Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

24ème Lettre

Texte intégral

1[senza data]

2Monseigneur

  • 1 Ms. : nous arrivâmes corretto su nous sommes arrivés.
  • 1 L’Albergo dei Tre Re, nell’antica contrada dei ‘Tre Alberghi’, oggi zona di Porta Romana.
  • 2 Ms. : cancellato : matin.
  • 2 Si tratta della chiesa di S. Francesco di Assisi, già basilica Naboriana, risalente al IV sec., in (...)
  • 3 Cfr. V. Forcella, Iscrizioni delle chiese e degli altri edifici di Milano, Milano 1890, III, p. 17 (...)

3nous arrivâmes1 à Milan assez tard ; nous logeâmes aux Trois Rois1, auberge supérieurement montée. Nous nous informâmes de la demeure de notre banquier, on nous dit qu’il étoit fort éloigné. Au lieu d’y aller ce même soir, ou d’écrire correctement sa demeure, je ne m’en occupai pas, n’ayant pas besoin d’argent et craignant de ne pas être assez libre pour me rendre dans les différentes églises qui m’intéressoient plus que toutes les beautés de Milan. Je sortis de bonne heure dès le2 lendemain avec celui de mes compagnons directeur du petit séminaire pour aller droit à l’église de St Ambroise le Grand. Sur mon chemin je rencontrai une église de religieux de l’ordre de St François2. La structure m’en parut belle, j’en lus les inscriptions3 ; elles portoient que sur ce local on avoit élevé un édifice en l’honneur de Jésus-Christ l’an 90, qu’on y avoit déposé les reliques de St Nazaire et de St Celse et plusieurs autres saintes reliques dont je ne rapelle pas le nom.

  • 4 La basilica di S. Ambrogio, dove sono le reliquie del Santo patrono e dei martiri Gervaso e Protas (...)
  • 3 Ms. : on fait corretto su il y a.
  • 5 Vicino al monastero dei Cistercensi c’era una chiesa detta Battistero di S. Agostino, in cui si cr (...)

4Assez près de là, je trouvai l’ancienne basilique de St Ambroise4. Elle est desservie par des religieux que je crois être de l’ordre des Citeaux. Ils occupent la partie de la nef en deçà de la confession ; des chanoines occupent celle qui est en delà. Les uns et les autres font l’office canonial séparément. Chacun de ces corps a ses ornemens et sa sacristie ; on voit aux pieds d’un crucifix, qui est dans celle des religieux, six croix pectorales de vermeil attachées à des cordons verds, pour leur servir lorsqu’ils doivent dire la Messe. Après que nous eûmes satisfait notre dévotion, nous nous promenâmes dans l’église. Nous y remarquâmes un serpent d’airain, sur lequel on fait3 différentes versions. C’est dans cette église que St Augustin fut baptisé5, c’est là que les empereurs recevoient autrefois la couronne de fer. J’avançai vers la maîtresse porte, je vis des grands battans en airain garantis par un grillage de fer, un parvis en portique et quelque reste de peinture sur les murailles, j’en approchai, et je m’apperçus que c’étoient des cathécumènes qui se présentoient au baptême ; je conjecturai que ce devoit être anciennement la métropole, celle où St Ambroise résista courageusement à l’empereur Théodose et le lieu dans lequel on instruisoit les cathécumènes. Je ne me trompais pas.

  • 6 Questa espressione riproduce quasi letteralmente quella usata da Rogissart Havard, op. cit., IV, p (...)

5Je voulus aller voir la nouvelle métropole pour offrir mes respects aux réliques de St Charles. Je m’y rendis en faisant quelque visite aux églises que je trouvois sur mon chemin. Je vis la plus belle église d’Italie après celle St Pierre6. J’en ignore les proportions. Je rapelle cependant que le vaisseau a quatre cens cinquante pieds de long. Les ornemens y sont tellement prodigués qu’on fait monter à plusieurs milliers les statues qui la décorent. Il y a dans cette église deux confessions, une de plusieurs saints et l’autre de St Charles. Le corps est dans une châsse d’argent. La crosse et son auréole sont enrichies de diamans ; l’allée qui conduit au souterrein est tendue en drap d’or. La chapelle de la confession est aussi en drap d’or en panneaux et bas-reliefs en argent.

  • 7 L’Arcivescovato si trova in Piazza Fontana al n. 2 ; presenta all’interno qualche segno delle prim (...)
  • 8 Il palazzo dell’arciduca è l’attuale Palazzo ex-Reale, completamente rifatto. Sede dei Consoli del (...)
  • 4 Ms. : banque est considérable risulta cancellato.
  • 9 La Biblioteca Ambrosiana, fondata dal card. Federico Borromeo, fu aperta al pubblico nel 1609. Cfr (...)
  • 10 Cfr. G. Schiaparelli, Gli istituti scientifici, letterari e artistici di Milano, Milano 1880.
  • 5 Ms. : Physique corretto apparentemente su Phepsique.
  • 11 Schiaparelli, op. cit., pp. 325-354 ; Id., Notizie sull’osservatorio di Brera in Milano, in Mediola (...)

6J’étois satisfait, je ne voulois plus rien voir. Je passai par l’archevêché7 qui est assez ordinaire. Je traversai une grande place dont un côté est bordé par le palais de l’archiduc8. J’allai porter à la poste une lettre pour la France ; il falloit pour l’affranchir avoir deux sols de Milan. Je n’avois pas de monnoie étrangère. J’offris douze sols de France ; je dis que c’étoit six fois la valeur de ce qu’on demandoit, qu’on pouvoit échanger cette pièce et en donner le surplus aux pauvres. On n’accepta pas la proposition, il fallut absolument deux sols de Milan qui ne font que vingt-un deniers de France. Ne sachant où aller et craignant qu’on ne fît pas partir ma lettre, j’allai enfin chez le banquier à qui nous étions adressés. J’eus beaucoups de peine à le trouver quoique très fameux ; enfin j’arrivai chez lui. Ce Monsieur, dont la banque est considérable4, fut affligé de voir que j’avois autant tardé de venir chez lui ; plus affligé encore d’apprendre que je voulois partir dans une heure. Malgré les occupations de son caissier, il le pria de venir me faire voir en passant la bibliothèque ambroisienne9. J’en avois entendu parler avec tant d’éloge que j’étois bien aise d’y jetter un coup d’œil. Je ne savois pas que, depuis long-tems, on l’avoit dépouillée pour placer ailleurs une bonne partie de ses effets. Ce Mr qui savoit très bien le françois, s’offrit de ne pas m’abandonner pendant tout le jour, si je voulois accepter ses services. En passant devant le collège de Brera10, il me dit qu’il y avoit une belle specula à voir. C’est l’observatoire, il alla trouver un professeur de physique5 de sa connoissance. On me fit voir les instrumens de physique et par le moyen d’un superbe télescope11 que je mis à ma portée je distinguai à merveille les statues qu’on a placées sur la cathédrale et surtout celle qui la pyramide. Après que j’eus donné la même satisfaction soit au directeur du séminaire de France, soit au caissier milanois qui m’accompagnoit, je considérai toute la ville de Milan sur laquelle je dominois. Toujours pressé je demandois à voir la bibliothèque ambroisienne ; mais, en descendant, je rencontrai le premier élève de ce collège, c’est-à-dire l’homme de confiance de cette maison. Il étoit Picard. Nous eûmes bientôt fait connoissance. Il fut charmé de voir un François et surtout un missionnaire. Il voulut absolument nous faire voir toute la maison. Il fallut absolument condescendre à ses instances.

  • 6 Ms. : artiste corretto su article.
  • 7 Ms. : dire corretto su faire.
  • 8 Ms. : irrégulière corretto su régulière.

7Brera, ou pour mieux dire Braido, est un des collèges que St Charles voulut élever pour l’honneur des sciences. On l’a augmenté depuis son tems, et l’Empereur régnant travaille à le rendre plus recommandable. Il y a fait transporter tout ce qui peut concourir à le mettre au-dessus de l’Institut de Boulogne. On nous fit voir dans le bas toute sorte de salles de dessin ; nous entrâmes dans une très belle cour. Dans le fond un superbe escalier double, de belles colonnes, de beaux portiques lui donnent un air de grandeur et de majesté, qu’on atteint très difficilement ; de là, nous entrâmes dans des très belles bibliothèques, nous vîmes de belles collections de sculpture et de pièces jettés en plâtre. Cet artiste6 nous montra ses travaux, nous en conclûmes que son titre de premier élève étoit un nom qu’il se donnoit par modestie. Je voulus prendre congé de lui. J’eus beau dire7, j’eus beau faire, il fallut absolument attendre qu’il eût changé de vêtement pour nous conduire chez un grand seigneur, dont il voulut nous faire voir les appartemens. Il nous dit : « on se figure qu’il n’y a rien d’élégant qu’en France, je veux, pour vous en détromper, vous faire voir le palais d’un seigneur et celui de l’archiduc, et vous jugerez par là à quel point les arts peuvent aider le luxe. Vous pouvez, nous dit-il, venir avec d’autant plus de confiance que ces deux princes nous honorent davandavantage ; c’est d’ailleurs nous qui avons présidé à tous les travaux ». Nous allâmes d’abord chez le seigneur. Tout m’y parut du plus grand goût. J’eus de la peine de voir qu’on avoit prodigué des nudités : j’en parus indigné ; l’artiste religieux fit quelques réflexions édifiantes. Il nous montra la chapelle du maître de la maison et celle [de] madame son épouse. Celle-ci n’avoit pas six pieds de diamètre, elle étoit haute tout au plus de sept pieds, la forme en étoit très irrégulière8, et cependant on avoit tellement profité de cet espace qu’on en avoit fait un bijou. On faisoit un pavé de stuk qui paroissoit agréable et solide.

8Il fallut aller chez l’archiduc voir une salle de bal très renommée en Italie ; elle est immense. Il règne, autour, à la hauteur d’un premier étage une belle rampe de fer pour la commodité des spectateurs. Elle est soutenue environ par 80 statues, qui sont toutes dans une attitude différente. On y remarque une femme voilée. La délicatesse du ciseau fait distinguer parfaitement et ses traits et le voile qui la couvre. Il y a dans tous les trumeaux d’autres belles statues debout. Toutes les décorations en peinture à fresque répondent au bâtiment. C’est une chose à voir pour un curieux. Il y en avoit bien d’autres ; mais je voulois absolument arriver le même jour à Pavie. Il y avoit au moins deux heures que je faisois attendre notre chanoine qui devoit d’autant plus s’ennuyer qu’il savoit que nous ne lui avions donné aucun signe de vie. Il fallut encore s’arrêter à un très bel hôpital.

  • 12 La casa della Missione di Pavia, fondata nel 1682, fu soppressa nel 1800. Cfr. Cenni storici su la (...)
  • 13 Gli Agostiniani si erano trasferiti (1786-87) nel convento del Gesù in Pavia, dove nel 1786 era st (...)

9Après un dîner fait à la hâte nous partîmes de Milan. La pluie nous accompagna jusques à Pavie. J’allai dans un de nos séminaires12, qui est celui du diocèse. On nous accueillit fort bien, mais nous ne pûmes pas savoir tout ce que nous aurions désiré sur les changemens que l’empereur a faits. Nous eûmes recours à quelques personnes qui n’étoient pas de la maison. Elle eurent la bonté de nous conduire chez les Augustins. On venoit de les transférer dans une autre maison avec le corps de leur illustre patriarche13.

  • 14 Sangiorgio-Longhena, Cenni storici sulle due Università di Pavia e di Milano, Milano 1831; Memorie (...)

10On nous montra tout le marbre qui composoit son ancienne chapelle ; chaque partie est si bien sculptée et si bien conservée qu’on pourra la remettre dans le même état dans quelqu’autre local ; elle est très grande et toute en marbre blanc. Nous allâmes voir les salles qu’on construit à l’université14 sur le terrein de quelque monastère qu’on a détruit. On a fait de très belles classes, de belles salles. On a réuni dans ce corps toutes les sciences, on a divisé chaque partie à son rang, on n’y a pas mis de chapelle. On soutient dans cette maison plusieurs thèses, il n’y faut présenter que quatre propositions pour être docteur. J’ai eu l’honneur de Vous faire passer plusieurs des thèses. Vous savez, Monseigneur, le jugement qu’on doit en porter. Il s’en faut de bien qu’elles puissent faire juger en faveur de la science de ceux qui les soutiennent, encore plus de leur catholicité. Nous eûmes occasion de faire beaucoup de demandes sur les changemens qu’on avoit faits ; on nous répondit qu’avec d’assez bonnes vues on avoit fait de très mauvaise besogne, que plusieurs des filles qu’on avoit retirées de l’asyle, qu’elles avoient demandé pour se soustraire au monde, avoient eu le malheur de succomber dans le siècle ; Milan, Pavie, etc. les comptoient à douzaine.

  • 15 Il primitivo ponte, gettato sulle fondamenta di uno romano, risaliva al 1352-54. Nel 1583 fu rinno (...)
  • 9 Ms. : Bronno.
  • 16 La casa di Voghera è notata negli antichi registri della Congregazione della Missione all’anno 178 (...)
  • 10 Ms. : cancellato : avec quelques étrangers.
  • 11 Ms. : nous aggiunto.

11Nous ne nous serions pas arrêtés à toutes ces questions qui ne sont pas de notre compétence si le Tessin ne nous eût pas fermé le passage. Il étoit hors de son lit. Nous désespérions de pouvoir partir de quelque tems. On le passe à Pavie sur un pont couvert15, mais il étoit débordé quelque[s] lieues plus loin. Notre cocher apprit de quelques autres qu’il y avoit un passage en allongeant de six lieues. Nous prîmes cette route et nous traversâmes le Pô sur un pont volant, après avoir fait quelque chemin dans l’eau. Nous étions constamment dans l’inquiétude en pensant que nous serions assaillis par des gardes, mais ils ne se trouvèrent point sur la route, et nous n’allâmes pas les chercher. Nous ne pûmes coucher qu’à Broni9. Le domestique que nous avions laissé à Plaisance avoit dîné le même jour dans la même auberge ; il étoit allé coucher à Voghera16, nous ne pûmes le joindre que le lendemain à dîner. Nous y fîmes halte dans une de nos maisons qui appartenoit il y a deux ans à des Bernardins. Nous y causâmes plus librement10 car nous étions en Piémont et nous nous11 hâtâmes après dîner de prendre notre route vers la capitale. J’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 L’Albergo dei Tre Re, nell’antica contrada dei ‘Tre Alberghi’, oggi zona di Porta Romana.

2 Si tratta della chiesa di S. Francesco di Assisi, già basilica Naboriana, risalente al IV sec., in cui furono sepolti i martiri Nabore e Felice. Cfr. P. Mezzanotte-G. B. Bascapé, Milano nell’arte e nella storia, Milano 1948, pp. 677-678.

3 Cfr. V. Forcella, Iscrizioni delle chiese e degli altri edifici di Milano, Milano 1890, III, p. 179, n. 257.

4 La basilica di S. Ambrogio, dove sono le reliquie del Santo patrono e dei martiri Gervaso e Protaso, era officiata alternativamente dai monaci cistercensi e dai Canonici. Ora è officiata solo dai Canonici.

5 Vicino al monastero dei Cistercensi c’era una chiesa detta Battistero di S. Agostino, in cui si credeva che il santo avesse ricevuto il battesimo da s. Ambrogio nel 387. Cfr. S. Lattuada, Descrizione di Milano, Milano 1737, IV, pp. 319-321. I ruderi dell’antico battistero sono stati trovati sotto il Duomo. Cfr. Atti Congresso Studi Ambrosiani, Milano 2-7 dicembre 1974, ivi 1976, I, pp. 351-360.

6 Questa espressione riproduce quasi letteralmente quella usata da Rogissart Havard, op. cit., IV, p. 219 : « On peut dire sans exagération que c’est le temple le plus beau et le plus magnifique, qu’il y ait en Italie après St. Pierre de Rome ».

7 L’Arcivescovato si trova in Piazza Fontana al n. 2 ; presenta all’interno qualche segno delle primitive strutture trecentesche.

8 Il palazzo dell’arciduca è l’attuale Palazzo ex-Reale, completamente rifatto. Sede dei Consoli del Comune, poi dimora dei Visconti e del primo Sforza ; il palazzo subì tra il 1770 e il 1778 una radicale trasformazione ad opera dell’arch. Piermarini.

9 La Biblioteca Ambrosiana, fondata dal card. Federico Borromeo, fu aperta al pubblico nel 1609. Cfr. Mezzanotte-Bascapé, op. cit., p. 321.

10 Cfr. G. Schiaparelli, Gli istituti scientifici, letterari e artistici di Milano, Milano 1880.

11 Schiaparelli, op. cit., pp. 325-354 ; Id., Notizie sull’osservatorio di Brera in Milano, in Mediolanum, II, pp. 323-327.

12 La casa della Missione di Pavia, fondata nel 1682, fu soppressa nel 1800. Cfr. Cenni storici su la Congregazione della Missione in Italia, cit. pp. 126-127.

13 Gli Agostiniani si erano trasferiti (1786-87) nel convento del Gesù in Pavia, dove nel 1786 era stata traslata da Milano anche l’arca con le reliquie di s. Agostino. Per la storia dell’ordine agostiniano a Pavia cfr. Codex Diplomaticus Ord. E.S. Angustiai Papiae, V, Papiae 1915, pp. 287-293.

14 Sangiorgio-Longhena, Cenni storici sulle due Università di Pavia e di Milano, Milano 1831; Memorie e documenti per la storia dell’Università di Pavia, Pavia 1878; Contributi alla storia dell’Università di Pavia, pubblicati nell’XI centenario dell’Ateneo, Pavia 1925; P. Vaccari, Storia dell’Università di Pavia, Pavia 1957; L. Erba, Guida storico-artistica dell’Università di Pavia, Pavia 1976.

15 Il primitivo ponte, gettato sulle fondamenta di uno romano, risaliva al 1352-54. Nel 1583 fu rinnovata la caratteristica copertura. Distrutto dai bombardamenti aerei del 1944, è stato ricostruito più a valle.

16 La casa di Voghera è notata negli antichi registri della Congregazione della Missione all’anno 1787. Essa ebbe breve vita, poiché venne soppressa quando Napoleone si impadronì del Milanese.

Notes de fin

1 Ms. : nous arrivâmes corretto su nous sommes arrivés.

2 Ms. : cancellato : matin.

3 Ms. : on fait corretto su il y a.

4 Ms. : banque est considérable risulta cancellato.

5 Ms. : Physique corretto apparentemente su Phepsique.

6 Ms. : artiste corretto su article.

7 Ms. : dire corretto su faire.

8 Ms. : irrégulière corretto su régulière.

9 Ms. : Bronno.

10 Ms. : cancellato : avec quelques étrangers.

11 Ms. : nous aggiunto.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.