Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

19ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 26 juillet 1788

2Monseigneur,

  • 1 Ms. : pauvre cancellato.

3dès le grand matin 10 septembre, nous nous disposâmes à quitter Rome. La fièvre donnoit quelque relâche à notre domestique, nos chevaux prenoient courage, je hasardai de partir, quoique les roues de notre voiture fussent en mauvais état. On nous chargea de provisions pour nous rendre plus supportables les mauvais gîtes que nous pourrions trouver sur la route. Nous fîmes nos adieux et nous tournâmes pour toujours le dos à Rome. A peine en fûmes-nous sortis que nous trouvâmes des campagnes désertes. On nous menaça du même désagrément pendant quelque tems. La première auberge fut un trou, notre couchée fut à Rignano. Quelques maisons blanches qui paroissoient de loin sur la côte nous faisoient croire que ce lieu fût de quelque conséquence, mais ce bourg nous parut si1 misérable que nous en fûmes saisis de douleur. Nous voulions aller plus loin, car il nous restoit une heure de jour, mais la crainte d’errer à l’aventure nous fit accepter le misérable taudis que nous trouvâmes.

  • 2 Ms. : du lieu cancellato.

4Un de mes compagnons de voyage, voulant prendre l’air du côté le plus élevé, rencontra des chanoines du lieu qui l’accostèrent. J’allai les joindre ; le plus vieux voulut absolument nous conduire dans son jardin pour nous y faire goûter du vin de sa vigne. Il envoya son neveu chercher quelques gâteaux, d’autres chanoines2 vinrent faire debout leur petit souper avec de la salade sans assaisonnement. Ils vouloient absolument nous faire boire. Cette scène nous parut fort singulière ; mon second compagnon arriva, on nous pressa davantage. Nous nous regardions tous trois ne sachant quel parti prendre. On nous sollicita avec tant de bonhominie [sic] qu’il fallut boire. Ils parurent avoir bien du plaisir de nous avoir faits refraîchir ; ils nous dirent qu’ils vouloient adoucir la mauvaise nuit, que nous allions passer. Ils nous recommandèrent de ne dormir que très peu. Les étrangers qui habitèrent le même logis firent à peine rafraîchir leurs chevaux et ne se couchèrent pas, tant ils craignoient le mauvais air.

  • 1 L’identificazione di Civita Castellana con Veio non è esatta, in quanto essa sorse sul luogo dell’ (...)

5Nous partîmes de bon matin pour Civita Castella[na], ville des anciens Veyens1 ; nous y arrivâmes de bonne heure. J’eus la précaution de faire changer les roues de ma voiture. Pendant le tems qu’y mirent les ouvriers, nous causâmes avec quelques prêtres. J’eus occasion de m’arrêter chez un marchand toilier, mercier, apoticaire, et caffetier, il nous dit qu’il avoit reçu chez lui l’Empereur, qu’il lui fit du caffé sans le connoître. S’il ne le traita pas mieux que nous, l’Empereur a bien dû s’en amuser ; car jamais gargotier n’a aussi bien réussi à donner une idée de sa mal-adresse. Je doute que le domestique grossier, dont St Paulin parle à Sulpice Sévère, eût été le dernier, s’ils avoient fait ensemble leur apprentissage.

  • 2 Cfr. G. Bragazzi, Compendio della storia di Foligno, Foligno 1858.
  • 3 Cfr. Bragazzi, op. cit., pp. 12 e 136-138 ; Misson, op. cit., I, p. 329.
  • 4 Misson, op. cit., III, p. 190, dice che Foligno era vantata « par ses excellentes dragées », anche (...)
  • 3 Ms. : vineux aggiunto.

6Notre auberge étoit la seconde du lieu, bien différemment pourvue qu’un hôtel voisin, dont on vint nous détailler les apprêts. Ils nous parurent bien mesquins lorsque nous apprîmes qu’on y attendoit le Cardinal d’York qui alloit à Boulogne. Ces pauvre gens s’étoient peut-être pourvus de fort loin. Us reçurent le Cardinal comme ils purent. Il n’y séjourna pas longtems ; car ses voitures nous atteignirent bientôt. Elles étoient traînées par des chevaux de poste que ses propres domestiques conduisoient. Je ne sçais si c’est un privilège que les cardinaux ont dans les états du Pape, mais je suis sûr du fait. La route devint moins désagréable. Nous respirâmes le bon air aux vignes de Narni, nous passâmes par Terni, Spolète et Foligni2. Nous ne trouvâmes dans cette dernière ville ni manufacture de soie3, ni confitures, comme les géographes l’annoncent. Quelque traducteur aura pris le mot italien confecti par lequel on exprime des dragées4, pour celui de confiture. Je fus jaloux de vérifier le fait. On ignore même dans ce lieu qu’on prépare des fruits vineux3 avec du sucre.

  • 5 È seducente l’ipotesi che possa trattarsi del celebre quadro di Raffaello ‘La Madonna di Foligno’. (...)

7Ces villes veulent avoir leurs curiosités comme celles du premier ou du second ordre. Je ne me souciois guère de les voir, mais notre chanoine étoit avide de tout. J’allai par complaisance avec lui chez des Clarisses voir leur tableau du maître-autel qu’elles conservent précieusement sous un rideau5. Le grotesque de son sujet, l’incorrection de son dessein, l’altération de ses couleurs me firent regarder ce qu’on en dit de merveilleux comme une attrape. Je sortis brusquement et je laissai le chanoine à la discrétion de son cicerone. Les coeffures des femmes du bas étage de ce pais là, varient à très peu de distance. A Foligni elle portent sur la tête une grande feuille de carton plat avec un grand volume de toile et de grosse dentelle qui pendent sur l’épaule. Lorsqu’elles veulent porter quelque fardeau, elles jettent toutes leurs coeffures [sic] en arrière et ne la soutiennent que par un petit ruban de fil qui passe sous leur menton.

  • 6 Il valico della Somma è a m. 646 sul livello del mare ; si tratta della « plus haute des montagnes (...)
  • 7 Serravalle di Chienti, piccolo centro della provincia di Macerata, a pochi chilometri da Foligno. (...)

8Nous avions passé la Summa6 qu’on regarde comme la plus haute montagne des Apennins. Elle ne paroît pas absolument rude. Je crus que nous n’aurions presque plus à monter ou descendre, point du tout ; il nous fallut prendre des chemins très rudes lorsque nous fûmes sortis de Foligni. La nuit alloit nous surprendre sur la hauteur lorsque nous vîmes que nous avions une grande descente à faire. Nous faisions heureusement nos journées avec des chaises qui portoient cinq prêtres. Nous entrâmes dans une gorge ; le chemin pouvoit tout au plus contenir une voiture, nous marchâmes pendant plus d’une heure dans l’obscurité sans rien trouver. À la fin nous rencontrâmes l’ennuyeux bourg de Serravalle7 ; après dix ou douze maisons, nous rentrâmes dans le chemin étroit bordé d’un grand ruisseau ; nous rencontrâmes encore dix ou douze maisons pleines d’étrangers qui venoient de la foire de Lorète, qui portoient des fleurs, des plumes et des clinquans au chapeau. Cette répétition dura longtems ; nous croyions de ne jamais voir la fin de ces masures, et nous comprîmes que nous serions fort mal logés. Nous arrivâmes enfin dans un lieu humide et pauvre et plein de voyageurs. On nous dit rudement qu’on n’avoit rien à nous donner.

9Nous y trouvâmes les prêtres italiens qui venoient de faire les mêmes journées et les mêmes auberges que nous. Quelques-uns de ces messieurs connoissoient notre maison de Rome ; ils avoient eu occasion de me voir. Ils nous témoignèrent combien ils étoient fâchés de n’avoir pu rien faire préparer. Je compris qu’ils avoient mortifié l’hôtesse et que, de dépit, elle vouloit les faire mourir de faim : je n’en fus pas la dupe ; nous n’avions presque pas touché nos provisions de Rome, elles se trouvèrent à propos. Nous régalâmes la compagnie à nos dépens et, pendant que nous traitions ces braves gens en viandes froides, on donnoit une grande quantité de viandes fumantes à d’autres voyageurs d’un ordre bien inférieur à nos convives ; car ces messieurs avoient des offices à Rome.

  • 8 I Missionari si stabilirono a Macerata fin dal 1686.
  • 9 Cfr. Storia del viaggio del sommo Pontefice Pio VI colla descrizione delle accoglienze, cerimonie (...)

10Cette nuit passa comme les autres, mais l’impatience que me causa le chemin de Serravalle ne s’effaça pas de ma mémoire. Nous trouvâmes le matin une route semblable à celle que nous venions de quitter. Des hôtes plus honnêtes nous dédommagèrent. On nous servit en maigre selon l’usage d’Italie dans les jours d’abstinence et nous arrivâmes le soir assez tard dans notre maison de Macerata8 après être passé[s] par la petite ville de Tolentin : un de nos voyageurs nous avoit annoncés au séminaire, on nous y attendoit. Je ne fis aucune remarque dans cette ville. Je préférai de vérifier quelque fait dans la bibliothèque plutôt que d’aller courir. C’est dans cette même maison que le pape s’étoit arrêté au retour de son voyage d’Allemagne9 ; c’est une trop grande faveur pour qu’on n’en fasse pas mention sur l’extérieur et dans l’intérieur de la maison. Il me tardoit d’arriver à Lorète. Je fis avancer le dîner pour partir de bonne heure. A peine fûmes-nous en route que nous rencontrâmes en chemin plusieurs troupes de gens qui venoient de Lorète. Chacun en portoit des marques. Ils avoient plusieurs houpes de verre, des fleurs artificielles, des guitarres et autres instrumens. Je remarquai que les vieillards même ne le cédoient pas aux jeunes ; quoiqu’il se trouvât quelquefois des personnes de deux sexes, nous ne vîmes rien qui fût contre la modestie. Nous rencontrions quelquefois des chœurs de jeunes filles qui chantoient les litanies de la Ste Vierge. Après que nous eûmes fait douze mille[s] de chemin nous arrivâmes à Recanati. Cette ville est sur une hauteur d’où l’on découvre la mer Adriatique et plusieurs superbes campagnes. Nous aperçûmes Lorète et la fameuse église dans laquelle est la Sanctissima Caza. Elle n’est guère qu’à trois ou quatre mille[s] de la mer ; elle est placée sur une éminence qui la rend très agréable. Elle n’a à proprement parler qu’une rue dans son faux-bourg, elle n’est pas vaste ; mais elle est assez peuplée. Les ouvrages de dévotion en sont le seul commerce. On y travaille supérieurement en philogramine [sic].

11Le concours qui se fait est prodigieux. Il y vient moins des personnes des païs éloignés, mais il s’y trouve beaucoup de gens de quarante à cinquante lieues à la ronde. Il y avoit quatre jours que nous rencontrions des pèlerins qui revenoient. Nous en trouvâmes encore beaucoup lorsque nous repartîmes de ce lieu. Il y a ordinairement un cardinal légat pendant l’été et l’automne. Je n’ai pas besoin de faire à Votre Grandeur l’histoire de l’origine de cette ville ; vous savez ce qu’on en dit : je peux lui assurer que c’est le lieu dans lequel on manifeste davantage l’amour de la religion. Je me propose de vous parler en détail de l’église et de la chapelle dans une autre lettre. J’achèverai celle-ci, en vous faisant part de ce que j’ai découvert à Lorète au sujet du serviteur de Dieu Benoît-Joseph Labre.

  • 4 Ms. : trouver corretto su voir.

12Nous étions précisément recommandés à son confesseur. Il nous raconta qu’il avoit connu pendant plusieurs années ce pauvre Evangélique, qu’il le vit pour la première fois autour de son confessional, qu’il fut très frappé de le trouver4 dans une posture très humiliée. Il lui demanda s’il vouloit se confesser ; Benoît-Joseph lui répondit qu’avant de le faire, il avoit besoin d’une permission. Le père voulut savoir de quoi il s’agissoit, il lui répondit de vivre selon sa coutume. Le père voulut connoître cette coutume. Labre la lui apprit. Le père lui répondit qu’il ne pouvoit pas l’approuver, d’autant mieux qu’il pourrait mourir de faim en ne voulant rien demander ; Labre lui répondit qu’il ne manquerait pas de débris de cuisine. Ce père nous a dit qu’il l’avoit trouvé si humble et si mortifié qu’il examinoit toutes ses démarches, le tenant pour un homme consommé en sainteté, qu’il étoit allé quelquefois à l’église pour le voir prier Dieu, et qu’il l’avoit trouvé dans une attitude si étonnante qu’il avoit appellé le médecin pour juger si elle étoit surnaturelle ou non.

  • 10 Gaudenzo Sori, nativo di Fano, aveva aperto, nei pressi della Basilica, un piccolo negozio di ogge (...)
  • 11 Peppino Sori. Il fatto è riportato anche dal Gaquère, op. cit., p. 204.
  • 12 Marianna Sori divenne in effetti più tardi religiosa.

13Dans les premières années que le Serviteur de Dieu passa à Lorète, il couchoit sous les portiques. C’étoit ordinairement la Semaine Sainte. Il aurait pu trouver un meilleur gîte, mais il ne croyoit pas le mériter. Monsieur Gaudence Sori10 proposa à son épouse de le retirer dans leur logis. Cette femme chrétienne pressa son époux d’exécuter son dessein. Il invita Benoît-Joseph, il accepta, à condition que ce fût dans un souterr[a]in. Nous allâmes chez cet hôte, nous vîmes un enfant11 de neuf ans qui chaque jour de la Semaine Sainte disoit à ses parens qui attendoient le vénérable Labre, Benoît-Joseph ne viendra pas, il est inutile de lui rien préparer, et sur le soir du mercredi saint à l’instant de sa mort, il dit que Benoît-Joseph étoit au ciel, que son cœur le lui disoit. Cet enfant m’a assuré en ces termes Li cor mi diche avec une fermeté et un air de piété qui enchante. On a fait une procédure authentique sur les propos de cet enfant. La sœur12 porte la croix des épouses de Jésus-Christ selon l’usage de l’Italie qui veut que les demoiselles qui sont décidées à se faire religieuses annoncent au public leur entrée prochaine en religion, par un crucifix qu’elles portent à gauche suspendu par un ruban de la couleur de l’ordre auquel elles aspirent. J’ai l’honneur d’être avec un très profon[d] respect, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Notes

1 L’identificazione di Civita Castellana con Veio non è esatta, in quanto essa sorse sul luogo dell’antica Fallerii.

2 Cfr. G. Bragazzi, Compendio della storia di Foligno, Foligno 1858.

3 Cfr. Bragazzi, op. cit., pp. 12 e 136-138 ; Misson, op. cit., I, p. 329.

4 Misson, op. cit., III, p. 190, dice che Foligno era vantata « par ses excellentes dragées », anche se aggiunge subito dopo : « c’est à grand tort ». Cfr. Bragazzi, op. cit., pp. 12, 136.

5 È seducente l’ipotesi che possa trattarsi del celebre quadro di Raffaello ‘La Madonna di Foligno’. Cfr. C. Pietrangeli, La ‘Madonna di Foligno’ di Raffaello e le sue vicende, in Bull. Stor. della Città di Foligno, VII, 1983, pp. 341-368.

6 Il valico della Somma è a m. 646 sul livello del mare ; si tratta della « plus haute des montagnes de cette route », come osserva giustamente il Misson, op. cit., I, pp. 332-333, non della « plus haute montagne des Appennins », come annota l’Eyrard.

7 Serravalle di Chienti, piccolo centro della provincia di Macerata, a pochi chilometri da Foligno. Il corso d’acqua a cui fa cenno l’Eyrard è appunto il Chienti.

8 I Missionari si stabilirono a Macerata fin dal 1686.

9 Cfr. Storia del viaggio del sommo Pontefice Pio VI colla descrizione delle accoglienze, cerimonie e funzioni seguite in tutti i luoghi, dove si fermò, e spezialmente nello Stato del Veneto nell’anno 1782, Venezia 1782. Diario del viaggio fatto a Vienna da Pio VI, Roma 1782. G. Soranzo, Peregrinus Apostolicus. Lo spirito pubblico e il viaggio di Pio VI a Vienna, Milano 1937.

10 Gaudenzo Sori, nativo di Fano, aveva aperto, nei pressi della Basilica, un piccolo negozio di oggetti di devozione e una sorta di ospizio per i pellegrini.

11 Peppino Sori. Il fatto è riportato anche dal Gaquère, op. cit., p. 204.

12 Marianna Sori divenne in effetti più tardi religiosa.

Notes de fin

1 Ms. : pauvre cancellato.

2 Ms. : du lieu cancellato.

3 Ms. : vineux aggiunto.

4 Ms. : trouver corretto su voir.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540