Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

18ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 12 juillet 1788

2Monseigneur,

  • 1 Vino cotto è quello al quale si è aggiunta una certa quantità di mosto cotto. Per migliorare talun (...)

3nous fûmes heureux de trouver de tems en tems sur notre route des maisons dans lesquelles nous n’avions rien à craindre. Nous eussions été très mal sans doute même à Rome si nous avions été logé[s] dans quelque hôtel. On prétend qu’on y vit à bon compte et qu’on peut y mener un assez grand train aux yeux des Italiens sans faire grand[e] dépense. Ces messieurs ont des carosses et des laquais, dont l’entretien leur coûte beaucoup moins qu’en France. Ils donnent très peu des [sic] repas même à leurs amis ; il semble que le vin du païs devroit être délicieux, mais le pais n’en fournit presque pas de bon. La majeure partie du vin est cuit1 ; la grande dépense de bouche est en chocolat. On le présente volontiers aux étrangers.

  • 2 Cfr. AA.VV., Via del Corso, Roma 1961.

4Cette boisson est du plus grand usage ; cependant les mendians s’en passent et certains bourgeois pauvres n’en prennent que rarement. Parcourant un dimanche un quartier de Rome je vis trois demoiselles de trente-cinq à quarante ans ; je leur demandai le chemin pour aller quelque part. Elles me dirent qu’elles faisoient une partie de la même route que moi ; mais que comme elles alloient prendre leur chocolat, elles ne pouvoient pas me guider jusques au bout. Elles prononcèrent ce mot chocolat avec tant de joie que je compris que c’étoit une fête pour elles. On voit plusieurs caffés2 dans toutes les rues de Rome. On y excelle dans l’apprêt des glaces. Les caffetiers n’y manquent pas de travail, leur commerce varie trois fois le jour. Le matin ils ne sont presque occupés que du chocolat ; après-midi du caffé et du rosolio ; trois heures avant le coucher du soleil des glaces et des limonades. À voir les personnes qui fréquentent ces maisons, on croiroit que ce sont des assemblées ecclésiastiques, car on n’y voit que rabats et manteaux courts, mais ce sont presque tous de gens de plume ; les membres de congrégations et les suppôts de séminaires n’y vont pas. Je n’y ai vu pas un religieux. Je crois même qu’on y trouve peu d’ecclésiastiques employés à Rome aux fonctions de leur ministère.

13. G. Vasi, Veduta della Chiesa di S. Paolo alle Tre Fontane (Roma, Gabinetto Comunale delle Stampe).

14. A. Cavallucci, Ritratto di B. G. Labre, 1779 (Roma, Galleria Nazionale d’Arte Antica).

  • 1 M. : Ce dernier corretto su et quel.
  • 2 Ms. : exactement cancellato.

5La prévoyance et la police de Rome font qu’on y est fourni de poisson, même les jours gras. Le matin et deux heures avant le coucher du soleil on en voit un très bel étalage et les traiteurs en font beaucoup de fricassées sur les rues. Ils les vendent aux maisons même les plus honnêtes, comme à Paris les chaircutiers leurs marchandises. Je ne sais point le nom de différentes espèces, à la réserve de ceux qu’on appelle fruit de mer et d’un autre qu’on nomme en italien grand teneri. J’ai remarqué ces poissons parce qu’on nous en servoit souvent à table. Ce dernier1 doit toute sa bonne qualité à une préparation toute simple qui paroîtroit incroyable si on n’en voyoit une grande partie. On tient dans certaines boutiques des tas de petits pots dont on renouvelle l’eau tous les jours ; on y met2 ce poisson que nous nommons chancre ou crabe. Son écaille est extrêmement dure, dans la forme d’une tabatière ; il a deux serres et huit pattes ; sa chair est à peu près comme celle d’une écrevisse. On n’y trouveroit presque rien de bon, et quelques jours après leur couverture n’est qu’une petite pellicule de façon que sans en rien ôter, on les sert en marinade et on en peut tout manger.

6Le parmesan tient le premier rang parmi les fromages ; on en emploie beaucoup plus à la soupe qu’à tout autre mets. On en trouve quelquefois aux entrées de lazagne et de maccaroni. Il en vient de différentes contrées de la Lombardie et de Plaisance. Celui de Codogno dans le Lodezan l’emporte sur les autres. Les légumes croissent en abondance dans ce pays. Les tomates, autrement pommes d’amour, font des potages délicieux. On emploie des pâtes d’une infinité de formes ; ainsi il est facile de varier le coup d’œil de la soupe. Quoique dans nos maisons on nous servît par portions, on nous portoit toujours deux potages le matin et un le soir. Il falloit être presque Italien pour en manger la moitié.

  • 3 Ms. : fruit corretto su melon.

7Les fruits sont bons et abondans en Italie. Ils sont les mêmes que dans la partie méridionale de France. Les citrons étoient très rares ; c’est étonnant avec quel enthousiasme on y étale une espèce de fruit3 assez commun en Provence que nous appelions pastèques. Ce fruit, comme vous le savez, Monseigneur, vient à peu près de la grosseur d’un melon. Son écorce est verte et le dedans plus ou moins rouge. A Rome il est très monté en couleur ; on les place sur des piramydes à deux ou trois étages, quelquefois à douze, après les avoir coupés par le milieu. On garnit en feuilles de vigne les vuides qu’ils laissent afin de faire ressortir le rouge. À mesure qu’on en vend une pièce, on va en chercher une autre dans quelques baquets pleins d’eau ou dans les bassins de quelque fontaine voisine. On décore cet étalage de guirlandes en feuillages et papiers de couleur, on y fait même de petits jets d’eau et on appelle les chalands en criant en italien, qui veut de l’écarlate, de la pourpre, du sang de dragon, etc.

  • 3 Cfr. P. Fornari, P. Partini, Piazza Navona nella storia e nell’arte, Roma 1946 ; A. Ravaglioli, Pi (...)
  • 4 Ms. : en même tems que corretta su avec cancellato.

8La place Navone3 est mieux tenue et mieux fournie qu’aucune des places de Paris. C’est là que le matin on voit bien du monde pour les provisions, c’est presque là qu’abordent toutes les denrées et qu’un prélat les taxe. Elle change peu à peu de face pendant la journée ; elle est inondée les après-midi de tous les dimanches du mois d’aoust afin que les équipages aillent s’y promener depuis quatre heures du soir jusqu’à six heures et demi[e]. Les gens qui sont dans les voitures s’amusent en se promenant dans l’eau. Leurs chevaux se lavent en même tems que4 les roues des voitures et lorsque le public s’est amusé de ce spectacle on ouvre des canaux pour donner un cours plus facile aux immondices de la place que les eaux entraînent avec elles. Les autres jours on y trouve l’après-midi des bateleurs qui font le métier d’historien ; ils réunissent des crocheteurs, colporteurs, etc. qu’ils font mettre sur des chaises disposées en ovale et, graves comme des Catons, ils promènent d’un bout à l’autre à pas compté et débitent leurs marchandises en gesticulant ; ce sont des contes de ma mère l’oie, des batailles vraies ou fausses, des aventures faites à plaisir. On dirait, à voir l’intérêt qu’ils prennent dans leurs narrations et le sang froid avec lequel on les écoute, qu’il est question des affaires les plus sérieuses de la République. Ils finissent et demandent le prix de leur peine, qu’on leur donne avec un air d’indifférence qui annonce le plus grand flegme.

  • 4 Il palazzo di Montecitorio era stato adibito da Innocenzo XII a sede del-l’amministrazione della g (...)
  • 5 Ms. : J’apperçus corretto su Je vis cancellato.
  • 6 Ms. : accompagné de corretto su et j’y vis cancellato.
  • 5 Il gioco del lotto, che, come è noto, prese origine dalle scommesse praticate a Genova nel XVI sec (...)
  • 6 Marcello Filomarino (1692-1756), vescovo dal 1734.

9Je ne puis rien dire du gouvernement civil, ni des palais dans lesquels on rend la justice4. Je passai près du Capitole ; mai je n’y entrai pas. Je ne mis pas le pied dans le palais de Montecitorio [fig. 18], quoique je logeasse pendant quelques jours près de sa porte. Je crois que c’est le lieu dans lequel on traite le plus d’affaires ; car, lorsque je passois, je voyois entrer et sortir beaucoup de gens de robe. Je trouvai un jour le passage fermé par des soldats en haie et une grande multitude. J’apperçus5 beaucoup de gens à la fenêtre, je me tournai du côté du palais, et je vis à son premier étage, qui est très élevé, un grand pavillon de damas cramoisi qui couvrait un très grand balcon de pierre. J’y reconnus le prélat gouverneur, accompagné de6 plusieurs magistrats en habit de cérémonie. Deux enfans de dix à douze ans mettoient de tems en tems la main dans une grande urne d’argent. A chaque fois, ils en tiroient un billet5 ; on le faisoit passer de main en main, chacun en nommoit le numéro. Un crieur l’annonçoit à haute voix. A chaque fois on sonnoit des fanfares. Je compris qu’on tiroit la loterie. J’avois été invité par un avocat de me rendre le jour de ce tirage pour être régalé d’un concert qu’on devoit donner chez lui à la compagnie qu’il devoit recevoir pour le tems du tirage ; mais je ne le voulus pas. J’avois porté de France une lettre pour le maître de la maison et monsieur son frère avoit été à Avignon, auditeur de Monseigneur Filomarino6, nous ne profitâmes pas de leur connoissance.

  • 7 Ms. : inconcevable corretto su prodigieux cancellato.

10L’Italie, et Rome surtout, renferme une multitude inconcevable7 de tableaux et de statues. Dans ce nombre prodigieux d’ouvrages auxquels Rome doit une partie de sa célébrité, il en est sans doute plusieurs qui ne doivent leur réputation d’antiquité qu’à l’opinion et qui passent pour des chefs-d’œuvre à la faveur d’un nom. Il n’est presque personne qui ne prétende avoir des tableaux originaux et des statues antiques. Sous prétexte d’une fouille assez superficielle, on tire de l’obscurité bien des morceaux qui auroient dû y rester. Que de médailles, que d’inscriptions qu’on pourrait inventer ou imiter ! Il faut croire avec la plus aveugle soumission tout ce qu’on peut dire sur plusieurs de ces choses qui n’ont aucune authenticité. Combien d’urnes de terre, combien même de vases étrusques qu’on pourrait contrefaire ! On semble ne former aucun doute sur ceux qu’on montre dans des cabinets profanes et ceux qui se trouveraient dans les trésors de quelque ancienne église seroient regardés comme supposés. Pourquoi ?

11Plus j’ai étudié le génie des Romains, plus je les ai trouvés différens de ce qu’on les suppose. Je crois bien que ce peuple a des vices comme les autres, car personne ne peut en être exempt ; mais je crois aussi qu’il ne manque pas de vertu. Leur piété, dit-on, n’est qu’extérieure. Je ne saurais décider sur leur intérieur ; mais je sais qu’il y a de la décence ; la populace même sait la garder. Il me semble que nous ne devons pas juger les Italiens par le grand nombre de ceux qui viennent en France comme dans les Indes, on seroit bien peu judicieux en prétendant connaître nos mœurs par la conduite de ceux qui par libertinage ou par nécessité vont y fixer leur demeure. J’ai de grandes preuves de la religion de plusieurs Italiens. Ceux que j’ai vus m’ont paru intelligens, honnêtes et religieux ; ceux qui les condamnent font attention à leur légèreté, à l’abus qu’ils font de la religion. Ce n’est donc qu’après avoir condamné la France qu’on doit parler contre l’Italie. Quoi de plus variable parmi nous que le goût ! La mode semble devoir être la pierre de touche à laquelle tout doit être éprouvé. À la campagne on voudrait que tout fût nouveau jusques aux arbres, aux plantes et à la manière de semer le grain ; en ville chacun se dispute le droit de créer une mode ; il n’y a rien de fixe, excepté le nom de mode et de nouveau auquel tout le monde aspire. On dira que Mars et Appollon n’aiment que foiblement les Italiens ; mais faut-il être guerrier ou littérateur pour avoir du mérite ? Les Italiens seroient-ils moins sages parce qu’ils auraient moins de bravoure ou de littérature ? Ils ont leurs capitaines et leurs gens de lettres.

  • 8 Ms. : au plutot cancellato.

12J’aurais voulu pouvoir séjourner quelque tems de plus, car j’aurais eu de[s] choses à voir ; mais il faut se borner, afin que les affaires dont on est chargé ne souffrent pas. Je me préparai donc8 à quitter au plutôt cette belle ville après avoir fait bien des réflexions sur les grands hommes que l’univers profane avoit admirés, sur le chaos dans lequel ils étoient rentrés comme les plus vils de leurs esclaves, après avoir donné eux-mêmes des chaînes à l’univers et je concluois par ces mots : rien ne montre davantage le néant des hommes que le souvenir de leur grandeur. Je passois du siècle d’Auguste au tems de Charlemagne et je me disois à moi-même : c’est ici qu’à proportion qu’on a perdu ses forces on est devenu plus grand. La décadence de Rome lui a préparé une gloire bien plus solide que ses triomphes. Elle a vu, sous les règnes des empereurs, les plus foibles et les plus malheureux des héros d’un genre bien différent, des martyrs, des confesseurs, des vierges et des veuves dont l’âme véritablement grande ne quitta la terre que pour prendre son essor vers les cieux. Rome, peut-être moins sainte, depuis ce tems jusques à nos jours, a la gloire d’être pour nous le centre de l’unité, faveur qui surpasse toutes autres et qui consomme l’idée de sa grandeur. Tout ce que j’ai vu de beau, me disois-je, rentreroi [sic] dans la poussière ; les vertus chrétiennes, qu’on y a pratiquées plus que partout ailleurs, seront un titre de gloire pour les cendres des saints qui jouiront de la suprême et souveraine unité.

13J’allai prendre un peu de repos pour reprendre mon voyage vers Lorète, Boulogne, Turin et Nice. J’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 Vino cotto è quello al quale si è aggiunta una certa quantità di mosto cotto. Per migliorare taluni vini scelti il mosto veniva cotto a bagnomaria. Cfr. G. Cusmano, Dizionario medico-alfabetico di viticoltura ed enologia, Milano 1889, pp. 183, 277.

2 Cfr. AA.VV., Via del Corso, Roma 1961.

3 Cfr. P. Fornari, P. Partini, Piazza Navona nella storia e nell’arte, Roma 1946 ; A. Ravaglioli, Piazza Navona, centro di Roma, Roma 1973.

4 Il palazzo di Montecitorio era stato adibito da Innocenzo XII a sede del-l’amministrazione della giustizia (da cui il nome di Curia Innocenziana). Cfr. AA.VV., Il palazzo di Montecitorio, Roma 1967.

5 Il gioco del lotto, che, come è noto, prese origine dalle scommesse praticate a Genova nel XVI sec., si era diffuso negli altri stati italiani nel corso dei secc. XVII e XVIII, compreso lo Stato Pontificio. Spesso i proventi del gioco furono assegnati, almeno in parte, a scopi di beneficenza e di utilità pubblica. Cfr. C. Pietrangeli, Scavi e scoperte di antichità sotto il pontificato di Pio VI, Roma 1958.

6 Marcello Filomarino (1692-1756), vescovo dal 1734.

Notes de fin

1 M. : Ce dernier corretto su et quel.

2 Ms. : exactement cancellato.

3 Ms. : fruit corretto su melon.

4 Ms. : en même tems que corretta su avec cancellato.

5 Ms. : J’apperçus corretto su Je vis cancellato.

6 Ms. : accompagné de corretto su et j’y vis cancellato.

7 Ms. : inconcevable corretto su prodigieux cancellato.

8 Ms. : au plutot cancellato.

Table des illustrations

Légende 13. G. Vasi, Veduta della Chiesa di S. Paolo alle Tre Fontane (Roma, Gabinetto Comunale delle Stampe).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende 14. A. Cavallucci, Ritratto di B. G. Labre, 1779 (Roma, Galleria Nazionale d’Arte Antica).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.