Version classiqueVersion mobile

Les Grecs outre-mer

 | 
John Boardman

I. La nature des témoignages

Texte intégral

NOS SOURCES

1Etant donné que “l’histoire” représente encore, pour beaucoup de personnes, les historiens antiques et l’étude de leurs textes, agrémentés lorsque c’est possible d’archéologie, d’anthropologie et d’intuitions historiques, il est peut-être nécessaire de présenter un travail qui se veut d’histoire, mais qui repose largement sur l’archéologie, en rappelant en quoi consistent les témoignages concernant l’Antiquité, quelles sont nos sources et même – de façon tout à fait personnelle – l’ordre de mérite qu’on leur attribue.

21 - Les témoignages contemporains doivent, bien sûr, venir en tête et, parmi ces témoignages, la place de choix doit revenir

3a) aux textes, parce qu’ils s’adressent à nous directement, dans un langage que nous comprenons bien, quoiqu’imparfaitement. Concernant notre époque, il n’existe pas de textes contemporains écrits par des historiens et les éléments les plus proches à notre disposition sont les inscriptions se rapportant à des événements contemporains. Par ailleurs, nous disposons de travaux d’imagination, en général de la poésie, à travers lesquels nous pouvons entrevoir la société pour laquelle ils ont été composés.

4Viennent, ensuite,

5b) les monuments et les objets, sélectionnés pour nous en partie à cause de leur mérite (comme l’étaient les écrits), en partie par le hasard de leur survie et celui des fouilles, en partie aussi par la qualité de résistance des matériaux dont ils sont faits. Ils sont muets et ne peuvent donc pas mentir, mais nous pourrions mal les interpréter en ne tenant pas compte de leur caractère incomplet ou par incapacité ou refus de les traiter pour ce qu’ils sont plutôt que sur la base de typologies et de modèles modernes. Ceux-ci sont trop volontiers considérés comme porteurs d’une sanction quasi-divine, alors qu’en fait ils ne sont rien de plus que les supports d’une pensée méthodique, un peu plus utiles qu’une machine à écrire et potentiellement bien plus dangereux en cas d’abus. Le temps n’est bien sûr pas le seul à avoir sélectionné les monuments pour nous. On le doit également aux choix des fouilleurs et, plus important, au traitement que les fouilleurs (et conservateurs) ont fait subir à ce qui a été trouvé. Les fouilles détruisent bien plus qu’elles ne révèlent. Beaucoup de fouilles ne sont jamais entièrement publiées. Comme le dit Rhys Carpenter, certains archéologues ont du mal à se rendre compte « qu’ils brûlent page à page le livre de l’histoire au fur et à mesure qu’ils le lisent ». On a perdu de loin plus d’informations archéologiques par la faute des fouilleurs que par le pillage des tombes pour le compte des collectionneurs et des musées, et pourtant, les fouilleurs qui ne publient pas continuent de jouir du crédit attaché à leurs découvertes (crédit à rendre plutôt aux antiques créateurs de ce qu’ils ont déterré !), au lieu d’être étiquetés comme criminels intellectuels.

6c) D’autres sources de connaissance de l’environnement plutôt que des événements de l’Antiquité sont fournies par les sciences naturelles qui nous permettent maintenant d’évaluer de façon plus exacte l’état de la technologie, de l’agriculture, du climat. Et bien sûr des cartes simples mais précises peuvent être autant des sources d’information historique que des illustrations de celles-ci (on peut déplorer le manque d’atlas du monde classique vraiment fiable et mis à jour).

72 - Les témoignages quasi contemporains de l’époque concernée viennent en seconde place, bien qu’ils occupent inévitablement la majeure partie des histoires traditionnelles.

  1. Les historiens de l’Antiquité qui proposent l’exposé narratif d’événements ou de périodes doivent être jugés en fonction de la validité de leurs sources apparentes (et pas toujours reconnues), de leur éloignement dans le temps et dans l’espace par rapport aux événements décrits, enfin des raisons qui les ont conduits eux ou leurs sources à faire ces relations. Ils utilisent généralement peu les témoignages examinées dans notre première section, mais on trouve d’honorables exceptions, notamment parmi les historiens les plus anciens tels que Hérodote et Thucydide.
  2. Les allusions faites par les auteurs antiques, pas nécessairement historiens, sont sujettes aux mêmes inconvénients que les récits historiques examinés en a), et présentent en plus le danger de susciter des commentaires allant au-delà de ce qui les concerne – un danger amplifié par l’habitude d’utiliser ces allusions, même si ce sont des citations d’historiens, isolées de leur contexte et de citer des ouvrages modernes plutôt que les passages mêmes dont ces allusions ou ces citations faisaient partie.
  3. Pour l’étude de l’environnement plutôt que des événements, les témoignages, littéraires ou matériels, d’éventuelles survivances de pratiques ou de modes, occupent une place importante dans la reconstitution de la société antique, en particulier dans les travaux consacrés au droit, à la religion ou aux mythes. Dans la mesure où la fascination exercée par l’Antiquité classique tient en partie au tableau qu'elle offre du changement, parfois rapide et radical, dans tous ces domaines, il est clair que toute “survivance” doit être justifiée plutôt que supposée et c’est trop souvent une manière hasardeuse de combler des trous dans les témoignages des périodes les plus anciennes.

83 - Les commentaires et la recherche modernes constituent l’approche habituelle des sources antiques déjà mentionnées et leurs déductions viennent combler les vides de ces sources et peuvent atteindre souvent une validité supérieure à celle des témoignages non-contemporains, même si, dans de nombreux cas, elles sont trop facilement acceptées comme des données de fait plutôt que comme des opinions. La présentation scientifique du matériel trouve sa source dans le précieux travail de ceux qui sont nos soutiers et nos porteurs d’eau et dans leur capacité essentiellement compilatoire à présenter des lexiques, des corpus, des catalogues et des comptes rendus de fouille ; elle passe ensuite par l’examen des séries de données fournies par les prosopographies, l’attribution des œuvres, l’individualisation d’ateliers et de mains, l’identification de copies antiques ; pour atteindre une évaluation fondée sur la compréhension attentive de la nature de tous les témoignages, textuels, stylistiques, archéologiques, iconographiques. Souvent une description apparemment simple, une citation ou une association peuvent constituer un apport scientifique important. Enfin, on trouve ces œuvres d’interprétation et d’intuition, fondées souvent sur la familiarité avec plusieurs disciplines, qui parviennent à briser le silence de l’Antiquité pour restituer un tableau plus juste de l’histoire et des entreprises de l’homme.

9Les avantages et les limites de nos deux principales catégories de témoignages demandent maintenant un examen plus attentif.

LES SOURCES ARCHÉOLOGIQUES

10Reconstituer l’histoire archéologique d’un site grec bien fouillé ne présente pas aujourd’hui trop de difficulté. L’étude de l’évolution stylistique et chronologique de la céramique, des bronzes et des trouvailles de ce type a atteint un degré de précision incomparable par rapport aux autres cultures de même époque. Une grande partie des sources est constituée par la céramique décorée – véritable nourriture des archéologues. Un vase de terre cuite peut être assez facilement brisé, mais ses fragments sont à peu près indestructibles. Comme ces tessons étaient virtuellement inutilisables, ils ont été abandonnés sur les sites antiques, avant d’être recueillis par les fouilleurs. Les vases déposés dans les tombes ont souvent été récupérés entiers. D’autres objets ont pu disparaître assez aisément – le fer se rouille, le bronze et les métaux précieux sont fondus pour être réutilisés, le marbre alimente les fours à chaux – mais les tessons ont survécu parce qu’ils ne présentaient aucune valeur. L’éditorialiste d’un journal du dimanche a parlé avec esprit et compassion de ce “peuple aux soucoupes bleues”, dont les restes jonchent son propre jardin de derrière et beaucoup d’autres en Angleterre. Un petit fragment peut indiquer à quelle forme entière il appartenait – théière, soucoupe, tasse. Un bout de décor à motif de saule pleureur, un “...ade in Birm...”, une partie de monogramme d’une chope commémorative peuvent révéler un dessin, une origine et une date. L’antiquité a laissé des indices semblables dans ses dépotoirs et dans ou sous ses sols. En Grèce antique, c’était le potier qui fournissait les récipients aujourd’hui remplacés par les bouteilles, boîtes de conserves, verres, cartons, sachets plastiques et même tonneaux. Mais une telle masse de témoins ne laisse pas de poser de délicats problèmes d'interprétation. Les assiettes à décor de saule, encore fabriquées de nos jours, ne sont pas la preuve de liens étroits avec la Chine contemporaine ! Mais il existe une explication à cela et elle pourrait être retrouvée par un archéologue de l’ère post-atomique. De la même façon, si le dépotoir d’une ville livrait dans ses couches les plus profondes (les plus anciennes) plusieurs paquets de Woodbines et dans ses couches les plus hautes, plusieurs paquets de Gauloises ou de chewing-gum, le changement d’habitudes qu’on en déduirait pourrait faire conclure raisonnablement à une différence de commerce, ou au moins à un changement de style de vie. Les tessons et fragments qui constitueront une bonne part de nos sources dans ce livre peuvent paraître de misérables succédanés des beaux vases entiers, mais on ne saurait trop se garder de minimiser la valeur du témoignage d’une telle céramique, sous prétexte qu’elle ne nous est pas parvenue intacte ; et il n'est pas moins important de porter à son crédit qu’elle puisse également offrir des informations à l’historien d’art, à l’iconographe ou à celui qui étudie la religion bien que certains chercheurs spécialisés dans d’autres périodes aient tendance à considérer de telles études comme non-archéologiques.

11L’importance que les Grecs accordaient à l’art des peintres de vase durant les siècles que nous allons envisager et la sensibilité très grecque aux changements de modes de décor donnent tout leur poids aux arguments fondés sur l’étude stylistique des vases. Si l’on ajoute aux séries stylistiques qui peuvent être définies pour les diverses productions grecques quelques indications de dates absolues, on dispose d’un système qui permettra la datation d'une poterie décorée à l’intérieur d’une génération, ou parfois d’une décennie. Cela se vérifie déjà à peu près dès le milieu du VIIIe s. av. J.-C. et le degré de précision augmente pour le VIIe et le VIe siècle. C’est non seulement une date que l’on peut avancer, mais aussi, grâce à des études régionales, une attribution de la plupart des productions à une cité particulière ; et dans plusieurs cas nous sommes même capables de distinguer des ateliers, des peintres et des potiers.

12Il n’y a pas lieu ici d’analyser dans le détail les fondements des systèmes de datation que nous utiliserons dans ce livre, mais il convient de dire cependant l’essentiel sur certaines productions qui seront mentionnées et les raisons de leur datation.

13En outre, tandis que l’interprétation des trouvailles d'un site de Grèce propre peut être une chose relativement facile, nous devons tenir compte avant tout des trouvailles grecques sur des rivages étrangers ou dans de nouvelles fondations grecques d’outre-mer. Il est donc nécessaire de dire un mot des principes qui pourraient régir – mais régissent rarement – l’interprétation de telles trouvailles, car c’est souvent sur elles seules que reposent les théories de portée générale.

14Voyons d’abord les productions céramiques et leur datation. Notre point de départ se situe au Premier Age du fer, les “siècles obscurs” de l’histoire grecque après l’effondrement et la ruine de la civilisation mycénienne vers 1100 avant J.-C. Les trouvailles des nécropoles d’Athènes montrent que, très vite, sans doute vers 1050 avant J.-C., apparaît sur les vases peints le style protogéométrique comme une évolution des formes du Mycénien décadent. Le décor est simple, précis et très rigoureux, souvent fait de séries de cercles ou de demi-cercles concentriques, et s’interdit toujours de recouvrir toute la surface du vase. Le style est très caractéristique et bien que des découvertes ailleurs en Grèce montrent que beaucoup d’autres cités, pour la plupart moins prospères qu’Athènes, eurent leur propre expression protogéométrique, celle-ci fut toujours sous la dépendance – artistique – d’Athènes. Au IXe siècle, le sens de l’équilibre et de la sobriété en matière de décor s’atténue et l’on assiste à un véritable jaillissement d’un répertoire plus riche d’ornements géométriques qui s’étalent à la surface de vases de meilleure qualité. Après 800 avant J.-C., apparaît une décoration figurée – animale puis humaine – qui interprète les silhouettes naturelles en formes géométriques stylisées. Athènes montre encore la voie, mais d’autres cités ont leur propre style géométrique dépendant aussi d’Athènes à des degrés divers : notamment Corinthe, Argos, la Béotie, la Crète et la Grèce d’Asie. Il est difficile de définir ce que ce nouveau style géométrique doit à l’héritage du Mycénien sensible dans la forme des objets découverts ou dans les styles retrouvés dans d’autres productions, mais la possibilité doit en être envisagée avant d’attribuer tout ou trop à une influence étrangère ou au génie indigène.

15L’influence du Proche-Orient est visible déjà dans la céramique grecque de la fin du IXe siècle, mais ne devient forte qu’un siècle plus tard. Nous reparlerons plus longuement de la nature et de l’origine de cette influence au chapitre 3. A Corinthe se développe un style nouveau et délicat que l’on a nommé protocorinthien et qui utilise à la fois une ornementation et des motifs orientalisants et une nouvelle technique d’incision, dite des figures noires, peut-être inspirée par la toreutique orientale. Nous avons aussi des éléments de datations absolues. Des historiens anciens fournissent des dates de fondation de colonies grecques en Sicile et la céramique la plus ancienne trouvée dans les mieux explorées d’entre elles peut être raisonnablement attribuée à la première génération de colons qui l’a probablement apportée avec elle. Jusque dans le détail, les séries de dates données par les historiens et les séries stylistiques de la céramique la plus ancienne trouvée en Occident concordent remarquablement bien. Nous y reviendrons au chapitre 5. La découverte parmi des vases grecs d’un scarabée égyptien portant le nom d’un roi peut aussi apporter une confirmation chronologique. Comme la datation des cités grecques à l’aide de sources grecques n’est pas incontestable (heureux site celui dont la datation repose sur une seule autorité !), on a intérêt à faire davantage appel à ce genre de source indépendante de datation. C’est ainsi que pour les siècles les plus anciens, les trouvailles stratifiées de céramique grecque, en Syrie et Palestine, apportent des indications assez claires, tandis que l’association de vases grecs et de vases locaux à Al Mina et les trouvailles dans la couche de destruction de 696 av. J.-C. à Tarse (qui n’est d’ailleurs pas celle identifiée par les fouilleurs) confirment ce que nous déduisons des sources grecques. Nous étudions cela au chapitre 3.

  • 1 H. Payne, Protokorinthische Vasenmalerei, 1933, 1974 ; Necrocorinthia, 1931, chap. 1-4. [D. A. Amy (...)

16Au VIIe siècle, Corinthe montre le chemin et l’on peut suivre les séries de beaux vases protocorinthiens jusqu’au-delà du milieu du siècle. Athènes cependant suit sa propre voie, avec des représentations utilisant la vieille technique de la silhouette et du trait, tout en accueillant des motifs orientalisants et en admettant plus couramment dès cette époque un décor de figures humaines et de scènes mythologiques. Grecs de l’Est et Crétois furent lents à adopter le modèle corinthien et développèrent d’une façon très personnelle leurs propres styles. Heureusement, les vases corinthiens furent très répandus et on peut établir des chronologies valables pour ces autres productions à partir du contexte – dans les tombes par exemple – auquel sont associés vases corinthiens d’importation et produits locaux. Pour dater, nous pouvons nous tourner maintenant vers la plus ancienne céramique de Sélinonte et de Marseille ou vers le niveau de destruction lydien de Smyrne : on doit en user prudemment, mais à partir de cette époque, la corrélation entre les vases grecs ainsi que leur sériation sont clairement établies et la chronologie absolue ainsi présumée ne peut être loin de la vérité. Nous nous appuyons beaucoup pour cette période sur la datation des vases corinthiens, mais il est facile de commettre l'erreur de dire que « les plus anciens vases d’importation trouvés à X sont corinthiens », alors que tout ce que l’on peut honnêtement dire est que « les plus anciens vases datables... sont corinthiens »1.

  • 2 Payne, op. cit. note précédente. Pour la céramique corinthienne, un drastique abaissement des data (...)

17Dans le dernier tiers du VIIe siècle, apparaît la céramique corinthienne à figures noires, c’est-à-dire, les séries corinthiennes proprement dites2. Le style du dessin devient plus grossier en même temps que la production augmente, mais au même moment la céramique athénienne retient de nouveau l’attention. Elle a adopté la technique corinthienne de la figure noire et l’emploie avec un sens du narratif et du monumental qu’avaient toujours ignoré les Corinthiens. A Corinthe fleurissent, à côté de la production de masse, des vases peints de qualité, mais vers le milieu du VIe siècle, l’industrie céramique s’y éteint pour des raisons encore mal élucidées et les vases attiques envahissent les marchés. Le contexte des vases de cette époque trouvés dans les tombes, qu’ils soient d’Athènes, de Corinthe ou d’autres parties de la Grèce, confirme clairement les séries stylistiques et fournit un système chronologique qui, élaboré pour les uns, peut être appliqué aux autres. C’est dans les années 560 qu’on peut situer les plus anciens vases fabriqués à Athènes pour célébrer les Jeux Panathénaïques ré-inaugurés ; vers 545 et 525, des comparaisons avec des reliefs sculptés sur des bâtiments datés par ailleurs à Éphèse et à Delphes (le trésor de Siphnos) fournissent de nouveaux jalons et, encore en 525, le démantèlement par les Perses d’un poste-frontière (Daphnae) tenu en Égypte par des Grecs procure un autre terminus.

  • 3 Sur les vases athéniens et la chronologie, voir Boardman, ABFH, 193 ss.

18Vers 530 les peintres athéniens créent une nouvelle technique de peinture de vase – la figure rouge – dans laquelle les figures sont réservées sur le fond naturel de l’argile du vase, le reste étant enduit de vernis noir et les détails intérieurs peints au pinceau, alors qu’auparavant, dans les figures noires, ils étaient incisés sur la silhouette noire. L’ancien style coexiste à côté du nouveau jusque dans le Ve siècle où ce dernier atteint son apogée et, dès ce moment, les vases athéniens à figures rouges envahissent tous les marchés. Les repères de datation deviennent plus nombreux – le sac d’Athènes par les Perses en 480 ; les monuments funéraires de Marathon (490), Thespies (424) et Athènes (le tombeau des Spartiates, 403) qui ont livré des vases ; l’enfouissement du contenu des tombes de Délos à Rhénée lors de la purification de l'île en 425 ; et, critère moins sûr, l’apparition sur des vases d’inscriptions célébrant la beauté de jeunes éphèbes. La date découle alors de l’identification de ces éphèbes lorsqu’ils ont eu une carrière ultérieure, militaire ou politique et donc de l’estimation de leur âge au moment de l’inscription, dans la mesure où l’on peut définir la période pendant laquelle un jeune grec pouvait être qualifié de “beau” (kalos). Les femmes étaient rarement célébrées ainsi et, dans ce cas, nous ne pourrions guère compter trouver une source historique indépendante pour connaître leur âge3.

  • 4 Étude perspicace du problème par Cook, JdI 74, 1959, 114 ss. et dans son GPP, chap. 13. Pour le co (...)

19Si l’on accorde donc quelque degré de confiance à l’attribution d’un vase à une cité grecque plutôt qu'à une autre et à sa datation à l’intérieur d’une fourchette raisonnable, il nous reste à déterminer sa signification historique possible lorsqu’il apparaît sur un site étranger. Il est facile d’accorder une signification injustifiée à des trouvailles isolées de vases ou d’autres objets grecs. L’archéologue peut surestimer l’importance du document témoin ou manquer de réalisme dans l'explication de sa présence. L’historien peut être incapable d’interpréter correctement les modalités et le substrat archéologique de la trouvaille. Dans l’étude de l’histoire grecque des VIIIe, VIIe et VIe siècles avant J.-C., une double liaison s’impose entre ces deux disciplines professionnelles dont l’une travaille essentiellement sur des sources écrites et l’autre sur le témoignage de première main des objets4.

20Pour nous en tenir à nos préoccupations immédiates, il nous faut examiner les diverses raisons pour lesquelles la céramique peinte grecque a circulé outre-mer dans l’antiquité.

211- La principale et la plus évidente serait l’approvisionnement des Grecs d'outre-mer lorsqu’ils ne possédaient pas leurs propres fours ou ne pouvaient se satisfaire des produits locaux non grecs. On peut penser que les familles émigrées, ayant emporté avec elles leur meilleur service de vaisselle en même temps sans doute que d’autres ustensiles domestiques, auront, une fois installées dans leur nouvel habitat, vraisemblablement demandé à leur métropole le renouvellement de leur vaisselle. Avant la construction de fours sur place – sans doute pour fabriquer des imitations des produits qui leur étaient le plus familiers –, la poterie utilisée, par exemple par des familles corinthiennes en Sicile, avait toutes les chances d’être la même que celle dont elles avaient l’habitude d’user chez elles. L’identification de nos Grecs émigrés dépendra donc de ce que nous connaissons des goûts de la métropole. Lorsque nous avons affaire à des centres de production de céramique bien connus, comme Corinthe, la chose paraît facile – trop facile –, car d’autres Grecs ont pu user couramment de vases corinthiens et ne pas avoir de produits locaux particuliers. Je pense à Égine où il n’y avait pas d’atelier de céramique décorée et où l’on utilisait généralement des vases corinthiens. Les historiens anciens nous parlent souvent du commerce outremer d’Égine, mais lorsque des Éginètes s’établissent ou transportent de la poterie outre-mer, on ne peut les identifier archéologiquement ou les distinguer des Corinthiens, du moins en fonction de la céramique. En outre, beaucoup de sites coloniaux grecs ont été mieux explorés que leur métropole en Grèce même – telles Chalcis ou Mégare par exemple.

22Ce qui est important pour nous, c’est qu’on peut trouver dans la présence de vases mineurs, impropres à l’exportation comme récipients ou objets d’art, la preuve de l’installation ou du moins de visites régulières de Grecs. S’ils sont en quantité, ils peuvent indiquer une forme quelconque d’établissement, mais s’ils sont peu nombreux, il faut penser à un commerce régulier d’autres marchandises qu'ils ont pu accompagner ou peut-être à une installation temporaire de marchands grecs ou de leurs agents.

232-Les vases ayant circulé par voie de commerce peuvent avoir eu une valeur commerciale à cause de leur contenu (a) ou par eux-mêmes comme objets d’art (b).

  1. Huile et vin étaient généralement exportés dans de grands vases unis, mais ce n’est qu’au VIIe siècle que l’on peut vraiment commencer à faire la distinction entre les récipients des différents centres de production, comme les amphores à vin de Chios (fig. 1) et les amphores à vin ou à huile SOS (fig. 2), que l’on a pendant longtemps identifiées comme athéniennes et que l’on considère maintenant comme étant aussi de fabrication eubéenne5. On peut dès lors réfléchir utilement sur la diffusion de ces marchandises. Ces gros vases unis ont été parfois, bien sûr, réutilisés, peut-être même ré-exportés. Telle cette amphore vinaire chiote du VIe siècle recachetée en Égypte avec le sceau du roi Amasis (fig. 152). Les parfums ou l’huile parfumée ont pu être transportés en gros, mais aussi certainement dans d’élégants petits flacons – aryballes ou alabastres. Pour aider à vendre leur contenu, ces vases en général portaient une ornementation soignée ou étaient modelés en des formes originales ou étonnantes. Une grande partie des plus beaux vases peints par des artistes corinthiens durant la période protocorinthienne est constituée par ces flacons. Corinthe fut, semble-t-il, un grand exportateur de parfums en flacons. Il est en tout cas difficile d’expliquer les raisons d’une spécialisation aussi poussée dans la fabrication de ces flacons si la cité n’avait pas aussi produit leur contenu. La Crète doit avoir participé au commerce, à la fin du VIIIe siècle et au début du VIIe siècle, puis après la fin du VIIe siècle, Rhodes rivalise avec Corinthe. Il y eut sans doute une foule d’échanges occasionnels faits par des navigateurs grecs et non grecs, mais là où dominent par exemple les amphores vinaires chiotes ou les flacons à parfum rhodiens, il paraît logique de penser que les transporteurs furent des gens de Chios et de Rhodes. Mais, évidemment, ce n’est pas nécessaire. Les Éginètes furent essentiellement des transporteurs, et non des producteurs et tout capitaine n'aurait été sans doute que trop heureux de transporter un chargement de beaux flacons à parfums corinthiens.
  2. L’ornementation soignée des petits vases à parfum ne pouvait certainement qu’encourager le goût pour la poterie finement décorée et il est donc très possible que dès le milieu du VIIe siècle, d’autres vases corinthiens aient été transportés pour eux-mêmes, comme objets d’art, ou du moins plutôt comme vaisselle, notamment dans l’Occident. Ensuite, les Corinthiens exploitèrent l’accueil sans réserve fait à leurs produits peints par une production de masse d’exécution moins soignée. Athènes commençait déjà à leur disputer les marchés orientaux et occidentaux, dans le premier quart du VIe siècle, grâce à ses beaux vases à figures noires qui doivent certainement avoir été transportés pour leur valeur intrinsèque. Dans le deuxième quart du siècle, les Corinthiens répliquèrent avec un type de vases à mélanger (cratères) décorés de scènes mythologiques polychromes. Ces vases trouvent quelque faveur en Étrurie, mais leur succès fut de courte durée. A la même époque, un atelier athénien produisait des vases (que nous appelons “tyrrhéniens”) pour le marché étrusque et qui s’imposèrent à côté de produits de meilleure qualité. Les vases “tyrrhéniens” (fig. 237) étaient des objets bon marché et voyants, portant souvent de fausses inscriptions pour impressionner les Etrusques qui n’étaient sans doute pas capables de lire le grec de toute façon. Même après leur succès, les Athéniens durent faire face à la concurrence de nouveaux ateliers établis en Italie même par des artistes ioniens émigrés ou réfugiés. Un potier athénien, Nikosthénès, va jusqu’à copier intégralement les formes des vases étrusques (fig. 238) qu’il décore dans le style athénien usuel au lieu de la surface grise unie (bucchero) habituelle en Étrurie. Nous étudierons cette initiative plus loin au chapitre 5. On trouve aussi des imitations de certaines formes chypriotes et “chalcidiennes” occidentales et de motifs de vases laconiens (sur les “coupes de Droop”). A partir de cette date, les Athéniens sont les seuls Grecs à gagner de l’argent avec l’exportation de la céramique peinte. D’après les prix gravés par les marchands sur certains vases, le profit ne devait pas être grand et ne peut jamais certainement représenter une part importante du revenu de l’état, même par l’intermédiaire de taxes6. D’autres objets d’art – en bronze ou en ivoire – ont dû atteindre des prix plus élevés et nous possédons quelques témoignages de la réussite de Corinthe et de Sparte dans l’exportation de vases de bronze au VIe siècle, mais les trouvailles d’un tel matériel sont évidemment beaucoup plus rares, et de loin, que celles de céramique. Nous retrouvons ici à propos des commerçants la plupart des problèmes que nous avons évoqués pour les récipients conteneurs de marchandises. Ce ne furent sans doute pas uniquement des marchands athéniens qui transportèrent les beaux vases à figures rouges que l’on a retrouvés de l’Espagne à la Perse, de la Russie mériodionale au Soudan7.

1 Amphore chiote de Smyrne réutilisée comme tombe d’enfant ; fin VIIe s. (Musée d’Izmir)

2 Amphore SOS attique pour le vin ou l’huile (ce type est produit à Athènes et en Eubée) ; vers 600 av. J.-C. (Londres 1848.6-19.9 ; H. 68 cm)

  • 8 J. D. Beazley, BSA 40, 1939/40, 83 s.

243- Les découvertes fortuites de vases grecs peuvent trouver diverses explications. J’ai déjà indiqué la signification possible de petits vases communs sans valeur commerciale propre. Par ailleurs, des pièces isolées pouvaient se retrouver loin de toute colonie ou de tout poste de commerce en dehors des mains de Grecs et sans avoir fait l’objet d’une demande spécifique. Simples babioles ayant appartenu à des voyageurs ou des marchands indigènes, elles ne peuvent rien nous apprendre d’important. Un exemple pris dans un autre type de mobilier nous est peut-être fourni par le petit guerrier de bronze spartiate mis au jour dans le désert d’Arabie du Sud8, mais on l’a aussi utilisé à l'appui de la thèse selon laquelle il y avait un poste grec sur la Mer Rouge au VIe siècle avant J.-C.

  • 9 C. G. Starr, The Economic and Social Growth of Early Greece, 1977, chap. 3 et p. 90 ss. (esclaves)

25Nous parlerons peu des autres matériaux d’importation et d’exportation, principalement parce que leur témoignage manque et non parce qu’ils ne sont pas importants. La survie des bronzes est due au hasard mais, dans quelques régions, ils nous donnent presque autant d’informations que les vases peints. Le commerce de matières premières ou de minerais était vraisemblablement important et, dans la littérature récente, il est considéré probablement à juste titre comme facteur décisif dans le développement d’un certain nombre d’initiatives outre-mer, que nous considérerons spécialement aux chapitres 3 et 5. Mais une fois que l’on commence à avoir des témoignages écrits concernant le commerce de la période classique, à un moment où l’approvisionnement en métaux devait être tout aussi important, pratiquement aucun commentaire n’est fait à son propos, alors que les témoignages au sujet du commerce des denrées – blé, vin, huile – sont comparativement nombreux. Il est possible que, comme pour le commerce de poterie, les commentaires n’étaient pas nécessaires, pas plus qu’ils ne l’étaient au sujet du trafic d’esclaves qui a dû pourtant être un élément vital pour un pays qui avait peu de biens de consommation et de matières premières à offrir9.

  • 10 C. M. Kraay, JHS 84, 1964, 76 ss. ; Starr, op. cit., 108 ss.

26Monnayage et unités de poids, bien que d’une importance historique considérable, ne seront pas non plus souvent mentionnés. Les monnaies ne sont pas courantes jusqu’au milieu du VIe siècle et, dans les premiers temps, les unités de poids sont imprécises et n’ont de signification que locale. Il en était de même pour les monnaies elles-mêmes qui ne servirent au commerce entre états qu’à partir de la fin de notre période lorsque les métaux précieux commencèrent à circuler comme lingots et que la compatibilité entre les unités de poids devint significative. Ce n’est pas avant la fin du VIe siècle qu’il y a suffisamment de monnaies en circulation pour qu’elles puissent être retenues comme documents archéologiques et historiques10. Ainsi a-t-on pu démontrer que les nombreuses monnaies de Grèce du Nord trouvées en Égypte indiquaient la source d’où les Grecs orientaux, qui y commerçaient, tiraient l’argent nécessaire à leurs achats de blé et expliquait en partie l’intérêt des Grecs d’Asie à s’établir dans les zones de production d’argent de Grèce du Nord (Thrace). Nous dirons un mot de l’influence orientale dans l’usage de la monnaie en Grèce au chapitre 3.

LES SOURCES LITTÉRAIRES

  • 11 Les travaux et les jours, 618 ss. et 650-3.

27Vers la fin du VIIIe siècle ou au plus tard dans la première moitié du VIIe siècle, l’auteur de l’Iliade créa son récit original d’après des récits de la littérature orale. Aussi bien dans l’Iliade que dans l'Odyssée, la majeure partie de l’arrière-plan décrit les modes de vie et les expériences contemporains et si on y trouve quelques digressions concernant les peuples orientaux d’un grand intérêt, la colonisation y est, de façon surprenante, ignorée. Hésiode, qui écrivait vers 700, se contenta d’effectuer la traversée de la Béotie à Chalcis (aujourd’hui unies par un pont), mais il se révèle bien informé sur le commerce maritime de l’époque11.

  • 12 Les passages intéressants du point de vue historique sont examinés chez D. L. Page, Sappho and Alc (...)
  • 13 Solon, Eleg. fr. 23 (West).

28Les poètes lyriques nous offrent peu d’informations : par exemple, des remarques d’Alcée sur son frère, mercenaire au service des Babyloniens. Les révélations de Sappho sur son frère, exportateur de vin en Égypte où il s’amouracha d’une femme de petite vertu, ne sont malheureusement pas rapportées in extenso par les écrivains anciens qui racontent l’affaire. Les fragments de Callinos et de Mimnerme chantent les luttes des Ioniens contre les Cimmériens et les Lydiens en Asie mineure. Certains de ces poètes étaient aussi des hommes publics12 – sur son île, Alcée s’occupait de politique et du trafic de l’or lydien. Et certains hommes publics étaient aussi poètes – Solon transforma la législation de l’Athènes archaïque et ses poèmes relatent principalement des affaires locales, mais c’était un voyageur et il savait reconnaître le bonheur de l’homme qui peut se vanter de ses fils, de ses bons chevaux, de ses chiens de chasse et d’un hôte étranger13.

  • 14 R. Carpenter, Beyond the Pillars of Hercules, 1966, chap. 3, 7.

29A la fin du VIe siècle avant J.-C., Hécatée de Milet écrivit sa Periodos – Voyage autour du monde. « Voici l’histoire racontée par Hécatée de Milet. Je vais écrire ici ce qui me semble être digne de foi, puisque les récits des Grecs sont contradictoires et, à mon avis, ridicules ». Malheureusement, il ne reste de son œuvre que des fragments compilés par des auteurs postérieurs. Ils montrent qu’Hécatée portait un vif intérêt à la géographie et avait rassemblé l'information disponible sur les limites de la terre peut-être à partir de ses propres voyages. Il affectionnait aussi les légendes et il n’aurait certainement pas satisfait à nos principes modernes dans sa façon de mêler la fantaisie à la réalité, mais il ne fait pas de doute que ses récits des premiers voyages des Grecs auraient revêtu pour nous la plus grande importance. Dès cette époque, un voyageur carien nommé Scylax avait été envoyé par le roi perse Darius pour explorer l’Inde jusqu’à l’Indus (?) et faire le tour de l’Arabie, tandis qu’auparavant déjà les Phéniciens avaient contourné l’Afrique pour le compte d’un pharaon égyptien14.

30Des renseignements de valeur peuvent être glanés dans des sources antiques non grecques. Des inscriptions historiques assyriennes, traitant des exploits des Rois, mentionnent à l’occasion les Yamani (Ioniens) avec qui les Assyriens sont en contact sur les eaux et les côtes orientales, Yawan, une “Ionie” qui englobe vaguement tout le territoire grec et Iatnana, c’est-à-dire Chypre. Les grandes campagnes menées pour la conquête des empires d’Assyrie, de Babylone et de Lydie se trouvent également citées dans des inscriptions. Il y a peu de références directes à des Grecs, mais à Suse et Babylone la présence d’ioniens, dont certains étaient sans doute des artisans, est épigraphiquement attestée.

31Le premier exposé détaillé des premiers temps de l’histoire grecque écrit en grec se trouve dans les Histoires d’Hérodote (fig. 3), le véritable Père de l’histoire. Celui-ci était né en Grèce d’Asie, à Halicarnasse, au moment où ses compatriotes étaient contraints à servir les Perses contre les cités de Grèce continentale. Il écrivait vers le milieu du Ve siècle. Le but de son œuvre est simple : « pour empêcher que ce qu’ont fait les hommes ne s’efface avec le temps de la mémoire et que de grands et merveilleux exploits, accomplis tant par les Barbares que par les Grecs ne cessent d’être renommés ; en particulier ce qui fut cause que Grecs et Barbares entrèrent en guerre les uns contre les autres ». Heureusement pour notre propos, il est amené à débattre en détail des relations des Grecs avec les pays de l’Orient. Il fait volontiers des digressions pour parler des premiers temps des peuples qui ont joué le plus grand rôle dans son récit. Les Perses retiennent, bien sûr, toute son attention et l’histoire des premiers rapports des Grecs avec l’Orient le conduit à un exposé sur la Lydie. La croissance de l’empire perse et les expéditions de ses rois nous valent de longs récits sur l’Égypte, Babylone, la Libye et la Scythie ; et il y avait aussi, semble-t-il, un long passage, perdu, sur l’Assyrie. Hérodote a tiré une bonne partie de son information de ses propres voyages de la Mer Noire en Syrie et en Égypte. Il posait des questions et notait les réponses, ajoutant généralement quelle part de vérité il leur accordait. « Pour moi, je dois faire connaître ce qui se dit, mais je ne suis pas tenu d’y croire entièrement ». Ses descriptions des offrandes de rois étrangers dans les sanctuaires grecs peuvent parfois mettre l’archéologue à l'épreuve, mais en général, elles peuvent être éclairées en termes de trouvailles de fouille.

3 Carte du monde antique selon la description d’Hérodote (d’après Thomson, History of Ancient Geography)

32Parmi les historiens plus récents, Thucydide nous aide fort peu. Les historiens du IVe siècle, en particulier Éphore, peuvent avoir eu à leur disposition davantage de “documents” : listes de rois ou de prêtres, récits de fondation ou chroniques locales, mais à leur époque, une grande partie de ces témoignages est sans doute artificielle, pure invention de savants locaux et, de toute façon, les œuvres de ces historiens sont perdues pour nous, excepté quand elles ont été utilisées ou compilées par des écrivains ultérieurs. Hérodote demeure notre seule source littéraire de quelque importance réelle. Nous pouvons nous réjouir de la survie d’une grande partie de son œuvre, de sa curiosité aussi et de son intérêt pour les affaires de pays non grecs. Plutarque lui reprochait d’avoir trop aimé les Barbares, d’être “philobarbare”. Nous sommes peut-être mieux à même d’apprécier une telle qualité chez l’homme et chez l’historien.

Bibliographie

Bibliographie générale

Ouvrages généraux utilisés dans ce livre : pour la céramique : Cook, GPP ; pour les inscriptions : Jeffery, LSAG ; pour l’histoire de l’art en général : Robertson, HGA. Les manuels plus détaillés sur les vases et la sculpture sont Boardman, ABFH, ARFH, GSAP. [Ajouter : Cl. Rolley, La sculpture grecque, I. Des origines au milieu du Ve siècle. Paris, 1994.]

Le contexte historique des VIIe et VIe siècles est bien exposé chez Burns, A. R., The Lyric Age of Greece, 1960 et Jeffery, AG, où il est traité par régions. Les nouvelles éditions de CAH 32 (1 et 3) et 4 sont importantes et voir CAH 23. 2, chap. 36, 38, 39b. [Ajouter : M. Gras, La Méditerranée archaïque. Paris, 1995 ; et pour le contexte commercial : A. Mele, Il commercio greco arcaico. Prexis ed emporie. Naples, 1979 ; A. Bresson, P. Rouillard (éd.), L'emporion. Paris, 1993 ; V. Alonso Troncoso, El comercio griego arcaico. Historiografίa de las cuatro últimas décadas (1954-1993). La Coruña, 1994.]

On trouvera des bibliographies et des résumés sur les cités grecques ainsi que sur les colonies dans The Princeton Encyclopedia of Classical Sites, 1976.

Pour les problèmes des sources et des dates jusqu’en 700, voir Desborough, GDA ; Snodgrass, A. M., The Dark Age of Greece, 1971 ; Coldstream, GGP et GG ; Cook, GPP, chap. 11 avec bibl. 356-8 ; ainsi que J. Ducat, BCH 86, 1962, 165 ss. sur les colonies et les dates.

[Pour le contexte institutionnel et religieux de la colonisation : M. Casevitz, Le vocabulaire de la colonisation en grec ancien. Paris, 1985 ; I. Malkin, Religion and Colonization in Ancient Greece. Leiden, 1987. Pour les contacts colons/indigènes : Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes (Cortona 1981). Pise-Rome, 1983 ; J.-P. Descœudres (éd.), Greek Colonists and Native Populations. Proceeding of the Ist Australian Congress of Classical Archaeology held in honour of Prof. A. D. Trendall. Oxford, 1990.]

Notes

1 H. Payne, Protokorinthische Vasenmalerei, 1933, 1974 ; Necrocorinthia, 1931, chap. 1-4. [D. A. Amyx, Corinthian Vase-painting of the Archaic period 1-3. Berkeley, 1988]. Les autres styles régionaux sont bien étudiés par Cook.

2 Payne, op. cit. note précédente. Pour la céramique corinthienne, un drastique abaissement des datations a été proposé (cf. E. Walter-Karydi, Samos 6. 1, 1973, 96-8, avec des références), mais il n’est pas accepté par tous.

3 Sur les vases athéniens et la chronologie, voir Boardman, ABFH, 193 ss.

4 Étude perspicace du problème par Cook, JdI 74, 1959, 114 ss. et dans son GPP, chap. 13. Pour le commerce de la céramique corinthienne, voir C. Roebuck, Hesperia 41, 1972, 116 ss.

5 Chiote : cf J. Anderson, BSA 49, 1954, 168 ss. (notre fig. 1 = BSA 53/4, 1958/9, 16). ‘SOS’ : A. W. Johnston et R. Jones, BSA 73, 1978, 103 ss. (notre fig. 2 = no 2)

6 Inscriptions de prix : D. A. Amyx, Hesperia 27, 1958, 287 ss. ; T. B. L. Webster, Potter and Patron in Classical Athens, 1972, 273-273-9 ; Johnston 1979.

7 Pour l’identification des transporteurs grâce aux graffiti des vases, A. W. Johnston, Greece and Rome, 1974, 138 ss ; Johnston 1979.

8 J. D. Beazley, BSA 40, 1939/40, 83 s.

9 C. G. Starr, The Economic and Social Growth of Early Greece, 1977, chap. 3 et p. 90 ss. (esclaves).

10 C. M. Kraay, JHS 84, 1964, 76 ss. ; Starr, op. cit., 108 ss.

11 Les travaux et les jours, 618 ss. et 650-3.

12 Les passages intéressants du point de vue historique sont examinés chez D. L. Page, Sappho and Alcaeus, 1955 ; C. M. Bowra, Greek Lyric Poetry, 1961.

13 Solon, Eleg. fr. 23 (West).

14 R. Carpenter, Beyond the Pillars of Hercules, 1966, chap. 3, 7.

Table des illustrations

Légende 1 Amphore chiote de Smyrne réutilisée comme tombe d’enfant ; fin VIIe s. (Musée d’Izmir)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende 2 Amphore SOS attique pour le vin ou l’huile (ce type est produit à Athènes et en Eubée) ; vers 600 av. J.-C. (Londres 1848.6-19.9 ; H. 68 cm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende 3 Carte du monde antique selon la description d’Hérodote (d’après Thomson, History of Ancient Geography)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search