Version classiqueVersion mobile

Les Grecs outre-mer

 | 
John Boardman

VI. Le Nord et la Mer Noire

Texte intégral

1Ce chapitre nous entraînera de la vallée du Pô aux rivages de la Mer Noire. Il englobe un vaste rayon dans lequel l’histoire de chaque secteur est étroitement liée à celle de ses voisins, mais, par commodité, je suivrai le schéma suivant. D’abord la progression des Grecs dans l’Adriatique jusqu’en Italie du Nord. Puis leur colonisation le long des côtes de Macédoine et de Thrace. Ces deux mouvements s’accompagnèrent de contacts avec les indigènes d’Illyrie et de Thrace auxquels nous nous intéresserons en rappelant aussi les relations que les Grecs avaient eu précédemment avec ces régions septentrionales. Enfin l’exploration de la Mer Noire, la colonisation de ses rives et les relations avec les Scythes. Nous fermerons ainsi le cercle en retournant en Asie Mineure, théâtre des migrations grecques du Premier Age du fer par lesquelles nous avons commencé au chapitre 2.

LES GRECS DANS L’ADRIATIQUE

  • 1 R. L. Beaumont, JHS 56, 1936, 159 ss., sur les Grecs et les trouvailles grecques dans l’Adriatique. (...)
  • 2 Plut., Gr. Q., 11C. Rodenwaldt et al., Korkyra 2, 1939, 168 ss.

2La première colonie grecque dans l’Adriatique1 fut installée sur l’île de Corcyre (Corfou) plus comme une escale le long des routes vers l’ouest que comme base d’une future exploration vers le nord. Cela semblerait en partie confirmé par l’origine même des colons : d’abord des Eubéens d’Érétrie, qui, avec les Chalcidiens, avaient créé les premières colonies d’Italie et de Sicile, ensuite, en 733, les Corinthiens, qui évincèrent les Érétriens alors qu’ils se rendaient en Sicile pour fonder Syracuse2.

  • 3 ADelt 19, 1964, Chr., pl. 366 ; 20, 1965, Chr., pl. 442-3 ; 21, 1966, Chr., pl. 331-2 ; V. G. Kalli (...)
  • 4 Boardman, GSAP, 153, fig. 187.
  • 5 F. P. Johnson et W. B. Dinsmoor, AJA 40, 1936, 46 ss.
  • 6 Rodenwaldt, op. cit. (n. 2), 154, 172.
  • 7 Boardman, GSAP, fig. 207a ; A. Choremis, AAA, 7, 1974, 183 ss.
  • 8 Boardman, GSAP, fig. 266 ; Kurtz-Boardman, 239, 245, fig. 54, pl. 65 ; Jeffery, LSAG, 232, 285.

3La ville principale de Corcyre, située sur une péninsule abritant un bon port, fait face au continent et contrôle l’étroit bras de mer qui l’en sépare. On n’y a pas encore retrouvé de trace de l’occupation érétrienne, mais on suit assez bien les vicissitudes de l’établissement corinthien. Il y a un peu de céramique corinthienne des VIIIe et VIIe s.3, mais les découvertes les plus importantes concernent des éléments architectoniques du VIe s. Il s’agit d’abord des sculptures du fronton du temple d’Artémis, datables du début du siècle et qui constituent le premier exemple de ce type conservé dans sa quasi intégralité dans tout l’art grec4. C’est ensuite un autre temple dorique un peu plus tardif situé à peu de distance, dans ce qui est aujourd’hui le parc de la villa Mon Repos5, et, à l’extrémité sud de la péninsule, un second sanctuaire d’Artémis qui a restitué quelques terres cuites votives du VIIe s. figurant la déesse accompagnée de son lion6. Un temple de Dionysos de la fin du VIe s. est attesté par la découverte récente d’une partie des sculptures de son fronton représentant le dieu et un jeune garçon couchés sur un lit de banquet7 (fig. 266). La nécropole la plus ancienne, située au nord de la ville, est bien connue par deux monuments des environs de 600, une tombe qui contenait un bel exemplaire de lion funéraire en pierre et le cénotaphe circulaire en pierre de 4,50 m de diamètre sur près de 2 m de haut édifié pour un certain Ménécratès, proxène (“consul”) de Corcyre à Oianthea chez les Locriens Ozoles, disparu en mer8.

266 Partie du fronton d’un temple de Corcyre, avec Dionysos au banquet ; fin VIe s. (Musée de Corfou ; 2,73 x 1,3 m)

  • 9 Thuc., I. 13, cf I. 25.

4Corcyre conquit très vite son indépendance à l’égard de Corinthe à laquelle elle s’opposa même au VIIe s. dans les eaux corcyréennes au cours d’une bataille navale qui fut la première connue de l’histoire grecque9. Malgré cela, sa production artistique se situa toujours complètement dans la tradition corinthienne.

5Bien qu’elle ait au début surtout participé aux activités liées à sa position sur les routes vers l’Occident, Corcyre devait naturellement être la première à explorer les côtes de l’Adriatique, tandis que sa métropole s’occupait à consolider son contrôle sur les voies d’accès septentrionales du golfe de Corinthe. Les Eubéens s’étaient, semble-t-il, déjà installés sur le continent face à Corcyre et plus au nord aux frontières de l’Illyrie à Orikos, mais sur tout cela nous n’avons que quelques maigres références chez les auteurs antiques.

6En 627, Corcyre et Corinthe fondèrent épidamne (rom. Dyrrhachium, mod. Durazzo) sur la côte à quelque 250 km plus au nord. Nous ignorons comment les indigènes réagirent face à cette intrusion et il semble que l’activité commerciale n’y ait pas connu un développement immédiat. Ce sont sans doute les mines d’argent de l’Illyrie qui avaient attiré les Grecs dans ce secteur.

  • 10 C. Praschniker, ÖJh 21/2, 1922, Beibl. 23 ss.; Payne, Necrocorinthia, 1931, 186.
  • 11 M. Gjødesen, Acta Arch. 15, 1944, 183 ss.; Albania 5, 1935, pl. 186.

7Nous ne savons pas grand-chose des premiers temps d’Epidamne, mais sa fondation fut bientôt suivie de celle d’apollonia, un peu plus au sud, cette fois par Corinthe seule. Le peu de céramique, rhodienne et corinthienne, qui y a été trouvée, révèle que les Grecs y étaient installés vers 60010. Un fragment de relief grec tardo-archaïque (fig. 267) appartenait peut-être à un temple de l’acropole11. La colline où se trouvait le site antique est aujourd’hui séparée de la mer par une bande de marais et de lagunes de près de 8 km de large.

267 Relief en calcaire, d’Apollonia ; vers 500 av. J.-C. (H. 33 cm)

  • 12 P. Lizicar, Crna Korkira, 1951, pl. 5. Issa: Payne, loc. cit.

8L’entreprise suivante notable le long de la côte illyrienne fut encore promue par les Corcyréens qui, au début du VIe s., s’associèrent aux Cnidiens, leurs alliés en Grèce de l’Est pour coloniser Corcyre la Noire (mod. Curzola) dans l’archipel dalmate, dont les îles voisines semblent avoir accueilli plus tard des colons grecs. Les traces matérielles des phases anciennes de ces établissements sont rares, exceptés un vase corinthien du début du VIe s. de Curzola et un autre, plus tardif, de l’île d’Issa12.

  • 13 F. G. Lo Porto, ASMG 5, 1964, 111 ss.; NSc, 1962, 130 (Gioia del Colle).
  • 14 Strabon, 282.

9Sur la rive opposée de l’Adriatique, la céramique corinthienne retrouvée dans diverses localités de l’Apulie et de la Messapie ne suffit pas pour attester l’existence de véritables établissements. Il y a ainsi une ou deux pièces du VIIe s. dans la zone de Bari et des tombes peut-être grecques, avec des aryballes protocorinthiennes du deuxième quart du VIIe s., dans la nécropole de Tor Pisana à Brindisi13. La céramique pouvait parvenir par l’intermédiaire de Tarente et on se souviendra ici de la légende de Phalanthos, qui après avoir guidé les colons à Tarente, fut chassé par ses concitoyens et trouva refuge auprès des indigènes de Brentesion (Brindisi)14.

  • 15 O. H. Frey, Die Entstehung der Situlenkunst, 1969. Sur les rapports avec l’art grec : Boardman, Eur (...)
  • 16 Frey, op. cit., pl. 67, 18.
  • 17 Hdt., 1, 163.
  • 18 OEnochoés du Picenum, cf. ci-dessus, p. 258.
  • 19 J.-P. Morel, BC.H 99, 1975, 857 s.

10Des routes commerciales reliaient directement la Grèce au Nord de l’Adriatique dès la fin du VIIe s. et on peut en voir les effets dans “l’art des situles” en bronze des Alpes orientales et d’Este dans la vallée du Pô15, qui offrent un mélange fascinant d’éléments grecs et étrusques adaptés pour des représentations de scènes de la vie locale. Ces influences persistantes se retrouvent encore au début du Ve s., par exemple sur une plaque de bronze où un Italien du Nord à l’aspect campagnard est couché sur un lit de banquet à la mode grecque16 (fig. 268). Mais c’est déjà l’époque où l’attrait des Grecs pour cette partie de l’Europe trouvait d’autres raisons clairement attestées sur le terrain. On a déjà vu au chapitre précédent l’importance prise par la région dans les années qui suivirent le déclin de la route de l’étain à travers la France vers Marseille. Quand Hérodote dit que les Phocéens furent les premiers Grecs à explorer l’Adriatique17, on serait tenté de relier ce fait à leur fondation de Marseille et à leur intérêt soutenu pour les routes du nord, mais rien ne le vérifie sur le plan archéologique18 : les vases de Grèce de l’Est restent au VIe s. plutôt rares dans les villes de l’Adriatique19.

268 Plaquette de bronze dans le “style des situles”, de Carceri (Este) ; début Ve s. (Este, Mus, Naz. Atestino 4845 ; L, 7,6 cm)

11L’aire côtière comprise entre le Pô et Ancône était occupée par les Vénètes, les Ombriens et les Picéniens, qui, au VIe s., avaient déjà accueilli dans leur culture des influences orientalisantes de seconde main par l’intermédiaire de l’Étrurie. En effet, au cours du VIe s., l’expansion, freinée au sud par la présence grecque, s’était reportée vers le nord-est. Un groupe de villes étrusques furent établies autour de Felsina (Bologne) attirées à la fois par d’excellentes terres agricoles et par le débouché des routes du Nord à travers la Suisse et les Alpes.

  • 20 Payne, op. cit., 122 ; cf. PdP 32, 1977, 406-8, pour un Ombrikos, qui dédia à Gravisca un vase atti (...)
  • 21 Pottery, BdA 49, 1964, 289 ss. G. Fogolari et B. M. Scarfi, Adria antica, 1970. G. Colonna, Riv. St (...)
  • 22 Spina e l’Etruria Padana (Suppl, à SE 25, 1959). N. Alfieri et al., Spina, 1958. J. D. Beazley, SE (...)
  • 23 Alfieri, op. cit., 16; G. Colonna, Riv. St. Ant. 4, 1974, 3; P. Uggeri, SE 46, 1978, 288 ss.

12Vers le milieu du VIe s., un peu de céramique corinthienne commence à parvenir dans ces villes nouvelles étrusques, mais déjà auparavant un esclave du nom d’Ombrikos, vraisemblablement un ombrien, avait été amené à Corinthe et nommé sur un vase (qui fut ensuite exporté à Caeré en Étrurie)20. Dans la deuxième moitié du siècle, Felsina, et d’autres sites, reçoivent une quantité croissante de vases attiques et au nord du delta du Pô, le commerce grec avec les Vénètes se développe autour du grand entrepôt d’Adria21. Comme les cités d’Étrurie, Felsina et Adria accueillirent sans doute quelques Grecs, mais dans une des villes nouvelles au moins, on est sûr qu’ils y furent suffisamment nombreux pour qu’elle ait pu être qualifiée de grecque – du moins par les Grecs eux-mêmes – et d’ailleurs on ne sait pas vraiment si ce fut à l’origine une fondation grecque ou étrusque. Il s’agit de la ville de spina sur le bras méridional du delta du Pô, un peu au nord de Ravenne22. Les terres du delta, basses et gorgées d’eau, ne sont pas faciles à fouiller, mais les nécropoles de Spina sont devenues probablement la plus riche source de vases attiques du monde grec. De 1932 à 1935, puis de nouveau à partir de 1954, les travaux de drainage ont permis de mettre au jour une grande partie de la nécropole archaïque de la ville, avec le mobilier intact des tombes, vases et offrandes de toute sorte conservés dans la boue. Le nombre de tombes fouillées dépasse aujourd’hui les 4000 et d’autres restent à découvrir. Les vases les plus anciens, datables des années 520, sont légèrement postérieurs à ceux des autres villes nouvelles mentionnées. Presque tous les vases importés sont attiques, souvent de qualité exceptionnelle. Ils portent parfois des inscriptions gravées aussi bien en grec qu’en étrusque23. Les fouilles ont aussi révélé une partie du plan de la ville qui avec ses rues-canaux devait rappeler un peu Venise.

  • 24 D. C. Kurtz, Athenian White Lekythoi, 1975, 59, 141-3.

13Spina pourrait être une ville nouvelle fondée par les Étrusques et dans laquelle se seraient établis des marchands grecs, mais on peut faire aussi l’hypothèse inverse d’une ville grecque ouverte aux familles étrusques des cités voisines. Les Grecs, comme les Étrusques, pouvaient être intéressés par les terres à blé de la vallée du Pô et le débouché des voies du Nord. Aucune source littéraire ne nous informe sur l’origine des Grecs de Spina. Presque toute la céramique fine importée est attique, mais il pourrait difficilement en être autrement à cette époque. En tout cas l’absence dans les phases successives de toute céramique italiote amène à penser que l’on n’avait pas affaire à une extension des activités des premières colonies grecques d’Occident. Il y a par contre un indice qui souligne la présence effective d’Athéniens à Spina, au moins dans la deuxième moitié du Ve s. : c’est la découverte de lécythes à fond blanc, vases funéraires spécialement fabriqués pour les nécropoles d’Athènes et la communauté athénienne d’Érétrie en Eubée. Or, mis à part à Spina, on en a trouvé vraiment très peu hors de leur zone d’origine et on peut estimer qu’ils signalent la présence de familles athéniennes dans la mesure où ils ne firent jamais partie des céramiques décorées généralement diffusées. Un lécythe de ce type provient de Palestine, un de Lycie, un ou deux de Russie méridionale, deux d’une tombe (celle d’un Athénien) de Demir Kapija en Yougoslavie. Il faut ajouter quelques exemplaires médiocres en Grèce propre comme à Délos, et de rares imitations en Italie méridionale24.

LES GRECS SUR LA CÔTE DE MACÉDOINE ET DE THRACE

  • 25 Bérard, L’expansion, 66-8, 94.

14Sur les colonies grecques des côtes septentrionales de l’Égée, nos informations sont principalement littéraires. Les plus anciennes furent fondées au VIIIe s. par les Eubéens, que nous trouvons de nouveau au premier rang des colonisateurs. Mais ici, contrairement à la Syrie et à l’Italie, l’objectif était simplement la terre et le commerce ne dut jouer au départ qu’un rôle marginal. Dans ce cadre-là, les choses étaient évidentes pour nos insulaires : il fallait dépasser la Thessalie avec laquelle ils entretenaient des relations amicales pour atteindre les premières terres disponibles occupées par des non-Grecs quoiqu’en partie hellénisés. Les plus actifs furent ici les gens de Chalcis et le promontoire de la Chalcidique, qui s’avance vers le sud comme une étrange main à trois doigts, leur doit son nom. Ils y fondèrent plusieurs colonies dont la plus importante était Toronè. Les colonies d’Érétrie se trouvaient pour la plupart sur le “doigt” occidental, notamment Mendè et Scionè. Les Érétriens chassés de Corcyre par les Corinthiens en 733 vinrent fonder Méthonè, sur la côte occidentale du golfe de Salonique. Vers le milieu du VIIe s. l’île d’Andros créa de nouvelles villes dans la partie orientale de la Chalcidique avec l’aide des cités chalcidiennes. L’unique intrusion dans cette zone dominée par les Eubéens et les insulaires fut celle de Corinthe qui y fonda Potidée vers 600 av. J.-C.25.

  • 26 J. Pouilloux in Entretiens Fond. Hardt 10, 1964, 3 ss.
  • 27 Bérard, op. cit., 92-5 ; Hdt., 1, 168.
  • 28 Hdt., 7, 108 ; BCH 96, 1972, 750, fig. 373.

15D’autres Grecs vinrent établir des colonies sur la côte plus à l’est. Ce sont d’abord les Pariens, qui occupèrent l’île de Thasos dans les années 680 et de là fondèrent de nouvelles villes sur le continent en face, dont Néapolis (Cavalla) et Oisymè. Ils eurent à cette occasion à soutenir d’âpres luttes avec les indigènes thraces, dont le poète parien Archiloque nous donne un écho dans ses vers26. Les autres colons vinrent de Grèce de l’Est : les Chiotes s’installèrent à Maronée, les Éoliens à Ainos (située au départ d’une importante route terrestre vers la Mer Noire) et les Clazoméniens à Abdère. Cette dernière fut une entreprise de courte durée, car les Grecs en furent bientôt chassés par les Thraces, mais la ville fut réoccupée peu après le milieu du VIe s. par des gens de Téos fuyant la conquête perse27. Les habitants de l’île de Samothrace possédaient aussi des places fortes sur le continent, comme par exemple Mésembria où l’on a récupéré de la céramique grecque orientale des environs de 60028.

16Encore plus à l’est, la Chersonèse de Thrace, une langue de terre flanquant l’Hellespont (Dardanelles), accueillit, sur la côte occidentale, les deux seules colonies milésiennes de la côte thrace, Cardia et Limnai. Les autres villes furent établies en fonction de leur position stratégique sur le détroit et seront mieux à leur place dans le cadre de l’étude des abords de la Mer Noire, un peu plus loin dans ce chapitre.

  • 29 S. Casson, Macedonia, Thrace and Illyria, 1926, 33 ss. Pour la Macédoine, CAH 32, 2, ch. 40 (N. G. (...)
  • 30 Hdt., 1, 64; Ath. Pol, 15, 1-2.
  • 31 Hdt., 5, 11, 23.
  • 32 Hdt., 6, 47. BCH 88, 1964, 280 ss.

17Il faut dire un mot sur les avantages naturels de la côte thrace avant d’ouvrir son maigre dossier archéologique29. Elle ne possédait guère de bons ports et peu de mouillages intéressants. Les cités furent créées en fonction de problèmes de défense, de disponibilité de terre et d’accès vers l’intérieur plutôt que d’exigences maritimes. Les plaines côtières étaient fertiles, mais marécageuses et, jusqu’à une date récente, infestées par la malaria. Les riches forêts de Chalcidique et de l’intérieur, plus tard largement exploitées, ont pu constituer au départ un véritable attrait pour les Grecs dont la patrie, en voie de déforestation rapide, ne suffisait plus à satisfaire les besoins en bois pour la construction civile et navale. La qualité des chevaux thraces était depuis longtemps connue chez les Grecs et la vigne fut introduite avec succès, spécialement à Toronè, Mendè, Maronè et surtout Thasos. Les ressources minières ne furent peut-être pas correctement estimées par les premiers colons. L’or et l’argent étaient exploités autour du Mont Pangée, sur la côte en face de Thasos. Le tyran athénien Pisistrate y possédait des mines auxquelles il devait sa richesse30 et c’est là qu’il vint se réfugier lorsqu’il fut un temps chassé d’Athènes. Plus tard, Histiée de Milet fut autorisé par le roi de Perse à fonder la ville de Myrcinos sur le Strymon et à jouir des revenus des mines d’argent et du bois qu’il y exploitait31. Selon Hérodote, les premières mines d’or sur l’île même de Thasos furent découvertes par les Phéniciens qui avaient pour cela bouleversé une partie de l’île et l’archéologie est venue récemment confirmer ce récit32. Les mines du continent furent d’abord exploitées par les indigènes thraces avant de devenir la propriété des Grecs. Ces ressources en argent encouragèrent d’abondants monnayages dans plusieurs des cités grecques de la zone et nous avons déjà vu comment les Grecs de l’Est semblent les avoir utilisées dans leur commerce avec le Proche-Orient et l’Égypte.

  • 33 Kraay – Hirmer, 330 ss.; Kraay, 138 ss.

18Les cités les plus actives dans le commerce du vin choisirent des sujets dionysiaques pour les emblèmes de leurs monnaies : Toronè une amphore vinaire, Mendè un âne près d’un pied de vigne. Sur les monnaies thasiennes, on trouve la représentation animée d’un satyre enlevant une nymphe ; si sur les premiers exemplaires la nymphe paraît opposer une certaine résistance, sur les émissions du Ve s. elle se laisse faire sans difficulté. Sur une monnaie unique de la fin du VIe s., conservée à Londres et provenant d’une cité non identifiée de cette côte, se déroule une scène charmante de deux nymphes portant une amphore de vin (fig. 269). Les habitants de Téos transférèrent sur les monnaies d’Abdère leur propre emblème civique, le griffon, tandis que Potidée choisit la figure de Poséidon à cheval, divinité protectrice de la cité et aussi de la métropole Corinthe. Certaines colonies eubéennes imitèrent des motifs de leur patrie d’origine, notamment le taureau avec la tête tournée vers l’arrière, et le même emblème apparaît sur des monnaies frappées par des princes indigènes hellénisés. Thasos fut sans doute l’une des premières cités grecques du nord à émettre des monnaies, mais beaucoup d’autres possédaient aussi leurs propres émissions dès avant la fin du VIIe s.33.

269 Tétradrachme d’argent de Grèce du Nord avec deux nymphes portant une amphore vinaire ; fin VIe s. (Londres)

  • 34 BCH 91, 1967, 724, fig. 6, 729, fig. 15-16; ADelt 20, 1965, Chr. pl. 540, 558.
  • 35 ADelt 20, 1965, Chr., 444, pl. 512-14.
  • 36 Guide de Thasos (École Fr, 1968) pour une étude complète. Comptes rendus annuels dans BCH. A. J. Gr (...)
  • 37 Guide de Thasos, 12, fig. 3, 198.
  • 38 P. Bernard, BCH 88, 1964, 77 ss.
  • 39 Guide de Thasos, 155 ss.
  • 40 BCH 84, 1960, 347 ss.
  • 41 L. Ghali-Kahil, Ét. Thas. 7, 1960, 35. Cf. le cratère de Naples, VIIIe Congr. Int. Arch. Class., 19 (...)
  • 42 Guide de Thasos, 58-65 (= fig. 271), 109-11, 118 s. (= fig. 272) ; Boardman, GSAP, fig. 69, 223. C. (...)

19Les données archéologiques sur les phases les plus anciennes de ces cités sont rares. Abdère a restitué un certain nombre de vases de Grèce de l’Est remontant à la fin du VIIe s.34 et, pour le VIe s., de la céramique attique ; à la même époque un site proche d’Amphipolis, peut-être identifiable à la ville thrace d’Ennea Hodoi, a reçu beaucoup de céramique grecque35. Seule Thasos a été l’objet de fouilles systématiques de la part de l’Ecole française d’Athènes36. La cité se trouve au nord-est de l’ile, au point le plus proche du continent et possède un port et une belle acropole. Elle fut très probablement fondée par les Pariens vers 680 av. J.-C. au temps du père du poète Archiloque. On a retrouvé sur l’agora le monument inscrit élevé vers 600 en l’honneur de Glaukos, l’un des héros fondateurs37. La céramique la plus ancienne est apparentée aux formes grecques du nord-est de l’Egée et pourrait indiquer des liens avec cette région avant l’arrivée des Pariens38. On trouve ensuite, du milieu du VIIIe s. au début du VIe s., une quantité de céramique d’origine cycladique39, dont un bel exemple est le plat avec Bellérophon, monté sur Pégase, combattant la Chimère reproduit à la fig. 27040. Comme sa métropole Paros à la même époque, Thasos montre un goût particulier pour la céramique “mélienne”. Au VIe s., les importations de céramique de Grèce de l’Est s’accroissent, spécialement celle d’origine chiote au cours de la première moitié du siècle ; il se pourrait même que des peintres de vases chiotes aient travaillé dans l’île41. Les vases attiques arrivent à partir de 580. La céramique corinthienne est rare comme ailleurs en Grèce du Nord. En somme, la céramique est le reflet des contacts dominants de File – avec sa métropole Paros, avec les cités de Grèce de l’Est fondatrices de colonies sur la côte thrace et avec Athènes qui, à cette époque, cultivait aussi dans le Nord d’autres intérêts, comme nous le verrons plus loin. L’influence de Paros se reflète aussi dans la sculpture thasienne, depuis le grand couros porteur de bélier, inachevé, en marbre de la fin du VIIe s. jusqu’aux reliefs – tels ceux de Silène au canthare (fig. 271) ou d’Héraclès archer – ornant les portes de l’enceinte, un siècle plus tard. Une particularité contemporaine est l’utilisation de protomes de cheval ailé pour décorer des blocs architectoniques (fig. 272), selon une pratique déjà rencontrée à Chios42.

270 Plat avec Bellérophon et la Chimère, de production naxienne ( ?), de Thasos ; milieu VIIe s. (Musée de Thasos 2085 ; diam. 28 cm)

271 Porte de l’enceinte de Thasos décorée d’un Silène au canthare ; vers 500 av. J.-C. (H. totale 2,54 cm)

272 Protome de Pégase en marbre, élément architectonique de l’Hérakléion de Thasos ; vers 500 av. J.-C. (Musée de Thasos 4 ; H. 1,23 m)

  • 43 Sur Neapolis : G. Bakalakis, AE, 1935, 1 ss. et les comptes rendus in PAE, 1937-8 ; ADelt 15, 1960- (...)
  • 44 PAE, 1935, 40 ; 1936, 74 s.
  • 45 Bakalakis, op. cit., 8 ss.
  • 46 Ibid., 17, n. 1, fig. 25, 26.

20Dans la colonie thasienne de Néapolis sur le continent en face de l’île, les trouvailles de céramique à partir de la fin du VIIe s. sont analogues : vases “méliens”, chiotes et attiques, plus rarement rhodiens et corinthiens43. Comparables mais manifestement plus anciennes sont les découvertes faites sur un autre site à 8 km à l’ouest, Kalamitsa44. A Néapolis, malheureusement largement dissimulée sous la moderne Cavalla, les vestiges les plus notables concernent un temple ionique45. Sa datation au Ve s., après le passage de l’armée perse en Grèce du Nord, nous entraîne au-delà de notre période, mais il vaut la peine d’être mentionné à cause de son style singulier qui trouve un écho dans un chapiteau ionique recueilli près de Thessalonique, dans ce qui fut peut-être l’antique Aineia46. Dans la région de Thessalonique, il y a quelques vases corinthiens dont les plus anciens remontent peut-être au milieu du VIIe s., mais la plupart des trouvailles de céramique grecque, que l’on doit éventuellement associer au nouveau mouvement de colonisation eubéenne, ne sont pas antérieures à 600. En fait, il reste beaucoup à apprendre sur toutes ces cités qui attendent d’être correctement fouillées.

21On a cependant peu de chance de se tromper en affirmant que les principaux centres artistiques de la Grèce du Nord furent au VIe s. à Thasos et dans ses colonies du continent. On peut certes difficilement parler d’une école coloniale autonome dans la mesure où toutes ses œuvres se réfèrent constamment et massivement à des modèles cycladiques et ioniens. Mais dans les années qui suivirent les guerres médiques le plus célèbre des peintres grecs fut un Thasien, Polygnote.

ILLYRIENS, MACÉDONIENS ET THRACES

  • 47 Casson, op. cit. (n. 29).

22Les fouilles menées en Albanie, Yougoslavie et Bulgarie ont apporté une masse d’informations sur les peuples qui vivaient dans ces régions septentrionales au voisinage des Grecs au Premier Age du fer et complété les témoignages rares et souvent fantaisistes des auteurs anciens. Mais des zones d’ombre subsistent et bien que l’on saisisse parfois assez bien le contenu de la civilisation de ces peuples, sa relation à la culture grecque, même en simples termes de chronologie, n’est pas toujours évidente47.

23Ce n’est pas la moindre des difficultés que d’essayer de tracer les limites entre Grecs et non-Grecs dans les Balkans, quelle que soit la période ; mais avant l’introduction des passeports cela n’avait sans doute pas la même importance. Le cas des Illyriens et des Thraces au moins était simple : ils étaient considérés comme des barbares. Les Macédoniens étaient un cas limite ; bien que la famille royale ait invoqué un arbre généalogique, largement mythique, la reliant à l’antique maison des rois d’Argos, Alexandre le Grand eut bien du mal à justifier ses ambitions en se faisant passer pour le champion des Grecs contre l’Orient barbare.

  • 48 J. Bouzek, Opusc. Ath. 9, 1969, 41 ss. Pour les tombes d’Athènes : H. Müller-Karpe, JdI 77, 1962, 9 (...)
  • 49 Snodgrass, in Eur. Comm. (n. 15), 31 ss.
  • 50 H. Borchhardt, Kriegswesen I, 1977, E 42. Pour une origine orientale : H. Hencken. AJA 54, 1950, 29 (...)

24C’est par le nord que les tribus grecques doriennes se seraient répandues en Grèce centrale et méridionale durant et après les troubles qui marquèrent le passage de l’Age du bronze à l’Age du fer au XIIe s. On s’attendrait à trouver des témoignages archéologiques clairs de leur arrivée ou de leurs établissements antérieurs, mais on n’en a aucune trace ou du moins n’a-t-on pas su encore les mettre en évidence. Quelques productions céramiques de la Grèce protogéométrique semblent par leurs formes et leur décor incisé relever d’influences septentrionales48 (fig. 273) et c’est du nord que la cuirasse en bronze pourrait avoir été réintroduite en Grèce49. Un type particulier de bouclier en bronze, dit “Herzsprung”, largement distribué et imité en Grèce et au Proche-Orient (fig. 274) paraît également inspiré de modèles septentrionaux50 : sa décoration en anneaux concentriques interrompus par une sorte d’encoche pourrait rappeler des exemplaires à peaux superposées. Mais l’existence d’analogies entre des objets retrouvés en Grèce et en Europe ne doit pas conduire à des conclusions trop hâtives dans la mesure où la chronologie hallstattienne est loin de fournir un cadre tout à fait sûr.

273 Vase et figurines modelées à décoration incisée, du Céramique d’Athènes ; Xe-IXe s. (Athènes, Mus. du Céramique)

274 Bouclier en bronze de type “Herzsprung”, d’Idalion, Chypre ; VIIIe s. (Paris, Louvre ; diam. 83 cm)

25Au cours des siècles suivants, il est possible de trouver encore d’autres points de contact entre les cultures d’Illyrie et de Macédoine et celle de Grèce, même si leur chronologie et leur signification sont loin d’être toujours assurées.

  • 51 J. Alexander, Atti VI° Congr. preist. protoist., 6 s. et AJA 69, 1965, 7 ss.
  • 52 Références in Perachora 2, 433 ss.; Boardman-Hayes, Tocra I, 163.
  • 53 E. Kunze, Ol. Bericht 6, 1958, 125 ss.; Snodgrass, op. cit., 18 ss.
  • 54 Sur les rapports entre les bronzes macédoniens et le monde grec : Bouzek, Grecomac. Bronzes, 1973, (...)
  • 55 Akurgal, Phrygische Kunst, 1955, 26-8, pl. A-B (= notre fig. 276).
  • 56 N. G. L. Hammond, History of Macedonia I, 1972, 407 ss.

26La culture macédonienne au Premier Age du fer offre des caractères en partie grecs, mais on a souligné aussi les rapports étroits de certaines productions locales avec le Nord, comme par exemple les fibules à lunettes (fig. 275), constituées d’un fil de bronze enroulé très serré en forme de spirale en S, courantes en Macédoine, mais présentes aussi en Grèce, notamment à Sparte. Le motif de la spirale est connu depuis longtemps aussi bien en Europe centrale que dans le monde égéen, mais en Grèce il n’apparaît dans le répertoire des peintres de vases de l’Age du fer qu’à partir du VIIIe s. L’origine de la fibule est probablement égéenne, mais le type en bronze à spirales semble s’être développé dans le Nord51, avant de se répandre vers le Sud et de connaître en Grèce, aux VIIe et VIe s., des imitations en ivoire et en os52. Pour d’autres objets retenus un moment comme originaires du Nord, le processus est inverse. Le casque “illyrien” est le type le plus populaire en Illyrie à partir du VIe s., et pourtant il a été manifestement inventé vers 700 av. J.-C. en Grèce où sa popularité fut très vite éclipsée par d’autres types53. C’est le cas d’autres objets de bronze septentrionaux, tels les pendentifs à spirales54. La céramique peinte macédonienne (fig. 276) est décorée dans un style géométrique qui rappelle des œuvres grecques du VIIIe s., mais se rapproche surtout des productions phrygiennes d’Asie Mineure, pour cette période, mais aussi probablement auparavant55. Nous touchons ici au problème des sources d’inspiration des Phrygiens et de leurs rapports avec la zone thraco-macédonienne : cette région qui sert de pont entre l’Europe et l’Asie a vécu tant de passages et de fusions de peuples que ses témoignages archéologiques sont parmi les plus difficiles à comprendre56.

275 Fibule à lunettes en bronze ; VIIIe-VIIe s. (Oxford 1885.732 ; L. 15,5 cm)

276 Vases de Pateli et Boubousti, Macédoine ; VIIIe s.

  • 57 Boardman, Greek Emporio, 1967, 211, no 240 (un exemplaire), avec références.
  • 58 Hdt., 4, 33.
  • 59 D. Strong, BM Cat. of the Carved Amber, 1966; Boardman, op. cit., 238; C. W. Beck, Archaeology 23, (...)

27Les choses ne sont pas plus simples en Illyrie. Là aussi on trouve un type particulier de fibule, datable aux VIIIe et VIIe s., que l’on rencontre également en Grèce du Nord et dont un exemplaire a été recueilli à Chios57 (fig. 277) ; il pourrait s’agir encore une fois d’une production “barbare” inspirée d’un modèle grec qui aurait eu peu de succès dans sa patrie d’origine. C’est par l’intermédiaire de l’Illyrie, probablement, que les Grecs recevaient l’ambre de la Baltique au VIIIe s. et après : une partie en suivant la côte jusqu’au Péloponnèse, l’autre parvenant à travers la Macédoine et les colonies grecques en Grèce de l’Est et dans les îles. Cette dernière route fut celle empruntée par les mystérieux présents (peut-être de l’ambre) enveloppés dans de la paille et envoyés à Délos par les Hyperboréens58. On trouve une quantité de perles d’ambre en Grèce de l’Est, mais en général les Grecs apprécièrent peu ce matériau et le travaillèrent rarement avec le soin que l’on peut en revanche admirer en Italie59.

277 Fibule illyrienne en bronze, d’Emporio, Chios; fin VIIe s. (Musée de Chios; I. 5,4 cm)

  • 60 Beaumont, JHS 56, 1936, 184, fait l’hypothèse d’un intérêt corinthien pour l’essence parfumée que l (...)
  • 61 J. Alexander, Antiquity 36, 1962, 123 ss.; L. B. Popovic, Archaic Greek Culture in the Balkans, 197 (...)
  • 62 D. M. Zisi et L. B. Popovic, Novi Pazar, 1969 et Iliri i Grci, 1959, pl. 10.
  • 63 Wiss. Mitt. Bosn. Herz. 3, 1895, pl. 12.

28Les Grecs qui vinrent s’établir aux portes de ces voisins barbares ou semi-barbares reçurent des accueils divers. Ils eurent peu à faire avec les Illyriens dans la mesure où ils utilisèrent de préférence la voie du commerce maritime remontant le long de la côte adriatique60. Au VIe s., un certain nombre d’objets grecs remontèrent les vallées à partir de la côte et les échanges s’intensifièrent peu à peu61. Le mobilier d’une tombe tardo-archaïque de Novi-Pazar comprenait de beaux vases de bronze grecs, de l’orfèvrerie et de l’ambre gravé provenant d’ateliers tant locaux que grecs – sans doute d’Italie du Sud –, comme les plaquettes de pendentifs de la fig. 27862. De Jerezine provient un curieux relief sur une dalle de pierre (fig. 279), qui semble, malgré sa grossièreté, avoir quelque rapport avec l’art grec archaïque63.

278 Pendentifs d’ambre incisé, de Novi Pazar ; VIe s. (Belgrade 678/1, 679/1 ; H. 6,3 et 4,8 cm)

279 Dalle de calcaire incisé, de Jerezine ; VIe s. (H. 49 cm)

  • 64 B. Filow, Die archaiche Nekropole von Trebenischte, 1927 : notre fig. 280 = no 63 ; P. Jacobsthal, (...)
  • 65 Filow, Die Grabhügelnekropole bei Duvanlij, 1934; Hoddinott, op. cil. (n. 69), 58 ss.
  • 66 Filow, op. cit., 57, 92, pl. 12, 13 (fragments attiques, cf. aussi JdI, 45, 1930, 317 pl. 11) ; fig (...)
  • 67 Godisnik na muzei, Plovdiv 3, 1954, 265 ss. En général, pour le matériel grec trouvé en Thrace, voi (...)
  • 68 Starinar, 9/10, 1958/9, 281 ss.; RA, 1973, 39 ss.

29Plus au sud, près du lac Ocride en Macédoine, en un point accessible aussi bien des cités grecques de l’Adriatique que de celles de la côte macédonienne, on a fait de riches découvertes d’objets d’art grecs qui rivalisent avec ceux de la grande tombe de Vix examinée au chapitre précédent. A Trébenichte, les productions grecques sont déjà attestées au VIIe s., mais, dans la deuxième moitié du VIe s., apparaissent dans les tombes indigènes une série de superbes vases grecs en bronze (fig. 280), dont la plupart appartiennent manifestement à la même école ou au même atelier qui produisirent le grand cratère de Vix64. On trouve en même temps un peu de céramique grecque peinte et quelques figurines attiques et grecques orientales, mais le reste du mobilier révèle des pratiques funéraires non grecques, même si certains des objets, comme des masques d’or, paraissent avoir été spécialement fabriqués par des artisans grecs pour leurs clients de cette région. D’autres centres indigènes de la région et plus à l’est en Thrace ont également livré de riches trésors d’œuvres de la toreutique grecque, mais de date plus tardive. Par exemple à Duvanlij, au nord de Plovdiv, en Bulgarie65, les trouvailles grecques les plus anciennes, qui datent de la première moitié du Ve s., incluent de la céramique attique, des figurines de Grèce de l’Est et une amphore vinaire chiote66. A Pesnopoj, il y a davantage de vases, un casque et un sarcophage de terre cuite avec un décor en relief de type grec, tous apparemment du VIe s.67. Plus à l’ouest, à Demir Kapija, première forteresse naturelle que l’on rencontre sur le Vardar, une tombe de la fin du Ve s. mérite une mention particulière ; elle contenait, comme les autres tombes, de la céramique attique et parmi elle deux lécythes à fond blanc, qui, comme nous l’avons vu à Spina, pourraient signaler ici aussi la présence d’un famille athénienne68.

280 Cratère en bronze à décor de taureaux en relief sur le col, de Trébenichte ; fin VIe s. (Belgrade ; H. 68 cm)

  • 69 R. F. Hoddinott, Bulgaria in Antiquity, 1975.
  • 70 Cf. R. Lullies, AA, 1957, 382 ss. ; M. Schmidt, Zur gr. Kunst (Fest. H. Bloesch, 1973), 103 ; Board (...)
  • 71 J. G. P. Best, Thracian Peltasts, 1969; H. Cahn, RA, 1973, 13-15 (notre fig. 282 = fig. 15).

30Les Thraces69 étaient ceux qui avaient manifesté la plus forte hostilité aux nouvelles entreprises coloniales grecques, bien qu’ensuite ils aient fait preuve de bonne volonté pour concéder l’exploitation de leurs mines et acquérir des produits grecs. Les Grecs les tenaient en piètre estime excepté comme soldats et ils en ramenèrent beaucoup chez eux comme esclaves. Les femmes thraces semblent avoir été particulièrement appréciées comme nourrices. On les reconnaît sur les vases attiques aux tatouages qu’elles portent sur les bras, les jambes ou le cou, telle la Thrace attaquant Orphée sur une coupe du Peintre de Pistoxenos avec un tatouage sur le bras et sur le cou70 (fig. 281). A la fin du VIe s., à Athènes, les cavaliers thraces introduits par Pisistrate (dont nous avons signalé les intérêts dans cette région) s’imposèrent comme des figures familières et leur uniforme composé d’une lourde cape décorée (zeira) et d’une coiffe en peau de renard (alopekis) devint à la mode parmi les jeunes cavaliers athéniens71 (fig. 282).

281 Femme thrace (attaquant Orphée) avec des tatouages sur le bras et sur le cou, sur une kylix attique du peintre de Pistoxenos ; de l’Acropole d’Athènes ; vers 460 av. J.-C. (Musée Nat. d’Athènes Acr. 439)

282 Jeunes gens athéniens en costume thrace, sur une kylix du peintre de Brygos ; vers 480 av, J.-C. (Bâle, Coll. Cahn 644)

LA MER NOIRE ET SES ABORDS

  • 72 Strabon, 298 ; W. S. Allen, Class. Quarterly, 1947, 86 ss. sur les origines orientales du “premier” (...)
  • 73 R. Carmenter, AJA 57, 1948, 1 ss.; A. J. Graham, BICS 5, 1958, 25 ss.

31Pour les Grecs, la Mer Noire fut d’abord la “Mer inhospitalière”, puis lorsqu’elle fut passée sous leur contrôle ils la rebaptisèrent Euxeinos, “l’Hospitalière”72. Les premières fondations grecques aux abords de la Mer Noire ne furent pas nécessairement mises en place avec la vision d’une exploration future de ses rives, mais elles devaient nécessairement y conduire. L’accès à la Mer Noire se fait à travers la Propontide, qui ressemble à un large vestibule avec de longs et étroits passages à chaque extrémité, l’Hellespont (détroit des Dardanelles) du côté de l’Egée, et le Bosphore au-delà de Byzance (Constantinople) du côté de la Mer Noire. Les vents et les courants rendaient l’accès difficile, mais pas impossible, aux navires de l’époque et le transit à travers les détroits tomba bien vite sous le contrôle des cités qui les bordaient73.

32Les données que nous possédons sur la colonisation de la Propontide et de la Mer Noire sont loin de valoir celles que nous avons pour l’Italie et la Sicile, alors que la plupart des fondations y sont plus récentes. Les sources littéraires nous donnent des noms, mais rarement des éléments chronologiques fiables. Les témoignages archéologiques sont malheureusement lacunaires, à l’exception peut-être des cités de Russie méridionale, mais nous manquons surtout de ces témoignages sur l’expansion et l’influence grecques dont nous avons disposé si largement pour les sites d’Italie et de Sicile. Nos sources d’information les plus importantes proviennent des fouilles russes de la fin du siècle dernier et du début de celui-ci et de celles menées ces 25 dernières années en Russie, en Roumanie et à un degré moindre en Turquie.

  • 74 Sources littéraires : Bérard, L’expansion, 95 ss.

33La meilleure façon de procéder me semble donc de résumer brièvement ce que nous savons des modalités de la colonisation grecque dans la région et de réserver à une section à part le tableau des cités grecques les mieux explorées74.

  • 75 Graham, JHS 91, 1971, 39 ss.
  • 76 R. Drews, JHS 96, 1976, 18 ss. propose une chronologie haute et un intérêt précoce des Grecs pour l (...)
  • 77 Hdt., 4, 13-16; J. D. P. Bolton, Aristeas of Proconessus, 1962.
  • 78 Hésiode, fr. 241 (Merkelbach/West), Théogonie, 339 ; Iliade, 2, 851-7 ; peut-être Eumelos : cf. Dre (...)

34Un grand nombre de savants soutiennent aujourd’hui que les rives de la Mer Noire auraient été fréquentées et même colonisées par les Grecs dès le VIIIe s. et ils ne semblent guère ébranlés par le fait que rien dans les fouilles ne vient à l’appui de leur thèse75. Le matériel le plus ancien de la Propontide est censé dater du début du VIIe s., tandis que les cités de la Mer Noire n’ont rien livré d’antérieur à la fin de ce même siècle. Les sources littéraires, qui ne sont pas parmi les meilleures, placent les fondations de Sinope et de sa colonie Trapézunte, sur la rive méridionale de la Mer Noire, et de Cyzique, dans la Propontide, au milieu du VIIIe s.76. Au temps d’Hérodote circulaient des légendes autour du sorcier Aristéas qui, au début du VIIe s., avait visité les rives nord de la Mer Noire77 et les indications fournies par d’autres auteurs antiques laissent entendre que quelque chose au moins était connu de la Mer Noire à la fin du VIIIe s.78 Le récit du voyage des Argonautes, en particulier, dénote une certaine familiarité avec la région, encore que les détails géographiques la concernant aient pu être ajoutés à une date tardive. En tout état de cause, cela n’implique nullement que des Grecs aient vécu dans ces parages dès 700 av. J.-C., mais il n’y a pas non plus de raison de douter de la possibilité de voyages occasionnels effectués à cette époque par des navigateurs ou des marchands de Grèce de l’Est – ce point n’étant pas d’une grande importance historique. Car ce n’est qu’après 700 que nous avons la preuve d’un véritable intérêt des Grecs de l’Est pour des entreprises commerciales ou coloniales outre-mer.

  • 79 R. D. Barnett in The Aegean and the Near East (Studies H. Goldman, 1956), 228 ss.

35Un argument qui a été avancé en faveur de l’ancienneté de Sinope et Trapézunte serait leur situation d’étape sur une “route du nord-est” assurant le transit des bronzes orientaux de l’Arménie-Ourartou vers le monde grec79. En d’autres termes, on aurait ainsi une autre voie de pénétration des influences orientalisantes en Grèce, à ajouter à celles dont nous avons discuté au chapitre 3. C’est une hypothèse plausible mais inutile, dans la mesure où l’on connaît maintenant, grâce aux trouvailles de Gordion, la voie terrestre qu’ont suivie ces bronzes vers la Phrygie. Et par ailleurs le type d’objets orientaux qui auraient emprunté cet itinéraire côtier auraient eu un impact plus important en Grèce continentale et en Crète qu’à Milet ou dans les autres centres de la Grèce d’Asie.

  • 80 Drews, op. cit., 26 ss.

36Sinope et Trapézunte auraient été fondées par les Milésiens et ce sont les Milésiens que nous retrouverons les premiers à exploiter d’autres secteurs de ces rives lointaines. Parmi les raisons qui les poussaient à l’exploration de la côte méridionale de la Mer Noire, l’une fut sans doute la recherche de terres, mais avaient-ils besoin d’aller aussi loin pour cela et une colonisation de cette étendue – si elle était exclusivement motivée par le besoin de terre – impliquerait, soit une incroyable augmentation du taux de natalité, soit une série de récoltes désastreuses. En fait, même si ces colonies n’étaient pas obligatoirement vouées au transit des bronzes orientaux vers l’Egée, elles se trouvaient à coup sûr bien placées pour profiter du commerce des métaux avec les riches zones minières du nord de l’Asie Mineure, d’Arménie et du Caucase80. On peut, par exemple, relever quelque rapport entre les toreutiques caucasienne et grecque géométrique, et certains bronzes caucasiens ont réellement atteint Samos (cf. supra p. 81).

  • 81 Strabon, 590.
  • 82 Bérard, L’expansion, 99.

37Dans la Propontide, les Milésiens fondèrent Parion, tout de suite à l’est de l’extrémité interne de l’Hellespont, en compagnie d’autres Ioniens d’Érythrées et de Paros, peut-être au moment même où ces derniers s’étaient installés à Thasos. Les Milésiens étaient seuls pour fonder la colonie agricole de Cyzique, sur la rive sud de la Propontide, et, dans l’Hellespont même, Abydos et plusieurs autres centres plus petits. Ils avaient été autorisés à s’installer à Abydos par le roi lydien Gygès, vraisemblablement avant le milieu du VIIe s., et il est probable que certaines des autres colonies milésiennes de la Propontide appartiennent à la même époque. L’histoire d’Abydos paraît significative81. Sans doute ne faut-il pas envisager d’établissement grec aux confins de l’empire phrygien avant sa chute sous les coups des Cimmériens, au début du VIIe s., et sa restauration par les Lydiens, qui eurent alors des rapports d’amitié avec certains des Grecs d’Asie. Nous avons déjà vu comment des Grecs d’origine éolienne s’étaient établis sur le continent en face de Lesbos et vers le nord jusqu’à Troie, réoccupée un peu avant 700. Au début du VIIe s., ce secteur côtier était donc sous contrôle éolien, qui s’étendit ensuite dans l’Hellespont jusqu’au point stratégique de Sestos en Chersonèse de Thrace. Lorsque les Milésiens arrivèrent, ils furent par conséquent contraints à pousser plus à l’est, le long d’itinéraires qui leur étaient ou non déjà familiers. Une autre entreprise ionienne importante dans l’Hellespont, peut-être vers la même date, fut la fondation de Lampsaque par les Phocéens, invités par le roi indigène à occuper une partie de ses terres en remerciement de l’aide reçue du roi de Phocée ; la même source ajoute que les indigènes devinrent bientôt jaloux de leurs hôtes et que ceux-ci durent assurer par les armes leurs droits sur le territoire concédé82. Vers 600, les Samiens occupèrent Périnthe et d’autres sites sur la côte moins hospitalière du nord de la Propontide.

38Les Grecs de l’Est ne furent pas les seuls colons à s’installer en Propontide. Mégare, cité de Grèce centrale située juste au nord de Corinthe, et qui avait déjà fondé une colonie en Sicile au VIIIe s., fut également impliquée dans la région. On attribue des dates plutôt hautes aux colonies de Mégare, et comme on s’accorde en général à leur donner des motivations agricoles plutôt que commerciales, il est vraisemblable que l’occupation de sites d’importance stratégique ou commerciale, tels que Byzance, fut moins précoce. Les colonies mégariennes se situent dans le Bosphore, c’est-à-dire le secteur le plus éloigné de la Propontide et ce fait suggère que les gens de Mégare ont été devancés par les Grecs de l’Est sur les sites les plus proches. Ils fondèrent Astacos et Chalcédoine sur la côte asiatique de la Propontide, Sélymbria sur la côte nord et enfin le site-clé de Byzance (Constantinople) à l’entrée du Bosphore. Même dans ce dernier cas, la recherche de terre fut, semble-t-il, le motif principal, mais il serait étonnant que les fondateurs n’aient pas entrevu aussi la valeur stratégique du site. Bien que certaines sources situent la fondation en 660, le site n’a livré aucune trouvaille antérieure à la fin du VIIe s. et il faudrait donc abandonner l’idée d’une colonisation mégarienne à un date aussi haute.

  • 83 Contra, Graham, op. cit. (n. 75), 41 s.

39Le cadre général de la colonisation le long des côtes de Thrace et d’Asie Mineure nous pousse aussi à ne pas envisager une présence grecque en Propontide avant le VIIe s. Les témoignages archéologiques y sont extrêmement pauvres et les trouvailles les plus anciennes proviennent de Dascylium, à proximité de Cyzique (céramique de la première moitié du VIIe s.) et de Byzance (céramique corinthienne de la fin du VIIe s.). On a pensé que l’histoire du Lydien Gygès concédant aux Milésiens le site d’Abydos représentait en réalité l’installation d’un poste de mercenaires au service du roi. Et la création de Dascylium, dont le nom dérive de celui du père de Gygès, pourrait se rapporter à une entreprise lydienne du même genre plutôt qu’a une véritable colonie grecque. Dans ce cas, les trouvailles qu’on y a faites pourraient difficilement être utilisées pour établir la chronologie des fondations de la côte83.

40Cela ne remet pas nécessairement en cause la validité de dates hautes pour les premières colonies de la Mer Noire proprement dite, les milésiennes Sinope et Trapézunte. Ces villes ont pu être implantées pour des motifs commerciaux autant qu’agricoles, comme l’avaient été dans un secteur aussi lointain les premières colonies eubéennes d’Italie. Or les auteurs anciens avancent pour ces deux cités milésiennes une datation antérieure au milieu du VIIIe s. Sinope, en particulier, aurait été refondée après l’invasion et l’occupation des Cimmériens (cf. p. 111), si bien que sa première création par les Grecs pourrait remonter aux alentours de 700. Rien, cependant, n’y a été découvert jusqu’à ce jour d’antérieur à 600, pas plus d’ailleurs que sur d’autres sites de la Mer Noire. Aussi est-il peut-être plus sage de ne pas imaginer une colonisation grecque plus précoce sur la Mer Noire que dans la Propontide, voire même de croire plutôt à une chronologie conforme à l’ordre géographique.

  • 84 R. M. Cook, BSA 44, 1949, 160 s.
  • 85 ARepts, 1962/3, 45 Cf. I. P. Pichikyan, Vestnik, 1975, 1, 117 ss.

41Les Milésiens encerclèrent pratiquement la Mer Noire de leurs colonies. Nous nous en tiendrons aux mieux connues ou aux mieux fouillées. Sur la côte sud, ils fondèrent Sinope et Trapézunte, puis Amisos. A l’extrémité orientale, en Colchide, se trouvait Phasis qui ouvrait sur les richesses minières et agricoles du Caucase. Sur la rive occidentale, il y avait Apollonia et Odessos, près de l’embouchure du Danube Tomi et Istros, à l’embouchure du Dniestr Tyras, à celle du Dniepr et du Boug Olbia et, sur l’île de Bérézan, Borysthénès ( ?). En Crimée, Panticapée et ses colonies contrôlaient l’accès à la mer d’Azov. A proximité, les Téiens fondèrent Phanagorie vers 540 et nous savons que les Phocéens furent associés aux Milésiens dans certaines de leurs fondations. A en juger d’après les témoignages archéologiques, il semble que les Chiotes furent également bien accueillis dans les colonies de leurs alliés milésiens84. La céramique chiote est en effet présente dans la plupart d’entre elles au cours de la première moitié du VIe s. (et même un peu au-delà), notamment à Olbia, Bérézan et Istros. Bien mieux, à Olbia et Panticapée, les seuls vestiges d’architecture ionique archaïque révèlent un style tout à fait apparenté à celui de l’école chiote85.

42Les Mégariens furent bien moins entreprenants en Mer Noire : ils ne s’éloignèrent guère de leurs colonies du Bosphore et attendirent pour cela le plein VIe s. Vers 560, ils fondèrent, sur la côte méridionale, Héraclée qui essaima à son tour à Callatis, tandis que vers 510 des Mégariens de Byzance et de Chalcédoine s’installaient à Mésembria. Au Ve s., Héraclée fonda, à l’extrémité sud de la Crimée, Chersonèse de Tauride, où prospéra bientôt la culture de la vigne.

  • 86 C. Roebuck, Ionian Trade and Colonization, 1959, 125; S. P. Boriskovskaya, Wiss. Zeit. Rostock 16, (...)
  • 87 S. Dimitriu et P. Alexandrescu, RA, 1973, 23 ss. ; cf. 195 ss.
  • 88 ARepts, 1962/3, 42 s. (cf. 56).
  • 89 A. D. Ure, Met. Mus. Stud. 4, 1932, 34.

43Le cadre archéologique de toutes ces cités grecques du Pont est relativement simple à tracer. Nous reviendrons plus loin sur la topographie et l’architecture. La céramique devrait refléter l’origine des colons ou de leurs visiteurs les plus assidus, mais nous ne savons pas grand-chose de la céramique de Milet ou de Mégare. On trouve une masse de vases de Grèce de l’Est, conventionnellement définis comme rhodiens, mais qui furent vraisemblablement transportés, utilisés, voire produits par les Milésiens. A la présence de céramique chiote déjà mentionnée dans les colonies milésiennes, il faut ajouter celle de nombreuses amphores vinaires archaïques dans toute la Mer Noire. Dans la seconde moitié du VIe s., les productions les plus répandues sont encore originaires de Grèce de l’Est et, partout où la présence grecque est attestée, on trouve des vases de Fikellura, de Clazomènes (ou des vases à figures noires apparentés) et de la céramique commune des mêmes zones de production. Il y a inévitablement pour la période la plus ancienne, un peu de céramique corinthienne86 et, à partir de la fin du VIe s., les vases attiques deviennent plus abondants87 : apparus vers 600, leur diffusion s’était accélérée sur la plupart des sites dans le deuxième quart du siècle, au moment même où ils acquéraient leur popularité en Grèce de l’Est. On reviendra, à la fin du chapitre, sur les activités des Athéniens dans l’Hellespont et aux abords de la Mer Noire. Parmi les importations moins attendues, on peut citer un vase érétrien d’Olbia, datable vers 55088 et trois vases béotiens censés provenir d’Olbia et de Bérézan89.

44Etant donné leur date de fondation les colonies mégariennes pourraient difficilement avoir reçu autre chose que de la céramique attique. Mais elles ont été trop mal explorées dans leurs niveaux anciens pour qu’on puisse réellement les analyser.

  • 90 N. A. Onaiko, Sov. Arch., 1960, 2, 25 ss. et Antichnii Import, 1966 (notre fig. 283 = no 1), résumé (...)
  • 91 Voir la note précédente (1966) pour les trouvailles et les cartes montrant la distribution du matér (...)
  • 92 ARepts, 1962/3, 40 s., fig. 17 (notre fig. 284), 18.

45Si l’on veut bien se souvenir de ce que l’on a dit sur la chronologie des colonies grecques du Pont, il est intéressant de noter que la plupart des trouvailles grecques les plus anciennes datées avec certitude ne proviennent pas des colonies elles-mêmes, mais de centres non grecs parfois situés loin à l’intérieur des terres90. Ainsi des vases de Grèce de l’Est de la fin du VIIe s. ont été signalés à Nemirov (à 300 km de l’embouchure du Boug), à Trachtemirov, sur le Dniepr à 80 km de Kiev (un bol à oiseaux) et sur d’autres sites au sud (à Boltichka, fig. 283) et à l’est de Kiev91, à Krivorochie92 (entre le Donetz et le Don, à près de 400 km de la mer) d’où provient le col d’un vase grec oriental en forme de tête de bélier (fig. 284) (et un autre un peu plus tardif en forme de tête de taureau a été trouvé sur un site encore plus éloigné) et enfin dans la région de Panticapée. Ces trouvailles dans des centres qui ne furent jamais grecs peuvent traduire des contacts pré-coloniaux plutôt qu’un commerce organisé ou une présence grecque.

283 Col de vase grec oriental, de Boltichka (250 km au sudest de Kiev) ; fin VIIe s. (Saint-Pétersbourg DN 1863, 2/1)

284 Col de vase grec oriental en forme de tête de bêlier, de Krivorochie ; fin VIIe s.

  • 93 L’importance de ce commerce avant la fin du VIe siècle, soutenue par Roebuck, Class. Phil. 48, 1953 (...)
  • 94 Mat. Res. 4, 1941; cf. Fasti Archeologici 4, no 134.
  • 95 Hdt., 4, 53.
  • 96 Strabon, 549, 551.

46Il est facile d’énumérer les attraits naturels de la région. Les bonnes terres agricoles qui s’étendaient sur une partie des côtes de la Propontide et sur les rivages nord et ouest de la Mer Noire garantissaient un approvisionnement substantiel en grains aux nouvelles cités grecques et pouvaient même assurer en certains endroits un riche terme d’échange avec les zones pauvres en céréales de l’Égée93. Çà et là les Grecs réussirent à introduire la culture de la vigne, tandis que sur les côtes méridionales du Pont les forêts fournissaient, comme en Thrace, du bois de construction pour les édifices et les navires. Les eaux de la mer et des fleuves étaient très poissonneuses et les conserves de thon et autres poissons séchés ou en saumure connurent un succès commercial croissant, particulièrement sur le littoral septentrional et occidental. Une des découvertes les plus remarquables de Tyritakè a été celle de vingt-quatre bassins pour la préparation de conserves de poissons, contenant encore au fond des arêtes et des écailles de harengs de Kertch94. Du Borysthène (le Dniepr), Hérodote écrit95 : « Il donne de très beaux pâturages, d’un excellent rapport pour le bétail, des poissons de qualité supérieure et en très grande quantité ; son eau est très agréable à boire et il coule limpide près de fleuves limoneux ; les ensemencements, sur ses bords, réussissent fort bien et l’herbe, là où on ne sème pas, pousse très haute ; le sel, à son embouchure, se cristallise de lui-même, en masse ; il fournit pour la salaison de très gros poissons sans arêtes, qu’on appelle “antakées”, et beaucoup d’autres choses admirables ». C’est la recherche des métaux qui a probablement entraîné les fondations le long des côtes méridionales et orientales de la Mer Noire à partir desquelles on pouvait atteindre les ressources du Caucase et d’Arménie. Les Chalybes furent des fournisseurs traditionnels de fer pour le monde grec96 ; ils vivaient, selon l’opinion commune, dans le nord de l’Asie Mineure et ravitaillaient les Grecs en matières premières par l’intermédiaire de la cité côtière d’Amisos. Il y avait de l’or à Phasis et des ressources encore plus éloignées ont pu être exploitées.

  • 97 Kurtz – Boardman, 317-20.
  • 98 Hdt., 4, 103.

47Nous savons peu de chose sur les relations entre Grecs et indigènes. On a déjà fait allusion aux conflits avec les Thraces et aux rapports des Grecs de l’Est avec la Phrygie et la Lydie dont les empires s’étendirent jusqu’au rivage sud de la Mer Noire. En parlant, dans la prochaine section, de l’archéologie des cités grecques, nous aurons l’occasion d’envisager leurs relations avec leurs voisins barbares : ceux-ci furent généralement chassés ou "invités” à quitter les sites avant que les Grecs ne s’y installent, mais, sur la côte occidentale, on note souvent la présence, à proximité immédiate des villes grecques, de tumulus communément identifiés – mais peut-être à tort – comme les tombes de nobles thraces engagés dans une collaboration avec elles. Dans certaines de ces tombes les corps sont en position contractée, ce qui n’est pas à cette époque une pratique grecque97. On trouve aussi parfois, dans les nécropoles grecques, des pratiques identiques qui signaleraient des résidents étrangers. Les témoignages archéologiques les plus évidents de relations avec les indigènes concernent les Scythes, mais on y reviendra plus loin dans ce chapitre. D’autres populations indigènes du littoral de la Mer Noire, parmi celles dont parle Hérodote, révèlent à des degrés divers des affinités avec les Thraces, les Scythes ou les Cimmériens. Les Taures de Crimée ont, selon Hérodote98, l’habitude de « sacrifier à la Vierge les naufragés et ceux des Grecs qu’ils ont capturés en les attaquant en haute mer ». Les peuples établis à l’ouest de la Mer Noire se rattachaient à la culture européenne hallstattienne, mais ils sont difficiles à isoler archéologiquement et il est rare qu’on ait pu identifier leur poterie commune ou leurs bronzes sur des sites grecs.

LES CITÉS GRECQUES

48Quelques cités de Propontide méritent d’être brièvement examinées avant que nous nous intéressions aux fondations de la Mer Noire. Celles-ci seront considérées dans le sens des aiguilles d’une montre autour du littoral. On terminera pat l’Hellespont et la Chersonèse de Thrace.

  • 99 F. W. Hasluck, Cyzicus, 1916; ARepts, 1959/60, 34; E. Akurgal, in Princeton Enc. of Classical sites (...)
  • 100 Akurgal, Ancient Ruins of Turkey, 1973, 47.
  • 101 Boardman, GSAP, fig. 220-1, cf. fig. 178.
  • 102 Kraay – Hirmer, 368 s., fig. 698 ss.

49Cyzique99 occupe une grande île à peu de distance de la côte sud de la Propontide. L’étroit détroit qui la séparait du continent est aujourd’hui comblé par une large et basse langue de sable. Les constructions ultérieures ont scellé ou détruit tout vestige notable de la phase la plus ancienne de la cité, même s’il a été signalé de la céramique du début du VIIe s.100. On y a trouvé aussi d’intéressants restes de sculpture et d’architecture archaïques – un chapiteau et des bas-reliefs dont une frise de chars. Plus récemment, on a mis au jour un fragment de base cylindrique avec des figures féminines dansant101, datable, comme les autres trouvailles, de la période pendant laquelle la région se trouvait sous la domination du roi de Perse. La cité avait accès aux mines d’or du continent qu’elle exploita depuis la fin du VIe s. et qui lui permirent d’émettre une importante série monétaire d’electrum102 (fig. 285) ; ces monnaies portent toujours l’image d’un thon, qui suggère une autre source de richesse de la cité.

285 Statère d’electrum de Cyzique ; en haut, démon ailé à tête de lion ; en bas, Héraclès avec un thon dans le champ ; fin VIe s. (Londres, Coll, von Aulock)

  • 103 Akurgal, Anatolia I, 1956, 20 s. et op. cit. (n. 100). ARepts, 1959/60, 34 s.
  • 104 E. Berger, Das Basler Arztrelief, 1970, 39, fig. 39; Kurtz – Boardman, pl. 50.
  • 105 Cf. ci-dessus, ch. 3, n. 319.

50A une trentaine de kilomètres de Cyzique, vers l’intérieur des terres, au bord du lac Manyas, se trouve le site de dasky-leion, futur siège du gouverneur perse. Les fouilles y ont mis au jour de la céramique du VIIe s., peut-être même de la première moitié du siècle103, interprétée par certains en faveur d’une chronologie haute également pour les fondations grecques sur la côte. Cependant le nom lydien de la ville pourrait indiquer que les premiers Grecs qui s’y installèrent étaient des mercenaires au service de la Lydie plutôt que de véritables colons. Encore plus vers l’intérieur, à dory-laion (mod. Eski-Shehir), on a retrouvé une stèle funéraire de type ionien courant, à sommet à palmette, mais portant en décor en relief la figure d’une déesse ailée maîtresse des animaux (Artémis ou une déesse anatolienne)104 (fig. 286), de la fin du VIe s. ; il est difficile de dire si elle était destinée à un Grec, un Phrygien ou un Perse. D’autres stèles “grécoperses” provenant de cette région révèlent, comme nous l’avons déjà dit, ce type de combinaison de styles105.

286 Stèle funéraire à sommet à palmette de Dorylaion, avec la représentation d’Artémis ou d’une déesse anatolienne des animaux ; vers 520 av. J.-C. (Musée d’Istamboul 526 ; H. 73 cm)

  • 106 Jeffery, LSAG, 365. Autres trouvailles, cf. Ann. Arch. Mus. Istanbul 13/14, 1966, 228 s.
  • 107 P. Jacobsthal, Greek Pins, 1956, 32 s.
  • 108 Boardman, GSAP, fig. 248 ; Jeffery, LSAG, 366 et BSA 50, 1955, 81 ss. ; Berger, op. cit., 103, fig. (...)

51Sur la côte septentrionale de la Propontide, la samienne périnthe a fourni une stèle funéraire inscrite de type samien106. A l’entrée sud du Bosphore, à chalcédoine, dans une tombe de la deuxième moitié du VIe s., la céramique était pour la plupart corinthienne, comme on pouvait s’y attendre dans une fondation mégarienne107. De la région proche proviennent aussi une petite korè de marbre et une curieuse stèle funéraire108 datable vers 550 av. J.-C. avec une inscription en alphabet ionien (et non mégarien) et la représentation d’une scène probablement située à l’intérieur d’une chambre funéraire. Ces trouvailles isolées de sculpture ne nous apprennent pas grand-chose sur les villes elles-mêmes, dans la mesure où il s’agit de découvertes fortuites ou d’objets en remploi dans des édifices postérieurs. On manque encore de témoignages issus de fouilles véritables.

  • 109 Anatolia I, 1956, pl. 10.

52Notre connaissance de byzance, qui allait devenir la cité la plus importante de Propontide, est à peine meilleure. L’acropole antique se trouve à l’extrémité orientale de Constantinople, derrière Sainte-Sophie, dominant la Corne d’Or et le Bosphore. Elle a été peu fouillée, mais des sondages effectués dans la Grande Cour du Palais du Sérail ont livré un peu de céramique corinthienne de la fin du VIIe s.109. Ici aussi des fouilles systématiques pourraient fournir des témoignages plus substantiels.

53A l’intérieur du Pont-Euxin proprement dit, nous allons d’abord passer en revue les cités à l’intérieur des frontières de l’actuelle Bulgarie.

  • 110 Hoddinott, op. cit. (n. 69), 33 ss. ; Bull. Inst. Arch. Bulg. 18, 1952, 93 ss. ; 23, 1960, 239 ss.  (...)
  • 111 Richter, Kouroi, 1970, no 124c, fig. 620-3; Berger, op. cit. (n. 104), 56, fig. 57; Bull. Inst. Arc (...)

54La milésienne apollonia, près de l’actuelle Sozopol, est la première ville grecque notable sur cette côte. La ville primitive était peut-être située sur une péninsule et une île juste en face au nord (Saint-Kiriak) et il ne semble pas qu’il y ait eu un habitat indigène avant l’implantation grecque. Les trouvailles les plus anciennes proviennent cependant de la baie de Sozopol. Il s’agit de vases de Grèce de l’Est remontant autour de 600 av. J.-C. et de céramique corinthienne et attique un peu plus tardive110. On possède quelques sculptures intéressantes : la plus ancienne, un kouros de marbre de style grec oriental du troisième quart du VIe s. (fig. 287) et une stèle tardo-archaïque décorée sur ses deux faces111. Plus tard, le fameux sculpteur Calamis fit pour la cité une statue colossale d’Apollon qui figure comme emblème sur ses monnaies. Outre la pêche, la ville exploitait de bonnes terres agricoles et le bois des forêts proches.

287 Statue de kouros vêtu en marbre, d’Apollonia ; vers 540 av. J.-C. (Musée Nat. de Burgas ; H. 90 cm)

  • 112 Hoddinott, op. cit. (n. 69), 41 ss.; L. Ognenova, BCH 84, 1960, 221 ss.

55Mésembria (mod. Nesebur), fondation mégarienne plus récente, se dressait sur un bon site de péninsule, comme tant d’autres colonies grecques, avec un excellent mouillage au sud. Elle était occupée à l’origine par un habitat indigène thrace et, comme vestiges des premiers Grecs, nous possédons seulement de la céramique du VIe s. alors que les phases archéologiques postérieures sont mieux connues112.

  • 113 Hoddinott, op. cit. (n. 69), 49 ss.; Bull. Inst. Arch. Bulg. 12, 1938, 188 s.; 30, 1967, 157 ss.

56Plus au nord, odessos (mod. Varna) occupe un site de hauteur dominant le côté nord d’une baie bien abritée pour la navigation. La ville aurait été fondée un peu avant 560 et c’est à cette époque qu’appartient le plus ancien vase datable qu’on y ait retrouvé, une coupe corinthienne113. Mais jusqu’ici les trouvailles ont été extrêmement minces.

57Le Danube constituait une barrière naturelle entre le Nord et les Balkans, mais aussi une voie naturelle pour le passage des marchandises et des peuples. Il s’écoule de l’ouest vers la Mer Noire le long de l’actuelle frontière entre la Bulgarie et la Roumanie, mais, à quelques 80 km de la côte, il se dévie vers le nord sur environ 150 km parallèlement à la côte, avant de tourner à nouveau pour se jeter dans la mer par un large delta marécageux. Ainsi se trouve délimité un rectangle de terre, par le fleuve au nord et à l’ouest, par la mer à l’est, par une ligne de collines au sud (le long de factuelle frontière bulgare) : c’est la plaine fertile de la Dobroudja qui dut constituer pour les premiers Grecs un attrait peut-être encore plus grand que les richesses convoyées sur le Danube. Les meilleures positions d’où l’on pouvait bénéficier en même temps des deux avantages ne se trouvaient pas dans les marécages du delta, mais plus au sud d’où l’on pouvait facilement rejoindre, à travers la terre ferme, le cours principal du fleuve.

  • 114 Cf. D. M. Pippidi, I Greci nel Basso Danubio, 1971, 38.

58La position la plus favorable était certainement à tomi (moderne Constantza), où devait être exilé le poète latin Ovide et qui possédait un port ouvert au sud et bien protégé par un promontoire. La ville moderne recouvre malheureusement la cité antique, mais, parmi les trouvailles récentes, il faut noter un certain nombre d’amphores vinaires de Chios de la première moitié du Ve s., ce qui pourrait induire à compter Tomi au nombre des fondations milésiennes du VIe s. sur cette côte114.

  • 115 Histria. Monografie Arheologica 1, 1954 ; 2, 1964 ; 4, 1978 : céramique archaïque et classique ; D. (...)
  • 116 Dacia 3, 1959, 143 ss. ; Histria 2, 1964, 133 ss ; [Alexandrescu in Nécropoles et sociétés antiques (...)

59La première colonie grecque de la région fut istros (mod. Histria, fig. 288), à mi-chemin entre Tomi et le delta du Danube. Des fouilles y ont lieu depuis 1914 et les plus récents travaux menés par les archéologues roumains nous livrent sans doute l’image la plus complète de l’une des plus anciennes colonies de la Mer Noire115. Aujourd’hui le site se trouve au bord d’un territoire saumâtre et en partie marécageux et le débouché vers la mer est obstrué par des bancs d’alluvions déposés par le Danube depuis l’Antiquité. Il est difficile de déterminer l’emplacement de la ligne de rivage au VIIe s. av. J.-C., mais il paraît probable que le site, une colline basse, occupait le bout d’une péninsule plutôt qu’une île, comme l’hypothèse en a été faite. A son extrémité, barrée par un rempart, se trouvait l’acropole de la ville classique, mais on y a trouvé aussi de la céramique du VIe s. aux alentours d’un temple plus récent. Cependant la séquence la plus importante de niveaux archaïques a été mise au jour sur le côté de sa pointe où existait, semble-t-il, un bon mouillage abrité. Un rempart et une couche de destruction ont été mis en relation par les fouilleurs avec les incursions scythes des environs de 500. Il y a très peu de fragments de céramique indigène dans les premiers niveaux et il est donc possible que le site n’ait pas été occupé avant l’arrivée des Grecs. Les maisons les plus anciennes étaient de simples cabanes de torchis, mais on a trouvé aussi sur l’acropole les restes d’un temple ionique datable au plus tard du début du Ve s. Une nécropole a été identifiée au nord, aujourd’hui de l’autre côté d’une lagune. Les tombes étaient surmontées de petits tumulus et contenaient principalement des vases grecs, dont les plus anciens sont des vases attiques des environs de 530. Au centre de chaque tumulus se trouvait le bûcher funéraire, mais à proximité, parfois en dehors du tumulus, existaient des sépultures où étaient enterrés aussi des chevaux, des hommes et des femmes, non incinérés116. Comme il ne s’agit pas de sépultures grecques normales, on a pensé que c’étaient celles de notables indigènes (thraces), qui avaient choisi d’être enterrés près de la cité grecque, pourvoyeuse d’une nouvelle prospérité. La nécropole de la ville grecque n’a pas encore été repérée. Un miroir scythe retrouvé dans l’une des tombes vient nous rappeler combien les Scythes furent présents à cette époque. Nous sommes ici proches du moment de l’expédition perse contre eux, qui devait amener Darius loin au-delà du Danube.

288 Plan schématique d’Istros

  • 117 Jeffery, BSA 59, 1964, 45, pl. 5a.
  • 118 Stud. si Cerc, de Ist. veche 9, 1958, 275 ss.
  • 119 Alexandrescu, Dacia 16, 1972, 113 s.

60Istros a fourni une grande quantité de céramique archaïque – la plus ancienne est originaire de Grèce de l’Est et datable de la seconde moitié du VIIe s., c’est-à-dire peu après la date de fondation donnée par Eusèbe (657 av. J.-C.). On possède un témoignage indirect de la connaissance ancienne du Danube par les Grecs à travers un fragment de cratère du milieu du VIIe s. trouvé à Smyrne et qui porte le nom du potier Istroklès (fig. 289), sûrement dérivé du nom du fleuve Istros117. La céramique du VIe s. est riche et variée. Il y a une masse de vases “rhodiens”, figurés ou sans décor mais aussi bien d’autres types grecs orientaux : céramique fine (dont un fragment antérieur à 600) et amphores vinaires de Chios de la première moitié du siècle, nombreux vases de Fikellura et quelques-uns de Clazomènes, surtout de la deuxième moitié du siècle. Ce faciès reflète assez bien les goûts du monde grec oriental et les principaux centres de production de céramique, sans qu’on puisse en tirer grand-chose sur les intérêts particuliers de telle ou telle cité. Plus original, un pithos à relief (jarre de stockage) de la fin du VIe s., provenant de Grèce de l’Est ou de l’une des Iles118. Parmi les autres productions, on trouve des vases attiques du second quart du VIe s. (ou même avant), comme partout en Grèce de l’Est, mais assez peu de céramique corinthienne. Localement, les Grecs produisirent des céramiques communes, dont certaines du type bucchero grec oriental119.

289 Fragment de cratère signé par Istroklès, de Smyrne ; vers 650 av. J.-C. (Musée d’Izmir)

  • 120 ARepts, 1952/3, 39 avec références.

61On a aussi des témoignages d’une pénétration précoce des Grecs et de leurs produits dans toute la région. A moins de 25 km à l’ouest d’Istros, le centre indigène de Tariverde a livré un certain nombre de vases grecs à côté des productions locales ; la plupart sont attiques ou grecs orientaux, les plus anciens datables du second quart du VIe s. Plus au nord-ouest, à Barbosi, près du point où le Danube s’infléchit vers son delta, on a signalé des vases attiques de la fin du VIe s.120. Au Ve s., le flux s’intensifie et, à côté des céramiques attiques présentes en plusieurs endroits le long du Danube et de ses affluents, on a trouvé deux beaux vases de bronze, l’un sur un site proche du Danube à plus de 200 km de la mer, l’autre dans les Carpathes à quelque 600 km de la côte.

  • 121 Eph. Dacoromana 2, 1924, 378 ss ; Dacia 3/4, 1927-32, 557 ss.; Brashinsky, 82 s.

62Tyras est peut-être à localiser sur le promontoire qui domine la partie méridionale de l’estuaire du Dniestr, sur un site en partie occupé par la forteresse Akerman (moderne Bielgorod-Dniestrovsky). On y a retrouvé de la céramique archaïque, mais rien n’a été publié. Le site était bien placé pour contrôler les terres céréalières des larges plaines du Dniestr. Mais certains préfèrent y voir la ville d’Ophioussa et situer Tyras plus en amont du fleuve, près de l’endroit où l’on a retrouvé deux inscriptions nommant la cité. Cependant le site d’Akerman était manifestement un site important à l’époque classique et hellénistique et il a livré de nombreuses monnaies de Tyras. Il a dû être le premier des établissements grecs de la région du Dniestr, et c’est vraisemblablement Tyras, étant donné que le même nom était utilisé aussi pour désigner le fleuve121.

  • 122 ARepts, 1952/3, 42; 1971/2, 49; 50, 1956, 223 ss. Brashinsky, 86 s.
  • 123 Minns, 415 s.
  • 124 V. M. Skydnova, Sov. Arch. 1957, 4, 128 ss.; 1960, 2, 153 ss.; Mat. Res. 50, 1956, 211 ss.; I. V. F (...)
  • 125 Sov. Arch., 1960, 2, fig. 14 ; cf. Boardman, Greek Emporio, pl. 44x.
  • 126 AA, 1910, 227 s. Guarducci, Epigrafia greca III, 1974, 346.
  • 127 ARepts, 1971/2, 49 s. ; J. Chadwick, Proc. Camb. Phil. Soc., 1973, 35 ss. Bravo, DHA 1, 1974, 111 s (...)
  • 128 V. V. Lapin, Kratkie Soob. Inst. 11, 1961, 43 ss.

63Olbia (Borysthénès ?), la plus septentrionale et la plus riche des colonies du Pont, s’élevait sur la rive droite du liman du Boug à l’endroit où celui-ci conflue avec l’estuaire du Dniepr. Dans le secteur il y avait à l’époque archaïque une autre ville grecque dont nous ignorons le nom antique (peut-être Thyora), mais que nous devons évoquer avant de parler d’Olbia dans la mesure où on a voulu y voir le premier établissement grec. Il se trouve sur l’île de Bérézan au débouché de l’estuaire vers le large122. Certains indices permettent de supposer que, dans l’Antiquité, Bérézan était un promontoire relié à la terre ferme, choisi pour sa qualité défensive plutôt que pour l’existence d’un bon mouillage. Si l’on a retrouvé des traces d’habitats de l’Age du bronze, il semble qu’il n’y avait pas d’habitat indigène à l’arrivée des Grecs. Les habitations sont constituées de cabanes aux murs de terre crue et les trouvailles les plus notables proviennent de la nécropole où l’on a retrouvé un curieux puits-crématorium123. La céramique la plus ancienne date de la deuxième moitié du VIIe s. et, à partir de cette date, la ville est bien approvisionnée en vases de Grèce de l’Est – “rhodiens”, de Chios, de Fikellura, de Clazomènes et d’autres productions à figures noires –, en céramique corinthienne, attique (après 570) et peut-être béotienne124. La présence d’un pithos chiote à large ouverture125 (fig. 290), qu’on voit mal utilisé pour le transport du vin ou de l’huile, suggère plutôt l’existence d’une famille chiote peu après 600. Comme sur les sites de Grèce de l’Est, on trouve de petits objets de faïence et, parmi les trouvailles les plus curieuses, on peut signaler une lampe de terre cuite de la fin du VIe s., portant l’inscription en trimètre iambique : “En tant que lampe, je brille poulies dieux et pour les hommes”126. Une remarquable découverte récente est une lettre privée des environs de 500, inscrite sur plomb, où quelqu’un tente de revendiquer comme esclave un certain Achillodoros et de le priver de son activité commerciale127. On pensait que la cité avait cessé d’exister assez tôt au Ve s. et que sa population avait été alors absorbée par Olbia, mais les fouilles récentes ont montré l’existence d’un habitat au Ve s. et au-delà. Les activités liées à la pêche devaient probablement constituer la principale ressource commerciale128.

290 Pithos chiote, de Bérézan ; VIe s. (Saint-Petersbourg B 454 ; H. 52,5 cm)

  • 129 Mat. Res. 50, 1956, 245 ss.

64Avant d’atteindre Olbia, on rencontre sur le liman du Boug et du Dniepr d’autres villages qui accueillirent des produits grecs et peut-être aussi des familles au cours des VIe et Ve s. C’est le cas de Victorovka et Dneprovskoe (près d’Olbia)129 ; on reviendra sur les tombes de Gute Maritzyn (auj. Ostrovka) à la fin de la prochaine section (p. 318).

  • 130 Minns, 453 ss. et JHS 65, 1945, 109 ss„ Mat. Res. 50, 1956. E. Belin de Ballu, Olbia, 1972 (cf. rec (...)
  • 131 ARepts, 1962/3, 45.
  • 132 Hdt., 4, 78-80.
  • 133 AA, 1913, 199 ss. Belin de Ballu, Olbia, pl. 52-4 (sculpture), 64-5 (vases d’albâtre), 68-9 (bronze (...)
  • 134 Cité par Minns, JHS 65, 1945, 111.
  • 135 Belin de Ballu, op. cit., 62 s.

65Olbia elle-même occupe un site en forme de triangle isocèle renversé dont la hauteur mesure un peu plus d’un kilomètre et la base environ 800 m130 ; la base et le long côté ouest sont bordés par des ravins et le côté est, avec sa basse terrasse, par le cours du Boug, large ici de près de 7 km. La ville archaïque occupait tout l’espace, sauf le secteur nord, avec l’acropole à la pointe sud. Plus tard la ville s’étendit à l’intérieur du triangle tout entier qui fut fortifié, tandis que l’acropole était déplacée vers le centre. Les navires pouvaient atteindre la zone nord en remontant le long de la rive du fleuve. Dans la zone de l’acropole récente, on a fouillé une partie d’une intéressante maison archaïque et certains chercheurs ont estimé qu’un véritable plan hippodaméen avait été mis en place vers la fin du VIe s. On a, il est vrai, d’autres témoignages de ce type de planification urbaine, même à une date antérieure, en Grèce de l’Est, par exemple à Smyrne. D’Olbia provient un élément architectonique à moulures, très élaboré, de la fin du VIe s., d’un type proche d’exemplaires contemporains de Chios131 et Hérodote132 parle du palais que s’y était fait construire le prince scythe Skylès, palais « tout alentour duquel étaient dressés des sphinx et des griffons de marbre blanc ». Ce genre de récit reflète évidemment les bonnes relations de la ville avec les Scythes et sa belle prospérité. Les céramiques les plus anciennes présentent le même faciès que celles de Bérézan, mais sont en général plus riches et accompagnées d’une plus grande variété d’objets : plats travaillés en albâtre, fragments de sculpture archaïque, bronzes et un sarcophage de terre cuite peint apparenté aux types les plus élaborés de Grèce de l’Est133. Au nord de l’agora, l’enceinte sacrée, où sont attestés les cultes d’Apollon Delphinios, Zeus et Athéna, fut délimitée au VIe s. et un temple d’Apollon Delphinios construit au début du siècle suivant. Les indices d’une influence scythe sur les produits locaux sont nombreux. On a retrouvé les vestiges de trois ateliers métallurgiques et Olbia fut sans doute l’un des principaux centres de production de ces œuvres artisanales gréco-scythes dont nous parlerons dans la section suivante. Une bonne illustration se trouve dans la découverte d’un moule destiné à la fonte d’une tête d’animal appartenant à ce même environnement stylistique134. Le plus ancien monnayage d’Olbia date peut-être du début du Ve s.135 Les monnaies offrent un aspect inhabituel de pièces de bronze moulées et non frappées, en forme de gros disques portant une tête de gorgone au droit et un aigle sur un dauphin au revers (fig. 291), ou même de véritables dauphins.

291 Monnaie de bronze d’Olbia ; avers : gorgonéion ; revers : un aigle sur un dauphin ; début Ve s. (Oxford)

  • 136 ARepts, 1962/3, 44. M. A. Nalivkina in Antichnya Gorod, 1963, 55 ss.

66Kerkinitis (la “cité du crabe”) n’est pas localisée avec certitude, mais la plupart des chercheurs russes l’identifie avec le site d’Eupatoria, au milieu de la côte occidentale de la Crimée, sur une position assez exposée faisant face au sud. Le port antique occupait peut-être l’emplacement de ce qui est aujourd’hui un lac salé. Les trouvailles les plus anciennes remontent à la fin du VIe s.136.

  • 137 Mat. Res. 34, 1953; Prudi Ermit. 13, 1972, 17 ss.

67Chersonèse fut fondée par les Mégariens d’Héraclée près de la pointe méridionale de la Crimée, à l’endroit où cette pointe se recourbe vers l’ouest, la ville faisant ainsi face au nord. Le site a malheureusement servi pendant longtemps de carrière de pierres de construction pour la ville proche de Sébastopol. Les trouvailles les plus anciennes publiées jusqu’ici, de la deuxième moitié du Ve s., et qui appartiennent à la première phase de la ville, se trouvent donc au-delà des limites chronologiques que nous nous sommes imposées. Cependant les trouvailles de la fin du VIe s. et de la première moitié du Ve s., qui se sont multipliées ces dernières années, pourraient signaler seulement des contacts avec les populations grecques, mais peut-être aussi, une fondation plus ancienne137.

  • 138 J. D. Beazley, Development of Attic Black Figure, 1951, pl. 13,3 (ABV, 81, 7).

68Vers l’extrémité orientale de la Crimée, théodosia, fondée par les Milésiens, occupait le côté abrité, au nord, d’un promontoire escarpé. La trouvaille la plus ancienne, un vase attique peint des environs de 570138, provient de vieilles fouilles, mais les travaux ont repris sur le site en 1949.

69A l’est, la Crimée s’allonge en une large péninsule à la rencontre du promontoire de Taman qui prolonge la côte nord du Caucase. Le détroit qui les sépare forme une espèce de second Bosphore, connu sous le nom de Bosphore Cimmérien (détroit de Kertch), donnant accès à la Mer d’Azov, nommée par les Grecs Lac Maeotis. Au fond de l’échancrure la plus orientale de celui-ci, à l’embouchure du Don, fut plus tard implantée la ville grecque de Tanaïs, mais nous avons déjà vu comment les produits grecs avaient atteint cette région dès le début de la colonisation dans le Pont-Euxin. Les centres les plus importants se trouvaient sur les deux rives du Bosphore Cimmérien et devaient constituer au Ve s. le noyau du Royaume du Bosphore. Sur la rive cimmérienne du détroit, à l’ouest, s’élevaient Panticapée (mod. Kertch), Myrmékion, Tyritakè et Nymphaion ; sur la rive orientale, Phanagoréia et Hermonassa. Toutes sont certainement des fondations archaïques, même si elles ne sont pas toujours mentionnées comme telles par les auteurs anciens. Les colonisateurs les plus actifs furent encore les Milésiens, mais on trouve à leur côté d’autres Ioniens, tels les Téiens, fondateurs de Phanagoréia après avoir été chassés de leur patrie par les Perses. Panticapée est particulièrement riche en vestiges grecs d’époque classique et hellénistique, mais ce n’est pas le moindre intérêt de ces villes grecques que d’être situées à proximité immédiate des plus riches tombes scythes, dont le mobilier comprenait souvent orfèvrerie, céramique et autres objets d’origine grecque.

  • 139 Mat. Res. 56, 1957, 103, 1962 ; ARepts, 1962/3, 45-7 ; 1971/2, 53 s. ; Brashinsky, 97 s. Sur son or (...)
  • 140 ARepts, 1962/3, 46, fig. 26.
  • 141 Ibid., 45, fig. 24.
  • 142 C. Watzinger in Genethliakon W. Schmid, 1929, 150 fig. 8.

70L’acropole de panticapée139, nommée plus tard Mont Mithridate, se trouve en arrière de la ville actuelle de Kertch, à une certaine distance de la mer, mais il est probable que dans l’Antiquité le site s’avançait davantage en un promontoire et que la ville disposait donc d’un meilleur port. La céramique grecque la plus ancienne appartient aux dernières années du VIIe s., mais de récents rapports de fouilles parlent d’une ville pré-grecque, qui aurait accueilli, au VIIe s., un quartier commercial grec. L’un des vases du début du VIe s. est une œnochoé grecque orientale (fig. 292), dont le décor peint montre une amphore vinaire du type qui alimentait déjà régulièrement les Grecs du Pont140. Le faciès céramique de cette période est très semblable à celui d’Olbia ou de Bérézan. On possède aussi les fragments de ce qui semble être un temple ionique des environs de 500, avec des bases de colonne sculptées dans un style qui trouve sa meilleure confrontation dans l’île de Chios141. Une stèle funéraire sculptée de volutes et de palmettes (fig. 293) révèle par contre un style provincial assez éloigné des élégants modèles de Grèce de l’Est142.

292 Vase grec oriental, de Panticapée ; début VIe s. (H.21 cm)

293 Stèle funéraire en calcaire, de Panticapée ; VIe s. (Kertch. H. 88 cm)

  • 143 Mat. Res. 25, 1952, 223 ss.; 85, 1958; K. Michalowski, Myrmeki I, 1958; W. F. Gaidukevich, Mirmeki (...)

71Myrmékion se dressait à l’extrémité septentrionale de la baie de Panticapée143 faisant face au sud en direction du détroit. Elle a récemment fait l’objet de fouilles de la part d’une mission russo-polonaise. Il y a peu de trouvailles céramiques du VIe s., mais comme elles remontent à la première moitié du siècle on peut penser qu’il y eut là un comptoir établi assez tôt par les colons de Panticapée.

  • 144 Mat. Res. 25, 1952, 15 ss., 223 ss.; 85, 1958, 149 ss.
  • 145 Mat. Res. 25, 1952, 227, fig. 1, 2-8.

72A environ 10 km au sud de Panticapée se trouve tyritakè dont les fouilles récentes ont confirmé l’ancienneté144. Elle avait été précédée par une ville “cimmérienne”, mais on a aujourd’hui le témoignage de la présence de maisons grecques dès la deuxième moitié du VIe s. La céramique présente un faciès maintenant bien connu. La plus ancienne, qui offre un curieux style orientalisant sans parallèles évidents145, ne devrait pas être postérieure à 600, mais la plupart des vases ne sont pas antérieurs à 550. On a déjà signalé l’importance de la ville pour le commerce du poisson.

  • 146 Mat. Res. 69, 1959, 5ss.; Chudyak, Is Istorii Nympheya, 1962; ARepts, 1962/3, 47 s.; Brashinsky, 10 (...)
  • 147 B. M. Skydnova, Archeologiya 10, 1958, 100 ss.
  • 148 Mat. Res. 85, 1958, 219 ss.

73Quelque 6 km plus au sud, on rencontre nymphaion146, vraisemblablement fondée à la même époque que Tyritakè au cours du même mouvement d’expansion des Milésiens de Panticapée. Des fouilles menées depuis la dernière guerre ont mis au jour un sanctuaire archaïque de Déméter, près du port, avec des offrandes votives comprenant des vases attiques des environs de 560, et, sur l’acropole, les temples d’Aphrodite et des Cabires. On a trouvé aussi des fours archaïques et identifié une production locale de vases à simple décor linéaire147. Enfin les traces d’un habitat pré-grec auraient été repérées. Immédiatement au-delà du détroit, cimmericum fut fondée vers 500 à côté d’un village cimmérien148.

  • 149 Mat. Res. 19, 1951, 189 ss.; 57, 1956; ARepts, 1971/2, 56 s.
  • 150 Brashinsky, 105.

74Phanagoréia149 était située sur la rive orientale du détroit, au fond d’une profonde baie, sur un médiocre site bas. D’après les sources littéraires (cf. supra), elle aurait été fondée vers 540, et la céramique et les figurines les plus anciennes, de type grec oriental, sont à peine plus tardives. cépoi, au nord-est, a peut-être été fondée un peu plus tôt150.

  • 151 Mat. Res. 69, 1959, 154 ss. Kratkie Soob. Inst. 83, 1961, 53 ss.; Brashinsky, 107 s.

75Hermonassa151 était à proximité de la ville actuelle de Taman. Les trouvailles les plus anciennes de la ville et d’autres centres mineurs proches, dont les nécropoles ont été en partie fouillées, sont antérieures à 550.

76Le contrôle grec sur la zone à l’est du Bosphore Cimmérien paraît avoir été établi une génération après la fondation des premières colonies de Crimée, sans jamais rejoindre, semble-t-il, la même solidité. Non loin de là, vers l’est, se trouvent quelques-unes des plus riches tombes scythes. Près du fameux groupe connu sous le nom des Sept Frères existe un centre indigène du VIe s., dont la description par les archéologues russes fait beaucoup penser à une forteresse grecque.

  • 152 V. D. Blavatsky, Archaeology 16, 1963, 93 s.; Brashinsky, 117.
  • 153 D. M. Lang, Num. Chron., 1957, 138 s.
  • 154 RA, 1971, 259 ss. ; O. Lordkipanidzé, Vani I, 1972, fig. 67 (attique), 210 (aryballe) et Kultyra Dr (...)

77Parmi les villes les plus éloignées, tanaïs, à l’embouchure du Don, fut sans doute fondée au Ve s. Mais nous avons vu que plus d’un vase grec avait franchi le Don, vers l’arrière-pays sarmate, dès les premiers jours de la colonisation du Pont. De récentes fouilles subaquatiques, dans le détroit de Taganrog, juste à l’ouest de Tanaïs, ont mis au jour de la céramique de Grèce de l’Est de la fin du VIIe s., qui pourrait signaler en ce lieu éloigné la présence d’un comptoir précolonial à une date aussi haute que celle des colonies de la Mer Noire152. phasis, en Colchide, au point le plus oriental de la Mer Noire, fut fondée pour accéder directement aux ressources minières du Caucase. Les plus anciennes trouvailles grecques dans la région sont sans doute des monnaies locales, du début du Ve s., portant comme emblèmes le lion de Milet et le Minotaure153, mais la côte a dû être fréquentée et colonisée dès la deuxième moitié du VIe s. Cela ressort des récentes découvertes faites à Vani, sur la rivière Soulori, affluent du Rioni (antique Phasis), à près de 100 km de la mer, qui a livré de superbes objets grecs et scythes des Ve et IVe s., mais aussi un fragment de coupe peinte chiote, du milieu du VIe s., des fragments d’amphores chiotes et de céramique attique (coupes de Cassel) de la fin du VIe s., et des pièces de style grec tardo-archaïque, tel l’aryballe d’argent de la fig. 294154. On trouve ici le prolongement logique des cheminements, au-delà des colonies déjà établies, le long du littoral méridional de la Mer Noire que nous allons examiner maintenant.

294 Aryballe en argent, de Vani ; vers 500 av. J.-C. (Musée de Tiflis ; H. 9,2 cm)

  • 155 J. M. Burstein, Outpost of Hellenism: The Emergence of Heraclea on the Black Sea, 1976.

78D’héraclée, colonie mégarienne la plus proche du Bosphore, nous ne savons presque rien155, bien que la cité ait rapidement atteint un haut niveau de prospérité et parrainé à son tour d’autres établissements à Callotis (entre Odessos et Tomi) et en Crimée (Chersonèse).

79Sinope et Trapézunte furent les colonies milésiennes les plus importantes et nous avons déjà évoqué le problème de la chronologie haute de leur fondation.

  • 156 Y. Boysal, AA, 1959, 8 ss. ; ARepts, 1959/60, 34 ; 1952/3, 51. Cf. G. L. Huxley, Greek Rom. Byz. St (...)
  • 157 Hdt., 1, 72, 2, 34.

80Sinope occupe un site de péninsule doté d’un excellent port au sud-est. L’exploration de la cité antique est pratiquement impossible du fait des constructions postérieures et ce n’est que récemment que l’on a pu fouiller une partie de la nécropole sur le continent156. La céramique des tombes est principalement originaire de Grèce de l’Est, mais on trouve aussi un peu de céramique corinthienne, que l’on peut dater juste après 600. Il semble probable que les tombes les plus anciennes restent encore à découvrir, bien que le matériel recueilli sur le site de la ville ne soit pas antérieur. On peut noter avec intérêt la quantité de céramique phrygienne retrouvée, car elle témoigne des relations étroites entretenues avec les populations de l’intérieur (cf. infra, à propos d’Amisos). Sinope tirait sans doute l’essentiel de sa prospérité du commerce, favorisé en partie par la possession du seul bon port entre le Bosphore et Trapézunte, en partie par sa position au débouché d’une route terrestre praticable en provenance de la Mésopotamie157. La cité avait aussi accès aux mines et au bois de l’intérieur et elle devint plus tard la principale exportatrice de miltos, une teinture minérale rouge très prisée des Grecs.

81Trapézunte (mod. Trébizonde) se trouvait à près de 400 km de Sinope, elle-même située à 500 km du Bosphore. La ville occupait un bon site d’acropole, mais ni les fouilles, ni les trouvailles sporadiques ne nous apprennent quoi que ce soit des premières phases de son histoire. L’importance de sa position pour les relations commerciales aussi bien avec le Caucase qu’avec l’aire un temps occupée par le royaume d’Ourartou, au sud-est, est indéniable, mais peut-être placée à une date trop haute.

  • 158 R. M. Cook, JHS 66, 1946, 82, n. 138.
  • 159 Ist. Mitt. 26, 1976, pl. 6-9.
  • 160 A. Åkerström, Die Arch. Terrakotten Kleinasiens, 1966, 121 ss., 161 ss., 191 ss.

82Amisos (mod. Samsun) se situe entre Sinope et Trapézunte, mais plus près de cette dernière. Elle est en général considérée comme une fondation plus récente, mais, en fait, le peu de céramique grecque qui en provient et qui est datée du début du VIe s., est à peine plus tardive que le matériel le plus ancien de Sinope158. Sa position favorisait peut-être davantage le commerce avec l’intérieur de l’Asie Mineure, en suivant le cours des fleuves, et nous avons déjà signalé que c’était traditionnellement par l’intermédiaire d’Amisos que les Chalybes – les “hommes d’acier” – approvisionnaient les Grecs en fer. Les trouvailles faites dans la ville et aux alentours confirment ces rapports avec l’intérieur. Il ne faut pas oublier que les indigènes étaient ici les héritiers du vieil empire phrygien et que l’on est au point de la côte le plus proche de l’antique cité hittite et phrygienne de Boghazköy. A 15 km d’Amisos vers l’intérieur des terres, à Ak Alan, on a trouvé de la céramique de Grèce de l’Est du tout début du VIe s., associée à des vases peints phrygiens de production locale159. Toujours à Ak Alan (fig. 295) et à Pazarli, encore plus à l’intérieur (cf. chap. 3, p. 112 et fig. 103), des plaques de revêtement en terre cuite peintes apparaissent étroitement inspirées de modèles grecs orientaux160.

295 Revêtement de terre cuite d’un édifice d’Ak Alan, avec un lion et la trace d’un déversoir ; fin VIe s. (Oxford 1944.89 ; H. 24,2 cm)

GRECS ET SCYTHES

  • 161 S. Vos, Scythian Archers in Archaic Attic Vase Painting, 1963. Nos fig. 296-7 = Beazley, ABV, 76, n(...)

83Les Scythes des steppes de Russie méridionale étaient à l’origine des tribus nomades qui finirent par se fixer dans les plaines et près des fleuves. Au contact des nouvelles cités grecques, ils allaient acquérir le goût pour un mode de vie "policé” et succomber aux deux attraits de la civilisation urbaine qu’étaient le vin et les œuvres d’art. Non que les Scythes fussent “barbares”, loin de là. Mais ils durent apparaître aux Grecs un peu comme les Indiens d’Amérique aux écoliers modernes (une vision d’ailleurs aujourd’hui démodée !) : une race lointaine de guerriers à la peau sombre, qui portaient des pantalons longs et de drôles de coiffes, étaient d’extraordinaires archers et cavaliers et scalpaient leurs ennemis. On disait que l’obscurité et un froid intense recouvraient leur pays et les seuls Scythes connus de la plupart des Grecs étaient des esclaves ou ces archers enrôlés dans la police athénienne au Ve s. – le scythe Anacharsis fut pourtant compté en Grèce au nombre des Sept Sages. Leurs vêtements, qui allaient devenir dans l’art grec l’uniforme des archers, des orientaux et des Amazones (fig. 296, 297), finirent par avoir quelque chose de plus familier161.

296 Archers scythes (celui de gauche s’appelle Kimerios) dans la chasse au sanglier de Calydon, sur le vase François, de Chiusi ; vers 570 av. J.-C. (Musée arch. de Florence 4209)

297 Archer scythe sur un vase attique d’Exékias, d’Orvieto ; vers 540 av. J.-C. (Philadelphia Univ. Mus. 4873)

  • 162 Sur les Cimmériens du nord, voir, T. Sulimirski, Bull. Inst. Arch. London 11, 1959, 45 ss.

84Dans l’antiquité, l’idée prévalait en général que c’était l’arrivée des Scythes de l’Est qui avait provoqué le déplacement des Cimmériens162 et leurs nombreuses incursions destructrices en Asie Mineure. Nous avons déjà vu comment les Cimmériens avaient, au VIIe s., attaqué les cités grecques d’Asie Mineure et entraîné la chute de l’Empire phrygien.

  • 163 Hdt., 4, 1-144. Sur la vision de la Scythie par Hérodote, cf. H. Kothe, in Klio 51, 1969, 15 ss. ; (...)

85Les Scythes passaient pour venir de l’Est et il est vrai que beaucoup d’éléments dans leur culture et leur onomastique révèlent une ascendance perse. Pour nous, l’important est dans les contacts qu’ils nouèrent au Proche-Orient, où s’accomplit une part de leur formation avant qu’ils ne rejoignent leurs foyers de Russie méridionale : il ne faudra pas oublier cet héritage lorsqu’on examinera l’influence de l’art grec en Scythie. Il faut donc d’abord dire quelques mots sur les Scythes eux-mêmes, leurs tombes et leur art pour la période la plus ancienne retenue dans ce livre. Leurs mœurs et leur mode de vie nous sont rapportés de façon minutieuse et pittoresque par Hérodote163 et nous pouvons compléter le tableau à partir des trouvailles de leurs tombes. Cependant la plupart de celles-ci appartiennent aux Ve et IVe s. et bien peu remontent au VIe s. Or ces tombes constituent véritablement les vestiges les plus impressionnants qu’ils aient laissés. Il s’agit en général de tombes construites en bois, avec une chambre interne pour abriter le corps du défunt ; les plus riches renfermaient aussi femmes, serviteurs et chevaux à côté de leur maître enterré complètement vêtu et en armes. Le tout était recouvert d’un haut tumulus en terre.

  • 164 D. G. Hogarth, Ephesus, 1908, pl. 26, 3, cf. 22, 2 et venant de Sardes, AJA 70, 1966, pl. 41, 13. A (...)

86Comme les tombes, l’art scythe est connu surtout à travers des découvertes d’époque avancée où l’influence grecque était déjà forte, voire prépondérante. Ses caractères originaux sont assez faciles à définir – une décoration de style animalier, avec les corps des animaux contorsionnés pour créer de gracieux motifs curvilignes ; des corps surgissent des membres ou des têtes d’autres animaux qui enrichissent la complexité de la composition. Ce style est utilisé la plupart du temps sur des plaquettes d’or ou de bronze, souvent ajourées qui décoraient meubles, vêtements et équipements divers (spécialement des harnachements). Sur les objets de plus grande dimension, on constate le désir de couvrir toute la surface disponible soit par le développement sans fin du motif principal, soit par la répétition des mêmes motifs. De nombreux éléments rappellent l’art perse, en particulier du Louristan, et annoncent l’art celte, mais beaucoup aussi ont des affinités avec l’art grec. En Grèce de l’Est, notamment à Ephèse (fig. 298), nous trouvons des objets, de la fin du VIIe et du VIe s., décorés dans un style animalier très proche des œuvres scythes164. Il peut s’agir d’importations plutôt que de produits locaux et de toute façon il serait illusoire d’imaginer que les Scythes aient pu emprunter aux Grecs quoi que ce soit d’un style aussi particulier. Il vaut mieux penser que tous deux s’inspirent de traditions orientales plus anciennes : les Grecs de celle des civilisations urbaines de Mésopotamie, les Scythes de celle des populations nomades des steppes eurasiatiques. Les meilleurs résultats se trouvent sur les objets où ce style avait pris naissance – tels les harnais ou le carquois scythe traditionnel.

298 Sanglier en ivoire, d’Éphèse ; VIe s. (Musée d’Istamboul ; H. 4,5 cm)

  • 165 E. Porada, The Art of Ancient Iran, 1965, ch. 10.
  • 166 Minns, 171 s.; Artamonov, fig. 3, pl. 1-3, cf. 6-8.

87Aux VIIIe et VIIe s., les princes scythes envahirent l’Asie Mineure et le royaume d’Ourartou, attaquèrent les Mèdes et les Babyloniens et pénétrèrent jusqu’en Palestine. A cette époque appartiennent quelques superbes pièces d’un art composite où se mêlent styles oriental et animalier, notamment les pièces d’orfèvrerie du trésor de Ziwiyé, près du lac d’Ourmia, dans le royaume de Manna, au-delà d’Ourartou165. Un style très semblable caractérise les trouvailles les plus anciennes des tombes scythes de Russie méridionale, sans doute à la fin du VIIe s., au moment où les Scythes se trouvaient repoussés vers le nord, hors des terres qu’ils avaient arrachées aux Mèdes et aux Assyriens. Ainsi, on constate que les produits les plus sophistiqués de l’art scythe appartenant à la période antérieure aux contacts étroits avec les Grecs, sont déjà profondément influencés par les goûts du Proche-Orient. Dans certaines grandes tombes (notamment dans la tombe Melgounov, assez loin au nord d’Olbia, et, à 600 km de là, dans les tombes de Kélermès dans le Kouban), on trouve un fin travail de l’or-sur des poignées et des fourreaux d’épée – qui associe un style animalier évolué à des motifs et des figures purement assyriens166 (fig. 299) : les artistes locaux étaient d’excellents imitateurs des formes assyriennes au point d’avoir parfaitement assimilé l’esprit du style animalier. Les meilleurs exemples furent découverts dès 1763 par le général Melgounov qui les apporta à Saint-Pétersbourg pour permettre à l’impératrice Catherine II de les admirer.

299 Détail du décor figuré d’un fourreau d’or, de la tombe Melgounov ; début VIe s. (Saint-Pétersbourg ; H. 4 cm)

  • 167 Bull. Inst. Arch. Bulg. 22, 1959, 58, fig. 2.
  • 168 M. Ebert, Reallex. Vorgesch. 8, pl. 39, 3; Artamonov, fig. 6.
  • 169 Minns, 193, fig. 85 (haut droite); G. A. Bobrinsky, Kurgany... Smely, 1887, frontispice. Et cf. les (...)

88C’est aussi à la fin du VIIe s. que les Grecs s’installèrent sur le littoral nord de la Mer Noire. Dans la tombe de Krivorochie (cf. p. 295), l’un des premiers vases grecs à avoir atteint la Russie voisine avec une pièce d’orfèvrerie du style même dont nous venons de parler167. Dans la tombe Melgounov, à côté d’objets scytho-assyriens, on trouve une plaque d’or avec les figures en relief d’un singe et d’oiseaux (fig. 300), qui pourrait être une des premières créations de l’art gréco-scythe168. L’art grec de cette période est lui aussi “orientalisant”, même si une grande partie des emprunts a déjà été modifiée et adaptée en une création nouvelle. Si bien qu’il n’est pas toujours facile de dire pour tel ou tel objet orientalisant trouvé en Russie méridionale s’il est grec ou authentiquement oriental. C’est le cas par exemple des fins protomes de lion en ivoire retrouvés près de Smêla169 (fig. 301) : les incrustations d’ambre de leurs yeux suggèreraient plutôt un atelier de Grèce ou de Russie méridionale et leur style, une main grecque ou orientale.

300 Plaquette d’or, de la tombe Melgounov ; début VIe s, (Saint-Pétersbourg ; H. 2,6 cm)

301 Tête de lion en ivoire à yeux d’ambre, de Vassilikov, près de Smêla ; VIe s.

89Au VIe s., l’impact de l’art grec sur le monde scythe se développe, à la fois grâce aux produits importés et à l’activité d’artisans grecs d’Ionie, qui créent des objets ou des styles susceptibles de satisfaire le goût des Scythes. Ces artisans opéraient vraisemblablement dans les cités grecques du Pont-Euxin. N’oublions pas cependant qu’ils s’adressaient à un marché qu’on ne peut pas qualifier simplement de barbare : les Scythes étaient déjà sensibilisés aux œuvres d’art décoratif les plus élaborées, d’un style certes très différent et déjà acquis aux meilleures créations de certaines écoles, plus formelles, du Proche-Orient.

  • 170 Artamonov, fig. 35, 49, 50 etc., pl. 94-113.

90Les Scythes se révélèrent en général prêts à accueillir les produits grecs même de formes peu familières, comme les miroirs de bronze ioniens à manche à volutes, les vases décorés en bronze et, dans une moindre mesure, la céramique peinte. La mode scythe de coudre des plaquettes métalliques sur les vêtements trouvait des parallèles en Grèce de l’Est, d’où la présence de motifs grecs orientaux, avec parfois de subtils emprunts au style animalier indigène, sur les petites plaques d’or retrouvées dans plusieurs tombes scythes170 (fig. 302). Les bracelets à terminaisons en tête d’animal avaient acquis une grande popularité auprès des Grecs à travers des modèles du Proche-Orient, mais certaines des plus belles pièces paraissent avoir été créées spécialement pour le marché scythe (et même pour le marché perse) avant de devenir à leur tour des modèles pour l’artisanat indigène.

302 Plaquettes d’or en forme de sphinx et de lion ailé, du tumulus des Sept Frères et de Nymphaion ; VIe s, (Saint-Pétersbourg ; L. 2,6 et 4,1 cm)

91Nous avons déjà signalé la découverte de céramique grecque de la deuxième moitié du VIIe s. assez loin des côtes où les Grecs allaient fonder leurs premières colonies. On peut en déduire l’intérêt précoce manifesté par les Scythes pour leurs nouveaux voisins, mais on ne peut exclure tout à fait que certains des vases et des colons aient pu arriver avant même que les princes scythes venus du sud se soient établis près des grands fleuves de la Russie méridionale. Des trouvailles sporadiques de céramique grecque ont été signalées tout au long du VIe s., dans des villes scythes, au sud de Kiev, très en amont dans la vallée du Dniepr. Les Scythes n’ont pas été très réceptifs aux vases peints grecs avant le Ve et surtout le IVe s., lorsque les potiers athéniens se mirent à produire des catégories spécialement destinées au marché de la Mer Noire. La plupart des témoignages relatifs à la pénétration de produits grecs en Scythie ou aux manifestations d’un art gréco-scythe sont postérieurs à la fin du VIe s. Durant le premier siècle de leur existence, les nouvelles colonies connurent une période de prospérité et de rapports commerciaux actifs avec leurs compatriotes de Grèce qu’ils fournirent en produits tirés de leur propre agriculture ou de celle des fermiers indigènes ; mais on ne peut pas dire qu’il y ait sur place beaucoup de témoignages de rapports étroits entre les peuples. Il semblerait presque que ces liens trouvèrent une raison de se resserrer dans une hostilité commune à la puissance croissante des Perses, alors que les Scythes auraient dû trouver de multiples affinités avec eux et que les cités grecques d’Ionie – d’où étaient originaires bien des colons du Pont – étaient entrées, dans la deuxième moitié du VIe s., à l’intérieur des limites de l’empire perse.

  • 171 Minns, 375, fig. 278; Artamonov, pl. 67.
  • 172 Minns, 191, fig. 83. 351; 266; miroirs gréco-scythes, H. Hoffmann, AJA 69, 1965, 65 s.
  • 173 Minns, 376 s., fig. 279-81; Artamonov, pl. 68-9.

92Quelques bronzes grecs avaient déjà atteint le marché scythe durant la période archaïque. Deux centres scythes importants au sud du Dniepr, à quelque 300 km au nord d’Olbia, sur la route de Kiev, ont livré les restes d’un grand cratère en bronze171, très semblable par l’aspect, sinon par l’origine, à ceux d’Illyrie et de Vix, et un miroir de bronze muni, semble-t-il, d’un manche de fabrication scythe172. Deux autres miroirs de bronze, tardo-archaïques, avec des supports en forme de figures féminines – l’une nue, l’autre vêtue – proviennent de sites proches des cités grecques de l’embouchure du Dniepr173.

  • 174 M. Maximova in Gr. Städte (J. Irmschev et D. B. Schelov éd., 1961), 35 ss.; Artamonov, pl. 29-33.
  • 175 Maximova, op. cit., 50 ss. et Sov. Arch. 25, 1956, 215 ss. ; BABesch 41, 1966, 7 ss. ; Artamonov, p (...)
  • 176 AA, 1905, 59, fig. 4 ; AA, 1965, 908, 911 ; Artamonov, pl. 25-6.

93Comme on l’a déjà constaté à propos des objets orientalisants, pour l’art gréco-scythe c’est aussi dans le domaine de l’orfèvrerie à décor en relief que l’on trouve les produits les plus intéressants destinés au marché scythe. Des tombes de Kélermès, qui ont livré quelques-unes des plus belles pièces “assyrianisantes”, provient un superbe miroir en argent dont le dos revêtu d’une feuille d’or est décoré presqu’entièrement à la manière grecque (fig. 303)174. Tout à fait grecs -ioniens, pourrions-nous dire –, du milieu du VIe s., y sont la Maîtresse des animaux, les lions, les sphinx, les béliers, le bouquetin, le loup, l’aigle, le griffon et le lion dévorant un taureau ; même si, pour certains, il s’agit de sujets orientalisants, le traitement est grec. Mais à côté, nous trouvons un ours, un petit animal couché stylisé à la manière scythe et une scène extraordinaire de deux hommes velus luttant avec un griffon. Il pourrait s’agir d’une représentation des Arimaspes, qui, selon les Grecs, vivaient dans le Grand Nord, où ils volaient l’or confié à la garde des griffons ; une scène qui correspondrait donc bien au choix d’un Grec, et que l’on retrouvera souvent représentée sur des vases attiques du IVe s., vendus en grand nombre dans les cités grecques de la côte septentrionale du Pont-Euxin. De Kélermès encore, et sans doute du même artiste, un rhyton en argent doré de forme scythe175 est décoré d’une déesse ailée tenant deux griffons et d’autres figures (fig. 304), dont un centaure et un héros luttant avec un lion. Un diadème en or (fig. 305) avec une protome de griffon en saillie sur la partie antérieure est une imitation des bijoux fabriqués à l’époque dans les Cyclades176.

303 Miroir d’argent doré, de Kélermès ; milieu VIe s. (Saint-Pétersbourg ; diam. 17 cm)

304 Rhyton en argent doré, de Kélermès ; fin VIe s. (Saint-Pétersbourg ; diam. 6,5 cm)

305 Diadème d’or, de Kélermès ; VIe s. (Saint-Pétersbourg ; H. 1,8 cm)

  • 177 A. Furtwängler, Der Goldfund von Vetters-. felde, 1883 ; Minns, 236 ss. ; A. Greifenhagen, Schmucka (...)

94Une découverte encore plus remarquable, dans une localité encore plus éloignée, près de Vettersfelde dans le nord de la Germanie, à 80 km de Berlin177 fait partie d’un trésor : il s’agit de l’équipement scythe d’un guerrier provenant peut-être de sa tombe. Cet équipement comprend des éléments décoratifs en or d’un harnais ou d’une armure. L’un d’eux est en forme de poisson (fig. 306) dont la queue se termine en têtes de bélier et dont le corps est couvert de petites figures en relief – un aigle, des lions attaquant un cerf et un sanglier, des poissons et un Triton. Un autre est constitué de cinq disques jointifs dont quatre portent des décors de petits animaux en relief. Il y a enfin des éléments en or d’un fourreau et d’un poignard et une boucle d’oreille en or ainsi que d’autres éléments de parure. Le style du décor animal et figuré des pièces majeures est tout à fait ionien, et antérieur à la fin du VIe s. Mais la forme des objets est manifestement non grecque et il est probable que nous avons affaire au mobilier de la tombe la plus éloignée et la plus ancienne d’un chef scythe, dont le fourniment comprenait les plus fins produits de l’orfèvrerie des cités ioniennes du littoral de la Mer Noire. Que l’on soit face au mobilier d’une tombe et non à un trésor enlevé à un Scythe (qui aurait contenu autre chose que de l’orfèvrerie “militaire”), cela ressort des autres trouvailles scythes moins exotiques de la même époque en Europe centrale, qui témoignent en fait des incursions et de l’expansion de ces populations vers le nord-ouest.

306 Poisson en or, de Vettersfelde ; fin VIe s. (Berlin misc. 7839 ; L. 41 cm)

  • 178 Minns, 203, fig. 98; Talbot Rice, op. cit., pl. 24; From the lands (n. 163), pl. 15.
  • 179 Minns, 226, fig. 129; Talbot Rice, loc. cit.; Artamonov, pl. 62-4; From the lands (n. 163), pl. 3.

95Le cerf en or (fig. 307) d’une tombe scythe de Koul Oba, près de Kertch en Crimée est sensiblement postérieur aux trouvailles de Vettersfelde178. L’animal n’est pas vraiment scythe, mais représente plutôt un essai grec dans le style animalier, et son corps est couvert de petits animaux en relief (un griffon ailé, un lièvre, un lion, un lévrier), dont le style et la disposition trahissent la main d’un artiste grec. On peut lui opposer le traitement du même motif dans un style animalier plus naturel (fig. 308) sur une plaque de bouclier provenant du kourgane de Kostromskaïa un siècle plus tôt179. Mais avec le cerf de Koul Oba et d’autres objets d’orfèvrerie scythe des tombes de Crimée et du Kouban, nous rencontrons l’art gréco-scythe du plein classicisme que nous ne pouvons examiner ici en détail.

307 Cerf en or, de Koul Oba ; fin VIe s. (Saint-Pétersbourg ; L. 31,5 cm)

308 Cerf en or, de Kostromskaïa ; VIe-Ve s. (Saint-Pétersbourg ; L. 31,7 cm)

  • 180 M. Ebert, Praeh. Zeitschrift 5, 1913, 1 ss.

96Une tombe du début du Ve s., fouillée à Gute Maritzyn, près du liman du Boug et du Dniepr, entre Olbia et Bérézan, et d’autres tombes de la même région, illustrent bien la façon dont les populations grecques et scythes avaient déjà mêlé leurs coutumes. Les tombes sont de type scythe : une chambre en bois recouverte d’un tumulus bas. L’une d’elles curieusement bien conservée mérite que l’on détaille son contenu180 (fig. 309). A chaque extrémité du corps du défunt se trouvait une amphore vinaire chiote. Le service à boire était constitué d’une coupe attique à vernis noir, d’une louche grecque en bronze et d’une passoire à décor incisé. Le défunt était un guerrier enterré avec une épée en fer, deux lances à pointe de fer, trois couteaux (deux en fer et un en bronze) ; sur l’un des côtés du corps gisait l’armure à écailles de fer, et sur l’autre la réserve de flèches, comprenant 377 pointes en bronze du type à pédoncule introduit par les Scythes auprès des Grecs. Dans d’autres tombes on a retrouvé encore des amphores vinaires chiotes, de la céramique attique à figures noires de la fin du VIe et du début du Ve s. et un miroir dont le manche était décoré d’une figure féminine incisée, de la main d’un artiste grec. La zone de Gute Maritzyn n’est pas celle d’une ville grecque et pourtant il serait difficile de dire, d’après les trouvailles, si les tombes étaient celles de Grecs ou de Scythes. L’étude des crânes indique que certains squelettes pouvaient appartenir à des Grecs. Il est ainsi facile d’imaginer comment furent, plus tard, forgés les termes de Mixhellènes et de Hellénoscythes.

309 restitution d’une tombe de Gute Maritzyn ; début Ve s.

97L’existence de communautés de ce type et de remarquables ouvrages d’art produits par les Grecs spécialement pour les Scythes constitue le témoignage le plus éloquent des relations entre les deux peuples – les colons et les indigènes –, plus éloquent encore que les trouvailles d’objets importés du reste du monde grec. Elle montre aussi que la richesse des Scythes et la prospérité du commerce avec le Pont attirèrent dans les colonies de la côte septentrionale quelques-uns des meilleurs artistes ioniens, qui surent adapter leur génie au goût et au style des populations scythes. Nous avons déjà eu l’occasion de noter – en Égypte, en Occident, en Grèce même – l’impact de la diaspora des artistes ioniens lorsqu’au cours du VIe s. leurs patries subirent les attaques lydiennes et perses. L’art gréco-scythe fut peut-être le résultat le plus original de ce même phénomène.

LES ATHÉNIENS, LES PERSES ET L’HELLESPONT

  • 181 C. G. Starr, Economic and Social Growth of Early Greece, 1977, 176.

98Nous avons vu qu’Athènes fut bien peu impliquée dans les fondations coloniales, alors que sa céramique était partout diffusée par les autres Grecs et largement appréciée par les barbares vivant au voisinage des colonies grecques. Cependant, au VIe s., la cité tenta de s’assurer le contrôle de l’Hellespont et de s’y implanter pour disposer de « points stratégiques sur une artère d’une importance croissante pour ses activités commerciales »181.

  • 182 Fr. Z105 Lobel/Page = Reinach 153; D. L. Page, Sappho and Alcaeus, 1955, 152 ss.
  • 183 Jeffery, AG, 89 s., 238 s.

99Sigée, sur le côté sud de l’entrée de l’Hellespont, avait été occupée par des Éoliens venus de Lesbos. Vers 600, Athènes s’empara de la ville et se trouva entraînée dans un conflit prolongé avec les habitant de Lesbos. Parmi ceux-ci figurait le poète Alcée qui dans un poème raconta sans honte que « dans un combat qui tournait mal pour lui, il jeta ses armes et prit la fuite »182. Le tyran de Corinthe, requis comme arbitre, attribua la ville aux Athéniens, qui semblent l’avoir perdue un peu plus tard, puisque le tyran d’Athènes Pisistrate dut la reconquérir. En 510, sa famille y trouva refuge, mais la ville se trouvait désormais à la frontière du nouvel empire perse183.

  • 184 Hdt., 6, 34-7.
  • 185 Hdt., 6, 39-41, 140.

100Sous la tyrannie de Pisistrate, Athènes avait aussi étendu son contrôle sur les rives nord de l’Hellespont184. Hérodote raconte à ce sujet l’épisode pittoresque des Thraces Dolonces venus en délégation à Delphes pour consulter au sujet de la guerre avec leurs voisins Apsinthiens. La Pythie leur répondit d’emmener chez eux comme œciste celui qui le premier, après leur départ du sanctuaire, leur offrirait l’hospitalité. Ils durent aller jusqu’à Athènes avant d’être traités comme des hôtes par Miltiade, homme riche, peut-être rival de Pisistrate, qui fut sans doute heureux de le voir partir. Les Dolonces vivaient en Chersonèse de Thrace, langue de terre qui constitue le côté nord de l’Hellespont. Miltiade, accompagné de colons athéniens, occupa toute la zone et ferma par un mur la partie étranglée de la Chersonèse – juste à l’est de Gallipoli. Nous ignorons quelles furent les relations de ces nouveaux colons avec les fondations de Milet et de Lesbos. Il est probable que les gens de Lesbos cédèrent la place comme ils l’avaient fait à Sigée. En Chersonèse, Miltiade établit une dynastie, qui dépensa beaucoup d’énergie à combattre la ville phocéenne de Lampsaque sur la rive opposée de l’Hellespont. Miltiade fut même fait prisonnier par les Lampsacéniens qui ne le libérèrent qu après une menace d’intervention du roi lydien Crésus. Vers 516, Miltiade II, envoyé en Chersonèse par les Pisistratides, y réprima une révolte, épousa une princesse thrace et, vers 510, occupa les îles de Lemnos et d’Imbros185 (cf. p. 104). Si l’on a quelques témoignages archéologiques de la présence athénienne dans l’Hellespont, en revanche les vestiges des premières colonies fondées par les Grecs de l’Est en Chersonèse de Thrace sont rares : la seule découverte ancienne est un vase corinthien, datable vers 630, retrouvé à Koila, ville située au centre de la côte septentrionale et qui n’acquit quelque importance qu’à une époque bien plus tardive.

  • 186 BCH 39, 1915, 135 ss.; CRAI, 1915, 268 ss.; 1916, 40 ss.; 1921, 130 ss.
  • 187 Boardman, ABFH, 183 ; CVA Heidelberg 4, pl. 163, 3, 4 ; J. M. Cook, The Troad, 1973, 121. La cérami (...)

101Le site le plus intéressant pour nous est celui d’Elaious, qui accueillit un établissement athénien vers 550. Il se trouve sur un large promontoire à l’est de la petite baie qui s’ouvre juste à l’embouchure de l’Hellespont. Des fouilles s’y déroulèrent à la suite des opérations militaires intervenues à Gallipoli lors de la première guerre mondiale et furent poursuivies par les Français au cours des années suivantes186. Sur le site, aujourd’hui régulièrement visité par les croisières sans être vraiment reconnu, se dresse un monument aux morts turcs de la guerre. La plupart du mobilier provient de tombes situées à l’est, mais il y a aussi beaucoup de céramique archaïque à récupérer dans la ville elle-même. La céramique la plus ancienne, corinthienne et gréco-orientale, permet de faire remonter l’occupation du site jusque vers 620 ; les vases attiques ne commencent à devenir courants qu’à partir du milieu du VIe s. Un groupe en particulier semble en relation directe avec l’occupation athénienne ; autant qu’on puisse en juger, il s’agit d’une production locale, du milieu du VIe s. ou peu après, décorée tout simplement de bandes et de silhouettes d’oiseaux (fig. 310). Le type est attique, et pourtant aucun exemplaire n’a été retrouvé à Athènes. Leur répartition – à Éléonte et en Troade (notamment à Troie et Sigée) et, sporadiquement, dans les cités de la Mer Noire – fait penser à un atelier de potiers attiques établis à Éléonte ou à Sigée187. Il y a aussi des imitations locales grossières de vases peints attiques et corinthiens.

310 Fragment de lékanè, d’Éléonte ; milieu VIe s. (Oxford, Coll, de l’auteur ; L. 7 cm)

  • 188 Kraay – Hirmer, 334 (cf. fig. 432).

102On peut tirer quelques informations des monnaies. Miltiade est responsable de l’émission d’une série portant la légende Cher[sonesos] et un emblème athénien associé au lion de Milet (fig. 311), qui évoque peut-être les cités milésiennes de la Chersonèse188.

311 Tétradrachme d’argent de Chersonèse de Thrace (sans légende) ; vers 500 av. J.-C. (Berlin)

  • 189 Jeffery, LSAG, 72, 366 s.; G. M. A. Richter, Archaic Gravestones of Attica, 1961, 165 ss.
  • 190 E. Babelon in Corolla Numismatica (Essays Barclay V. Head, 1906), 1 ss.; Kraay, Num. Chron., 1977, (...)
  • 191 Boardman, GSAP, 1960, fig. 216.

103Sur l’autre rive de l’Hellespont, les vestiges archéologiques sont plus discrets. Troie fut refondée par des Grecs éoliens avant 700. De Sigée provient une stèle funéraire dont l’épitaphe est d’abord gravée en alphabet ionien puis, sous une forme plus développée, en alphabet attique189 ; les raisons de cette double inscription nous échappent. La pierre elle-même appartient par ses caractéristiques à un type de monument attique et les épigraphistes datent les inscriptions vers le milieu du VIe s. Hippias, le fils de Pisistrate, frappa, probablement à Sigée, des monnaies de type attique, mais en y ajoutant son propre nom190 (fig. 312). Le temple d’Athéna à Assos, plus au sud sur la côte de Troade, datable de la deuxième moitié du VIe s., témoigne peut-être de l’influence athénienne dans la région ; il s’agit, en effet, du seul temple dorique érigé à cette époque en Grèce de l’Est et sa décoration sculptée de scènes de la geste d’Héraclès rappelle celle des frontons de l’Acropole d’Athènes191. L’autre grande cité de cette rive de l’Hellespont était Lampsaque, une colonie phocéenne, hostile aux Athéniens et, plus tard, base perse. On ne connaît rien de la ville archaïque, mais l’auteur de ce livre possède une coupe grecque orientale du milieu du VIe s., censée provenir d’une tombe du secteur (fig. 313).

312 Obole d’argent de type athénien ; avers : tête d’Athéna ; revers : chouette et légende Hip[pias ?] ; fin VIe s. (Paris)

313 Kylix gréco-orientale, de Lampsaque ; vers 550 av. J.-C. (Oxford, Coll, de l’auteur ; H. 5 cm)

  • 192 Hdt., 4, 136-7.

104Vers la fin du VIe s., les Perses étaient désormais tout proches et, comme les autres chefs des états de Grèce de l’Est, Miltiade reconnut la souveraineté du Grand Roi. Vers 513, Darius organisa une expédition contre les Scythes et, comme les autres chefs de Grèce de l’Est, Miltiade se joignit à lui. Nous savons par Hérodote qu’à cette occasion Miltiade tenta de persuader les autres chefs grecs de détruire le pont jeté par Darius sur le Danube pendant que ce dernier se trouvait de l’autre côté, mais qu’il se heurta à leur refus, parce qu’ils ne savaient que trop bien que « c’était grâce à Darius que présentement chacun était tyran d’une ville »192. En 490, Miltiade rencontra de nouveau l’armée de Darius, sur le champ de bataille de Marathon, mais cette fois il put conduire ses compatriotes athéniens contre le roi perse.

  • 193 Hdt., 7, 147.
  • 194 Hdt., 7, 187.

105L’occupation perse des cités grecques de la côte thrace n’entre pas dans le cadre de notre étude. Quand Xerxès, le fils de Darius, prit cette même route dans son expédition contre la Grèce, et lança un pont sur le Détroit des Dardanelles, « il put voir des vaisseaux grecs qui transportaient du blé du Pont-Euxin traverser l’Hellespont, en route pour Égine et le Péloponnèse »193. « La multitude des hommes et des bêtes était telle que, dans leur parcours de Thrace en Grèce jusqu’aux Thermopyles, il y eut des rivières dont l’eau manqua après leur passage »194, mais ce fut pour se faire battre à Salamine et, l’année suivante, à Platées. Trois siècles plus tôt, les Grecs avaient convoité les richesses et le savoir de l’Orient. Aujourd’hui leurs propres forces et leur propre talent leur permettaient de défier victorieusement le plus grand empire que l’Orient avait jamais connu.

Bibliographie

Bibliographie générale

E. H. Minns, Scythians and Greeks, 1913 ; M. J. Artamonov, K voprosu o proischozdenii skifskogo iskusstva (Sur le problème de l’origine de l’art scythe), s.d. ; CAH 32, ch. 37 (A. J. Graham), ch. 33a (T. Sulimirski).

E. Belin de Ballu, L’histoire des colonies grecques du littoral nord de la Mer Noire, 1965 : bibliographie descriptive.

RE Suppl. 9, 1962, s. v. “Pontos Euxeinos” (C. M. Danoff).

T. Sulimirski, Bull. Inst. Arch. London 11, 1973, 1 ss., aperçu des travaux récents sur la colonisation et le premier Age du fer en Russie méridionale.

I. B. Brashinsky, Eirene 7, 1968, 81 ss., aperçu des fouilles récentes sur les côtes de la Mer Noire.

Comptes rendus des découvertes récentes in ARepts, 1962/3, 34 ss. (Boardman), 1971/2, 48 ss. (K. S. Gorbunova).

M. Rostovtseff, Iranians and Greeks in South Russia, 1922. Id., Skythien und der Bosporus, 1931.

[O. Lordkipanidzé et P. Lévêque (éd.), Le PontEuxin vu par les Grecs. Sources écrites et archéologie (Actes Symp. de Vani, 1987). Paris, 1990.

J. Bouzek, Studies of Greek Pottery in the Black Sea area. Prague, 1990.

A. Chtcheglov, Polis et chora. Cité et territoire dans le Pont-Euxin. Paris, 1992.

M. J. Treister et Y. G. Vinogradov, Archeology on the Northern Coast of the Black Sea. AJA 97, 1993, 521-563.

V. Schiltz, Les Scythes et les nomades des steppes (VIIIe s. av. J.-C.-Ier s. ap. J.-C.). Paris, 1994],

Notes

1 R. L. Beaumont, JHS 56, 1936, 159 ss., sur les Grecs et les trouvailles grecques dans l’Adriatique. G. Vallet, MEFRA 62, 1950, 33 ss. L. Braccesi, Grecità adriatica, 1971 (recensé dans Gnomon, 1973, 308 s.)

2 Plut., Gr. Q., 11C. Rodenwaldt et al., Korkyra 2, 1939, 168 ss.

3 ADelt 19, 1964, Chr., pl. 366 ; 20, 1965, Chr., pl. 442-3 ; 21, 1966, Chr., pl. 331-2 ; V. G. Kallipolitis, Kernos (Fest. G. Bakalakis, 1972), pl. 20. Imitations eubéennes du protocorinthien : Coldstream, GG, 185.

4 Boardman, GSAP, 153, fig. 187.

5 F. P. Johnson et W. B. Dinsmoor, AJA 40, 1936, 46 ss.

6 Rodenwaldt, op. cit. (n. 2), 154, 172.

7 Boardman, GSAP, fig. 207a ; A. Choremis, AAA, 7, 1974, 183 ss.

8 Boardman, GSAP, fig. 266 ; Kurtz-Boardman, 239, 245, fig. 54, pl. 65 ; Jeffery, LSAG, 232, 285.

9 Thuc., I. 13, cf I. 25.

10 C. Praschniker, ÖJh 21/2, 1922, Beibl. 23 ss.; Payne, Necrocorinthia, 1931, 186.

11 M. Gjødesen, Acta Arch. 15, 1944, 183 ss.; Albania 5, 1935, pl. 186.

12 P. Lizicar, Crna Korkira, 1951, pl. 5. Issa: Payne, loc. cit.

13 F. G. Lo Porto, ASMG 5, 1964, 111 ss.; NSc, 1962, 130 (Gioia del Colle).

14 Strabon, 282.

15 O. H. Frey, Die Entstehung der Situlenkunst, 1969. Sur les rapports avec l’art grec : Boardman, Eur. Community in Later Prehistory (Studies C. F. C. Hawkes, 1971), 123 ss.

16 Frey, op. cit., pl. 67, 18.

17 Hdt., 1, 163.

18 OEnochoés du Picenum, cf. ci-dessus, p. 258.

19 J.-P. Morel, BC.H 99, 1975, 857 s.

20 Payne, op. cit., 122 ; cf. PdP 32, 1977, 406-8, pour un Ombrikos, qui dédia à Gravisca un vase attique de la fin du VIe siècle.

21 Pottery, BdA 49, 1964, 289 ss. G. Fogolari et B. M. Scarfi, Adria antica, 1970. G. Colonna, Riv. Stor. Ant. 4, 1974, 1 ss.

22 Spina e l’Etruria Padana (Suppl, à SE 25, 1959). N. Alfieri et al., Spina, 1958. J. D. Beazley, SE 25, 1959, 47 ss. ARepts, 1967/8, 46 s. ; L. Laurenzi, Hommages A. Grenier, 1962, 961 ss. sur les origines ; M. Pallottino, ibid., 1207 ss., sur les Étrusques en Italie du Nord. [F. Berti et P. G. Guzzo (éd.), Spina. Storia di una città tra Greci ed Etruschi. Ferrara, 1993],

23 Alfieri, op. cit., 16; G. Colonna, Riv. St. Ant. 4, 1974, 3; P. Uggeri, SE 46, 1978, 288 ss.

24 D. C. Kurtz, Athenian White Lekythoi, 1975, 59, 141-3.

25 Bérard, L’expansion, 66-8, 94.

26 J. Pouilloux in Entretiens Fond. Hardt 10, 1964, 3 ss.

27 Bérard, op. cit., 92-5 ; Hdt., 1, 168.

28 Hdt., 7, 108 ; BCH 96, 1972, 750, fig. 373.

29 S. Casson, Macedonia, Thrace and Illyria, 1926, 33 ss. Pour la Macédoine, CAH 32, 2, ch. 40 (N. G. L. Hammond).

30 Hdt., 1, 64; Ath. Pol, 15, 1-2.

31 Hdt., 5, 11, 23.

32 Hdt., 6, 47. BCH 88, 1964, 280 ss.

33 Kraay – Hirmer, 330 ss.; Kraay, 138 ss.

34 BCH 91, 1967, 724, fig. 6, 729, fig. 15-16; ADelt 20, 1965, Chr. pl. 540, 558.

35 ADelt 20, 1965, Chr., 444, pl. 512-14.

36 Guide de Thasos (École Fr, 1968) pour une étude complète. Comptes rendus annuels dans BCH. A. J. Graham, BSA 73, 1978, 61 ss.

37 Guide de Thasos, 12, fig. 3, 198.

38 P. Bernard, BCH 88, 1964, 77 ss.

39 Guide de Thasos, 155 ss.

40 BCH 84, 1960, 347 ss.

41 L. Ghali-Kahil, Ét. Thas. 7, 1960, 35. Cf. le cratère de Naples, VIIIe Congr. Int. Arch. Class., 1965, pl. 53, 1 ; D. Lazaridis, Kavalla Museum Guide, 1969, pl. 36.

42 Guide de Thasos, 58-65 (= fig. 271), 109-11, 118 s. (= fig. 272) ; Boardman, GSAP, fig. 69, 223. C. Picard, Ét. Thas. 8, 1962, portes.

43 Sur Neapolis : G. Bakalakis, AE, 1935, 1 ss. et les comptes rendus in PAE, 1937-8 ; ADelt 15, 1960-7. D. Lazaridis, op. cit., 13 ss. et VIIIe Congr. Int. Arch. Class., 1965, 293 ss.

44 PAE, 1935, 40 ; 1936, 74 s.

45 Bakalakis, op. cit., 8 ss.

46 Ibid., 17, n. 1, fig. 25, 26.

47 Casson, op. cit. (n. 29).

48 J. Bouzek, Opusc. Ath. 9, 1969, 41 ss. Pour les tombes d’Athènes : H. Müller-Karpe, JdI 77, 1962, 96 ss. ; Desborough, GDA, 142 s.

49 Snodgrass, in Eur. Comm. (n. 15), 31 ss.

50 H. Borchhardt, Kriegswesen I, 1977, E 42. Pour une origine orientale : H. Hencken. AJA 54, 1950, 295 ss. ; B. Graslund, Acta Arch. 38, 1967, 59 ss. Cf. Snodgrass, Early Greek Armour and Weapons, 1964, 55 s., 210 s. (pl. 24 = notre fig. 274).

51 J. Alexander, Atti VI° Congr. preist. protoist., 6 s. et AJA 69, 1965, 7 ss.

52 Références in Perachora 2, 433 ss.; Boardman-Hayes, Tocra I, 163.

53 E. Kunze, Ol. Bericht 6, 1958, 125 ss.; Snodgrass, op. cit., 18 ss.

54 Sur les rapports entre les bronzes macédoniens et le monde grec : Bouzek, Grecomac. Bronzes, 1973, et Památky Arch. 65, 1974, 278 ss.

55 Akurgal, Phrygische Kunst, 1955, 26-8, pl. A-B (= notre fig. 276).

56 N. G. L. Hammond, History of Macedonia I, 1972, 407 ss.

57 Boardman, Greek Emporio, 1967, 211, no 240 (un exemplaire), avec références.

58 Hdt., 4, 33.

59 D. Strong, BM Cat. of the Carved Amber, 1966; Boardman, op. cit., 238; C. W. Beck, Archaeology 23, 1970, 7 ss.

60 Beaumont, JHS 56, 1936, 184, fait l’hypothèse d’un intérêt corinthien pour l’essence parfumée que l’on extrait de l’iris d’Illyrie. Cf. Plin., NH, 13, 2 et 21, 40.

61 J. Alexander, Antiquity 36, 1962, 123 ss.; L. B. Popovic, Archaic Greek Culture in the Balkans, 1975.

62 D. M. Zisi et L. B. Popovic, Novi Pazar, 1969 et Iliri i Grci, 1959, pl. 10.

63 Wiss. Mitt. Bosn. Herz. 3, 1895, pl. 12.

64 B. Filow, Die archaiche Nekropole von Trebenischte, 1927 : notre fig. 280 = no 63 ; P. Jacobsthal, Greek Pins, 1956, 201 ss. ; L. B. Popovic, Katalog... Trebenista, 1956.

65 Filow, Die Grabhügelnekropole bei Duvanlij, 1934; Hoddinott, op. cil. (n. 69), 58 ss.

66 Filow, op. cit., 57, 92, pl. 12, 13 (fragments attiques, cf. aussi JdI, 45, 1930, 317 pl. 11) ; fig. 104 (amphore chiote) ; fig. 113 (statuette).

67 Godisnik na muzei, Plovdiv 3, 1954, 265 ss. En général, pour le matériel grec trouvé en Thrace, voir J. G. Szilâgyi, VIIIe Int. Congr. Arch. Class., 1965, 386 ss. (Hongrie) ; C. M. Danov, Altthrakien, 1976, 56 ss. ; P. Alexandrescu, Thraco-Dacia (IIe Congr. Int. Thrac., 1976), 117 ss. (céramique). A. Fol et I. Marazov, Thrace and Thracians, 1977 ; CAH 32, 2, ch. 33b (V. Mihailov).

68 Starinar, 9/10, 1958/9, 281 ss.; RA, 1973, 39 ss.

69 R. F. Hoddinott, Bulgaria in Antiquity, 1975.

70 Cf. R. Lullies, AA, 1957, 382 ss. ; M. Schmidt, Zur gr. Kunst (Fest. H. Bloesch, 1973), 103 ; Boardman, ARFH, fig. 277 ; B. Fellmann, JdI 93, 1978, 1 ss. Notre fig. 281 = Beazley, ARV, 860, no 2.

71 J. G. P. Best, Thracian Peltasts, 1969; H. Cahn, RA, 1973, 13-15 (notre fig. 282 = fig. 15).

72 Strabon, 298 ; W. S. Allen, Class. Quarterly, 1947, 86 ss. sur les origines orientales du “premier” nom qui signifie “de couleur sombre”.

73 R. Carmenter, AJA 57, 1948, 1 ss.; A. J. Graham, BICS 5, 1958, 25 ss.

74 Sources littéraires : Bérard, L’expansion, 95 ss.

75 Graham, JHS 91, 1971, 39 ss.

76 R. Drews, JHS 96, 1976, 18 ss. propose une chronologie haute et un intérêt précoce des Grecs pour les ressources en fer de l’Anatolie du nord.

77 Hdt., 4, 13-16; J. D. P. Bolton, Aristeas of Proconessus, 1962.

78 Hésiode, fr. 241 (Merkelbach/West), Théogonie, 339 ; Iliade, 2, 851-7 ; peut-être Eumelos : cf. Drews, op. cit., 19-21.

79 R. D. Barnett in The Aegean and the Near East (Studies H. Goldman, 1956), 228 ss.

80 Drews, op. cit., 26 ss.

81 Strabon, 590.

82 Bérard, L’expansion, 99.

83 Contra, Graham, op. cit. (n. 75), 41 s.

84 R. M. Cook, BSA 44, 1949, 160 s.

85 ARepts, 1962/3, 45 Cf. I. P. Pichikyan, Vestnik, 1975, 1, 117 ss.

86 C. Roebuck, Ionian Trade and Colonization, 1959, 125; S. P. Boriskovskaya, Wiss. Zeit. Rostock 16, 1967, 425 ss.

87 S. Dimitriu et P. Alexandrescu, RA, 1973, 23 ss. ; cf. 195 ss.

88 ARepts, 1962/3, 42 s. (cf. 56).

89 A. D. Ure, Met. Mus. Stud. 4, 1932, 34.

90 N. A. Onaiko, Sov. Arch., 1960, 2, 25 ss. et Antichnii Import, 1966 (notre fig. 283 = no 1), résumé par Alexandrescu in RA 1975, 63 ss.

91 Voir la note précédente (1966) pour les trouvailles et les cartes montrant la distribution du matériel grec dans cette zone pendant la période archaïque.

92 ARepts, 1962/3, 40 s., fig. 17 (notre fig. 284), 18.

93 L’importance de ce commerce avant la fin du VIe siècle, soutenue par Roebuck, Class. Phil. 48, 1953, 9 ss. est remise en question par R. S. Noonan, Amer. J. Phil. 94, 1973, 231 ss.

94 Mat. Res. 4, 1941; cf. Fasti Archeologici 4, no 134.

95 Hdt., 4, 53.

96 Strabon, 549, 551.

97 Kurtz – Boardman, 317-20.

98 Hdt., 4, 103.

99 F. W. Hasluck, Cyzicus, 1916; ARepts, 1959/60, 34; E. Akurgal, in Princeton Enc. of Classical sites, s.v.

100 Akurgal, Ancient Ruins of Turkey, 1973, 47.

101 Boardman, GSAP, fig. 220-1, cf. fig. 178.

102 Kraay – Hirmer, 368 s., fig. 698 ss.

103 Akurgal, Anatolia I, 1956, 20 s. et op. cit. (n. 100). ARepts, 1959/60, 34 s.

104 E. Berger, Das Basler Arztrelief, 1970, 39, fig. 39; Kurtz – Boardman, pl. 50.

105 Cf. ci-dessus, ch. 3, n. 319.

106 Jeffery, LSAG, 365. Autres trouvailles, cf. Ann. Arch. Mus. Istanbul 13/14, 1966, 228 s.

107 P. Jacobsthal, Greek Pins, 1956, 32 s.

108 Boardman, GSAP, fig. 248 ; Jeffery, LSAG, 366 et BSA 50, 1955, 81 ss. ; Berger, op. cit., 103, fig. 124.

109 Anatolia I, 1956, pl. 10.

110 Hoddinott, op. cit. (n. 69), 33 ss. ; Bull. Inst. Arch. Bulg. 18, 1952, 93 ss. ; 23, 1960, 239 ss. ; Gorov, Mus. arch. Bourgas, 1967. G. A. Short, Liverpool Annals 24, 1937, 141 ss. sur la fondation de colonies sur cette côte.

111 Richter, Kouroi, 1970, no 124c, fig. 620-3; Berger, op. cit. (n. 104), 56, fig. 57; Bull. Inst. Arch. Bulg. 32, 1970, 274 s.

112 Hoddinott, op. cit. (n. 69), 41 ss.; L. Ognenova, BCH 84, 1960, 221 ss.

113 Hoddinott, op. cit. (n. 69), 49 ss.; Bull. Inst. Arch. Bulg. 12, 1938, 188 s.; 30, 1967, 157 ss.

114 Cf. D. M. Pippidi, I Greci nel Basso Danubio, 1971, 38.

115 Histria. Monografie Arheologica 1, 1954 ; 2, 1964 ; 4, 1978 : céramique archaïque et classique ; D. M. Pippidi, BCH 82, 1958, 335 ss. et op. cit. n. précédente ; ARepts, 1962/3, 35 ss. Articles et rapports périodiques in Dacia et Materiale si Cercetari Arh. Alexandrescu, Studii Classice 4, 1962, 49 ss. (date de fondation).

116 Dacia 3, 1959, 143 ss. ; Histria 2, 1964, 133 ss ; [Alexandrescu in Nécropoles et sociétés antiques, Cahiers J. Bérard 18, 1994, 15 ss.]

117 Jeffery, BSA 59, 1964, 45, pl. 5a.

118 Stud. si Cerc, de Ist. veche 9, 1958, 275 ss.

119 Alexandrescu, Dacia 16, 1972, 113 s.

120 ARepts, 1952/3, 39 avec références.

121 Eph. Dacoromana 2, 1924, 378 ss ; Dacia 3/4, 1927-32, 557 ss.; Brashinsky, 82 s.

122 ARepts, 1952/3, 42; 1971/2, 49; 50, 1956, 223 ss. Brashinsky, 86 s.

123 Minns, 415 s.

124 V. M. Skydnova, Sov. Arch. 1957, 4, 128 ss.; 1960, 2, 153 ss.; Mat. Res. 50, 1956, 211 ss.; I. V. Fabricius, Arch. Karta I, 1951; L. V. Kopeikina, Wiss. Zeit. Rostock 19, 1970, 559 ss.

125 Sov. Arch., 1960, 2, fig. 14 ; cf. Boardman, Greek Emporio, pl. 44x.

126 AA, 1910, 227 s. Guarducci, Epigrafia greca III, 1974, 346.

127 ARepts, 1971/2, 49 s. ; J. Chadwick, Proc. Camb. Phil. Soc., 1973, 35 ss. Bravo, DHA 1, 1974, 111 ss.

128 V. V. Lapin, Kratkie Soob. Inst. 11, 1961, 43 ss.

129 Mat. Res. 50, 1956, 245 ss.

130 Minns, 453 ss. et JHS 65, 1945, 109 ss„ Mat. Res. 50, 1956. E. Belin de Ballu, Olbia, 1972 (cf. recension par Brashinsky, Gnomon, 1977, 617 ss. et par Hind, JHS 94, 1974, 251 s.). A. Wasowicz, Olbia Politique et son territoire. L’aménagement de l’espace, 1975 ; ARepts, 1962/3, 42-4 ; Brashinsky, 87 ss.

131 ARepts, 1962/3, 45.

132 Hdt., 4, 78-80.

133 AA, 1913, 199 ss. Belin de Ballu, Olbia, pl. 52-4 (sculpture), 64-5 (vases d’albâtre), 68-9 (bronzes).

134 Cité par Minns, JHS 65, 1945, 111.

135 Belin de Ballu, op. cit., 62 s.

136 ARepts, 1962/3, 44. M. A. Nalivkina in Antichnya Gorod, 1963, 55 ss.

137 Mat. Res. 34, 1953; Prudi Ermit. 13, 1972, 17 ss.

138 J. D. Beazley, Development of Attic Black Figure, 1951, pl. 13,3 (ABV, 81, 7).

139 Mat. Res. 56, 1957, 103, 1962 ; ARepts, 1962/3, 45-7 ; 1971/2, 53 s. ; Brashinsky, 97 s. Sur son origine, R. S. Noonan, AJA 77, 1973, 77 ss.

140 ARepts, 1962/3, 46, fig. 26.

141 Ibid., 45, fig. 24.

142 C. Watzinger in Genethliakon W. Schmid, 1929, 150 fig. 8.

143 Mat. Res. 25, 1952, 223 ss.; 85, 1958; K. Michalowski, Myrmeki I, 1958; W. F. Gaidukevich, Mirmeki 2, 1959; Michalowski, VIIe Congr. Int. Arch. Class. 2, 1961, 67 ss.

144 Mat. Res. 25, 1952, 15 ss., 223 ss.; 85, 1958, 149 ss.

145 Mat. Res. 25, 1952, 227, fig. 1, 2-8.

146 Mat. Res. 69, 1959, 5ss.; Chudyak, Is Istorii Nympheya, 1962; ARepts, 1962/3, 47 s.; Brashinsky, 100 s.

147 B. M. Skydnova, Archeologiya 10, 1958, 100 ss.

148 Mat. Res. 85, 1958, 219 ss.

149 Mat. Res. 19, 1951, 189 ss.; 57, 1956; ARepts, 1971/2, 56 s.

150 Brashinsky, 105.

151 Mat. Res. 69, 1959, 154 ss. Kratkie Soob. Inst. 83, 1961, 53 ss.; Brashinsky, 107 s.

152 V. D. Blavatsky, Archaeology 16, 1963, 93 s.; Brashinsky, 117.

153 D. M. Lang, Num. Chron., 1957, 138 s.

154 RA, 1971, 259 ss. ; O. Lordkipanidzé, Vani I, 1972, fig. 67 (attique), 210 (aryballe) et Kultyra Drevnei Kolchidi, 1972, avec des résumés en anglais ; BCH 98, 1974, 897 ss. sur les trouvailles grecques en Géorgie. [Lordkipanidzé – Lévêque 1990], Voir cidessus, p. 81, sur les plus anciens bronzes caucasiens présents en Grèce de l’Est.

155 J. M. Burstein, Outpost of Hellenism: The Emergence of Heraclea on the Black Sea, 1976.

156 Y. Boysal, AA, 1959, 8 ss. ; ARepts, 1959/60, 34 ; 1952/3, 51. Cf. G. L. Huxley, Greek Rom. Byz. Stud. 3, 1960, 17 ss., peut-être la Syrie de l’Odyssée 15, 403.

157 Hdt., 1, 72, 2, 34.

158 R. M. Cook, JHS 66, 1946, 82, n. 138.

159 Ist. Mitt. 26, 1976, pl. 6-9.

160 A. Åkerström, Die Arch. Terrakotten Kleinasiens, 1966, 121 ss., 161 ss., 191 ss.

161 S. Vos, Scythian Archers in Archaic Attic Vase Painting, 1963. Nos fig. 296-7 = Beazley, ABV, 76, no 1; 145, no 16.

162 Sur les Cimmériens du nord, voir, T. Sulimirski, Bull. Inst. Arch. London 11, 1959, 45 ss.

163 Hdt., 4, 1-144. Sur la vision de la Scythie par Hérodote, cf. H. Kothe, in Klio 51, 1969, 15 ss. ; [F. Hartog, Le miroir d’Hérodote. Paris, 1980], Travaux généraux sur la Scythie et son art : Minns, Rostovtseff, Artamonov, Schiltz ; T. Talbot Rice, The Scythians, 1957 ; K. Schefold, Euras. Septent. Ant. 12, 1938, 1 ss. T. Sulimirski, Artibus Asiae 17, 1954, 282 ss. ; bibliographie des travaux récents in Bull. Inst. Arch. London 10, 1971, 99 ss. et CAH 32. 2, ch. 33a ; From the Lands of the Scythians (Exposition, New-York – Los Angeles, 1975). Sur l’art grec et scythe, Boardman, Pre-Classical, 1967, ch. 6 ; P. Amandry, AA, 1965, 891 ss.

164 D. G. Hogarth, Ephesus, 1908, pl. 26, 3, cf. 22, 2 et venant de Sardes, AJA 70, 1966, pl. 41, 13. Amandry, JNES, 24, 1965, 149 ss., sur l’origine scytho-perse du motif de "l’animal accroupi” en Grèce.

165 E. Porada, The Art of Ancient Iran, 1965, ch. 10.

166 Minns, 171 s.; Artamonov, fig. 3, pl. 1-3, cf. 6-8.

167 Bull. Inst. Arch. Bulg. 22, 1959, 58, fig. 2.

168 M. Ebert, Reallex. Vorgesch. 8, pl. 39, 3; Artamonov, fig. 6.

169 Minns, 193, fig. 85 (haut droite); G. A. Bobrinsky, Kurgany... Smely, 1887, frontispice. Et cf. les plaques d’ivoire incisées in Würzburg, AM 41, 1916, pl. 2, 3.

170 Artamonov, fig. 35, 49, 50 etc., pl. 94-113.

171 Minns, 375, fig. 278; Artamonov, pl. 67.

172 Minns, 191, fig. 83. 351; 266; miroirs gréco-scythes, H. Hoffmann, AJA 69, 1965, 65 s.

173 Minns, 376 s., fig. 279-81; Artamonov, pl. 68-9.

174 M. Maximova in Gr. Städte (J. Irmschev et D. B. Schelov éd., 1961), 35 ss.; Artamonov, pl. 29-33.

175 Maximova, op. cit., 50 ss. et Sov. Arch. 25, 1956, 215 ss. ; BABesch 41, 1966, 7 ss. ; Artamonov, pl. 20.

176 AA, 1905, 59, fig. 4 ; AA, 1965, 908, 911 ; Artamonov, pl. 25-6.

177 A. Furtwängler, Der Goldfund von Vetters-. felde, 1883 ; Minns, 236 ss. ; A. Greifenhagen, Schmuckarbeiten in Edelmetall, Berlin I, 1970, 61 ss., pl. 39-44. Pour les Scythes d’Europe centrale : M. Dusek, Praeh. Zeitschrift 42, 1964, 49 ss.

178 Minns, 203, fig. 98; Talbot Rice, op. cit., pl. 24; From the lands (n. 163), pl. 15.

179 Minns, 226, fig. 129; Talbot Rice, loc. cit.; Artamonov, pl. 62-4; From the lands (n. 163), pl. 3.

180 M. Ebert, Praeh. Zeitschrift 5, 1913, 1 ss.

181 C. G. Starr, Economic and Social Growth of Early Greece, 1977, 176.

182 Fr. Z105 Lobel/Page = Reinach 153; D. L. Page, Sappho and Alcaeus, 1955, 152 ss.

183 Jeffery, AG, 89 s., 238 s.

184 Hdt., 6, 34-7.

185 Hdt., 6, 39-41, 140.

186 BCH 39, 1915, 135 ss.; CRAI, 1915, 268 ss.; 1916, 40 ss.; 1921, 130 ss.

187 Boardman, ABFH, 183 ; CVA Heidelberg 4, pl. 163, 3, 4 ; J. M. Cook, The Troad, 1973, 121. La céramique d’Éléonte conservée à Paris sera publiée par A. Waiblinger : CRAI, 1978, 843 ss. Cf. à Olbia, AA, 1913, 203, fig. 48.

188 Kraay – Hirmer, 334 (cf. fig. 432).

189 Jeffery, LSAG, 72, 366 s.; G. M. A. Richter, Archaic Gravestones of Attica, 1961, 165 ss.

190 E. Babelon in Corolla Numismatica (Essays Barclay V. Head, 1906), 1 ss.; Kraay, Num. Chron., 1977, 196.

191 Boardman, GSAP, 1960, fig. 216.

192 Hdt., 4, 136-7.

193 Hdt., 7, 147.

194 Hdt., 7, 187.

Table des illustrations

Légende 266 Partie du fronton d’un temple de Corcyre, avec Dionysos au banquet ; fin VIe s. (Musée de Corfou ; 2,73 x 1,3 m)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 267 Relief en calcaire, d’Apollonia ; vers 500 av. J.-C. (H. 33 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 268 Plaquette de bronze dans le “style des situles”, de Carceri (Este) ; début Ve s. (Este, Mus, Naz. Atestino 4845 ; L, 7,6 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 269 Tétradrachme d’argent de Grèce du Nord avec deux nymphes portant une amphore vinaire ; fin VIe s. (Londres)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 270 Plat avec Bellérophon et la Chimère, de production naxienne ( ?), de Thasos ; milieu VIIe s. (Musée de Thasos 2085 ; diam. 28 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende 271 Porte de l’enceinte de Thasos décorée d’un Silène au canthare ; vers 500 av. J.-C. (H. totale 2,54 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 272 Protome de Pégase en marbre, élément architectonique de l’Hérakléion de Thasos ; vers 500 av. J.-C. (Musée de Thasos 4 ; H. 1,23 m)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 273 Vase et figurines modelées à décoration incisée, du Céramique d’Athènes ; Xe-IXe s. (Athènes, Mus. du Céramique)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 274 Bouclier en bronze de type “Herzsprung”, d’Idalion, Chypre ; VIIIe s. (Paris, Louvre ; diam. 83 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 275 Fibule à lunettes en bronze ; VIIIe-VIIe s. (Oxford 1885.732 ; L. 15,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 276 Vases de Pateli et Boubousti, Macédoine ; VIIIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 277 Fibule illyrienne en bronze, d’Emporio, Chios; fin VIIe s. (Musée de Chios; I. 5,4 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende 278 Pendentifs d’ambre incisé, de Novi Pazar ; VIe s. (Belgrade 678/1, 679/1 ; H. 6,3 et 4,8 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 279 Dalle de calcaire incisé, de Jerezine ; VIe s. (H. 49 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 280 Cratère en bronze à décor de taureaux en relief sur le col, de Trébenichte ; fin VIe s. (Belgrade ; H. 68 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Légende 281 Femme thrace (attaquant Orphée) avec des tatouages sur le bras et sur le cou, sur une kylix attique du peintre de Pistoxenos ; de l’Acropole d’Athènes ; vers 460 av. J.-C. (Musée Nat. d’Athènes Acr. 439)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 282 Jeunes gens athéniens en costume thrace, sur une kylix du peintre de Brygos ; vers 480 av, J.-C. (Bâle, Coll. Cahn 644)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 283 Col de vase grec oriental, de Boltichka (250 km au sudest de Kiev) ; fin VIIe s. (Saint-Pétersbourg DN 1863, 2/1)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 284 Col de vase grec oriental en forme de tête de bêlier, de Krivorochie ; fin VIIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende 285 Statère d’electrum de Cyzique ; en haut, démon ailé à tête de lion ; en bas, Héraclès avec un thon dans le champ ; fin VIe s. (Londres, Coll, von Aulock)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 286 Stèle funéraire à sommet à palmette de Dorylaion, avec la représentation d’Artémis ou d’une déesse anatolienne des animaux ; vers 520 av. J.-C. (Musée d’Istamboul 526 ; H. 73 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 287 Statue de kouros vêtu en marbre, d’Apollonia ; vers 540 av. J.-C. (Musée Nat. de Burgas ; H. 90 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 288 Plan schématique d’Istros
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 289 Fragment de cratère signé par Istroklès, de Smyrne ; vers 650 av. J.-C. (Musée d’Izmir)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 290 Pithos chiote, de Bérézan ; VIe s. (Saint-Petersbourg B 454 ; H. 52,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 291 Monnaie de bronze d’Olbia ; avers : gorgonéion ; revers : un aigle sur un dauphin ; début Ve s. (Oxford)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 292 Vase grec oriental, de Panticapée ; début VIe s. (H.21 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende 293 Stèle funéraire en calcaire, de Panticapée ; VIe s. (Kertch. H. 88 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 294 Aryballe en argent, de Vani ; vers 500 av. J.-C. (Musée de Tiflis ; H. 9,2 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 295 Revêtement de terre cuite d’un édifice d’Ak Alan, avec un lion et la trace d’un déversoir ; fin VIe s. (Oxford 1944.89 ; H. 24,2 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 296 Archers scythes (celui de gauche s’appelle Kimerios) dans la chasse au sanglier de Calydon, sur le vase François, de Chiusi ; vers 570 av. J.-C. (Musée arch. de Florence 4209)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 297 Archer scythe sur un vase attique d’Exékias, d’Orvieto ; vers 540 av. J.-C. (Philadelphia Univ. Mus. 4873)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 298 Sanglier en ivoire, d’Éphèse ; VIe s. (Musée d’Istamboul ; H. 4,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 299 Détail du décor figuré d’un fourreau d’or, de la tombe Melgounov ; début VIe s. (Saint-Pétersbourg ; H. 4 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 300 Plaquette d’or, de la tombe Melgounov ; début VIe s, (Saint-Pétersbourg ; H. 2,6 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 301 Tête de lion en ivoire à yeux d’ambre, de Vassilikov, près de Smêla ; VIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 302 Plaquettes d’or en forme de sphinx et de lion ailé, du tumulus des Sept Frères et de Nymphaion ; VIe s, (Saint-Pétersbourg ; L. 2,6 et 4,1 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 303 Miroir d’argent doré, de Kélermès ; milieu VIe s. (Saint-Pétersbourg ; diam. 17 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 304 Rhyton en argent doré, de Kélermès ; fin VIe s. (Saint-Pétersbourg ; diam. 6,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende 305 Diadème d’or, de Kélermès ; VIe s. (Saint-Pétersbourg ; H. 1,8 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende 306 Poisson en or, de Vettersfelde ; fin VIe s. (Berlin misc. 7839 ; L. 41 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende 307 Cerf en or, de Koul Oba ; fin VIe s. (Saint-Pétersbourg ; L. 31,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 308 Cerf en or, de Kostromskaïa ; VIe-Ve s. (Saint-Pétersbourg ; L. 31,7 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 309 restitution d’une tombe de Gute Maritzyn ; début Ve s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 310 Fragment de lékanè, d’Éléonte ; milieu VIe s. (Oxford, Coll, de l’auteur ; L. 7 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 311 Tétradrachme d’argent de Chersonèse de Thrace (sans légende) ; vers 500 av. J.-C. (Berlin)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 312 Obole d’argent de type athénien ; avers : tête d’Athéna ; revers : chouette et légende Hip[pias ?] ; fin VIe s. (Paris)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 313 Kylix gréco-orientale, de Lampsaque ; vers 550 av. J.-C. (Oxford, Coll, de l’auteur ; H. 5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3474/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search