Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

25ème Lettre

Volltext

1Toulouse le 18 octobre 1788

2Monseigneur,

  • 1 In aprile e in ottobre avevano luogo due grandi fiere della durata di dodici giorni, che attiravan (...)
  • 1 Ms. : parola non chiara, sembra leggersi molon.
  • 2 Il nome dell’isolato veniva ripetuto ai quattro angoli dello stesso.

3nous étions trop impatiens de nous rendre en France pour nous permettre le moindre retardement. Nous étions enfin délivrés de la pluie, nous n’avions plus de chemin de traverse à faire, nous passâmes rapidement à Tortone, où nous aurions dû nous arrêter. Cette ville est assez jolie ; mais nous voulûmes traverser la Scrivia. On la passe ordinairement à gué. Elle était tout au plus large comme trois fois la longueur d’un bateau, dans lequel nous entrâmes. Nous l’eûmes bientôt passée ; mais nous fûmes longtems en chemin, les jours s’étoient raccourcis, le pais étoit beaucoup moins fréquenté, les auberges moins bonnes ; nous allâmes assez à l’aventure. Le lendemain nous cheminâmes vers Alexandrie, nous passâmes le Tanaro avant d’y arriver. C’étoit le tems de la fameuse foire1. Il n’y avoit personne à cause des grandes pluies. Je remarquai dans cette ville une belle place. Les rues y sont assez bien allignées, elles n’ont point de nom. On voit le même nom répété huit fois pour un même [...]1 ; je veux dire que chaque quarré a dans ses extrémités toujours le même nom. C’est comme si un bâtiment se trouvoit isolé et qu’on mît son nom sur chaque face aux deux extrémités2. Nous couchâmes à Asti où nous ne vîmes rien.

  • 2 Ms. : dans les états de Piemont aggiunto.
  • 3 Ms. : autre aggiunto.
  • 4 Ms. : questions cancellato.

4Nous étions dans les états de Piémont2 très satisfaits de n’avoir à traverser le domaine d’aucun autre3 souverain pour arriver en France. Depuis que nous avions quitté les Etats du Pape nous étions entrés dans ceux de Venise, de Mantoue, de la Lombardie autrichienne, de Plaisance, du Milanois, de la Lombardie autrichienne pour la seconde fois, de Piémont, du Duc de Parme, et enfin du Piémont : à tous ces changemens, c’étoient des4 visites et des questions qui ne finissoient pas. A Milan surtout, on nous porta une longue suite de questions italiennes auxquelles je répondis presque à l’allemande. Qu’êtes-vous ? Homme. De quel âge ? Je mis deux chiffres de ma façon. De quelle profession ? Prêtre. De quel royaume ? De France. D’où venez-vous ? De Rome. Pourquoi ? Fantaisie. Que venez-vous faire ici ? Voir. Combien de tems vous proposez-vous de demeurer ? Seize heures. Êtes-vous catholique ? Je le crois. Je ne rapelle pas les autres questions. On me demanda sans doute mon nom et mon surnom, je les donnai. Il n’étoit pas difficile, mais assez désagréable de ne pas pouvoir garder totalement l’incognito.

  • 3 Il castello di Moncalieri accoglieva per lunghi soggiorni la famiglia reale.
  • 4 Sono i ponti sul Po e sulla Dora Riparia.
  • 5 È il palazzo Madama.

5Nous arrivâmes à Turin, le dimanche sept octobre, nous passâmes devant le château de Moncalieri3 qui en est éloigné de cinq mille[s], La cour y résidoit ; nous ne volûmes pas nous y arrêter. Nous distinguâmes très bien les environs de Turin. Nous y arrivâmes après avoir traversé le Pô. Deux ponts aboutissent aux barrières et communiquent à la ville4. Les voitures sortent par une de ces issues et entrent par l’autre, ainsi il n’y a point de choc d’allans et venans. Je fus étonné de voir la majestueuse rue du Pô. Elle est bien large, bien allignée. Des portiques règnent dans toute sa longueur au rez-de-chaussée de superbes bâtimens uniformes. Le palais d’un prince de la famille royale est en face, il regarde de l’autre côté5, la rue Dora grossa, un peu moins large et sans portique ; mais elle me parut plus agréable parce que les maisons sont plus hautes.

  • 6 I padri della Missione si erano trasferiti nel 1776 nell’antico collegio dei Gesuiti in via Dora G (...)

6Nos missionnaires6 sont logés dans le milieu de cette rue, j’en avois vu le supérieur à Paris. Nous nous trouvâmes fort à notre aise avec lui. Nous ne manquâmes pas de compagnie. Cette maison nourrit trente-six à trente-huit prêtres de notre congrégation. Ce n’est pas trop pour satisfaire à leurs emplois. L’église en est très belle, elle avoit appartenu aux jésuites, qui n’avoient négligé ni la dorure ni le marbre ; ils avoient quatre chapelles dans l’intérieur de la maison pour autant de congrégations ; nous les avons remplacés. Ces établissemens font beaucoup de bien. Les chapelles sont bien entretenues, les congréganistes en ont le plus grand soin.

  • 7 La Consolata, formata da tre chiese edificate in epoche diverse, secondo diverse architetture, si (...)
  • 8 S. Lorenzo, a piazza Castello, opera di G. Guarini (1687).
  • 9 La cappella della Sindone, eretta da Carlo Emanuele II nel 1668, opera di G. Guarini.
  • 5 Ms. : nous aggiunto.
  • 10 Iniziato nel 1659 e ampliato nel ’700, oggi è sede della Scuola d’Applicazione dell’Arma.

7Je m’étois flatté de partir le lendemain à midi ; je devois passer par Nice ; nous avions pris nos arrangemens ; mais on nous annonça que les chemins étoient extrêmement rompus, qu’il falloit absolument passer par le Montcenis. On nous engagea à séjourner. Toute la journée se passa à voir la ville et ses curiosités. Nous vîmes la Consolata7, St Laurent8, et la chapelle où repose le St Suaire9. Ces lieux de dévotion sont tous différens de ceux que j’avois vus. La chapelle du St Suaire est toute en marbre noir, elle répond au premier étage du palais ; elle est sur le haut de l’église derrière le maître-autel. On y voit plusieurs hexagones posés les uns sur les autres en forme de voûte percée à jour. Ils diminuent jusqu’au sommet de la coupole. Ils sont coupés par des fenêtres triangulaires. Nous nous5 arretâmes à plusieurs églises. L’inquiétude que j’avois sur notre voyage ne me permit pas de me fixer. On nous fit voir un très bel arsenal10.

  • 11 Delimita il lato nord della piazza Castello.
  • 12 Il quadro si trova attualmente al Louvre.
  • 6 Ms. : la frase che segue, da couvert a supporte des è riscritta su rasura. Al di sotto si leggono (...)
  • 7 Ms. : Victor et Amedée I ; ma lo scrivano aveva scritto Victor et et Medée I.
  • 13 Vittorio Amedeo I (1587-1637), duca di Savoia, sposò Cristina di Francia, figlia di Enrico IV. Il (...)
  • 8 Ms. : Les uns disent corretto su l’un dit.
  • 9 Ms. : les autres corretto su l’autre.

8Le palais du roi me parut charmant11. Autour d’une grande cour règne un très grand bâtiment double ; tous les appartemens sont bien meublés. La grande galerie a de suberbes tableaux. Le plus beau que j’ai remarqué dans ce palais est l’hydropique de Gérard Dow12 [fig. 20], Il a tout au plus vingt pouces de haut. Il est encadré en ébène et garanti par des panneaux du même bois. Le sallon le plus agréable est [sic] un fond en glace6 couvert de ramages de bois doré qui supporte des mignatures en forme de médaillon. Cette variété de glaces, d’or et de peinture, la réflexion mutuelle de tous ces objets offrent le plus agréable coup d’oeil. On voit aux pieds du grand escalier la figure équestre de Victor Amédée I713. La figure est en bronze et le cheval de marbre. Il y a deux esclaves sur son cheval, les uns disent8 qu’il les culbute, les autres9 qu’il les foule ; je ne sais trop ce qu’on a voulu exprimer. On voulut nous faire voir le palais des princes, c’étoit assez pour nous.

9On nous conduisit à l’université après avoir prévenu le bibliothécaire. Le bâtiment en est beau, la cour est garnie de portiques ; mais les bâtimens du rez-de-chaussée deviennent par là très obscurs. Ils ne sont presque pas éclairés du côté où ils prennent le jour, ainsi les cabinets d’antique, de médailles, d’histoire naturelle, de sculpture perdent beaucoup dans ce lieu. On y montre une fameuse table, et comme dans toutes ces sortes de curiosités il faut du charlatanisme, on n’en manque pas. On montre comme une très grande curiosité une bouteille d’Angleterre pleine de liqueur et de globules mucilagineux, qu’on dit être un cerveau humain, on n’a point ouvert cette bouteille depuis qu’on l’a trouvée, mais on a vanté la découverte de ce cerveau humain, et tous les étrangers veulent le voir. Il ne faut pas aller, comme vous le voyez, Monseigneur, seulement chez de bonnes gens pour voir des raretés, qui certainement ne sont pas curieuses.

  • 14 Cfr. E. Olivero, La Villa della Regina in Torino, Torino 1942 (ivi cfr. O. Mattirolo, Il giardino)
  • 10 Ms. : cancellato : du palais.
  • 15 Centro nella bassa valle di Susa.

10On me proposa de voir les vignes de la Reine14, je ne m’en souciois pas trop : j’y allai par complaisance, je ne fus pas fâché de les avoir vues. C’est une très jolie maison de campagne. Les appartemens en sont agréables et bien ornés. On a Turin sous ses yeux. Cette ville est véritablement jolie, presque toute alignée, de belles rues, très propres, lavées par la Dora. Le marché, la place de St Charles sont beaux, les habitans honnêtes et le prince dans la plus grande vénération. Un prince étranger étant allé le voir fut fort étonné qu’il se promenât sans gardes sur [sic] les portiques10 de la rue du Pô ; il lui répondit en montrant tout le peuple, n’en ai-je pas assez ? On est heureux, et on fait bien des heureux, lorsque on peut faire à juste raison une pareille réponse. On nous prévint avant de partir que nous aurions passé le Mont Cenis à la fin de la seconde journée, qu’on démonteroit notre voiture et qu’il ne falloit pas nous effrayer. Je compris que la plupart de nos effets seroient exposés à être volés. J’ordonnai de mettre dans un grand sac tout ce que nous avions dans notre voiture. J’avois seulement un très grand portefeuille propre à contenir une rame de grand papier à lettres. Je le remplis de plusieurs manuscrits de Rome et de certains papiers de conséquence ; notre équipage fut prêt de bonne heure. Nous allâmes dîner à St Ambroise15 pour coucher à Suze. Nous rencontrâmes plusieurs étrangers qui venoient de France ; nous passâmes agréablement le tems du dîner. Je fus bien aise de devancer la voiture selon mon usage. Je rencontrai un missionnaire de Turin qui m’engagea d’entrer avec lui dans une maison voisine. C’étoit chez un de mes confrères. Il n’y avoit qu’un moment que j’étois entré lorsque notre chanoine vint dans la plus grande consternation me dire que notre domestique avoit perdu son sac, par conséquent tout son bagage, mon portefeuille et quelqu’un de nos effets. Nous nous transportâmes pour faire faire des recherches convenables, mais le sac étoit enlevé. On ne s’étoit pas donné le tems d’emporter les courroies, il fallut prendre son parti. On m’avoit promis de faire tant de recherches que je m’attendois à quelque nouvelle favorable avant de repartir de Suze. Ces nouvelles sont encore à venir.

19. G. Carattoni, Ritratto di Andrea Memmo, 1785 (Roma, Istituto Nazionale per la Grafica, F.N. 6285).

20. G. Dow, L’idropica, 2a metà XVII sec. (Parigi, Museo del Louvre).

  • 16 Questa rudimentale slitta rappresentava l’unico mezzo per attraversare il Moncenisio con la neve.
  • 11 Ms. : qu’on ripetuto.

11Nous fûmes de bonne heure aux pieds du Mont Cenis. On démonta fort lestement notre voiture. Nous enfourchâmes des mulets et nous gravîmes les rochers. Nous avions a droite de superbes cascades que l’art n’a pas encore imitées ; à gauche un terrein aride. Après deux heures et demi[e] de chemin nous nous trouvâmes sur le haut de la montagne. Quelqu’un s’étoit fait une fete d’y manger des truites, mais on les vend environ un écu la livre. Je ne voulus pas qu on fût dupe. Nous fîmes un dîner fort leste ; nous reprîmes nos mulets, l’instant d’après on nous pria d’en prendre qui venoient du Lasnebourg [sic]. Ils nous servirent pendant quelque tems ; mais nous descendîmes presque toute la montagne à pied. Dans le tems des neiges on monte sur des brancards, on descend sur des ramasses16. Je fus curieux de voir cette voiture, rien de plus simple ; deux bois longs de six pieds places parallèlement à la distance de deux pieds et demi réunis sans art à une extrémité et au milieu portant une planche ou un tabouret ; voilà tout l’essentiel ; on y ajoute une couverture qu’on11 place dans l’instant pour les personnes trop sensibles au froid, voilà toute la garniture.

  • 12 Ms. : encore aggiunto.

12Nous ne nous étions encore12 trouvés avec aucune femme, la première que nous vîmes fur après Lasnebourg. Elle nous dit qu’elle venoit de Turin, qu’elle alloit à Chambéry où elle étoit établie. Elle étoit accompagnée par un lapidaire de Milan. Je lui demandois des nouvelles d’un ecclésiatique de Chambéry, qui avait fait ses études à Turin ; elle dit qu’elle le connoissoit, qu’elle l’avoit invité à dîner chez elle pour avoir le plaisir de rire sur quelques anecdotes, que son zèle étoit si amer lorsqu’il étoit prêtre chez les Philippins, qu’on l’avoit renvoyé ignominieusement. J’écoutois tout. Le soir quelque[s] tapisseries lui donnèrent lieu de parler de religion, elle voulut faire paroître son esprit ; on la laissa dire. On comprit le lendemain ce qu’elle étoit. Le lapidaire qui l’avoit trouvée par hasard nous fit son histoire et nous remerciâmes la Providence de n’avoir pas fait d’autre rencontre. J’appris à Chambéry que ce qu’elle avoit dit étoit faux et je fus convaincu que la parure et le ton de grandeur et d’esprit ne sont pas plus de certificats de vérité et de mœurs chez les femmes que chez les hommes.

  • 13 Ms. : pour lors aggiunto.
  • 14 Ms. : pour nous engager corretto su à le servir.

13Je ne vis qu’en passant quelques amis que j’ai dans cette ville. Ils se rendirent au séminaire et, malgré leurs instances, je partis pour aller coucher aux Échelles. Le lendemain je m’avançai vers le pont de Beau-voisin, les gardes me demandèrent nos passeports tandis que j’allois en voiture à la douanne. J’aurois été embarrassé de les montrer, j’avois perdu tous mes papiers. Un peu de hardiesse me sauva. Je dis aux gardes : je suis missionnaire françois. Vous savez bien que nous avons un séminaire à Anneci. Je dînai hier à celui de Chambéry. Je vais à notre maison de Lyon. Nous allons et venons sans passeport. Les maisons que je vous ai nommées sont savoyardes et françoises. Ils nous laissèrent, je bénis pour lors13 le Seigneur qui nous avoit conservés sains et saufs pendant tout le tems que nous avions voyagé hors la France, et qui laissoit à notre souvenir des motifs bien propres pour nous engager14 à le servir. J’ai l’honneur d’être etc.

Anmerkungen

1 In aprile e in ottobre avevano luogo due grandi fiere della durata di dodici giorni, che attiravano un gran numero di stranieri. Si tenevano nella via dietro l’antica Cattedrale. Cfr. Civalieri, Alexandriae. Compendio di storia, Alessandria 1890, pp. 54-58.

2 Il nome dell’isolato veniva ripetuto ai quattro angoli dello stesso.

3 Il castello di Moncalieri accoglieva per lunghi soggiorni la famiglia reale.

4 Sono i ponti sul Po e sulla Dora Riparia.

5 È il palazzo Madama.

6 I padri della Missione si erano trasferiti nel 1776 nell’antico collegio dei Gesuiti in via Dora Grossa, ora via Garibaldi, per continuare la funzione degli stessi Gesuiti, nella chiesa detta dei SS. Martiri. Cfr. La Congregazione della Missione in Italia, cit., p. 361.

7 La Consolata, formata da tre chiese edificate in epoche diverse, secondo diverse architetture, si eleva su una cappella sotterranea costruita nel 1016.

8 S. Lorenzo, a piazza Castello, opera di G. Guarini (1687).

9 La cappella della Sindone, eretta da Carlo Emanuele II nel 1668, opera di G. Guarini.

10 Iniziato nel 1659 e ampliato nel ’700, oggi è sede della Scuola d’Applicazione dell’Arma.

11 Delimita il lato nord della piazza Castello.

12 Il quadro si trova attualmente al Louvre.

13 Vittorio Amedeo I (1587-1637), duca di Savoia, sposò Cristina di Francia, figlia di Enrico IV. Il monumento equestre, attribuito a P. Tacca, allievo del Giambologna, è volgarmente noto come il ‘cavallo di marmo’.

14 Cfr. E. Olivero, La Villa della Regina in Torino, Torino 1942 (ivi cfr. O. Mattirolo, Il giardino).

15 Centro nella bassa valle di Susa.

16 Questa rudimentale slitta rappresentava l’unico mezzo per attraversare il Moncenisio con la neve.

Endnoten

1 Ms. : parola non chiara, sembra leggersi molon.

2 Ms. : dans les états de Piemont aggiunto.

3 Ms. : autre aggiunto.

4 Ms. : questions cancellato.

5 Ms. : nous aggiunto.

6 Ms. : la frase che segue, da couvert a supporte des è riscritta su rasura. Al di sotto si leggono ancora chiaramente le parole da d’or a objets, che nel testo appaiono alcune righe più sotto.

7 Ms. : Victor et Amedée I ; ma lo scrivano aveva scritto Victor et et Medée I.

8 Ms. : Les uns disent corretto su l’un dit.

9 Ms. : les autres corretto su l’autre.

10 Ms. : cancellato : du palais.

11 Ms. : qu’on ripetuto.

12 Ms. : encore aggiunto.

13 Ms. : pour lors aggiunto.

14 Ms. : pour nous engager corretto su à le servir.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift 19. G. Carattoni, Ritratto di Andrea Memmo, 1785 (Roma, Istituto Nazionale per la Grafica, F.N. 6285).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3294/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 615k
Bildunterschrift 20. G. Dow, L’idropica, 2a metà XVII sec. (Parigi, Museo del Louvre).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3294/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 380k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.