Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comunicare la memoria del Mediterraneo

 | 
Francesco Gravina

Musei e parchi archeologici

Le Laténium et le chaland gallo-romain de Bevaix : de la découverte à l’exposition

Béat Arnold

Texte intégral

1C’est en 1970 que commence l’histoire récente du chaland gallo-romain de Bevaix ; en décembre de cette année-là, Michel Egloff aperçoit, durant un vol de reconnaissance, une forme effilée au travers des eaux du lac de Neuchâtel. Le devenir de ce bateau sera dès lors étroitement lié au développement de l’archéologie dans le canton de Neuchâtel. En l’espace de 30 ans, un petit musée désuet et peu fréquenté, figé sur les travaux réalisés un demi-siècle auparavant par Paul Vouga (en particulier sur le site de La Tène), se muera, sous l’impulsion indirecte des travaux de sauvetage nécessités par le passage de l’autoroute A5, en une vaste et moderne institution, le Laténium (en référence au site éponyme de La Tène). Ce bâtiment aux lignes épurées, dont la construction fut approuvée à une très large majorité par le peuple neuchâtelois, a été inauguré en septembre 2001 (Chenu et al. 2001). En avril 2003, il recevra même le Prix du musée du Conseil de l’Europe, terme pour ainsi dire logique des inlassables efforts que Michel Egloff déploya avec son équipe durant plus de 20 ans (fig. 1).

Fig. 1. Le Laténium, sur la rive nord du lac de Neuchâtel (Haute-rive, Suisse), à 2 km du célèbre site celtique de La Tène. À l’arrière-plan, les Alpes (photo Yves André).

2Après la découverte du chaland, des échantillons furent prélevés à l’occasion des premières reconnaissances subaquatiques. L’attribution de cette embarcation à l’époque gallo-romaine entraîna, durant l’hiver 1972-1973, la mise en œuvre d’une fouille de sauvetage ou, plutôt, du relevé de ce vestige apparent sur le fond du lac (fig. 2).

3À peine ces travaux terminés, une violente tempête détruisit l’embarcation et deux plongeurs s’évertuèrent à récupérer en moins d’une semaine, c’est-à-dire avant l’arrivée de la tempête suivante, les différents éléments dispersés dans la baie ou rejetés sur le rivage. Les pièces recueillies le jour furent évacuées la nuit dans un petit étang avec les moyens à disposition, c’est-à-dire une petite voiture commerciale privée. Les grandes planches du bordé, qui dépassaient 10 m de longueur, durent être débitées en tronçons transportables par deux personnes. À la fin de la semaine, un tas de planches représentant 90 % de l’épave reposait dans l’étang, à l’abri du gel et du dessèchement. L’ensemble fut ensuite conditionné dans des citernes, entreposées à l’intérieur d’un hangar, ce qui mit un terme à la première étape de l’intervention. Si les travaux archéologiques avaient eu lieu quelques mois plus tard, le chaland aurait disparu, emporté par l’érosion lacustre qui affecte toute la plate-forme littorale depuis que le niveau du lac a été abaissé artificiellement de 2,7 m, entre 1876 et 1879.

Fig. 2. Le chaland gallo-romain de Bevaix, par 2 m de fond, avant les opérations de sauvetage (photomontage de 194 clichés ; photo Béat Arnold, infographie Jacques Röthlisberger).

4La deuxième phase, suite et conséquence attendues de toute intervention archéologique, concerne l’élaboration des données recueillies et leur diffusion rapide sous forme de publications préliminaires dans des périodiques spécialisés (Arnold 1974, 1975). Par la suite, l’intérêt et l’importance scientifique du vestige ont inévitablement abouti à l’étape suivante, à savoir la mise en œuvre de sa conservation/retauration. Plusieurs options pouvaient être retenues, avec leurs avantages et leurs inconvénients, en fonction de l’état de dégradation du bois, des moyens financiers disponibles et des objectifs retenus. En l’espèce, le bois était dégradé à la périphérie, mais en relativement bon état au cœur de la pièce. Un traitement classique au PEG aurait nécessairement engendré des tensions différentielles entre l’intérieur et l’extérieur des planches, ce qui aurait affecté la surface du bois, donc les traces, parfois très superficielles, laissées par un outillage varié. Finalement, il fut décidé de mouler chaque fragment de planche au silicone puis d’en tirer un fac-similé grâce à une pâte homogène formée d’un mélange à deux composants (Renaud 1989). Ainsi, année après année (1983-1987), des planches furent moulées en fonction des possibilités du budget de fonctionnement ordinaire du Service d’archéologie. Arrivé au terme de cette opération, un crédit extraordinaire permit d’assembler les divers éléments entre eux (1988). À ce propos, rappelons que le financement de ces travaux est assuré par la seule population de la République et Canton de Neuchâtel, soit quelque 165’000 habitants.

Fig. 3. Le chaland gallo-romain est assemblé sur un support métallique basé sur l’analyse archéologique du vestige (photo Yves André).

5Une fois la ligne idéale du bateau obtenue, en réglant les différentes parties du bordé au moyen d’une infrastructure provisoire en bois, la forme du support définitif en métal a pu être définie. Ce choix est important car si, pour des raisons muséographiques, le support devait par la suite être temporairement masqué, il sera toujours présent dans le futur. Une réflexion archéologique approfondie était donc impérative pour pouvoir élaborer cette assise. Nous avons finalement opté pour un cadre en forme d’hexagone allongé qui reflète parfaitement la forme typologique de ces embarcations qualifiées de « polygonales » ; les poutrelles transversales correspondent à l’emplacement des madriers sur lesquels fut construit le chaland (fig. 3). En outre, les éléments cylindriques verticaux, fixés aux pièces transversales, sont situés à l’emplacement des chevilles en bois ayant permis l’assemblage temporaire de l’embarcation. Finalement, l’ensemble fut monté dans un dépôt, le recours à un fac-similé ne nécessitant pas un environnement climatique trop strict.

6Les pièces originales, quant à elles, furent déposées dans des caisses remplies de craie lacustre, puis immergées dans un dépôt situé au fond du lac, à l’abri de l’érosion et des agressions mécaniques. Parallèlement, l’analyse minutieuse de l’épave fut poursuivie en laboratoire et aboutit à la publication d’une monographie (Arnold 1992).

7L’étape suivante a consisté à déterminer quelle présentation muséographique adopter pour mettre en valeur ce vestige. Dans le bâtiment tel qu’il fut planifié puis construit (après quelques modifications du projet initial), des espaces en enfilade, dépourvus de cloisons, s’ouvrent au visiteur ; ainsi en va-t-il du développement des cultures préhistoriques, qui résultent d’une évolution lente ou rapide, et non d’une suite de ruptures ou de discontinuités (fig. 4). Un certain nombre d’ouvertures sur l’extérieur mettent le mobilier exposé en connexion avec le site, les paysages (lac et montagne), tout en mariant la lumière naturelle à l’éclairage artificiel focalisé sur les objets exposés. Le visiteur parcourt le musée en remontant le temps ; il chemine sur un plan incliné, descendant peu à peu, à l’image du déroulement d’une intervention archéologique où, en principe, les couches les plus anciennes sont situées à des profondeurs plus importantes.

Fig. 4. Le Laténium est composé d’une suite d’espaces ouverts, et non pas de salles cloisonnées (photo Yves André).

8La salle de la navigation, que l’on atteint en montant quelques marches, sert en quelque sorte de transition dans le parcours en créant un lien entre la période romaine et la préhistoire. Cet espace s’ouvre sur une large baie vitrée et sur un plan d’eau qui matérialise le niveau du lac avant son abaissement (1876-1879). Le chaland se trouve sur un fond artificiel recouvert par une couche de verre concassé qui masque le support métallique hexagonal. Selon le point de vue, cette couche évoque la berge sur laquelle serait échouée l’embarcation ou, au contraire, prolonge le plan d’eau qui existe de l’autre côté de la baie vitrée. L’après-midi, les reflets du soleil sur les vaguelettes de l’étang se reflètent au plafond, ce qui confère à cet espace un aspect à la fois dynamique et paisible (fig. 5).

9Le principe muséographique premier de l’exposition permanente est également respecté : offrir du savoir, mais aussi du rêve. Les textes sont réduits au minimum, afin de permettre à l’objet exposé « de parler » de sa propre voix.

10Les dix vitrines imaginées à l’origine par l’archéologue se sont réduites, après discussion avec les muséographes, à deux ensembles évoquant les éléments fondamentaux de l’architecture navale celtique, à savoir les clous de liaison massifs, en fer, et le calfatage vrai. En contrepartie, la petite maquette initialement prévue d’un chantier naval est devenue un élément marquant, de grandes dimensions, qui accueille pour ainsi dire le visiteur à son arrivée. Deux photomontages présentent l’embarcation in situ, avant et pendant les travaux archéologiques ; ils complètent l’information, tout en évitant la nécessité de recourir à des plans.

Fig. 5. Le chaland gallo-romain est présenté sur une couche de verre concassé, évoquant soit une plage sur laquelle il serait échoué, soit un plan d’eau en prolongation avec l’espace situé de l’autre côté de la baie vitrée (photo Yves André).

11Le long de la paroi en béton lavé, une suite de caissons lumineux présente la réalisation d’une réplique à l’identique du chaland et illumine cet espace d’une note de couleur. Baptisée Altaripa (fig. 6), cette réplique est amarrée dans un port-canal situé au sein du parc du musée ; elle a également fait l’objet d’une monographie (Arnold 1999). Cette publication permet au visiteur, s’il le désire, d’obtenir toutes les informations scientifiques souhaitées tout en restant confortablement installé dans son fauteuil et lui évitera de décrypter, debout, un texte interminable collé contre un mur. Cette opportunité n’est d’ailleurs pas propre à cet espace privilégié puisque de nombreuses vitrines, tout au long de l’exposition, ont été élaborées sur la base des monographies de la série Archéologie neuchâteloise.

12Au fond de la salle, un petit « laboratoire interactif » permet au visiteur de s’initier aux problèmes de conservation posés par les bois gorgés d’eau. Dernier élément de cet espace très sobre, un vaste parallélépipède largement ouvert en deux endroits donne accès à une portion du lac où sont présentées deux pirogues (l’une du Néolithique moyen, l’autre de l’âge du Bronze) ainsi que la fouille subaquatique d’une cloison effondrée du Bronze final (fig. 7). Comme on le voit, cet espace-charnière situé à mi-parcours du musée, espace de repos également, est certes destiné à exposer un vestige archéologique remarquable, mais aussi à mettre en lumière la spécificité de l’architecture navale celtique, la problématique des fouilles (subaquatiques en l’occurrence), l’importance des mesures de conservation des bois gorgés d’eau ; enfin, toutes les questions liées à l’archéologie expérimentale.

Fig. 6. Assemblage de la coque d’Altaripa, réplique ou copie grandeur nature du chaland gallo-romain de Bevaix (photo Béat Arnold).

13En conclusion, la présentation de l’épave gallo-romaine dans son écrin n’est pas le résultat d’une opération linéaire, planifiée dès le premier jour. A chaque stade du travail, il a fallu redéfinir des objectifs, franchir de multiples barrières jalonnées de nombreux écueils, en particulier d’ordre financier.

14Enfin, c’est avant tout l’obstination, des décennies durant, de deux personnes entourées d’équipes de qualité (le premier groupe se chargeant de la réalisation du fac-similé et des monographies, le second de la concrétisation d’un nouveau musée d’archéologie et de la mise en œuvre d’une muséographie innovante) qui aura, finalement, permis l’improbable résurrection de cette embarcation.

Fig. 7. Présentation muséographique des fouilles subaquatiques et de deux pirogues préhistoriques. Ces dernières illustrent l’origine des embarcations gallo-romaines fluviales, à savoir une pirogue monoxyle fendue selon son axe longitudinal (photo Yves André).

Bibliographie

Bibliographie

Arnold 1974 : ARNOLD (B), La barque gallo-romaine de la baie de Bevaix (lac de Neuchâtel, Suisse). Cahiers d’archéologie subaquatique, 3, p. 133-150.

Arnold 1975 : ARNOLD (B), The Gallo-Roman boat from the Bay of Bevaix, Lake Neuchâtel. Switzerland. The International Journal of Nautical Archaeology and Underwater Exploration, 4/1, p. 123-126.

Arnold 1992a : ARNOLD (B), Batellerie gallo-romaine sur le lac de Neuchâtel, tome 1. Saint-Blaise, Editions du Ruau (Archéologie neuchâteloise, 12), 1992.

Arnold 1992b : ARNOLD (B), Batellerie gallo-romaine sur le lac de Neuchâtel, tome 2. Saint-Blaise, Editions du Ruau. (Archéologie neuchâteloise, 13), 1992.

Arnold 1999 : ARNOLD (B), Altaripa : archéologie expérimentale et architecture navale gallo-romaine. Neuchâtel, Musée cantonal d’archéologie (Archéologie neuchâteloise, 25), 1999.

Chenu et al. 2001 : CHENU (L), Laténium pour l’archéologie. Le nouveau parc et musée d’archéologie de Hauterive. Hauterive, Laténium, 2001.

Renaud 1989 : RENAUD (J-D), Barque gallo-romaine de Bevaix : premiers résultats du moulage intégral d’un bateau long de 20 m. Helvetia archaeologica, 20, no 77, p. 29-37.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le Laténium, sur la rive nord du lac de Neuchâtel (Haute-rive, Suisse), à 2 km du célèbre site celtique de La Tène. À l’arrière-plan, les Alpes (photo Yves André).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 2. Le chaland gallo-romain de Bevaix, par 2 m de fond, avant les opérations de sauvetage (photomontage de 194 clichés ; photo Béat Arnold, infographie Jacques Röthlisberger).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 3. Le chaland gallo-romain est assemblé sur un support métallique basé sur l’analyse archéologique du vestige (photo Yves André).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 4. Le Laténium est composé d’une suite d’espaces ouverts, et non pas de salles cloisonnées (photo Yves André).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3910/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 5. Le chaland gallo-romain est présenté sur une couche de verre concassé, évoquant soit une plage sur laquelle il serait échoué, soit un plan d’eau en prolongation avec l’espace situé de l’autre côté de la baie vitrée (photo Yves André).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3910/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Légende Fig. 6. Assemblage de la coque d’Altaripa, réplique ou copie grandeur nature du chaland gallo-romain de Bevaix (photo Béat Arnold).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3910/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 7. Présentation muséographique des fouilles subaquatiques et de deux pirogues préhistoriques. Ces dernières illustrent l’origine des embarcations gallo-romaines fluviales, à savoir une pirogue monoxyle fendue selon son axe longitudinal (photo Yves André).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3910/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

Auteur

Archéologue cantonal, Service et musée d’archéologie du Canton de Neuchâtel.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540