Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

22ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 23 août 1788

2Monseigneur,

  • 1 Ms. : On avoit corretto su Ils avoient.
  • 2 Ms. : On avoit corretto su Ils avoient.

3nous sortîmes le 24 de grand matin de notre mauvais gîte. Nous passâmes par Rovigo, et nous vînmes dîner dans une petite ville où l’on faisait la fête de la béatification de trois Récolets. On voyait dans une pauvre décoration un enthousiasme unique. On avoit1 fait des avenues en feuillages et papiers de couleur, des perspectives dans lesquelles on avoit2 représenté les Bienheureux en taille naturelle dans la gloire.

  • 3 Ms. : Les Récollets de la maison corretto su Ils cancellato.

4Les Récollets de la maison3 donnèrent un repas à plus de quatre-vingt[s] personnes. Nous avions rencontré dans notre voyage plusieurs petites voitures traînées par un seul cheval, qui n’avoient audessus de l’essieu qu’un siège tout au plus d’un pied en quarré dans leur base, si étroit qu’à peine une personne pouvoit s’y placer. Ils étoient tous sans couverture, de sorte que rien n’étoit plus leste que ces petits chars. Je n’en avois vu pas une part autant que dans ce lieu. Leur construction, la sculpture et la peinture les rendoient fort élégans.

  • 4 Ms. : nous cancellato.
  • 5 Ms. : sortir des corretto su passer les.

5Nous prîmes dans ce lieu tous les renseignemens pour nous rendre à Venise, et pour4 en revenir par une route courte, sûre et agréable. Nous apprîmes que tous les soirs vers huit heures, il partoit de Padoue une barque qui alloit sur une rivière qu’on a réduite en canal et qu’au bout de douze heures on pouvoit arriver à Venise, qu’une barque repartoit de Venise à huit heures du soir pour revenir dans douze heures à Padoue. Il eût fallu faire le mardi une forte demi-journée pour nous rendre à Fusine, village à l’extrémité du canal, prendre une barque pour sortir des5 Lagunes, passer la nuit à Venise, y séjourner le mercredi, revenir le jeudi à Padoue. En passant la nuit du lundi au mardi dans la barque, le mardi à Venise, la nuit du mardi au mercredi reprenant notre route vers Padoue, nous gagnions deux jours, nous épargnions nos chevaux. Nous nous décidâmes donc à passer deux nuits sur l’eau, quoique nous eussions été très maltraités à la dernière couchée.

  • 1 È il Prato della Valle, un largo spiazzo ricavato dal pantano della Valle, opera voluta nel 1775 d (...)
  • 2 Date le cattive condizioni dei fondi stradali, lungo la fascia brentana, i viaggiatori preferivano (...)

6Nous arrivâmes à Padoue par une rue très longue et très large, nous y vîmes une place immense1. Elle a un très grand canal en forme de fer à cheval, dont les bords sont garnis en très belles statues. Nous ne fîmes qu’y passer en nous hâtant de déposer notre voiture, nos chevaux et notre bagage. Nous les laissâmes à la garde de notre domestique, nous prîmes un bonnet, notre bréviaire, notre manteau et nous nous acheminâmes vers le port2. La barque ne partoit point encore, les passagers étoient répandus dans les caffés et dans les auberges, tout étoit dans le plus grand silence aux environs. Nous prîmes place sur un banc, mais comme la lune parut bientôt après notre départ, nous voulûmes considérer les bâtimens que nous trouverions sur notre chemin. Cependant, vaincu par le sommeil, je cherchois un coin dans lequel je pusse me reposer et j’attendis l’aurore enveloppé dans mon manteau. Lorsqu’elle parut, je découvris Fusine. En avançant j’apperçus les Lagunes et bientôt Venise au lever du soleil. Ce coup d’œil me parut extrêmement triste. Nous entrâmes dans les Lagunes, c’est à-dire dans un espace immense couvert dans sa majeure partie de deux ou trois pieds d’eau qui baisse et qui s’élève selon la marée. Je vis une longue suite de guides en bois qui fixent exactement les passes. Bientôt des gondoliers vinrent à nous, et s’offrirent de nous porter à très bon compte. Je ne voulus point accepter leur offre, mais bientôt après notre barque, ne trouvant pas assez d’eau, échoua. Ce fut plutôt par intérêt que par ignorance. Les patrons des barques sont quelquefois bien aise de cet échec afin de faire prendre des gondoles.

  • 6 Ms. : pontée corretto su portée-, defendue par aggiunto.

7Ces gondoles sont de petits bateaux longs à peu près de vingt à vingt-cinq pieds, tout au plus larges de cinq. La proue est extrêmement allongée et pontée, défendue par6 une grande pièce de fer très poli à dents tranchantes beaucoup plus longues que celles d’une crémaillère. Elles tiennent lieu de figure. Sur le milieu s’élève à peu près à cinq pieds d’eau un quarré à peu près comme la caisse de nos carrosses, il est couvert et doublé d’étoffe noire avec des houpes et des cordons de même couleur. Il n’y a point de siège sur le devant ; celui du fonds est très large, ceux des côtés sont très étroits et ils sont tous de marroquin noir. Il y a des coulisses garnies de glaces et des petits treillages. Il fallut se réduire à prendre un bateau à peu près dans ce goût qui vint au-devant de nous, et se réunir à plusieurs autres passagers. Ce n’étoit pas amusant de se voir en pleine mer ayant encore plus de deux mille[s] à faire. Il fallut prendre patience.

  • 7 Ms. : Samazar.

8A mesure que nous avançâmes le spectacle devint plus agréable. Le soleil dissipa quelque foible nuage. Venise se montra, et nous étions très près de quelques petites isles qui en sont détachées et qui sont entièrement bâties. Si les payens eussent connu ce bel assemblage, ils en auraient fait les palais de leur Neptune et de leur Thétis comme Sannazar7 a su depuis faire parler ce faux Dieu jaloux de la gloire de Rome :

  • 3 L’epigramma sannazzariano in Opera omnia latine scripta, Venetiis MDCXXI, pp. 154-155. È anche cit (...)

Viderat [H]adriacis Venetam Neptunus in undis
Stare urbem, et toto ponere iura mari.
Nunc mihi Tarpeias quantumvis Iupiter arces
objice, et illa tui moenia Martis, ait,
si pelago Tybrim praefers, urbem aspice utramque
illam homines dices, hanc posuisse Deos3.

9Nous fûmes bientôt accostés par des gens de la douanne qui vinrent chercher leurs droits. Ils furent étonnés de ne rien trouver. Plusieurs petits esquifs vinrent successivement, ils eurent le même sort. Il n’y a ni barrière ni porte. On peut y aborder de presque toutes les maisons, ainsi on envoye des gardes en mer, afin d’éviter la maltote. Ils s’escrimèrent à nous crier casseta, casseta, casseta, nous répondîmes niente, niente, rien. Bientôt après nous touchâmes les bords de Venise. L’impatience de mes compagnons ne nous permit pas de côtoyer. Nous marchâmes près de demi-heure pour nous rendre vers l’endroit où nous devions nous rembarquer le soir. Pendant ce tems-là nous eûmes le tems de voir en gros l’intérieur de la ville. Nous avions trois lettres de recommandation. Nous lûmes très mal la première adresse. Une bévue fut cause que nous prîmes une gondole pour aller aux Philippins. Il nous fallut faire quelque pas. Ces Messieurs connaissoient la personne a qui nous étions adressés. Ils envoyèrent chez elle, en attendant la réponse nous célébrâmes la Messe. Ces Messieurs nous firent voir l’oratoire dans lequel on s’assemble pour les exercices spirituels. Ils nous offrirent leurs services et nous servirent à merveille. Ils nous donnèrent pour nous conduire un jeune vénitien plein d’esprit et de religion, d’une politesse rare et d’une activité unique. Ils employa tous ses talens pour nous obliger. Il ne nous quitta que le soir, lorsqu’il fallut s’embarquer.

10Nous fîmes nos courses à pied, partie en gondole. Ces voitures se retrouvent partout, il y en a plus de mille au service des voyageurs. Les gondoliers font aller leurs nacelles très vite, ils se tiennent à une extrémité, et manient si bien la rame qu’ils passent à côté les unes des autres sans se choquer. Ils ont deux cris qui leur servent de signal, de façon que leur manœuvre est toujours sûre.

  • 4 Andrea Memmo, savio del Consiglio e senatore nel 1769, nel 1771 provveditore a Padova, nel 1785 pr (...)

11Après que j’eus traité quelque petite affair[e], j’entrai dans des rues très étroites à la hauteur de 20 pieds ; des cordes traversoient d’un côté à l’autre et portoient un écusson de deux pieds à la distance tout au plus de cinq à six pieds. J’en demandai la cause, on me dit que c’était à l’occasion de la réception qu’on avoit faite la veille à monsieur André Lemmo [sic] procurateur de St Marc4 [fig. 19]. On me fit remarquer dans chaque boutique son portrait peint ou gravé, garni de toute sorte de décoration selon l’état de chaque commerçant. Le marchand de soie l’avoit décoré de plusieurs riches étoffes en or et en argent, le bijoutier de pierreries, le marchand de mode de fleurs artificielles etc. Peu de tems après je rencontrai Monsieur Lemmo lui-même, en habit de cérémonie, suivi de plusieurs personnes de robe, tous à pied, allant saluer chaque marchand l’un après l’autre ; chacun l’attendoit sur sa porte avec un petit compliment qui paroissoit dicté par le cœur. Les honnêtetés réciproques, que je vis dans ce moment, me donnèrent une grande idée de la sagesse et de l’égalité qui règne dans le gouvernement de Venise.

12J’allai voir les deux célèbres places de St Marc. L’église, le palais du Doge, toute l’architecture est d’un beau gothique ; le palais est immense, garni de beaux tableaux. On ne peut s’empêcher de rire en voyant les gens de robe de cette ville, vêtus comme les nôtres, portant de longues perruques à la pontchartrine, à cheveux blonds, presque crêpées couvertes de poudre. Cette immense chevelure factice qui tourne à proportion des têtes représente assez nos polichinelles. Je pénétrai dans les salles, j’y vis trois magistrats gravement assis qui écoutoient, avec le plus grand sang froid, les disputes les plus vives de deux procureurs qui se donnoient des démentis, et qui se disoient des injures à plein gosier.

13En parcourant Venise je n’eus pas de peine à croire qu’elle fut composée de plus de quatre cens isles réunies par cinq cens petits ponts. Les canaux sont assez étroits, quelques-uns sont bordés de trotoirs, quelques autres n’en ont pas. Les deux plus grands sont le Canal de Reggio et le grand canal. Celui-ci partage la ville en deux parties presque égales et forme une très jolie rivière sur laquelle est le beau pont de Rialto. J’allai voir différentes isles, entre autres celle de Murano où l’on fait les glaces ; elle est à deux mille[s] de Venise. Je vis de cette manière tout l’extérieur de cette ville et de son arsenal. Je ne vous en donne point une description parce qu’une lettre ne suffit pas, il y auroit certainement de grandes choses à dire sur la régularité de deux places dont le coup d’œil est très imposant, sur l’église de St Marc qui a un air d’antiquité dont on ne rend point l’idée, sur la bibliothèque et tous les autres bâtimens publics. Venise ne ressemble à aucune autre ville que j’aie vue. Son gouvernement, son commerce, sa position, ses mœurs sont entièrement différens. Les hommes de quelque état ne sortent jamais sans manteau, ils le portent blanc en été, rouge en hiver. Les manteaux d’été sont presque tous de soie fort légère, mais fort amples, ils les portent comme ceux que nous avons à cheval. On [n]’y voit presque point de porteur, pas un carosse, pas une bête de charge.

14Les magistrats, seuls dans leur gondole bien fermée, ne font point de fracas ; on n’y voit aucune distinction parce que leurs voitures sont toutes égales. Tout y est si bien réglé qu’il n’y a aucune dispute pour ce qui concerne les voitures. Il y a plusieurs boîtes dans lesquelles on va porter les dénonciations ; cette précaution a ses avantages. Les Albanois se font presque justice eux-même sur leurs camarades. Je les ai vus se donner sans façon des coups de plat de sabre. On y est si accoutumé qu’on ne s’en formalise pas.

  • 8 Ms. : s’en procurer corretto su en trouver.

15J’avois imaginé depuis Ancone que je trouverois facilement du marasquin. Tout le monde m’avoit dit que, pour s’en procurer8, il falloit aller à Venise. Je voulois en faire une petite provision pour quelque présent. J’en demandai à l’auberge, chez des liquoristes et dans des caffés, personne ne le connoissoit. Un de mes compagnons vouloit absolument que je n’y pensasse plus ; mais à la fin j’en trouvai dans une maison où l’on reçoit des Dalmates. Nous n’en pûmes prendre que fort peu. Nous gardâmes l’adresse qui vraisemblablement nous sera inutile par la difficulté qu’il y a de fair[e] transporter en France cette liqueur. J’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 È il Prato della Valle, un largo spiazzo ricavato dal pantano della Valle, opera voluta nel 1775 dall’allora podestà Andrea Memmo su disegno di Domenico Cerato.

2 Date le cattive condizioni dei fondi stradali, lungo la fascia brentana, i viaggiatori preferivano servirsi della via fluviale (che da Padova portava a Lizza Fusina), seppure relativamente più lenta.

3 L’epigramma sannazzariano in Opera omnia latine scripta, Venetiis MDCXXI, pp. 154-155. È anche citato in Misson, op. cit., p. 89.

4 Andrea Memmo, savio del Consiglio e senatore nel 1769, nel 1771 provveditore a Padova, nel 1785 procuratore di S. Marco.

Notes de fin

1 Ms. : On avoit corretto su Ils avoient.

2 Ms. : On avoit corretto su Ils avoient.

3 Ms. : Les Récollets de la maison corretto su Ils cancellato.

4 Ms. : nous cancellato.

5 Ms. : sortir des corretto su passer les.

6 Ms. : pontée corretto su portée-, defendue par aggiunto.

7 Ms. : Samazar.

8 Ms. : s’en procurer corretto su en trouver.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540