Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

20ème Lettre

Texte intégral

  • 1 Stessa data della lettera precedente.

1Toulouse le 26 juillet 17881

2Monseigneur

  • 1 La costruzione della Basilica di Loreto, iniziata nel 1468 si è giovata della collaborazione di va (...)
  • 2 Sotto la cupola della Basilica si trova l’edificio che la Relatio Teramani indicava come la casa d (...)
  • 3 Una inferriata d’argento orna tuttora la finestra occidentale della cappella. La finestra fungeva (...)
  • 2 Ms. : autre corretto su autel.
  • 4 La cappella era divisa in due parti. Il santo camino : dall’altare alla parete orientale, praticam (...)
  • 5 La statua, attribuita un tempo a s. Luca, forse opera umbro-marchigiana del XIII-XIV sec., fu dist (...)
  • 6 Il rivestimento marmoreo, voluto da papa Giulio II, è stato realizzato su disegno di Donato Braman (...)
  • 7 Le sibille, tutte scolpite da G. Della Porta tra il 1570 e il 1573, sono dieci e altrettanti sono (...)

3L’église de Lorète1 est belle, grande, bien proportionnée ; elle forme une belle croix latine, elle a des bas-côtés ; au milieu de la croix et au-dessous d’un joli dôme est la sainte maison2 : c’est un vieux bâtiment en brique d’environ trente pieds de long sur quinze de large, et dix-huit de hauteur. Les murailles en sont très fumées. Sur la longueur, aux quatre extrémités, sont des portes ; les deux qui sont du côté du couchant sont ordinairement ouvertes pour laisser entrer et sortir ceux qui viennent visiter les saints lieux. Une grande croisée est au couchant du bâtiment, elle est fermée par un très gros grillage en argent3 qui tient la place d’un tableau pour le maître-autel de la Nunciata qui y est adossé. Dans le fond de cette case est une petite cheminée et, à chaque extrémité, sur la longueur du bâtiment, deux portes ; celle qui regarde le nord est murée. On ouvre l’autre2 lorsqu’on veut faire considérer une partie des richesses et des reliques qu’on y garde. Au-delà de deux portes, et sur la largeur, est une grande grille en argent qui forme une séparation4. L’espace qui se trouve entre la grille et la cheminée est tout au plus de cinq pieds de large. On voit par cette grille la statue de la Ste Vierge et une partie des riches présens qu’on a faits. Au-bas de cette grille est l’autel de la Sainte-Case ; c’est là que les fidelles vont satisfaire leur dévotion. Cette petite maison, toute pauvre qu’elle est, renferme de très grandes richesses qui paraissent très peu dans l’obscurité. On voit au-dessus de la cheminée une statue de la Ste Vierge5 qu’on dit de bois de cèdre ornée de pierres précieuses. L’enfant Jésus qu’elle porte est très bien décoré. Leurs couronnes, qu’on dit être un présent de Louis XIII, sont en or chargées de pierreries. Il y a plusieurs lampes soit dans la chapelle soit dans la partie qui en est séparée par la grille. Celles qui sont auprès de la statue sont en or. La niche est revêtue d’or, il y a plusieurs statues très précieuses. L’ex-voto qui représente un ange qui offre à la Vierge Louis XIV naissant a, dit-on, pour 36 marcs d’or qui est le poids réel du jeune prince. Cette maison est revêtue de marbre6, ornée de grands bas-reliefs et l’architrave qui règne autour est soutenue par des colonnes entre lesquelles des statues de Prophète[s] et Sybille[s] ont leur place7. Les chambranles des portes sont couverts d’argent, le pavé m’a paru de marbre.

  • 8 Le guardie, dette Cavalieri Lauretani, avevano il compito di vigilare sulla sicurezza della Santa (...)
  • 9 Tipico uso dei penitenzieri delle basiliche romane, che per privilegio fu esteso anche ai confesso (...)

4Lorsque j’y allai il y avoit des gardes8 aux portes. Aussitôt qu’une messe étoit finie un ecclésiastique frappoit doucement avec une baguette sur l’épaule de ceux qu’il vouloit faire sortir9. On obéit à l’instant. De nouveaux fidelles reparoissoient pour entendre la messe. Je m’étois rendu à cinq heures et demy, je ne pus célébrer qu’à onze. On inscrit ceux qui veulent dire la messe, et ceux qui l’ont dite. Il y a une sacristie exprès pour cette chapelle, une autre pour le service de l’église, peut-être encore une pour les chanoines qui sont en grand nombre. Leur chœur est par côté, de façon que rien ne borne la vue de [la] Sainte Case.

  • 3 Ms. : La frase da à force a devotion aggiunta.
  • 10 I religiosi al servizio del santuario sono stati : 1489-1515 i carmelitani ; 1554-1773 i gesuiti ; (...)
  • 11 Si tratta del collegio illirico, per la cui storia cfr. Archivio Storico della S. Casa di Loreto ( (...)

5Plusieurs princes ont des aumôniers dans cette église, plusieurs religieux ont des hospices dans la ville ; mais ce temple est le seul endroit où l’on puisse célébrer la messe publiquement. Il y a des pénitenciers pour toute[s] les langues ; tous ces prêtres disent la messe ; jugez du nombre des consécrations qu’on y fait. On voit souvent vingt prêtres à l’autel. Ils y paroissent avec beaucoup de recueillement. Il peut bien se faire que quelques personnes y viennent pour leur plaisir ou par curiosité, mais je suis bien certain qu’on y paroît bien recueilli. Plusieurs pèlerins se rendent à pied ; ils chantent les litanies de Lorète ; plusieurs fois avant d’arriver à l’église, ils en baisent le pavé et les murailles. Plusieurs parcourent à genoux les marches qui sont autour de la Sainte Case. On en voit des traces très profondes. On prétend même que ce pavé ne dure pas longtemps à force d’être froté par dévotion3. Ces bonnes gens se confessent et paroissent de la meilleure volonté. Les Cordeliers ont succédé aux Jésuites10, mais ils ne sont pas les seuls, car j’ai vu au moins un récolet espagnol. Ces pères sont logés dans un très grand corps de logis attenant à l’église. Des Dalmates, qui ont succédé à ceux qui servoient la Sainte maison en Dalmatie, y ont aussi un collège11. Tous ces prêtres procurent beaucoup d’aumônes aux pèlerins de toutes les nations.

  • 12 Sala del Tesoro, detta oggi anche del Pomarancio, fu fatta erigere da Clemente VIII nel 1598. Fu s (...)
  • 13 Luisa di Lorena-Vaudémont (1553-1601).

6La salle du trésor12 renferme des richesses immenses. Il y a de grandes statues en argent, des bijoux, des vases, dont la liste est surprenante. Ce que j’ai surtout remarqué, c’est une grande étoile en or, ornée de trente-cinq grosses perles, huit diamans, dix rubis et seize opales, dont le centre est une grosse émeraude taillée en cœur, entourée de six rubis et de neuf diamans ; l’inscription porte qu’elle a été offerte par Louise, épouse de Henri III, roi de France et de Pologne, en 159813. Le colier de la toison d’or de Philippe IV, roi d’Espagne, plus merveilleux encore par le travail que par le grand nombre de diamans dont il est couvert ; un cordon de chapeau d’un duc de Bavière, formé de deux cens vingt-quatre diamans. Tant de richesses sont bien capables de tenter l’avarice. Aussi Sixte-Quint a fait fortifier cette ville pour la garantir des insultes des corsaires Turcs qui pourraient bien, comme autrefois Mahomet II et Selim, faire des efforts pour la piller. On y conserve dans deux grandes armoires un très grand nombre de stilets de différentes espèces qui furent remis volontairement par des assassins à un bon capucin qui les avoit tous convertis. Ce que les loix n’auroient pu arrêter, ce que les politiques n’auroient pu concevoir est réservé à la parole de Dieu, qui fait des hommes décidément méchans, autant de pénitens décidés. Si l’on demandoit des miracles dans l’ordre moral, ce fait une fois prouvé nous donnerait la preuve qu’il en existe.

  • 14 Cfr. Gaquère, op. cit., p. 284.
  • 15 Giuseppe Garampi (1725-1792), cardinale dal 1785, inviato diplomatico in Germania e nunzio in Polo (...)

7Nous revînmes tous harassés dans notre logis après avoir fait quelques visites chez les marchands de bijoux de dévotion. Mon postillon étoit très malade, je résolus cependant de partir en le faisant mettre dans notre voiture. L’ancien confesseur de Benoît-Joseph Labre14 nous envoya des présens et nous invita à venir prendre le caffé chez lui. Nous acceptâmes son offre, il nous fit voir bien des choses et nous tint les propos que j’ai raportés sur le compte de son vénérable pénitent. Nous n’allâmes voir aucun prélat parce qu’il nous tardoit de partir. J’avois assisté à la messe du cardinal Garampi15, c’est le seul que j’aie vu à Lorète. Les attentions qu’eut pour nous le pénitencier furent cause que nous partîmes beaucoup plus tard que ce que j’avois projetté. Nous prîmes la route d’Ancône dans l’intention de nous arrêter lorsque nous aurions fait à peu près notre demi-journée. Nous marchâmes assez en avant dans la nuit. Nous demandâmes à une certaine distance une auberge. On nous dit que nous avions encore deux mille[s] à faire avant d’en trouver une. Nous rencontrâmes enfin une maison isolée qui donnoit sur trois grands chemins. Nous demandâmes le couvert, on nous souhaita bonsoir en italien, et on nous ferma le guichet. Nous ne savions où donner de la tête ; seuls, dans un pais inconnu, avec un domestique malade, nous imaginions que la ville d’Ancône n’étoit pas bien loin, mais nous ne voulions pas y entrer parce que nous savions bien qu’on employeroit beaucoup de tems à visiter nos malles et qu’il faudrait encore en payer la sortie et les faire plomber. Nous avions beau crier que nous étions trois prêtres, que nous avions une voiture, que nous ne demandions qu’à nous mettre à l’abri, on ne voulut pas absolument nous exaucer. Nous fûmes heureusement entendus par un détachement de soldats que le gouvernement avoit envoyés pour la sûreté des chemins. Ils allèrent avertir l’aubergiste que nous n’étions point des gens à pied, comme il le croyoit. On vint nous ouvrir, on nous fit mille excuses ; on nous donna le logement que des têtes couronnées avoient occupé. Des pèlerins qui auraient voyagé par dévotion auraient été réduits à coucher sub dio [sic].

15. G. Vasi, Veduta del Palazzo della Sapienza, 1750 ca. (Roma, Gabinetto Comunale delle Stampe).

16. N. Vleughels, Ragazza romana dotata per essere maritata o farsi religiosa, 1730 ca. (New York, Coll. Suida-Manning).

  • 16 Cfr. Lalande, op. cit., VI, p. 318.
  • 17 È la Porta Pia, dal nome di Pio VI che la fece costruire sul finire del Settecento su disegno di F (...)
  • 18 Nel 1569 gli Ebrei erano stati espulsi da tutte le città dello Stato Pontificio, ad esclusione di (...)
  • 19 Le statue rappresentano la Carità, la Giustizia, la Fortezza e la Speranza.

8Nous nous aperçûmes le lendemain matin que nous n’étions pas éloignés d’Ancône. Nous n’avions pas besoin de passer par cette ville, mais nous fûmes bien aise de la voir, parce que c’est le plus joli port de mer des états du pape16. J’y donnai un coup d’œil, elle me parut assez vivante. On y fait une très belle porte17. Elle a un très beau lazaret. Les Albanois ou Dalmates y possèdent une église, et les Juifs une synagogue18. Cette ville a quelques belles statues19 à la loge des marchands, mais il s’en faut de bien qu’elle soit aussi vivante que nos ports de France. Pie VI y fait faire beaucoup d’ouvrages ; il y fait employer utilement les forçats. Nous revînmes à notre auberge. Les bonnes façons qu’on eut pour nous réparèrent les mauvais traitemens de la veille. Nous prîmes notre route vers Sinigaglia. Nous côtoyâmes la mer pendant tout le tems. Nous eûmes le plaisir pendant une partie du chemin de voir paraître et disparaître souvent sur la surface de l’eau un très gros poisson qui faisoit la même route que nous. Il avoit à peu près la forme d’un dauphin. La plage nous parut très pauvre ; mais les campagnes que nous avions à gauche sont très riantes. Nous nous présentâmes à la porte de la petite ville de Sinigaglia. On voulut absolument visiter nos malles afin, disoit-on, de les plomber. Nous répondîmes que nous ne faisions que traverser la ville, on nous dit que nous ne passerions pas sans qu’on vît à la douanne ce que nous portions. Pour éviter cette corvée nous rebroussâmes chemin. Nous fîmes faire le tour de la ville à la voiture ; deux jeunes Servîtes accompagnèrent les messieurs qui étoient avec moi, un autre voulut bien se donner la peine de me conduire. La porte par laquelle je passai étoit dédiée à St Paulin évêque de Nole. Je trouvai la ville fort petite, mais fort agréable parce qu’elle est joliment bâtie et bien allignée. Sur le côté qui regarde Rimini, elle a un canal qui communique à la mer et qui devient l’apport des pêcheurs après leur pêche, et leur asyle dans les gros tems. Il est bordé de très beaux portiques très commodes pour les foires qui sont très célèbres aux environs.

  • 4 Ms. : brillant aggiunto con nota di richiamo R.
  • 20 Giuseppe Doria Pamphili (1751-1816), cardinale legato di Urbino dal dicembre 1785, già nunzio ordi (...)

9Nous prîmes le lendemain notre route vers Pezaro. J’y rendis visite à l’ancien nonce de France, actuellement cardinal Doria Pamphili, légat dans le duché d’Urbin que j’avois vu autre fois brillant4 à Paris20, par les insignes qu’il portoit, et qui ne retenoit en Italie que la seule marque de l’ordre de La Conception. Il avoit toute la suite et les prérogatives d’un petit souverain. Je le quittai après une conversation assez longue. Je ne voulus pas m’arrêter, parce que je pensois qu’on comptoit bien impatiemment les jours de mon absence. J’allai coucher à la Catholica, bourgade ainsi appellée parce que l’an 359 les ortodoxes qui se retirèrent de Rimini protestèrent fortement contre le Concile et les Ariens. On m’avoit dit qu’on conservoit dans ce lieu du poisson très fraix pour en régaler les voyageurs dans tous les tems. J’en vis effectivement une assez bonne quantité qu’on tira de dessous la neige et qu’on y raporta aussitôt qu’on me l’eut fait voir. Comment dans ces mauvais villages a-t-on dans ce genre plus de précaution qu’on en a dans les plus grandes villes ?

  • 21 Rimini era stata colpita da un forte terremoto il 25 dicembre 1786.

10Nous arrivâmes le lendemain à Rimini. Cette ville fameuse dans l’histoire ecclésiastique par son faux Concile conserve encore quelque marque d’ancienneté. Elle est plus connue par la quantité de poisson qu’elle fournit au loin que par ses disputes scholastiques. En la parcourant, des barraques de bois à peu près comme celles de foire me firent croire qu’il y avoit des restes d’une assemblée de marchands ; mais on m’apprit que toutes ces cabanes étoient le refuge de plusieurs habitans qui ne se croyoient point en sûreté dans leurs maisons à cause des fréquens tremblemens de terre21. Les appuis qu’on avoit faits à la plupart des maisons nous firent juger que les dernières secousses avoient été très violentes et nous apprîmes que plusieurs personnes au loin en avoient été épouvantées. Ainsi de tems en tems Dieu nous avertit du néant des choses du monde. J’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 La costruzione della Basilica di Loreto, iniziata nel 1468 si è giovata della collaborazione di vari artisti, come Giuliano da Maiano, Baccio Pontelli, Giuliano da Sangallo, il Bramante, il Sansovino e il Vanvitelli.

2 Sotto la cupola della Basilica si trova l’edificio che la Relatio Teramani indicava come la casa della Madonna.

3 Una inferriata d’argento orna tuttora la finestra occidentale della cappella. La finestra fungeva quasi da icona per l’altare dell’Annunziata, perché, secondo antiche memorie, era considerata la finestra dell’angelo.

4 La cappella era divisa in due parti. Il santo camino : dall’altare alla parete orientale, praticamente la parte posteriore dell’altare ; e la santa cappella : la parte antistante l’altare, dove sostavano i fedeli in preghiera. Una grata d’argento, sovrastante l’altare, separava le due parti come si può vedere in varie incisioni anteriori al 1797, anno in cui fu asportata per non essere più ripristinata.

5 La statua, attribuita un tempo a s. Luca, forse opera umbro-marchigiana del XIII-XIV sec., fu distrutta nell’incendio del 1921 e sostituita da una scultura di Leopoldo Caiani. A S. Salvatore in Lauro a Roma esiste un’antica copia della Madonna di Loreto.

6 Il rivestimento marmoreo, voluto da papa Giulio II, è stato realizzato su disegno di Donato Bramante.

7 Le sibille, tutte scolpite da G. Della Porta tra il 1570 e il 1573, sono dieci e altrettanti sono i profeti, opera di vari autori, posti nelle nicchie inferiori in modo simmetrico.

8 Le guardie, dette Cavalieri Lauretani, avevano il compito di vigilare sulla sicurezza della Santa Casa.

9 Tipico uso dei penitenzieri delle basiliche romane, che per privilegio fu esteso anche ai confessori lauretani. Esso cessò nel 1934, con la partenza dei frati conventuali da Loreto.

10 I religiosi al servizio del santuario sono stati : 1489-1515 i carmelitani ; 1554-1773 i gesuiti ; 1776-1934 i frati conventuali ; attualmente il santuario è affidato ai frati cappuccini.

11 Si tratta del collegio illirico, per la cui storia cfr. Archivio Storico della S. Casa di Loreto (Inventario a cura di F. Grimaldi).

12 Sala del Tesoro, detta oggi anche del Pomarancio, fu fatta erigere da Clemente VIII nel 1598. Fu spogliata da Napoleone nel 1797 a seguito dei trattato di Tolentino. Cfr. Archivio di Stato di Roma, « Contribuzioni francesi ».

13 Luisa di Lorena-Vaudémont (1553-1601).

14 Cfr. Gaquère, op. cit., p. 284.

15 Giuseppe Garampi (1725-1792), cardinale dal 1785, inviato diplomatico in Germania e nunzio in Polonia e a Vienna.

16 Cfr. Lalande, op. cit., VI, p. 318.

17 È la Porta Pia, dal nome di Pio VI che la fece costruire sul finire del Settecento su disegno di Filippo Marchionni.

18 Nel 1569 gli Ebrei erano stati espulsi da tutte le città dello Stato Pontificio, ad esclusione di Roma e di Ancona. Cfr. R. Elia, Ricordi del Tempio di Ancona, in Scritti sull’ebraismo in memoria di Guido Bedarida, Firenze 1966, pp. 71-76 ; G. Laras, Notizie storiche e prammatica degli ebrei di Ancona nel sec. XVIII, ibid., pp. 87-93.

19 Le statue rappresentano la Carità, la Giustizia, la Fortezza e la Speranza.

20 Giuseppe Doria Pamphili (1751-1816), cardinale legato di Urbino dal dicembre 1785, già nunzio ordinario a Parigi dal 1773 al 1785, su nomina di Clemente XIV.

21 Rimini era stata colpita da un forte terremoto il 25 dicembre 1786.

Notes de fin

1 Stessa data della lettera precedente.

2 Ms. : autre corretto su autel.

3 Ms. : La frase da à force a devotion aggiunta.

4 Ms. : brillant aggiunto con nota di richiamo R.

Table des illustrations

Légende 15. G. Vasi, Veduta del Palazzo della Sapienza, 1750 ca. (Roma, Gabinetto Comunale delle Stampe).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Légende 16. N. Vleughels, Ragazza romana dotata per essere maritata o farsi religiosa, 1730 ca. (New York, Coll. Suida-Manning).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540