Version classiqueVersion mobile

Les Grecs outre-mer

 | 
John Boardman

V. L’Italie, la Sicile et l’Occident

Texte intégral

1La colonisation grecque sur les côtes de la Méditerranée occidentale est bien documentée et constitue une partie essentielle dans toute histoire du monde grec. C’est aux Grecs d’Occident que Rome eut d’abord à faire dans son ascension vers le pouvoir, et c’est donc à eux que l’on doit la continuité et la transmission de la culture grecque au monde occidental à travers Rome.

2Les cités grecques d’Occident furent prospères, avec un aspect “nouveaux riches” : leurs temples étaient un peu plus grands que ceux de leurs métropoles, leur art un peu plus coloré. Artistes et philosophes de Grèce propre s’y rendirent volontiers pour y réaliser des travaux ou tenir des “cycles de conférences” et leur œuvre en fut certainement enrichie. Plus près de nous, ces cités attirèrent vivement l’attention des archéologues, conscients, grâce à leur expérience sur d’autres sites d’Italie, de leur importance comme source majeure pour l’architecture et la sculpture. Mais l’archéologie des premières phases de ces cités est généralement restée en retrait, sauf en ce qui concerne les nécropoles qui promettaient d’être aussi riches en vases grecs que les tombes étrusques.

  • 1 G. Vallet et F. Villard, BCH 76, 1952, 289 ss. ; T. J. Dunbabin, AE, 1953/4, 2, 247 ss. ; J. Ducat (...)

3On trouvera ailleurs de bons exposés sur les témoignages des historiens antiques à propos de la fondation et des premiers développements des colonies et il n’y a pas lieu de reprendre non plus le récit de leur politique intérieure et extérieure. Ici nous nous attacherons d’abord à l’histoire matérielle des colonies dans leur phase la plus ancienne, à leurs relations avec les indigènes et avec leurs concurrents tels que les Phéniciens, et aux caractéristiques de l’art qu’ils transplantèrent de leurs métropoles, puis développèrent de façon autonome. C’est dans ces domaines que l’archéologue peut espérer enrichir le témoignage littéraire et dans certains cas, comme, par exemple, les relations avec les populations étrangères ou la chronologie relative des fondations, il peut même apporter des informations prioritaires, sans oublier pourtant combien sa chronologie est encore tributaire des dates fournies par les historiens anciens pour certaines fondations coloniales1. Aussi lorsque, dans ce chapitre, on donnera des dates précises, c’est évidemment parce qu’elles auront été déduites des auteurs anciens. Mais voyons d’abord un peu qui étaient ces colons, d’où ils venaient et pourquoi ils choisirent les lieux où ils s’installèrent.

LES COLONS

  • 2 Cf. ci-dessous, n. 12, 33.

4La conviction que toutes les fondations coloniales grecques furent établies pour résoudre des problèmes de démographie ou de subsistance a la vie dure. Ce sont en effet les seules raisons habituellement avancées par les auteurs anciens, mais l’archéologie, la géographie et le bon sens suggèrent que l’entreprise commerciale précéda normalement l’expédition nationale et que pour certaines des colonies les plus anciennes le choix du site découle de considérations commerciales plutôt qu’agricoles. Les deux chapitres précédents ont été en grande partie consacrés aux entreprises commerciales grecques outre-mer, en Orient et en Égypte, et il serait stupide de prétendre que des motivations identiques n’aient eu quelque part, voire dans certains cas la plus grande, dans la fondation des colonies d’Occident. Il n’est pas douteux que la connaissance de sites adaptés à un établissement colonial ne pouvait venir que des récits des marchands ayant précédemment exploré les côtes de la Méditerranée occidentale. On a la preuve de leur activité dans les vases géométriques datables de la période pré-coloniale retrouvés en Étrurie (à Véies), en Campanie (à Capoue et Pontecagnano) et en Sicile (à Villasmundo)2.

5Les premières colonies d’Occident furent fondées par les Eubéens, non sur les terres agricoles les plus proches, mais dans un endroit qui offrait les meilleures facilités d’accès au commerce avec l’Étrurie et qui fut ensuite consolidé par des fondations contrôlant le passage obligé à travers le détroit de Messine. Peut-être les Eubéens ont-ils effectué aussi quelques explorations préliminaires dans le sud de la France et en Afrique du Nord, comme nous le verrons plus loin. Comme en Orient, les produits les plus recherchés étaient les métaux – fer, cuivre et étain (celui-ci parvenant en Étrurie de régions plus lointaines). Et comme en Orient, les cités grecques à l’origine de ces établissements commerciaux furent les cités eubéennes de Chalcis et d’Érétrie, avec cette différence qu’ici leur identité nous est révélée aussi bien par les sources littéraires que par l’archéologie. Plus tard, Marseille aussi fut fondée d’abord comme port destiné au commerce avec la Gaule, sur la route de l’étain venant du Nord ; et quand cette route se trouva coupée, de nouveaux centres prirent sa place sur l’Adriatique septentrionale.

6Pour la plupart des colonies, cependant, le choix du site fut plus simplement d’ordre stratégique et économique. Il s’agissait, en premier lieu, de trouver une position défendable, une acropole escarpée, une péninsule ou une île à proximité de la côte – cette dernière étant le type de site vraisemblablement déjà recherché par des marchands en contact avec les indigènes. Ensuite, de s’assurer de bonnes terres cultivables susceptibles de nourrir une communauté en croissance. De tels sites étaient rares et beaucoup déjà occupés, si bien que les colons se virent en général contraints d’obtenir l’aval des indigènes, soit par accord amiable, soit par la force. En outre, très vite, les Grecs rencontrèrent d’autres Grecs et les luttes inter-cités, qui caractérisent l’histoire grecque archaïque, se répétèrent dans les colonies avec la même violence qu’entre les métropoles, ne cessant (et encore pas toujours) que devant un ennemi commun – les Perses en Orient, les Carthaginois en Occident.

  • 3 Hdt., 4, 153, 156.
  • 4 Strabon, 278.
  • 5 Strabon, 257.
  • 6 Hdt., 1, 163 ss.
  • 7 A. J. Graham, Colony and Mother-city in Ancient Greece, 1964.

7Parmi les cités fondatrices de colonies, celles qui, comme Chalcis et Érétrie, pratiquaient le commerce, le firent pour les mêmes motifs qui les avaient conduites, une génération plus tôt, vers les marchés du Proche-Orient. Les autres furent celles dont l’accroissement démographique avait dépassé les ressources agricoles et qui n’étaient pas en mesure de surmonter la crise soit par la conquête des terres voisines, comme le firent les Spartiates, soit par un changement radical de leur économie pour relancer les exportations, comme ce fut le cas pour les Athéniens ou les Chiotes. Les grandes cités ne furent pas les seules à devoir envoyer au-delà des mers une partie de leur population pour qu’elle y trouve de nouveaux moyens de subsistance, mais c’étaient elles qui possédaient généralement les ressources et les moyens de transport suffisants pour monter une telle expédition, à laquelle pouvaient s’adjoindre des familles de cités plus modestes. L’émigration ne concernait pas toujours des familles entières et le départ ne fut pas toujours volontaire. Les Théréens émigrés en Cyrénaïque furent choisis par tirage au sort à raison d’un mâle par famille ; ils partirent contraints et forcés et furent lapidés lorsqu’ils tentèrent de rentrer chez eux3. De tels groupes, composés parfois seulement de quelques dizaines d’individus, devaient ensuite trouver des femmes parmi les indigènes. Les Spartiates envoyés pour fonder Tarente étaient des enfants illégitimes (les Parthenoi), nés au cours d’une guerre où les soldats, qui avaient juré de ne rentrer à Sparte qu’après la victoire, finirent par céder aux protestations de leurs femmes et permirent aux hommes les plus jeunes de rejoindre leur patrie en “permission extraordinaire”. Une fois grands, les Parthenoi, indignés d’être privés de leurs droits civiques, fomentèrent une révolte à la suite de laquelle ils furent envoyés en Occident pour fonder une colonie4. Les Théréens, quant à eux, émigrèrent à la suite d’une sécheresse et les Chalcidiens envoyèrent à Rhégion un dixième de leur population à la suite d’un famine. D’autres fois, ce sont des groupes de dissidents qui choisirent librement d’émigrer ou qui y furent contraints, comme les Messéniens qui se joignirent aux Chalcidiens pour fonder Rhégion5. C’est une raison plus dramatique qui poussa les Phocéens à abandonner leur cité assiégée par des Perses et à chercher une nouvelle patrie6. Un fois installés, les colons étaient politiquement indépendants de leur métropole et constituaient une nouvelle cité de droit ; mais il subsistait des liens de sang, de religion et, bien sûr, de commerce7.

  • 8 W. G. Forrest, Historia 6, 1957, 160 ss. sur Delphes et la colonisation et in CAH 32. 2, ch. 39d ( (...)

8Les Chalcidiens, les Spartiates et les Théréens avaient émigré sur les conseils de l’oracle de Delphes, qui semble être intervenu avec efficacité dans maintes autres occasions. Ses prêtres pourraient avoir mis sur pied un véritable bureau d’information sur le monde grec, au service de la politique de leurs amis8.

  • 9 Boardman et Hayes, Tocra 1, 1966, 111 ss. pour une étude récente.
  • 10 Coldstream, GGP, 195.

9Les cités colonisatrices sont en général assez clairement définies aussi bien dans leur histoire que dans leurs institutions. L’archéologie des premiers temps des colonies nous éclaire, de son côté, à la fois sur leur origine et sur l’identité des populations d’accueil en dépit de l’omniprésence de la céramique corinthienne. Car, si Corinthe ne participa directement qu’à la seule fondation de Syracuse en 733, la popularité de sa céramique était telle qu’elle fut transportée et utilisée par bien d’autres cités, comme nous avons déjà eu l’occasion de le noter. Ainsi, parmi les états colonisateurs, les cités achéennes, et vraisemblablement aussi Mégare, n'avaient guère d'autre céramique fine à leur disposition. La céramique des cités eubéennes, qui furent les premières à investir l’Occident, a été reconnue dans leur plus ancienne colonie, Pithécusses, et son style se trouve ensuite à Cumes et dans les premiers vases produits pour le marché étrusque. Mais après le VIIIe s., l’intérêt des Eubéens pour l’Occident faiblit et leur céramique y disparaît, alors que leurs colonies prospèrent. Rhodes fut la première des cités de Grèce de l’Est à envoyer une colonie en Occident, mais la céramique grecque orientale se retrouve dans bien d’autres colonies de cette époque, ce qui traduit des intérêts commerciaux plus qu’une participation aux fondations. Des amphores vinaires chiotes du VIe s. ont été recueillies sur la plupart des sites grecs occidentaux et en Étrurie, mais de la céramique fine, dont des vases de Fikellura et bien d’autres, pas toujours rhodiens, y figurent aussi à partir du milieu du VIIe s. On trouve en outre une quantité de vases plus communs, à décor de bandes peintes, provenant de centres non identifiés de Grèce de l’Est, dont sans doute Phocée. Parmi ces vases largement diffusés et souvent imités, comme en Gaule, les plus importants sont les coupes dites ioniennes9. La Crète participa aux côtés de Rhodes à la fondation de Géla, mais il y a peu de céramique crétoise en Occident et quelques identifications d’unguentaria, précédemment attribués à la Crète, doivent être révisées en faveur des Eubéens10. Les marchés occidentaux, grecs et étrusques, constituèrent des débouchés privilégiés pour les meilleurs vases à figures noires du VIe s. Les productions attiques y évincèrent progressivement celles de Corinthe, tandis que les belles coupes laconiennes parvinrent toujours à s’y maintenir, quoique faiblement. Si ce commerce de céramique fine ne nous apprend rien sur le type de ces nouveaux établissements ou même sur l’identité des marchands, la demande des consommateurs ne fut pas sans effet sur la production, ainsi que nous le verrons.

  • 11 W. Taylour, Myc. Pottery in Italy, 1958 ; Desborough, The Last Mycenaeans, 1964, ch. 9 ; CAH 22. 2 (...)

10Avant d’en venir à l’examen de chacun des sites, nous pouvons jeter un rapide coup d’œil sur les contacts établis par les Grecs avec cette partie de la Méditerranée avant la fondation des colonies. A partir des environs de 1600 et jusqu’à la fin de l’Age du bronze, Crétois et Mycéniens manifestèrent un vif intérêt pour les îles Lipari et certains secteurs de la Sicile (notamment au sud-est). Sur les îles, en tout cas, il y eut, semble-t-il, de petits comptoirs d’échange. En Italie même, un établissement fonctionnait certainement à Tarente, non à l’emplacement exact de la future colonie mais en face, à Scoglio del Tonno ; le site connut un bel essor entre 1400 et 1200 av. J.-C. et, d’après le style des vases mycéniens qu’on y a recueillis, il semble qu’il fut fréquenté essentiellement par des marchands rhodiens. Des trouvailles mycéniennes de moindre importance ont été faites ailleurs en Italie, à Termitito (Métaponte), à Ischia (sur l’îlot de Vivara et à l’emplacement de la future colonie de Pithécusses), en Étrurie et à Malte11. Même si des échos de la culture mycénienne se font entendre jusqu’en Espagne ou même en Grande-Bretagne, il ne saurait être question de relations directes avec le monde égéen. Le souvenir de la présence grecque en Italie et en Sicile survécut confusément dans certains mythes, et particulièrement dans le récit des pérégrinations d’Ulysse, mais la rupture des contacts après 1200 fut presque totale, et les voyages ultérieurs des Grecs vers l’Occident ne semblent pas avoir été conditionnés ou guidés par l’expérience de leurs ancêtres mycéniens, comme cela fut le cas vers l’Orient où la coupure ne fut ni aussi complète ni aussi longue.

LES CITÉS GRECQUES D’ITALIE ET DE SICILE

11Nous allons examiner les trouvailles les plus anciennes dans les principales colonies en poursuivant l’enquête jusqu’au début du Ve siècle. On s’en tiendra seulement aux grandes lignes, car l’histoire de ces cités se confond très vite avec celle de la Grèce propre et cesse d’être celle d’établissements en terre étrangère. Et d’ailleurs, pour les historiens plus tardifs, les cités d’Italie du Sud font partie de la Grande Grèce, Magna Graecia, qui englobe parfois aussi la Sicile.

12Plutôt que de présenter les cités par ordre chronologique strict de fondation, nous avons regroupé ensemble des colonies et des colons de même origine selon le schéma suivant :

Les Eubéens en Italie centrale

Pithékusses, Cumes

Les Eubéens en Sicile orientale

Naxos, Léontinoi, Catane

Les Eubéens sur le Détroit

Zancle, Mylai, Rhégion

Les Doriens en Sicile

Syracuse, Mégara Hyblaea

Les Rhodiens et les Crétois en Sicile

Géla

Les Achéens en Italie du Sud

Sybaris, Crotone, Kaulonia, Métaponte, Poseidonia

Les Spartiates, les Colophoniens et les Locriens en Italie du Sud

Tarente, Siris, Locres Épizéphyriennes

L’expansion syracusaine

Elôros, Akrai, Kasmenai, Camarina

Les colonies de Sicile occidentale

Sélinonte, Agrigente, Himère

Les dernières fondations

Lipara, Hyélè (Élée)

  • 12 D. Ridgway et O. Dickinson, BSA 68, 1973, 191 s. ; Ridgway, SE 35, 1968, 311 ss. et in Greeks, Cel (...)

13Les premiers colons en Occident furent les Eubéens dont nous avons vu aussi le rôle pionnier en Orient : là-dessus les textes et l’archéologie concordent. Pour la fondation de leur première colonie, nous avons seulement une datation archéologique, mais il ne s’agit certainement pas de leur première aventure dans les eaux occidentales. Les skyphoi à demi-cercles pendants, qui attestent la présence des Eubéens à Al Mina (cf. p. 52), ont été retrouvés en Étrurie à Véies et en Sicile à Villasmundo. Un autre type de vase eubéen archaïque, le skyphos à chevrons, apparaît dans des tombes pré-grecques de Cumes et aussi à Véies. C’est là manifestement le signe d’un intérêt commercial eubéen avant l’installation de toute colonie grecque dans le secteur. Ces découvertes étaient attendues mais ne sont apparues que depuis peu de temps12.

  • 13 Ridgway, op. cit. ; G. Buchner (directeur des fouilles), Expedition 8, 1966, 4 ss. ; in Metropoli (...)
  • 14 Ridgway, Celts (n. 12), 24.
  • 15 RM 60/61, 1953/4, 37 ss. ; Opusc. Rom. 4, 1962, 165 ss. Sur les vases d’Ischia, Coldstream, GG, 22 (...)
  • 16 ARepts, 1970/1, 67 ; Jeffery, AG, 64.
  • 17 Jeffery, LSAG, 235 s. ; H. Metzger, REA 67, 1965, 301 ss. ; Meiggs – Lewis, no 1.
  • 18 Boardman et Buchner, JdI 81, 1966, 1 ss. Il y a eu d’autres découvertes ultérieures.
  • 19 S. Bosticco, PdP 54, 1957, 215 ss. ; F. de Salvia, Cahiers J. Bérard 2, 1975, 87 ss.
  • 20 Ridgway, Atti VIII° Conv. Naz. Stud. Etr., 1974, pl. 63a et Celts (n. 12), 14, fig. 2b.
  • 21 ARepts 1976/7, 44 ; Buchner, PdP 33, 1978, 135 ss.

14Pithécusses (Pithekoussai ; auj. Ischia). Selon une tradition antique, Pithécusses fut fondée par des Eubéens d’Érétrie et de Chalcis avant leur installation à Cumes, sur le continent en face, et cette tradition a été pleinement confirmée par les fouilles13. La cité se trouvait dans la partie nord de l’île d’ischia, avec son acropole sur le promontoire du Monte Vico, une nécropole dans la Valle de San Montano adjacente et, au-delà, une importante aire suburbaine sur la colline de Mezzavia (fig. 201). L’acropole n’a pas encore été vraiment fouillée mais on y a recueilli de la céramique du VIIIe s. et des terres cuites architectoniques d’un temple du VIe s. Plus à l’est, le site indigène de Castiglione a livré de la céramique mycénienne14. C’est la nécropole de la Valle de San Montano qui a été le plus complètement fouillée. A l’inhumation caractéristique des premières tombes succèdent des incinérations sous de bas tumulus de pierre. La céramique la plus ancienne remonte sans doute aux environs de 770 et la phase principale s’achève brusquement peu après 700, bien que la nécropole continue à être utilisée encore au VIe s. Les productions corinthiennes sont mieux représentées que les vases eubéens, pour la plupart des imitations du type corinthien semblables à celles retrouvées à Al Mina (fig. 202 et cf. p. 51, groupe 2). Un style “eubéen” caractérise aussi les vases de production locale, parmi lesquels un cratère du Géométrique récent décoré d'une étrange scène de naufrage (fig. 203), qui rappelle peut-être un incident réel survenu au cours d’une expédition en Occident (il y a vraiment des requins en Méditerranée !)15. On a trouvé également dans les tombes les plus anciennes un peu de céramique de Crète et de Grèce de l’Est et la première signature de potier grec16 (fig. 204). Une coupe-cotyle rhodienne d’une des plus anciennes tombes porte l’inscription gravée d’un défi à la fameuse coupe de Nestor chantée par Homère17 (fig. 205). Elle dit : “Je suis la coupe de Nestor, bonne à boire, et de celui qui boira de cette coupe aussitôt s’emparera le désir d’Aphrodite à la belle couronne”. On trouve enfin un reflet très net des intérêts eubéens à l’autre bout de la Méditerranée à travers des sceaux ciliciens18, des faïences et des scarabées égyptiens19 et un flacon syrien à tête humaine modelée sur le col20 (fig. 206) recueillis dans des tombes du VIIIe s. La découverte de deux vases de production locale portant des inscriptions en araméen et en phénicien21 vient renforcer l’hypothèse d’une présence orientale dans cet avant-poste eubéen d’Occident, qui fut sans doute à ses débuts un comptoir commercial comme Al Mina plutôt qu’une colonie/apoikia (“une maison loin de la maison”).

201 Pithécusses (Ischia) : le promontoire avec l’acropole du Monte Vico ; en arrière, la Valle de San Montano avec la nécropole et la colline de Mezzavia vers l’intérieur

202 Coupe (cotyle) de type corinthien, mais de production eubéenne, de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia. H. 10 cm)

203 Scène de naufrage sur un vase de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia)

204 Fragment de cratère avec la signature du potier “... inos m’a fait”, de Pithécusses ; vers 700 av. J.-C. (Ischia)

205 “Coupe de Nestor” ; coupe grécoorientale avec une inscription métrique gravée, de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia ; H. 10,3 cm)

206 Flacon de terre cuite syrien, de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia ; H. 11,7 cm)

  • 22 Strabon, 247. Buchner in Cahiers du Centre J. Bérard 2, 1975, 59 ss. (révisé in The Italian Iron A (...)
  • 23 Ridgway, Celts (n. 12), 17 ss. (fig. 4 = notre fig. 207) ; op. cit. (n. 20), 289 s. ; Buchner, op. (...)

15Strabon raconte qu’Érétriens et Chalcidiens de Pithécusses se querellèrent et que les premiers furent évincés de l’île, en écho de la vive rivalité qui opposa au VIIIe s. les deux cités-mères eubéennes. Il ajoute que les colons abandonnèrent l’île à la suite d’une éruption volcanique et de tremblements de terre et au moins à Castiglione, où l’on a recueilli un peu de céramique géométrique, l’installation semble avoir été détruite accidentellement. La mention antique de “mines d’or” dans l’ile est curieuse et se réfère peut-être simplement aux produits de l’orfèvrerie locale22. Il serait absurde d’imaginer que Pithécusses fut colonisée pour ses seuls avantages agricoles. Le sol volcanique de l’île ne convient qu’à la viticulture et son boom démographique actuel est dû uniquement à l’activité touristique : les Eubéens ne s’y installèrent pas pour produire du vin ou construire des hôtels ! Sa situation privilégiée pour le commerce des métaux ressort bien des vestiges anciens d’une métallurgie du fer aussi bien à Mezzavia que sur le Monte Vico, où l’on a retrouvé des scories, des lingots et des tuyères (fig. 207) ; il n’y a pas de minerai de fer à Ischia et les analyses suggèrent qu’il venait de l’île d’Elbe23. Très vite il fut nécessaire de trouver un endroit plus commode ne présentant pas seulement des avantages défensifs.

207 Tuyère de four, de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia ; H. env. 20 cm)

  • 24 Les tombes sont publiées in Mon. Ant. 13, 1903, 201 ss. ; 22, 1913, 9 ss. Derniers tratravaux : W. (...)
  • 25 Cf. ci-dessus, n. 12.
  • 26 Mon. Ant. 22, 1913, pl. 32, 1, 33.

16Cumes (Kymè) se situe sur le continent en face d’ischia, à moins de vingt kilomètres à l’ouest de Naples. Elle possède une bonne acropole, un arrière-pays marécageux et une plage sûre, mais non un port abrité. Ce fut à l’origine une fondation proprement chalcidienne. La nécropole la plus ancienne, fouillée en grande partie, se trouvait au nord de la ville24. Elle a livré un certain nombre de tombes indigènes pré-grecques contenant de la céramique commune et des bronzes de type italique. Certaines productions céramiques y témoignent de contacts avec les Eubéens antérieurs à la fondation de Pithécusses25, tandis que certaines coupes et des objets en faïence égyptiens, de provenance pithécussaine, montrent l’existence de contacts précoces entre les nouveaux arrivants grecs et les indigènes, avant même l’installation d’une cité grecque à Cumes. La céramique la plus ancienne des tombes vraiment grecques est plus tardive que celle des premières tombes de Pithécusses et doit dater d’un peu avant 725, mais malheureusement aucune source antique ne fournit une date fiable pour la fondation de la cité. La céramique est principalement corinthienne, mais on trouve aussi des vases de tradition eubéenne et locale, dérivés probablement de productions pithécussaines. Si l’on peut noter la présence d’un beau vase cycladique du milieu du VIIe s.26, il y a en général peu d’importations avant l’arrivée massive de la céramique corinthienne, courante à partir des environs de 600, mais remplacée au cours du VIe s. par les vases attiques à figures noires et de rares vases laconiens. Il y a très peu de céramique de Grèce de l’Est avant le VIe s. et ce sont alors essentiellement des flacons à parfums. Avec l’accroissement du commerce avec l’Étrurie arrivent de plus en plus d’objets étrusques – céramique, bronzes, bijoux : on examinera plus loin les relations artistiques entre les colonies eubéennes et l’Étrurie.

  • 27 R Amandry, Ét. Arch, class. 1, 1955/6, pl. 7.
  • 28 Cl. Albore Livadie in Cahiers J. Bérard 2, 1975, 53 ss. ; C. Bérard, Eretria 3, 1970 ; Buchner in (...)

17Une pièce provenant de Cumes (ou du moins enregistrée comme telle), aujourd’hui à Copenhague27 (fig. 42), mérite une mention particulière. Il s’agit d’un chaudron en bronze avec des attaches en têtes de taureau, d’un type oriental diffusé dans le monde grec autour de 700 (cf. p. 81). Sa présence dans la Cumes eubéenne souligne le rôle des Eubéens dans le commerce avec l’Orient, mais pourrait aussi appuyer une tradition antique selon laquelle Cumes tirerait son nom de la Cumes éolienne, cité d’Asie Mineure située à proximité du royaume phrygien où les chaudrons à têtes de taureau étaient bien connus. En fonction de l’afflux d’objets syriens et phéniciens à Pithécusses et à Cumes et jusqu’en Étrurie, la première explication est probablement la meilleure. On trouve aussi à Cumes des tombes de la fin du VIIIe s. où l’urne cinéraire, constituée par un chaudron, est placée dans un coffre de pierre, pratique insolite qui trouve de stricts parallèles dans les tombes contemporaines d’Érétrie (Hérôon de la Porte de l’Ouest)28.

  • 29 ARepts 1976/7, 68 s. ; P. Pelagatti, BdA, 1956, 326 ss. ; 1964, 149 ss. ; 1972, 211 ss. Sur le rôl (...)

18Naxos. Selon Thucydide, Naxos, premier établissement grec en Sicile, fut fondé en 734. Le site se trouvait au point d'accostage le plus proche pour tout navire contournant la pointe de la botte italienne en venant de l’Est. Situé juste au sud de Taormine, sur un promontoire découpé comme une péninsule par un torrent coulant au Sud, il possédait vers l’intérieur une plaine petite mais fertile, particulièrement propice à la culture de la vigne. Des fouilles récentes dans la ville ont mis au jour de la céramique datant des tous premiers temps de l'installation et un rempart du VIe s. et montré que la cité grecque avait pris la place d’un établissement indigène antérieur29. On y a identifié une production céramique locale précoce, de type eubéen et, au Ve s., les restes d’un temple d’Aphrodite. Naxos ne joua jamais un rôle de premier plan en Sicile, mais au début de son histoire, elle servit de base à la fondation de deux autres colonies, Léontinoi et Catane.

  • 30 Thuc., 6, 2.
  • 31 G. Rizza, BdA, 1957, 63 ss. (voir aussi quelques fragments datables du VIIe siècle, décorés dans u (...)
  • 32 RM 15, 1900, 87, fig. 30 ; H. Winnefeld, Bronzebecken aus Leontini, 1899 ; cf. Quad. Imerese I, 19 (...)

19Léontinoi. Six ans après la fondation de Naxos, les mêmes Chalcidiens allèrent fonder une nouvelle colonie à Léontinoi avec l’appoint de nouveaux colons venus de la métropole. Le site était occupé par des indigènes Sicules qu’ils chassèrent : ce fait est attesté aussi bien par le récit de Thucydide que par la date de fin d’utilisation de la nécropole indigène30. La cité se trouvait à l'extrémité d’une riche plaine traversée par le Symaithos (Simeto), à près de 10 km de la mer, ce qui signifie qu’il s’agissait dès le départ d’une communauté agricole. Les fouilles ont révélé que le site primitif occupait la colline de San Mauro qui était entourée d’un rempart construit vers le milieu du VIIe s.31. La céramique la plus ancienne retrouvée à ce jour est corinthienne, mais il y a aussi des pièces de type eubéen et des productions locales à décoration figurée (fig. 208). Vers 600 ou peu après, l’enceinte fut agrandie pour englober une deuxième colline, Metapiccola, sur laquelle ont été mises au jour les fondations d’un temple antérieur à 550. Des fouilles anciennes de la nécropole provient un superbe chaudron en bronze à attaches en têtes de bélier32 (fig. 209). Des restes de villages sicules ont été identifiés, sous la ville grecque, aussi bien à San Mauro que sur Metapiccola.

208 Fragments de vases de Léontinoi ; vers 700 av. J.-C. (Musée de Syracuse)

209 Chaudron en bronze à attaches en têtes de bélier, de Léontinoi ; vers 550 av. J.-C. (Berlin ; H. 21,5 cm)

  • 33 ARepts 1976/7, 66 s. G. Voza in ASSO, 57 ss.

20A peu de distance de Léontinoi, mais plus près de la côte, le site de Villasmundo a livré le plus ancien vestige d’une activité précoloniale eubéenne dans l’île, un skyphos à demicercles pendants33.

  • 34 G. Rizza, BdA, 1960, 247 ss.

21Catane (Katanè). Le contrôle chalcidien sur la riche plaine du Symaithos fut parachevé par la fondation de Catane sur son côté nord, peu après l’installation à Léontinoi. Les colons venaient aussi de Naxos, Contrairement à Léontinoi, Catane était sur la côte et possédait un bon port. Les éruptions de l’Etna et les coulées de lave n’ont pas permis l’identification de la ville antique, mais on a fouillé une nécropole indigène pré-grecque et, plus récemment, on a recueilli une certaine quantité de céramique votive provenant d’un sanctuaire de Déméter34, à l’emplacement vraisemblable de l’ancienne acropole. Rien n’y est antérieur à 600, mais à côté des inévitables céramiques corinthiennes, attiques et “chalcidiennes”, on trouve beaucoup de céramique chiote, quelques vases de Grèce de l’Est et des vases laconiens de belle qualité.

22A la même époque où ils s’établissaient sur la côte orientale de la Sicile, les Eubéens tentaient de s’assurer le contrôle des voies conduisant à leurs premières fondations de Pithécusses et Cumes, en fondant les colonies de Zancle et Rhégion sur les deux rives du détroit de Messine.

  • 35 G. Vallet, Rhégion et Zancle, 1958.

23Zancle (Zanclè ; future Messana ; auj. Messine) fut fondée sans doute peu après Naxos par des colons venus de Cumes (directement intéressés par la liberté de passage à travers le Détroit) et de Chalcis. Selon les sources antiques, les pirates de Cumes s’y étaient déjà assuré une escale – écho, d’une certaine façon, des pratiques commerciales grecques en Occident. Zancle, située juste au sud du point le plus proche de la rive italienne, possédait un port exceptionnellement bien abrité en forme de faucille, auquel la cité aurait dû son nom de Zancle d’après le nom sicule de la faucille. La ville primitive s’étendait, semble-t-il, au sud du port, mais les trouvailles restent sporadiques et peu explicites. A l’extrémité du môle naturel encerclant le port, devait se trouver un sanctuaire, qui a livré la céramique la plus ancienne, corinthienne et d’imitation (eubéenne ?) de la fin du VIIIe s. Aux VIIe et VIe s., prédominent, comme ailleurs, les vases corinthiens et attiques, à côté de quelques pièces de Grèce de l’Est35.

24La force de Zancle résidait essentiellement dans son port et dans sa position sur le détroit. La cité n’avait pratiquement aucune possibilité de développement agricole et fut contrainte de s’assurer ailleurs la possession de terres cultivables pour subvenir à ses besoins. Elle le fit à Myles.

  • 36 L. Bernabò Brea et M. Cavalier, Il Castello di Lipari, 1958, pl. 21, et Mylai, 1959 ; Meligunis-Li (...)

25Myles (Mylai, auj. Milazzo). A environ 30 km à l’ouest de Zancle, sur la côte septentrionale de la Sicile en face des îles Lipari, s’étend une petite plaine côtière, en arrière d'une longue péninsule rocheuse. C’est au pied de cette péninsule que Myles fut fondée par des colons de Zancle qui en chassèrent les indigènes. Des fouilles récentes nous en apprennent plus sur Myles que ce que nous pourrions tirer des informations que nous avons sur sa métropole. La plus ancienne céramique datable y est évidemment corinthienne et, en comparaison avec les trouvailles de Syracuse, elle suggère une fondation un peu plus ancienne que celle fournie par les sources antiques (716 av. J.-C.) et plus proche de celle de Zancle comme on pouvait s’y attendre. Pour la fin du VIIIe et le VIIe s., on possède une certaine quantité de céramique “cycladique”, probablement eubéenne ou de type eubéen. La fin du VIIe et le VIe s. sont représentés par un plus grand nombre de productions de Grèce de l’Est, constituées à la fois de vases à bandes et d’amphores vinaires chiotes. Ici, comme dans les autres nécropoles coloniales eubéennes, l'incinération est plus fréquente que dans les colonies d’origine différente et doit refléter les pratiques de la métropole eubéenne36.

  • 37 Vallet, op. cit.
  • 38 Ibid., pl. 5, 1.
  • 39 Canale : Mon. Ant. 31, 1926, 211 ss. ; Åkerström, GSI, 37 ss. (pl. 10, 5 = notre fig. 210) ; Colds (...)

26Rhégion (auj. Reggio Calabria). Les Chalcidiens de Zancle invitèrent les Messéniens du Péloponnèse à participer à la fondation de Rhégion, en compagnie d’un groupe d’habitants de Chalcis même, chassés par une disette. Rhégion se situe à une quinzaine de kilomètres au sud de Zancle sur la rive italienne du détroit, à un endroit choisi – comme Zancle – pour sa valeur stratégique afin de s’assurer le contrôle du passage. Aussi sa date de fondation doit-elle être assez proche de celle de Zancle. La ville antique est recouverte par la ville moderne de Reggio Calabria et la connaissance que nous en avons provient du hasard des trouvailles et de fouilles sporadiques37. De ses débuts nous ne savons presque rien en dehors de sa localisation en gros au sud du port moderne. L’un des plus anciens vases, une œnochoé des environs de 700 av. J.-C., présente des analogies avec les imitations eubéennes et cycladiques de céramique corinthienne38. A partir de la fin du VIIe s., on a quelques vases corinthiens et au VIe s. un nombre croissant d’importations d’Athènes et de Grèce de l’Est, associées à un peu de céramique laconienne et beaucoup de “chalcidienne”, sur laquelle nous reviendrons. La céramique grecque de type eubéen (fig. 210) recueillie dans des villages indigènes à l’est de Reggio, près de la future colonie de Locres, est peut-être le signe de l’expansion des intérêts eubéens sur ce côté-là du détroit, avant qu’ils soient bloqués précisément par la fondation de Locres39.

210 Vase “eubéen” de Canale (Reggio) ; fin VIIIe s.

  • 40 Dunbabin, 48 ss.
  • 41 Strabon, 270. Sur Corinthe et la colonisation en Occident : C. Roebuck, Hesperia 41, 1972, 111 ss. (...)

27Syracuse (Syrakousai), fut la plus riche des cités grecques de Sicile. Selon Thucydide40, elle fut fondée par les Corinthiens en 734, un an seulement après l’établissement des Eubéens à Naxos. Si Naxos possédait le port le mieux placé comme point d’arrivée de la navigation venant de l’Est sur la côte de Sicile, celui de Syracuse était vraiment le meilleur. La similitude de toponymes entre Chalcis et Syracuse (comme par exemple la fontaine Aréthuse) a amené certains auteurs à penser que les Eubéens eurent quelque intérêt à Syracuse avant l’arrivée des Corinthiens. On en trouve peut-être une trace dans la présence de tessons eubéens du VIIIe s. dans le village indigène de Castelluccio un peu à l’intérieur des terres et dans le fait que la céramique la plus ancienne de Syracuse même présente des affinités avec les productions des Cyclades et de l’Eubée. Nous devons aussi nous souvenir que, selon la tradition strabonienne, Archias, le chef des colons corinthiens, avait récupéré en chemin un groupe de Grecs, au cap Zéphyrion, à la pointe de la botte italienne41. C’était, selon Strabon, des Doriens, mais l’archéologie révèle à cette époque la présence d’Eubéens à proximité du cap Zéphyrion (près de Locres, cf. infra).

  • 42 Dunbabin, 50-2, 60 ; Mon. Ant. 25, 1918, 353 ss. pour les trouvailles anciennes.
  • 43 Trouvailles des VIIIe et VIIe siècle : ARepts, 1976/7 ; ASSO, 76 ss.
  • 44 Pelagatti, Dialoghi di Arch. 3, 1969, 141 ss. ; G. V. Gentili, Palladio, 1967, 61 ss. ; ASSO, 74 s (...)

28L’immense baie de Syracuse était en partie fermée par l’île d’Ortygie (“l’île aux cailles”), elle-même quasiment rattachée à la terre ferme par son extrémité nord et sur laquelle s’était installé un village indigène sicule, dépossédé ensuite par la ville grecque (fig. 211). Cette île constitua longtemps le cœur de la colonie – facilement défendable, avec des ports au nord et au sud et une source d’eau douce, la fontaine Aréthuse. Le sanctuaire d’Athéna, qui y fut sans doute l’un des premiers édifices mis en place par les nouveaux colons, a livré quelques-unes des céramiques les plus anciennes de la cité. Du temple, nous ne connaissons rien jusqu’au début du VIe s., époque pour laquelle nous possédons les vestiges de revêtements de terre cuite décorant l’édifice en bois et briques crues. A la fin du siècle, son autel fut reconstruit de façon plus élaborée avec des éléments décoratifs de type ionique. Quant au temple du Ve s., de type dorique, il est encore partiellement conservé dans la structure de l’actuelle cathédrale42. Un second temple dorique d’Ortygie, plus ancien, était dédié à Apollon. Il s’agit d’un édifice construit vers le milieu du VIe s. de 25,60 m sur 55,30 m, de plan allongé et muni d’une double rangée de colonnes en façade, comme il en existe ailleurs en Sicile ; le site a livré du mobilier de sa période de fondation, mais aussi les traces d’un établissement indigène antérieur avec des fragments de céramique grecque témoignant de contacts précoloniaux43. Enfin, les fouilles ont révélé les restes d’un gigantesque (environ 56 m de long) temple ionique inachevé de la fin du VIe s., clairement inspiré par beaucoup d’autres aspects des temples colossaux d’Éphèse et de Samos44.

211 Plan schématique de Syracuse

29A la fin du VIe s., l'île d’Ortygie fut reliée à la terre ferme par une digue, mais il est évident, d’après les trouvailles de céramique, que les pentes du plateau des Épipoles furent occupées dès les premiers temps de la colonie. C’est là que se trouvait par exemple la future place du marché (agora). Plus au sud, un peu en arrière de la grande rade, s’élevait le temple de Zeus Olympien. Son état du VIIe s. n’est connu que par des revêtements de terre cuite. Dans son état ultérieur en pierre, de type dorique, il ressemble de très près au temple d’Apollon d’Ortygie, tout en étant plus long d’environ 7 m et sans doute plus ancien.

  • 45 Exemplaire attique, Coldstream, GGP, 78, no 33 ; cycladique, BCH 76, 1952, 332, fig. 7. Cf. Åkerst (...)
  • 46 P. E. Arias, BCH 60, 1936, 144 ss. ; Vallet – Villard, MEFRA, 68, 1956, 23. Et cf. SE 42, 1974, pl (...)
  • 47 Cf. Dunbabin, 56, 93 s. ; R. van Compernolle, Kokalos 12, 1966, 75 ss.
  • 48 Mon. Ant. 25, 1918, 589 ss., fig. 181, 195, 199 ; E.-L. Marangou, Lak. Elfenbein-Schnitzereien, 19 (...)
  • 49 ASSO, 91, no 310 avec références. Sur le type, Beazley, JHS 60, 1940, 22 ss.

30Les nécropoles archaïques étaient situées à l’ouest (notamment celle du Fusco, la plus ancienne) et au nord de la partie de la ville de terre ferme. L’usage de sarcophages de pierre reflète des pratiques de la métropole Corinthe. Presque toute la céramique grecque la plus ancienne (à l’exception de quelques fragments eubéens), quelle provienne de la zone des nécropoles, des temples d’Athéna et d’Apollon ou de la ville, est corinthienne et elle restera par la suite la catégorie la plus populaire. Même les vases attiques du VIe s., qui s’imposeront sur tous les marchés, resteront ici proportionnellement rares. C’est peut-être pour cette raison que d’autres catégories de céramique grecque apparaissent mieux représentées. Des vases de Grèce de l’Est – dont certains à coup sûr rhodiens – arrivent à partir des années 700 et, au VIe s., quelques-uns du type de Chios ou de Fikellura. Signalons, plus à titre de curiosité que d’importance, deux pièces particulièrement anciennes, l’une cycladique, du milieu du VIIIe s., l’autre, un peu plus tardive, attique, parmi les rares fragments de ce type à avoir atteint l’Occident aussi tôt45. De la première moitié du VIIe s. datent quelques vases de production locale attribuables, semble-t-il, à un peintre argien immigré, au goût assez éclectique46 (fig. 212), fait à rapprocher de quelques références littéraires problématiques à des intérêts ou des cultes argiens à Syracuse47. Parmi les objets mineurs, on peut noter des ivoires48, des fibules, un relief et un sceau semblables à ceux retrouvés dans le Péloponnèse, mais pratiquement inconnus ailleurs en Occident, et des lampes de pierre cycladiques49. Le cadre archéologique témoigne globalement d'une prospérité croissante au cours des VIIe et VIe s., soutenue par d’ambitieux programmes de constructions religieuses, sous l’égide d’une des aristocraties grecques les plus riches et les plus durables, celle des Gamoroi. Au Ve s., la cité allait devenir l’une des plus grandes puissances, non seulement d’Occident, mais du monde grec tout entier.

212 Vase de la nécropole du Fusco, Syracuse ; vers 700 av. J.-C. (Musée de Syracuse ; H. 50 cm)

  • 50 Thuc., 6, 4.
  • 51 Pour la classe de Thapsos voir Coldstream GGP, 102-4 (pl. 20c = notre fig. 213). Il semblerait s’a (...)
  • 52 Vallet – Villard, BCH 76, 1952, 289 ss. ; Coldstream, GGP, 324 s.

31Mégara hyblaea. La fondation de l’unique colonie mégarienne de Sicile fut mouvementée50. Après une première tentative d’installation sur la côte orientale à Trôtilon, les colons furent invités à se joindre aux Chalcidiens de Léontinoi, mais ils furent bientôt chassés de la ville et se réfugièrent sur la péninsule rocheuse de Thapsos. Il est possible que la déposition de la fin du VIIIe s. qu’on y a retrouvée dans une tombe à chambre indigène réutilisée soit celle de leur chef, Lamis. Le site de Thapsos a également donné son nom à une classe de céramique (fig. 213), très courante à Mégara Hyblaea, qui a suscité des discussions sur la chronologie de fondation de Syracuse et de Mégara Hyblaea elle-même (cf. infra)51. Après quelques mois passés à Thapsos, les Mégariens furent invités par le roi sicule Hyblon à venir s’installer sur un site côtier qui, par sa position à quelque 15 km au nord, était destiné à tomber sous le contrôle de la puissante Syracuse. Selon Thucydide, Mégara Hyblaea fut fondée six ans après Syracuse. On a voulu à partir d’arguments archéologiques renverser cet ordre52 ; mais les longues difficultés des Mégariens à s’installer et leur choix final d’un endroit plutôt médiocre tout proche de la splendide baie de Syracuse, sont peut-être plus éloquents que la surinterprétation de quelques vases – d’ailleurs différents–, et les dernières trouvailles de Syracuse vont finalement dans le même sens.

213 “Coupe de Thapsos”, d’Aetos, Ithaque ; fin VIIIe s. (Vathy, Aetos RI ; H. 13,5 cm)

  • 53 Rapports annuels in MEFRA. Megara Hyblaea 2, 1964, pour la céramique ; ASSO, 161 ss.
  • 54 MEFRA 78, 1966, 281 s. ; Megara Hyblaea 2, 1964, 137 ss. ; ASSO pl. 53-4. Fours archaïques : Villa (...)
  • 55 Sur les problèmes de l’agora, Vallet, BdA 1967, 33 ss. ; Vallet – Villard, MEFRA 81, 1969, 7 ss. ; (...)
  • 56 Richter, Kouroi, no 134.
  • 57 NSc, 1954, 99 ss. ; Langlotz – Hirmer, pl. 17.

32Les fouilles françaises ont sensiblement enrichi nos connaissances sur les phases les plus anciennes de l’occupation du site53. La cité se dressait sur un petit plateau près de la mer, sans port naturel, mais avec un bon mouillage. Le site n’était manifestement pas occupé par les indigènes avant l’arrivée des Grecs. La céramique la plus ancienne recueillie est corinthienne mais à partir de 650 apparaissent des vases de Grèce de l’Est et d’Étrurie et, au VIe s., on trouve des vases attiques et quelques-uns laconiens. Quelques productions locales du milieu du VIIe s. offrent un style très vivant (fig. 214) influencé par les céramiques péloponnésiennes (y compris celle d’Argos), mais différent des cratères du Fusco de Syracuse, attestant la vitalité d’une école locale pendant presque tout le VIIe s.54. Dans la ville, la fouille a mis au jour des maisons archaïques et les vestiges de temples des VIIe et VIe s., dont un dorique, pourvu de beaux revêtements de terre cuite, et un autre à structure plus simple de blocs taillés ; dans le même secteur, des dépôts votifs ont livré du mobilier à partir de la fin du VIIIe s. La ville avait été conçue selon un plan régulier, prévoyant un espace ouvert pour l’agora (fig. 215), qui a été individualisée avec certitude dès la seconde moitié du VIIe s.55. Il semblerait que la partie sud de la ville n’ait pas été occupée avant 650, bien qu’il s’agisse du secteur le plus proche du mouillage et que la nécropole située aux confins méridionaux de la ville paraisse la plus ancienne avec du mobilier datable des premières années de la colonie. Les nécropoles ultérieures apparaissent particulièrement bien fournies en sculptures funéraires, parmi lesquelles un kouros portant le nom du défunt, Sombrotidas, et les fragments d'un autre déposé dans un petit mausolée dorique décoré de moulures élaborées56, et une étonnante statue de figure féminine courotrophe, d’un atelier local, datable vers 550 (fig. 216)57. En 483, la cité fut détruite par Gélon de Syracuse et les trouvailles s’arrêtent jusqu’à la réoccupation du site au IVe s.

214 Fragment de vase avec une scène mythologique inconnue (des hommes tirant une corde), de Mégara Hyblaea ; milieu VIIe s. (Musée de Syracuse)

215 Plan de l’agora archaïque de Mégara Hyblaea

216 Figure féminine allaitant des jumeaux, groupe en calcaire de la nécropole de Mégara Hyblaea ; vers 550-525 av. J.-C. (Musée de Syracuse ; H. 78 cm)

  • 58 G. Navarra, Città sicane, sicule e greche nella zona di Gela, 1964 (cf. Boardman, Class. Rev., 196 (...)
  • 59 P. Griffo, Gela, 1973 ; Mon. Ant. 46, 1963, 1 ss., dépôt archaïque.
  • 60 P. Orlandini, Kokalos 12, 1966, 8 ss. ; 13, 1967, 177 ss. ; Riv. Ist. Arch. 15, 1968, 20 ss.
  • 61 Cf. Mon. Ant. 17, 1906, fig. 155, 404 ?, 406, 410, 412 ?, pl. 5 centre ; NSc, 1960, 100, fig. 17.
  • 62 Arch. Class. 5, 1953, 244 ss. (pl. 109, 1 = notre fig. 217).

33Gela. La dernière des grandes fondations doriennes en Sicile naquit de l’effort conjoint des Rhodiens et des Crétois, en 688 selon Thucydide. Une vieille controverse situant la Géla archaïque au port moderne de Licata n’a jamais été complètement vidée58 et seul le site de la Géla contemporaine a été véritablement exploré59. La ville antique y occupe une basse colline près de la mer, juste à l’ouest de l’embouchure du Gélas sur la côte orientale de File, sur une position contrôlant une riche plaine côtière. La ville archaïque, qui prit la place d’un habitat indigène, n’occupait pas tout l’espace englobé par la suite par la ville classique. Elle peut n’avoir été qu’une acropole fortifiée flanquée de sanctuaires extra-urbains à l’est. Le temple majeur de cette phase ancienne est voué à Athéna et décoré d’une série de revêtements de terre cuite peints. Un sanctuaire de Déméter, plus petit, situé à Bitalemi sur l’autre rive du fleuve, avait été fondé avant la fin du VIIe s.60. La céramique recueillie dans les dépôts sacrés des temples et dans les tombes comprend, outre les séquences habituelles de vases corinthiens et attiques, des productions de Grèce de l’Est – spécialement de Rhodes et de Chios – tandis que celles de Crète, centre cofondateur de la colonie, ne sont représentées que par quelques pièces anciennes61. Il existait en outre, depuis le milieu du VIIe s., des ateliers locaux de céramique figurée62 (fig. 217), comparable à celle de Syracuse et de Mégara Hyblaea. Le caractère rhodien de la colonie apparaît évident, encore au VIe s., à travers de nombreuses importations et une grande similitude dans les rites funéraires, comme l’inhumation dans des pithoi. La période de plus grande prospérité de Géla se situe à la fin du VIe et au début du Ve s. Elle est marquée par une intense activité de constructions et par l’importation de Grèce d’une grande variété de bronzes, de vases et d’autres objets de grande qualité.

217 Cratère avec des griffons, de Géla ; milieu du VIIe s. (Musée de Géla ; H. 13,5 cm)

34Les colonies eubéennes et corinthiennes avaient d’abord établi des comptoirs à proximité de l’Étrurie, puis pris le contrôle du Détroit de Messine et des plaines les plus fertiles de Sicile orientale. La deuxième vague de colonies, fondées par les Achéens du Nord-Ouest du Péloponnèse, atteignit la cambrure de la botte italienne et la côte occidentale au sud de Cumes, sur des positions susceptibles d’exploiter les routes terrestres entre la mer Ionienne et la mer Tyrrhénienne dans le but d’éviter le passage du Détroit. Ce fut le cas de Sybaris, Crotone, Métaponte, et, à l’ouest, Poseidonia (Paestum). Dans le même secteur, Tarente fut fondée par Sparte, Siris par Colophon d’Ionie et Locres Epizéphyriennes par les Locriens Opuntiens ou les Locriens Ozoles.

  • 63 F. Rainey, AJA 73, 1969, 261 ss. sur la localisation. Résumé des résultats : P. G. Guzzo, PdP 28, (...)
  • 64 P. Zancani, annuellement in ASMG. ARepts, 1976/7, 59 ; Coldstream, GG, 238 s.
  • 65 ASMG 11/12, 1970/1, 9 ss. ; sceau du “LyrePlayer Group” : ASMG 15-17, 1974-6, pl. 22-3, mais l’ins (...)
  • 66 J. de La Genière, rapport in NSc, 1971, 439 ss. ; 1975, 483 ss ; et cf. MEFRA 85, 1973, 7 ss.

35Le site de sybaris fut choisi pour la richesse de la plaine qu’elle contrôlait plutôt que pour l’intérêt de la situation sulla route côtière est-ouest ou la proximité de la côte tyrrhénienne sur le versant opposé. La ville, fondée vers 720 selon les sources littéraires, fut réputée avant tout pour sa richesse en céréales et la qualité de son vin. Sa taille, son opulence et les goûts extravagants de ses citoyens devinrent proverbiaux (cf. le sens de l’utilisation moderne du mot “sybarite”). Et non moins célèbre sa complète destruction par Crotone en 510, lorsque les eaux du Crathis furent détournées pour effacer toute trace de la cité. Une nouvelle cité fut refondée sous le nom de Thourioi sur le même emplacement en 443 par les Athéniens. La ville archaïque est à peu près inaccessible, à 5 m au-dessous du niveau de la mer et sous un épais dépôt d’alluvions. Bien qu’on ait tenté ces dernières années de mettre au jour quelques restes archéologiques sous les vestiges imposants de la colonie romaine de Copiae, les fouilles ont peu révélé de son ancienne gloire. Les trouvailles sporadiques comprennent cependant un peu de mobilier des premiers temps de la cité (coupes de Thapsos) et même quelques structures architecturales, tels d’éventuels chantiers navals63. Un site œnotrien proche, à Francavilla64, montre une forte influence grecque dès le moment de la fondation de Sybaris et une progressive hellénisation de l’habitat jusqu’au moment où il subit le même sort que Sybaris. La variété et la qualité des trouvailles, y compris d'objets orientaux65 (fig. 218), donnent une idée de la gloire perdue de Sybaris. Des témoignages similaires se retrouvent dans le site proche d’Amendolara66.

218 Coupe phénicienne en bronze, de Francavilla ; VIIe s. (Musée de Reggio Calabria ; diam. 19,5 cm)

36Sybaris contrôlait les voies commerciales vers la côte occidentale et vers les villes de Skidros (non encore localisée), Sirinos et Laos, où se réfugièrent les habitants échappés à la destruction de 510. Certains ont pensé qu’elle constituait le principal entrepôt du commerce milésien avec les Étrusques et, en tout cas, lorsque Sybaris fut prise, Milet décréta un deuil public.

  • 67 ARepts, 1976/7, 60 s. ; P. G. Guzzo, Prospettiva 11, 1977 33 ss.
  • 68 NSc, 1911, Suppl. 77 ss., statuette, fig. 99.

37Crotone fut fondée peu après Sybaris, vers 710. La ville, située à proximité de l’embouchure de l’Aisaros, contrôlait de bonnes terres agricoles, moins étendues que celle de sa rivale et possédait aussi un petit port double près du promontoire sur lequel s’élevait son acropole. Les fouilles ont révélé l’étendue de la ville archaïque sur les deux rives du fleuve et mis au jour de la céramique des premiers temps de la colonie (ici aussi des coupes de Thapsos)67. On connaît par ailleurs peu de choses de la ville, en dehors d’un important sanctuaire extra-muros dédié à Héra Lacinia sur un promontoire à près de 10 km au sud-ouest. La structure principale y appartient au Ve s., mais parmi les trouvailles plus anciennes, on peut noter une statuette en terre cuite d’une déesse tenant ses seins, de la fin du VIIe s.68.

  • 69 Mon. Ant. 23, 1914, 686 ss. G. Schmiedt et R. Chevalier, Caulonia e Metaponto in L’Universo 3, 195 (...)

38Le territoire de Crotone s’étendait surtout vers le sud-est. Sa colonie la plus importante, Caulonia, est mieux connue par les fouilles, du moins pour le Ve s. qui fut la période de sa plus grande prospérité. Quelques fragments de céramique du début du VIIe s. suggèrent une date de fondation assez haute, mais ensuite il faut attendre le milieu du VIe s. pour trouver d’autres vestiges – des tombes. Le site occupait quelques basses collines, près d’une plage ouverte rectiligne sans véritable port69.

  • 70 ARepts, 1972/3, 37 s. ; 1976/7, 53 s. ; BdA, 1975, 26 ss. (temple archaïque) ; XIII° Convegno M. G (...)
  • 71 NSc, 1940, 94 ss. (AJA 37, 1941, 472).
  • 72 ARepts, 1972/3, 38 ; 1976/7, 55 s. D. Adamesteanu in Neue Forsch. in gr. Heiligtümern, 1976 (éd. U (...)

39Métaponte (Métapontion) est située à environ 50 km à l’ouest de Tarente. Privée de port, elle possédait par contre de bonnes terres de culture et se trouvait au débouché de la route menant vers l’ouest à Poseidonia70. L’aire sacrée comprend deux grands temples archaïques doriques dédiés à Apollon Lycien et à Héra, et deux autres édifices, le temple C et le temple D, ionique, bâti vers 470. Si la structure la plus ancienne (le temple C) ne date que de la fin du VIIe s., un certain nombre de statuettes votives paraissent remonter jusque vers 70071 de même que les premières tombes des nécropoles fouillées récemment. A l’est de la zone sacrée s’étendait une vaste agora où l’on a reconnu les vestiges du premier ecclesiasterion construit dans la deuxième moitié du VIe s. A 3 km plus au nord, sur une basse colline où se trouvait à l’origine un habitat indigène s’étendait un sanctuaire d’Héra ; le temple dorique qui y fut élevé vers 500 possède encore debout quinze colonnes, connues sous le nom des “Tavole Palatine” (les Tables des chevaliers). Les signes substantiels d’un intérêt des Grecs dans la région avant même la fondation de Métaponte se lisent dans les découvertes faites sur un site indigène proche, à l’Incoronata72.

40Poseidonia (future Paestum). Sa fondation, peut-être sous les auspices de Sybaris, sur la côte occidentale de l’Italie à quelque 80 km au sud-est de Cumes, constitua le premier défi au monopole des colonies eubéennes dans le commerce avec l’Étrurie. C’est le point de départ de bonnes routes terrestres vers le sud, dont le tracé se suit à travers des sites tels que Sala Consilina, qui a livré beaucoup de mobilier grec du VIe s.

  • 73 P. Zancani Montuoro et U. Zanotti Bianco, Heraion alla foce del Sele 1-2, 1951-4.

41Deux zones, partiellement fouillées, sont concernées par l’histoire de la cité. La première, moins étendue, mais peut-être plus ancienne, se trouve près de l’embouchure du Sélé et comprend un sanctuaire où plusieurs édifices (temple, trésors, autels, stoai, bothroi) ont été fouillés73 et dont la plus ancienne occupation est signalée par de la céramique corinthienne de la fin du VIIe s. Le temple principal, dédié à Héra Argienne, était un édifice dorique construit peu avant 500 ; une partie de sa décoration architectonique (métopes à reliefs, fig. 219) a été retrouvée. Juste au nord se trouve un trésor, édifié peut-être en l’honneur de la déesse par quelque autre cité grecque d’Occident, et auquel on a attribué une riche série de métopes à reliefs décorées de scènes mythologiques datables vers le milieu du VIe s. D’autres sculptures architectoniques appartiennent sans doute à des édifices archaïques non encore identifiés.

219 Métope en calcaire du sanctuaire d’Héra du Sélé, avec la lutte d'Héraclès et Apollon pour le trépied ; milieu VIe s. (Musée de Paestum ; H. 88,3 cm)

  • 74 P. Sestieri, Arch. Class. 4, 1952, 77 ss. sur le problème des origines et des indigènes. M. Guardu (...)
  • 75 B. Neutsch, Tes nymphas emi hiaron, 1957 ; U. Kron, JdI 86, 1971, 1 17 ss. ; Kurtz – Boardman, 299

42A environ 13 km au sud-est, sur un bas plateau tout proche de la mer, s’étend la ville74, qui a conservé des vestiges de son rempart du VIe s. et où les trouvailles les plus anciennes datent de la fin du VIIe s. Mais sa plus grande gloire réside dans les trois grands temples doriques situés à l’est de la voie principale nord-sud, remarquablement conservés et qui ont excité depuis longtemps l’imagination des visiteurs et des artistes. Au sud se trouvent les deux temples d’Héra, la prétendue “Basilique”, du milieu du VIe s. (fig. 220), et le temple dit de Neptune, d’avant le milieu du Ve s., et au nord, le temple dit de Cérès, probablement dédié à Athéna, de la fin du VIe s. Sur le côté sud de ce dernier existent les fondations d’un temple plus petit du début du VIe s. A l’extrémité ouest de l’agora, un peu au sud du temple d’Athéna, a été découvert un petit édifice creusé dans la roche dont le toit de pierre recouvert de tuiles dépasse seul au-dessus du sol (fig. 221). Par sa forme, il fait penser à une tombe comme aussi par le dépôt de 5 broches de fer sur une banquette centrale, de huit vases de bronze pleins de miel le long des murs de côté et d’une amphore attique à figures noires dans un coin, mais il manque le défunt. L’édifice, datable par les vases vers 520-510, était entouré d'un mur de clôture dont l’état visible date du IIIe s. et remplissait vraisemblablement la fonction de cénotaphe en l’honneur d’un citoyen éminent ou d’un héros fondateur75.

220 Le temple archaïque d’Héra à Poseidonia ; milieu VIe s.

221 Le cénotaphe ( ?) souterrain de Poseidonia ; fin VIe s.

  • 76 M. Napoli, La Tomba del Tuffatore, 1970.

43Une caractéristique remarquable des riches nécropoles proches de la cité est la présence de tombes revêtues de dalles de pierre décorées sur la face interne de peintures de style grec. La plus ancienne d’entre elles, dite la tombe du Plongeur (fig. 222), datée vers 480/470, présente un style grec presque pur, et semble se distinguer des autres plus tardives qui pourraient concerner des indigènes lucaniens plutôt que des Grecs76.

222 La tombe du Plongeur avec un détail des peintures pariétales ; début Ve s. (Musée de Paestum)

  • 77 R. Naumann et B. Neutsch, Palinuro 1-2, 1958, 1960.

44Sites et nécropoles indigènes, peut-être œnotriens, ne manquent pas aux alentours. Dans les habitats jumeaux de Palinuro et Molpa, sur le promontoire situé à plus de 50 km au sud de Poseidonia, Grecs et indigènes ont pu vivre côte à côte à partir des années 550, à en juger du moins à travers les trouvailles livrées par les fouilles sur les remparts et dans les tombes77.

  • 78 F. Lo Porto, BdA, 1964, 67 ss. ; Coldstream, GG, 239.

45Tarente (Taras). Nous avons déjà eu l'occasion de noter comment avaient été choisis les colons envoyés par Sparte à Tarente (p. 197). Les sources littéraires suggèrent pour la fondation une date dans la dernière décennie du VIIIe s., et la tombe la plus ancienne de la nécropole de la ville contenait des vases corinthiens de cette période. Cependant l’habitat iapyge de Scoglio del Tonno, situé en face de la ville grecque, semble avoir entretenu des contacts sporadiques avec la Grèce depuis l’époque mycénienne jusqu’aux premiers temps de la colonie, tandis qu’au VIIe s. les villages indigènes de l’intérieur reçoivent à leur tour des vases grecs. Au voisinage immédiat de Tarente, de nombreux sites furent occupés par les Grecs ; une mention spéciale doit être faite pour Satyrion, juste à l’est de Tarente, où les fondateurs laconiens se seraient d’abord installés après avoir chassé les indigènes ; on y a trouvé de la céramique mycénienne et des témoignages évidents de contacts avec les Grecs78.

  • 79 Dunbabin, 87 ss. ; XIII° Convegno di Studi sulla M. G., 1974 ; ARepts, 1976/7, 51.
  • 80 Pour la céramique : F. Lo Porto, Annuario 37/38, 1959/60, 7 ss.
  • 81 Kurtz – Boardman, 313 ; ASMG 8, 1967, 31 ss.

46La ville grecque de Tarente s’étendait sous la Tarente actuelle, sur un magnifique site de péninsule englobant une vaste lagune (le Mare Piccolo)79. Elle possédait le plus beau port d’Italie du Sud et contrôlait de bonnes terres à blé. En dehors des vestiges d'un grand temple dorique du VIe s., on connaît peu de choses des constructions les plus anciennes, mais l’art et la richesse de la cité sont bien attestés par les trouvailles sporadiques d’objets votifs et le contenu des tombes80. Les relations avec la métropole se reflètent dans les beaux vases laconiens des tombes du VIe s. Il y a aussi un peu de céramique insulaire et gréco-orientale, notamment de Chios, et les habituels vases corinthiens et attiques. L’origine spartiate de la ville est illustrée entre autres par les cultes et la pratique, au moins à partir du Ve s., des sépultures intra-muros. Les tombes à chambre, apparues à la période archaïque, comptent parmi les plus décorées des tombes grecques occidentales contemporaines81.

  • 82 Jeffery, LSAG, 286.
  • 83 B. Neutsch, Herakleia-Studien, 1967 ; D. Adamesteanu, Siris-Heracklea, 1967 ; ARepts, 1976/7, 57 s (...)

47Siris aurait été fondée par des colons de Colophon d’Ionie fuyant leur patrie au moment de l’invasion lydienne, sans doute juste avant 650 av. J.-C. C’était donc une colonie ionienne isolée sur une côte dominée par ailleurs par des colons d’origine dorienne. La cité connut cependant une période de prospérité, participant à coup sûr au commerce terrestre dirigé vers la côte tyrrhénienne. On ne connaît à peu près rien de la ville archaïque excepté un poids de métier à tisser portant l’inscription en caractères ioniens : “j’appartiens à Isodiké”82. Vers le milieu du VIe s., la ville fut détruite par ses voisines non-ioniennes Métaponte, Sybaris et Crotone. Elle renaquit en 433/432 comme fondation tarentine sous le nom d’Héraclea (auj. Policoro) sur un site proche, occupé par des Grecs avant même la création de Siris, si l’on en juge par les trouvailles de céramique remontant jusqu’à la fin du VIIIe s., et passé ensuite sous le contrôle de Siris comme avant-poste fortifié83.

  • 84 XVI° Convegno di Studi sulla M. G., 1977 ; ARepts, 1976/7, 62 ; VIIe Congr. Int. Arch. Class. 1961 (...)

48Locres (Lokroi) fut fondée par des habitants de la Locride (Grèce centrale), en 673 selon Eusèbe. Des villages sicules proches (notamment à Canale) avaient déjà eu des contacts étroits avec les Grecs, comme en témoigne la présence de nombreux vases grecs, dont certains apparemment produits localement par des potiers grecs immigrés. Une tradition voulait que des Grecs doriens aient été recueillis dans cette région par Archias en route pour fonder Syracuse (cf. p. 208) ; mais d’après la céramique de la fin du VIIIe et du début du VIIe s. retrouvée dans les centres indigènes de la région, on imaginerait plutôt des Grecs insulaires ou eubéens qui, ailleurs, semblent avoir eu plus de succès auprès des Sicules que les Corinthiens. Au moment de la fondation de Locres en tout cas les indigènes furent évincés. Nous connaissons bien la ville et ses temples au Ve s., mais sur le site du célèbre temple classique de Marazà, nous avons la preuve de la pré-existence d’un édifice sacré déjà au VIIe s. La ville ne possédait pas de port naturel, mais pouvait être utilisée comme dernière escale sur la côte ionienne par les navigateurs se rendant en Sicile84.

  • 85 Dunbabin, 163.
  • 86 ARepts, 1976/7, 61 s. ; A. de Franciscis, ASMG 3, 1960, 21 ss.
  • 87 Dunbabin, 165-7 ; Mon. Ant. 31, 1926, 5 ss. ; J. de La Genière, MEFRA 76, 1964, 7 ss.

49Locres fonda à son tour quelques colonies, notamment Medma, Hipponion et Metauros, au débouché des routes qui, à travers la pointe de l’Italie, rejoignaient la Mer Tyrrhénienne. Les trouvailles les plus anciennes de medma, provenant de tombes et de dépôts votifs, remontent pratiquement au début du VIe s., ce qui n’exclut pas que la fondation ait pu avoir lieu déjà au VIIe s.85. A metauros, les premières tombes apparaissent au milieu du VIIe s. et à hipponion, on a maintenant des vestiges de la fin du VIIe s.86. Des tombes d’une ville indigène proche, à Torre Galli, contiennent de la céramique corinthienne de la fin du VIIe s. à la fin du VIe s. et enregistrent le passage dans les rites funéraires de l’inhumation à l’incinération87 à la suite des contacts avec les Grecs (voire d’une occupation grecque).

50Le VIIe s. voit la consolidation des premières colonies grecques en Sicile, et leur expansion dans l’île à travers de nouvelles fondations. Syracuse renforça son contrôle sur le sud-est en fondant Héloros, Acrai, Casmenai et Camarine. Mégara Hyblaea s’installa encore plus à l'ouest, à Sélinonte. Vers l’ouest aussi Zancle fonda Himère, et Géla, Agrigente. Avec la fondation d’Agrigente en 580, la colonisation grecque en Sicile s'achevait.

  • 88 ASSO, 117 ss. ; ARepts, 1976/7, 67.
  • 89 Bernabò Brea, Akrai, 1956 ; ASSO, 127 s.
  • 90 Bernabò Brea, op. cit., pl. 25.

51Parmi les colonies syracusaines, la plus ancienne fut heloros, fondée peut-être vers 700, à mi-chemin entre la métropole et l’extrême pointe méridionale de l'île88. acrai occupait une position stratégique vers l’intérieur des terres, à proprement parler sous le regard de Syracuse89. C’était un important habitat de hauteur sicule avant que les Grecs ne s’y installent, en 663 selon Thucydide. Aucun mobilier céramique des tombes ne paraît remonter jusqu’au milieu du VIIe s. A l’intérieur de la ville il y avait un temple dorique de la fin du VIe s. et quelques éléments architectoniques, appartenant notamment à la décoration d’un autel90, offrent un style ionien qui se retrouve à ce moment-là à Syracuse même.

  • 91 A. di Vita, VIIe Congr. Int. Arch. Class. 2, 1961, 69 ss. ; ASSO, 129 ss.
  • 92 Comptes rendus in AJA, 61-68, 1959-64 et 74, 1970, 354 ss. ; Sjoquist, Kokalos 8, 1962, 52 ss. et (...)
  • 93 P. Pelagatti, BdA, 1962, 251 ss. et Sicilia Arch., 1974-6 ; ASSO, 133 ss. ; ARepts, 1976/7, 71.

52Un peu plus vers l’intérieur des terres, à Monte Casale, se trouve une ville fortifiée à identifier presque certainement avec casmenai (fondée en 643). La céramique la plus ancienne y est de la fin du VIIe s. et on y a mis au jour un mur de fortification archaïque, des maisons de la même époque, des tombes et un sanctuaire91. morgantina, en Sicile centrale, fut occupée par les Grecs au VIe s. ; leur acropole fortifiée dut coexister pendant quelques années avec la ville indigène avant, sans doute, de l’absorber, mais ce n’était pas à proprement parler une colonie, même s’il est vraisemblable que les premiers Grecs à s’y installer vinssent de la côte orientale, peut-être même de Syracuse92. camarina, la plus occidentale des fondations syracusaines, se trouve sur la côte à une trentaine de kilomètres de Géla. Elle fut fondée en 598 et les tombes de la zone nord-orientale et les objets votifs provenant d’un temple urbain appartiennent à cette phase ancienne. En 552, elle se joignit à la révolte des indigènes sicules contre Syracuse ; battue et détruite, elle se maintint cependant comme le prouvent les nombreuses tombes contenant de la céramique de la seconde moitié du VIe s.93. Elle ne possédait pas de port naturel du fait que la côte à cet endroit, comme souvent en Sicile méridionale, est ponctuée d’une succession de bancs et de dunes de sable.

  • 94 Dunbabin, 301 ss. ; J. de La Genière, Kokalos 21, 1975, 68 ss. sur l’acropole.
  • 95 Sur les divinités : V. Tusa, Kokalos 13, 1967, 186 ss.

53A sélinonte (Selinous), les ruines sont les plus impressionnantes de toutes les villes grecques de Sicile94 (fig. 223). La nature du site n’est pas des meilleures, mais on y trouve un port et de bonnes terres de culture. Il y avait, à proximité, un habitat indigène dans une zone occupée ensuite par l’une des premières nécropoles grecques. L’acropole fortifiée s’étendait sur un plateau peu élevé près de la mer, flanqué au nord par la ville elle-même. Leur plan en damier paraît remonter au VIe s. Sur l’acropole s’élèvent quatre grands temples doriques, nommés par des lettres de l’alphabet dans la mesure où on ne connaît pas les divinités auxquelles ils sont consacrés95. Le temple C’est du milieu du VIe s. (fig. 230), le temple D est un peu plus récent et les temples A et O du milieu du Ve s. On possède aussi les restes de temples plus anciens pouvant remonter à la fin du VIIe s. et de nouvelles fouilles ont commencé à mettre au jour le plan de la cité archaïque.

223 Plan schématique de Sélinonte

  • 96 Mon. Ant. 32, 1927, 6 ss.
  • 97 Ibid., pl. 27-9 ; Dunbabin, 174 s. ; Jeffery, LSAG, 270 s. ; A. M. Bisi, Stud. Mat. Stor. Rel. 36, (...)

54Il y avait d'autres sanctuaires extra-muros. A l’ouest au-delà du Selinos (actuel Modione) sur la colline de la Gaggera, se trouvait celui de Déméter Malophoros (“Porteuse de fruits”), vénérée sous le même nom dans la métropole Mégara96. A l’intérieur du mur de péribole, le temple est constitué d’un simple mégaron sans colonnes, mais l’enclos pourrait être l’un des premiers établis par les colons. Déméter fut plus tard associée à un Zeus Meilichios, auquel étaient consacrées des stèles assez grossières surmontées de deux têtes humaines97. Ce sont des objets étranges (fig. 224), d’inspiration peut-être indigène ou même punique, mais portant des inscriptions grecques. Au nord de la ville a été mis au jour un petit temple archaïque avec un autel. A l’est, le plateau de Marinella portait trois autres temples doriques : le temple E (ou R) du Ve s. et les temples F (ou S) et G (ou T), dont la construction fut commencée dans le dernier quart du VIe s. Le temple G, dédié à Apollon, était un édifice colossal de 50,10 m sur 110,10 m, à peine moins grand que le temple de Zeus à Agrigente, qui lui est légèrement postérieur, et que les temples ioniques plus anciens de Grèce orientale.

224 Stèles en calcaire à deux têtes, de Sélinonte ; fin VIe s. (Musée de Palerme ; H. 18 et 26 cm)

  • 98 Problèmes de datations, Vallet – Villard, BCH 82, 1958, 16 ss. ; J. Ducat, BCH 86, 1962, 165 ss. ; (...)
  • 99 Mon. Ant., 32, 1927, pl. 79-80 ; Jeffery, LSAG, 270, n. 3.

55Non moins impressionnantes que le site lui-même, les découvertes d’architecture, de sculpture et de céramique appartiennent au meilleur de l’art colonial grec en Sicile. Pour les premiers temps de la colonie les témoignages proviennent des tombes et du sanctuaire de Déméter Malophoros. La datation de la céramique corinthienne de la fin du VIIe s. a longtemps reposé sur les trouvailles de Sélinonte et sur la date de fondation de la ville, en 627, fournie par Thucydide. Cependant, certains fragments corinthiens de l’acropole et du sanctuaire de la Malophoros sont datables, selon les critères conventionnels, vers le milieu du VIIe s. et ont poussé des auteurs à préférer la date de fondation de 650 fournie par Eusèbe. La chronologie de la céramique, confirmée par le mobilier d’autres sites, peut difficilement être modifiée et un doute pèse donc sur la validité de la tradition thucydidéenne98. Le mobilier de haute époque paraît aujourd’hui trop abondant pour être interprété comme étant déjà en usage au moment de son arrivée à Sélinonte, mais des fouilles récentes au nord de l’acropole ont révélé l’existence d’un habitat indigène approvisionné en céramique grecque dès le milieu du VIIe s. ; il se pourrait donc que la fondation mégarienne de 627 n’ait été que l’ultime étape des infiltrations grecques qui se faisaient dans la région, sans doute à partir de Géla. La majorité de la céramique la plus ancienne de Sélinonte est corinthienne, remplacée dans le deuxième quart du VIe s. par la céramique attique, mais on trouve aussi, dans la première moitié du siècle, une bonne quantité originaire de Grèce de l’Est (de Chios et surtout de Rhodes) et un peu de laconienne, et un étrange grand vase orientalisant de la fin du VIIe s. peint en Sicile par un artiste immigré d’une des îles grecques99.

56Sélinonte tirait son nom de l’ache (grec sélinos) qui y poussait en abondance et qui figure comme emblème de la cité sur ses monnaies.

  • 100 Dunbabin, 350 ss. ; P. Griffo, Agrigento, 1962 ; ARepts, 1976/7, 72 ; E. de Miro, Kokalos 8, 1962, (...)
  • 101 Dunbabin, 307.
  • 102 Ibid., 307 s.
  • 103 Kurtz – Boardman, 257 ; Fasti Arch. I, 1946, 722.

57Agrigente (Akragas) fut fondée en 580 par des Géloens sans doute renforcés par un nouveau contingent de colons venus plus nombreux de la métropole rhodienne que de la crétoise100. Le site se trouve quelque 60 km à l’ouest de Géla et la zone avait été souvent visitée avant la fondation de la ville. Il y avait peut-être même eu un premier établissement à en juger par la céramique de la fin VIIe - début VIe s. retrouvée dans une nécropole entre la cité et la mer à Montelusa101 et dans le sanctuaire rupestre, extra-muros, de Perséphone (près de San Biagio)102. Une fosse commune de la fin du VIIe s.103 signale peut-être quelque événement dramatique, et il est clair que les Grecs se substituèrent à un habitat indigène sicane. Situées à environ 3 km de la mer, l’acropole escarpée et la ville qui descend en terrasse vers le sud étaient entourées, dès avant la fin du VIe s., d’un rempart englobant une aire de près de 4 km2, ce qui représente une superficie exceptionnelle pour une jeune colonie.

58Les temples situés sur la grande terrasse à la limite sud de la ville appartiennent pour la plupart au Ve s., mais le plus grand d’entre eux, dédié à Zeus Olympien, fut commencé à la fin du VIe s. Par sa taille (53 m x 110 m) il rivalise avec le temple G de Sélinonte dont la construction avait déjà débuté au moment où il fut conçu et qu’il put donc dépasser de près de 3 m en largeur. Mais le plan et les caractéristiques de l’édifice sont complètement différents, uniques même dans le monde grec : c’est un quadrilatère pseudoptère comportant, dans la partie supérieure de l’entrecolonnement, des demi-colonnes engagées dans le mur plein avec des statues masculines (atlantes ou télamons) soutenant de leurs bras les blocs de l’architrave. Près des temples de Zeus et des Dioscures, il y avait des temples plus petits, de la fin du VIe s., et, toujours sur la terrasse sud, le temple de la Villa Aurea, de la deuxième moitié du VIe s. Sur l’acropole, le temple d’Athéna est daté des environs de 500 et des maisons archaïques ont été fouillées dans le quartier sud de la ville.

59En dehors de l’inévitable séquence des céramiques corinthiennes et attiques au VIe s., on trouve aussi un nombre important de productions rhodiennes, principalement des vases plastiques et des figurines de terre cuite. L’archéologie témoigne également de la progression des intérêts des Grecs dans le riche arrière-pays d’Agrigente au VIe s. C’est l’époque du célèbre tyran Phalaris qui avait l’habitude de cuire ses ennemis dans un taureau de bronze. Mais la grande période de prospérité se situe au Ve s. lorsque la cité éclipsa complètement sa métropole Géla.

  • 104 Dunbabin, 300 s. ; A. Adriani et al., Himera 1-2, 1970, 1976 ; Quad. Imerese I, 1972.

60Himère. L’expansion vers l’ouest le long de la côte septentrionale de la Sicile fut le fait des colonies chalcidiennes du Détroit. Zancle établit une colonie à Himère dès 649 av. J.-C. C’était un site facilement défendable aux ressources naturelles (territoire et port) assez pauvres104, mais, susceptible de servir de base de départ pour le commerce vers l’ouest, elle avait vraisemblablement pour but de défier les Phéniciens installés dans l’ouest de File. Elle fut en 480 le théâtre de la défaite des Carthaginois qui devaient la raser en 408. Des fouilles récentes y ont mis au jour un important sanctuaire archaïque et une zone d'habitat remontant presque aux origines mêmes de la colonie, alors que les premières explorations avaient porté essentiellement sur le temple construit près du fleuve pour commémorer la victoire de 480.

  • 105 Autrefois dans la Coll. James Stevenson, vendus chez Sotheby’s, 13 Juin 1944, lots 128-47, trouvés (...)

61Lipara. Les îles Lipari avaient connu la visite des Grecs mycéniens et avaient certainement attiré à nouveau l’attention des Grecs dès le moment de la fondation des premières colonies. L’un des plus anciens signes de cet intérêt est l’aryballe de faïence portant un cartouche du pharaon Apriès (fïg. 150). Dans la même collection privée figurent quatre statuettes de chaouabti égyptiens en faïence105, provenant aussi de Lipari : leur style est tardif et difficilement datable, mais on a l’impression que ces objets pourraient appartenir à un Égyptien – ou un Grec venant d’Égypte – qui aurait voulu aménager sa tombe à la manière égyptienne. Quand les Grecs vinrent s’installer à Lipara, l’acropole était, d'après les fouilles, abandonnée depuis une vingtaine d’années. Une colonie fut fondée dans les années 570 par des Cnidiens et des Rhodiens qui, sous la conduite de Pentathlos, venaient d’échouer dans leur tentative d’installation à Lilybée en Sicile occidentale face aux Phéniciens. Dans les fouilles de l’acropole et des nécropoles de Lipara, la céramique la plus ancienne est principalement corinthienne et gréco-orientale.

  • 106 Cf Articles in PdP 21, 1966, et 25, 1970, surtout 108 ss. (Villard). Morel, 858-61. J.-P. Morel in(...)

62Hyélè (attique Élée, mod. Vèlia)106. La dernière des colonies d’Italie méridionale fut fondée vers 535 par les Phocéens dont nous verrons plus loin les errances malheureuses après la destruction de leur cité par les Perses. Poseidonia, qui se trouve à environ 40 km au nord paraît avoir donné son appui à une entreprise, qui, autrement, aurait paru la défier. A Vélia, on a fouillé sur l’acropole des maisons et le mur polygonal d’un édifice sacré de la fin du VIe s. et recueilli de la céramique des débuts de la colonie et, dans la ville basse, on a mis au jour des maisons à murs de briques crues de la fin du VIe et du début du Ve s. La ville se trouve prise entre deux fleuves dont les embouchures étaient susceptibles d’accueillir des ports.

GRECS ET INDIGÈNES EN SICILE ET EN ITALIE

  • 107 L. Bernabò Brea, Sicily before the Greeks, 1957 ; Dunbabin, ch. 5 ; E. Manni, REA 71, 1969, 5 ss.  (...)
  • 108 Dunbabin, 95-7 ; ASSO, 53 s.
  • 109 Ragusa (Hybla Heraia) entre Camarina et Casmenai est une ville indigène avec un établissement grec (...)

63Selon la tradition grecque, des Sicules venus d’Italie auraient envahi la Sicile au cours du VIe s. et contraint les Sicanes à se réfugier au centre et au sud de l'île107. La vision archéologique est plutôt différente, car en admettant qu’il y ait eu des invasions, elles auraient eu bien peu d’influence sur une culture pourtant plus proche du monde grec égéen que de l’italique. La seule population italique de la zone était représentée par les Ausoniens, établis dans les îles Lipari et en Sicile à Milazzo-Mylai, peut-être jusqu’à l’arrivée des Grecs en Occident. Pendant les années troublées du premier Age du fer, les Sicules vécurent rassemblés, pour des raisons de sécurité, en grandes communautés. L’une des plus importantes était à Pantalica (juste à l’ouest de Syracuse), peut-être l’ancienne Hybla, siège du roi Hyblon avec lequel les Grecs entretinrent des rapports amicaux. Au moment de l’arrivée des Grecs, la céramique peinte venait sans doute d’être à peine admise dans la culture sicule à côté des formes communes à décor incisé. Les indigènes avaient quelque expérience dans le travail du bronze et ensevelissaient leurs morts dans les tombes à chambre creusées dans le roc qui criblent les flancs des collines proches de toutes les villes sicules. Presque tous les sites choisis par les Grecs pour implanter leurs colonies avaient été occupés auparavant par des communautés sicules, qui furent à chaque fois chassées par les nouveaux occupants. Le roi Hyblon eut beau pousser la bonté jusqu’à fournir aux Mégariens un lieu pour s’établir, sa capitale ne survécut pas longtemps à la pression grecque108. Lorsque, aux VIIe et VIe s., les colonies se développèrent et se mirent à leur tour à créer de nouvelles fondations, elles le firent toujours aux dépens des communautés sicules109.

  • 110 Åkerström, GSI, 20-3 (pl. 3, 3 = notre fig. 225). Les vases locaux de Sabucina avec une décoration (...)
  • 111 Dunbabin, 122-5 ; Sjoquist, op. cit., 23 ss.

64L’impact des idées et de la culture grecques fut immédiat, Dans la plupart des sites sicules proches des premières colonies, on trouve des vases grecs et, souvent même, des vases de tradition indigène par leur forme, mais tout à fait grecs par leur décor (fig. 225). Quand ces vases portent des décors figurés, on peut penser qu’ils ont sans doute été peints par des artisans grecs spécialement pour leurs voisins sicules110. Les indigènes apprirent aussi des Grecs les techniques de fabrication des figurines de bronze et de terre cuite, où se révèlent de curieux mélanges de styles et leur travail du bronze fut tout particulièrement stimulé et encouragé par les Grecs. C’est aux Grecs aussi qu’ils empruntèrent l'alphabet de type chalcidien. Savoir si des familles grecques vécurent ou non à l’intérieur des villes sicules est un autre problème. Un schéma courant pourrait avoir été l’accueil de produits grecs sur un site indigène accompagné parfois de l’établissement d’un quartier grec, lui-même suivi par l’installation d’une ville entièrement grecque à proximité ou aux dépens de l’habitat indigène. Les colonies une fois consolidées, la présence grecque ne sera pas nécessairement – bien que probablement aussi – révélée par la quantité de matériel grec, mais devra aussi être confirmée par l’existence de tombes ou de sanctuaires purement grecs, comme cela semble avoir été le cas, par exemple, à Grammichele, à l’ouest de Léontinoi, et à Torre Galli près d’Hipponion111.

225 Vase sicule, de Léontinoi ; VIIe s.

65Il est clair en tout cas que le plus souvent Grecs et Sicules entretinrent d’assez bonnes relations, même si ce fut dans le cadre de maîtres à esclaves – il y avait déjà une esclave sicule dans l’Ithaque d’Homère. En mettant en balance leur nouvelle prospérité, apportée par les Grecs, et les sites et territoires qu’ils leur avaient cédés, les indigènes semblent en général s’être estimés satisfaits, ou du moins avoir montré qu’ils avaient la mémoire courte. Au milieu du Ve s., il y eut bien un réveil nationaliste sicule, mais à ce moment-là les indigènes étaient presque complètement hellénisés.

  • 112 Dunbabin, 177 ss.
  • 113 Kraay, 230 s.

66C’est dans le domaine de la religion ou des mœurs que l’on pourrait s'attendre à quelque influence indigène sur les nouveaux arrivants grecs puisqu’il y eut à coup sûr des mariages mixtes. On a pensé avec beaucoup de probabilité que le choix de l’emplacement de certains sanctuaires extramuros dans les colonies grecques avait été dicté par l’existence de lieux de cultes indigènes antérieurs, mais les dieux qu’on y vénérait étaient purement grecs et ne cédaient rien de leurs attributs ni de leurs fonctions aux croyances indigènes, même si parfois le caractère des offrandes pouvait en être affecté112. Une importante concession aux usages sicules fut l’adoption, dans le monnayage de certaines cités, d’unités de poids susceptibles de s’adapter à la fois aux standards indigènes et grecs113. Plus loin, à Athènes, nous trouvons un Sikelos et un Sikanos travaillant dans le quartier des potiers à la fin du VIe s., mais ce n’était certainement pas des esclaves siciliens. En Occident les Grecs n’avaient rien à apprendre, beaucoup à enseigner.

  • 114 D. Adamesteanu, Mon. Ant. 44, 1958, 205 ss. ; NSc, 1958, 350 ss. ; Kokalos 4, 1958, 40 ss. Certain (...)
  • 115 Ibid., 103 ss. ; Sjoquist, op. cit., 70 ss.

67En Sicile centrale, les Grecs de Géla et d’Agrigente étaient au contact des Sicanes, moins bien connus archéologiquement, mais qui semblent avoir été, selon la tradition littéraire, plus belliqueux que les Sicules. Plusieurs sites indigènes de cette région paraissent avoir été détruits ou conquis au cours des VIIe et VIe siècles. C’est notamment le cas de Butera, située sur une position stratégique dominant la plaine de Géla114 et dont les nécropoles révèlent au VIIe s. une influence grecque croissante jusqu’à sa chute finale aux mains des Géloens. Le site indigène de Sabucina, plus à l’intérieur des terres, connut une hellénisation progressive jusqu’à paraître totalement grecque vers le milieu du VIe s. où pourtant elle propose encore, comme offrande votive, le modèle en terre cuite d’un temple grec d’une facture nettement indigène115 (fig. 226).

226 Modèle votif en terre cuite d’un temple, de Sabucina ; VIe s. (Musée de Caltanissetta ; H. 50 cm)

  • 116 J. de La Genière, MEFRA 82, 1970, 621 ss. et RA 1978, 257 ss. sur les relations avec les indigènes (...)
  • 117 P. Orsi, Templum Apollinis Alaei, 1933, sp. fig. 81, 91 ; Dunbabin, 159, 175 s.

68En Italie du Sud, on retrouve le même processus, mais les caractéristiques archéologiques des indigènes au contact des Grecs – Iapyges, Œnotres, etc... – sont moins clairement définies116. Ici aussi cependant, idées et produits grecs pénétrèrent rapidement. Près de Locres, comme en Sicile, les artisans grecs fabriquaient, vers 700 av. J.-C., des vases peints destinés au marché indigène. C’est seulement en Apulie – le “talon” de l’Italie au-dessus de Tarente – que les formes de vases de tradition indigène alliées à un décor géométrique de type grec conservèrent longtemps un style autonome et florissant. Les routes qui traversent le “pied” de l’Italie méridionale sont jalonnées de trouvailles grecques – en particulier des vases de bronze du VIe s. de type laconien – qui avaient recueilli la faveur des villageois indigènes avant d’atteindre les colonies grecques de la côte occidentale et, de là, peut-être l’Étrurie. A Torre Galli, près d’Hipponion, on a l’impression que des Grecs vivaient dans l’habitat indigène, phénomène probablement plus fréquent qu’on ne pourrait l’imaginer à partir des témoignages archéologiques. Ainsi la ville associée au sanctuaire d’Apollon Alaios, sur le promontoire de Crimisa entre Sybaris et Crotone, a-t-elle sans doute abrité une communauté mixte ; le sanctuaire en tout cas était fréquenté par des Grecs au VIIe s. et un temple dorique y fut élevé peut-être avant la fin du VIe s.117.

  • 118 D. H. Trump, Central and Southern Italy before Rome, 1966. Pénétration en Campanie à partir de la (...)
  • 119 S. De Caro, Rend. Acc. Arch. Nap., 1974, 37 ss.
  • 120 Puteoli : A. de Franciscis, Rend. Acc. Arch. Nap., 1972, 109 ss. Pompéi : RE s.v., 2018 s.

69Plus au nord, à Cumes et Poseidonia, les indigènes rencontrés par les Grecs montrent des affinités beaucoup plus marquées avec les cultures apenniniques d’Italie centrale118. Ils subirent rapidement l’influence des idées et des produits grecs. Naples (Parthénopè) avait déjà été colonisée par des Rhodiens vers 650 d’après les trouvailles publiées119, et, avant la fin du VIe s., d’autres établissement furent mis en place à Dicéarchie (Pouzzoles), fondée par des réfugiés samiens en 531 et à Pompéi, où l’on a retrouvé un petit temple dorique et de la céramique grecque datable à partir de 550120. A Rome (et dans le Latium), il y a de la céramique eubéenne et corinthienne peu après la date légendaire de sa fondation en 754/753 ; mais dans ce secteur et plus au nord en Étrurie l’influence et l’arrivée des Grecs provoquèrent de profonds changements que nous examinerons de plus près, plus loin dans ce chapitre.

L’ART COLONIAL GREC D’OCCIDENT

  • 121 Cf. ci-dessus, n. 48.
  • 122 Cf. ci-dessous, n. 165.
  • 123 Cf. ci-dessus, n. 49.
  • 124 Richter, Kouroi, 92 s., 129, no 134, 181-9.
  • 125 Cf. ci-dessus, n. 18.

70Les produits d’importation les plus significatifs parvenus dans les colonies d’Occident ont été mentionnés à propos de chacune d’entre elles et on se contentera ici d’en faire un résumé. Dès le départ, nous assistons à une forte demande de céramique corinthienne, même si les types eubéens connaissent naturellement une place prépondérante dans les colonies eubéennes. Vers le milieu du VIe s., les vases attiques prennent la place de la céramique corinthienne ; mais cette substitution représente la victoire des artistes plus que celle des marchands, si bien que la colonie corinthienne de Syracuse résista longtemps à ce changement de goût. Les vases de Grèce de l’Est connurent une diffusion lointaine mais faible, en dehors de la fondation rhodienne de Géla où leur longue popularité, même pour la vaisselle commune, indique des liens soutenus avec la métropole ; de même la Crète y est représentée comme cofondatrice. Les vases laconiens, nombreux dans la spartiate Tarente, se retrouvent ailleurs en petite quantité. Des ivoires du type courant dans les sanctuaires du Péloponnèse sont présents dans la corinthienne Syracuse121 et à Mégara Hyblaea et c’est par Corinthe que furent sans doute apportés les vases laconiens les plus communs retrouvés en Sicile. La céramique et d’autres objets de fabrication étrusque atteignirent un petit nombre de cités grecques particulièrement dans la Campanie voisine et à Sélinonte, mais pas plus que ce qu’on pouvait attendre d’une telle proximité géographique et dans des eaux aussi fréquentées122. Parmi les autres objets, signalons de belles lampes de pierre provenant des îles grecques, à la fin du VIIe s. et au début du VIe s., à Sélinonte et Syracuse123, et quelques exemplaires de statuaire archaïque en marbre124. A partir du début du VIIe s., les colonies siciliennes accueillirent de petits objets et des vases à parfum en faïence de production rhodienne, et plus tard des ateliers de Rhodes, d’Égypte (Naucratis) et de Phénicie. Parmi les importations de l’Orient, on trouve des sceaux proche-orientaux125 apportés par les Eubéens dans leurs premières colonies occidentales et un certain nombre de vases de métal décorés.

71Les premières colonies grecques d’Occident durent subvenir à leurs propres besoins. Partout où elles le purent, elles fabriquèrent leurs propres vases dans les styles qui étaient familiers dans leur patrie d’origine, et pour leur architecture et les autres œuvres d’art, elles reprirent des formes conservées en mémoire ou apportées par les artistes eux-mêmes. La question de l’adaptation de ces formes grecques aux traditions indigènes ne se pose même pas, en dehors des concessions nécessaires aux matériaux disponibles sur place. Et pourtant, les colonies les plus prospères en vinrent à développer des modes et des styles propres, indépendamment les unes des autres et de leur métropole grecque. Parmi les nouveaux colons arrivés de Grèce figuraient certainement des artistes et le flux des importations leur permit de rester en contact avec les modes qui s’épanouissaient dans leur patrie d’origine. D’une certaine façon l’art colonial est donc un simple rameau de l'art grec et il aurait pu connaître la même évolution dans n’importe quel autre secteur du monde antique privé, comme l’Italie ou la Sicile, d’un art indigène capable de susciter des phénomènes d’imitation. Je me contenterai donc ici de mentionner les produits de l’Occident grec qui révèlent quelque originalité de goût ou quelque indépendance de formes par rapport à la Grèce proprement dite.

  • 126 Cf. ci-dessus, n. 15.

72La plus grande partie de la céramique décorée en usage dans les colonies était importée, mais il y eut aussi un certain nombre d’écoles locales. C’est le cas, par exemple, à Pithécusses où des artistes eubéens produisirent des vases funéraires, spécialement des cratères126 (fig. 203), et à Cumes où, au début du VIIe s., des potiers locaux réalisèrent d’excellentes copies de vases corinthiens, imitant la couleur claire de la pâte par l’application d’un léger engobe crème.

  • 127 B. Schweitzer, RM 62, 1955, 78 ss. ; SimonHirmer, pl. 18-19.
  • 128 Références in ARepts, 1972/3, 38 ; 1976/7, 58 ; XIII° Convegno di studi sulla M. G., 1974, pl. 95- (...)
  • 129 A. Rumpf, Chalkidische Vasen, 1927 ; R. M. Cook, GPP, 158 ; Boardman, BSA 68, 1973, 27 s., analyse (...)

73En Sicile, peu d’ateliers travaillèrent pour le marché indigène, mais vers le milieu du VIIe s. se placent des productions originales qui expérimentent un style “orientalisant” à ligne de contours. Ce style est présent à Syracuse où l’inspiration paraît d’origine argienne, mais aussi à Géla et Léontinoi, et à Mégara Hyblaea à qui l’on attribue aujourd’hui une série de vases polychromes assez singuliers. Le fameux cratère de Caeré signé par Aristonothos appartient à cette même famille (fig. 227) : on y voit la représentation, sur une face, d’une bataille navale et, sur l’autre, d’Ulysse et ses compagnons aveuglant le cyclope Polyphème127. A la fin du VIIe s., quelques beaux vases du style grec oriental “des chèvres sauvages” (Wild Goat) retrouvés en Italie du Sud ont été interprétés comme des productions locales par des artistes immigrés128, mais le style en est parfaitement “pur”. Au VIe s., des imitations sporadiques de vases à figures noires ne méritent pas plus qu’une brève mention, mais, dans la deuxième moitié du siècle, un atelier important produisit une série de vases dits “chalcidiens” (fig. 228) d’après les caractères des inscriptions qu’ils portent129. Les décors trahissent une influence corinthienne, attique et, dans une moindre mesure, grecque orientale ; mais les artistes ne sont pas de vulgaires imitateurs et leurs œuvres parviennent parfois à rivaliser par la finesse et la composition avec les meilleurs vases attiques qu’ils peuvent même surpasser dans l’effet décoratif d'ensemble. Les trouvailles se partagent presque à égalité entre Rhégion (colonie chalcidienne) et l’Étrurie, avec quelques pièces dans d'autres cités grecques d’Occident et, en Égée, jusqu’à présent, seulement à Smyrne. La qualité est de loin supérieure à tous les autres objets produits par des Grecs en Étrurie et il est tentant de supposer que les premiers peintres du groupe aient fait leur apprentissage en Grèce, peut-être à Chalcis, bien qu’il n’y ait pratiquement aucun signe ni dans cette ville ni dans le reste de l’Eubée pour suggérer qu’elle ait pu être le berceau d’un atelier d’une telle qualité, vraisemblablement basé à Rhégion. Après lui, il n’y a rien de notable jusqu’à l’installation de peintres attiques immigrés en Italie du Sud, au milieu du Ve s., pour produire des vases à figures rouges.

227 Cratère signé par Aristonothos avec une scène de bataille entre un navire de guerre et un navire marchand, de Caeré ; milieu du VIIe s. (Rome, Pal. Conservatori ; H. 36 cm)

228 Cratère “chalcidien” à figures noires, de Vulci ; vers 540 av. J.-C. (Würzbourg 159 ; H. 36,8 cm)

  • 130 Dunbabin, 280 ss., 295 ss. Notre fig. 229 = F. Krauss, Die Temple von Paestum, 1959, fig. 45.
  • 131 Dunbabin, 268 ss. Notre fig. 230 = Mon. Ant. 35, 1933, pl. 25.

74Dans le domaine de l’architecture, les Grecs d’Occident – pour la plupart originaires du Péloponnèse – choisirent de préférence l’ordre dorique. Dans le détail, leurs temples présentent souvent un retard considérable par rapport aux modèles de la Grèce propre, mais leurs architectes se révélèrent aussi ambitieux et originaux. Certains des traits les plus insolites qui caractérisent l’ordre dorique occidental sont cependant attribuables à l’influence de formes décoratives ioniques : ainsi l’élaboration d’anthémions sous l’échine de certains chapiteaux, les acrotères, les autels à balustrade et à Poseidonia, les colonnes tout entières ioniques du pronaos du temple d’Athéna (fig. 229). Il est possible que les plans à double colonnade de façade des grands temples de Syracuse et de Sélinonte soient redevables aux temples ioniques plus anciens de Samos et d’Éphèse, comme l’est à coup sûr le temple ionique inachevé de Syracuse130. La plupart des premiers édifices coloniaux et beaucoup de leurs suivants se singularisent particulièrement par leurs revêtements de terre cuite peints (fig. 230) qui recouvraient ou protégeaient les parties en bois de leurs toits et de leurs frontons131. Leurs modèles sont corinthiens, mais réinterprétés en Sicile selon un type que l’on ne rencontre pas en Grèce et qui finalement se révèle complètement sicéliote dans son développement, sinon dans son invention.

229 Restitution du pronaos du temple d'Athéna à Poseidonia (Paestum) ; fin VIe s.

230 Restitution du revêtement de terre cuite du temple C de Sélinonte ; vers 550-525 av. J.-C.

  • 132 Cf. ci-dessus, 124.
  • 133 Sculpture occidentale : Robertson, HGA, 115 ss. ; Langlotz – Hirmer, 30 ss. ; B. S. Ridgway, Archa (...)
  • 134 Richter, Korai, 1968, fig. 109-12.

75Pour la sculpture, l’absence de marbre contraignit les Grecs d’Occident à utiliser les pierres locales plus grossières ou encore plus souvent à se tourner vers la terre cuite. Les rares statues archaïques en marbre retrouvées en Sicile et en Italie de Sud sont toutes, en fait, des importations du Péloponnèse, d’Athènes et de Grèce de l’Est,132. En Sicile il y eut, vers 600, une première école produisant des sculptures de style grec archaïque “dédalique” en calcaire doux. Mais les principales réalisations furent dans le domaine de la sculpture architecturale et les métopes à reliefs de l’Héraion du Sélé à Poseidonia (fig. 219) et de Sélinonte, entre autres, racontent l’histoire de la sculpture occidentale à partir du début du VIe s. Leur style se rapproche des œuvres péloponnésiennes, mais les artistes furent lents à accueillir l’incessante succession de nouveautés qui caractérise l’art grec du VIe s., cultivant peut-être volontairement un certain archaïsme. On y trouve aussi une certaine gaucherie et une touche de réalisme, qui leur donnent un air provincial, pas toujours désagréable d’ailleurs133. Parallèlement, des écoles locales mineures continuent à travailler dans un style primitif traditionnel, telle celle qui produisit dans le troisième quart du VIe s. l’intéressante déesse allaitant des jumeaux de Mégara Hyblaea (fig. 216). Peut-être un peu plus anciennes, trois statuettes provenant d’un sanctuaire de source près d’Agrigente (à Montechiaro) représentent quelques-uns des rares exemplaires de statuaire en bois de la période archaïque parvenus jusqu'à nous134 (fig. 231).

231 Statuette en bois, de Montechiaro ; début VIe s. (Musée de Syracuse 47134 ; H. 16,7 cm)

  • 135 Autels : R Orlandini, RM 66, 1959, 97 ss. Un bel exemple décoré avec peintures et reliefs : P. Dev (...)
  • 136 R. A. Higgins, Greek Terracottas, 1967, 54 s. ; Richter, Kouroi, no 62 (notre fig. 233).

76Dans les œuvres mineures de terre cuite – statuettes et autres objets votifs – c’est encore les modèles corinthiens qui sont le plus souvent imités, mais des ateliers et des styles locaux bien distincts se mettent très vite en place. Les petits autels (arulae) en terre cuite ornés sur leurs côtés de scènes en relief ou peintes (fig. 232) constituent une classe qui s’est tout entière développée en Occident et est restée presque inconnue en Grèce propre. Géla a connu la vogue de sarcophages en terre cuite, décorés de moulures architectoniques en relief de type ionique135. Dans les dernières décennies du VIe s., l’influence de la Grèce de l’Est s’accentue et s’exprime dans d’intéressantes créations surtout dans les sites d’Italie du Sud, tandis que Tarente est, dans la première moitié du VIe s., le centre d’une importante école de coroplastes dont les premières œuvres offrent un style tout à fait singulier136 (fig. 233).

232 Autel en terre cuite (arula) de type sicéliote ; sur la face antérieure, représentation en relief d'Héraclès et Triton et, sur un côté, scène peinte de Circé et d’un compagnon d’Ulysse transformé en porc ; vers 530 av. J.-C, (Paris, Louvre CA 5956 ; H. 34,8 cm)

233 Statuette en terre cuite, de Tarente ; vers 560 av. J.-C. (Oxford 1886.744 ; H. 15 cm)

  • 137 U. Jantzen, Bronzewerkstätten in Grossgriechenland und Sizilien, 1937.
  • 138 London 1904, 7-3, I ; W. Lamb, Greek and Roman Bronzes, 1929, pl. 39b.

77La production de bronzes en Occident fut assez limitée,137. Il existait certainement des ateliers de bronziers en Italie du Sud à la fin du VIe s., mais on a peut-être été trop loin dans les attributions faites récemment aux cités chalcidiennes. Locres et Tarente, en particulier, semblent avoir produit de beaux vases et miroirs à attaches figurées en bronze et la Sicile aussi propose quelques trouvailles de qualité. De Grumentum, près de Métaponte, provient un cavalier de bronze (fig. 234), aujourd’hui au British Muséum, fabriqué vraisemblablement dans un atelier occidental avant 550138. Mais tout le problème de l’identification d’écoles locales de bronziers est compliqué par la présence d’importations, surtout péloponnésiennes, et par notre ignorance sur Sybaris qui pourrait avoir été un grand centre artistique.

234 Cavalier en bronze, de Grumentum ; milieu VIe s. (Londres 1904.7-3.1 ; H. 25,2 cm ; les pieds sont restaurés)

  • 139 Robertson, HGA, 647 ; Richter, Sculpture and Sculptors of the Greeks, 1970, 156 ss.
  • 140 H. V. Herrmann, Olympia, 1972, 97 ss.

78Nous ne connaissons aucun nom d’artistes de Sicile ou d’Italie du Sud. L’un de ceux qui opérèrent effectivement en Occident est le sculpteur Pythagoras venu de Samos peu après 500139. Les riches offrandes faites dans les sanctuaires grecs par les tyrans et les rois d’Occident sont l’œuvre d’artisans travaillant sur place. Le sanctuaire de Zeus à Olympie fut un centre d’accueil privilégié pour les consécrations ; sur la terrasse des Trésors140 – ces petits édifices en forme de temples dédiés par les cités grecques–, la moitié des édifices est attribuable aux colonies occidentales ; Géla, Métaponte, Sybaris, Sélinonte, Syracuse. La plupart furent élevés au VIe s. et le plus ancien, celui de Géla, porte un décor de revêtements de terre cuite de style sicéliote. On peut même se demander si le trésor de Mégare ne fut pas à l’origine une consécration de Mégara Hyblaea, reprise ensuite par la métropole après la destruction de la colonie sicéliote. Celle-ci était en effet certainement bien plus riche que sa citémère au moment de la construction du trésor, qui offre un décor de sculptures et de plaques de terre cuite où des spécialistes ont reconnu des traits sicéliotes.

LE MONNAYAGE

  • 141 Monnayage colonial d’Occident : Kraay – Hirmer, 279 ss. ; Kraay, 161 ss.
  • 142 Un “poids” de la fin du VIIIe siècle, correspondant au standard eubéen a été retrouvé à Ischia : B (...)

79Certaines colonies commencèrent à frapper leurs propres monnaies d’argent vers le milieu du VIe s., bientôt imitées par d’autres. Leurs sources d’approvisionnement en métal pourraient avoir été l’Espagne – deux des premières cités à avoir frappé monnaie, Himère et Sélinonte, étaient bien situées pour le commerce vers l’ouest – et la Grèce, comme le montrent les monnaies grecques surfrappées dans les ateliers coloniaux. Le choix des unités de poids fut déterminé par l’usage en cours et la commodité commerciale, mais l’origine de certaines d'entre elles reste encore peu claire et la chronologie des monnaies repose toujours généralement sur l’évolution stylistique141. Les colonies eubéennes utilisèrent un étalon léger142, l’étalon euboïque, facile à mettre en rapport avec les autres étalons grecs et avec les unités de poids en usage en Étrurie et, semble-t-il, chez les Sicules. Les emblèmes ont en général un sens en relation avec la cité émettrice : pour Himère (“le jour”, “l’aube”), un coq ; pour Naxos (productrice de vin), une tête de Dionysos et des grappes de raisin ; pour Zancle, un dauphin qui plonge dans un port en forme de faucille (fig. 235). Syracuse frappa des monnaies assez tardivement, vers 510, aussi tardivement qu'elle avait ouvert son marché à d’autres produits que les vases corinthiens. Elle choisit l’étalon attique, qui s’ajustait facilement au système indigène sicule, comme l’avait fait Sélinonte dont l’emblème “parlant” reproduisait une feuille de céleri sauvage (sélinos).

235 Drachme d'argent de Zancle avec la représentation du port de la cité, en forme de faucille, et d’un dauphin ; vers 510 av. J.-C. (Londres)

  • 143 L. Breglia, Le antiche rotte del Mediterraneo, 1956, a une opinion optimiste sur l'importance hist (...)

80Les cités achéennes d’Italie méridionale commencèrent à battre monnaie au standard corinthien après le milieu du VIe s. Elles choisirent, ou inventèrent, un type inhabituel de monnaie incuse où l’emblème en relief sur l’avers est répété en creux au revers, inversé et souvent simplifié. C’est un type inconnu en Grèce, mais adopté aussi pour certaines émissions par Rhégion, Zancle et Tarente. Parmi les plus belles pièces on peut signaler celles de Métaponte portant un épi d’orge comme emblème (fig. 236). Crotone frappa, après la destruction de Sybaris en 510, des monnaies singulières qui, pour rappeler la sujétion de cette dernière, portaient les emblèmes des deux cités, le tripode de Crotone en relief, le taureau de Sybaris en creux. Poseidonia utilisa la même technique incuse en suivant au début un étalon local143.

236 Statère d’argent de Métaponte avec l’épi d’orge, en relief à l'avers et en creux au revers ; vers 550-530 av. J.-C. (Berlin)

GRECS ET ÉTRUSQUES

  • 144 Sur les origines étrusques, M. Pallottino, The Etruscans, 1974, ch. 2 et SE 29, 1961, 3 ss. ; L. B (...)

81Le problème de l’origine des Étrusques est l’un de ceux qui ont mobilisé des générations de spécialistes sans trouver une solution définitive. Heureusement ce n’est pas ici notre affaire. Les Grecs croyaient que les Étrusques étaient venus en Italie de l’Asie Mineure occidentale et, pour expliquer l’origine de leurs voisins romains, ils avaient créé la légende, reprise par Virgile, de la fondation de Rome par Énée, après sa fuite de Troie avec sa famille et ses pérégrinations vers l’Occident. Du point de vue archéologique, la civilisation étrusque semble pouvoir s'expliquer principalement en terme de développement sur place, et non sans influences septentrionales, au moins jusqu’à la fin du VIIIe s. et aux phases ultimes de la culture villanovienne au sein de laquelle devaient éclore les principales cités étrusques. Les problèmes à résoudre concernent la langue – moins sa lecture et son déchiffrement que ses relations lexicales qui ne semblent pas “italiques” – et les raisons du profond et rapide changement culturel de ce peuple144.

  • 145 Comme von Hase (Hamburger Beitr. Arch. 5, 1975, 99 ss. et cf. AA, 1974, 85 ss.) examinant le secte (...)
  • 146 Cf. ci-dessus, n. 21.
  • 147 Et cf. R. Maxwell-Hyslop, Iraq 18, 1956, 150 ss.

82Avant la fin du VIIIe s., la culture étrusque subit en effet une mutation radicale sous l’effet de l’intrusion d’objets et de techniques “orientalisants”. Certains y ont vu le moment où des immigrants orientaux se seraient installés en Étrurie, mais ces nouvelles sollicitations orientalisantes ne peuvent être rapportées à un secteur précis de l'Orient et présentent le même registre et la même variété que celles accueillies par les Grecs quelque temps plus tôt (cf. chap. 3). A côté de ces éléments d’origine orientale, on observe l’apparition simultanée d’éléments culturels grecs géométriques : leur provenance est facile à deviner puisque les plus anciennes colonies grecques d’Occident, Pithécusses et Cumes, avaient été intentionnellement créées dans une position géographique propice au commerce avec l’Étrurie. Comme on voit celle-ci accueillir en même temps l’Orient et la Grèce, il est légitime de se demander si la source n’en fut pas commune. Or les Grecs de Pithécusses et de Cumes étaient des Eubéens, ceux-là même qui avaient les premiers ouvert l’Orient au monde grec au cours du siècle précédent. Les Étrusques, bien que dotés de ressources notables, étaient immatures et pauvres sur le plan artistique ; ils furent des clients disponibles et particulièrement réceptifs à tout l’exotisme que les Eubéens pouvaient leur offrir, c’est-à-dire – à un moindre degré – les créations de l’art géométrique grec, et surtout les merveilles de l’Orient, l’or, les bijoux et les bronzes. Il est vrai qu’à cette époque aussi, les Phéniciens parcourent la Méditerranée occidentale (cf. infra) et on pourrait imaginer une influence orientale directe par leur intermédiaire145. Cependant la présence de noyaux de population sémitique à Pithécusses est maintenant démontrée146 et renforce l’hypothèse d’une médiation grecque : la différence de réponse des Grecs et des Étrusques aux stimuli orientaux viendrait de la différence de leurs traditions respectives et du vide culturel des riches cités étrusques147. Ce n’est pas une simple coïncidence que la mutation étrusque ait immédiatement suivi la fondation des colonies grecques voisines.

83Si les choses se sont passées ainsi, la phase orientalisante étrusque serait dans une large mesure le résultat des contacts commerciaux avec les Grecs. Les Étrusques se trouvèrent face aux mêmes nouveautés de formes et de techniques que l’art oriental avait précédemment offert aux Grecs. Les différences de réaction des deux peuples donnent la mesure de leurs différences de créativité et de sensibilité. Les Grecs choisirent, adaptèrent et assimilèrent jusqu’à créer une culture matérielle totalement grecque dépassant complètement l’inspiration superficielle proposée par l’Orient. Les Étrusques acceptèrent sans discrimination tout ce qui leur était offert. Ils firent des copies – ou payèrent des Grecs et peut-être des immigrés orientaux pour les faire – interprétant souvent de travers les formes et les sujets des modèles : ainsi leurs bijoux sont-ils de bizarres pastiches de l’orfèvrerie orientale. Ils concédèrent aux Grecs les métaux qu’ils recherchaient en échange de ce qui n’était bien souvent qu’une simple pacotille habituellement utilisée par les marchands pour éblouir les indigènes. Le résultat, avec l’ajout d’une massive influence grecque au cours du VIe s., fut l’art étrusque, mélange voyant d’éléments hétérogènes à l’opposé des créations plus maîtrisées de l’art grec.

  • 148 Cf. ci-dessus, n. 18.

84Il est impossible d’entrer ici dans le détail des effets de l’art oriental en Étrurie et je rappellerai seulement quelques objets susceptibles d’illustrer le rôle d’intermédiaire joué par les Grecs. Des sceaux du Proche-Orient de la fin du VIIIe s. ont atteint l’Étrurie sans doute à travers Pithécusses148. Des chaudrons en bronze de type oriental avec des attaches en forme de tête de taureau ou de sirène sont vraisemblablement passés par Cumes, où l’on trouve un chaudron du même type, mais sans élément décoratif. D’autres bronzes orientalisants, des chaudrons et un bassin, retrouvés en Étrurie (à Préneste et Capène) proviennent d’un atelier oriental installé à la même époque en Grèce, probablement en Crète (cf. p. 75).

85Nous nous intéresserons ici plus précisément 1) aux importations grecques en Étrurie, 2) aux témoignages de la présence et de l’activité des Grecs en Étrurie et 3) à l’influence des modèles grecs plutôt qu’orientaux sur l’art étrusque.

  • 149 A. W. Johnston, Greece and Rome 21, 1974, 138 ss.
  • 150 Payne, Necrocorinthia, 1931, ch. 8 ; Boardman, ABFH, 36 f. (fig. 56 = notre fig. 237).
  • 151 Boardman, ABFH, 64. Pour les modèles en bucchero d’amphores : M. Verzár, AntK 16, 1973, 45 ss. Kya (...)

861- Nous avons déjà mentionné les quelques types de vases qui témoignent d’un commerce pré-colonial. Dès la fondation des colonies eubéennes, des vases eubéens et corinthiens prennent le chemin de l’Étrurie. Les vases corinthiens continuent à arriver au cours du VIIe s. en même temps qu’un nombre croissant de vases de Grèce de l’Est. Au VIe s., les échanges commerciaux s’intensifient avec l’affirmation progressive de la céramique attique aux dépens de la corinthienne. Mais les vases attiques n’étaient pas nécessairement transportés par des navires athéniens, pas plus que les Corinthiens ne l’avaient fait précédemment pour leurs propres productions. Des marques commerciales gravées sous le pied des vases trahissent plutôt des mains ioniennes et les transporteurs étaient donc plus probablement des Phocéens, des Chiotes ou d’autres habitants de Grèce de l’Est149. Malgré cela, il n’y eut pas beaucoup de céramique de Grèce de l’Est apportée en Étrurie – en dehors de quelques vases chiotes et rhodiens de la fin du VIIe s. et du VIe s.- avant l’arrivée plus tardive de balsamaires plastiques qui connurent une certaine popularité. Parmi les autres vases, signalons la vogue des coupes laconiennes aux deuxième et troisième quarts du VIe s., des vases chalcidiens (cf. p. 235) dans la deuxième moitié du siècle et des amphores à vin chiotes et à huile attiques. Les potiers grecs étaient attentifs au goût étrusque. Avant le milieu du VIe s., les artisans corinthiens sacrifièrent au goût des clients étrusques pour l’anecdote haute en couleur dans la décoration de leurs cratères, et les artisans attiques dans celle de leurs amphores dites tyrrhéniennes150 (fig. 237) ; sur ces dernières les inscriptions nommant les figures sont parfois dépourvues de sens, mais les acheteurs étrusques n’étaient sans doute pas capables de s’en rendre compte. Après le milieu du VIe s., lorsque les vases attiques se furent imposés sur le marché, le potier Nikosthénès commença à l’approvisionner en formes de vases, amphores (fig. 238) et kyathoi (tasses à une anse) (fig. 239), familières aux Étrusques dans leur céramique commune de bucchero, mais décorées des habituelles figures attiques. Ce genre d’astuce suffisait à s’assurer une part du marché et les amphores nicosthéniques furent pratiquement monopolisées par Caeré151. Il n’est pas impossible non plus que certaines scènes aient été sélectionnées pour le marché occidental, comme, par exemple, celle représentant Énée emportant Anchise hors de Troie.

237 Amphore attique “tyrrhénienne” du peintre de Timiadès, de Vulci ; vers 550 av. J.-C. (Boston 98.916 ; H. 39,4 cm)

238 Amphore attique du potier Nikosthénès, d’Étrurie ; vers 530 av. J.-C. (Castle Ashby ; H. 30,9 cm)

239 Kyathos attique avec une scène de satyres vendangeurs, d’Étrurie ; vers 520 av. J.-C. (Castle Ashby ; H. 13,2 cm)

  • 152 A. Blakeway, JRS 45, 1935, 129 ss. ; Pline, NH, 35, 152 ; Liv., 1, 34 ; Dionys. Hal., 3, 46.

872- L’existence de Grecs vivant et travaillant en Étrurie est confirmée aussi par les sources littéraires. Nous savons, ainsi, qu’un noble corinthien, Démarate, émigré vers le milieu du VIIe s. en Étrurie, à Tarquinies, à la suite de troubles politiques, y épousa une aristocrate étrusque, conçut le cinquième roi de Rome (Tarquin l’Ancien) et développa une affaire commerciale prospère. Il avait amené avec lui un peintre et trois artisans qui introduisirent en Étrurie la technique de la coroplastie152.

  • 153 F. Canciani, Dialoghi di Arch. 8, 1974/5, 79 ss. ; La Rocca, MEFRA 90, 1978, 465 ss.
  • 154 A. Giuliano, JdI 78, 1963, 183 ss. (notre fig. 241) ; AA 1967, 7 ss. ; Prospettiva 3, 1975, 4 ss.  (...)

88La céramique est sans doute le meilleur témoignage de l’activité et de l’influence grecques. On trouve en Étrurie des vases géométriques de la fin du VIIIe et du début du VIIe s. dont la forme et le décor sont typiquement grecs, alors qu’ils ne sont manifestement des importations ni de Grèce même, ni de colonies grecques. C’est par exemple le cas des cratères à pied haut provenant de Vulci153 (fig. 240) et Bisenzio, œuvres probablement d’artistes eubéens immigrés. Il existe d’autres vases peints de formes locales non grecques qui ont pu être produits par des Grecs, mais dans ce cas la ligne de démarcation est plus difficile à situer. Les peintres étrusques ont dû rapidement assimiler techniques et motifs décoratifs et pendant plus d’un siècle tous les vases peints en Étrurie sont probablement l’œuvre d’artistes locaux, fortement influencés par les façons corinthiennes contemporaines ou déjà désuètes avec l’ajout de quelques éléments orientalisants dérivés des importations métalliques. A la fin du VIIe s., un artiste grec oriental immigré, le peintre des Hirondelles (Swallow Painter)154s’installa probablement à Vulci où il produisit des vases à décor de chèvres sauvages (Wild Goat) dans un style faisant quelques concessions au goût local (fig. 241) – phénomène semblable à d’autres déjà signalés pour la même époque en Italie du Sud (cf. supra). Il eut de dignes successeurs.

240 Amphore, de Vulci ; fin VIIIe s. (Rome, Villa Giulia 75871 ; H. 47 cm)

241 Skyphos du peintre des Hirondelles, de Vulci ; vers 600 av. J.-C. (Rome, Villa Giulia 65455 ; H. 24 cm)

  • 155 R. M. Cook et J. M. Hemelrijk, Jb. Berliner Mus. 5, 1963, 107 ss. ; Villard, Mon. Piot. 43, 1949, (...)
  • 156 Hemelrijk, De Caeretaanse Hydriae, 1956 et Caeretan Hydriae, 1984.

89Après le milieu du VIe s., la diaspora ionienne poussa de nombreux artistes de Grèce de l’Est à chercher de nouvelles patries. Certains vinrent en Étrurie et ouvrirent des ateliers destinés à approvisionner un marché dont le goût pour la céramique fine décorée était déjà affirmé. Ce fut aussi incontestablement la période la plus active du commerce grec oriental par l’intermédiaire de Sybaris. Des peintres de l’école de Clazomènes produisirent alors en Étrurie deux séries de vases à figures noires, caractérisées par des motifs locaux et une considérable influence attique : ce sont les amphores dites du Groupe de Northampton, des années 530 (fig. 242) et les dinoi Campana qui leur sont très étroitement liés155 (fig. 243). Les œuvres de ces mêmes artistes, ou du moins d’artistes issus de la même école, se retrouvent aussi en Grèce de l’Est, en Égypte (cf. p. 166 et s.) et jusque dans les cités grecques de la Mer Noire. Vers la même époque, on trouve un autre groupe de vases, tous de la même forme, produits certainement à Caeré, les “hydries de Caeré”156 (fig. 244). Leurs peintres (peut-être au nombre de deux) possèdent un vif sens de l’humour et de la couleur, qu’ils développent selon une technique basée essentiellement sur l’alternance du noir et du blanc. Ils utilisent des éléments stylistiques ioniens et corinthiens, mais leur originalité est impressionnante et ils n’auront pas de successeurs.

242 Amphore “Northampton”, d’Étrurie ; vers 540 av. J.-C. (Castle Ashby ; H. 32,4 cm)

243 “Dinos Campana” avec la scène du retour d’Héphaïstos dans l’Olympe ; vers 520 av. J.-C. (Würzbourg H5352 ; H. 20,8 cm)

244 Hydrie “de Caere” avec la représentation de la garde noire du roi Busiris (pour la scène principale, cf. fig 186) ; vers 530-520 av. J.-C. (Vienne 4593 ; H. 45 cm)

  • 157 Strabon, 220.
  • 158 M. Torelli, NSc, 1970, 1971, 195 ss. ; PdP 26, 1971, 44 ss. ; PdP 37, 1982, 304 ss. ; ARepts, 1973 (...)
  • 159 PdP 32, 1977, 410.
  • 160 Hdt., 4, 152 ; ARepts, 1973/4, 50 ; Torelli, PdP 26, 1971, 56 ss., pour les trouvailles ; A. W. Jo (...)

90Une ou deux cités étrusques méritent une mention spéciale. Caeré devait être une cité en partie grecque. Appelée Agylla par les Grecs, elle possédait un trésor à Delphes157. Gravisca, port de la grande cité étrusque de Tarquinies, accueillit, dès le début du VIe s., un riche quartier commercial grec doté de ses propres temples158. La céramique d’importation archaïque comprend une proportion inhabituellement élevée de vases de Grèce de l’Est et il y a aussi une protome de griffon en bronze appartenant à un chaudron de type samien159. Une autre consécration exceptionnelle est constituée par une ancre de pierre dédiée vers 500 par Sostratos à Apollon Éginète (fig. 245). Or Hérodote connaît un commerçant éginète de ce nom très actif en Occident et l’inscription SO gravée ou peinte sur plusieurs vases attiques exportés en Étrurie lui a aussi été associée160.

245 Ancre de pierre avec une dédicace de Sostratos, de Gravisca ; vers 500 av. J.-C. (L. 1,15 m)

91Un autre secteur où l’on peut envisager l’activité d’artistes grecs est celui de la peinture funéraire. Certaines des scènes peintes sur les parois des tombes étrusques sont d’un style proprement grec (fig. 246) et des peintres de vases, comme les peintres des hydries de Caeré, ont peut-être participé également ce mode d’expression.

246 Plaque Campana de terre cuite de la paroi d’une tombe de Caeré, avec un prêtre assis devant la statue d’une déesse et un serpent ; fin VIe s. (Paris, Louvre ; H. env. 1,3 m)

92Il n’est malheureusement pas possible de faire des comparaisons avec la Grèce elle-même, où on ne connaît pas pour la même époque de tombes à chambre, mais on peut chercher aujourd'hui des références dans les peintures exécutées par des artistes grecs orientaux à Gordion en Phrygie et à Elmali en Lycie (fig. 122) ou dans celles de la tombe du Plongeur à Poseidonia (fig. 222).

  • 161 Åkerström, GSI, 51 ss.
  • 162 J. G. Szilágyi, Etrusk-Korinthosi Vázafestészet, 1975 ; Arch. Class. 20, 1968, 1 ss.

933- L’influence des artistes et de l’art grec sur les produits étrusques se reconnaît assez facilement. Les styles eubéens et corinthiens de la période géométrique et de la première phase orientalisante qui deviennent familiers à la suite de la fondation des premières colonies grecques furent imités sans originalité par les artistes locaux, particulièrement attirés par la simplicité du motif en métope qui pouvait être reproduit en série avec un pinceau multiple161. Tous les styles corinthiens rencontrent leur imitation sur les vases “étrusco-corinthiens”, dont on peut suivre la trace au moins jusqu’au milieu du VIe s. On copie les formes des vases mais aussi tous les éléments figurés ou non figurés du décor, en y ajoutant un ou deux motifs suggérés par les bronzes ou les ivoires importés d’Orient. Le mélange des motifs et la disposition du décor s’éloignent cependant presque toujours des prototypes corinthiens (fig. 247). Les animaux sont souvent des caricatures de leurs modèles et suivent des schémas non-grecs, avec parfois des gueules ouvertes d’où sortent des membres humains162. Au cours de la même période, les potiers étrusques développent leur céramique noire monochrome de bucchero en y intégrant des formes grecques et des décors estampillés ou moulés de style grec et oriental.

247 Alabastre “italo-corinthien” ; vers 550 av. J.-C. (Oxford, Queens Loan 8 ; H. 17,5 cm)

  • 163 P. Ducati, Pontische Vasen, 1932 (notre fig. 248 = pl. 12) ; C. M. Stibbe, Meded Rom 39, 1977, 7 s (...)

94Lorsque les vases attiques prirent la place des corinthiens sur les marchés, ils furent à leur tour imités mais de manière maladroite. Une catégorie cependant, dite à tort “pontique”, offre plus de couleur et de variété (fig. 248). Peut-être, après avoir été créée par des Grecs, a-t-elle été développée par des artistes étrusques influencés par les styles attiques, ioniens et tardo-corinthiens. Au Ve s., les figures rouges attiques furent imitées, mais dans un premier temps en peignant les figures réellement en rouge au lieu de les laisser réservées sur le fond clair de l’argile163.

248 Amphore “pontique” avec représentation de centaures ; vers 530 av. J.-C. (Würzbourg 778 ; H. 36,7 cm)

95Dans la peinture des tombes, les Étrusques se mirent aussi à l’école des Grecs (cf. supra), modifiant souvent les proportions ou en comprenant mal les sujets, mais parfois aussi en faisant preuve d’un sens très vif du mouvement ou d’une puissante vision de l’au-delà.

96Dans le travail du bronze, ils développèrent certaines classes d’objets – telles les fibules – introduites par les Grecs, mais qui ne connurent jamais en Grèce une aussi grande popularité. La vaisselle métallique étrusque fut en général de grande qualité, liée dans une certaine mesure aux modèles grecs (mais aussi phéniciens ou indigènes) tant pour les formes que pour les décors, ces derniers généralement inspirés des bronzes péloponnésiens, surtout laconiens.

  • 164 Jeffery, LSAG, 236 s. ; J.A. Bundgaard, Analecta Rom. Inst. Damici, 3, 1965, 12 ss.

97On a vu que les compagnons de Démarate auraient introduit en Étrurie la coroplastie et, dans ce domaine, l’art étrusque put très vite rivaliser avec les chefs-d’œuvre grecs. Ce succès est dû en partie au fait que les Étrusques, contrairement aux Grecs, n’avaient pas – ou en tout cas ne surent pas exploiter – des carrières de marbre blanc pour la statuaire. Enfin, ce fut des Chalcidiens que les Étrusques apprirent l’alphabet et le premier abécédaire étrusque connu figure sur une tablette en ivoire qui imite une forme orientale164 (fig. 249).

249 Tablette d’écriture en ivoire avec un abécédaire gravé, de Marsiliana d’Albegna ; vers 700-650 av, J.-C. (Musée arch. de Florence ; 8,8 x 5,1 cm)

  • 165 Villard in Hommages A. Grenier, 3, 1962, 1625 ss.
  • 166 M. Gras in Mél. J. Heurgon, 1976, 344 ss.
  • 167 Ridgway in Celts (n. 12), 14, fig. 2c.
  • 168 J. Close-Brooks, BICS 14, 1967, 22 ss.
  • 169 K. Kilian, in Ét. Delphiques (BCH Suppl. 4, 1976), 429 ss., casques.
  • 170 Paus., 6, 19, 2.
  • 171 G. Karo, AE, 1937, 316 ss. ; E. Kunze, Studies D.M. Robinson I, 1951, 736 ss.

98En échange de tout cela, les Étrusques avaient peu à offrir en dehors des matières premières165. Quelques vases atteignirent les colonies grecques d’Occident et de rares canthares de bucchero la Grèce même, dans les années autour de 600166. Signalons une amphore à spirales à Ischia, au début de la période coloniale167, et un ceinturon de bronze sans doute rapporté chez lui par un habitant d'Érétrie168. Parmi les objets de bronze, notons encore des casques de la période pré-coloniale à Olympie et à Delphes169, un trépied de Vulci de la fin du VIe s. sur l’acropole d’Athènes, des passoires à Olympie et à Lindos (Rhodes) et une attache à Dodone. Olympie fut peut-être le site à avoir accueilli des objets étrusques avec le plus de faveur et, selon Pausanias, un roi étrusque fut le premier barbare à y faire une consécration170. On y a trouvé aussi un diadème d’argent de provenance étrusque quasi certaine datable du milieu du VIIe s. et des fragments de boucliers en bronze de même origine. Les fibules, bien qu’appartenant aux types les plus populaires en Italie, ne doivent pas y être considérées comme de véritables importations, ou du moins pas toutes171. Au Ve s. encore, les quelques objets étrusques présents en Grèce ont pu y parvenir de façon aléatoire plutôt que par voie commerciale.

99En dépit de ces témoignages de liens culturels, les relations politiques entre Grecs et Étrusques se détériorèrent après le milieu du VIe s. Les Étrusques disposaient d’une flotte considérable ; en 540, ils s’unirent aux Carthaginois pour s’assurer la maîtrise des mers aux dépens des Phocéens à la bataille d’Alalia. En 524, ils attaquèrent Cumes mais furent vaincus et quand ils affrontèrent la ligue latine, ils trouvèrent les Grecs dans les rangs ennemis. Leur flotte dominait les mers au nord du Détroit de Messine et seules les routes terrestres vers la Campanie restèrent sous le contrôle des Grecs. Tout de suite après 500, le flux des produits grecs en Étrurie connut un rapide déclin auquel devait suppléer l’activité sur place d’artisans d’origine ou de formation grecque. Les Grecs, en tout cas, reconquirent assez vite la maîtrise des mers.

  • 172 Un aperçu de ce travail in ARepts, 1973/4, 45-7. E. La Rocca, Dialoghi di Arch. 8, 1974/5, 86 ss. (...)
  • 173 Pline, NH, 35, 157. Sur les artistes étrusques à Rome : M. Cristofani, Prospettiva 9, 1977, 2 ss.
  • 174 A. S. Mura, PdP 32, 1977, 62 ss. pour une synthèse bien documentée.
  • 175 Pline, HH, 35, 154.

100Dans ce tableau, Rome mérite plus qu’une simple mention. Les premières phases de sa culture ont bien des points communs avec celle des Villanoviens, des Étrusques et des autres peuples italiques, mais c’est aussi le moment où elle affermit son identité politique qui débouche sur la naissance de la république. Comme ses voisins étrusques, Rome reçut de la céramique grecque, eubéenne et corinthienne, à partir de la fin du VIIIe s. et les produits grecs s’y écoulèrent en un flot continu tout au long de la période archaïque. Notre connaissance de cette période s’est notablement enrichie grâce aux fouilles menées notamment à l’emplacement du futur Forum Boarium (secteur de Sant’Omobono) qui a livré une importante séquence de matériel à partir de la fin de la période géométrique172. Pline rapporte que Vulca fut invité de Véies à Rome pour y créer, en terre cuite, la statue de Jupiter du temple capitolin et une statue d’Héraclès173. Dans la fouille du temple tardo-archaïque de S. Omobono, on a retrouvé un groupe de statues en terre cuite d'Héraclès et d’Athéna (fig. 250) qui révèle, dans un thème typiquement grec, ce subtil mélange d’éléments grecs et étrusques caractéristique de l’art de la jeune République174. Au Ve s., ce sont des artistes grecs qui décorèrent le temple de Cérès au Circus Maximus175.

250 Restitution du groupe en terre cuite d'Héraclès et Athéna (et détail de la tête d’Athéna) de Sant’Omobono, Rome ; vers 500 av. J.-C. (Rome, Pal. Conservatori ; H. restituée avec la base 1,65 m)

GRECS ET PHÉNICIENS

  • 176 Thuc., 6, 2, 6.

101Les historiens grecs anciens croyaient que les Phéniciens avaient précédé les Grecs dans les entreprises commerciales et coloniales en Méditerranée occidentale. Thucydide précise qu’ils s’étaient installés sur les promontoires et les îlots côtiers autour de la Sicile pour commercer avec les indigènes jusqu’au moment où l’arrivée des Grecs les avait poussés à se replier vers l’extrémité occidentale de l’île176. Les témoignages archéologiques – et un simple coup d’œil sur la répartition des villes grecques et phéniciennes – révèlent que les choses ne se passèrent pas ainsi. Il est en effet extrêmement difficile de prouver l’existence d’un quelconque commerce pré-grec avec les indigènes de Sicile, dans la mesure où les premiers objets importés sont grecs et où c’est dans leur sillage qu’arrivèrent aussi les quelques bibelots orientaux utilisés ou distribués par les Grecs.

  • 177 Articles importants sur la colonisation phénicienne : W. Culican in Abr-Nahrain I, 1959/60, 36 ss. (...)

102Il est aujourd’hui assuré que les Phéniciens ont manifesté leur intérêt pour la Méditerranée occidentale au moins aussi tôt que les Grecs177. On avait longtemps estimé qu’il fallait attribuer aux Grecs la volonté première d’établir d’abord de solides comptoirs commerciaux, puis des colonies qui leur avaient permis de s’assurer le contrôle des principaux sites de Sicile centrale et orientale. Mais on peut dire aujourd’hui que, s’ils ne déployèrent pas une activité coloniale comparable à celle des Grecs, les Phéniciens installèrent des postes commerciaux sur les côtes d’Espagne méridionale, d’Afrique du Nord, de Sicile occidentale et sans doute de Sardaigne dès avant la fin du VIIIe s. L’un des attraits majeurs en Occident pour les commerçants venus de la Méditerranée orientale était l’approvisionnement en métaux, particulièrement en étain, dont la principale source se trouvait, dès la plus haute antiquité, en Grande Bretagne. Le commerce ne fut sans doute pas le seul élément moteur de la colonisation, mais si les Phéniciens s’étaient uniquement intéressés à la terre, on comprendrait mal qu’ils se soient donné tant de peine pour écarter les Grecs des principales routes commerciales et qu’ils aient dédaigné les bonnes terres de cultures à leur portée, par exemple en Cyrénaïque.

103L’étain rejoignait la Méditerranée selon deux itinéraires : a) par voie de terre à travers la France d’où il pouvait approvisionner les centres métallurgiques d’Etrurie. Cette route fut celle que les Grecs mirent d’abord à profit grâce aux fondations eubéennes de Pithécusses et de Cumes et au contrôle sur le détroit de Messine avant d’installer des colonies dans le sud de la France, b) L’autre itinéraire, par mer, arrivait au sud de l’Espagne, riche d’autres minerais importants comme l’argent. A partir du moment où les Grecs se furent assuré le contrôle de la route passant par l’Étrurie, bien avant la fin du VIIIe s., seule la voie espagnole restait disponible et les Phéniciens s’en assurèrent grâce à leurs établissements de Carthage et des autres régions que nous avons citées.

  • 178 H. Treidler, Historia 8, 1959, 257 ss.
  • 179 P. Demargne, RA 1951, 44 ss. ; Coldstream, GGP, 386 s. ; P. Cintas, Manuel d’arch. punique 1, 1970 (...)
  • 180 Sur la phase la plus ancienne de Carthage, P. Cintas, Céramique punique, 1950 ; Manuel d’arch. pun (...)

104Il est probable que les Grecs auraient été aussi intéressés par la route d’Espagne, mais ils furent bloqués par les Phéniciens. Divers toponymes de l’aire carthaginoise ont des consonnances eubéennes – une île d’Eubée, des îles naxiennes et Pithécusses, qui évoquent les plus anciennes colonies eubéennes de Sicile et d’Italie178 – et, selon une allusion de l’Ancien Testament, Carthage aurait un temps gravité dans la sphère d’influence ionienne (Yawan). Des trouvailles archéologiques expliqueront peut-être un jour ces réminiscences. L’établissement phénicien le plus ancien passait pour être à Utique, juste au nord-ouest de Carthage, mais les trouvailles qui y ont été faites ne paraissent pas vraiment antérieures. Bien que Carthage elle-même ait été rasée par les Romains en 146, elle a livré des vestiges substantiels de son passé. Les plus anciennes trouvailles datables sont des dépôts de vases dans le sanctuaire de Tanit, sans doute l’un des premiers édifices de la ville. Beaucoup des vases sont des exemplaires grecs de la fin du VIIIe s., corinthiens ou imitations semblables à celles que produisaient les ateliers eubéens179. De telles découvertes pourraient faire supposer à cette époque l’existence d’intérêts grecs directs, mais il ne faut pas oublier que les Phéniciens ont toujours transporté de la céramique grecque décorée et que des Grecs ont pu cohabiter avec des Orientaux dans des établissements à dominante orientale, comme on l’a déjà constaté en sens inverse à Pithécusses (cf. p. 202). Des vases grecs isolés provenant des nécropoles de Carthage peuvent appartenir à une époque antérieure, mais les objets phéniciens les plus anciens n’y sont datables que d’après le contexte des trouvailles grecques. Jusqu’à présent il semble improbable que la ville ait été occupée avant le milieu du VIIIe s., c’est-à-dire à peu près au moment de la fondation des premières colonies de Sicile et d’Italie méridionale. On peut noter aussi que certains des vases décorés les plus anciens de fabrication carthaginoise utilisent la technique du pinceau multiple qui est à coup sûr d’origine grecque180.

La Méditerranée occidentale et l’Europe

  • 181 Coldstream, NSc, 1970, 580-2 ; B. Isserlin et J. du Plat Taylor, Motya I, 1974, sp. 83 s. Céramiqu (...)

105En Sicile occidentale, les Phéniciens fondèrent les villes de Motyé, Solonte et Panorme (Paierme), mais seule la première a livré du mobilier phénicien ou grec antérieur au VIIe s.181. C’est au cours de ce siècle que les cités grecques de Sicile entamèrent leur expansion vers l’ouest avec les fondations d’Himère et de Sélinonte, aux frontières mêmes du territoire contrôlé par les Phéniciens, mais ceux-ci réussirent à conserver leurs positions avec l’aide des indigènes Élymes.

  • 182 Dunbabin BSR 21, 1953, 39 s. ; et cf. BMQ 27, 1964, pl. 39e, une imitation du protocorinthien.
  • 183 F. M. Cross, Bull. Amer. School Or. Res. 208, 1972, 13 ss. ; B. Peckham, Orientalia, 41, 1972, 457 (...)
  • 184 G. Pesce, Sardegna punica, 1961, 70, fig. 116.
  • 185 A. Garcia y Bellido, Hispania Graeca 2, 1948, pl. 74, 2 ; G. Trias de Arribas, Cerâmicas griegas d (...)

106Les autres colonies phéniciennes de Méditerranée occidentale devraient appartenir à la même période. A Malte, une tombe a livré deux vases grecs, corinthien et rhodien du début du VIIe s., associés à un candélabre en bronze chypriote et à des vases phéniciens182. En Sardaigne, à Nora, on a trouvé une inscription phénicienne sur une pierre locale, dont la date et la signification ont fait l’objet d’un long débat ; selon une proposition de traduction récente, elle contiendrait des informations suggérant que la colonisation phénicienne en Sardaigne daterait au moins du début du VIIIe s.183. Le vase datable le plus ancien de la région présente un décor géométrique de tradition eubéenne sur une forme locale (fig. 251)184. Les Ioniens pensèrent plus d’une fois sous la menace perse à émigrer en Sardaigne et on ne peut pas affirmer qui des Grecs ou des Phéniciens furent les maîtres de l'île au début du VIe s. Olbia, au nord, pourrait être un établissement grec, mais n’a livré aucun matériel antérieur au Ve s. Dans les Baléares, Ibiza passe pour avoir été fondée en 654, mais rien ne peut y être daté avant 600 et le mobilier le plus ancien est surtout grec185 ; l’archipel aurait par ailleurs connu une colonisation rhodienne.

251 Vase géométrique, de Sulcis (île de S. Antioco), Sardaigne ; fin VIIIe s. (Musée de Cagliari ; H. 16,5 cm)

  • 186 Whittaker, op. cit. (n. 177) ; 59 ss. ; Blazquez, op. cit. (n. 177), pl. 113 ; Morel, 885 ss. ; Cu (...)

107On dispose aujourd’hui de beaucoup plus de témoignages d’une forte présence phénicienne dans le sud de l’Espagne dès le VIIIe s.186 ; parmi les objets d’origine orientale, notons les vases d’albâtre, utilisés comme urnes cinéraires dans la nécropole d’Almunecar (antique Sexi) et portant des cartouches de pharaons égyptiens du IXe s., mais associés à des skyphoi protocorinthiens des environs de 700, qui indiquent la date réelle de leur arrivée.

  • 187 Whittaker, op. cit. (n. 177), 61 ; B. Freyer-Schauenburg, op. cit. (ch. 4, n. 15), 104 ss. et Madr (...)
  • 188 Tartessus y sus problemas (V° Symp. int. preh. penins., 1969), 163 ss. ; A. Garcia y Bellido, Arch (...)
  • 189 Culican, PEQ, 1958, 97 ss.

108Quelques ivoires phéniciens ou puniques provenant de sites de la vallée du Guadalquivir pourraient dater du VIIe s., à en juger par-des trouvailles analogues à Samos et par le fait qu’un soldat gravé sur l’un d’eux porte un casque de type grec inconnu avant 700187 (fig. 252). Des œnochoés en bronze de type phénicien, trouvées dans la même région, ont leurs pendants en Étrurie, mais ne sont pas antérieures au milieu du VIIe s.188, comme les bijoux en or phéniciens de La Aliseda189.

252 Plaquette d'ivoire, de Bencarròn (Carmona) ; VIIe s. (New York, Hispanic Society D 513 ; 12,7x4,9 cm)

  • 190 Hdt., 4, 152.
  • 191 Paus., 6, 19.

109Il est difficile de dire avec certitude qui des Grecs et des Phéniciens a précédé l’autre en Espagne méridionale. La balance des témoignages tend maintenant à pencher plutôt en faveur des seconds, même si les trouvailles de céramique grecque dans les comptoirs phéniciens sont habituelles et si elles constituent souvent le seul critère sûr de datation. Les plus anciennes importations de céramique grecque sont, à Huelva, les fragments d’un cratère géométrique attique et d’un skyphos géométrique à métopes eubéen de la deuxième moitié du VIIIe s. Les poètes grecs archaïques connaissent les Hespérides et l’Atlantique. Vers 638, le Samien Colaios, détourné de sa route par une tempête alors qu'il faisait voile vers l’Égypte, traversa le détroit de Gibraltar (les Colonnes d’Héraclès des Grecs), aborda à Tartessos (dans la baie de Cadix), où il chargea une telle quantité d’argent qu’on peut penser qu’il s’agissait d’un marché nouveau ou peu fréquenté, “inviolé” comme le définit Hérodote190. Il y avait à Olympie des consécrations dites en “bronze tartessien” faites à une époque encore plus ancienne, en 648191.

  • 192 Hdt., 1, 163. R. Carpenter, Beyond the Pillars of Hercules, 1966, ch. 2, où il fait l'hypothèse d’ (...)
  • 193 Akurgal, Anatolia I, 1956, 3 ss. et in Princeton Encyclopedia ; Morel, 855-7. Sur l’hypothèse d’un (...)
  • 194 B. B. Shefton, Die “rhodischen” Bronzekannen, 1979. La classe est en général définie comme rhodien (...)

110Les Phocéens furent, selon Hérodote, les premiers Grecs à se lancer dans de longues expéditions maritimes et à atteindre Tartessos sur leurs fines pentecontères : ils y furent accueillis par le roi Arganthonios qui les invita à venir s’y installer. Hérodote leur attribue aussi l'exploration de l’Adriatique et de la Tyrrhénie (l’Étrurie)192. Les fouilles effectuées à Phocée même n’ont toujours pas été publiées et les Phocéens sont donc difficiles à identifier archéologiquement193 : peut-être peut-on leur attribuer une classe d’œnochoés en bronze de Grèce de 1’Est diffusée autour de 600 en Espagne (fig. 253), en France, en Allemagne du sud (et même en Grande Bretagne), dans le Picenum (sur la côte adriatique), en Étrurie et en Italie méridionale194. Dans leur patrie aussi, à la frontière entre l’Ionie et l’Éolide, les Phocéens utilisaient une céramique gris pâle de bucchero, qui fut distribuée et largement imitée dans leur zone de colonisation en France.

253 Anse d’œnochoé grecque en bronze, de la région de Grenade ; vers 600 av. J.-C. (New York, Hispanic Society R 4428 ; L. 20 cm)

  • 195 L’important matériel du VIe siècle est étudié par Morel, 861. J. et L. Jehasse, La nécropole préro (...)
  • 196 Snodgrass, EGAW, 24 s., C8.
  • 197 Pour le matériel grec trouvé en Espagne, voir les travaux cités par Morel [et Morel, PdP 37, 1982] (...)
  • 198 Morel, 886 s.

111Dans les années 540, les Phocéens d’Occident reçurent le renfort de leurs compatriotes qui, chassés de leur patrie par les Perses, vinrent s’installer en Corse à Alalia, colonie phocéenne fondée vers 565195. A en juger d’après leur installation à Marseille en 600, puis en Corse (et peut-être en Sardaigne), les Phocéens cherchaient une alternative à l’itinéraire nord-africain vers l’ouest. Il est difficile de dire dans quelle mesure les objets grecs retrouvés en Espagne ont été effectivement transportés par des Grecs, mais outre la céramique, il existe sur de nombreux sites côtiers un certain nombre de pièces notables : un casque corinthien à Jerez, de la première moitié du VIIe s.196 (fig. 254), et un autre du VIe s. à Huelva, une protome de griffon en bronze appartenant à un chaudron grec oriental du début du VIe s. et d’autres vases en bronze197. En ce qui concerne les autres villes phocéennes du secteur, Héméroscopeion et Mainakè, leur localisation reste encore incertaine, même s’il semble que la première soit à Denia (ant. Dianium) plutôt qu’au Penon de Ifach198.

254 Casque grec en bronze, de Jerez ; première moitié VIIe s. (Jerez ; H. 22,5 cm)

  • 199 La ville ne fut pas, semble-t-il, complètement abandonnée. Voir ci-dessus, n. 195.
  • 200 Sur les relations étrusco-puniques : J. M. Turfa, AJA 81, 1977, 368 ss. ; E. Colozier, MEFRA 65, 1 (...)
  • 201 Villard, Bull. Arch. Maroc. 4, 1960, 1 ss. ; Whittaker, op. cit. (n. 177), 67-9.

112En 540, les Phocéens affrontèrent les Carthaginois et les Étrusques dans une bataille navale où, bien qu’ils fussent vainqueurs, leurs pertes furent telles qu’ils durent abandonner leur colonie d’Alalia199, et se réfugièrent dans une nouvelle patrie à Hyélè (Velia) (cf. p. 228). La lutte pour la maîtrise des mers occidentales se poursuivit encore quelques années. Il est question d’une victoire des Phocéens de Marseille et d’un traité entre Carthage et les Étrusques pour définir des sphères d’intérêt200. Vers 500, les contacts commerciaux (quelle qu’ait été leur nature) entre Tartessos et les Grecs sont terminés, et rien ne nous autorise à considérer les trouvailles de céramique grecque archaïque en Espagne, Algérie et Maroc comme le témoignage d’explorations à l’initiative des Grecs201.

  • 202 V. Tusa, VIIIe Congr. Int. Arch. Class., 1961, 31 ss. Pour Ségeste et ses rapports avec le monde g (...)
  • 203 Le site de Kynips a été identifié à environ 20 km de Leptis grâce à la photographie aérienne. Sur (...)
  • 204 III London News, 29/3/1952, 538 (Sa(Sa-bratha) ; R. H. Carter, AJA 69, 1965, 123 ss. (Leptis) ; D. (...)
  • 205 Pour Dorieus : Hdt., 5, 41-66 ; Dunbabin, 348-52, 362-4 ; A. S. Graf von Stauffenberg, Historia 9, (...)

113L’affrontement entre Grecs et Phéniciens avait commencé assez tôt au cours du VIe s. Dans les années 570, Rhodiens et Cnidiens avaient tenté d’établir une colonie à Lilybée, sur un promontoire qui domine la cité de Motyé en Sicile occidentale, mais ils furent chassés et contraints de se replier à Lipara. Plus tard, les villes phéniciennes et indigènes de Sicile s’hellénisèrent en partie, accueillant de plus en plus de produits grecs et, à Ségeste, des temples doriques archaïques furent élevés sur les ruines d’un établissement indigène202. Des contestations eurent lieu avec Sélinonte, mais cette dernière préféra en général rester en bons termes avec ses voisins, phéniciens ou indigènes. Dans les années 540, à la suite de la bataille d’Alalia, la Corse tomba sous la domination étrusque et la Sardaigne sous celle des Carthaginois : la route directe vers l’ouest se trouva ainsi fermée. En 514, le spartiate Dorieus, parti pour fonder une colonie à Cinyps203 sur la côte entre Cyrène et Carthage, en fut chassé par les Carthaginois et les indigènes au bout de deux ans à peine. Les fragments de céramique grecque retrouvés à Sabratha et à Leptis Magna ne suffisent pas à prouver un établissement grec204, car même à Carthage les objets grecs continuèrent à arriver quel que fût le climat politique. Dorieus se transféra alors en Sicile occidentale où il fonda une autre cité à Héraclée (sans doute Trapani) près du Mont Eryx, en territoire phénicien. Bientôt assailli par les Phéniciens et les indigènes, il mourut sur le champ de bataille et ses compagnons survivants allèrent s’installer à Héraclea Minoa entre Sélinonte et Agrigente205.

  • 206 V. Tusa, Kokalos 10/11, 1964/5, 589 ss.
  • 207 Boardman, Greek Gems and Finger Rings, 1970, 153 s. ; Intaglios and Rings, 1975, 35 s. ; RA, 1971, (...)
  • 208 Boardman, AntK 10, 1967, 3 ss. Exemples à Utica et Carthage : Arch. Viva, 1. 2, 1969, 74 s. ; 130- (...)

114Les échanges culturels entres Grecs et Phéniciens en Méditerranée occidentale paraissent avoir été assez modestes en dépit de la présence de produits grecs dans tant d’habitats phéniciens et puniques. En Sicile, les villes les plus proches du territoire phénicien, comme Sélinonte, y puisèrent probablement quelques usages à la suite sans doute d’une plus grande mobilité de la population au cours des premières années206. Sur le plan archéologique, on observe, au sein des riches séries de scarabées de jaspe vert phéniciens et puniques de la fin de la période archaïque, l’influence grecque dans le choix des sujets et dans le style207 (fig. 255) – juste retour après les emprunts orientaux effectués précédemment par les Grecs dans ce domaine. Certains types de bagues grecques semblent aussi avoir été adoptés à Carthage et Utique208 (fig. 256). Ceux qui disséminèrent scarabées et amulettes autour de la Méditerranée étaient à leur tour sensibles aux mêmes frivolités !

255 Scarabées phéniciens de jaspe vert, de Tharros, Sardaigne ; début Ve s. a-Héraclès avec un sceptre de type égyptien, et un cartouche dans le champ ; b-guerrier avec un bouclier à tête de satyre et un vêtement gréco-chypriote (Londres, Walters 395 et 405 ; H. 1,7 et 1,5 cm)

256 Têtes de bagues d’or, avec un satyre de type grec et un groupe oriental d’un dieu attaquant un lion, d'Utique (Tunis, Musée du Bardo)

  • 209 L’identification de Demarateia est discutée : voir Kraay – Hirmer, 388 ; Kraay, 205 s.
  • 210 Dunbabin, ch. 14. Offrande de Gélon à Delphes : Meiggs – Lewis, no 28. Simonide, fr. 106, Diehl.

115Au début du Ve s., Gélon, tyran de Géla voulut venger la mort de Dorieus et ouvrir l’Afrique au commerce grec. On sait peu de choses de ses premières campagnes, mais en 480 la tension fut à son comble. Gélon avait renforcé son propre pouvoir en obligeant la majeure partie des habitants de Géla, Camarine et Mégara Hyblaea à se transférer dans sa nouvelle capitale de Syracuse. Ses adversaires d’Himère et de Rhégion firent appel à une intervention militaire carthaginoise pour le renverser. Sélinonte figurait aussi, semble-t-il, parmi leurs alliés. L’armée carthaginoise conduite par Hamilcar débarqua à Panorme et marcha sur Himère où elle fut mise en déroute par les troupes de Gélon. La légende voulut vite que la bataille d’Himère eût été livrée non seulement la même année, mais le même jour que Salamine, les deux victoires libérant à l’est et à l’ouest les Grecs de la menace barbare. La victoire de Sicile fut commémorée par la construction de nouveaux temples, dont un à Himère, financés grâce à l’indemnité de guerre carthaginoise. En son honneur aussi, Gélon fit frapper une émission de monnaies (fig. 257) qui figure parmi les plus belles réussites de l’art numismatique grec209. Avec ses frères il consacra à Delphes des statues de victoires et des trépieds en or, « après avoir défait les Barbares et étendu la main amicale de la liberté sur tous les Grecs »210.

257 Tétradrachme d’argent de Syracuse ; 480-479 av. J.-C. (?)

LES GRECS EN FRANCE ET EN ESPAGNE DU NORD-EST

  • 211 On tend actuellement à redimensionner la présence de la céramique de la fin du Géométrique dans le (...)

116Comme alternative à la route maritime de l’étain qui joignait les Iles Britanniques au sud de l’Espagne existait une voie terrestre à travers la France. Le parcours maritime contraignait les marchands de Grèce de l’Est – surtout Phocéens, semble-t-il – à affronter la concurrence phénicienne, sans pouvoir compter sur l’absolue sécurité de leurs bases de Corse, de Sardaigne et des Baléares. Tant qu’ils maintinrent des liens d’amitié avec l’Étrurie, les Grecs eurent à leur disposition le tronçon de côte nécessaire pour joindre la France et atteindre l’autre route de l’étain où les Phéniciens étaient absents ou au moins peu présents. Suivant une pratique expérimentée ailleurs, les Phocéens assurèrent la sécurité de leur commerce en fondant des colonies. Mais ils ne furent peut-être pas les premiers Grecs à avoir fréquenté cette côte211.

  • 212 H. Rolland, Fouilles de Saint-Biaise, 1951 ; Morel, PdP 25, 1970, 383 ss. et Morel, 868.
  • 213 Strabon, 654. Morel, 868. Hind, op. cit. à la n. 217, 48.

117Le secteur stratégique essentiel se trouvait à l’embouchure du Rhône. Les villages indigènes de Saint-Biaise, Tamaris et La Couronne y ont livré de la céramique grecque de la fin du VIIe s. Les plus anciennes pièces datables sont corinthiennes, mais aussi originaires de Grèce de l’Est, tandis que des vases attiques arrivent après 575, notamment à Saint-Biaise. Il est difficile de préciser la nature et l’identité de la présence grecque sur ce site qui accueillit très tôt amphores et bucchero étrusques et dont on ne connaît même pas le nom antique212. Les sources antiques font allusion à une colonisation rhodienne qui aurait précédé la fondation de Marseille et dont on trouverait un écho dans les noms du Rhône (Rhodanos), de la ville, non localisée, de Rhodanoussia et dans celui de la petite colonie de Rhodé, sur la côte du nord-est de l’Espagne ; malheureusement on ne possède pour cette dernière aucun témoignage archéologique susceptible d’en préciser la date de fondation213. Les vases de bronze parvenus en France méridionale et jusqu’en Germanie avant et vers 600 appartiennent au type déjà rencontré en Espagne et qui y a été associé aux Phocéens.

118Les Phocéens fondèrent massalia (Marseille), juste à l’est de l’embouchure du Rhône, vers 600 av. J.-C. La présence de la ville moderne a entravé la recherche archéologique qui a fourni cependant des résultats significatifs. La cité grecque s’élevait sur les trois collines basses au nord du Vieux Port. De récents travaux d’urbanisme y ont multiplié les découvertes qui viennent compléter celles du début du siècle à l’emplacement du Fort Saint-Jean (à l’entrée du port) et de l’après-guerre en arrière des quais nord du Vieux Port.

  • 214 Villard, op. cit., H. Gallet de Santerre, REA 64, 1962, 378 ss. Pour la route de l’étain : Villard (...)
  • 215 Morel, 882 s. (riche bibliographie). Villard, PdP 25, 1970, 108 ss. ; J.-J. Jully, Archiv. Esp. 48 (...)
  • 216 [Pour le monnayage : A. E. Furtwängler, Monnaies grecques en Gaule. Le trésor d’Auriol et le monna (...)

119Les trouvailles reflètent tout au long du VIe s. une remarquable variété des importations de Grèce propre214. A côté des habituelles céramiques corinthiennes, puis attiques, on note des exemplaires laconiens, étrusques et “chalcidiens”, et, comme on pouvait s’y attendre, une certaine quantité de vases grecs orientaux. Parmi ceux-ci quelques-uns sont d’origine rhodienne et d’autres chiotes (calices et amphores vinaires). Mais la plupart sont plus difficiles à localiser. C’est le cas des deux classes de céramique les plus courantes, très tôt imitées et produites sur place, une céramique claire à décor de bandes peintes, et une céramique gris pâle de type bucchero. Cette dernière est caractéristique des cités de Grèce de l’Est et a été souvent présentée en Occident comme un importation directe ou une imitation de produits phocéens. Elle est présente à Marseille, mais aussi sur tous les sites de France méridionale ayant livré de la céramique grecque, et appartient en général à des productions locales. L’archéologie a montré l’importance de l’influence grecque en France méridionale au cours du VIe s. et la variété des formes d’inspiration ou d’origine clairement grecques orientales215. La prospérité de Marseille dans la deuxième moitié du VIe s. se révèle à travers un monnayage d’argent relativement abondant (monnaies dites du type d’Auriol) et le trésor de marbre édifié par la cité à Delphes216 et dont les chapiteaux “à palmes” du porche rappellent des types déjà connus à Phocée.

  • 217 J. Hind propose de reconnaître Emporion dans la Pyrene citée par Avienus, Riv. Stor. dell’Ant. 2, (...)
  • 218 E. Ripoll, Ampurias, 1973 ; Morel, 876.
  • 219 Strabon, 159 s.

120Une colonie-sœur de Marseille fut fondée à emporion (auj. Ampurias) au nord-est de l'Espagne. Elle se trouve à l’écart de la route terrestre de l’étain et bien qu’elle ait pu être liée à l’exploitation des métaux des Pyrénées, il est sans doute préférable d’y voir une escale de l’exploration phocéenne du littoral espagnol. Un auteur latin tardif, Aviénus, a écrit un poème géographique qui pourrait avoir en partie pour base le récit d’un voyage de Marseille en Irlande et en Bretagne, via Gibraltar. Certains détails, notamment l’absence de mention d'Emporion, pourrait suggérer qu’il se reportait à des expéditions phocéennes d’avant la fondation de la ville217. Emporion elle-même semble contemporaine ou de peu postérieure à Marseille218. Elle a reçu de la céramique corinthienne et grecque orientale à partir du début du VIe s., puis de la céramique attique. Le premier établissement occupait un îlot en face de l’habitat indigène, mais sa nécropole devait se trouver sur le continent. Strabon écrit que, lorsque la ville grecque fut ensuite établie sur le continent, elle occupa un emplacement mitoyen, mais distinct de l’habitat indigène avec lequel elle finit par fusionner219. Les fouilles à l’intérieur de la ville ont révélé une occupation grecque dès avant le milieu du VIe s. et bien d’autres informations sur les périodes suivantes, mais peu de détails sur la topographie des premiers aménagements de la colonie.

  • 220 RA, 1948, I, 459 (notre fig. 258) ; Jully, op. cit. (n. 215, 1975), 63 ss. Cf. S. Nord-ström, La c (...)
  • 221 M. Louis et O. et J. Taffanel, Le prem. âge du fer Languedocien 2, 1958, 63 ; XI° Congr. Nac. de A (...)
  • 222 Olympia 4, pl. 66, 1151 ; ADelt 19, 1964, Chr., pl. 365, 3 (Corfou).

121La fondation de Marseille constitua un événement important pour l’histoire des peuples de la Gaule. Leur culture appartenait à celle du Premier Age du fer Hallstattien qui s’étendait sur presque toute l’Europe centrale et qui, au moins pour sa partie occidentale, trouva là l’occasion des premiers contacts étroits avec les Grecs. L’archéologie permet d’en suivre quelques effets au-delà des simples importations d’objets. Ainsi, dans le sud de la France et au nord de l’Espagne, la production locale de vases décorés au pinceau multiple à partir du VIe s. résulte manifestement d’un apprentissage grec220 (fig. 258). Il en est de même pour l’apparition à la même époque et dans le même secteur, d’un nouveau type de boucle de ceinture en bronze221 (fig. 259), que nous avons déjà mentionné en Phrygie et en Ionie (fig. 100, 101) et qui fut peut-être introduit en Occident par les Phocéens avant de rejoindre la Grèce (Olympie, Corcyre)222.

258 Fragment de vase d'Ensérune ; VIe s.

259 Boucle de ceinture en bronze, du Cayla de Mailhac ; VIe s.

  • 223 Justin, 43, 4, 1-2. Les contributions de F. Benoit, Rech. sur l’hellénisation du Midi de la Gaule,(...)

122L’historien latin Justin écrit que, grâce aux Grecs, « les Gaulois, après avoir abandonné et adouci leurs coutumes barbares pour un mode de vie plus civilisé, apprirent à cultiver leurs champs et à entourer leurs villes de remparts. Ils se mirent ainsi à vivre sous le régime des lois plutôt que sous celui des armes, à tailler la vigne et à planter l’olivier. Leurs progrès, en manières et en richesse, furent si brillants qu’il semblait non que la Grèce avait colonisé la Gaule, mais que la Gaule s’était transférée en Grèce »223.

  • 224 Notre fig. 260 = Germania 49, 1971, pl. 5, avec 41 ss. ; Benoit, op. cit., 1965, 167 ss.
  • 225 J. Jannoray, Ensérune, 1955 ; Gallet de Santerre, Archaeology 15, 1962, 163 ss.
  • 226 Cf. Gallia 18, 1960, 308 ss.
  • 227 J.-J. Hatt, VIIe Congr. Int. Arch. Class. 3, 1961, 177 ss. ; C. Lagrand et J-.P. Thalmann, Les hab (...)

123Nous pouvons encore aujourd’hui être reconnaissants envers les Grecs d’avoir introduit en France méridionale la culture de la vigne et de l’olivier. Marseille devint rapidement un exportateur actif de ses propres produits et si, au VIe s., elle importa aussi du vin d’Étrurie et de Grèce de l’Est, elle fabriqua peu après le milieu du siècle ses propres amphores de vin ou d’huile qu’elle diffusa activement auprès des populations indigènes224 (fig. 260). Le premier vin grec bu en Bourgogne fut celui de Marseille. Les amphores vinaires étaient accompagnées par les céramiques grecques, importées surtout de Grèce de l’Est et d’Athènes ou produites à Marseille même. Leur plus grande concentration se situe bien sûr près de la côte autour de Marseille et de l’embouchure du Rhône, comme à Arles, mais aussi sur de nombreux sites du Languedoc à l’est et au sud de Narbonne, tels Montlaurès ou Ensérune225. A l’est de Marseille et juste à l’ouest de Toulon, le site du Mont Garou fournit un résumé stratigraphique de l’histoire de la région, avec, à la fin du VIIe s., une implantation indigène reliée à la culture du Premier Age du fer provençal accueillant, à partir du milieu du VIe s., des céramiques étrusques, grecques et puniques où les importations grecques massaliètes deviennent tout de suite majoritaires226. Le site du Pègue (Drôme) présente un schéma exceptionnel au sein des habitats de l’intérieur des terres227.

260 Amphore vinaire massaliote, de La Heunebourg ; début Ve s.

124Vers l’intérieur, le long de la route de l’étain et en direction des riches habitats celtiques hallstattiens, les produits grecs sont moins nombreux, mais souvent plus spectaculaires. Un centre cependant a reçu suffisamment de céramique grecque pour suggérer qu’il jouait un rôle important dans le commerce de Marseille : c’est le site du Mont Lassois, dominant la Seine, à environ 150 km au sud-est de Paris. Il occupe une position stratégique à l’endroit où le fleuve cesse d’être navigable, à un point de rupture de charge pour les marchandises se dirigeant au sud vers la Saône, le Rhône et Marseille, à l’est vers les centres indigènes ou au sud-est vers l’Italie du Nord à travers les cols suisses. Certains spécialistes ont soutenu que c’étaient par ce dernier itinéraire que les objets grecs parvenaient dans la France du Centre et de l’Est, mais au VIe s., la route par Marseille est confirmée par la présence de céramiques et d’amphores massaliètes au Mont Lassois, tandis que l’intérêt majeur des Grecs dans le nord de l’Italie et de la vallée du Pô se manifeste seulement plus tard.

  • 228 R. Joffroy, Trésor de Vix, 1954 ; E. Gjodesen, AJA 1963, 333 ss. propose une datation plus haute e (...)
  • 229 Jeffery, LSAG, 191 s„ 375.

125En 1953, à Vix, la nécropole du Mont Lassois, on a fouillé la tombe sous tumulus d’une princesse dont le mobilier présente une qualité artistique qui n’a d’égal que son importance historique228. Les offrandes comprenaient un cratère de bronze grec, le plus grand et le plus élaboré connu à ce jour (fig. 261), décoré d’une frise de guerriers et de chars en relief sur le col, de gorgones sur les anses et de moulures finement coulées et ciselées. Il mesure près de 1,64 m de haut avec son couvercle doté en son centre d’une superbe statuette féminine en guise de préhension. Il avait dû voyager en pièces détachées, certaines marquées d’une lettre pour en faciliter l’assemblage à l’arrivée229. Le cratère est probablement une œuvre laconienne, mais il était associé dans la tombe à trois vases de bronze étrusques, deux kylix attiques, dont l’une, datable vers 520, fournit une référence chronologique sûre pour l’ensemble du mobilier et d’autres objets de bronze, parures et bijoux, ainsi que d’un diadème en or ornant la tête de la défunte.

261 Cratère en bronze de Vix ; vers 530 av. J.-C. (Musée de Châtillon-sur-Seine ; H. 1,64 m)

  • 230 Ét. d'arch. class. I, 1955/6, pl. I ; Joffroy, Mon. Piot, 51, 1960, 1 ss. : l’un des griffons est (...)
  • 231 Ibid., 14.
  • 232 Ibid., 16 s.

126Quatre-vingt dix ans avant la découverte du trésor de Vix, le tumulus de La Garenne à Sainte-Colombe, situé à 3 km de distance, avait livré une pièce de vaisselle de bronze d’un tout autre type, un chaudron doté de quatre attaches en forme de protomes de griffon, sur son trépied230 (fig. 262). Appartenant à une classe de chaudrons orientalisants dont nous avons déjà parlé (p. 83), celui-ci en représente une forme évoluée de la première moitié du VIe s. et on a pensé qu’il avait pu être fabriqué en Occident à Cumes ; mais d’autres centres de production sont possibles aussi bien en Occident qu’en Grèce de l’Est, comme pour d’autres exemplaires analogues. Un griffon appartenant à un chaudron du même type a été retrouvé dans la Loire à Angers231, sur le parcours possible d’une autre route de l’étain joignant la Manche et les Iles Britanniques au Rhône par l’intermédiaire de la Loire. Ces mêmes chaudrons se retrouvent encore plus loin, puisque l’un d’eux a été signalé en Suède, près de Stockholm, privé de ses griffons, assurés cependant par des traces d’arrachement232.

262 Chaudron et trépied en bronze, de La Garenne à Sainte-Colombe, près du Mont Lassois ; milieu VIe s. (Musée de Châtillon-sur-Seine ; H. 32 + 57 cm)

  • 233 H. A. Cahn in Colloque Dijon (n. 223), 21 ss. ; H. Jucker, in Zur gr. Kunst (Fest. H. Bloesch, 197 (...)
  • 234 Immédiatement au nord de Stuttgart, H. Zürn et H. V. Herrmann, Germania 44, 1966, 74 ss. et Hallst (...)
  • 235 J. Biel, Denkmalpflege in Baden-Württemberg 7, 1978, 168 ss.
  • 236 W. Dehn, Germania 32, 1954, 22 ss. ; W. Kimmig et E. Gersbach, Germania 49, 1971, 21 ss ; Colloque (...)

127Plus à l’est du Mont Lassois, en Allemagne du Sud, la diffusion des produits grecs au VIe s. est caractérisée par des vases en bronze grecs orientaux et un peu de céramique attique. De Grächwill en Suisse provient une hydrie de bronze laconienne (fig. 263) des environs de 600233. A Grafenbühl près d’Asperg, dans la région de Stuttgart, on a fouillé une tombe hallstattienne du début du VIe s. qui rappelle le Mont Lassois par la présence d’un trépied du même type que celui de la fig. 262 et qui contenait en outre des sphinges d’ivoire d’un modèle grec, à face d’ambre provenant sans doute d’Italie méridionale (fig. 264) et un manche de miroir en ivoire, peut-être d’origine syrienne234. A Hochdorf, non loin de là, un grand tumulus princier hallstattien, fouillé en 1978-1979, et daté vers 530, contenait notamment un chaudron de bronze avec trois anses mobiles à bobines doubles et trois statuettes de lions couchés fixées sur le bord, d’origine laconienne vraisemblable235. Le site le plus important fouillé jusqu’ici qui ait livré les traces les plus nettes de l’influence grecque est la ville-forteresse de La Heunebourg, dominant le Danube, juste au sud-ouest de Munich236. On y a trouvé de la céramique grecque de la fin du VIe s. (cf. par ex. fig. 260), mais le fait le plus remarquable réside dans la technique de construction du rempart de cette même période, inspirée vraisemblablement de modèles grecs. Si une partie du tracé est édifié selon la technique locale habituelle en bois et pierraille, un long tronçon est constitué de briques crues sur un soubassement de pierre (fig. 265) et ponctué de bastions rectangulaires à intervalles réguliers. Le plan et le type de construction sont parfaitement insolites dans l’Europe Centrale de cette époque et tout à fait courants au contraire sur les sites grecs archaïques. Il est tentant de supposer que les princes celtes, qui étaient capables d’apprécier autant les œuvres d’art des Grecs, furent amenés à solliciter aussi leur assistance technique.

263 Hydrie laconienne en bronze de Grächwill, Suisse ; vers 600 av. J.-C. (Bernisches Histor. Museum 11620 ; H. après restauration 64 cm)

264 Sphinx d’ivoire à face d’ambre fixé sur son support par des clous dorés, d’Asperg ; vers 600 av. J.-C. (Stuttgart, Württemb. Landesmuseum ; H : 4,8 cm)

265 Mur de briques crues sur solin de pierre à La Heunebourg

128Vers 500 av. J.-C., les événements prirent en Europe centrale une tournure qui eut un profond retentissement sur le commerce grec à travers Marseille. Pour l’archéologue européen cela signifie le passage de la culture halstattienne à la culture laténienne. Sur le terrain, on assiste à l'abandon des villes-forteresses hallstattiennes et à un déplacement général des centres de richesse et de pouvoir vers l’est et le nord. Avec l’abandon du Mont Lassois, Marseille perd son entrepôt et le commerce par la vallée du Rhône est interrompu. A Marseille même, la première moitié du Ve s. est marquée par la chute des importations de céramique fine, marque visible d’un certain appauvrissement. A l’intérieur des terres, les bronzes et la céramique importés ne sont plus grecs, mais étrusques. Les nouvelles routes du Sud traversent maintenant les Alpes et la Suisse en direction de l’Italie du Nord. En l’espace d’une seule génération, les Grecs d’Occident avaient perdu à la fois les routes de mer par le détroit de Gibraltar et de terre à travers la France, mais leurs cités restaient suffisamment riches et solides pour résister aux Carthaginois et aux Étrusques, d’autant plus que de nouveaux arrivants étaient venus s’installer sur les côtes de l’Adriatique septentrionale au débouché des nouvelles routes européennes en Italie du Nord.

Bibliographie

Bibliographie générale

Dunbabin (un travail de base, même s'il est vieilli, et qui est valable à la fois pour les, sources littéraires et pour l’archéologie) ; Morel [et du même, Les Phocéens d’Occident : nouvelles données, nouvelles approches, in I Focei dall’Anatolia all’Oceano, PdP 37, 1982, 479-479-500] ; CAH 32. 3, ch. 38 (A. J. Graham) ; ASSO ; Åkerström, GSI ; Langlotz – Hirmer (art).

Bérard, J., La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité, 1957 ; une mise à jour à la bibliographie des sites publiée par l’A. en 1941 a été faite par Dunabin in BSR 18, 1950, 104 ss.

Nenci, G. et Vallet, G. (éd), Bibliografia Topografica della colonizzazione greca in Italia e nelle isole tirreniche 1-13, 1977-1994, en cours : une nouvelle bibliographie qui prend la place de celle de Bérard.

Bérard, J., L’expansion et la colonisation grecques jusqu'aux guerres médiques, 1960, utile résumé à partir des textes.

Bernabò Brea, L., Sicily before the Greeks, 1957.

Guido, M., Sicily. An Archaeological Guide, 1967 ; South Italy. An Archaeological Guide, 1973.

Kirsten, E., Süditalienkunde. I, Campanien, 1975 : guide détaillé.

Richter, G. M. A., Ancient Italy, 1955 : art. Popoli e Civiltà dell'Italia antica 1-3, 1974 (recensé par Ridgway, JRS 66, 1976, 212 ss.) Trendall, A. D., Comptes rendus des fouilles en Italie du sud et la Sicile : ARepts 1966/7, 29 ss. ; 1969/70, 32 ss. ; 1972/3, 33 ss.

Ridgway, D., Comptes rendus des fouilles en Italie centrale et en Étrurie : ARepts 1967/8, 29 ss. ; 1973/74, 42 ss.

Fredericksen, M. Comptes rendus des fouilles en Italie du sud et en Sicile : ARepts 1976/7, 43 ss. [Ross Holloway, R., The Archaeology of Ancient Sicily. London & New York, 1991.

Greco, E., Archeologia della Magna Grecia, Bari, 1992 (trad. fr. à paraître en 1996).

Grecia, Italia e Sicilia nell'VIII° e VII° secolo a. C. (Atti del convegno di Atene, 1979). Rome, 1983-1984.

Gras, M., Trafics tyrrhéniens archaïques. Rome, 1985.

Apoikia, Scritti in onore di G. Buchner. AION (arch.), n.s. 1, 1994.

Flottes et commerce grecs, carthaginois et étrusques dans la mer tyrrhénienne (Actes du coll, de Ravello, 1987). Strasbourg, 1988 [1993].

Marseille grecque et la Gaule (Actes des colloques de Marseille, 1990). Aix en Provence/Lattes, 1992.

Rouillard, R, Les Grecs et la péninsule ibérique du VIIIe au IVe siècle av. J.-C. Paris, 1991.

del Olmo Lete, G., Aubet Semmler, M. E. (éd.), Los Fenicios en la Peninsula ibérica. Barcelona, 1986.

Gras, M., Rouillard, P., Teixidor, J., L'univers phénicien. Paris, 1989 (19952)].

Publications périodiques les plus importantes avec des comptes rendus des fouilles et des matériels significatifs : NSc, Kokalos, ASMG, Convegni di studi sulla Magna Grecia (Tarente). Le Centre Jean Bérard à Naples est un forum important de discussions et de publications. J’ai donné peu de références sur les colonies grecques. On trouvera les textes dans Dunbabin et Bérard et des études plus complètes sur les sites dans Kirsten et la Princeton Encyclopedia. Pour l’architecture des temples des Grecs d’Occident, voir W. B. Dinsmoor, Architecture of Ancient Greece, 1950 ; G. Gruben, Die Tempel der Griechen, 1976.

Notes

1 G. Vallet et F. Villard, BCH 76, 1952, 289 ss. ; T. J. Dunbabin, AE, 1953/4, 2, 247 ss. ; J. Ducat, BCH 86, 1962, 165 ss. ; Coldstream, GGP, 322 ss.

2 Cf. ci-dessous, n. 12, 33.

3 Hdt., 4, 153, 156.

4 Strabon, 278.

5 Strabon, 257.

6 Hdt., 1, 163 ss.

7 A. J. Graham, Colony and Mother-city in Ancient Greece, 1964.

8 W. G. Forrest, Historia 6, 1957, 160 ss. sur Delphes et la colonisation et in CAH 32. 2, ch. 39d (W. G. Forrest).

9 Boardman et Hayes, Tocra 1, 1966, 111 ss. pour une étude récente.

10 Coldstream, GGP, 195.

11 W. Taylour, Myc. Pottery in Italy, 1958 ; Desborough, The Last Mycenaeans, 1964, ch. 9 ; CAH 22. 2, 184 s., 3556 ; F. Biancofiore, La Civ. Mic. nell’Italia merid., 1967 ; E. Sjoquist, Sicily and the Greeks, 1973, ch. 1. Références in ARepts, 1976/7, 64.

12 D. Ridgway et O. Dickinson, BSA 68, 1973, 191 s. ; Ridgway, SE 35, 1968, 311 ss. et in Greeks, Celts and Romans (éd. C. F. Hawkes, 1973), 5 ss. une étude importante ; Coldstream, GG, 223 s. Cf. ARepts 1976/7, 44 (Capoue), 56 (près de Métaponte), 66 s. (Sicile) [et Cahiers du Centre J. Bérard 3, 1982],

13 Ridgway, op. cit. ; G. Buchner (directeur des fouilles), Expedition 8, 1966, 4 ss. ; in Metropoli e colonie di Magna Grecia (Atti III° Conv. studi M. G., 1964), 263-274 ; Dialoghi di Arch. 3, 1969, 85 ss. ; ARepts 1970/1, 63 ss. ; Cahiers du Centre J. Bérard 2, 1975, 59 ss. ; Coldstream, GG, 225 ss. [D. Ridgway, The fondation of Pithekoussai, Cahiers J. Bérard 6, 1981, 45 ss. ; G. Buchner, D. Ridgway, Pithekoussai 1. La necropoli : tombe 1-723 scavate dal 1952 al 1961. Rome, 1993 (Mon. Ant. 55)].

14 Ridgway, Celts (n. 12), 24.

15 RM 60/61, 1953/4, 37 ss. ; Opusc. Rom. 4, 1962, 165 ss. Sur les vases d’Ischia, Coldstream, GG, 229 s. et BICS 15, 1968, 86 ss. A propos de la distinction entre importations et céramiques locales : Ridgway, Papers in Italian Arch. 1, 1978, 121 ss.

16 ARepts, 1970/1, 67 ; Jeffery, AG, 64.

17 Jeffery, LSAG, 235 s. ; H. Metzger, REA 67, 1965, 301 ss. ; Meiggs – Lewis, no 1.

18 Boardman et Buchner, JdI 81, 1966, 1 ss. Il y a eu d’autres découvertes ultérieures.

19 S. Bosticco, PdP 54, 1957, 215 ss. ; F. de Salvia, Cahiers J. Bérard 2, 1975, 87 ss.

20 Ridgway, Atti VIII° Conv. Naz. Stud. Etr., 1974, pl. 63a et Celts (n. 12), 14, fig. 2b.

21 ARepts 1976/7, 44 ; Buchner, PdP 33, 1978, 135 ss.

22 Strabon, 247. Buchner in Cahiers du Centre J. Bérard 2, 1975, 59 ss. (révisé in The Italian Iron Age (éd. D. and F. Ridgway, 1979) attribue nombre de ces bijoux anciens trouvés à Cumes et en Étrurie aux ateliers eubéens ; une opinion extrême contredite par F. W. von Hase, Hamburger Beitr. Arch., 5, 1975, 99 ss.

23 Ridgway, Celts (n. 12), 17 ss. (fig. 4 = notre fig. 207) ; op. cit. (n. 20), 289 s. ; Buchner, op. cit., note 22 : réponse de R. M. Cook, Historia 11, 1962, 113 s. ; A. J. Graham, JHS 91, 1971, 43 ss. Sur le travail du métal, J. Klein, Expedition 14, 1972, 34 ss. et S. C. Bakhuizen, Chalcis in Euboea, 1976 et World Archaeology 9, 1977, 220 ss. qui suggère que les Eubéens ont introduit en Italie une technologie du fer avancée.

24 Les tombes sont publiées in Mon. Ant. 13, 1903, 201 ss. ; 22, 1913, 9 ss. Derniers tratravaux : W. Johannowsky, Dialoghi di Arch. 1, 1967, 159, ss., 3, 1969, 31 ss. et in Cahiers J. Bérard 2, 1975, 98 ss. ; Buchner in I Campi Flegrei (Convegno Lincei 33, 1977), 131 ss. [N. Valenza Mele, Cahiers du Centre J. Bérard 6, 1981, 97-130].

25 Cf. ci-dessus, n. 12.

26 Mon. Ant. 22, 1913, pl. 32, 1, 33.

27 R Amandry, Ét. Arch, class. 1, 1955/6, pl. 7.

28 Cl. Albore Livadie in Cahiers J. Bérard 2, 1975, 53 ss. ; C. Bérard, Eretria 3, 1970 ; Buchner in The Italian Iron Age (n. 22).

29 ARepts 1976/7, 68 s. ; P. Pelagatti, BdA, 1956, 326 ss. ; 1964, 149 ss. ; 1972, 211 ss. Sur le rôle des Chalcidiens et des Naxiens, N. M. Kontoleon in Europa (Fest. E. Grumach), 1967, 180 ss.

30 Thuc., 6, 2.

31 G. Rizza, BdA, 1957, 63 ss. (voir aussi quelques fragments datables du VIIe siècle, décorés dans un style local inhabituel) ; Chron, di Arch. I, 1962, 1 ss. Sur les Sicules à Leontinoi : ARepts 1976/7, 70 ; E. Sjoquist, Sicily and the Greeks, 1973, 21 ss.

32 RM 15, 1900, 87, fig. 30 ; H. Winnefeld, Bronzebecken aus Leontini, 1899 ; cf. Quad. Imerese I, 1972, 88, n. 84.

33 ARepts 1976/7, 66 s. G. Voza in ASSO, 57 ss.

34 G. Rizza, BdA, 1960, 247 ss.

35 G. Vallet, Rhégion et Zancle, 1958.

36 L. Bernabò Brea et M. Cavalier, Il Castello di Lipari, 1958, pl. 21, et Mylai, 1959 ; Meligunis-Lipara, 2, 1965, tombes du VIe siècle.

37 Vallet, op. cit.

38 Ibid., pl. 5, 1.

39 Canale : Mon. Ant. 31, 1926, 211 ss. ; Åkerström, GSI, 37 ss. (pl. 10, 5 = notre fig. 210) ; Coldstream, GG, 237 s.

40 Dunbabin, 48 ss.

41 Strabon, 270. Sur Corinthe et la colonisation en Occident : C. Roebuck, Hesperia 41, 1972, 111 ss. ; M.-P. Loicq-Berger, Syracuse, 1967. [Atti XXXIV° Conv. studi sulla M. G., 1994, sous presse]

42 Dunbabin, 50-2, 60 ; Mon. Ant. 25, 1918, 353 ss. pour les trouvailles anciennes.

43 Trouvailles des VIIIe et VIIe siècle : ARepts, 1976/7 ; ASSO, 76 ss.

44 Pelagatti, Dialoghi di Arch. 3, 1969, 141 ss. ; G. V. Gentili, Palladio, 1967, 61 ss. ; ASSO, 74 ss.

45 Exemplaire attique, Coldstream, GGP, 78, no 33 ; cycladique, BCH 76, 1952, 332, fig. 7. Cf. Åkerström, GSI, 35.

46 P. E. Arias, BCH 60, 1936, 144 ss. ; Vallet – Villard, MEFRA, 68, 1956, 23. Et cf. SE 42, 1974, pl. 87 (de L’Incoronata).

47 Cf. Dunbabin, 56, 93 s. ; R. van Compernolle, Kokalos 12, 1966, 75 ss.

48 Mon. Ant. 25, 1918, 589 ss., fig. 181, 195, 199 ; E.-L. Marangou, Lak. Elfenbein-Schnitzereien, 1969, 199 s.

49 ASSO, 91, no 310 avec références. Sur le type, Beazley, JHS 60, 1940, 22 ss.

50 Thuc., 6, 4.

51 Pour la classe de Thapsos voir Coldstream GGP, 102-4 (pl. 20c = notre fig. 213). Il semblerait s’agir d’une production corinthienne, mais la technique, le type de décoration ainsi que la zone de diffusion présentent des caractéristiques autonomes. J’avais fait l’hypothèse d’une attribution mégarienne (Gnomon, 1970, 496 ; cf. Cook, GPP, 24), mais les analyses d’argile ne m’ont pas encouragé dans cette direction (Boardman et Schweizer, BSA, 68, 1973, 278-80 et N. Bosana-Kourou, Stele (Eis Mnemen N. Kontoleontos, 1978), 318 ss. [Cf. Coldstream in Cahiers du Centre J. Bérard 3, 1982, 21 ss. ; Neeft, ibid., 39 ss.]

52 Vallet – Villard, BCH 76, 1952, 289 ss. ; Coldstream, GGP, 324 s.

53 Rapports annuels in MEFRA. Megara Hyblaea 2, 1964, pour la céramique ; ASSO, 161 ss.

54 MEFRA 78, 1966, 281 s. ; Megara Hyblaea 2, 1964, 137 ss. ; ASSO pl. 53-4. Fours archaïques : Villard, CRAI, 1952, 120 s. ; Kokalos 10/11, 1964/5, 603 ss. (fig. 7 = notre fig. 214).

55 Sur les problèmes de l’agora, Vallet, BdA 1967, 33 ss. ; Vallet – Villard, MEFRA 81, 1969, 7 ss. ; R. Martin, L’urbanisme dans la Grèce antique, 1976, 309 ss. Vallet – Villard – Auberson, Megara Hyblaea 1, 1976, pour le site.

56 Richter, Kouroi, no 134.

57 NSc, 1954, 99 ss. ; Langlotz – Hirmer, pl. 17.

58 G. Navarra, Città sicane, sicule e greche nella zona di Gela, 1964 (cf. Boardman, Class. Rev., 1966, 213-5) et RM 82, 1975, 2 ss. ; cf. G. Uggeri, RM 75, 1968, 54 ss.

59 P. Griffo, Gela, 1973 ; Mon. Ant. 46, 1963, 1 ss., dépôt archaïque.

60 P. Orlandini, Kokalos 12, 1966, 8 ss. ; 13, 1967, 177 ss. ; Riv. Ist. Arch. 15, 1968, 20 ss.

61 Cf. Mon. Ant. 17, 1906, fig. 155, 404 ?, 406, 410, 412 ?, pl. 5 centre ; NSc, 1960, 100, fig. 17.

62 Arch. Class. 5, 1953, 244 ss. (pl. 109, 1 = notre fig. 217).

63 F. Rainey, AJA 73, 1969, 261 ss. sur la localisation. Résumé des résultats : P. G. Guzzo, PdP 28, 1973, 278 ss. ; ARepts, 1976/7, 58. Rapports annuels in ASMG et voir NSc, 1970, Suppl. 3.

64 P. Zancani, annuellement in ASMG. ARepts, 1976/7, 59 ; Coldstream, GG, 238 s.

65 ASMG 11/12, 1970/1, 9 ss. ; sceau du “LyrePlayer Group” : ASMG 15-17, 1974-6, pl. 22-3, mais l’inscription est imaginaire.

66 J. de La Genière, rapport in NSc, 1971, 439 ss. ; 1975, 483 ss ; et cf. MEFRA 85, 1973, 7 ss.

67 ARepts, 1976/7, 60 s. ; P. G. Guzzo, Prospettiva 11, 1977 33 ss.

68 NSc, 1911, Suppl. 77 ss., statuette, fig. 99.

69 Mon. Ant. 23, 1914, 686 ss. G. Schmiedt et R. Chevalier, Caulonia e Metaponto in L’Universo 3, 1959.

70 ARepts, 1972/3, 37 s. ; 1976/7, 53 s. ; BdA, 1975, 26 ss. (temple archaïque) ; XIII° Convegno M. G., 1974.

71 NSc, 1940, 94 ss. (AJA 37, 1941, 472).

72 ARepts, 1972/3, 38 ; 1976/7, 55 s. D. Adamesteanu in Neue Forsch. in gr. Heiligtümern, 1976 (éd. U. Jantzen), 151 ss. ; ASMG 15-17, 1974-6, 177 ss. (corinthien du milieu du VIIIe siècle).

73 P. Zancani Montuoro et U. Zanotti Bianco, Heraion alla foce del Sele 1-2, 1951-4.

74 P. Sestieri, Arch. Class. 4, 1952, 77 ss. sur le problème des origines et des indigènes. M. Guarducci in Gli Arch. Italiani in onore di A. Maiuri, 1966, 201 ss. sur la fondation.

75 B. Neutsch, Tes nymphas emi hiaron, 1957 ; U. Kron, JdI 86, 1971, 1 17 ss. ; Kurtz – Boardman, 299.

76 M. Napoli, La Tomba del Tuffatore, 1970.

77 R. Naumann et B. Neutsch, Palinuro 1-2, 1958, 1960.

78 F. Lo Porto, BdA, 1964, 67 ss. ; Coldstream, GG, 239.

79 Dunbabin, 87 ss. ; XIII° Convegno di Studi sulla M. G., 1974 ; ARepts, 1976/7, 51.

80 Pour la céramique : F. Lo Porto, Annuario 37/38, 1959/60, 7 ss.

81 Kurtz – Boardman, 313 ; ASMG 8, 1967, 31 ss.

82 Jeffery, LSAG, 286.

83 B. Neutsch, Herakleia-Studien, 1967 ; D. Adamesteanu, Siris-Heracklea, 1967 ; ARepts, 1976/7, 57 s. Lagaria, un site entre Siris et Sybaris associé à une fondation mythico-historique, a livré de la céramique du VIIe siècle : T. de Santis, La Scoperta di Lagaria, 1964.

84 XVI° Convegno di Studi sulla M. G., 1977 ; ARepts, 1976/7, 62 ; VIIe Congr. Int. Arch. Class. 1961, 109 ss.

85 Dunbabin, 163.

86 ARepts, 1976/7, 61 s. ; A. de Franciscis, ASMG 3, 1960, 21 ss.

87 Dunbabin, 165-7 ; Mon. Ant. 31, 1926, 5 ss. ; J. de La Genière, MEFRA 76, 1964, 7 ss.

88 ASSO, 117 ss. ; ARepts, 1976/7, 67.

89 Bernabò Brea, Akrai, 1956 ; ASSO, 127 s.

90 Bernabò Brea, op. cit., pl. 25.

91 A. di Vita, VIIe Congr. Int. Arch. Class. 2, 1961, 69 ss. ; ASSO, 129 ss.

92 Comptes rendus in AJA, 61-68, 1959-64 et 74, 1970, 354 ss. ; Sjoquist, Kokalos 8, 1962, 52 ss. et Sicily and the Greeks, 1973, 28 ss.

93 P. Pelagatti, BdA, 1962, 251 ss. et Sicilia Arch., 1974-6 ; ASSO, 133 ss. ; ARepts, 1976/7, 71.

94 Dunbabin, 301 ss. ; J. de La Genière, Kokalos 21, 1975, 68 ss. sur l’acropole.

95 Sur les divinités : V. Tusa, Kokalos 13, 1967, 186 ss.

96 Mon. Ant. 32, 1927, 6 ss.

97 Ibid., pl. 27-9 ; Dunbabin, 174 s. ; Jeffery, LSAG, 270 s. ; A. M. Bisi, Stud. Mat. Stor. Rel. 36, 1965, 99 s.

98 Problèmes de datations, Vallet – Villard, BCH 82, 1958, 16 ss. ; J. Ducat, BCH 86, 1962, 165 ss. ; J. de La Genière, Kokalos 21, 1975, 102 ss. ; ARepts, 1976/7, 74.

99 Mon. Ant., 32, 1927, pl. 79-80 ; Jeffery, LSAG, 270, n. 3.

100 Dunbabin, 350 ss. ; P. Griffo, Agrigento, 1962 ; ARepts, 1976/7, 72 ; E. de Miro, Kokalos 8, 1962, 122 ss.

101 Dunbabin, 307.

102 Ibid., 307 s.

103 Kurtz – Boardman, 257 ; Fasti Arch. I, 1946, 722.

104 Dunbabin, 300 s. ; A. Adriani et al., Himera 1-2, 1970, 1976 ; Quad. Imerese I, 1972.

105 Autrefois dans la Coll. James Stevenson, vendus chez Sotheby’s, 13 Juin 1944, lots 128-47, trouvés sur le bord du cratère du volcan. Aryballe : notre fig. 150 ; ouchebtis (ou chaouabtis) : Oxford 1944. 41-4.

106 Cf Articles in PdP 21, 1966, et 25, 1970, surtout 108 ss. (Villard). Morel, 858-61. J.-P. Morel in Simposio de Colonizaciones (Barcelona, 1974), 139 ss. avait suggéré un intérêt phocéen ( ?) pour le site à une époque précédente (mais cf. ARepts, 1976/7, 48 [et Velia. Studi e ricerche. Modena, 1994]).

107 L. Bernabò Brea, Sicily before the Greeks, 1957 ; Dunbabin, ch. 5 ; E. Manni, REA 71, 1969, 5 ss. ; Sjoquist, op. cit. ; E. de Miro, BdA, 1975, 123 ss.

108 Dunbabin, 95-7 ; ASSO, 53 s.

109 Ragusa (Hybla Heraia) entre Camarina et Casmenai est une ville indigène avec un établissement grec voisin en pleine expansion qui finit par l’englober au VIe siècle ; Dunbabin, 107 s. ; A. di Vita, BdA, 1959, 293 ss.

110 Åkerström, GSI, 20-3 (pl. 3, 3 = notre fig. 225). Les vases locaux de Sabucina avec une décoration gréco-géométrique de type eubéen en sont de bons exemples ; Arch. Class. 17, 1965, pl. 53-4, 58 ; BdA, 1975, 123 ss., fig. 8, 9.

111 Dunbabin, 122-5 ; Sjoquist, op. cit., 23 ss.

112 Dunbabin, 177 ss.

113 Kraay, 230 s.

114 D. Adamesteanu, Mon. Ant. 44, 1958, 205 ss. ; NSc, 1958, 350 ss. ; Kokalos 4, 1958, 40 ss. Certains ont pensé qu’il s’agissait de l’ancienne Omphakè, mais Pausanias (8, 46, 3) dit qu’Omphakè fut mise à sac par le fondateur de Gela. Sur la pénétration grecque dans cette zone, voir P. Orlandini, Kokalos 8, 1962, 69 ss.

115 Ibid., 103 ss. ; Sjoquist, op. cit., 70 ss.

116 J. de La Genière, MEFRA 82, 1970, 621 ss. et RA 1978, 257 ss. sur les relations avec les indigènes ; Popoli anellenici in Basilicata (1971, exposition) ; F. Lo Porto, Mon. Ant. 38, ser. misc. 1, 3, 1973 sur la Lucanie.

117 P. Orsi, Templum Apollinis Alaei, 1933, sp. fig. 81, 91 ; Dunbabin, 159, 175 s.

118 D. H. Trump, Central and Southern Italy before Rome, 1966. Pénétration en Campanie à partir de la fin du VIIIe siècle, ARepts, 1976/70, 46 s.

119 S. De Caro, Rend. Acc. Arch. Nap., 1974, 37 ss.

120 Puteoli : A. de Franciscis, Rend. Acc. Arch. Nap., 1972, 109 ss. Pompéi : RE s.v., 2018 s.

121 Cf. ci-dessus, n. 48.

122 Cf. ci-dessous, n. 165.

123 Cf. ci-dessus, n. 49.

124 Richter, Kouroi, 92 s., 129, no 134, 181-9.

125 Cf. ci-dessus, n. 18.

126 Cf. ci-dessus, n. 15.

127 B. Schweitzer, RM 62, 1955, 78 ss. ; SimonHirmer, pl. 18-19.

128 Références in ARepts, 1972/3, 38 ; 1976/7, 58 ; XIII° Convegno di studi sulla M. G., 1974, pl. 95-7. Studies V. Ehrenberg, 1966, 225 ss., sur la tradition grecque.

129 A. Rumpf, Chalkidische Vasen, 1927 ; R. M. Cook, GPP, 158 ; Boardman, BSA 68, 1973, 27 s., analyses ; BSA 60, 1965, 125 s. (Smyrne).

130 Dunbabin, 280 ss., 295 ss. Notre fig. 229 = F. Krauss, Die Temple von Paestum, 1959, fig. 45.

131 Dunbabin, 268 ss. Notre fig. 230 = Mon. Ant. 35, 1933, pl. 25.

132 Cf. ci-dessus, 124.

133 Sculpture occidentale : Robertson, HGA, 115 ss. ; Langlotz – Hirmer, 30 ss. ; B. S. Ridgway, Archaic Style, 1977, 238 ss. ; R. Ross Holloway, Influences and Styles... Sicily and Magna Graecia, 1975.

134 Richter, Korai, 1968, fig. 109-12.

135 Autels : R Orlandini, RM 66, 1959, 97 ss. Un bel exemple décoré avec peintures et reliefs : P. Devambez, Mon. Piot, 58, 1972, 1 ss. (notre fig. 232). Sarcophages de Gela : Kurtz – Boardman, 312.

136 R. A. Higgins, Greek Terracottas, 1967, 54 s. ; Richter, Kouroi, no 62 (notre fig. 233).

137 U. Jantzen, Bronzewerkstätten in Grossgriechenland und Sizilien, 1937.

138 London 1904, 7-3, I ; W. Lamb, Greek and Roman Bronzes, 1929, pl. 39b.

139 Robertson, HGA, 647 ; Richter, Sculpture and Sculptors of the Greeks, 1970, 156 ss.

140 H. V. Herrmann, Olympia, 1972, 97 ss.

141 Monnayage colonial d’Occident : Kraay – Hirmer, 279 ss. ; Kraay, 161 ss.

142 Un “poids” de la fin du VIIIe siècle, correspondant au standard eubéen a été retrouvé à Ischia : Buchner, Cahiers J. Bérard 2, 81 s.

143 L. Breglia, Le antiche rotte del Mediterraneo, 1956, a une opinion optimiste sur l'importance historique de la distribution des standards dans l’Occident de l’époque archaïque (cf. recension par Kraay, Num. Chron., 1957, 289 ss).

144 Sur les origines étrusques, M. Pallottino, The Etruscans, 1974, ch. 2 et SE 29, 1961, 3 ss. ; L. Banti, Etruscan Cities and their cultures, 1973 ; H. Hencken, Tarquinia and Etruscan Origins, 1968 ; D. Strong, The Early Etruscans, 1968 ; H. H. Scullard in

145 Comme von Hase (Hamburger Beitr. Arch. 5, 1975, 99 ss. et cf. AA, 1974, 85 ss.) examinant le secteur de l’orfèvrerie, qui accueille des techniques nouvelles à la fois chez les Grecs et les Etrusques : ces derniers cependant auraient été plus rapides et plus aptes à les utiliser. Cf. aussi ci-dessus, n. 22 et I. Strøm, Problems concerning the Origins and Development of the Etruscan orientalising style, 1971. Pour les rapports postérieurs avec l’Orient : M. Renard in Hommages A. Grenier 3, 1962, 1299 ss. ; A. Hus, Recherches sur la statuaire en pierre, 1961.

146 Cf. ci-dessus, n. 21.

147 Et cf. R. Maxwell-Hyslop, Iraq 18, 1956, 150 ss.

148 Cf. ci-dessus, n. 18.

149 A. W. Johnston, Greece and Rome 21, 1974, 138 ss.

150 Payne, Necrocorinthia, 1931, ch. 8 ; Boardman, ABFH, 36 f. (fig. 56 = notre fig. 237).

151 Boardman, ABFH, 64. Pour les modèles en bucchero d’amphores : M. Verzár, AntK 16, 1973, 45 ss. Kyathoi : M. Eisman, AJA 77, 1975, 71 ss. ; Archaeology 28, 1975, 78 ss. ; J.-Paul Getty Mus. J. I, 1974, 43 ss. ; mais les kyathoi ne sont pas exclusivement nicosthéniques, ni uniquement des produits d’exportation. M. A. Tiberios, AE, 1976, 44 ss. suggère une relation possible entre Nikosthénès et l'atelier plus ancien des vases “tyrrhéniens”. Nos fig. 238-9 = CVA Castle Ashby, no 17 et 34.

152 A. Blakeway, JRS 45, 1935, 129 ss. ; Pline, NH, 35, 152 ; Liv., 1, 34 ; Dionys. Hal., 3, 46.

153 F. Canciani, Dialoghi di Arch. 8, 1974/5, 79 ss. ; La Rocca, MEFRA 90, 1978, 465 ss.

154 A. Giuliano, JdI 78, 1963, 183 ss. (notre fig. 241) ; AA 1967, 7 ss. ; Prospettiva 3, 1975, 4 ss. ; W. Schiering, RA, 1974, 3 ss.

155 R. M. Cook et J. M. Hemelrijk, Jb. Berliner Mus. 5, 1963, 107 ss. ; Villard, Mon. Piot. 43, 1949, 33 ss. (dinoi) ; CVA Castle Ashby, pl. A, 1-3 (vase éponyme de Northampton = notre fig. 242) ; CVA Würzburg 1, 35 s. (notre fig. 243).

156 Hemelrijk, De Caeretaanse Hydriae, 1956 et Caeretan Hydriae, 1984.

157 Strabon, 220.

158 M. Torelli, NSc, 1970, 1971, 195 ss. ; PdP 26, 1971, 44 ss. ; PdP 37, 1982, 304 ss. ; ARepts, 1973/4, 49-51 ; Morel, 862 s. ; PdP 32, 1977, 398 ss. pour les sanctuaires.

159 PdP 32, 1977, 410.

160 Hdt., 4, 152 ; ARepts, 1973/4, 50 ; Torelli, PdP 26, 1971, 56 ss., pour les trouvailles ; A. W. Johnston, PdP 27, 1972, 416 ss. (inscriptions peintes et gravées) ; P. A. Gianfrotta, PdP 30, 1975, 311 (ancre) ; F. D. Harvey, PdP 31, 1976, 206 ss., sur le personnage de Sostratos comme commerçant).

161 Åkerström, GSI, 51 ss.

162 J. G. Szilágyi, Etrusk-Korinthosi Vázafestészet, 1975 ; Arch. Class. 20, 1968, 1 ss.

163 P. Ducati, Pontische Vasen, 1932 (notre fig. 248 = pl. 12) ; C. M. Stibbe, Meded Rom 39, 1977, 7 ss. ; L. Hannestad, The Paris Painter, 1974, et Followers of the Paris Painter, 1976 ; Beazley, Etruscan Vase Painting, 1947 ; pour le groupe de Praxias à figures rouges surpeintes, voir aussi Szilágyi, Arch. Polona 14, 1973, 95 ss.

164 Jeffery, LSAG, 236 s. ; J.A. Bundgaard, Analecta Rom. Inst. Damici, 3, 1965, 12 ss.

165 Villard in Hommages A. Grenier, 3, 1962, 1625 ss.

166 M. Gras in Mél. J. Heurgon, 1976, 344 ss.

167 Ridgway in Celts (n. 12), 14, fig. 2c.

168 J. Close-Brooks, BICS 14, 1967, 22 ss.

169 K. Kilian, in Ét. Delphiques (BCH Suppl. 4, 1976), 429 ss., casques.

170 Paus., 6, 19, 2.

171 G. Karo, AE, 1937, 316 ss. ; E. Kunze, Studies D.M. Robinson I, 1951, 736 ss.

172 Un aperçu de ce travail in ARepts, 1973/4, 45-7. E. La Rocca, Dialoghi di Arch. 8, 1974/5, 86 ss. et in Civiltà del Lazio primitivo, 1976, 367 ss., pl. 21-3 (et cf. les trouvailles à Decima, 18 km au sud de Rome, ibid., 252 ss., pl. 63 ; Lavinium, ibid., 292 ss., pl. 78 ; et Satricum, ibid., 323 ss., pl. 87). Pour S. Omobono, PdP 32, 1977, 9 ss., 382 ss. et ibid., 375 ss., sur les autres trouvailles grecques dans le Latium. Cf. aussi D. van Berchem et E. Gjerstad in Mél. Piganiol 2, 1966, 739 ss., 791 ss. ; E. Paribeni, Bull. Comm. Arch. Rom. 76, 1956-8, 3 ss. 77, 1959/60, 109 ss. pour la céramique grecque importée.

173 Pline, NH, 35, 157. Sur les artistes étrusques à Rome : M. Cristofani, Prospettiva 9, 1977, 2 ss.

174 A. S. Mura, PdP 32, 1977, 62 ss. pour une synthèse bien documentée.

175 Pline, HH, 35, 154.

176 Thuc., 6, 2, 6.

177 Articles importants sur la colonisation phénicienne : W. Culican in Abr-Nahrain I, 1959/60, 36 ss. ; Levant 2, 1970, 28 ss. ; et C. R. Whittaker, Proc. Camb. Phil. Soc. 200, 1974, 58 ss. L’espansione fenicia nel Med. (= Studi Semitici 38, 1971). J. M. Blazquez, Tartessos y los origines de la colonización fenicia en Occidente, 1975 [et la biblio. générale de ce chap.]. Sur l’importance des métaux en Occident, J.-J. Jully, Opusc. Rom. 6, 1968, 27 ss.

178 H. Treidler, Historia 8, 1959, 257 ss.

179 P. Demargne, RA 1951, 44 ss. ; Coldstream, GGP, 386 s. ; P. Cintas, Manuel d’arch. punique 1, 1970, pl. 10-11 ; Culican, AbrNahrain I, 1959/60, 47 s. Pour un examen de la céramique grecque importée, E. Boucher Colozier, Cahiers de Byrsa 3, 1953, 11 ss.

180 Sur la phase la plus ancienne de Carthage, P. Cintas, Céramique punique, 1950 ; Manuel d’arch. punique, 1-2, 1970-1976 ; B. H. Warmington, Carthage, 1969 et cidessus, n. 177. A. M. Bisi, La ceramica punica, 1970.

181 Coldstream, NSc, 1970, 580-2 ; B. Isserlin et J. du Plat Taylor, Motya I, 1974, sp. 83 s. Céramique du VIIe siècle, par ex. Mozia 7, 1972, pl. 41-2, 57 ; 8, 1973, pl. 9, 38. E Manni in Mél. Piganiol 2, 1966, 699 ss.

182 Dunbabin BSR 21, 1953, 39 s. ; et cf. BMQ 27, 1964, pl. 39e, une imitation du protocorinthien.

183 F. M. Cross, Bull. Amer. School Or. Res. 208, 1972, 13 ss. ; B. Peckham, Orientalia, 41, 1972, 457 ss.

184 G. Pesce, Sardegna punica, 1961, 70, fig. 116.

185 A. Garcia y Bellido, Hispania Graeca 2, 1948, pl. 74, 2 ; G. Trias de Arribas, Cerâmicas griegas de la peninsula Ibérica, 1967-8, pl. 146-7.

186 Whittaker, op. cit. (n. 177) ; 59 ss. ; Blazquez, op. cit. (n. 177), pl. 113 ; Morel, 885 ss. ; Culican, Levant 2, 1970, 28 ss. (ala(ala-bastre) ; H. G. Niemeyer, Mitt. Deutsch. Or. Gesell. 104, 1972, 5 ss. Toscanos et Torre del Mar sont aussi des sites importants. Comptes rendus in Madrider Mitt. (trouvailles grecques : 3, 1962, pl. 14c ; 9, 1968, pl. 23a ; 13, 1972, pl. 24 ; AA, 1964, 487, fragment attique, vers 700.

187 Whittaker, op. cit. (n. 177), 61 ; B. Freyer-Schauenburg, op. cit. (ch. 4, n. 15), 104 ss. et Madrider Mitt. 7, 1966, 89 ss.

188 Tartessus y sus problemas (V° Symp. int. preh. penins., 1969), 163 ss. ; A. Garcia y Bellido, Archiv. Esp. 37, 1964, 50 ss. ; Culican, Syria 45, 1968, 275 ss.

189 Culican, PEQ, 1958, 97 ss.

190 Hdt., 4, 152.

191 Paus., 6, 19.

192 Hdt., 1, 163. R. Carpenter, Beyond the Pillars of Hercules, 1966, ch. 2, où il fait l'hypothèse d’une relation entre le nom Arganthonios et argentum et d’un rapport possible entre la Charybde de l’Odyssée et les marées de l'Océan Atlantique.

193 Akurgal, Anatolia I, 1956, 3 ss. et in Princeton Encyclopedia ; Morel, 855-7. Sur l’hypothèse d’une influence culturelle dominante des Phocéens dans la Méditerranée occidentale : E. Langlotz, Die kulturelle und künstlerische Hellenisierung... Phokaia, 1966. Cf. Morel.

194 B. B. Shefton, Die “rhodischen” Bronzekannen, 1979. La classe est en général définie comme rhodienne ; quelques exemplaires ont été identifiés comme étrusques. Pour la trouvaille d'une monnaie phocéenne archaïque en Espagne : A. E. Furtwângler, AM 92, 1977, 61 ss. Pour le rôle des Phocéens dans le commerce des métaux précieux : P. Ebner, PdP 21, 1966, 111 ss. Notre fig. 253 = Garcia y Bellido, op. cit. (n. 185), pl. 21.

195 L’important matériel du VIe siècle est étudié par Morel, 861. J. et L. Jehasse, La nécropole préromaine dAléria, 1973. Sur la signification de la bataille, J. Jehasse, REA 64, 1962, 241 ss ; [J. Ducat in Hommages à F. Ettori, 1982, 49 ss. ; M. Gras, DHA 13, 1987, 161 ss.].

196 Snodgrass, EGAW, 24 s., C8.

197 Pour le matériel grec trouvé en Espagne, voir les travaux cités par Morel [et Morel, PdP 37, 1982], dont les articles sont fondamentaux pour le problème de la présence phocéenne en Occident. Garcia y Bellido, op. cit. (n. 185), pl. 20, 2, pour la protome de griffon. Pour la céramique : Trias de Arribas, op. cit. (n. 185). Et cf. Madrider Mitt. 6, 1965, pl. 31-6 (anse de vase, Malaga) ; X° Congr. Nac. de Arq., 1969, 440 ss. (fragment de cratère) ; Trabajos de Prehistoria 34, 1977, 371 ss. (statuette de satyre) ; Blazquez, op. cit. (n. 177), pl. 67a (vase protoattique de Cadiz) ; M. del Amo, Huelva Arq. 2, 1976, 41 fig. 9, 9 (fragment géométrique du milieu du VIIIe siècle) ; [Rouillard, 1991 cité in biblio. générale du chap.].

198 Morel, 886 s.

199 La ville ne fut pas, semble-t-il, complètement abandonnée. Voir ci-dessus, n. 195.

200 Sur les relations étrusco-puniques : J. M. Turfa, AJA 81, 1977, 368 ss. ; E. Colozier, MEFRA 65, 1953, 63 ss.

201 Villard, Bull. Arch. Maroc. 4, 1960, 1 ss. ; Whittaker, op. cit. (n. 177), 67-9.

202 V. Tusa, VIIIe Congr. Int. Arch. Class., 1961, 31 ss. Pour Ségeste et ses rapports avec le monde grec : J. de La Genière, MEFRA 90, 1978, 33 ss.

203 Le site de Kynips a été identifié à environ 20 km de Leptis grâce à la photographie aérienne. Sur les relations grécopuniques au VIe siècle, F. P. Rizzo, Kokalos 16, 1970, 139 ss.

204 III London News, 29/3/1952, 538 (Sa(Sa-bratha) ; R. H. Carter, AJA 69, 1965, 123 ss. (Leptis) ; D. E. L. Haynes, The Antiquities of Tripolitania, 1955.

205 Pour Dorieus : Hdt., 5, 41-66 ; Dunbabin, 348-52, 362-4 ; A. S. Graf von Stauffenberg, Historia 9, 1960, 212 ss. Herakleia près du Mont Eryx n’a pas été localisée. A Herakleia Minoa on a trouvé une nécropole de la fin du VIe siècle.

206 V. Tusa, Kokalos 10/11, 1964/5, 589 ss.

207 Boardman, Greek Gems and Finger Rings, 1970, 153 s. ; Intaglios and Rings, 1975, 35 s. ; RA, 1971, 196 ss.

208 Boardman, AntK 10, 1967, 3 ss. Exemples à Utica et Carthage : Arch. Viva, 1. 2, 1969, 74 s. ; 130-5 (= notre fig. 256) ; Karthago 2, 1951, 54 ; Bull. Arch., 1924, 157.

209 L’identification de Demarateia est discutée : voir Kraay – Hirmer, 388 ; Kraay, 205 s.

210 Dunbabin, ch. 14. Offrande de Gélon à Delphes : Meiggs – Lewis, no 28. Simonide, fr. 106, Diehl.

211 On tend actuellement à redimensionner la présence de la céramique de la fin du Géométrique dans le sud de la France, mais quelques fragments rappellent les productions eubéennes et il ne serait pas surprenant qu’il y ait eu une première exploration de cette côte par les Eubéens. A. Blakeway, BSA 33, 1932/3, pl. 33, 85-7 ; F. Benoit, Provence historique 6, 1956, 3 ss. ; Villard, La cér. grecque de Marseille, 1960, 75 s. ; Coldstream, GGP, 388 (mé-lien ?).

212 H. Rolland, Fouilles de Saint-Biaise, 1951 ; Morel, PdP 25, 1970, 383 ss. et Morel, 868.

213 Strabon, 654. Morel, 868. Hind, op. cit. à la n. 217, 48.

214 Villard, op. cit., H. Gallet de Santerre, REA 64, 1962, 378 ss. Pour la route de l’étain : Villard, op. cit., 143 ss. ; J. V. S. Megaw, Antiquity 40 1966, 38 ss. ; P. Amandry, Hommage...J. Carcopino, 1977, 13 ss.

215 Morel, 882 s. (riche bibliographie). Villard, PdP 25, 1970, 108 ss. ; J.-J. Jully, Archiv. Esp. 48, 1975, 22 ss. sur les Phocéens dans le nord de l’Espagne et dans le sudouest de la France, et L’Ant. Class. 46, 1977, 5 ss. sur les vases grecs trouvés dans les tombes de cette zone. Sur les Celtes et le monde méditerranéen, C. F. C. Hawkes, VIIIe Congr. Intr. Arch. Class. 1965, 61 ss. [Ch. Arcelin-Pradelle, La céramique grise monochrome en Provence, Paris, 1984].

216 [Pour le monnayage : A. E. Furtwängler, Monnaies grecques en Gaule. Le trésor d’Auriol et le monnayage de Massalia, 525/520-460, Fribourg, 1978]. Pour le trésor de Delphes : E. Langlotz, Stud., zur nordostgr. Kunst, 1975, 45 ss., Morel, 876, n. 84 ; [Gras, op. cit. (n. 195)].

217 J. Hind propose de reconnaître Emporion dans la Pyrene citée par Avienus, Riv. Stor. dell’Ant. 2, 1972, 39 ss.

218 E. Ripoll, Ampurias, 1973 ; Morel, 876.

219 Strabon, 159 s.

220 RA, 1948, I, 459 (notre fig. 258) ; Jully, op. cit. (n. 215, 1975), 63 ss. Cf. S. Nord-ström, La cér. peinte ibérique de la prov. d’Alicante, 1969 ; 1973.

221 M. Louis et O. et J. Taffanel, Le prem. âge du fer Languedocien 2, 1958, 63 ; XI° Congr. Nac. de Arq., 1970, 494 ss.

222 Olympia 4, pl. 66, 1151 ; ADelt 19, 1964, Chr., pl. 365, 3 (Corfou).

223 Justin, 43, 4, 1-2. Les contributions de F. Benoit, Rech. sur l’hellénisation du Midi de la Gaule, 1965 et in Hommages A. Grenier I, 1962, 274 ss. sont vieillies ; Villard, op. cit., 125 ss. Actes du Colloque sur les influences helléniques en Gaule, Dijon, 1958.

224 Notre fig. 260 = Germania 49, 1971, pl. 5, avec 41 ss. ; Benoit, op. cit., 1965, 167 ss.

225 J. Jannoray, Ensérune, 1955 ; Gallet de Santerre, Archaeology 15, 1962, 163 ss.

226 Cf. Gallia 18, 1960, 308 ss.

227 J.-J. Hatt, VIIe Congr. Int. Arch. Class. 3, 1961, 177 ss. ; C. Lagrand et J-.P. Thalmann, Les habitats protohist. du Pègue, 1973.

228 R. Joffroy, Trésor de Vix, 1954 ; E. Gjodesen, AJA 1963, 333 ss. propose une datation plus haute et une origine corinthienne pour le cratère. Pour les autres trouvailles, Joffroy, L’oppidum de Vix, 1960, 120 ss.

229 Jeffery, LSAG, 191 s„ 375.

230 Ét. d'arch. class. I, 1955/6, pl. I ; Joffroy, Mon. Piot, 51, 1960, 1 ss. : l’un des griffons est une restauration d’un style provincial, ressemblant à la pièce d’Angers (n. suivante).

231 Ibid., 14.

232 Ibid., 16 s.

233 H. A. Cahn in Colloque Dijon (n. 223), 21 ss. ; H. Jucker, in Zur gr. Kunst (Fest. H. Bloesch, 1973), 42 ss.

234 Immédiatement au nord de Stuttgart, H. Zürn et H. V. Herrmann, Germania 44, 1966, 74 ss. et Hallstattforsch. in Nord-württ 16, 1970, 25 ss.

235 J. Biel, Denkmalpflege in Baden-Württemberg 7, 1978, 168 ss.

236 W. Dehn, Germania 32, 1954, 22 ss. ; W. Kimmig et E. Gersbach, Germania 49, 1971, 21 ss ; Colloque Dijon (n. 223), 55 ss. ; AA, 1964, 467 ss. Céramique grecque à Marienburg (Würzburg) : Germania 41, 1963, 103 ss. ; Antike Welt, 1975, 1, 51, fig. 11. Je remercie l’Inst. für Vor-und Frühgeschichte de Tübingen (grâce à B. B. Shefton) pour m’avoir permis de publier une photographie inédite des fouilles de La Heunebourg (fig. 265).

Table des illustrations

Légende 201 Pithécusses (Ischia) : le promontoire avec l’acropole du Monte Vico ; en arrière, la Valle de San Montano avec la nécropole et la colline de Mezzavia vers l’intérieur
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 202 Coupe (cotyle) de type corinthien, mais de production eubéenne, de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia. H. 10 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende 203 Scène de naufrage sur un vase de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 204 Fragment de cratère avec la signature du potier “... inos m’a fait”, de Pithécusses ; vers 700 av. J.-C. (Ischia)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende 205 “Coupe de Nestor” ; coupe grécoorientale avec une inscription métrique gravée, de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia ; H. 10,3 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende 206 Flacon de terre cuite syrien, de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia ; H. 11,7 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 207 Tuyère de four, de Pithécusses ; fin VIIIe s. (Ischia ; H. env. 20 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende 208 Fragments de vases de Léontinoi ; vers 700 av. J.-C. (Musée de Syracuse)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 209 Chaudron en bronze à attaches en têtes de bélier, de Léontinoi ; vers 550 av. J.-C. (Berlin ; H. 21,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende 210 Vase “eubéen” de Canale (Reggio) ; fin VIIIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende 211 Plan schématique de Syracuse
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende 212 Vase de la nécropole du Fusco, Syracuse ; vers 700 av. J.-C. (Musée de Syracuse ; H. 50 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende 213 “Coupe de Thapsos”, d’Aetos, Ithaque ; fin VIIIe s. (Vathy, Aetos RI ; H. 13,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende 214 Fragment de vase avec une scène mythologique inconnue (des hommes tirant une corde), de Mégara Hyblaea ; milieu VIIe s. (Musée de Syracuse)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende 215 Plan de l’agora archaïque de Mégara Hyblaea
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende 216 Figure féminine allaitant des jumeaux, groupe en calcaire de la nécropole de Mégara Hyblaea ; vers 550-525 av. J.-C. (Musée de Syracuse ; H. 78 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende 217 Cratère avec des griffons, de Géla ; milieu du VIIe s. (Musée de Géla ; H. 13,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende 218 Coupe phénicienne en bronze, de Francavilla ; VIIe s. (Musée de Reggio Calabria ; diam. 19,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 219 Métope en calcaire du sanctuaire d’Héra du Sélé, avec la lutte d'Héraclès et Apollon pour le trépied ; milieu VIe s. (Musée de Paestum ; H. 88,3 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 220 Le temple archaïque d’Héra à Poseidonia ; milieu VIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende 221 Le cénotaphe ( ?) souterrain de Poseidonia ; fin VIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende 222 La tombe du Plongeur avec un détail des peintures pariétales ; début Ve s. (Musée de Paestum)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende 223 Plan schématique de Sélinonte
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende 224 Stèles en calcaire à deux têtes, de Sélinonte ; fin VIe s. (Musée de Palerme ; H. 18 et 26 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende 225 Vase sicule, de Léontinoi ; VIIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 226 Modèle votif en terre cuite d’un temple, de Sabucina ; VIe s. (Musée de Caltanissetta ; H. 50 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende 227 Cratère signé par Aristonothos avec une scène de bataille entre un navire de guerre et un navire marchand, de Caeré ; milieu du VIIe s. (Rome, Pal. Conservatori ; H. 36 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Légende 228 Cratère “chalcidien” à figures noires, de Vulci ; vers 540 av. J.-C. (Würzbourg 159 ; H. 36,8 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende 229 Restitution du pronaos du temple d'Athéna à Poseidonia (Paestum) ; fin VIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende 230 Restitution du revêtement de terre cuite du temple C de Sélinonte ; vers 550-525 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende 231 Statuette en bois, de Montechiaro ; début VIe s. (Musée de Syracuse 47134 ; H. 16,7 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 232 Autel en terre cuite (arula) de type sicéliote ; sur la face antérieure, représentation en relief d'Héraclès et Triton et, sur un côté, scène peinte de Circé et d’un compagnon d’Ulysse transformé en porc ; vers 530 av. J.-C, (Paris, Louvre CA 5956 ; H. 34,8 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende 233 Statuette en terre cuite, de Tarente ; vers 560 av. J.-C. (Oxford 1886.744 ; H. 15 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende 234 Cavalier en bronze, de Grumentum ; milieu VIe s. (Londres 1904.7-3.1 ; H. 25,2 cm ; les pieds sont restaurés)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende 235 Drachme d'argent de Zancle avec la représentation du port de la cité, en forme de faucille, et d’un dauphin ; vers 510 av. J.-C. (Londres)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende 236 Statère d’argent de Métaponte avec l’épi d’orge, en relief à l'avers et en creux au revers ; vers 550-530 av. J.-C. (Berlin)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 237 Amphore attique “tyrrhénienne” du peintre de Timiadès, de Vulci ; vers 550 av. J.-C. (Boston 98.916 ; H. 39,4 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 238 Amphore attique du potier Nikosthénès, d’Étrurie ; vers 530 av. J.-C. (Castle Ashby ; H. 30,9 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende 239 Kyathos attique avec une scène de satyres vendangeurs, d’Étrurie ; vers 520 av. J.-C. (Castle Ashby ; H. 13,2 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende 240 Amphore, de Vulci ; fin VIIIe s. (Rome, Villa Giulia 75871 ; H. 47 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 241 Skyphos du peintre des Hirondelles, de Vulci ; vers 600 av. J.-C. (Rome, Villa Giulia 65455 ; H. 24 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende 242 Amphore “Northampton”, d’Étrurie ; vers 540 av. J.-C. (Castle Ashby ; H. 32,4 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 243 “Dinos Campana” avec la scène du retour d’Héphaïstos dans l’Olympe ; vers 520 av. J.-C. (Würzbourg H5352 ; H. 20,8 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende 244 Hydrie “de Caere” avec la représentation de la garde noire du roi Busiris (pour la scène principale, cf. fig 186) ; vers 530-520 av. J.-C. (Vienne 4593 ; H. 45 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende 245 Ancre de pierre avec une dédicace de Sostratos, de Gravisca ; vers 500 av. J.-C. (L. 1,15 m)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 246 Plaque Campana de terre cuite de la paroi d’une tombe de Caeré, avec un prêtre assis devant la statue d’une déesse et un serpent ; fin VIe s. (Paris, Louvre ; H. env. 1,3 m)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 247 Alabastre “italo-corinthien” ; vers 550 av. J.-C. (Oxford, Queens Loan 8 ; H. 17,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende 248 Amphore “pontique” avec représentation de centaures ; vers 530 av. J.-C. (Würzbourg 778 ; H. 36,7 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende 249 Tablette d’écriture en ivoire avec un abécédaire gravé, de Marsiliana d’Albegna ; vers 700-650 av, J.-C. (Musée arch. de Florence ; 8,8 x 5,1 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende 250 Restitution du groupe en terre cuite d'Héraclès et Athéna (et détail de la tête d’Athéna) de Sant’Omobono, Rome ; vers 500 av. J.-C. (Rome, Pal. Conservatori ; H. restituée avec la base 1,65 m)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende La Méditerranée occidentale et l’Europe
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 251 Vase géométrique, de Sulcis (île de S. Antioco), Sardaigne ; fin VIIIe s. (Musée de Cagliari ; H. 16,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende 252 Plaquette d'ivoire, de Bencarròn (Carmona) ; VIIe s. (New York, Hispanic Society D 513 ; 12,7x4,9 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende 253 Anse d’œnochoé grecque en bronze, de la région de Grenade ; vers 600 av. J.-C. (New York, Hispanic Society R 4428 ; L. 20 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende 254 Casque grec en bronze, de Jerez ; première moitié VIIe s. (Jerez ; H. 22,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 255 Scarabées phéniciens de jaspe vert, de Tharros, Sardaigne ; début Ve s. a-Héraclès avec un sceptre de type égyptien, et un cartouche dans le champ ; b-guerrier avec un bouclier à tête de satyre et un vêtement gréco-chypriote (Londres, Walters 395 et 405 ; H. 1,7 et 1,5 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende 256 Têtes de bagues d’or, avec un satyre de type grec et un groupe oriental d’un dieu attaquant un lion, d'Utique (Tunis, Musée du Bardo)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 257 Tétradrachme d’argent de Syracuse ; 480-479 av. J.-C. (?)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende 258 Fragment de vase d'Ensérune ; VIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 259 Boucle de ceinture en bronze, du Cayla de Mailhac ; VIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende 260 Amphore vinaire massaliote, de La Heunebourg ; début Ve s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende 261 Cratère en bronze de Vix ; vers 530 av. J.-C. (Musée de Châtillon-sur-Seine ; H. 1,64 m)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende 262 Chaudron et trépied en bronze, de La Garenne à Sainte-Colombe, près du Mont Lassois ; milieu VIe s. (Musée de Châtillon-sur-Seine ; H. 32 + 57 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende 263 Hydrie laconienne en bronze de Grächwill, Suisse ; vers 600 av. J.-C. (Bernisches Histor. Museum 11620 ; H. après restauration 64 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Légende 264 Sphinx d’ivoire à face d’ambre fixé sur son support par des clous dorés, d’Asperg ; vers 600 av. J.-C. (Stuttgart, Württemb. Landesmuseum ; H : 4,8 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende 265 Mur de briques crues sur solin de pierre à La Heunebourg
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende La Mer Noire
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3471/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search