Version classiqueVersion mobile

Les Grecs outre-mer

 | 
John Boardman

Préface

Note de l’auteur

[La traduction française de Michel Bats (en collaboration avec Marion Bats), à partir de l’édition anglaise de 1980, a intégré les révisions du texte faites par l’auteur à l’occasion de l’édition italienne (1986). En accord avec l’auteur, le traducteur a complété la bibliographie générale pour les principaux ouvrages parus depuis 1980 et inséré dans les notes quelques références de détail (titres entre crochets).
Le Centre Jean Bérard remercie tout particulièrement l’éditeur Thames and Hudson et Sir John Boardman poulies facilités accordées en vue de l’édition française.]

Texte intégral

1Rhubarbe, Barbe, Barbara, bla bla, bzz bzz : telle pourrait être la transcription d’un dialogue de théâtre qui voudrait faire ressortir le bruit indistinct d’une conversation quotidienne. Les étrangers émettent ainsi des sons incompréhensibles pour nous et les Grecs ne furent pas les seuls à qualifier de “barbares” tous ceux dont ils ne pouvaient suivre le langage, ceux qui s’exprimaient en bar-bar. Quand un Grec rencontrait un autre Grec, l’issue pouvait en être souvent violente, mais au moins ils pouvaient comprendre leur langue réciproque et ce lien de la parole fut un de ceux que les Grecs ont toujours reconnus et respectés. Les Grecs en effet ne donnaient pas au mot “barbaros” le même sens que nous au mot “barbare”. Il l’appliquaient à tous ceux qui ne parlaient pas grec, aussi bien le “grossier, sauvage et inculte” de la définition de notre dictionnaire que les rois et les sujets des grands empires orientaux.

2Ce livre est consacré aux témoignages matériels des relations entre Grecs et barbares jusque vers 480 av. J.-C. Il est inévitable que, pour une période aussi ancienne, les vestiges matériels constituent les témoignages les plus riches d’information, et une partie de notre premier chapitre sera consacrée à un examen de la valeur des sources, matérielles et autres. Les entreprises outre-mer incluent à la fois celles qui furent menées dans le but avoué de fonder des colonies et celles qui furent purement commerciales, avec ou sans établissement de bases fixes. Nous rechercherons donc les témoignages matériels de la présence des Grecs en terre étrangère, leurs relations avec les populations indigènes et les effets réciproques de ces relations. Au cours des voyages, des Grecs en Orient et en Égypte, le rôle des barbares fut le plus important, car c’est le contact avec les vieilles civilisations de Mésopotamie et de la vallée du Nil qui provoqua l’étincelle qui enflamma la nouvelle Grèce et alluma le feu dont se nourrit encore la civilisation occidentale moderne. Pour rendre justice autant que possible à ce fait, on a jugé nécessaire de consacrer une partie de cet ouvrage à l’étude des influences du Proche-Orient et de l’Égypte aussi bien sur les Grecs métropolitains que sur ceux d’outre-mer. C’est la seule façon de faire un tour complet du problème. Cependant nous nous occuperons ici seulement des vestiges matériels et le lecteur devra aller chercher ailleurs une étude sur ce que doivent la littérature, la religion et la pensée grecques à l’Orient et à l’Egypte.

3On aura aussi recours aux témoignages des historiens anciens. Mais plus que ne le font bien des “histoires archéologiques” des cultures antiques, ils devraient être lus comme un supplément d’information aux autres sources, encore que notre documentation archéologique puisse souvent combler des vides dans ces récits, voire les corriger. Il serait oiseux de faire ici plus qu’une allusion aux sources anciennes et aux multiples études modernes dédiées à ces aspects de notre recherche que les textes anciens pourraient éclairer. Il existe en fait beaucoup d’ouvrages historiques modernes qui offrent cela, mais ils relèguent en général les vestiges matériels primaires au second plan et ici, pour redresser la balance, on mettra au contraire l’accent sur l’aspect archéologique du sujet.

4Il faut rappeler que ce sujet ne représente qu’une partie de l’histoire de la renaissance grecque et qu’il ne donnera qu’une idée partielle du génie propre des Grecs à travers cette impulsion qui l’a amené à explorer des civilisations plus anciennes et à se mettre à leur écoute. Avec tant de choses passées sous silence on pourrait aller jusqu’à croire que la Grèce classique n’aurait rien été sans cette source d’inspiration, mais il suffira de voir ce que les Grecs ont fait de ce qu’ils ont emprunté et avec quelle rapidité ils ont surpassé leurs modèles. Sappho écrit ses poèmes deux cents ans seulement après que les Grecs ont adopté l’alphabet. Le Parthénon et ses sculptures apparaissent cent cinquante ans seulement après les premiers pas de la Grèce dans le domaine de l’architecture et de la sculpture monumentales. Et toutes ces choses - alphabet, architecture, sculpture – les Grecs les avaient apprises, au moins en partie, des “barbares”.

5Ces contacts outre-mer apportèrent aussi des bienfaits matériels qui déterminèrent la qualité de la vie en Grèce dans les siècles suivants. Un poète comique de la fin du Ve s. av. J.-C., Hermippos (fr. 63), dresse la liste de quelques biens d’outre-mer dont jouissaient ses compatriotes - silphion et peaux de Cyrène, maquereau de l’Hellespont, porcs et fromage de Syracuse, voiles (de lin) et papyrus d’Égypte, encens de Syrie, ivoire de Libye, esclaves de Phrygie, noix de Paphlagonie, dattes et farine de Phénicie, tapis et coussins de Carthage. Il émaille aussi sa liste de plaisanteries, mais le reste est digne de foi comme nous le verrons en étudiant les premiers contacts des Grecs avec ces sources étrangères depuis l’Age du bronze. Il est intéressant de noter que le poète ne dit rien des métaux, dont les savants modernes estiment qu’ils occupaient une part importante dans la phase ancienne de ce commerce outre-mer.

6Mais il y a aussi l’autre face de l’histoire. Avec la colonisation et le commerce en Occident et dans le Nord, les Grecs entrèrent en contact avec des peuples culturellement et technologiquement moins avancés et nous sommes en mesure de suivre les débuts de la diffusion de la civilisation grecque en Italie et en Europe occidentale, dont Rome et les autres cultures occidentales postérieures tireront profit.

7Apprendre en Orient et au Sud, enseigner en Occident et au Nord. L’histoire est un équilibre et les deux aspects se développent parallèlement. La fin du IXe s. et le VIIIe s. voient les premiers mouvements vers l’Orient et l’Occident ; le VIIe s., les premiers mouvements vers le Nord et le Sud ; le VIe s., leur consolidation face à des concurrents et rivaux puissants - Perses, Phéniciens, Etrusques. Dans ces trois siècles, les Grecs passèrent de l’isolement et d'une relative pauvreté à une position de pouvoir et de jouissance d’une culture de haut niveau. Telle est la période “archaïque” au sens le plus large du mot. C’est dans ces années que sont jetées les bases de la Grèce classique et ce sont ces années de formation seules qui feront l’objet de notre étude. Elles culminent en 480 av. J.-C. avec la réponse victorieuse des Grecs aux défis de Carthage en Occident et de la Perse en Orient et dans cet ouvrage on sera rarement amené à envisager la destinée des Grecs d’outre-mer au-delà de cette date.

8La présente traduction est fondée sur la troisième édition revue et corrigée en 1980 (Thames and Hudson) de l’ouvrage précédemment para en livre de poche (Penguin Books, 1964 ; deuxième édition 1973). Le texte de tous les chapitres de l’édition de 1980 a été entièrement revu et de nombreux ajouts effectués (comme dans le chapitre I). Les premières éditions offraient seulement de brèves bibliographies pour chaque chapitre avec la justification qu’une documentation complète aurait nécessité trois volumes au lieu d’un seul. Ici j’ai ajouté des notes à tous les sujets ou objets discutés ou mentionnés et s’il n’y a pas trois volumes, la raison en est que j’ai été sélectif et que j’ai souvent préféré des sources secondaires susceptibles de résumer l'argument à une liste complète de sources primaires. Les illustrations ont également été complètement réaménagées.

9Mes descriptions de sites et d'objets particuliers ne sont pas toujours fondées, je le regrette, sur une connaissance de première main. Lorsque la datation des objets que je propose diffère de celle que l’on trouve dans d’autres publications (et c’est souvent le cas), c’est une volonté délibérée et, j'espère, en accord avec les dernières données disponibles. Beaucoup des monuments et des objets considérés ajoutent à leur valeur documentaire l’intérêt d'être de véritables œuvres d’art. C’est, après tout, une des principales compensations de toute étude archéologique relative au monde grec antique. Il est habituel de donner quelque explication ou justification pour le choix de la graphie des noms de lieux et de personnes et pour excuser les incohérences. J’ai préféré assumer les incohérences et adopter les graphies qui me sont les plus familières.

10Cette édition a bénéficié des commentaires et des critiques faits au fil des ans par de nombreux chercheurs. Je leur adresse mes remerciements, mais je citerai ici seulement Roger Moorey qui a aimablement participé à la lecture du manuscrit révisé et, chez l’éditeur, Pat Mueller et Thomas Neurath, pour leur patience et leurs encouragements infatigables.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search