèrement touchée par les dragages. 10.7.b. Observation préliminaire des débris de l’épave, qui a été complètement détruite. 10.7.c. Les sondages à la lance à eau.

Fig. 10.8. Fragment de membrure à clin de l’épave Ria de Aveiro G, qui constitue la pièce la plus significative des débris résultant des dragages.

Fig. 10.9. Le couce de poupe de l’épave de Corpo Santo, qui a été coupée par la paroi de béton d’un gros tube d’aération du métro de Lisbonne, reposait sur le niveau de plage d’il y a six siècles.

Fig. 11. Vue subaquatique de l’itinéraire d’Ustica.

  • 56 Ce projet, qui bénéficie de l’enthousiasme de divers groupes de plongeurs, parmi lesquels l’école d (...)
  • 57 Fialho 2004.

43L’itinéraire du Pedro Nunes/Thermopylae se rapporte à l’épave du clipper “jumeau” et rival du Cutty Sark, qui fut considéré comme le plus rapide de l’histoire de la marine à voile. Ce grand voilier a été acheté par la Marine portugaise à la fin du XIXe siècle et fut coulé lors d’un festival maritime à Cascais en 1907, en présence du roi. Localisée en 2001 à -30m par sonar à balayage latéral, l’épave est depuis lors, avec l’appui du CNANS, l’objet d’une expertise conduite par plusieurs groupes de plongeurs en vue du montage d’un itinéraire visitable56. Le projet est appuyé par la Municipalité de Cascais avec laquelle le CNANS a signé aussi un protocole de collaboration57.

Fig. 12.1 : 12.1.a. Vue subaquatique de l’itinéraire Océan. 12.1.b. Schéma du circuit subaquatique de l’itinéraire Océan. 12.1.c. Un navire de ligne français de 80 canons, de la classe de l’Océan.

  • 58 Nautical Archaeology Society.

44Par ailleurs, dans le but de sensibiliser et de former un plus vaste public, et les plongeurs amateurs en particulier, le CNANS a adopté la philosophie et le programme d’entraînement de la NAS58 du Royaume Uni, et a établi avec cette organisation un accord de coopération qui lui a conféré le statut d’entité formatrice dans le cadre du système NAS de cours pour amateurs. Cette formation, aujourd’hui adoptée par beaucoup de pays de tous les continents et par de grandes organisations internationales de plongée, comme la CMAS et la PADI, a permis d’assurer la continuité d’une expérience similaire commencée il y a dix ans par le tandem constitué par le MNA et l’association Arqueonáutica (fig. 13).

  • 59 Voir Alves 2001 et D’Intino 1998.

45Bien entendu, la réalisation de conférences, la participation à des réunions scientifiques, ou leur organisation, et la publication de leurs actes ou catalogues, de même que la conception et mise en place d’expositions59, constituent la forme par excellence de cette divulgation, qui concerne autant le grand public que les cercles de la spécialité. Ces initiatives se sont toujours développées dans le cadre du projet global d’archéologie subaquatique du MNA et par la suite, du CNANS, au long de ces vingt dernières années (fig. 14.1 à 14.4).

46En ce qui concerne les plus récentes expositions, il faut citer la vitrine thématique montée en 2002 au Museu de Marinha de Lisbonne (fig. 14.5), dédiée au site de l’épave de la nau de la Carrière des Indes, Nossa Senhora dos Mártires, fouillé par le CNANS en 1997-1998, dont les résultats ont été présentés au Pavillon du Portugal à l’Expo ’98. Toujours en 2002, le CNANS a collaboré avec le Musée Municipal de Portimão à l’organisation d’une exposition concernant le patrimoine subaquatique du fleuve Arade (fig. 14.6), qui fut par la suite présenté au MNA. L’essentiel du discours de cette exposition, les artefacts, ainsi que la documentation graphique et photographique, ont été fournis par le CNANS. Il faut aussi mentionner le fait qu’une autre partie substantielle des vestiges matériels présentés provenait d’un projet inédit, lancé par le CNANS en collaboration avec un groupe local d’amateurs (l’association IPSIIS), qui mène à bien depuis 2000 un projet de prospection en zones de plage à l’aide de détecteurs de métaux. C’est un projet qui, en dehors de cette collaboration, serait voué à l’illégalité.

  • 60 Loureiro 2004. Concernant les épaves de l’Arade, qui constituent avec celles d’Aveiro les ensembles (...)

47Par ailleurs, les recherches du CNANS, centrées sur l’épave du navire du XVe siècle Ria de Aveiro A, ont abouti à une approche technique et méthodologique inédite, consistant en la réalisation de maquettes grandeur nature en contreplaqué et en polyuréthane (“2D” et “3D”) (fig. 14.7). Cette dernière méthode sera bientôt appliquée à l’épave du navire Arade 1 (fig. 14.8) du XVIe siècle, découverte en 1970 lors de dragages, re-ensevelie par la suite, re-localisée par le CNANS en 2001, fouillée en campagnes annuelles depuis lors, et qui depuis 2003 est le thème d’un doctorat de 3ème cycle poursuivi à l’Université de Paris 1-IAA, par Vanessa Loureiro, sous la direction d’Eric Rieth60.

Fig. 12.2 : 12.2.a. Images de l’épave Faro A obtenue par sonar de balayage latéral. 12.2.b. Assiette en étain de l’épave Faro A présentant des poinçons datés de la fin du XVIIe siècle. 12.c. Schéma du circuit subaquatique de l’itinéraire Faro A.

Fig. 12.3 : 12.3.a. Le Thermopylae pendant ses jours de gloire. 12.3.b. La triste fin du Thermopylae en 1907, lors d’un festival maritime célébré devant le roi.

Fig. 13. Séance pratique en piscine d’un cours d’introduction à l’archéologie subaquatique.

48Soulignons que cette méthode d’exécution d’un modèle grandeur nature a montré son énorme efficacité sur le plan muséographique, comme nous l’avons constaté l’été 2004 lors de l’exposition centrée sur l’épave de Ria de Aveiro A au Musée Maritime d’Ílhavo (fig. 14.9), une des municipalités de la lagune d’Aveiro marquée, sur le plan historique, par une des plus importantes aventures maritimes du Portugal : la pêche hauturière. Cette initiative a d’ailleurs coïncidé, l’été 2004, avec une autre exposition organisée par le CNANS, centrée sur la Ria de Aveiro et les plus importantes découvertes en archéologie nautique et subaquatique au Portugal, qui a été présentée à Aveiro même, dans l’emblématique “Ancienne Maison de la Capitania”, inaugurée à cette occasion comme siège de l’Assemblée Municipale et disposant désormais d’une ample salle d’expositions temporaires (fig. 14.10).

Fig. 14. Expositions organisées par le MNA et par le CNANS (ou avec la collaboration de celui-ci) : 14.1. Boca do Rio (1984). 4.2. MNA (1985). 14.3. Loulé (1986). 14.4. Lagos (1993). 14.5. Musée de Marine de Lisbonne (2002). 14.6. Musée Municipal de Portimão (2002). 14.7. Maquettes en contreplaqué et en polyuréthane, dites en “2D” et “3D” de l’épave du XVe siècle Ria de Aveiro A au CNANS (Novembre 2004). 14.8. Image 3D de l’épave Arade 1 traitée informatiquement. 14.9. Exposition dans l’ancienne Casa da Capitania d’Aveiro (2004). 14.10. Exposition monographique dédiée à l’épave Ria de Aveiro A au Musée Maritime d’Ílhavo (2004).

Bibliographie

Bibliographie

Alarcão 1988 : ALARCÃO (J.), Roman Portugal, Warminster, 1988.

Alves 1986 : ALVES (F.), A piroga monóxila de Geraz do Lima. O Arqueólogo Portugués, IV-4, 1986, p. 209-234.

Alves 1988 : ALVES (F.), The dugout of Geraz do Lima, in : Filgueras (O. L.) (éd), Local Boats (Proceedings of the 4th International Symposium on Boat and Ship Archaeology, Oporto, 1985), Oxford, 1988 (BAR International Series 438), p. 287-292.

Alves 1990-1992 : ALVES (F.), O Itinerário Arqueológico Subaquático do Océan. O Arqueólogo Portugués, IV-8/10, 1990-1992 (1997), p. 455-467.

Alves 1992 : ALVES (F.), Arqueologia subaquática em Portugal (Alfeizerão, 5). Correio de Arqueonáutica, 1, 1992, p. 3-10.

Alves 1997 : ALVES (F.), Em torno dos projectos da zona arqueológica da Boca do Rio e do Océan (1 ° Encontro de Arqueologia da Costa Sudoeste, Sagres, 1991). Setúbal Arqueológica, 11-12, 1997, p. 225-239.

Alves 1999 : ALVES (F.), L’itinéraire archéologique subaquatique de l’Océan, in : Sessão Cultural de Recepção à Academia de Marinha Francesa de visita a Portugal, Lisbonne, 1999 (Academia de Marinha VIII), p. 31-38.

Alves 2001 : ALVES (F.) (éd.), Proceedings of the International Symposium on Archaeology of Medieval and Modern Ships of Iberian-Atlantic Tradition - Hull remains, manuscripts and ethnographic sources : a comparative approach (Lisbonne 1998), Lisbonne, 2001.

Alves 2004 : ALVES (F.), Guião da exposição « Um Mergulho na História – o Navio do Século XV Ria de Aveiro A », Lisbonne, 2004 (Trabalhos do CNANS, 20).

Alves sous presse : ALVES (F.), Para uma Carta Arqueológica do património náutico e subaquático em qualquer parte do mundo, in : Arqueología Subacuática – II Jornadas Latinoamericanas – Inventarios y Cartas Arqueológicas aplicados al Patrimonio Sumergido (Santiago du Chili 2001), sous presse.

Alves, Rieth 2000 : ALVES (F.), RIETH (E.), Ria de Aveiro A’99 – balanço da fase final de um projecto de arqueologia náutica e subaquática, in : Oliveira (J. V.) (éd), “Terrenos” da Arqueologia da Península Ibérica (Actas do 3 ° Congresso de Arqueologia Peninsular, Vila Real 1999), Porto, 2000, p. 623-628.

Alves, Soares, Cabral 1993 : ALVES (F.), SOARES (A.), CABRAL (J.), As primeiras datações de radiocarbono em Portugal, directamente relacionadas com o património arqueológico naval e subaquático, in : Homenagem a J. R. Santos Júnior II, Lisbonne, 1993, p. 151-163.

Alves, Diogo, Cardoso 2001 : ALVES (F.), DIOGO (A.), CARDOSO (J.), Considerações sobre os dois grandes cepos de âncora em chumbo com alma de madeira, do séc. V-IV a. C., provenientes do ancoradouro natural da ilha Berlenga (Peniche, Portugal) e sobre os achados de ânforas de tipo púnico em águas portuguesas, in : Os Púnicos no Extremo Ocidente (Actas do Colóquio Internacional, Universidade Aberta, Lisbonne 2000), Lisbonne, 2001, p. 239-260.

Alves, Rieth, Alves 2004 : ALVES (F.), RIETH (E.), ALVES (J. G.), As pirogas 4 e 5 do rio Lima (Lanheses). Lisbona, 2004 (Trabalhos do CNANS, 21).

Alves, Rieth, Rodrigues 2001 : ALVES (F.), RIETH (E.), RODRIGUES (P.), The remains of a 14th-century shipwreck at Corpo Santo, and of a shipyard at Praça do Município, Lisbon, Portugal, in : Alves 2001, p. 405-426.

Alves et alii 1988-1989 : ALVES (F.), REINER (F.), ALMEIDA (M.), VERÍSSIMO, (L.), Os cepos de âncora em chumbo descobertos em águas portuguesas - contribuição para uma reflexão sobre a navegação ao longo da costa atlântica da Península Ibérica na Antiguidade. O Arqueólogo Portugués, IV-6/7, 1988-1989, p. 109-185.

Alves et alii 1998 : ALVES (F.), RODRIGUES (P.), GARCIA (C.), ALELUIA (M.), A cerâmica dos destroços do navio dos meados do século XV Ria de Aveiro A e da zona Ria de Aveiro B. Aproximação tipológica preliminar, in : Actas das 2as Jornadas de Cerâmica Medieval e Pós-Medieval (Tondela 1995), Tondela, 1998, p. 185-210.

Alves et alii 2001a : ALVES (F.), RIETH (E.), RODRIGUES (P.), RICCARDI (E.), GARCIA (C.), ALELUIA (M.), RODRIGO (R.), The hull remains of Ria de Aveiro A, a mid-15th century shipwreck from Portugal : a preliminary analysis, in : Alves 2001, p. 317-345.

Alves et alii 2001b : ALVES (F.), RIETH (E.), RODRIGUES (P.), RICCARDI (E.), GARCIA (C.), ALELUIA (M.), RODRIGO (R.), Ria de Aveiro A : a shipwreck from Portugal dating to the mid-15th century ; a preliminary report. The International Journal of Nautical Archaeology, 30.1, 2001, p. 12-36.

Alves 1989 : ALVES J. F. (éd.), Conquista de Lisboa aos Mouros em 1147. Carta de um cruzado Inglês que partecipou nos acontecimentos, Lisbonne, 1989 (Cidate de Lisboa, 4).

Arruda, Frade, Travassos 1987 : ARRUDA (A.), FRADE (I.), TRAVASSOS (J.), Duas ânforas romanas de Cacela Velha (Vila Real de Santo António). Conimbriga, 26, 1987, p. 125-131.

Blot, Blot 1990-1992a : BLOT (J.-Y.), BLOT (M.), De la glaciation de Würm aux derniers temps de la marine à voile : Éléments pour une carte archéologique du patrimoine immergé au Portugal. O Arqueólogo Português, IV-8/10, 1990-1992, p. 425-454.

Blot, Blot 1990-1992a : BLOT (J.-Y.), BLOT (M.), Problématique d’une recherche entreprise pour le compte du Museu Nacional de Arqueologia (M.N.A.) de Lisbonne dans le cadre du programme de recensement du patrimoine culturel immergé. O Arqueólogo Português, IV-8/10, 1990-1992, p. 469-485.

Cardoso 1978 : CARDOSO (G.), Ânforas romanas no Museu do Mar (Cascais). Conimbriga, 17, 1978, p. 63-78.

Coelho 1989 : COELHO (A.), Portugal na Espanha Árabe (vol. I-II), Lisbonne, 1989.

D’Intino 1998 : D’INTINO (R.) (coord. éd.), Nossa Senhora dos Mártires A última Viagem (Catalogue du Pavillon du Portugal / Expo’98), Lisbonne, 1998.

Diogo 1995 : DIOGO (A.), Elementos sobre ânforas de fabricos lusitanos, in : Estudos de Arte e História, Homenagem a Artur Nobre de Gusmão, Lisbonne, 1995, p. 283-294.

Diogo 1999 : DIOGO (A.), Ânforas provenientes de achados marítimos na costa portuguesa. Revista Portuguesa de Arqueología, 2.1, 1999, p. 235-248.

Diogo 2005 : DIOGO (A.), Vestígios de um possível naufrágio romano ao largo da ilha do Farilhão, in : Actas do Congresso A presença Romana na Região Oeste (Bombarral 2001), Bombarral, 2005, p. 103-107.

Diogo, Alves 1988-1989 : DIOGO (A.), ALVES (F.), Ânforas provenientes de achados fluviais nas imediações de Vila Franca de Xira e de Alcácer do Sal. O Arqueólogo Portugués, IV-6/7, 1988-1989, p. 227-240.

Diogo, Cardoso 2000 : DIOGO (A.), CARDOSO (J.), Ânforas béticas provenientes de um achado marítimo ao largo de Tavira. Revista Portuguesa de Arqueología, 3.2, 2000, p. 67-79.

Diogo, Martins 2001 : DIOGO (A.), MARTINS (A.), Ânfora proveniente de um achado marítimo na costa algarvia ao largo de Tavira. O Arquéologo Português, IV-19, 2001, p. 57-64.

Diogo, Trindade 2003 : DIOGO (A.), TRINDADE (L.), Ânforas romanas de achados subaquáticos no Museu arqueológico do Carmo, estuário do Sado e costa algarvia. Almadan, II-12, 2003, p. 191-192.

Etienne, Makaroun, Mayet 1994 : ETIENNE (R.), MAKAROUN (Y.), MAYET (F.), Un Grand Complexe Industriel à Troia (Portugal), Paris, 1994.

Fernandez 1616/1995 : FERNANDEZ (M.), Livro de Traças de Carpintaria, Transcrição e tradução em inglês do manuscrito da Biblioteca do Palácio Nacional da Ajuda, MS no 52-XVI-21, Academia de Marinha. Lisbonne, 1616/1995.

Ferreira 1969 : FERREIRA (O.), Nota acerca de um fragmento de um diadema ? Ou adorno ? Dourado. O Arqueólogo Português, III-3, 1969, p. 115-117.

Fialho 2004 : FIALHO (A.), O Museu do Mar de Cascais e o património subaquático – O projecto Pedro Nunes, in : Gameiro 2004, p. 61-64.

Gameiro 2004 : GAMEIRO (J.), (Coord.), Os Museus e o Património Náutico e Subaquático, (Actas do Seminário, Câmara Municipal de Portimão), Portimão, 2004.

Garcia 1968-1970 : GARCIA (E.), As torres e os fachos na lagoa da Pederneira – 3. Vestígios de navegações antigas na lagoa da Pederneira (Nazaré). Arquivo de Beja, 25-27, 1968-1970, p. 65-76.

Gianfrotta, Pomey 1981 : GIANFROTTA (P.), POMEY (P.), l’Archeologia Subacquea – storia, tecniche, scoperte e relitti, Milano, 1981.

Lavanha 1608-1616/1996 : LAVANHA (J. B.), Livro Primeiro de Architectura Naval, Fac-simile, transcrição e tradução em inglês do manuscrito da Real Academia de la Historia de Madrid, Colecção Salazar, Códice 63, Academia de Marinha. Lisbonne. 1608-1616/1996.

Lillios, Read et Alves 2000 : LILLIOS (K.), READ (C.), ALVES (F.), The Axe of the Obidos Lagoon (Portugal) – An uncommon find recovered during an underwater archaeological survey (1999). Revista Portuguesa de Arqueologia, 3.1, 2000, 5-13.

Loureiro 2004 : LOUREIRO (V.), O navio Arade 1 : uma embarcação do início da Época Moderna, in : Gameiro 2004, p. 43-51.

Mantas 1990 : MANTAS (V.), As cidades marítimas da Lusitânia, in : Les Villes de Lusitanie Romaine. Hiérarchies et territoires (Table ronde internationale du CNRS, Talence 1988), Paris, 1990 (Collection de la Maison des Pays Ibériques, 42), p. 149-205.

Mayet, Silva 2000 : MAYET (F.), SILVA (C. T.), L’Établissement Phénicien d’Abul, Paris, 2000.

Monteiro 2000 : MONTEIRO (P.), A Carta Arqueológica Subaquática dos Açores : metodologia, resultados e sua aplicação na gestão do património subaquático da Região Autónoma dos Açores, in : Terrenos da Arqueologia da Península Ibérica (Actas do 3 ° Congresso de Arqueologia Peninsular, Vila Real 1999), vol. 8, Porto, 2000, p. 497-524.

Parker 1992 : PARKER (A.), Ancient Shipwrecks of the Mediterranean Provinces, Oxford, 1992 (BAR International Series 580).

Sangmeister, Schubart 1981 : SANGMEISTER (E.), SCHUBART (H.), Zambujal. Die Gräbungen 1964 bis 1973. Mainz am Rhein, 1981.

Silva, Gomes 1992 : SILVA (C.), GOMES (M.), Proto-história de Portugal, Lisbonne, 1992.

Sousa Viegas 2004 : SOUSA (J.), VIEGAS (P.), Projecto IPSIS – fragmentos de História nas praias do Arade, in : Gameiro 2004, p. 27-30.

Veiga 1889 : VEIGA (S.), Antiguidades Monumentais do Algarve, vol. III, Lisbonne, 1889.

Veiga 1891 : VEIGA (S.), Antiguidades Monumentais do Algarve, vol. IV, Lisbonne, 1891.

Viana, Zbyszewski 1949 : VIANA (A.), ZBYSZEWSKI (G.), Contribuição para o estudo do Quaternário do Algarbe. Comunicações dos Serviços Geológicos de Portugal, 29, 1949, p. 197-250.

Notes

1 Que l’historiographie et l’archéologie contemporaines considèrent bien plus importantes que les apports ethniques, autrefois surévalués.

2 Probablement surtout à partir de la préhistoire récente (ou protohistoire ancienne, selon les écoles de l’archéologie contemporaine), périodes qui sont ainsi définies en fonction du développement de l’agriculture et de la sédentarisation des communautés humaines.

3 Avec la coquille de bivalves, notamment du cardium edule.

4 Sangmeister, Schubart 1981.

5 Mayet, Silva 2000.

6 Silva, Gomes 1992 est une excellente synthèse concernant ces périodes.

7 Alarcão 1988 est l’étude de référence pour l’époque romaine au Portugal et Mantas 1988 est un titre essentiel pour une approche plus spécifique à notre thème.

8 Etienne, Makaroun, Mayet 1994.

9 Viana, Zbyszewski 1949.

10 Ferreira 1969.

11 Lillios, Read et Alves 2000.

12 Silva, Gomes 1992, p. 120.

13 Comme le tremblement de terre à Lisbonne de 1755, qui a été suivi d’un raz-de-marée dévastateur, la crue du Douro de 1909 a elle aussi été à l’origine de centaines de naufrages. De telles catastrophes se sont répétées périodiquement au fil des siècles, avec plus au moins d’intensité, comme en témoignent les sources écrites, surtout à partir de l’époque médiévale.

14 Blot, Blot 1990-1992a ; Blot, Blot 1990-1992b.

15 Alves sous presse.

16 Monteiro 2000.

17 Coelho 1989, vol. II, p. 133-134.

18 De Expugnatione Lyxbonensi, manuscrit de la Bibliothèque de Corpus Christi Collège de l’Université de Cambridge (inclus dans le codice no 470 fl. 125 à 146), cf. Alves 1989, qui renvoie à la bibliographie essentielle.

19 Parker 1992. En effet, sur ses cartes « 2. Southern Spain and the Straits of Gibraltar » et « 15. Roman boats and shipwrecks in North west Europe » le littoral portugais est absent.

20 Alves et alii 1988-1989. Par ailleurs, il faut référer d’autres artefacts particulièrement significatifs, comme les étiquettes d’amphores en plomb, dont de nombreux exemplaires ont été trouvés sur les plages des alentours de Portimão, qui ont été alimentées avec les sédiments des dragages de l’estuaire de l’Arade (Sousa et Viegas). Selon A. Diogo le pourcentage anormalement élevé d’amphores africaines du bas empire provenant toutes du lit de l’Arade suscite l’hypothèse d’une origine commune : une épave démantelée par les dragages. Il est cependant impossible de prouver une association entre ces divers artefacts, étant donné l’aire et le modèle de dispersion.

21 Nous excluons le deux pirogues signalées à la fin du XIXe siècle par Estácio da Veiga (Veiga 1889, p 381 ; Veiga 1891, p. 142), mais disparues avant qu’il les ait vues.

22 Garcia 1968-1970.

23 Alves, Rieth, Alves 2004.

24 Diogo sous presse.

25 Alves et alii 1988-1989 ; Alves, Diogo, Cardoso 2001.

26 Selon la classification de Diogo. Voir en Diogo 1995, qui remet vers la bibliographie essentielle.

27 Diogo, Alves 1988-1989.

28 Diogo, Alves 1988-1989.

29 Alves et alii 1988-1989.

30 En effet, théoriquement, nous ne pouvons pas écarter l’hypothèse d’une provenance unique pour les exemplaires datés d’avant J.-C., parce que les types dont la chronologie est plus reculée sont ceux qui ont aussi la plus longue survivance (comme la Mañá A4). Pour ceux d’aprés J.-C. ça en va autrement, car ils sont clairement de deux époques différentes, du haut et du bas empire.

31 Cardoso 1978 et Diogo 1999.

32 Tous les autres exemplaires ont été publiés par Diogo (voir bibliographie).

33 Alves et alii 1988-1989.

34 Alves et alii 1988-1989.

35 Cardoso 1978 ; Arruda, Frade, Travassos 1987 ; Diogo 1999, Diogo, Martins 2001 ; Diogo, Trindade 2003.

36 Tous les autres exemplaires ont été publiés par Diogo 1995 ; Diogo 1999 ; Diogo, Cardoso 2000, et Diogo, Martins, 2001.

37 À lui seul, parce que les vestiges épars de ce même type s’étendent du nord au sud, au long de la côte portugaise.

38 Les plus éloquents exemples sont les deux paires d’énormes jas d’ancres en plomb de Berlenga et de Pedras Amarelas/Plage de Galé, qui ne pourraient appartenir qu’à des navires de très fort tonnage.

39 Alves 1992 ; Alves, Soares, Cabral 1993.

40 Note 17.

41 Concernant la première : Alves 1986 ; Alves 1988. Les deux autres sont inédites.

42 Alves et alii 1998 ; Alves, Rieth 2000 ; Alves et alii 2001a et b.

43 Alves 2004.

44 Le rapport final de l’intervention est en phase d’élaboration par Ricardo Rodrigo, du CNANS, qui en a été le coordinateur responsable.

45 Pedro Ventura, archéologue responsable invité par le CNANS élabore actuellement le rapport final de l’intervention.

46 Alves, Rieth, Rodrigues 2001.

47 Lavanha 1608-1616/1996.

48 Fernandez 1616/1995.

49 Les priorités stratégiques du CNANS sont les suivantes :
• Promouvoir empathies et formation spécialisée sous toutes leurs formes ;
• Mettre l’accent sur la minimisation de l’impact de travaux industriels sur le patrimoine culturel subaquatique ;
• Privilégier la recherche dans le domaine de l’archéologie de navires ;
• Créer synergies et ressources ;
• Promouvoir la coopération nationale et internationale, en priorité avec les pays dont les eaux contiennent des vestiges du patrimoine culturel portugais ;
• Défendre le patrimoine culturel subaquatique portugais quel que soit l’endroit où il se trouve.
Vide in : www.ipa.min-cultura.pt/cnans - Relatório de Actividades de 2003 et Plano de Actividades para 2004.

50 Cela répond au concept ‘accès public’, si actuel, de la Charte de l’ICOMOS (1996) et de la Convention de l’UNESCO (2001).

51 Cette initiative en doit énormément à l’instinct créatif de cet archéologue italien.

52 Alves 1990-1992 ; Alves 1997 ; Alves 1999.

53 Institut Portugais d’Archéologie.

54 Hidroespaço Lda.

55 Jean-Yves Blot qui a été l’archéologue désigné par le CNANS pour diriger les travaux sur le site, en prépare actuellement la monographie.

56 Ce projet, qui bénéficie de l’enthousiasme de divers groupes de plongeurs, parmi lesquels l’école de plongée de Cascais, Exclusive Divers Lda., avec qui l’IPA/CNANS a signé aussi un protocole de collaboration, se développe, à l’invitation du CNANS, sous la coordination de l’archéologue, historien et officier de Marine Augusto Salgado.

57 Fialho 2004.

58 Nautical Archaeology Society.

59 Voir Alves 2001 et D’Intino 1998.

60 Loureiro 2004. Concernant les épaves de l’Arade, qui constituent avec celles d’Aveiro les ensembles les plus importants du Portugal, voir Gameiro 2004.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.18. 1.1. Une des plus anciennes représentations iconographiques d’un navire à voile : le vase Nagada, du delta du Nil (c. 3100 av. J. C.). British Museum. 1.2. Vase néolithique à décoration cardiale de Santarém. Museu Nacional de Arqueologia (=MNA), une évocation d’un cabotage maritime à courte distance. 1.3. Idole de Moncarapacho (Algarve). MNA. 1.4 – Stèle décorée de Abóbada I, Almodovar. MNA. 1.5. a et b. Urne et plaques en or du bothros de Garvão, Ourique, peut-être attestant le culte de Tanit. MNA. 1.6. Plaque-hache d’amphibolite de la lagune d’Óbidos. CNANS. 1.7. Bracelet de Xabregas (Lisbonne), du fleuve Tage. Instituto Geológico e Mineiro. 1.8 – Épée en “langue de carpe”, du Bronze final, de Cacilhas (Almada), du Tage. Museu Municipal de Almada.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 2. Carte des sites orientalisants sur le littoral du Portugal : 1. Castro Marim. 2. Rocha Branca. 3. Castelo de Alcácer do Sal. 4. Abul. 5. Setúbal. 6. Almaraz. 7. Lisbonne. 8. Santarém. 9. Santa Olaia. 10. Conimbriga. 11. Tavira. D’a-près Mayet et Silva.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Fig. 3. Carte de distribution des plus importantes villes maritimes et fluvio-maritimes de l’Antiquité au sud du Portugal.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Légende Fig. 4. Vue aérienne de la péninsule de Troia, limite sud de l’estuaire du fleuve Sado avec l’emplacement du site archéologique. Crédit : Lourenço Pereira, Expresso.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Fig. 5. La salle de la Carte Archéologique, au MNA (1984).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Fig. 6.1-6. 6.1. Pourcentage d’épaves de navires par rapport à d’autres types de vestiges nautiques et/ou subaquatiques recensés au Portugal. 6.2. Distribution de naufrages au Portugal (continent et régions archipélagiques). 6.3. Naufrages en eaux portugaises par nationalité ou pavillon. 6.4. Pays dans les eaux desquels ont naufragé des navires portugais. 6.5. Naufrages d’après les différents types de sources. 6.6. Naufrages par époques.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 7. Carte des sites de naufrages de l’Antiquité et du Moyen Âge au Portugal : 1. Fleuve Lima : a. Mazarefe ; b. Lanheses. 2. Ria (lagune) d’Aveiro. 3. Alfeizerão. 4. Ilots des Farilhões. 5. Ile Berlenga. 6. Cortiçais/Peniche sud. 7. Lisbonne. 8. Fundão dos Bacalhoeiros/Fleuve Tage. 9. Mouchão da Póvoa/Fleuve Tage. 10. Alcacer do Sal/Fleuve Sado. 11. Plage de São Torpes. 12. Cap Sardão (au large). 13. Fleuve Arade. 14. Prainha/Plage de Três Irmãos. 15. Pedras Amarelas/Plage de Galé. 16. Pedra do Zimbral. 17. Tavira/Cacela (au large).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Légende Fig. 8. Vestiges provenant d’épaves présumées de navires de l’Antiquité au Portugal et cas attestés : 8.1. Petit fragment de planche de bordé de l’Arade, dotée du système tenon-mortaise. 8.2.a. Pirogue 4 du Lima 4 in situ. 8.2.b. planche de son bord avant bâbord, qui était fixée en trois endroits par le système tenon-mortaise. 8.2.c. schéma de ce système. 8.3. Pirogue 5 du Lima.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 9.4-8. Vestiges provenant d’épaves présumées de navires de l’Antiquité au Portugal : 9.4. Amphore des Farilhões. 9.5. Jas d’ancres en plomb de Berlenga. 9.6. Amphores de Cortiçais/Peniche nord. 9.7. Amphores du Mouchão da Póvoa. 9.8. Amphores du pont du chemin de fer d’Alcacer do Sal/Sado.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 9.9-10. Vestiges provenant d’épaves présumées de navires de l’Antiquité au Portugal : 9.9. Jas d’ancres en plomb de São Torpes. 9.10a. à i. Amphores du cap Sardão (au large). 9.10.j. à 9.10.n. Amphores du cap Sardão (au large).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 9.11-13. Vestiges provenant d’épaves présumées de navires de l’Antiquité au Portugal : 9.11. Jas d’ancre en plomb de Praínha/Plage de Três Irmãos. 9.12. Jas d’ancres en plomb de Pedras Amarelas/Plage de Galé. 9.13a. à q. Amphores de Tavira/Cacela (au large).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 9.14. Vestiges ne pouvant pas être attribués à des épaves avec suffisante certitude : Amphore du Fundão dos Bacalhoeiros/Tage. Fig. 9.15. Pedra do Zimbral/Cap Santa Maria : Amphore et jas d’ancre en plomb.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 10.1-4. Vestiges d’épaves ou provenant d’épaves du Moyen Âge au Portugal : 10.1. Varangue à clin d’Alfeizerão. 10.2. Pirogue 1 du Lima/Lugar da Passagem/Lanheses. 10.3. Pirogue 2 de la rivière Lima/Lugar da Passagem/Lanheses. 10.4. Pirogue 3 de la rivière Lima/Mazarefe.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 10.5. L’épave Ria de Aveiro A en 1999, au moment du démontage en vue de sa conservation (en cours d’imprégnation au poliéthylène-glycol/PEG). Crédit : Guilherme Garcia.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 10.6. Ria de Aveiro E, l’épave “fantôme” probablement résultant de rebuts de dragage : 10.6.a. Vue d’un amas de pierres de lest. 10.6.b. Le seul fragment de membrure préservé. 10.6.c. Deux fragments du même bol, d’un type bien représenté dans la cargaison de l’épave Ria de Aveiro A. 10.6.d. Vue des travaux qui ont amené à la découverte.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 10.7. L’épave Ria de Aveiro F : 10.7.a. Le couce de poupe, la seule partie conservée in situ, bien que sévèrement touchée par les dragages. 10.7.b. Observation préliminaire des débris de l’épave, qui a été complètement détruite. 10.7.c. Les sondages à la lance à eau.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Fig. 10.8. Fragment de membrure à clin de l’épave Ria de Aveiro G, qui constitue la pièce la plus significative des débris résultant des dragages.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 10.9. Le couce de poupe de l’épave de Corpo Santo, qui a été coupée par la paroi de béton d’un gros tube d’aération du métro de Lisbonne, reposait sur le niveau de plage d’il y a six siècles.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Légende Fig. 11. Vue subaquatique de l’itinéraire d’Ustica.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Légende Fig. 12.1 : 12.1.a. Vue subaquatique de l’itinéraire Océan. 12.1.b. Schéma du circuit subaquatique de l’itinéraire Océan. 12.1.c. Un navire de ligne français de 80 canons, de la classe de l’Océan.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 12.2 : 12.2.a. Images de l’épave Faro A obtenue par sonar de balayage latéral. 12.2.b. Assiette en étain de l’épave Faro A présentant des poinçons datés de la fin du XVIIe siècle. 12.c. Schéma du circuit subaquatique de l’itinéraire Faro A.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 12.3 : 12.3.a. Le Thermopylae pendant ses jours de gloire. 12.3.b. La triste fin du Thermopylae en 1907, lors d’un festival maritime célébré devant le roi.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 13. Séance pratique en piscine d’un cours d’introduction à l’archéologie subaquatique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 14. Expositions organisées par le MNA et par le CNANS (ou avec la collaboration de celui-ci) : 14.1. Boca do Rio (1984). 4.2. MNA (1985). 14.3. Loulé (1986). 14.4. Lagos (1993). 14.5. Musée de Marine de Lisbonne (2002). 14.6. Musée Municipal de Portimão (2002). 14.7. Maquettes en contreplaqué et en polyuréthane, dites en “2D” et “3D” de l’épave du XVe siècle Ria de Aveiro A au CNANS (Novembre 2004). 14.8. Image 3D de l’épave Arade 1 traitée informatiquement. 14.9. Exposition dans l’ancienne Casa da Capitania d’Aveiro (2004). 14.10. Exposition monographique dédiée à l’épave Ria de Aveiro A au Musée Maritime d’Ílhavo (2004).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3958/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

Auteurs

Centro Nacional de Arqueologia Nautica e Subaquatica (CNANS), Instituto Portugués de Arqueologia (IPA).

Centro Nacional de Arqueologia Nautica e Subaquatica (CNANS), Instituto Portugués de Arqueologia (IPA).

Centro Nacional de Arqueologia Nautica e Subaquatica (CNANS), Instituto Portugués de Arqueologia (IPA).

Centro Nacional de Arqueologia Nautica e Subaquatica (CNANS), Instituto Portugués de Arqueologia (IPA).

Centro Nacional de Arqueologia Nautica e Subaquatica (CNANS), Instituto Portugués de Arqueologia (IPA).

Centro Nacional de Arqueologia Nautica e Subaquatica (CNANS), Instituto Portugués de Arqueologia (IPA).

Centro Nacional de Arqueologia Nautica e Subaquatica (CNANS), Instituto Portugués de Arqueologia (IPA).

© Publications du Centre Jean Bérard, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540