Version classiqueVersion mobile

Les Grecs outre-mer

 | 
John Boardman

II. Les antécédents

Texte intégral

1Pendant sa période florissante de l’Age du bronze, celle des palais minoens et des citadelles mycéniennes, la Grèce avait été en contact étroit avec les autres civilisations qui bordaient la Méditerranée orientale. Mon propos n’est pas ici de parler de cette période, mais ce sont à peu près les mêmes zones qui allaient être de nouveau atteintes par les Grecs et il est bon de rappeler le fait que le VIIe s. av. J.-C. n’était pas la première période “orientalisante” en Grèce et que l’on a dû entendre la langue grecque en Égypte plus de 500 ans avant que les Grecs ne construisent leur comptoir de Naucratis dans le delta du Nil. Quelques mots sur ces premiers contacts ne seront donc pas superflus.

2Bon nombre des premiers stimuli au développement de la civilisation minoenne de Crète peuvent être attribués à l'Égypte ainsi qu’au Proche-Orient. Les liens demeurèrent solides et lorsque les Grecs mycéniens succédèrent à l’hégémonie minoenne en Crète, les contacts furent maintenus. On peut l’affirmer d’après les découvertes de poteries mycéniennes en Égypte et d’après l’influence apparente des formes minoennes/mycéniennes sur l’Égypte d’Akhenaton et de ses successeurs – la période d’Amarna. Selon certains, ces relations auraient pu être plus étroites encore plus tôt, et les Mycéniens se seraient battus aux côtés de l’Égypte contre les envahisseurs Hyksos.

  • 1 En général, pour les contacts outre-mer à l’Age du bronze grec, voir CAH 23. 2, 181 ss. ; 207 ss., (...)

3Avec l’Orient aussi les liens étaient étroits. La population originelle de Crète – comme peut-être même celle de Grèce – aurait pu venir d’Asie Mineure (Anatolie), bien que les parallèles que l’on peut établir entre les cultes et l’architecture d’Asie Mineure et de Crète au cours du second millénaire avant J.-C. ne soient pas totalement convaincants. Les côtes de Syrie et de Palestine permettaient l’accès aux richesses et aux ressources techniques de Mésopotamie. Mais les contacts ne se limitaient pas seulement au commerce de produits de première nécessité ou de luxe, car les Minoens, puis les Mycéniens semblent avoir installé des comptoirs commerciaux ou des colonies en divers endroits sur les côtes d’Asie Mineure et de Syrie1.

La Grèce et les côtes de l'Égée

4Ces entreprises outre-mer réalisées par des Grecs mycéniens sont une autre histoire dont je parlerai dans les introductions des chapitres suivants. Ici je voudrais situer la scène, introduire les protagonistes et raconter leur histoire depuis l’effondrement de la Grèce de l'Age du bronze jusqu’au VIIIe s. avant J.-C., lorsque les Grecs commencèrent de nouveau à acheter, apprendre, se battre ou s’installer sur des terres étrangères.

5On assiste au cours du XIIe s. avant J.-C. à la destruction et à l’abandon de presque toutes les citadelles et villes mycéniennes importantes. Le témoignage archéologique est clair. Les sources littéraires parlent d’une invasion ou d’une succession d’invasions d’autres peuples parlant le grec – les Doriens – venus du nord, et lorsque nous sommes de nouveau en mesure de distinguer les races grecques, par leur dialectes ou leurs coutumes, nous découvrons que les Doriens sont en possession de la plus grande partie de la Grèce du Sud (le Péloponnèse) et des îles méridionales, y compris la Crète et Rhodes. L’histoire de la destruction des palais mycéniens n’a sans doute pas été, bien sûr, une affaire aussi simple. D’autres tribus non grecques ont peut-être traversé la Grèce ; des dissensions internes ont probablement contribué à la cassure et l’arrivée des Doriens n’a pas forcément été la plus destructrice de ces invasions ; il se peut même qu'elle ait été pacifique et elle a eu les effets les plus durables.

  • 2 N. K. Sandars, The Sea Peoples, 1978.

6A travers toute la mer Égée, l’histoire est très semblable. En Asie Mineure, les Hittites succombèrent aux envahisseurs du nord. Les pays du Proche-Orient furent découpés en petits états et royaumes par des tribus descendant du nord, rejointes peut-être par les Grecs mycéniens venus de 1 ouest - les Akaiwasha (Achéens) et les Daniuna (Danaens) mentionnés dans les récits égyptiens2.

7« Les îles étaient agitées, troublées entre elles, elles déversaient leurs peuples tous ensemble. Aucune terre ne leur résistait... Les peuples qui venaient de leurs îles au milieu de la mer s’avancèrent vers l’Égypte, leurs cœurs confiant dans leurs armes. »

8L’Égypte résista aux invasions avec difficulté et si ces bouleversements la laissèrent affaiblie, elle put se réjouir de n’avoir pas à subir ces nouvelles cultures de Grèce et du Proche-Orient qui connaissaient le fer, mais n’avaient, semble-t-il, que peu de respect pour les réalisations et l’art de leurs prédécesseurs.

9Les “siècles obscurs” qui suivent dans l’histoire grecque représentent un véritable défi pour les archéologues et peut-être un champ un peu trop propice à l’ingéniosité des savants pour tenter – non sans raison il est vrai – de restituer l’histoire de ces siècles illettrés grâce aux mythes et aux poèmes encore présents dans le souvenir ou les récits des générations suivantes.

10Pour l’archéologue, le tableau donne l’illusion de la simplicité. Sur la plupart des sites de Grèce propre, il semble que l’on assiste à ce type de rupture culturelle qu’indiquent un abandon complet ou une dépopulation considérable. A cela il y a peu d’exceptions, mais notables, de gens vivant encore dans une sorte de “crépuscule” mycénien, comme à Athènes ou en Crète. Les sources littéraires nous rapportent qu’Athènes ne tomba pas devant les Doriens ou quelque autre envahisseur du Nord et le témoignage archéologique suggère que c’est vraisemblable, bien que la cité ait dû être soumise à une forte pression et la population confinée à l’intérieur des puissants murs de l’Acropole. Les trouvailles dans ses nécropoles et dans sa voisine Salamine montrent que le souvenir des formes et des décors mycéniens persistait, sous un aspect souvent très altéré. En Crète, la tradition mycénienne, fortement teintée de Minoen, survécut de deux façons différentes. D’abord, dans les sites de réfugiés, comme Karphi sur le sommet d’une colline presque inaccessible, où la population tentait d’éviter la désastreuse expérience des générations précédentes en évitant pour eux-mêmes tout contact avec d’éventuels ennemis. Ensuite, dans la cité ouverte de Cnossos, qui semblait encore capable de maintenir un certain contact culturel avec la Grèce continentale. Cnossos était alors dorienne, et pourtant, c’est l’influence culturelle de la non-dorienne Athènes qui y est la plus forte.

  • 3 Kurtz - Boardman, chap. 1-4 et 9.

11C’est à Athènes, avant la fin du XIe s., qu’était née la première nouvelle culture de l’Age du fer. Nous la connaissons sous le nom de “protogéométrique”, parce que les motifs de sa céramique annoncent les styles “géométriques” des IXe et VIIIe siècles et que c’est à partir de la céramique que l’on peut le mieux la caractériser. A partir des trouvailles faites dans les tombes à côté de la céramique, on constate que le fer est de plus en plus utilisé à la fois pour la parure – les grandes épingles – et pour les armes. L’incinération fut aussi adoptée à Athènes, alors que bien d’autres régions de Grèce furent lentes à abandonner l’habituelle inhumation du mort, et que, excepté à Théra et dans certains centres de Crète, ce ne fut jamais le type de sépulture exclusive3. C’était comme si Athènes abandonnait les discours fatigués de l’Age du bronze en Grèce, pour les remplacer par une nouvelle discipline et une pureté destinées à rester la marque de toutes les conquêtes ultérieures de la Grèce dans le domaine des arts. Aux Xe et IXe siècles, le témoignage archéologique du réveil et de la croissance démographique de centres autrefois riches montre que dans le domaine de l’art et de l’artisanat ils dépendaient à des degrés divers du modèle athénien. Cela était vrai même de la Crète, bien que Cnossos et d’autres cités de la plaine aient eu encore une haute conscience de leur passé, et les vieilles tombes à chambre continuaient à y être utilisées, pour abriter les urnes cinéraires et non les corps. Les refuges de montagne furent finalement abandonnés. Cet esprit protogéométrique est totalement et simplement grec et non, dorien, ionien ou éolien. La koiné culturelle dépasse les limites, par ailleurs clairement définies, de la langue ou de la politique. Et pour l’historien un mode de vie commun peut avoir plus d’importance qu’un dialecte commun.

12Ces siècles virent non seulement le retour de la prospérité en Grèce, mais aussi les débuts d’un nouvel intérêt pour les terres d’outre-mer et de migrations vers de nouvelles patries. Je mentionne ces événements ici plutôt que dans les chapitres suivants, car, dans la plupart des cas, ils impliquent un retour vers les cités et les îles des côtes orientales de l'Égée qui avaient déjà reçu la visite autrefois des Grecs mycéniens. A certains égards, ces états grecs orientaux n’avaient jamais dû perdre leur caractère hellénique après la débâcle de la fin de l’Age du bronze. Le hiatus dans leurs vestiges archéologiques peut être interprété à peu près dans les mêmes termes que pour beaucoup de sites de Grèce propre qui semblent privés de vie aux XIe et Xe siècles. Et bien que les migrations des âges obscurs aient pu concerner le déplacement de peuples non grecs, la physionomie politique de ce que nous appelons la “Grèce de l’Est” ne peut plus dès lors être séparée de celle du reste de la Grèce et bien des états grecs orientaux seront appelés à jouer un rôle prédominant dans les futures entreprises d’outre-mer, qui sont au centre de nos préoccupations.

  • 4 Sur ces “migrations”, J. M. Cook, CAH 23. 2, chap. 38 et The Greeks in Ionia and the East, 1962, c (...)

13La tradition, qui résulte peut-être seulement en partie de l’invention d’historiens-patriotes, attribue à Athènes une position privilégiée comme point de départ ou centralisateur pour la migration des Ioniens vers leurs foyers définitifs sui-les rivages orientaux de l’Égée. La survie d’Athènes au désastre qui frappa d’autres cités mycéniennes et sa documentation à travers les âges obscurs montrent qu’il y avait dans cette tradition plus d’une once de vérité. La tradition parle aussi de migrations encore plus anciennes d’Éoliens qui s’installèrent dans les îles et les cités de la moitié nord du rivage de l’Asie Mineure, tandis que les Ioniens occupèrent la partie sud. Les historiens anciens ont essayé de trouver un explication logique à ces deux migrations en les considérant comme deux mouvements séparés et organisés, mais il semble beaucoup plus probable que les peuples grecs dépossédés ou sans domicile aient traversé l’Égée en de multiples occasions du XIe au IXe s., suivant les routes explorées par leurs prédécesseurs ou encore conservées dans leur mémoire depuis l’époque du commerce et des établissements mycéniens4.

14L’importance ultérieure de plusieurs de ces cités et le fait que les migrations conduisirent à un contact plus direct avec le “barbare” et constituèrent un modèle pour le futur processus colonial justifient un bref examen archéologique de ces premiers sites grecs orientaux. La confrontation entre les témoignages archéologiques et les informations “quasi-historiques” données par les auteurs anciens pose encore quelques problèmes sur lesquels il n'y a pas lieu de s’attarder. En général, la tradition littéraire fournit pour ces migrations des dates plus hautes que celles qui découlent des témoignages archéologiques aujourd’hui disponibles, et nous ne sommes pas encore en mesure de dire si cela est dû au caractère incomplet de ces derniers ou aux sources mythiques ou trompeuses de la première.

15Les questions auxquelles nous voudrions répondre au sujet de chacune des villes nouvelles grecques orientales sont les suivantes :

  1. Quel type de site occupe-t-elle et pourquoi a-t-il été choisi ?
  2. A-t-elle été occupée précédemment par des Grecs (c’est-à-dire des Mycéniens) ?
  3. L’occupation grecque a-t-elle été continue au cours des siècles obscurs ?
  4. Sinon, y a-t-il des traces d’occupation non grecque ?
  5. Quand et d’où les nouveaux colons sont-ils venus ?

16Parmi les peuples indigènes d’Anatolie avec lesquels les Grecs auraient pu entretenir des relations ou qu’ils auraient pu évincer, les mieux connus sont les Phrygiens. C’étaient les héritiers de l’Empire hittite sur les plateaux d’Anatolie nord-centrale, mais comme les Hittites, ils s’intéressèrent seulement par intermittence aux événements de la côte égéenne. Nous en dirons plus sur leurs relations avec les Grecs au chapitre 3. Les populations qui occupaient les zones côtières de l’Asie Mineure au Premier Age du fer sont encore peu connues archéologiquement. Leur céramique unie est apparentée à la céramique grise de type phrygien, tandis que la céramique peinte est peu attestée jusqu’au VIIe s., date à laquelle se font sentir des influences diverses. La tradition littéraire offre, par ailleurs, une quantité de noms de peuples que les Grecs rencontrèrent dans la région. Certains peuvent se rapporter plutôt à l’état des lieux de l’époque mycénienne, mais d’autres, comme les Cariens, ont survécu en des noyaux reconnaissables encore plus tard. Archéologiquement ils ne sont pas faciles à individualiser pour la période qui nous intéresse, mais il est possible que des populations “submycéniennes” de Grèce de l’Est aient été en réalité cariennes et qu’elles aient été responsables de la survivance de certains motifs mycéniens dans l’art grec oriental. Là où nous rencontrerons des témoignages archéologiques d’une population indigène nous essayerons d’en donner l’explication, mais notre centre d’intérêt concerne avant tout le caractère des nouvelles villes grecques et des trouvailles qui y ont été faites. Malheureusement, le type des témoignages matériels est tel que nous ne pouvons guère faire des déductions valables au sujet de l’origine exacte des nouveaux colons.

  • 5 Trouvailles mycéniennes sur cette côte : Desborough, op. cit. (n. 1) 158 ss. et GDA 365-7, index d (...)

17Commençons par le Sud, avec des habitats qui offrent une bonne possibilité d’occupation grecque continue ou du moins seulement une brève coupure au cours des âges obscurs5.

  • 6 Desborough, GDA chap. 10.

18L’île de rhodes, avec aussi Cos, Calymnos et sans doute d’autres îles de la Dodecanèse (encore peu explorée), fut au Mycénien récent un centre florissant comprenant plusieurs établissements importants. Ceux-ci furent tous abandonnés à la fin de l’Age du bronze, mais Cos et, dans une moindre mesure, Rhodes, ont livré des traces de réoccupation par des Grecs utilisant une céramique protogéométrique, originaire peut-être de l’Argolide, vraisemblablement avant la fin du Xe s., ce qui laisse une coupure de courte durée. Il n’y a trace d’aucune autre occupation dans l’intervalle. Mais à partir de ce moment, on constate un constant et rapide accroissement de la population et une multiplication des habitats. L’histoire des cités rhodiennes est si étroitement liée à celle de la Grèce continentale que, malgré sa situation géographique insulaire, sa réoccupation au Xe s. peut difficilement être considérée comme une entreprise en terre étrangère6.

  • 7 Ibid., 180 ; R. Hope Simpson et J. Lazenby, op. cit. (n. 5)
  • 8 Coldstream, GC 258.
  • 9 J. M. Cook, CAH 23. 2 790-5.

19Sur le continent en face, nous avons encore beaucoup à apprendre sur les plus anciennes cités grecques, halicarnasse et cnide, et sur leurs relations avec les populations non grecques du point de vue archéologique. Cnide était située près de l’extrémité de la longue péninsule qui s’avance dans l’angle sud-ouest de l’Asie Mineure ; Halicarnasse occupait une position identique sur la péninsule immédiatement plus au nord. A l’époque classique l’onomastique atteste la présence d’un fort élément carien au sein de la population d’Halicarnasse, qui a toujours entretenu des rapports étroits avec ses voisins anatoliens. Muskebi, près d’Halicarnasse, a peut-être accueilli des réfugiés mycéniens7 et deux ou trois sites de la région, particulièrement Asarlik et Dirmil, possèdent des tombes avec de la céramique protogéométrique de type attique, qui pourrait indiquer l’existence de communautés grecques de courte durée, venues d’Athènes au début de l’Age du fer. Dans ces deux sites les trouvailles ne remontent pas au-delà du VIIIe s. si bien que l’on ne sait pas si l’occupation a été continue (mais c’est vraisemblable)8. Rappelons que, selon certains chercheurs, la nécropole d’Asarlik et la plupart des trouvailles mycéniennes dans cette zone de l’Asie Mineure traduiraient la présence de Cariens vivant dans un cadre culturel mycénien et non de Grecs proprement dits9.

  • 10 Hdt., I. 146.
  • 11 Iliade 2. 867s.
  • 12 Desborough, GDA 179 s., 183 s. ; la céramique des “Siècles Obscurs” est vraiment très dépendante d (...)

20L’histoire de milet est quelque peu différente de celle de Rhodes pour tout ce qui la rattache carrément au continent. Des Crétois s’y sont installés au Bronze moyen et des Mycéniens les ont suivis au Bronze récent. Le récit des Grecs prenant des femmes cariennes de la population indigène locale10 pourrait se rapporter à la période de transition entre les établissements minoens et mycéniens, mais chez Homère, à l’époque de la guerre de Troie, Milet était manifestement carienne et non grecque11. Les fouilleurs allemands affirment la continuité de l’occupation grecque, des temps submycénien et protogéométrique à l’époque classique et romaine et le matériel publié semble leur donner raison12. Le site principal se trouvait, à toutes périodes, sur la péninsule qui s’avance au nord dans la baie (aujourd’hui comblée) à l’embouchure du fleuve Méandre. Il contrôlait de bonnes terres agricoles, mais, au début, la route intérieure le long de la vallée du Méandre ne devait pas avoir grande importance. Une fraction de la cité archaïque est recouverte d’édifices hellénistiques et romains, mais les fouilles récentes pourraient apporter de nouveaux éléments. D’autres communautés devaient exister aux alentours. A Kalabaktepe, une colline à moins d’un kilomètre, il y avait depuis le VIIIe s. un habitat avec une enceinte et un temple, qui fut peut-être à l’origine un lieu de refuge au temps où les Cimmériens et les Lydiens menaçaient la cité. Toute la céramique retrouvée à Milet est minoenne, mycénienne ou grecque, ce qui signifie que s’il y a eu une occupation carienne elle n’a pas modifié le caractère, au moins apparemment grec, de l’habitat. Milet est appelée à jouer un rôle important dans notre étude et il est dommage que les fouilles ne nous aient pas encore fourni une idée claire sur les productions spécifiquement milésiennes, notamment la céramique.

21Parmi les autres sites du voisinage, myonte et priène ont pu occuper des sites péninsulaires dans la même baie, mais l’établissement le plus ancien de la première a été à peine effleuré et celui de la seconde reste à trouver. magnésie se trouve à l’intérieur des terres, sur le Méandre, contrôlant la route vers le Nord et Éphèse ; elle ne devint grecque qu’au VIIe s. mais une tradition antique fait référence à un habitat grec ou crétois de l’Age du bronze.

  • 13 Vitruve 4. 1. 3-5 ; Jeffery, AG 208 s. ; G. Kleiner et al., Panionion und Melie, 1967.

22De l’autre côté du cap Mycale, on a recueilli de la céramique protogéométrique à pygela, et mycénienne et protogéométrique à Tsangli, près de ce qui sera plus tard le centre de la Ligue Ionienne (panionion). La ville de mélie y fut détruite par les Ioniens13 : on y a trouvé une nécropole du VIIIe s., mais aussi une occupation ultérieure et la date de destruction reste encore peu sûre. Toute cette zone avait dû, selon des auteurs anciens, être arrachée aux Cariens.

23Ephèse, située à l’embouchure du Caystre, contrôlait de bonnes terres agricoles et était facilement accessible par le nord et par l'intérieur. Le plus ancien établissement grec reste encore à trouver, mais au VIe s. le temple d’Artémis (la “Diane des Éphésiens”) occupait vraisemblablement le site du sanctuaire primitif et de la céramique mycénienne a été recueillie à proximité. On a signalé de la céramique protogéométrique un peu plus au sud.

  • 14 L. B. Holland, Hesperia 13, 1944, 137 s. ; R. A. Bridges, Hesperia 43, 1974, 264 ss. (pour l’époqu (...)

24Au nord d’Éphèse s’étend la grande péninsule érythréenne délimitée au nord par le golfe de Smyrne. Sur son flanc méridional se trouvent les cités non encore fouillées de téos et lébédos : cette dernière figure dans la tradition mythico-historique de l’Age du bronze. Un peu vers l’intérieur, se situe colophon, sur un site décrit comme tout à fait semblable à celui des principales cités mycéniennes de la vieille Grèce, une acropole escarpée dominant une riche plaine14. Les trouvailles issues des fouilles ont malheureusement été perdues, mais il y avait, semble-t-il, une ville mycénienne fortifiée. On a signalé aussi de la céramique géométrique, mais nous ne pouvons dire si l’occupation y a été continue. Toutes les sources littéraires suggèrent que les Crétois y précédèrent les Grecs mycéniens et que les derniers Grecs à s’y établir par la force venaient directement de Pylos.

  • 15 ARepts, 1969/70, 40.
  • 16 J. M. Cook, AE 1953-4. 2, 149 ss.

25Erythrées se trouve sur une baie à l’extrémité de la péninsule à laquelle elle a donné son nom et la ville primitive devait se situer à son tour sur un petit site péninsulaire à quelque distance de la ville d’époque classique. Une tradition plus tardive fait allusion à un habitat grec de l’Age du bronze. Sur le bras nord de la péninsule, où s’étendit ensuite le territoire d’Érythrées, est un petit site péninsulaire (Mordogan) qui a livré de la céramique protogéométrique et postérieure et il semblerait logique de penser que les centres majeurs de la péninsule furent occupés au moins aussi tôt15. Sur la côte nord de la péninsule principale, face au golfe de Smyrne, on rencontre clazomènes. Certains secteurs de la nécropole archaïque ont été fouillés, mais pas la ville, qui s’étendait à l’extrémité d’un éperon bas près du rivage et qui fut ensuite, sous la menace perse, déplacée sur une île à peu de distance de la côte. Les témoignages littéraires de la fondation grecque semblent faire référence à un établissement de l’Age du fer, mais la découverte d’une certaine quantité de céramique mycénienne et l’absence de traces d'une ville indigène font penser qu’elle a été occupée par les Grecs à deux reprises16.

  • 17 J. M. Cook, BSA 53/4, 1958/9, 1 ss. pour un examen complet du site (15, fig. 3 = notre fig. 4). Un (...)
  • 18 Hdt., 1, 149 s.
  • 19 R. V. Nicholls, BSA 53/4, 1958/9, 35 ss.
  • 20 Ibid., 15.

26Smyrne – ou Vieille Smyrne pour la distinguer de la ville hellénistique et moderne (Izmir) – se dressait sur un petit promontoire, bien desservie par des ports sur les deux côtés de la chaussée menant à la terre ferme. Comme elle a été fouillée récemment par les archéologues anglais et turcs, beaucoup de son histoire primitive apparaît clairement même si la publication des matériels a à peine commencé17. On y trouve les traces évidentes d’un établissement prospère indigène – ou anatolien – de l’Age du bronze et les quelques tessons mycéniens suggèrent une fréquentation par les Grecs plutôt que leur installation. Quelques vases peints protogéométriques montrent que les Grecs arrivèrent ici peut-être vers 1000 av. J.-C., mais la masse de céramique grise unie qui les accompagne prouve qu’il s'agissait de Grecs rattachés à la culture éolienne, et non ionienne, et sur ce point les témoignages archéologiques et historiques concordent. Vers le VIIIe s. au contraire, la céramique que nous associons aux Ioniens devient prédominante et les textes nous parlent précisément de la prise de la cité par les Ioniens18. Smyrne offre pour cette époque le tableau le plus complet que nous ayons d’un établissement grec en Asie Mineure, et ses énormes remparts, élevés au IXe s. et reconstruits au VIIIe s., témoignent à la fois de la puissance de la cité et de la réelle menace représentée par ses voisins barbares, spécialement les Lydiens19. La fig. 4 montre une restitution de l’habitat tel qu’il devait apparaître vers la fin du VIIe s.20.

4 Restitution de la cité de Smyrne vers 600 av. J.-C. (d’après R. V. Nichols)

  • 21 Akurgal, op. cit. (n. 17), 116-8 ; Türk. Ark. Derg. 7, 1957, 39.

27Phocée se trouve sur un autre site de promontoire doté d’un port bien abrité, sur le côté nord de l’embouchure du golfe de Smyrne. On y a signalé à tort de la céramique mycénienne et les récentes fouilles turques n’y ont rien trouvé d’antérieur au VIIIe s.21.

  • 22 Desborough, GDA 223 ; Coldstream, GG 252-7 ; H. Walter, Heraion von Samos, 1965. Sur la ville, R. (...)

28Parmi les îles ioniennes, samos a livré de la céramique mycénienne provenant aussi bien de sa ville principale – sur un petit promontoire près d'un bon port – que du site du futur Héraion, en quantité suffisante pour suggérer l’existence d’un établissement grec à l’Age du bronze. Pour la période qui nous intéresse, il n'y a aucune trouvaille de matériel “indigène” non grec. Sur le site de l’Héraion, où se dressera plus tard le grand temple, les niveaux mycéniens sont directement recouverts par d’épais remblais grecs géométriques du VIIIe s., bien qu’on ait signalé des restes du Protogéométrique récent et du Géométrique ancien (IXe s.) provenant d’une tombe ; aussi les fouilleurs ont-ils pensé que le temple primitif pouvait être du IXe s. Il est possible que de nouvelles trouvailles fournissent la preuve d’une occupation grecque continue ou quasi-continue, mais on note clairement, à l’époque géométrique, une croissance significative de la prospérité et probablement une nouvelle immigration22.

  • 23 Boardman, Greek Emporio, 1967, XIV, fig. 3 = notre fig. 5
  • 24 W. Lamb, BSA 35, 1934/5, 138 ss.
  • 25 Boardman, BSA 49, 1954, 123 ss.

29Chios nous raconte à peu près la même histoire. A Emporio, un bon site portuaire près de la pointe sud de l’île, des fouilles britanniques récentes ont révélé un établissement du Mycénien récent à proximité et probablement aussi sur le promontoire rocheux près du port, peut-être un site-refuge de courte durée du XIIe s. Au VIIIe s., s’établit un nouvel habitat grec, distinct du site mycénien, mais englobant vraisemblablement la zone du port, avec un important sanctuaire situé sur une colline moins facilement accessible un peu vers l’intérieur des terres (fig. 5). Sur l’acropole un rempart enserrait un temple et un palais (megaron), tandis que les maisons de la ville, à l’extérieur des murs, occupaient le versant abrupt de la colline. Le site fut abandonné avant la fin du VIIe s. pour un endroit plus commode dans la vallée23. Ici encore il n’y a pas de traces évidentes d’une occupation indigène ou “carienne”, à moins que l’on ne considère comme telles les trouvailles du Mycénien récent et du Submycénien. Un autre sanctuaire important lié à un site portuaire se trouve dans le sud de l’île à Phanai : moins bien exploré, il a cependant livré de la céramique mycénienne et grecque, à partir de la fin du IXe s.24. La ville principale de l’antique Chios est recouverte par la ville moderne, mais on y a aussi fait des trouvailles du Mycénien et du Géométrique25. De même, à Volissos, au nord-ouest qui passe pour la patrie d’Homère, et sur File de Psara, on a recueilli de la céramique mycénienne et archaïque. Comme à Samos, il semble y avoir eu un réel hiatus dans l'occupation grecque, mais sans interrègne indigène reconnaissable. La tradition littéraire nous parle aussi de deux périodes d'occupation, mais intercale les Cariens entre elles.

5 Plan du site et des sanctuaires d'Emporio à Chios ; VIIe s.

  • 26 G. L. Huxley, The Early Ionians, 1966, pour un bon aperçu de la Ligue. Jeffery, AG chap. 13. J. M. (...)
  • 27 Hdt., 1, 147.

30Nous avons ainsi examiné les établissements des Grecs d’origine dorienne sur les côtes et dans les îles de la face sud-occidentale de l’Asie Mineure ainsi que de leurs voisins ioniens plus vers le nord. Ça et là – dans la Dodécanèse et à Milet – existent les traces d’une occupation grecque continue depuis l’Age du bronze final jusqu'à la période historique. Les sites choisis, spécialement en Ionie, sont souvent des promontoires ou des péninsules qui offraient une protection du côté de l’intérieur des terres : cela implique en lui-même la crainte d’une attaque, mais en même temps chaque site devait s’assurer le contrôle de bonnes terres agricoles et c’est seulement à Smyme que nous avons trouvé des indices précis d’un établissement indigène peu à peu absorbé par les Grecs. La tradition littéraire est pleine de références à des populations anatoliennes entrées en contact avec les Grecs et évincées par eux, notamment les Cariens, mais archéologiquement leur présence ne peut être recherchée que dans le cadre culturel du Mycénien récent ou du Submycénien qu'ils ont pu absorber. Car il faut se rappeler que la majorité des sites correctement explorés paraissent avoir déjà été choisis par les Grecs mycéniens ou au moins avoir reçu leur visite. Peut-être dès la fin du IXe s., les principales cités ioniennes s’étaient organisées à l'intérieur d’une Ligue26, qui comprenait Milet, Myonte, Priène, Éphèse, Colophon, Lébédos, Téos, Clazomènes, Phocée, Samos, Chios et Erythrées. Les cinq dernières ne figuraient sans doute pas parmi les membres fondateurs, ayant été en partie, au départ, des établissements éoliens. Smyrne n’y fut jamais admise, bien qu’elle soit devenue ionienne après sa prise par des réfugiés de Colophon. La fonction et le but originels de la Ligue nous échappent, mais si l’on veut y voir un aspect militaire, les indices sont maigres pour penser qu'elle était dirigée à l’origine contre d’éventuels ennemis barbares d’Anatolie. Certes, Éphèse, qui semble avoir pris la tête de la Ligue, passe pour avoir défendu les Ioniens contre les indigènes Cariens. Mais d’un autre côté on a des témoignages de mariages mixtes entre Ioniens et Cariens et Hérodote remarque que certains Grecs élevèrent sur le trône des rois lyciens ou acceptèrent le gouvernement conjoint de maisons royales grecques et indigènes27.

31L’histoire des établissements grecs en Asie Mineure au nord de l’Ionie n’est pas aussi simple à raconter. C’est une zone occupée par les Éoliens, bien qu’il soit impossible de définir clairement une limite, géographique ou culturelle, entre eux et les Ioniens. Les sites éoliens sont moins nombreux et moins bien explorés, mais, comme nous l’avons déjà vu à Smyrne, ils fournissent des indices très clairs de relations avec les peuples indigènes anatoliens. Nous nous trouvons ici plus près du cœur du royaume phrygien et les témoignages archéologiques des zones côtières ressemblent à ceux de la Phrygie occidentale, caractérisée par l’usage d’une céramique grise monochrome, une espèce de bucchero depuis longtemps populaire dans cette partie de l’Anatolie : ce fut cette catégorie de céramique que les Grecs trouvèrent en usage lorsqu'ils vinrent à Smyrne pour la première fois.

  • 28 Iliade 9, 129 s.
  • 29 Coldstream, GG 262s. ; Lamb, BSA 31, 1930/1, 146 ss. ; 32, 1931/2, 41 ss.
  • 30 Boardman, Greek Emporio, 1967, 135.

32Sur l’île de lesbos, de la céramique mycénienne provient de la dernière phase du grand site préhistorique de Thermi ainsi que de trois autres sites. Thermi subit une violente destruction et le récit du raid d’Achille sur l’île au moment de la guerre de Troie lui est souvent associé28. Des trouvailles négligeables de céramique protogéométrique, dont certaines présentées comme des importations attiques, apportent une maigre confirmation à la date haute des nouveaux établissements éoliens suggérée par les sources littéraires, et les quelques sites archaïques explorés jusqu’ici n’ont rien livré d’antérieur au VIIIe s.29. Le mobilier caractéristique des trouvailles les plus anciennes est constitué d’une céramique fine de bucchero, non peint, à surface généralement gris argenté, avec des formes qui ne s’apparentent pas toutes au répertoire grec contemporain30. Il est possible que la technique et certaines formes aussi peut-être soient le reflet de productions anatoliennes et la grande popularité de cette catégorie de céramique à Lesbos peut être interprétée comme la preuve de relations étroites avec les habitants du continent ou avec les populations non grecques encore présentes dans l’île.

  • 31 AJA 68, 1964, 164.

33Nous connaissons encore peu de choses des cités éoliennes du continent. myrina a livré un peu de céramique mycénienne, mais par ailleurs rien d’antérieur au VIIe s. pitanè est un autre site péninsulaire, d’où proviendrait un vase mycénien ; de sa nécropole récemment fouillée sur l’isthme proviendrait un vase attique protogéométrique mais le mobilier publié ne remonte pas au-delà de 700 av. J.-C.31. Les résultats des sondages effectués à cumes sont encore inédits ; ce devait être une ancienne fondation éolienne, établie là en fonction du terroir agricole auquel elle donnait accès. Le père du poète grec Hésiode y avait vécu au VIIIe s. avant de revenir avec sa famille en Béotie et à cette époque nous avons aussi la mention d’un mariage entre une cumaine et un roi phrygien. Nous reviendrons au chapitre 3 sur les fondations éoliennes postérieures. Comme en Ionie, la plupart des sites choisis par les villes les plus anciennes étaient, semble-t-il, déjà connus des Grecs mycéniens, même s’ils ne s’y étaient pas réellement installés.

34Nous ne pousserons pas plus avant le récit de la réinstallation des Grecs sur les côtes et dans les îles d’Asie Mineure. Leur histoire se confond désormais avec celle des Grecs de la mère patrie, même si la nécessité ou l’opportunité les ont entraînés parfois à des alliances contre nature avec les ennemis de la Grèce. Autour du VIIIe s., les principaux états de Grèce de l’Est sont en place et connaissent une croissance rapide, au-delà même de leurs territoires. Avec l’esprit d’entreprise et l’ambition caractéristiques des populations qui se sont établies avec succès loin de chez elles et aux portes de puissants voisins, ils étaient prêts à s’unir aux états de Grèce continentale dans ces aventures d’outre-mer qui contribuèrent à façonner la nouvelle civilisation “classique” de la Grèce et, en même temps, à diffuser cette nouvelle culture aux quatre coins du monde occidental.

Bibliographie

Bibliographie générale

Voir la bibliographie générale du chap. 1 et Roebuck, C., Ionian Trade and Colonization, 1959.

Les travaux récents en Asie Mineure sont publiés par J. M. Cook et D. Blackman dans ARepts 1959/60, 27 ss. ; 1964/5, 32 ss. ; 1970/1, 33 ss. et par M. Mellink dans AJA 59, 1955 et années suivantes.

Notes

1 En général, pour les contacts outre-mer à l’Age du bronze grec, voir CAH 23. 2, 181 ss. ; 207 ss., 350 ss. ; V. Desborough, The Last Mycenaens, 1964, chap. 8-10.

2 N. K. Sandars, The Sea Peoples, 1978.

3 Kurtz - Boardman, chap. 1-4 et 9.

4 Sur ces “migrations”, J. M. Cook, CAH 23. 2, chap. 38 et The Greeks in Ionia and the East, 1962, chap. 1-2 ; E. Akurgal, AJA 66, 1962, 369 ss. M. Sakellariou, La migration grecque en Ionie, 1958, pour les références littéraires.

5 Trouvailles mycéniennes sur cette côte : Desborough, op. cit. (n. 1) 158 ss. et GDA 365-7, index des sites ; H. G. Buchholtz, AA 1974, 361 ss. ; M. Mellink, AJA 80, 1976, 270. R. Hope Simpson et J. Lazenby, BSA 68, 1973, 174 ss. Y. Boysal, Anadolu 15, 1971, 63 ss. C. Mee, Anat. Stud. 28, 1978, 121 ss. Dans les notes suivantes, seules les trouvailles post-mycéniennes seront citées.

6 Desborough, GDA chap. 10.

7 Ibid., 180 ; R. Hope Simpson et J. Lazenby, op. cit. (n. 5)

8 Coldstream, GC 258.

9 J. M. Cook, CAH 23. 2 790-5.

10 Hdt., I. 146.

11 Iliade 2. 867s.

12 Desborough, GDA 179 s., 183 s. ; la céramique des “Siècles Obscurs” est vraiment très dépendante des types attiques et la fondation ionienne, par Nélée, est censée venir directement d’Athènes : Hdt 9. 97 ; Paus., 7. 2. J. M. Cook, Gnomon 1967, 213. Coldstream, GG 260 s. G. Kleiner, Die Ruinen von Milet, 1968.

13 Vitruve 4. 1. 3-5 ; Jeffery, AG 208 s. ; G. Kleiner et al., Panionion und Melie, 1967.

14 L. B. Holland, Hesperia 13, 1944, 137 s. ; R. A. Bridges, Hesperia 43, 1974, 264 ss. (pour l’époque mycénienne).

15 ARepts, 1969/70, 40.

16 J. M. Cook, AE 1953-4. 2, 149 ss.

17 J. M. Cook, BSA 53/4, 1958/9, 1 ss. pour un examen complet du site (15, fig. 3 = notre fig. 4). Une synthèse plus récente est publiée dans E. Akurgal, Ancient Civilizations and Ruins of Turkey, 1973, 119 ss. Desborough, GDA 183 s.

18 Hdt., 1, 149 s.

19 R. V. Nicholls, BSA 53/4, 1958/9, 35 ss.

20 Ibid., 15.

21 Akurgal, op. cit. (n. 17), 116-8 ; Türk. Ark. Derg. 7, 1957, 39.

22 Desborough, GDA 223 ; Coldstream, GG 252-7 ; H. Walter, Heraion von Samos, 1965. Sur la ville, R. Tölle-Kastenbein, AM 90, 1975, 189 ss.

23 Boardman, Greek Emporio, 1967, XIV, fig. 3 = notre fig. 5

24 W. Lamb, BSA 35, 1934/5, 138 ss.

25 Boardman, BSA 49, 1954, 123 ss.

26 G. L. Huxley, The Early Ionians, 1966, pour un bon aperçu de la Ligue. Jeffery, AG chap. 13. J. M. Cook, Proc. Camb. Phil. Soc. 7, 1961, 9 ss.

27 Hdt., 1, 147.

28 Iliade 9, 129 s.

29 Coldstream, GG 262s. ; Lamb, BSA 31, 1930/1, 146 ss. ; 32, 1931/2, 41 ss.

30 Boardman, Greek Emporio, 1967, 135.

31 AJA 68, 1964, 164.

Table des illustrations

Légende La Grèce et les côtes de l'Égée
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende 4 Restitution de la cité de Smyrne vers 600 av. J.-C. (d’après R. V. Nichols)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende 5 Plan du site et des sanctuaires d'Emporio à Chios ; VIIe s.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Le Proche-Orient
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3462/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search