Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

23ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 6 septembre 1788

2Monseigneur,

  • 1 Ms. : et ne trouvoient ripetuto e cancellato.

3vous avez vu que dans très peu de temps nous avions examiné bien des choses à Venise. On nous y montra quelques églises, entr’autres l’église patriarchale dans laquelle on nous fit voir la chaire dans laquelle St Pierre s’assit à Antioche. Nous repartîmes le soir au clair de la lune. Nous suivîmes tout le Canal grande, sans ce secours nocturne nous aurions été privés du plus agréable coup d’œil, car il est bordé de superbes édifices, dont l’un ne ressemble pas l’autre. Il n’a point de trotoir dans sa majeure partie, ainsi en sortant des gondoles on met le pied dans les maisons. Nous rentrâmes dans les lagunes et je tâchai de me livrer un peu au sommeil. Ce fut assez difficile, car certaines personnes faisoient des conversations assez drôles. Ceux qui n’étoient pas de ce goût s’amusoient à jouer aux cartes, d’autres cherchoient et ne trouvoient1 pas trop d’espace pour prendre du repos. Je n’en jouis que très peu, quoique je le cherchasse dans différentes situations ; ainsi ce fut une troisième nuit bien fatigante pour moi.

4Vers cinq à six heures du matin les chevaux manquèrent pour traîner notre barque. Nous fûmes obligés de descendre pour ne pas être exposés au caprice du patron. Nous avions encore une dixaine de mille[s] à faire. Nous étions quatre, mes deux compagnons françois et le missionnaire italien qui nous accompagnoit depuis Ferrare. Après que nous eûmes fait un peu de chemin nous prîmes une voiture de louage pour nous rendre à Padoue. Nous cotoyâmes le Canal, à notre droite nous avions de superbes maisons de campagne. Leur architecture m’en parut bonne ; les jardins et les embellissemens champêtres très variés ; la sculpture et la peinture y sont prodiguées. Ce sont des maisons de campagne de riches Vénitiens. Cette route n’annonce pas moins l’opulence et le goût que celle de Chaillot à Versailles.

17. N. D. Boguet, Il Palazzo del Quirinale e la torre delle Milizie, fine XVIII sec. (Roma, Istituto Nazionale per la Grafica, F.N. 5936).

18. R. Alberts, Veduta del Cortile di Palazzo Montecitorio, 1724 (Roma, INASA, Coll. Lanciani).

  • 1 Nel 1785 la consistenza della popolazione di Padova era di 41.753 unità. Cfr. A. Schiaffino, La po (...)

5Nous arrivâmes vers huit heures à Padoue. J’étois trop fatigué pour y faire de grandes courses. Je me bornai à l’église de St Antoine de Padoue, fameux pèlerinage de toute l’Italie et surtout des Vénitiens. Cette église possède le corps du saint dans une très belle chapelle. Elle a beaucoup de mausolées d’anciens jurisconsultes et de médecins. J’eus occasion de voir le séminaire dont on parle beaucoup ; il ne vaut pas plusieurs des nôtres dont on ne dit mot. Je n’ai qu’une idée générale et assez superficielle de cette ville qui me paroît très grande et beaucoup plus peuplée que les autres villes d’Italie que j’avois vues1. Je remarquai que Venise soutient toutes ses villes dans une assez grande activité pour leur procurer plusieurs habitans.

  • 2 Ms. : ce aggiunto.
  • 3 Ms. : pour lors aggiunto.
  • 2 La festa dei tabernacoli, detta anche festa delle capanne, è una delle tre principali e più solenn (...)
  • 3 Cfr. A. Pomello, Il Pontefice Pio VI a Verona, in Pro Verona, gennaio 1913, I.
  • 4 Ms. : la frase à son retour d’Allemagne è aggiunta in calce alla pagine con nota di richiamo (1).

6Vicence fut la première ville que nous rencontrâmes. On vante son théâtre, je ne l’ai pas vu. Je ne me suis arrêté que dans quelques églises et à voir jouer de la paume avec beaucoup de feu. Les spectateurs y mettent beaucoup d’intérêt. Nous partîmes le lendemain de bonne heure pour Vérone. Je considérai beaucoup plus cette ville en traversant une rue pour aller voir l’amphythéâtre. Je vis dans un quartier beaucoup de rameaux. J’imaginai que ce2 pouvoit être pour lors3 la fête des tabernacles2 que les juifs y célébroient. C’étoit précisément la saison, je ne me trompai pas, je reconnus plusieurs juifs bien parés. Je les vis se rendre dans leurs maisons. L’amphithéâtre doit avoir été réparé plusieurs fois, car il est dans son entier ; il est ovale. L’arène a deux cent vingt-cinq pieds sur cent trente-trois. Il y a quarante-cinq rangées de gradins de marbre tout le tour, ainsi vous pouvez juger de son immensité. On dit qu’il ne pouvoit y contenir que vingt-deux mille spectateurs assis ; mais on fait monter beaucoup plus haut le nombre de ceux qui vinrent y recevoir la bénédiction papale de Pie VI3 à son retour d’Allemagne4. Nous traversâmes le lendemain cette grande ville. Nous y vîmes de très belles places, de très beaux édifices. La quantité de voitures nous arrêta plus de demi-heure aux portes ; nous y serions restés plus longtems, si les gardes n’eussent eu la bonté de nous faire faire place.

  • 4 Il ponte dei mulini andò distrutto durante i bombardamenti aerei del 1944. Esso costituiva un pitt (...)
  • 5 Quasi certamente si tratta dell’edicola di Virgilio al Palazzo del Podestà.

7La pluie nous assaillit le matin, c’étoit le vendredi 28 septembre. Nous dinâmes à Rubiera sur les terres de l’empereur ; il fallut faire sceller nos effets ; les gardes furent fort honnêtes. Nous continuâmes notre chemin avec la pluie. Aussitôt que nous aperçûmes Mantoue, nous appréhendâmes pour notre marasquin. Il fallut le cacher, nous montrâmes notre bollete ; nous passâmes sur un pont extrêmement long, sur lequel nous vîmes douze moulins4 sous le vocable de chacun des apôtres. Les rues étoient pleines d’herbe. Nous n’y pûmes voir que la statue de Virgile5 sur une porte : nous voulûmes faire autant de route qu’il fut possible. Nous arrivâmes trop tard dans un logis qu’on nous disoit être excellent. Les marchands de fromage de parmesan avoient pris tous les lits. Je fus obligé de coucher dans ma voiture, dont une bonne partie fut exposée à la pluie toute la nuit et nous n’eûmes presque rien pour souper.

  • 6 Si tratta probabilmente dell’albergo Broletto, ora Locanda dei Cacciatori, il quale affaccia su Pi (...)
  • 7 L’autore allude alla gramola a stanga, che consiste in genere in una tavola sulla quale viene comp (...)

8Il y avoit déjà longtems que nous mangions de fort mauvais pain extrêmement dur, quoique fait depuis très peu de tems. Je n’imaginois pas comment est-ce qu’on pouvoit si mal réussir. Le tapage qu’on faisoit dans l’auberge6 m’obligea de sortir de ma voiture. J’entrai dans la maison pour voir quelle machine on remuoit, je vis une petite table sur laquelle étoit une grosse masse de pâte, que trois personnes pressoient avec force sous un levier soutenu d’un bout par un ressort7. On y faisoit passer successivement chaque partie de la masse. J’appris que c’étoit pour la durcir. Après cette opération assez longue on coupa cette pâte en morceaux, on les durcit encore en les pétrissant pour leur donner une forme quarrée, on la mit un moment au four et voilà du pain.

  • 8 Cfr. Borlandi, Il problema delle comunicazioni nel secolo XVIII, Pavia 1932 ; A. Serra, Ferrari e (...)
  • 5 Ms. : si je restois aggiunto.
  • 9 La Casa della Congregazione della Missione di Cremona, fondata nel 1701, fu definitivamente chiusa (...)
  • 10 Negli Stati asburgici Giuseppe II tentava con tutti i mezzi di accentuare l’autonomia delle strutt (...)

9Le chemin devint extrêmement boueux. Nous craignîmes que nos chevaux ne pussent point nous en sortir8, nous voulions arriver à Crémone à peine5 de prendre la poste. Nous demandions à chaque voyageur comment étoit la route, on ne nous disoit rien de consolant. La pluie augmentoit toujours. Lorsque nous voulûmes partir une énorme voiture nous ferma le chemin, et ce ne fut qu’après bien de l’inquiétude que nous pûmes nous mettre en marche. Nous arrivâmes cependant à Crémone dans une de nos maisons9. Vous avez, me dirent nos messieurs en nous voyant, la charité de visiter vos frères ; nous sommes des membres qu’on a retranchés du corps10. On nous fait souffrir ici bien des peines. Si nous sommes schismatiques, ce n’est qu’à l’extérieur. Ces Italiens à demi Allemands nous firent oublier les désagrémens que nous avions éprouvés. Nous ne pûmes pas rester avec eux tout le tems que nous aurions désiré. Nous nous hâtâmes de nous rendre à Plaisance.

  • 11 Giulio Alberoni (1664-1752) fu primo ministro di Filippo V di Spagna e cardinale dal 1717. Col ric (...)

10Nous possédons auprès de cette ville un des plus beaux séminaires du monde. C’est l’ouvrage du cardinal Alberoni11 qui nous a laissé toutes ses dépouilles après nous avoir donné de son vivant toutes ses richesses. Il a voulu qu’on y élevât gratuitement soixante jeunes clercs du diocèse de Plaisance pour leur donner le moyen d’y demeurer et d’y profiter ; il a voulu qu’ils y passasent [sic] neuf ans : trois en philosophie, trois au dogme, trois à la morale. On a tellement divisé les sujets qu’ils forment trois bandes ; chacune a son professeur, son directeur, sa classe, sa chapelle, son coridor, son tems pour aller à la campagne, ils n’ont aucune communication les uns avec les autres. On leur fournit les vêtemens qui sont noirs à parement[s] rouges, ceinture rouge, et deux bandelettes rouges qui pendent des épaules. Ils portent sur le cœur l’écusson du cardinal. On leur donne une certaine quantité de livres et leur titre clérical.

  • 12 La chiesa di S. Lazzaro, in cui fu tumulata la salma del card. Alberoni.
  • 6 Ms.: si je restois aggiunto.
  • 7 Ms.: donc aggiunto.
  • 8 Ms. : Nous aurions dû corretto su devions.
  • 9 Ms. : Strebia corretto da trebia.

11Les habitans de cette maison sont dans le plus bel ordre. Les jardins en sont vastes, les revenus en sont considérables. L’église12 en est très riche, la niche de l’exposoir est en argent massif, haute de six pieds, l’ostensoir est très haut. Les gerbes qui en font l’ornement sont en topaze et les raisins en rubis. Les ornemens en sont de la plus grande richesse et les tentures mi-parties en velours cramoisi et drap en or. Cette église est paroissiale. Les prêtres qui la desservent sont réunis à ceux de ce séminaire qu’on appelle collège de St Lazare et font avec eux le nombre de dix-sept. Nous pouvions séjourner longtems dans cette maison sans être à charge. Je sentois qu’il falloit donner du repos à nos chevaux, mais je voulois avancer mon chemin. La pluie étoit trop forte, je craignoi[s] de m’ennuyer si je restois6 ; j’avois laissé le missionnaire italien à Crémone. Je proposai aux deux François de faire reposer le mardi et le mercredi nos chevaux, de leur donner le rendez-vous pour le jeudi au soir à Voghera, où nous nous rendions après avoir vu Milan et Pavie. Nous prîmes donc7 le mardi une voiture à Plaisance et nous nous mîmes en chemin dans un carosse entièrement ouvert sur le devant. Nous aurions dû8 nous mouiller considérablement mais nous sûmes nous garantir. Nous traversâmes la Trebia9 et nous fûmes bientôt dans les terres de l’empereur. Les gardes voulurent absolument visiter tous nos effets, ils fouillèrent sans ménagement partout, tout fut pesé, tout paya des droits jusques aux reliques et aux bréviaires. Je ne pus y tenir, je laissai notre chanoine disputer sur la lettre de l’ordonnance, j’allai devant à pied cachant mon marasquin, et disant mon office. On eut beau montrer les sceaux de Rubiera, il fallut payer les droits et nous fûmes menacés de ne pas en être exempts à notre sortie.

12Pendant tout ce débat j’examinois le pais. C’est le Lodesan si renommé par ses fromages. Je vis la campagne couverte de riz et je compris que, parmi les eaux qui baignoient le pais, il y en avoit beaucoup d’autres que celles de la pluie. Je voyois passer de tems en tems d’immenses troupeaux de vaches accompagnées par des gardiens qui portoient sur les épaules une longue tresse de jonc extrêmement fourni pour les garantir de la pluie. Ces hommes sembloient des sauvages. Leur industrie n’étoit point déplacée. Il y avoit déjà quelque tems que j’avois remarqué cette sorte de parapluie.

13Pendant que je faisois mes remarques, notre voiture s’avança, notre chanoine me fit ses complaintes, je n’eus pas l’âme assez compatissante pour le consoler. Nous fîmes notre route vers Lodi où nous vîmes d’assez jolies églises, mais il ne nous parut pas qu’il y [eût] grand chose de remarquable ; il n’en sera pas ainsi de Milan. J’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 Nel 1785 la consistenza della popolazione di Padova era di 41.753 unità. Cfr. A. Schiaffino, La popolazione della terraferma veneta nella seconda metà del ’700 secondo le anagrafi, in AA.VV., La popolazione italiana nel Settecento cit., p. 178.

2 La festa dei tabernacoli, detta anche festa delle capanne, è una delle tre principali e più solenni feste tra gli ebrei. Si celebra in autunno dopo le raccolte.

3 Cfr. A. Pomello, Il Pontefice Pio VI a Verona, in Pro Verona, gennaio 1913, I.

4 Il ponte dei mulini andò distrutto durante i bombardamenti aerei del 1944. Esso costituiva un pittoresco e caratteristico ingresso alla città. Lungo il ponte coperto erano state collocate nel 1774 le statue del Redentore e degli Apostoli. Cfr. C. Ricci, Ponti coperti d’Italia o fiancheggiati, in RIASA, 1931, pp. 8-10.

5 Quasi certamente si tratta dell’edicola di Virgilio al Palazzo del Podestà.

6 Si tratta probabilmente dell’albergo Broletto, ora Locanda dei Cacciatori, il quale affaccia su Piazza Broletto e ha ancora un panificio sottostante, denominato ‘del voltone’, perché sotto una volta.

7 L’autore allude alla gramola a stanga, che consiste in genere in una tavola sulla quale viene compresso l’impasto mediante rulli, coltelli o una molazza.

8 Cfr. Borlandi, Il problema delle comunicazioni nel secolo XVIII, Pavia 1932 ; A. Serra, Ferrari e vetturini a Roma, Roma 1981, pp. 142-162.

9 La Casa della Congregazione della Missione di Cremona, fondata nel 1701, fu definitivamente chiusa nel 1810. Cfr. Cenni storici su la Congregazione, cit., p. 140.

10 Negli Stati asburgici Giuseppe II tentava con tutti i mezzi di accentuare l’autonomia delle strutture ecclesiastiche dalla curia romana, aiutato in questo suo disegno dai ministri Kaunitz e Cobenzl. L’Eyrard constaterà di persona a Pavia e a Cremona la già introdotta autonomia delle case della Missione dalle loro case madri. Cfr. Stuart J. Woolf, La storia politica e sociale, in Storia d’Italia, III, Torino 1973, p. 120.

11 Giulio Alberoni (1664-1752) fu primo ministro di Filippo V di Spagna e cardinale dal 1717. Col ricco patrimonio accumulato fondò il Collegio Alberoni a Piacenza, a ciò autorizzato da papa Clemente XII. Esso fu aperto il 28 novembre 1751 e tenuto dai Missionari. Cfr. G. F. Rossi, Cento studi sul card. Alberoni con altri studi di specialisti internazionali, I-IV, Piacenza 1978: in part. 1-382 (per l’opera dell’Alberoni a Piacenza) e 383-762 (per la storia del Collegio).

12 La chiesa di S. Lazzaro, in cui fu tumulata la salma del card. Alberoni.

Notes de fin

1 Ms. : et ne trouvoient ripetuto e cancellato.

2 Ms. : ce aggiunto.

3 Ms. : pour lors aggiunto.

4 Ms. : la frase à son retour d’Allemagne è aggiunta in calce alla pagine con nota di richiamo (1).

5 Ms. : si je restois aggiunto.

6 Ms.: si je restois aggiunto.

7 Ms.: donc aggiunto.

8 Ms. : Nous aurions dû corretto su devions.

9 Ms. : Strebia corretto da trebia.

Table des illustrations

Légende 17. N. D. Boguet, Il Palazzo del Quirinale e la torre delle Milizie, fine XVIII sec. (Roma, Istituto Nazionale per la Grafica, F.N. 5936).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Légende 18. R. Alberts, Veduta del Cortile di Palazzo Montecitorio, 1724 (Roma, INASA, Coll. Lanciani).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 485k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.