Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Comunicare la memoria del Mediterraneo

 | 
Francesco Gravina

Musei e parchi archeologici

Traitement, conservation et mise en valeur des épaves et matériaux organiques gorgés d’eau, le cas de Marseille

Myriame Morel-Deledalle

Full text

1Nous avons eu l’occasion, à Marseille, d’être confrontés depuis un siècle et demi aux découvertes d’épaves et de matériaux organiques gorgés d’eau mis au jour lors des grands travaux d’urbanisme. Sans entrer dans le détail archéologique de ces découvertes, qui n’est pas le sujet ici, ce qui paraît intéressant à analyser dans le contexte qui nous rassemble, c’est le processus des attitudes des décideurs et du public vis-à-vis de ce patrimoine au cours du temps. Sur un siècle et demi de découvertes en la matière, nous pouvons observer d’une part des phénomènes constants, d’autre part des phénomènes évolutifs quant à la prise en compte de ces vestiges et à leur mise en valeur.

Des phénomènes constants

2Il est indéniable que l’on rencontre, de la part des élus et des publics, un engouement et une passion liés aux découvertes archéologiques, qu’elles soient terrestres ou sous-marines. Les découvertes issues de la mer ont toujours été auréolées d’un sentiment de mystère, parce qu’issues d’un autre monde.

3Les épaves du territoire de Marseille n’ont pas été découvertes dans la mer, mais dans une mer qui existait autrefois, c’est-à-dire dans les terrains humides du port antique. Leur émergence en a été d’autant plus une surprise que les entrepreneurs, historiens ou citoyens du XIXe siècle n’avaient qu’une idée approximative de la topographie du port et de la ville antiques. Ce fut également une joie et une fierté de mettre au jour des témoignages aussi parlants du commerce et de la navigation d’un port renommé pour ces activités depuis sa fondation (VIe siècle avant J.-C.).

4Que ce soit lors de la découverte de la “galère de César”, en 1860, de l’épave de La Bourse en 1974 ou des bateaux de la place Jules-Verne, en 1993, pour ne citer que les principaux, l’intérêt et la passion exprimés par le public ont été les moteurs de leur conservation.

5Ce sont des atouts formidables qui permettent de mettre en route des longs et très coûteux processus de conservation et de mise en valeur de ce patrimoine.

6Mais que faire de ces vestiges dès lors que l’on a décidé de les prélever et de les conserver ?

7Les difficultés commencent alors avec deux questions : la question technique de la conservation des matériaux organiques gorgés d’eau et la question de leur mise en valeur. Les matériaux organiques gorgés d’eau, qu’ils aient séjourné en milieu marin, lacustre ou humide, ont bénéficié d’une protection liée à leur séjour en milieu anaérobie. S’ils ont pu être attaqués par la vie sous-marine ou souterraine (animaux, mouvements des eaux ou du sous-sol etc…), le matériau est resté pratiquement intact. Cependant, le contact avec l’atmosphère lors de sa mise au jour, va le détériorer extrêmement rapidement.

8Il faut donc préparer en amont sa survie en le conservant dans un milieu humide pendant la fouille et avant son traitement. Ces principes sont valables pour tous ces types de matériaux, que ce soit les bois, les tissus, les cuirs, les vanneries, autant d’objets fragiles et éphémères découverts dans le port de Marseille.

Fig. 1. La Bourse : l’épave du Lacydon en cours de fouille, cliché Ceter, Ville de Marseille.

Des phénomènes évolutifs

9Si l’on examine les cas successifs cités pour Marseille, on assiste à des attitudes et prises en compte tributaires et révélatrices à la fois de la sensibilité des différentes périodes et de l’avancement de la technique en matière de traitement de ces matériaux.

La “galère de César”

10Il s’agit d’un fragment d’épave de bateau de commerce de la fin du second siècle après J.-C. mise au jour en 1860, à l’occasion du percement de la rue de La République.

11Sa découverte fut l’occasion de poser les premières questions sur l’emplacement du port et du rivage antiques. Elle fut baptisée « galère de César », en raison du “souvenir” puissant de la conquête de la ville par César (en 49 avant J.-C. !), symbolique de la perte de l’indépendance de la ville racontée de façon récurrente par les historiens depuis ces évènements. Il fut donc décidé de la prélever (partiellement), mais on ne maîtrisait pas la conservation des bois gorgés d’eau à cette époque.

12Elle fut déposée au musée d’archéologie de la ville (musée Borély), dans une cave par bonheur sombre, et régulièrement ventilée par un soupirail, où on l’oublia pendant un siècle.

13Un archéologue et conservateur du musée, passionné par l’histoire du commerce et de la navigation (F. Benoît) l’en ressortit pour l’exposer dans un musée qu’il venait de créer, en 1963, autour du site des entrepôts romains de Marseille (le musée des Docks romains). L’épave ainsi redécouverte, était parfaitement sèche et en bon état. On lui avait fait subir, sans le savoir, un traitement par séchage contrôlé, qui n’avait pas été contrôlé ; cependant, les conditions de stockage étaient les meilleures : mise à l’abri de la lumière dans un local ventilé en humidité et en hygrométrie à peu près stables et constantes.

14De récents contrôles ont permis de vérifier la bonne santé de cette épave.

L’épave de La Bourse

15En 1974, à l’occasion des fouilles de La Bourse, une épave romaine de la fin du IIe siècle après J.-C. fut mise au jour dans les terrains humides du port antique, au cours du dernier mois de fouille. C’était une pièce aux dimensions imposantes, conservée sur 19 m. de long, qui avait été abandonnée au fond du port.

16Au vu du symbole qu’elle représentait, la municipalité prit la décision immédiate de la conserver, la traiter et l’exposer au musée d’Histoire de la ville alors en construction en périphérie du site.

17Le traitement des bois gorgés d’eau avait évolué, plusieurs expériences en cours en Europe proposaient des interventions de types divers, allant du démontage au traitement intégral, du badigeon d’huiles au bombardement aux rayons gamma en passant par l’imprégnation au polyéthylène glycol (PEG). La décision fut prise de ne pas démonter le bateau – ce qui aurait signifié le découper –, de le traiter en une seule pièce, de la façon la moins destructrice possible et en respectant déontologiquement les principes de réversibilité du traitement. Pour cette raison furent écartés le bombardement aux rayons gamma et l’imprégnation au PEG, dont la réversibilité n’était pas expérimentée.

18Une expérience en cours au Museum d’histoire naturelle de Paris avait conduit à la lyophilisation de pieux des digues de La Rochelle. La lyophilisation était une technique déjà bien maîtrisée, en particulier sous vide et pour les objets de petites dimensions. Une étude et des expérimentions sur des membrures de l’épave de La Bourse ont conduit à faire le choix, pour cette épave, de procéder à un traitement par lyophilisation en pression atmosphérique. Mise en place et suivie scientifiquement par le Museum d’histoire naturelle de Paris, Usifroid, filiale d’Air Liquide et la Ville de Marseille, cette opération fut une première mondiale dans le domaine du traitement des bois gorgés d’eau.

19Le caisson de traitement, réalisé à l’intérieur du musée d’Histoire, fut conçu et dessiné en amont pour en être sa vitrine ultérieure, sur les recommandations de la Direction des musées de France. Les normes et pratiques muséographiques se sont modifiées depuis et nous reviendrons sur cette question de mise en valeur et présentation au public.

Les découvertes de la place Jules-Verne

20Lorsqu’en 1993 des travaux commencèrent sur la place Jules-Verne, nous savions parfaitement que nous étions sur les terrains des ports antiques grec et romain et nous savions parfaitement à quoi nous attendre. Aussi l’équipe scientifique fut-elle composée sur mesure avec, entre autres, une spécialiste des ports et du monde sous-marin (A. Hesnard) et un spécialiste des épaves (P. Pomey) et leur équipe.

Fig. 2. “Galère de César”, épave du IIe s. après J.-C. ; musée des Docks, Marseille. Cliché M. Morel-Deledalle.

21De plus, aguerris par des années de fouilles urbaines et de confrontation avec ces milieux marins, nous savions pertinemment que l’équipe devait être liée à des restaurateurs spécialistes des bois gorgés d’eau ainsi qu’aux archéologues et conservateurs de la ville de Marseille, afin de pallier d’une part les urgences d’interventions, d’autre part d’assurer les choix de ces interventions.

Fig. 3. Maquette de l’épave de la Bourse, Musée d’Histoire de Marseille. Cliché M. Morel-Deledalle.

22C’est ainsi qu’une convention fut établie dans ce sens avec le Laboratoire de conservation Arc-Nucléart (Grenoble), seul laboratoire français spécialisé dans le traitement des bois gorgés d’eau de grandes dimensions agréé par la Direction des musées de France.

23Cette mise en place, en amont de la fouille, d’une équipe aux compétences pluridisciplinaires et transversales fut, somme toute, innovante. Elle a permis de faire des choix sur les objets et épaves à conserver en vertu de critères établis en commun prenant en compte à la fois les intérêts scientifiques, la faisabilité technique des traitements et les projets muséographiques.

24Bien évidemment, outre les infrastructures portuaires et commerciales, et de très nombreux objets, des quantités d’épaves ou de fragments d’épaves datées du VIe s. avant au IVe s. après J.-C. ont été découverts.

25Parmi les plus prestigieuses, deux épaves grecques du VIe s. avant J.-C., à l’architecture originale (assemblage par ligatures végétales) furent mises au jour ainsi que deux dragues romaines destinées à curer le port. Selon des critères drastiques, nous n’avons conservé que cinq épaves, au titre de leur unicité, originalité, intégrité, choix réalisé par l’équipe des archéologues, restaurateurs et conservateurs en accord avec les élus dans la perspective de leur présentation au musée d’Histoire.

La mise en valeur du patrimoine maritime

26Si la recherche archéologique sert la science, elle n’en est pas – ou ne devrait pas – en être la finalité unique. La transmission de la connaissance et du patrimoine au plus grand nombre est une donnée à prendre en compte prioritairement et, de fait, elle l’est de plus en plus.

27Parallèlement à ce devoir de restitution auprès du public, il ne faut ni négliger ni oublier celui qui nous lie aux élus que nous sollicitons financièrement, pour des sommes très importantes lorsqu’il s’agit de conserver un patrimoine fragile de grandes dimensions et abondant, et de le mettre en valeur. L’information, les publications, les expositions qui précèdent la finalisation des restaurations sont autant d’atouts de sensibilisations qui justifient les efforts requis.

28Là encore, le travail de collaboration des équipes en amont porte ses fruits et débouche tout naturellement sur des opérations de mise en valeur qui sont alors considérées comme évidentes. Nous avons eu cette chance à Marseille sur les fouilles Jules-Verne et Bargemon.

  • 1 Hesnard (A.), Moliner (M.), Conche (F.), Bouiron (M.), Parcours de villes, Marseille : 10 ans d’ar (...)

29Sans entrer dans le détail, cinq épaves significatives quant à leur architecture et leur typologie, ont été conservées pour être traitées et présentées, ainsi que des milliers d’objets de bois, cuir et vannerie. Des expositions et publications ont été réalisées1, de nombreux travaux sur les diverses catégories de matériel ont été effectués ou sont en cours, sans parler de la recherche scientifique pure liée à la construction navale et les programmes de recherches mis en place pour ce faire (équipe CNRS-Centre Camille-Jullian / ISTI CNR- Pise) ou du programme européen ANSER.

30Aujourd’hui, les attentes du public, très habitué des médias, se sont considérablement modifiées, il est devenu très exigeant. On notera rapidement sur les trois exemples marseillais, l’évolution déterminante des préoccupations muséographiques.

31En 1860, l’épave de la rue de la République avait été conservée, mais simplement stockée. En 1974, l’épave de La Bourse était intégrée à un projet de restauration et de muséographie. Pour la première fois, un appareil pédagogique avait été pensé et mis en place (maquette, reconstitution, panneaux, photographies, information sur les techniques de traitement des bois gorgés d’eau). Cependant les recommandations de la Direction des musées de France étaient de présenter ce type d’objet dans une vitrine teintée de façon à éviter les dégradations causées par la lumière, les poussières et même par le public considéré comme “dangereux” pour le patrimoine.

32Une étude des publics a montré que, au-delà de nos difficultés à maintenir un éclairage adéquat, les visiteurs ne voyaient pas l’épave au travers du caisson et ne ressentaient aucune émotion ; ils avaient, de plus, l’impression qu’on voulait la leur cacher, les en priver et que les textes et informations pédagogiques, apposées sur le caisson, primaient.

33En 1993, le choix de conservation des épaves fut établi selon des critères d’intérêt scientifique en même temps qu’en écho avec les présentations existantes ; l’intérêt esthétique fut également pris en compte, avec la conservation d’une étrave romaine (JV 8), parfaitement connue en ce qui concerne son architecture, mais admirablement conservée jusqu’au plat-bord. Présentée au public sur un support de métal et hors vitrine, elle le réconcilie quelque peu avec l’épave de La Bourse, en attendant une présentation mieux adaptée à ses attentes.

34Deux épaves et une centaine d’objets sont d’ores et déjà présentés au public avec une muséographie spécifique et adaptée. La grande épave grecque JV 7 sera de retour au musée d’Histoire prochainement. Elle fait actuellement l’objet de recherches liées à sa restauration et sa muséographie qui rassemblent les meilleurs spécialistes. Un examen de la muséographie des épaves présentées ailleurs dans le monde a montré que nombre d’entre elles l’étaient hors vitrine et cependant à l’abri des agressions de climat et de contact direct avec le public. Les solutions expérimentées par nos collègues nous éclairent sur l’évolution des conditions de présentation. Si la barque grecque JV 9 a été intégrée dans une vitrine que l’on visite à partir d’un podium en élévation, le choix a été fait en liaison avec l’état de l’épave dont la partie interne était nettement la plus intéressante à présenter (assemblages).

Fig. 4. L’épave grecque JV 7 à son arrivée pour traitement PEG au laboratoire Arc-Nucléart, Grenoble. Cliché M. Morel-Deledalle.

35En revanche, suite aux constats liés à la fois aux réactions du public autant qu’aux pratiques muséographiques actuelles, il a été décidé que l’épave JV 7 serait présentée hors habitacle, dans l’entrée des collections permanentes (et au-delà d’un sas de climatisation), sur un support adapté à la visite qui se fera à partir d’une passerelle supérieure. Bien entendu, la visite sera complétée par une série de supports d’information relatifs aux multiples aspects de cette épave (architecture, navigation, commerce), sous forme de textes, photographies, plans, maquettes, DVD avec la collaboration indéfectible de l’équipe d’origine le CCJ (Patrice Pomey et son équipe).

36C’est également, pour nous, l’occasion de concevoir une nouvelle muséographie pour l’ensemble de la présentation et de lier JV 7 aux autres épaves déjà présentées dans cette section du musée, en particulier l’épave de La Bourse. Nous enlèverons l’habitacle, procéderons à une restauration de surface et réactualiserons l’appareil pédagogique de façon à l’harmoniser avec l’ensemble de cette section plus particulièrement consacrée au patrimoine maritime et naval.

37La façon dont nous avons géré en commun ce patrimoine à Marseille est bien évidemment tributaire des circonstances et des périodes de découvertes, des sensibilités et des personnes et aucun cas de figure n’est jamais identique nulle part, ni à préconiser hors contexte.

Fig. 5. L’étrave romaine JV 8 en cours de montage sur socle à Grenoble, pour présentation au musée d’Histoire de Marseille. Cliché M. Morel-Deledalle.

38D’autres archéologues et conservateurs ont eu d’autres expériences et ont fait des choix différents. Certains ont fait des choix de moulage, de reconstitutions, de reconstruction, préférant laisser à l’abri et enfoui ou réenfoui ce patrimoine délicat et coûteux à traiter, à conserver et à mettre en valeur.

39C’est, sans doute, une solution prudente, lorsque l’on sait à quel point le traitement des bois gorgés d’eau de grandes dimensions est aléatoire et reste l’aventure d’une intervention unique sur un objet unique.

40Nous ne sommes, en effet, jamais dans une configuration identique de conservation, que ce soit en raison des types de bois, des modes de construction, de l’ancienneté du matériel, du séjour dans le milieu humide (terrestre, marin, lacustre, chaud, froid) etc. Les traitements ne sont jamais identiques et doivent s’adapter à chaque cas, sans assurance de résultat. Il faut bien dire que nous jouons, en quelque sorte, aux apprenti-sorciers.

41Par ailleurs, le suivi après restauration n’existe pratiquement pas pour l’instant ; une fois réalisée sa prestation, le restaurateur abandonne l’objet et le conservateur !

42Pour mieux connaître les risques que nous prenons en commun et progresser dans la connaissance de ces expériences, il serait utile d’établir une sorte d’enquête ou de banque de données auprès des conservateurs en gestion de ces catégories de patrimoines afin qu’ils en assurent un suivi sur une base établie en amont avec les restaurateurs.

Notes

1 Hesnard (A.), Moliner (M.), Conche (F.), Bouiron (M.), Parcours de villes, Marseille : 10 ans d’archéologie, 2600 ans d’histoire, Marseille, 1999.

List of illustrations

Caption Fig. 1. La Bourse : l’épave du Lacydon en cours de fouille, cliché Ceter, Ville de Marseille.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3916/img-1.jpg
File image/jpeg, 570k
Caption Fig. 2. “Galère de César”, épave du IIe s. après J.-C. ; musée des Docks, Marseille. Cliché M. Morel-Deledalle.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3916/img-2.jpg
File image/jpeg, 424k
Caption Fig. 3. Maquette de l’épave de la Bourse, Musée d’Histoire de Marseille. Cliché M. Morel-Deledalle.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3916/img-3.jpg
File image/jpeg, 187k
Caption Fig. 4. L’épave grecque JV 7 à son arrivée pour traitement PEG au laboratoire Arc-Nucléart, Grenoble. Cliché M. Morel-Deledalle.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3916/img-4.jpg
File image/jpeg, 400k
Caption Fig. 5. L’étrave romaine JV 8 en cours de montage sur socle à Grenoble, pour présentation au musée d’Histoire de Marseille. Cliché M. Morel-Deledalle.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3916/img-5.jpg
File image/jpeg, 428k

Author

Conservateur du Musée d’Histoire de Marseille

© Publications du Centre Jean Bérard, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540