Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comunicare la memoria del Mediterraneo

 | 
Francesco Gravina

Ricerca e comunicazione

Du dessin aux techniques d’acquisition et de modélisation tridimensionnelle en archéologie maritime

Fabricia Fauquet, Antoinette Hesnard et Patrice Pomey

Texte intégral

  • 1 Cf. M. Morel dans ce même volume, cf. infra, p. 85 où elle se penche plus particulièrement sur le c (...)

1Les sites étudiés et à mettre en valeur dans le cadre de l’archéologie maritime présentent des caractéristiques particulières qui nous ont amenées à réfléchir à l’usage de nouvelles technologies pour résoudre des problèmes de recherche et de valorisation. Cette réflexion nous a poussées à ne pas opposer les besoins de l’étude archéologique et ceux de la valorisation des sites, mais au contraire à imaginer des supports communs. Cette optique a prévalu en particulier autour des fouilles du port antique de Marseille, où, comme M. Morel Deledalle l’explique dans sa communication1, en raison des circonstances, tous les interlocuteurs concernés, du terrain au musée, ont pu travailler ensemble dès l’ouverture de la fouille, et préparer les solutions adaptées aux découvertes en “temps réel”. Nous essaierons d’exposer la problématique posée par la documentation graphique de ces sites, en vue d’assurer leur étude, sachant que le terrain est inaccessible ou détruit lorsqu’elle se déroule, et de tenter de les rendre le plus “visible” possible au public.

  • 2 On se reportera à Hesnard 2004, pour la problématique de cette géoarchéologie.

2Les sites concernés se répartissent en deux grandes catégories : les sites immergés, épaves et côtes submergées, et les sites portuaires enterrés, la plupart du temps dans des sites urbains, imposant des fouilles dans un cadre d’archéologie préventive2. Ils posent dans tous les cas des problèmes spécifiques de mise en valeur, de valorisation, comme les diverses communications de ce séminaire le montrent. Les épaves découvertes en mer ne peuvent être fouillées que par zones réduites, les unes après les autres. Il est très rare de pouvoir les laisser découvertes d’une campagne de fouille à l’autre, et, généralement, elles font l’objet de campagnes de fouille annuelles réduites dans le temps pour des raisons diverses sur lesquelles on ne s’attardera pas ici. Donc autant la documentation de fouille, relevés divers, que la vision qu’on peut en avoir, sont toujours parcellaires, et la documentation devra permettre une reconstitution précise pour l’étude, autant des cargaisons que des navires eux-mêmes. Même dans le cas d’épaves profondes peu envasées où l’on a la sensation de voir “toute” l’épave sur les photos et films vidéo, on ne voit en fait que la couche superficielle de la cargaison. Et dès l’enlèvement de cette première couche, le problème se pose dans les mêmes termes que dans les autres cas.

  • 3 Sauf dans quelques cas comme certains des navires de San Rossore, ou le navire de Comacchio.

3Celles découvertes dans les ports enterrés se présentent généralement sous forme d’une coque de navire désarmée et abandonnée dans une vasière3. Il est beaucoup plus facile de les fouiller dans leur intégralité et d’en obtenir une bonne documentation graphique autant pour leur étude que pour leur valorisation. Mais, il n’en reste pas moins qu’elles posent des problèmes très spécifiques sur lesquels on va revenir.

4Les sites portuaires posent quant à eux d’autres problèmes, qui tiennent à deux facteurs : d’une part en général leur situation sous les ports actuels fait que leur fouille s’effectue dans le cadre d’une archéologie préventive urbaine qui oblige à leur destruction (cas des ports de Marseille, Naples, port de Claude ...) immédiate, et d’autre part la modification du trait de côte depuis l’Antiquité qui rend leur lisibilité difficile ; soit ils sont immergés, totalement ou partiellement, soit ils sont totalement enterrés, rendant dans tous les cas leur étude malaisée mais aussi leur compréhension par le public.

Les outils classiques

  • 4 On verra des expériences très intéressantes de “parcs archéologiques sous-marins” dans ce même volu (...)

5Pour tous ces sites non visitables4, les moyens usuels d’études graphiques et de visualisation sont les photos et vidéo de terrain, les relevés et dessins archéologiques classiques, les photogrammétries, les maquettes.

6Si ces techniques éprouvées par l’usage ont leurs avantages, elles ont aussi leurs limites que nous essaierons d’illustrer sur quelques exemples.

La documentation photographique et vidéo

  • 5 Cf. Chéné, Foliot, Réveillac 2000.

7Il est inutile de s’appesantir sur le rôle fondamental de la photographie en archéologie, pour l’étude scientifique comme pour la valorisation pour tous les types de sites5.

8L’usage du film, conçu comme un complément à la photographie, qui demande matériel, savoir-faire et temps est peu fréquent, les archéologues ayant rarement le temps de filmer sur le terrain puis d’utiliser les séquences tournées, les monter, pour en faire un document utile. Ceci est moins vrai dans le cas des épaves et sites sous-marins, où l’usage des caméras vidéo est fréquent, ne serait-ce que comme moyen de surveillance pour assurer la sécurité, et même systématique lorsqu’on utilise un robot.

  • 6 Voir par exemple les films tournés dans le port d’Alexandrie, cf. Ph. Jockey dans ce même volume, c (...)

9Les films archéologiques diffusés auprès du public, qui rencontrent un grand succès, sont tournés généralement par des professionnels du film documentaire6 à l’usage des télévisions et non par les archéologues eux-mêmes, ce qui, pour la qualité de l’image, est préférable pour le public, mais dont la finalité coïncide rarement avec celle des archéologues.

Les relevés et dessins archéologiques

10Ces techniques sont les plus anciennes pour les relevés topographiques et architecturaux. Tout au long du XXe siècle, elles ont gagné en précision, ont évolué avec les outils disponibles, de l’alidade au théodolite aboutissant depuis une vingtaine d’années aux relevés de terrain par théodolite à laser et traitement des données sur ordinateur. Les documents qui en résultent sont en deux dimensions, constitués traditionnellement de plans, de coupes et d’élévations. Ils restent actuellement la documentation de base des fouilles archéologiques, et sont indispensables pour les études, comparaisons et publications à destination des spécialistes.

11Les archéologues sont habitués à l’utilisation de ces documents techniques, malgré leurs limites et la complication de leur manipulation mentale qui demande la connaissance de leurs conventions. Ces documents sont particulièrement peu compréhensibles pour le public.

12Le plus ancien quai du port archaïque grec de Marseille découvert datant du début du VIe siècle avant n. è., détruit comme l’ensemble des vestiges archéologiques de cette partie du port constitue un bon exemple de ce problème. Il se présentait sous forme d’un massif parallélépipédique de blocs de pierres, long de 12 m, large de 8 m, pour une hauteur de près de 2 m (fig. 1). Le relevé graphique qui en a été effectué est archéologiquement juste, mais particulièrement peu lisible pour le public. Il ne rend pas son volume, ne permet pas de “tourner autour”, de comprendre son mode de construction. Étant de plus un fidèle témoin de son état lors de la fouille, il est d’autant moins compréhensible qu’un puits médiéval l’a perforé, et qu’une des faces est donc lacunaire, rendant encore moins compréhensible ce document : le public ne peut voir qu’un “tas de pierres” (fig. 2).

Fig. 1. Marseille, place Villeneuve-Bargemon, quai grec archaïque. Cliché Ph. Foliot, CCJ, CNRS.

Fig. 2. Marseille, place Villeneuve-Bargemon, quai grec archaïque, plan et coupes. Infographie N. Bourgarel (AFAN), D. Delpalillo, F. Fauquet.

Les photogrammétries

  • 7 Tchernia, Pomey, Hesnard 1978.
  • 8 Hesnard et alii 1988.
  • 9 Cf. les exposés de F. Cibecchini et P. Gambogi dans ce même volume, infra, p. 167 sq. et 177 sq.

13Cette technique, issue de la cartographie géographique, allie les qualités des deux précédentes techniques : rapidité du relevé sur le site et précision du dessin technique, en lui ajoutant de plus la troisième dimension. Il revient à A. Tchernia le mérite d’en avoir compris tout l’intérêt pour les relevés sous-marins sur les épaves et d’avoir adapté cette technique sur l’épave de La Madrague de Giens (Var), dans l’idée de reconstituer progressivement l’intégralité de la cargaison, qui comportait plusieurs couches d’amphores superposées, et qui a été fouillée progressivement en 12 campagnes en raison de la dimension du navire7. La technique de la photogrammétrie a été progressivement améliorée8 et son usage s’en est généralisé, d’autant que les progrès de l’informatique en ont permis une appropriation par les chercheurs eux-mêmes9.

14On va le voir, la combinaison de la photogrammétrie pour le relevé et l’obtention d’un document précis qui satisfait aux besoins des archéologues, et des techniques de modélisation 3D peut être innovante et très prometteuse pour la documentation des épaves, autant du point de vue de l’étude que de celui de la valorisation.

  • 10 Depuis l’invasion de l’informatique dans nos cultures, on dirait que la photogrammétrie vectorise d (...)

15Le relevé technique graphique suppose une compréhension, une interprétation préalable par celui qui fait le relevé : le document obtenu est en lui-même sa propre interprétation. En revanche, la photogrammétrie effectue un relevé tridimensionnel de points non interprétés10. L’opérateur, au moment de la restitution, choisira les points à relier entre eux, et le sens des traits qu’il va ainsi tracer sur le document, 2D ou depuis une décennie 3D. Autrement dit, cette technique est devenue véritablement intéressante pour les archéologues à partir du moment où ils pouvaient eux-mêmes effectuer cette phase de restitution, leur savoir guidant les choix de points et leur donnant un sens.

  • 11 Ce qui n’était pas assuré dans les premières expériences, et qui commence seulement à être vérifiab (...)

16Dans le domaine des études d’architecture navale, même en supposant que la précision du relevé tridimensionnel soit absolument assurée11, cet inconvénient a beaucoup limité l’intérêt de la technique. Si le restituteur n’est pas le spécialiste même, il ne pourra pas distinguer les lignes non signifiantes pour l’architecture navale – les craquelures du bois par exemple – à ne pas représenter, des signifiantes.

17La photogrammétrie à partir de prises de vue dans un seul plan, ce qui est le cas le plus fréquent, ne permet pas d’obtenir une restitution véritablement tridimensionnelle. Pour obtenir des restitutions 3D, il faudrait multiplier les prises de vues adéquates, dans plusieurs plans. Par exemple, pour la restitution des cargaisons constituées de plusieurs couches d’amphores, il faudrait au minimum combiner une photogrammétrie “verticale” à partir d’un plan parallèle à la superficie du site, sur laquelle on voit les amphores par le dessus, sans voir leurs parties inférieures encastrées entre les hauts des amphores de la couche inférieure et des “horizontales”, des rangs successifs d’amphores au fur et à mesure du démontage, permettant de voir la cargaison en élévation (fig. 3).

Fig. 3. Épave Grand Ribaud F, photogrammétrie P. Drap (CNRS, MAP-GAMSAU), dans Long, Pomey, Sourisseau 2002, p. 55.

18Dans le cas des coques des épaves, il faudrait là aussi plusieurs prises, sous plusieurs angles et au fur et à mesure du démontage des éléments qui en cachent d’autres. Et, dans tous les cas, on n’obtiendra jamais qu’une image de la face superficielle de la coque, pas de la partie enfouie dans le sédiment. Si l’épave n’est pas retournée, on obtient donc une représentation de la face interne de la coque, mais pas de l’extérieure. Autrement dit, la photogrammétrie ne peut en aucun cas remplacer les relevés effectués par les spécialistes qui sont des documents analytiques, base de l’étude d’architecture navale qui permettra de restituer les formes du navire.

Les maquettes12

Les maquettes des sites portuaires

19Très demandées par les musées pour la valorisation, parce qu’elles permettent une bonne compréhension par le public, en particulier de la topographie des sites disparus. Elles ont l’avantage de redonner le volume, d’être lisibles. Mais elles posent des problèmes difficiles de choix à l’archéologue : que représenter ? la réalité archéologique telle que la fouille l’a faite apparaître ? Une restitution hypothétique ?

20Une maquette fidèle satisfera intellectuellement le spécialiste par sa précision, lui permettra de vérifier certaines de ses hypothèses, en ajoutant au dessin 2D le positionnement dans l’espace des éléments découverts. Elle est souvent très utile pour vérifier les niveaux de circulation entre les espaces, par exemple dans le cas des ports, entre les quais et les entrepôts, ou, dans le cas d’un entrepôt comportant des dolia la hauteur du remblai dans lesquels ils sont enterrés qui permet de circuler entre eux.

21Dans les loges des navires des neoria, la fabrication de la maquette a permis de vérifier qu’on pouvait y placer les navires, de tester les hypothèses de manœuvre des navires et l’interprétation des éléments architecturaux découverts.

  • 13 Cf. ci-dessous le cas très différent des maquettes de navires.
  • 14 Cas des deux maquettes du port de Marseille, commandées par le Musée d’Histoire de Marseille pour c (...)

22Mais elles ont deux inconvénients du point de vue du spécialiste. Elles ne permettent pas de vérifier plusieurs hypothèses, pour des raisons pratiques et financières. En général, leur coût élevé ne permet pas d’en réaliser plusieurs13, ce qui serait indispensable pour pouvoir être véritablement utilisées dans l’étude archéologique. Comme elles nécessitent pour leur réalisation des spécialistes, dont les laboratoires ne disposent pas, elles sont dans la plupart des cas réalisées à la demande des musées14. Et généralement le musée, dans l’optique de valorisation qui est sa mission, demande une maquette de restitution, pour la rendre lisible au public.

Fig. 4. Maquette du port romain de Marseille (conception A. Hesnard, réalisation D. Delpalillo), Musée des Docks, Marseille. Cliché Ph. Foliot (CCJ, CNRS).

23Il faut alors trouver un compromis entre maquette archéologique d’étude et maquette de restitution qui satisfait le musée. L’équilibre n’est pas simple. Mais elle oblige l’archéologue à pousser son étude, à faire des choix.

  • 15 Cf. Hesnard 1999, p. 50-51 et Hesnard, Bernardi, Maurel 2001, p. 184-185 et fig. 19 à 21.
  • 16 Cf. Hesnard 1999, p. 37-39 et Hesnard, Bernardi, Maurel 2001, p. 174-175 et fig. 10.

24Si on revient aux exemples choisis, dans certains cas, le choix était simple. Replacer tous les dolia dans les entrepôts, disparus mais dont on avait les empreintes dans le remblai15 (fig. 4). Ou restituer les murs de séparation des loges à navire dont on connaissait plusieurs tronçons, par comparaison avec les autres neoria des mondes grec et phénico-punique16 et en s’appuyant sur les sources textuelles (fig. 5).

  • 17 Technique de couverture des toitures décrite par Vitruve, confirmée par l’absence presque totale de (...)

25En revanche la restitution des élévations et des toitures a posé des problèmes qui nous ont amenés à des choix différents. Dans le cas des entrepôts romains, malgré quelques éléments permettant de restituer un toit-terrasse en adobe17, nous avons choisi de rester au niveau des murs découverts par la fouille, n’ayant aucun élément permettant de connaître leur hauteur, ni celle des colonnes. Il nous a semblé qu’il nous manquait trop d’éléments pour émettre une hypothèse plausible, n’ayant pas de comparaison valable pour ce bâtiment. Dans le cas des neoria, nous avions beaucoup plus d’éléments archéologiques, de textes, de comparaisons archéologiques, et nous avons restitué une toiture hypothétique. Ce qui peut paraître paradoxal si on compare l’état de conservation sur le terrain des deux états du port. Mais, pour faire comprendre au public la part d’hypothèse, nous ne sommes pas allés jusqu’au bout de notre proposition, en laissant la charpente apparente : il s’agit d’un compromis, peu satisfaisant, entre maquette d’étude et maquette de valorisation.

Fig. 5. Maquette des neoria hellénistiques du port grec de Marseille (conception A. Hesnard et P. Pomey, réalisation D. Delpalillo), Musée d’Histoire de Marseille. Cliché Ph. Foliot (CCJ, CNRS).

Les maquettes en archéologie navale18

  • 18 Ce paragraphe est basé sur Pomey, Hesnard 2004a et Pomey, Hesnard 2004b.

26Le cas des maquettes de navires est totalement différent : les maquettes sont en premier lieu des outils d’étude, de recherche. Elles sont entièrement réalisées par l’équipe de recherche, à des fins d’étude, et, si, au final, on va le voir, elles répondent en même temps, du moins certaines d’entre elles, parfaitement aux objectifs de valorisation.

  • 19 Cf. infra dans ce même volume, M. Morel Deledalle, p. 85 sq.

27Le premier relevé effectué sur le terrain, avant de déposer les épaves – ici, dans l’exemple qui va être développé, une photogrammétrie et des relevés architecturaux – permet d’obtenir une image des vestiges archéologiques tels qu’ils se présentent sur le fond marin, ou sur le terrain dans le cas des deux épaves grecques archaïques découvertes dans l’envasement du port de Marseille au VIe siècle av. n. è., mais est insuffisant pour restituer le navire. Les deux épaves ont été conservées et restaurées, la plus petite est actuellement en exposition au Musée d’Histoire de Marseille où elle sera rejointe par la seconde dès sa sortie du laboratoire de restauration19. Mais il est impossible de leur redonner leurs formes d’origine, elles restent dans l’état où elles ont été découvertes.

Fig. 6. Les épaves grecques archaïques JV 7 et JV 9 in situ. Cliché Ph. Foliot (CCJ, CNRS).

28Que ce soient les relevés effectués sur le terrain, que ce soient les vestiges eux-mêmes, on ne dispose que de l’état d’abandon des coques des navires, telles qu’elles ont été découvertes, déformées, incomplètes (fig. 6).

29À l’issue de la fouille d’une épave, l’objectif des études d’archéologie navale est de parvenir à la restitution du navire d’origine en tant que système architectural et ensemble fonctionnel. Cette restitution porte aussi bien sur les formes et la structure de la carène que sur les systèmes de direction et de propulsion. L’étude vise aussi à la compréhension des principes et des méthodes de construction.

30Le degré d’achèvement et de précision d’une telle restitution dépend de la quantité et de la qualité des vestiges archéologiques. Pourtant, cette double exigence conduit à un paradoxe. Plus les données sont abondantes et précises, plus la restitution sera complète et fiable, mais plus elle sera difficile à réaliser. La validité d’une restitution se mesure, en effet, au degré d’intégration de l’ensemble des données dont aucune ne doit être écartée. Dès lors, plus les données sont nombreuses, plus les contraintes sont grandes et plus l’intégration de tous les paramètres devient difficile. Dans tous les cas, pour être assuré de la pertinence des restitutions, il convient de valider les résultats lors des différentes étapes comme au stade final. C’est là un principe fondamental.

31À cette fin, l’équipe d’archéologie navale du Centre Camille Jullian (CNRS – Université de Provence) a mis au point une méthode de validation des résultats à partir de maquettes d’étude et de contrôle qui permet de vérifier dans les trois dimensions la bonne intégration des données archéologiques et la pertinence des solutions adoptées. Cette méthode repose sur le principe que la remise en connexion de tous les éléments de l’épave conduit à la juste restitution des formes et des structures de l’ensemble puisqu’il n’existe qu’une seule solution possible : celle d’origine. Les principales maquettes d’étude et de contrôle sont dans l’ordre des phases d’étude.

– La maquette des vestiges

32Réalisée en premier lieu à partir des plans et des relevés graphiques de l’épave, elle reproduit les vestiges de l’épave tels qu’ils ont été découverts avec leurs lacunes et leurs déformations. Cette maquette doit être d’une grande précision car elle permet d’obtenir des répliques tridimensionnelles des vestiges, notamment du plan de bordé et de la membrure, qui serviront aux restitutions et à leurs contrôles. Elle est réalisée en bois à la même échelle que les plans, soit le plus souvent au 1/10e.

– Les maquettes de restitution des formes

33À partir des restitutions graphiques – visant à rectifier les déformations des vestiges de la carène afin d’en rétablir les formes d’origine – une seconde maquette des vestiges remis aux formes d’origine est réalisée. Elle a pour objet de contrôler la pertinence des restitutions proposées qui sont corrigées jusqu’à obtenir sur la maquette une parfaite adéquation des vestiges, notamment du bordé et de la membrure, au plan de forme restitué (plans trois vues comportant les sections transversales, longitudinales et horizontales de la coque).

34Une fois cette validation obtenue, le travail de restitution graphique est étendu à l’ensemble des formes de la coque et une nouvelle maquette de contrôle est effectuée. Compte tenu des difficultés rencontrées lors de ce travail de restitution qui nécessite de nombreuses corrections, ces maquettes sont réalisées le plus souvent en carton « bristol » et à une échelle importante (par exemple au 1/5e).

Fig. 7. Les maquettes d’étude et restitution des navires JV 7 et JV 9. Cliché F. Gravina, Région Toscane.

– La maquette de restitution des structures (fig. 7)

35Cette maquette ajoute aux formes restituées la reconstitution de l’ensemble des pièces de la structure du navire.

36Là encore, la maquette intervient après les restitutions graphiques (restitution directe, par analogie, par extrapolation ou par comparaison) afin d’en contrôler la justesse. Elle est réalisée en bois, généralement au 1/10e.

– La maquette de restitution finale (fig. 8)

37Cette maquette, qui est le plus souvent le prolongement de la précédente, comporte la restitution des différents aménagements, des superstructures, du système de propulsion (rames, gréement) et de l’appareil de gouverne. Ces restitutions qui portent sur des parties souvent détruites sont réalisées tout d’abord graphiquement à partir de documents comparatifs.

38Elle doit être conçue comme une maquette d’étude susceptible de contrôler diverses hypothèses de restitution. Cette maquette est réalisée en bois, généralement au 1/10e. Plusieurs remarques s’imposent. On note, tout d’abord, que seules des maquettes tridimensionnelles peuvent faire apparaître les problèmes de restitution qui n’apparaissent pas toujours graphiquement. En outre, les maquettes ont l’avantage de mettre immédiatement en évidence les défauts de restitution, leur emplacement et la façon dont il convient de les corriger. Lorsque les vestiges archéologiques sont insuffisants (parties détruites), il peut être fait appel à des documents comparatifs, archéologiques ou iconographiques, pour compléter les restitutions. Cela implique impérativement que ces compléments soient compatibles avec les contraintes imposées par les vestiges et que la pertinence des documents de comparaison ait été établie et leur utilisation justifiée au préalable.

Fig. 8. La maquette de restitution finale de JV 7. Cliché C. Durand (CCJ, CNRS).

39Selon la nature des données utilisées – données d’origine ou comparatives – on doit distinguer plusieurs niveaux dans les restitutions des parties et des éléments disparus qui doivent être clairement affichés et visualisés sur les maquettes (p. ex. coloration différente du bois).

  • Le premier niveau est celui des restitutions certaines.

  • Le second niveau est celui des restitutions probables.

  • Le troisième niveau est celui des restitutions possibles. Il est évident que les deux premiers niveaux doivent être largement majoritaires dans toute restitution finale si l’on veut qu’elle ait un sens.

40Dans l’état actuel des études, la réalisation des maquettes en bois est obligatoire.

41On voit donc que l’utilisation des maquettes est différente pour les infrastructures portuaires et pour les navires. Si, dans le cas des navires, elles sont prépondérantes, satisfont les besoins de l’étude et au final constituent de très beaux objets pour la valorisation, leur intérêt pour les structures portuaires est beaucoup plus limité.

La recherche d’une technique complémentaire : la modélisation numérique

42En revanche, la réalisation des premières maquettes du port nous avaient convaincus de l’intérêt pour l’étude des structures portuaires des représentations en trois dimensions, et pour tester des restitutions, seule voie pour approfondir la compréhension des vestiges archéologiques, et pour permettre de faire figurer l’élément fondamental dans un port mais totalement disparu, la mer. Pour faire comprendre au public un quai qui se présente, comme dans l’exemple choisi, sous la forme d’un massif de blocs de pierre entièrement enterré, il nous a semblé qu’il fallait pouvoir le replacer dans son contexte d’origine, l’entourer d’eau, montrer le fond marin, et la surface de la mer, et replacer les navires, puisque nous avions la chance d’avoir des épaves de navires qui ont navigué à l’époque où ce quai était en usage, et y ont très probablement accosté.

43Nous avons alors tenté la voie de la modélisation comme outil pour tester nos hypothèses de façon beaucoup plus souple qu’avec les maquettes, en conservant l’avantage d’une représentation tridimensionnelle. Une fois bâti le modèle 3D des vestiges archéologiques, on peut tenter plusieurs restitutions, dont on peut contrôler la validité. Et ces modèles constituent en même temps de bons supports pour la valorisation.

44Les progrès récents de diverses techniques permettant de restituer virtuellement en trois dimensions des réalités disparues nous ont incités à explorer cette voie.

La réalisation de modèles 3D à partir des documents archéologiques classiques.

  • 20 Cf. Fauquet, Florenzano 2003.

45La représentation de l’architecture en trois dimensions à l’aide d’outils informatiques a une histoire qui débute dans le dernier quart du XXe siècle. La CAO (Conception Assistée par Ordinateur) qui est la technique de base des premières maquettes numériques réalisées est toujours beaucoup appliquée dans les divers laboratoires intéressés par la représentation des édifices. La restitution architecturale, souvent à la base de la réalisation des modèles 3D, permet d’aboutir à une représentation fine de l’édifice et des connaissances accumulées sur lui (y compris la visualisation d’hypothèses interprétatives différentes)20.

  • 21 Les relevés et restitutions photogrammétriques ont été réalisés en cours de fouille pour 4 épaves.

46Cette voie était préparée par le fait que le système d’enregistrement des données topographiques du terrain archéologique avait été conçu dès le départ, en 1992, dans cette optique. Conscients de l’importance de l’exactitude des relevés des points topographiques en trois dimensions, en particulier en raison du problème du niveau de la mer, question très importante pour une fouille de port. Nous savions aussi que nous avions une très forte probabilité de découvrir des épaves, donc le système d’enregistrement permettait d’intégrer aussi d’éventuelles photogrammétries21, et d’entrer automatiquement les points topographiques tridimensionnels dans un logiciel de CAO, qui a fourni le canevas de tous les documents graphiques classiques, mais en réalité sur la base d’un nuage de points 3D réalisé automatiquement en CAO.

47À titre d’expérience, nous avons modélisé et restitué le quai archaïque grec à partir des relevés et des documents de travail (minutes de terrains) effectués lors des fouilles. Ces documents archéologiques classiques (plan, coupes), effectués par les spécialistes concernés, permettent de rassembler un grand nombre d’informations (fig. 2 et 13). C’est un document de travail complet pour les archéologues, cependant si ces documents donnent une quantité importante d’informations sur les vestiges relevés (dimension, position, orientation, relation topologique), ils sont difficilement lisibles pour un public non-spécialiste. De plus, le passage d’une représentation en deux dimensions à une représentation mentale à trois dimensions n’est pas chose aisée même pour des spécialistes avertis.

48Toutes les phases de construction ont été distinguées afin de vérifier les hypothèses émises pour sa construction. Le fait de visualiser en trois dimensions les différents éléments architecturaux, et leur mise en œuvre étape par étape permet de confirmer ou d’infirmer certaines hypothèses relatives à la construction du quai. Ce modèle 3D a une fonction pédagogique évidente puisqu’il a été intégré dans une séquence animée où les phases de constructions successives ont été distinguées et permettent ainsi aux spectateurs une lecture linéaire de la construction du quai (fig. 9). Les lacunes dues à un puits médiéval qui l’a perforé sont aussi complétées.

49Cette modélisation rend lisible à tous ce qui, sur les dessins classiques et les photos se présente, il faut bien le reconnaître, comme un « tas de pierres » incompréhensible.

  • 22 Cf. Fauquet 2002
  • 23 Il a depuis été retrouvé dans une fouille complémentaire, confirmant les hypothèses représentées su (...)

50La restitution architecturale des structures bâties est le seul moyen de parvenir à les comprendre véritablement. L’image n’a de sens que si elle contribue à comprendre la forme, la mise en œuvre, le fonctionnement et l’évolution des édifices22 Cependant les recherches ne doivent pas se limiter à la représentation d’un bâtiment. En effet, il est nécessaire de réaliser une modélisation des structures portuaires intégrées dans leur environnement originel. Ainsi, à partir des données fournies par les spécialistes de biologie marine qui ont interprété les traces des coquillages et lithophages sur les blocs du quai et nous ont indiqué la hauteur de la mer lorsqu’il était en usage, nous avons pu replacer la mer autour du quai qui avançait perpendiculairement au rivage, lui-même restituable, même s’il était en dehors de l’enceinte de la fouille23.

Fig. 9. Modélisation du quai grec archaïque, place Villeneuve-Bargemon. Infographie dynamique F. Fauquet (CCJ, CNRS).

Fig. 10. Cartographie 2D du site de Marseille sans la mer. Infographie D. Delpalillo, F. Fauquet.

Fig 11. Modélisation du site de Marseille sans la mer ni la ville. Infographie dynamique D. Delpalillo, F. Fauquet.

Fig. 12. Modélisation du site de Marseille au moment de la fondation de la cité. Infographie dynamique D. Delpalillo, F. Fauquet.

La réalisation de modèles 3D à partir de documents topographiques 2D : la remontée de la mer dans la baie de Marseille et le rivage du Lacydon à la fondation de la cité

51La plupart des moyens de représentation d’un site restent aujourd’hui encore des documents bidimensionnels qui ne donnent qu’un aperçu des éléments topographiques considérés. L’information spatiale provient de données graphiques (Bitmap ou vecteur) et de données non-graphiques (alphanumériques ou statistiques). Le passage de la 2D à une représentation tridimensionnelle est un des enjeux actuels de la recherche en cartographie qui n’est pas entièrement résolu.

52Un problème topographique très important était la restitution du plan d’eau du Lacydon à l’arrivée des colons grecs au début du VIe siècle av. n.è. On avait par la fouille déjà déterminé la position altimétrique de la mer à cette période, en revanche, restituer le trait de côte n’était pas possible au-delà des limites de fouille, soit très peu par rapport au périmètre très important du bassin portuaire naturel. Divers tracés du bassin dans l’Antiquité ont été publiés. Mais, au-delà du fait que ce bassin n’a cessé d’évoluer à partir de la fondation de la cité grecque pendant toute son histoire jusqu’à aujourd’hui sous la pression anthropique, et qu’il n’y a pas un unique tracé pour le millénaire de son histoire antique, aucun de ces tracés ne repose sur des données fiables.

  • 24 Phénomène très connu, de plus la découverte dans la baie de Marseille de la “grotte Cosquer” dont l (...)

53Nous avons donc abordé le problème par un autre biais : celui de la cartographie modélisée. Sachant que la mer était en 20 000 avant n. è. beaucoup plus basse24, que donc le futur Lacydon était alors un talweg terrestre, nous avons cherché à modéliser la baie de Marseille lorsque la mer était 70 m plus basse qu’à la fondation de la cité, puis à faire envahir le modèle ainsi créé progressivement par la mer, au fur et à mesure de sa remontée. Avec évidemment l’hypothèse d’une remontée linéaire et régulière. Mais, une fois le modèle acquis, rien n’empêche ensuite de faire varier cette remontée en fonction de nouvelles données. Ce modèle dépasse donc complètement le cadre purement archéologique du tracé du Lacydon à la fondation de la cité, et devient un outil pour les spécialistes du paléoenvironnement du littoral.

  • 25 Données de l’IGN.
  • 26 Sur la base de la carte de J. Collina-Girard (Université de Provence), elle-même fondée sur les car (...)

54Pour proposer une restitution du site dans son ensemble lorsque la mer était donc 70 m plus bas, nous avons travaillé à partir de documents cartographiques 2D : courbes de niveau terrestres actuelles (altimétrie tous les 2 m)25 et courbes bathymétriques actuelles (amplitude de 5 m) de la baie de Marseille26. Nous avons fusionné ces informations afin d’obtenir une carte en 2D de l’ensemble du site considéré : nous avons donc effacé la mer et la ville, et recréé ainsi la topographie du site à une période qui se situe approximativement au Paléolithique (fig. 10).

55Le passage de la 2D à la 3D s’est effectué à l’aide de logiciels de CAO (Archicad, 3DSMax.). Nous avons dû intervenir sur les plans 2D afin de vectoriser les courbes de niveaux, puis exporter les données vers un logiciel de modélisation en 3D afin d’obtenir un modèle de terrain utilisable. Cependant cette méthode n’étant pas automatisée, ce processus nécessite de fréquentes interventions de l’utilisateur, et de fait est un processus de reconstruction long et délicat.

Fig. 13. Dessin 2D classique du quai archaïque grec. Infographie N. Bourgarel (AFAN), D. Delpalillo, F. Fauquet.

Fig. 14. Restitution 2D intégrant un navire restitué, avec application d’une “texture” sur le quai. Infographie D. Delpalillo, F. Fauquet.

  • 27 Cf. ci-dessous pour l’explication de ce terme technique de “texture” : rendre l’apparence visuelle (...)
  • 28 Les dernières fouilles, dites “Bargemon” qui ont retrouvé le rivage à la fondation de la cité rende (...)

56Afin d’être compréhensible rapidement par les différents utilisateurs (le public ou les géographes), nous avons appliqué une texture27 arbitraire au site, extrapolée à partir des zones terrestres actuelles28. Il n’existe malheureusement pas de photographie aérienne de la baie marseillaise aux périodes que nous souhaitions restituer. Nous proposons donc une restitution d’une réalité disparue, en retrouvant la topographie du site de la “baie de Marseille”, depuis le paléolithique, où la mer n’a pas encore envahi la future baie, jusqu’à l’arrivée des colons phocéens et la fondation de la cité Massaliète : ceci sur une topographie rigoureusement vérifiée. Le modèle dynamique ainsi créé permet aux spécialistes géographes et archéologues de visualiser pour la première fois tous les rivages successifs, depuis environ 20 000 ans (fig. 11) jusqu’en 600 ans av. n. ère (fig. 12). La visualisation des variations du niveau de la mer est rendue possible par l’utilisation d’une maquette numérique. Un des principaux attraits des modèles numériques est de permettre la simulation de phénomènes physiques (acoustique, thermique, climatologie). Ce type de simulation n’étant pas réalisable sur des maquettes solides “classiques”.

57Notre hypothèse d’une remontée linéaire de la mer, prise par défaut puisque nous n’avons aucune donnée entre “la grotte Cosquer” et le premier quai grec, n’empêchera absolument pas d’utiliser le modèle dynamique 3D créé selon d’autres hypothèses. Un des grands avantages de la maquette numérique est justement sa souplesse d’utilisation. Contrairement aux maquettes classiques, il est possible de modifier le modèle numérique en fonction des découvertes récentes, de nouvelles hypothèses émises.

La réalisation de modèles 3D à partir de relevés par acquisition laser

58Intégrer les navires dans les modélisations 3D des infrastructures portuaires (fig. 13 et 14) nous a amenés à rechercher une autre technique.

59On a vu le problème très spécifique posé par les épaves : ce qu’on doit intégrer dans une restitution 3D n’est pas le relevé des épaves telles qu’elles ont été découvertes mais la proposition de navire remis en forme obtenue par l’étude des spécialistes. Or, ces restitutions sont obtenues sous forme de maquettes physiques, dont on ne dispose pas de documentation tridimensionnelle, à l’inverse du cas des infrastructures portuaires. La saisie de ces maquettes pour les insérer dans les restitutions 3D virtuelles du port nous a amenés à utiliser une autre méthode d’acquisition des données, par laser, toute méthode classique pour saisir les points tridimensionnels semblant déraisonnable devant la complexité d’un objet tel qu’une coque de navire.

Rappel technique

60Afin d’obtenir un modèle 3D acquis par relevé laser il est nécessaire de procéder à deux étapes distinctes : la première concerne l’acquisition des données par balayage laser, la deuxième concerne le traitement des informations issues des relevés.

61Le relevé par balayage laser est un procédé industriel. Le rayon envoyé par l’appareil émetteur frappe l’objet à relever en un point. Les coordonnées spatiales (x, y et z) de ce point lumineux sont relevées automatiquement par un capteur et ainsi, automatiquement, des milliers de points sont relevés sur l’objet.

62Il est nécessaire de saisir à partir de plusieurs points de vue pour éviter qu’il y ait des parties cachées de l’objet. Les nuages de points correspondant à ces points de vue sont donnés dans un référentiel propre à chacune des saisies. Afin d’obtenir le regroupement de tous les points de vue dans le même référentiel, il est nécessaire de fusionner les différents fichiers. Cette étape du travail peut être réalisée de façon automatique, assistée ou complètement interactive.

63Les outils et les techniques évoluent très rapidement. Si on compare deux expérimentations faites à trois ans d’intervalle, on s’aperçoit que les outils et les méthodes de travail ont beaucoup évolué dans ce court laps de temps.

Première expérimentation : les limites techniques de l’outil

  • 29 Les travaux de la Mission Archéologique Française d’étude de l’Architecture Religieuse Païenne de D (...)
  • 30 Cette expérimentation, Le Capitole de Dougga, du relevé à la maquette numérique, a été présentée (F (...)

64La première expérience a été faite à Dougga en Tunisie en juin 200029. Ce travail a été réalisé au sein du laboratoire du MAP30 en collaboration avec l’Institut National du Patrimoine de Tunis, et le laboratoire Ausonius (CNRS – Université de Bordeaux). L’objectif de l’étude était de tester cette méthode de relevé afin d’étudier et de restituer le Capitole de Dougga. Cette mission a permis d’expérimenter les techniques de relevés à une échelle monumentale, elle a permis de mieux cerner les limites de l’outil que constitue le relevé laser. Les premiers résultats ont montré qu’il s’agissait d’un travail long et complexe qui nécessitait le recours à des moyens humains et techniques importants.

65Le matériel utilisé était un capteur laser tridimensionnel Soizic, développé par la société Mensi. Il permettait une saisie des points à une cadence d’environ 100 points par seconde. Le relevé complet de l’édifice a nécessité huit vues différentes, chaque prise de vue a nécessité 3 heures de relevé. La lumière gênant la réception du faisceau laser, les relevés étaient effectués de nuit ou dans une pièce sombre.

66Le traitement de l’information à été réalisé sous le logiciel 3Dipsos, également développé par la société Mensi. Il existe deux méthodes pour modéliser l’objet relevé.

67La première est une reconstruction de l’objet. Cette étape dans le traitement des données consiste à découper et hiérarchiser le nuage de points en liste de telle sorte que chaque liste de points soit approximable par une primitive géométrique implémentée dans 3Dipsos (telle que le point, la droite, le tore…). Il est donc nécessaire de faire coïncider les primitives géométriques à des listes de points afin de reconstruire des surfaces au plus près de la réalité. Cette reconstruction étant basée sur la reconnaissance de formes géométriques simples adaptées à la fonction de cet outil, la reconnaissance architecturale d’une centrale nucléaire, celle-ci est très éloignée de l’architecture antique romaine.

Fig. 15. Relevés et modélisation de l’ordre du Capitole de Dougga. F. Fauquet, MAP-GAMSAU CNRS.

68Cependant certains éléments comme les parties sculptées ne peuvent être approximées par des primitives géométriques. Dans ce cas nous avons utilisé un module de maillage permettant la reconstruction des objets de formes non mathématiques sous forme de micro facettes. C’est un ensemble de microtriangles pleins prenant ces points pour sommets (fig. 15).

69Afin de restituer un modèle géométrique complet de l’objet relevé il a été alors nécessaire d’isoler les parties les mieux connues (les zones qui ont été relevées de la façon la plus complète) afin de les exporter vers un modeleur CAO classique. Mais cette opération génère des modèles très lourds et en conséquence très difficilement manipulables.

Deuxième expérimentation : la modélisation des navires

  • 31 Région Toscane, Direzione generale delle Politiche formative, dei beni e delle attività culturali ( (...)

70Cette seconde expérimentation a été mise en œuvre à partir de décembre 2003 et se poursuit actuellement. Il s’agissait de résoudre le problème exposé ci-dessus : intégrer des objets, les maquettes en bois des navires archaïques grecs en en réalisant une modélisation à partir d’un relevé par balayage laser pour pouvoir les intégrer dans la modélisation tridimensionnelle du port archaïque grec de Marseille. L’expérience est réalisée sous la tutelle de la Région Toscane, en collaboration avec le laboratoire ISTI-CNR (Pise)31 (fig. 16).

71Le matériel utilisé est plus récent ; il s’agit d’un scanner laser 3D Minolta. Mais le principe d’acquisition des points est similaire à celui évoqué précédemment. Il est basé sur le principe de la triangulation laser, la caméra 3D projette plusieurs raies lumineuses colorées parallèles sur un objet. La lumière réfléchie est interprétée par le logiciel qui calcule ensuite les coordonnées en x, y et z.

72Le modèle d’entrée enregistre en 0,6 seconde 40000 points de mesure géométriques. L’acquisition des points est extrêmement rapide et le relevé peut être diurne. Simultanément, couplée à cette acquisition, l’appareil effectue une photographie couleur correspondant à la reprise laser. Celle-ci peut être ensuite appliquée sur le modèle obtenu pour lui donner une apparence très proche de la réalité, ce qui est désigné techniquement de “texture bitmap”, très grande amélioration par rapport aux images habituelles données par les logiciels de modélisation qui ne proposent que des aplats de couleurs, mais aucun rendu de la véritable apparence, des matières. On obtient un rendu de type photographique mais tridimensionnel.

Fig. 16. Démonstration de scannage laser 3D (scanner Minolta) par l’ISTI-CNR. Cliché F. Gravina.

73L’apport du laboratoire ISTI est considérable en ce qui concerne le traitement de l’information. Car cette équipe du CNR italien a créé son propre logiciel de traitement des données issues du relevé. La méthode de reconstruction par approximation d’objet géométrique n’a pas été développée au profit de la triangulation des points. Le principal inconvénient de cette méthode était le poids des fichiers et en conséquence leur manque de maniabilité. Cette équipe de mathématiciens a mis au point une méthode efficace de simplification de la triangulation du modèle. Après le traitement qu’ils effectuent, celui-ci, ayant perdu ce poids trop considérable qui en empêchait la manipulation tout en conservant sa précision, est devenu exportable vers des logiciels de CAO classique et aisément maniable.

74De plus il est désormais possible d’appliquer au modèle 3D relevé, les informations de type couleur et texture directement issue de la photographie digitale de l’objet. On obtient alors un modèle numérique de l’objet réel relevé d’un réalisme saisissant (fig. 17 et 18). Cette expérience nous a permis d’obtenir à partir d’un objet réel, la maquette des navires, un modèle numérique léger et fidèle à l’objet d’origine, autant dans ses dimensions que du point de vue de la texture.

75Sur ce modèle, leur logiciel permet toutes les mesures nécessaires à l’étude, de varier les éclairages, les angles de vue, de manipuler l’objet à volonté, sous tous les angles, très simplement. Il est très riche de possibilités de calcul que nous n’avons pas encore exploitées, très intéressantes pour les études d’architecture navale. Du point de vue de la valorisation, la reprise dans des logiciels de modélisation, rendue possible pour la toute première fois par leur simplification du modèle, a permis une utilisation dynamique de ces modèles, les intégrant dans une vidéo, permettant au public de retrouver la sensation que le bateau existe, et qu’il se glisse lui-même dans le rôle d’un plongeur pour passer sous la coque.

Fig 17. Modélisation de la maquette d’étude du navire JV 7.

76Ces méthodes d’investigation pluridisciplinaires permettront et permettent déjà de perfectionner les méthodes de relevé et d’approfondir la réflexion théorique dans les domaines de la restitution et de la valorisation du patrimoine archéologique. Les restitutions ne sont en aucun cas des images fantaisistes mais elles sont fondées sur des données scientifiques et permettent de tester des hypothèses archéologiques. Les restitutions hypothétiques des infrastructures portuaires et celles des navires vont être rassemblés dans un unique modèle numérique. Afin de permettre de vérifier les hypothèses proposées et permettre la valorisation d’un site archéologique disparu et d’en permettre une visite virtuelle.

Fig. 18.1. Modélisation de la maquette d’étude du navire JV 9. Document ISTI-CNR, infographie dynamique F. Fauquet (CCJ, CNRS).

Fig. 18.2 Modélisation de la maquette d’étude du navire JV 7. Document ISTI-CNR, Infographie dynamique F. Fauquet (CCJ, CNRS)

  • 32 Citons toutefois les travaux menés par Robert Vergnieux (Institut Ausonius, CNRS – Université Borde (...)

77Grâce à cette collaboration concernant des technologies peu développées dans nos domaines en France32, mais très maîtrisées par les spécialistes italiens et grâce au soutien du projet européen Anser et de la Région Toscane, nous avons pu réaliser ces modélisations et de plus leur appliquer leur “savoir-faire” dans le domaine de la « texture », rendant les modèles 3D, scientifiquement rigoureux, lisibles et attractifs pour la valorisation des résultats.

  • 33 Actuellement bilingue, français et italien ; une version quadrilingue, ajoutant l’anglais et l’alle (...)

78Ce travail pluridisciplinaire, puisque l’équipe rassemble historiens, archéologues et informaticiens permet de proposer aujourd’hui une première réalisation vidéo expérimentale, rassemblant documents archéologiques classiques (plans de publication 2D, photographies), maquette numérique dynamique, séquences vidéo. En associant à ces séquences un commentaire audio nous avons souhaité présenter la méthodologie adoptée pour restituer le port de Marseille grecque archaïque à partir des vestiges archéologiques disparus33.

Un premier bilan de l’expérience

79À l’issue de cette expérience, il nous semble que l’utilisation des modélisations 3D est un outil d’avenir, satisfaisant les spécialistes et fournissant des produits pour la valorisation. À l’image de l’équipe d’archéologie navale du Centre Camille Jullian qui a pu développer sa méthode d’utilisation des maquettes grâce à la présence permanente d’un spécialiste des maquettes de bateaux, compétent dans le domaine de l’architecture navale, cette méthodologie ne pourra se développer que grâce à la constitution d’équipes pluridisciplinaires.

80Ces modélisations étant longues à réaliser, l’archéologue doit effectuer un choix très réfléchi, et déterminer la problématique à laquelle les modèles devront essayer de répondre. Si les outils logiciels apportés par l’ISTI rendent les modèles acquis par balayage laser manipulables, le problème de l’acquisition des points est loin d’être entièrement résolu dans le cas des épaves. Il ne s’agit pour le moment que d’une phase expérimentale qui demande à être poursuivie pour mieux en explorer les développements possibles, et améliorer les premiers résultats. Enfin, pour des raisons de coûts, le développement devra se faire, comme dans le cas des maquettes de sites, en partenariat avec les acteurs en charge de la valorisation, le plus souvent jusqu’à présent les musées, mais qui pourront être élargis à des éditeurs au sens large, puisqu’on peut développer des produits vidéo diffusables.

Bibliographie

Bibliographie

Chéné, Foliot, Réveillac 2000 : CHÉNÉ (A.), FOLIOT (Ph.), RÉVÉILLAC (G.), La pratique de la photo en archéologie, Aix-en-Provence, 2000.

Fauquet 2002 : FAUQUET (F.), Le cirque romain : essai de théorisation de sa forme et de ses fonctions, thèse inédite, Université de Bordeaux-3, 2002.

Fauquet, Florenzano 2003 : FAUQUET (F.), FLORENZANO (M.), Restitution numérique des sols pavés de mosaïques, Maison d’Africa à Thysdrus, in : Les mosaïques : conserver pour présenter ? : VIIe Conférence du Comité international pour la conservation des mosaïques (Actes du colloque, Arles 1999), Arles 2003, p. 343-352.

Hesnard 1999 : HESNARD (A.), Le port, in : Hesnard (A.), Moliner (M.), Conche (F.), Bouiron (M.), Parcours de villes, Marseille : 10 ans d’archéologie, 2600 ans d’histoire, Marseille, 1999, p. 17 – 74.

Hesnard, Bernardi, Maurel 2001 : HESNARD (A.) BERNARDI (P.), MAUREL (C.), La topographie du port de Marseille, de la fondation de la cité à la fin du Moyen Age, in : Bouiron (M.), Tréziny (H.) (éd), Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René (Actes du colloque, Marseille, 1999), Aix-en-Provence, 2001(Etudes Massaliètes 7), p. 159-202.

Hesnard 2004 : HESNARD (A.), Terre submergée, mer enterrée : une “géoarchéologie” du port antique de Marseille, in : De Maria (L.), Turchetti (R.), (éd.), Evolución paleoambiental de los puertos y fondeaderos antiguos en el Mediterráneo Occidental (I Seminario Internacional ANSER, Alicante, 2003), Soveria Mannelli, 2004, p. 3-29.

Hesnard et alii 1988 : HESNARD (A.) CARRE (M.-B.), RIVAL (M.), DANGRÉAUX (B.), L’épave romaine Grand Ribaud D (Hyères, Var). Archaeonautica, 8, 1988.

Long, Pomey, Sourisseau 2002 : LONG (L.), POMEY (P.), SOURISSEAU (J.-Chr.) (dir.), Les Étrusques en mer, épaves d’Antibes à Marseille, Aix-en-Provence, 2002.

Montani, Scopigno 2004 : MONTANI (CL.), SCOPIGNO (R.), 3D Scanning, Dall’opera d’arte al modello digitale, in : Faggioni (E.), Schiavi (A.), Economia della Cultura, Restauro (Catalogo del salone dell’arte del restauro e della conservazione dei Beni culturali e ambientali, Ferrare 2004), p. 212 – 217.

Pomey, Hesnard 2004a : POMEY (P.), HESNARD (A.), Le imbarcazioni del porto greco arcaico di Marsiglia : dallo scavo archeologico ai modellini di studio e ai modelli numerici, in : Faggioni (E.), Schiavi (A.) (éd.), Economia della Cultura, Restauro (Catalogo del salone dell’arte del restauro e della conservazione dei Beni culturali e ambientali, Ferrare 2004), p. 239-243.

Pomey, Hesnard 2004b : POMEY (P.), HESNARD (A.), Le navi del porto greco arcaico di Marsiglia. Dallo scavo archeologico ai modellini di studio e alle immagini di sintesi. Archaeologia Maritima Mediterranea, 1, p. 193 - 197.

Tchernia, Pomey, Hesnard 1978, TCHERNIA (A.), POMEY (P.), HESNARD (A.), L’épave romaine de La Madrague de Giens (Var), Supplément à Gallia, 34, 1978.

Vergnieux 2004 : VERGNIEUX (R.), Réalité virtuelle : un outil pour l’archéologie, in : Vergnieux (R.) (éd), Virtual Retrospect 2003 (Actes du colloque, Biarritz, 6-7 novembre 2003), Bordeaux, 2004, p. 13-16.

Notes

1 Cf. M. Morel dans ce même volume, cf. infra, p. 85 où elle se penche plus particulièrement sur le cas de la conservation / restauration et muséographie des épaves.

2 On se reportera à Hesnard 2004, pour la problématique de cette géoarchéologie.

3 Sauf dans quelques cas comme certains des navires de San Rossore, ou le navire de Comacchio.

4 On verra des expériences très intéressantes de “parcs archéologiques sous-marins” dans ce même volume, comme celui d’Ampurias, Nieto, infra, p. 123.

5 Cf. Chéné, Foliot, Réveillac 2000.

6 Voir par exemple les films tournés dans le port d’Alexandrie, cf. Ph. Jockey dans ce même volume, cf. supra, p. 35 sq.

7 Tchernia, Pomey, Hesnard 1978.

8 Hesnard et alii 1988.

9 Cf. les exposés de F. Cibecchini et P. Gambogi dans ce même volume, infra, p. 167 sq. et 177 sq.

10 Depuis l’invasion de l’informatique dans nos cultures, on dirait que la photogrammétrie vectorise des pixels.

11 Ce qui n’était pas assuré dans les premières expériences, et qui commence seulement à être vérifiable. Seule une stabilisation de la technique, sa vérification très rigoureuse, permettra aux spécialistes d’avoir confiance.

12 On n’envisagera ici que les maquettes archéologiques, sur la base d’éléments réellement découverts, sans ajout d’éléments inventés de toute pièce ; pour cette raison, on écartera de notre propos les aquarelles qui ont une très grande faveur auprès du public, dont la valeur artistique est indéniable et se situent dans une très longue tradition (on songera aux célèbres “envois de Rome”).

13 Cf. ci-dessous le cas très différent des maquettes de navires.

14 Cas des deux maquettes du port de Marseille, commandées par le Musée d’Histoire de Marseille pour celle du port grec aux IIIe-IIe siècles avant n.è., et par le musée des Docks Romains pour le port romain aux Ier-IIe siècles de n. è.

15 Cf. Hesnard 1999, p. 50-51 et Hesnard, Bernardi, Maurel 2001, p. 184-185 et fig. 19 à 21.

16 Cf. Hesnard 1999, p. 37-39 et Hesnard, Bernardi, Maurel 2001, p. 174-175 et fig. 10.

17 Technique de couverture des toitures décrite par Vitruve, confirmée par l’absence presque totale de tuiles dans le matériel archéologique de toute cette zone du port.

18 Ce paragraphe est basé sur Pomey, Hesnard 2004a et Pomey, Hesnard 2004b.

19 Cf. infra dans ce même volume, M. Morel Deledalle, p. 85 sq.

20 Cf. Fauquet, Florenzano 2003.

21 Les relevés et restitutions photogrammétriques ont été réalisés en cours de fouille pour 4 épaves.

22 Cf. Fauquet 2002

23 Il a depuis été retrouvé dans une fouille complémentaire, confirmant les hypothèses représentées sur la modélisation.

24 Phénomène très connu, de plus la découverte dans la baie de Marseille de la “grotte Cosquer” dont les peintures et gravures ont été datées et dont l’entrée est actuellement sous-marine par près de 40 m sous le niveau actuel de la mer permet d’avoir un repère local sûr.

25 Données de l’IGN.

26 Sur la base de la carte de J. Collina-Girard (Université de Provence), elle-même fondée sur les cartes du SHOM.

27 Cf. ci-dessous pour l’explication de ce terme technique de “texture” : rendre l’apparence visuelle à une image de synthèse en “habillant” les surfaces de l’objet modélisé par une image. Celle-ci est collée sur les formes dont elle doit épouser le relief.

28 Les dernières fouilles, dites “Bargemon” qui ont retrouvé le rivage à la fondation de la cité rendent notre proposition plausible, en tout cas pour cette époque. Bien sûr, nous n’avons aucune hypothèse à avancer pour la végétation antérieure.

29 Les travaux de la Mission Archéologique Française d’étude de l’Architecture Religieuse Païenne de Dougga (Mission soutenue par le Ministère des Affaires Etrangères) dirigée par M. Jean-Claude Golvin, Directeur de Recherche au CNRS et M. Mustapha Khanoussi.

30 Cette expérimentation, Le Capitole de Dougga, du relevé à la maquette numérique, a été présentée (F. Fauquet) au Séminaire de l’UMR 694 MAP, à Tunis, le 19 avril 2002.

31 Région Toscane, Direzione generale delle Politiche formative, dei beni e delle attività culturali (F. Gravina), Istituto Scienza e Tecnologie dell’Informazione – CNR (C. Montani, R. Scopigno), Centre Camille Jullian, CNRS-Université de Provence, dans le cadre du projet européen Anser dirigé par F. Gravina. cf. Montani, Scopigno 2004 et Pomey, Hesnard 2004.

32 Citons toutefois les travaux menés par Robert Vergnieux (Institut Ausonius, CNRS – Université Bordeaux III), Vergnieux 2004.

33 Actuellement bilingue, français et italien ; une version quadrilingue, ajoutant l’anglais et l’allemand est envisagée, avec l’aide du musée Laténium de Neuchâtel (Suisse) à l’occasion d’une exposition à venir. Cette réalisation vidéo a été présentée au salon Restauro 2004, sur le stand de la Région Toscane, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence lors d’une journée d’étude du “pôle image”, puis pendant le Ve séminaire international Anser, à l’Université “La Sapienza” à Pise.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Marseille, place Villeneuve-Bargemon, quai grec archaïque. Cliché Ph. Foliot, CCJ, CNRS.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 2. Marseille, place Villeneuve-Bargemon, quai grec archaïque, plan et coupes. Infographie N. Bourgarel (AFAN), D. Delpalillo, F. Fauquet.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3. Épave Grand Ribaud F, photogrammétrie P. Drap (CNRS, MAP-GAMSAU), dans Long, Pomey, Sourisseau 2002, p. 55.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 4. Maquette du port romain de Marseille (conception A. Hesnard, réalisation D. Delpalillo), Musée des Docks, Marseille. Cliché Ph. Foliot (CCJ, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 5. Maquette des neoria hellénistiques du port grec de Marseille (conception A. Hesnard et P. Pomey, réalisation D. Delpalillo), Musée d’Histoire de Marseille. Cliché Ph. Foliot (CCJ, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 6. Les épaves grecques archaïques JV 7 et JV 9 in situ. Cliché Ph. Foliot (CCJ, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 7. Les maquettes d’étude et restitution des navires JV 7 et JV 9. Cliché F. Gravina, Région Toscane.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 8. La maquette de restitution finale de JV 7. Cliché C. Durand (CCJ, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 9. Modélisation du quai grec archaïque, place Villeneuve-Bargemon. Infographie dynamique F. Fauquet (CCJ, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 10. Cartographie 2D du site de Marseille sans la mer. Infographie D. Delpalillo, F. Fauquet.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig 11. Modélisation du site de Marseille sans la mer ni la ville. Infographie dynamique D. Delpalillo, F. Fauquet.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 12. Modélisation du site de Marseille au moment de la fondation de la cité. Infographie dynamique D. Delpalillo, F. Fauquet.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Fig. 13. Dessin 2D classique du quai archaïque grec. Infographie N. Bourgarel (AFAN), D. Delpalillo, F. Fauquet.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 14. Restitution 2D intégrant un navire restitué, avec application d’une “texture” sur le quai. Infographie D. Delpalillo, F. Fauquet.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 15. Relevés et modélisation de l’ordre du Capitole de Dougga. F. Fauquet, MAP-GAMSAU CNRS.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 16. Démonstration de scannage laser 3D (scanner Minolta) par l’ISTI-CNR. Cliché F. Gravina.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig 17. Modélisation de la maquette d’étude du navire JV 7.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 18.1. Modélisation de la maquette d’étude du navire JV 9. Document ISTI-CNR, infographie dynamique F. Fauquet (CCJ, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 18.2 Modélisation de la maquette d’étude du navire JV 7. Document ISTI-CNR, Infographie dynamique F. Fauquet (CCJ, CNRS)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3883/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

Auteurs

Centre Camille Jullian, CNRS – Université de Provence.

Centre Camille Jullian, CNRS – Université de Provence.

Centre Camille Jullian, CNRS – Université de Provence.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540