Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

16ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 14 juin 1788

2Monseigneur,

  • 1 Sulla devozione al Sacro Cuore cfr. A. Hamun, Histoire de la dévotion au Sacré Cœur, Paris 1907-19 (...)
  • 2 Il nome non è Biasini, ma Blasi (Camillo, 1718-1785), autore di vari scritti sul Sacro Cuore.
  • 1 Ms. : quelque aggiunto.

3il nous semble que lorsqu’on nous parle du Sacré-Cœur de Jésus1, on nous propose le point de réunion auquel tous les chrétiens devraient aboutir comme vers leur centre ; que son souvenir est propre à rapeller les hommes à la plus grande reconnoissance, et qu’en étudiant ce cœur, on doit être pénétré des sentimens les plus nobles ; mais je m’aperçus en Italie qu’il étoit devenu un prétexte à certaines gens de déclarer une guerre ouverte à la ferveur des fidelles qui vouloient contempler spécialement Jésus-Christ dans son cœur, et s en représenter l’image. J’avois vu il y a quelques années dans votre diocèse une brochure traduite de l’italien de Blasini2, mais je n’imaginois pas que cet auteur fût l’écho d’un parti, et qu’on prétendît que les dévots au Sacré-Cœur de J[ésus] contemplassent ce cœur en faisant quelque1 abstraction ; car il sera toujours vrai que le cœur d’une personne ne sera jamais considéré que comme le cœur de la personne à qui il appartient lorsqu’on le regarde et le propose comme tel.

4L’auteur faisoit deux reproches aux adorateurs du Sacré-Cœur de Jésus, qu’il appelloit des cordicoles. Il prétendoit premièrement qu’on ne pouvoit pas sans idolâtrie adorer un cœur de chair, secondement qu’il falloit d’après les prières au Sacré-Cœur admettre en Dieu une quaternité. Ces reproches portent par eux-mêmes un caractère de malice et d’inconséquence, puisque Jésus-Christ un par lui-même, et indivisible par son essence, est l’objet de l’adoration qu’on se propose, puisqu’en le considérant dans son cœur, on n’envisage que lui seul, pour graver plus fortement dans notre esprit l’idée de son amour ineffable pour la gloire de Dieu et le salut des hommes.

  • 3 Maria Leszcynska (1703-1768), regina di Francia dal 1725 al 1768.
  • 4 Cfr. Moroni, op. cit., vol. 15-16, n. 26 ; G. Marangoni, Belle memorie sagre e profane dell’Anfite (...)
  • 5 Si riferisce a Pietro Leopoldo di Asburgo-Lorena, granduca di Toscana dal 1765 al 1790.

5Je croirois bien que des fidelles ou quelques auteurs qui ont voulu étendre ce culte ont trop insisté sur des révélations qui peuvent y avoir contribué, que négligeant de montrer la dévotion elle-même, ils l’ont trop faite dépendre de quelque circonstance sans laquelle il [ne] peut exister ; mais je crois aussi que la haine qu’on avoit conçue dans certains endroits contre les Jésuites aura fait imaginer de ridicules imputations. Tout auroit dû finir à l’extin[c]tion de la société formée sous le nom de Jésus. Il ne falloit pas s’en prendre aux véritables adorateurs de son cœur ; chose unique ! En France l’assemblée générale du clergé admet purement et simplement la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, de la manière que cette dévotion est entendue par la Reine de France3 : elle consigne sa délibération dans des actes au mois de juillet 1765, elle invite tous les évêques qui ne composent pas l’assemblée à établir cette dévotion. Les Jésuites n’existoient plus, et cette dévotion devient plus solennelle que jamais ; au contraire en Italie on est partagé ; la dévotion au Sacré-Cœur est devenue comme le mot schiboletto le signe d’une guerre, ceux qui la soutiennent sont appellés par un parti Jésuites ou Molinistes, ceux qui la combatent faux Augustiniens ou Jansénistes. Ainsi la charité perd beaucoup par le canal même qui sembloit devoir l’augmenter. Si certaines personnes craignent les suites de cette dévotion, leur motif est bon, mais leurs allarmes paraissent fausses. Pourquoi chercher un mauvais sens impossible, lorsqu’il y en a tant de bons, qui sont si naturels ! Un prince ne veut entendre rien de tout cela, il faut selon lui absolument détruire ce qui pourrait rapeller la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus en supprimant ses images. C’est donc mal à propos que Benoît XIV a fait frapper une quantité prodigieuse de médailles au Sacré-Cœur de Jésus, à l’occasion de la première communion qu’il fit faire à Rome dans le Colisée4, c’est donc mal à propos qu’il voulut qu’on y mît et son nom et ses armes. Ce Pontife si éclairé auroit-il donc besoin d’aller à l’école du Grand-Duc5, et ces mêmes médailles renouvellées sous les autres papes, chéries à Rome par les fidelles, reçues avec applaudissement dans toute la Chrétienté, ne le justifieront-elles pas dans l’esprit des chrétiens, s’ils avoient quelque doute sur sa prétendue complaisance ?

6Si l’on voyait les excellens ouvrages que nos théologiens ont donnés sur cette matière, et surtout ceux de nos seigneurs de Boulogne et de Lodève, on aurait d’autres procédés, et peut-être même si l’on vouloit faire quelque réflexion, on ne prêterait pas aux hérétiques l’occasion de crier contre notre mésintelligence. Rome s’est apperçue plusieurs fois de ces altercations ; elle a autorisé la fête du Sacré-Cœur sans s’expliquer s’il falloit admettre le cœur de chair. Elle n’a pas voulu approuver certains offices pour éviter des schismes que l’entêtement de quelque parti auroit pu causer. En attendant, elle a permis qu’on exposât les images du Sacré-Cœur sous les yeux des évêques, elle a accordé des indulgences à ses dévots, sachant bien que leur amour pour Jésus-Christ ne feroit attention qu’à la personne qu’ils veulent adorer. Elle a autorisé des confrairies du Sacré-Cœur dans Rome même et l’abondance de beaux tableaux du Sacré-Cœur dédommage de la persécution qu’on fait à cette dévotion dans la Toscane.

  • 6 Cfr. Lettera X, nota 2, supra p. 88.
  • 2 Ms. : Le parole font e faisoient sono cancellate, ma l’espressione font ou faisoient è riscritta n (...)

7Je ne pouvois pas être à Rome sans m’informer de l’Inquisition qu’on y nomme le Saint-Office6 et que certains François regardent du plus mauvais œil. Les relations qu’on fait des abus que ces tribunaux font ou faisoient2 autrefois de leur autorité en Espagne et en Portugal, ont donné lieu à bien des gloses. Des ennemis de l’Eglise ont présenté sous les plus noires couleurs les juges, la forme des jugemens. Ils ont voulu que tout ce qu’on y faisoit avant le supplice de certains criminels fût aussi cruel et aussi ridicule que le supplice lui-même le leur paroissoit, et par un raisonnement qui ne supposa jamais la première nuance de logique, ils disoient, et disent peut-être encore, que des juges ecclésiastiques ont prononcé contre des coupables sans observer les loix, sans écouter même l’humanité. Ils ont couvert leur barbarie du manteau de la religion, donc la religion elle-même est aveugle et barbare et les peuples qui se laissent gouverner par ces loix sont totalement livrés à la superstition.

  • 3 Ms. : lors cancellato.
  • 4 Ms. : les Religions cancellato.

8Je voulois, pour m’amuser, tenir ce langage à quelques italiens, ils me répondirent que ce tribunal devoit son origine à la France, qu’on l’y avoit établi pour arrêter les progrès des Albigeois, que si dans certains endroits il s’étoit glissé des abus, le motif de l’établissement étoit excellent, et les précautions qu’on avoit prises étoient très sages ; que ce n’est que sur des indices infaillibles qu’on doit se décider ; que demander l’aveu d’un coupable c’est exiger ce que tous les tribunaux demandent, et que si la confrontation est nécessaire pour une parfaite conviction du délit, on n’hasarde pas de condamner des personnes qui pourroient être innocentes3 ; que la confrontation est sujete à des inconvéniens ; on ajouta qu’il falloit bien arrêter l’audace de ceux qui parlent publiquement contre la religion. Pourroit-on prendre trop de précautions pour prévenir un mal si pernicieux ? et si la tolérance ne permet pas de parler contre4 un prince dans un état bien policé, le vicaire de Jésus-Christ ne devra-t-il pas sévir contre des hommes qui oseroient dans son propre territoire séduire les fidelles et crier publiquement contre le Dieu qu’ils adorent ?

9J’aurois bien de la peine à croire les procédés qu’on prête à ce tribunal. J’ai eu occasion de voir assez familièrement des premiers juges du Saint-Office ; les uns m’ont paru trop aimables pour se faire une loix de persécuter les malheureux et les autres m’ont tellement paru remplis de science et de religion que je n’aurois point de peine à m’en remettre à leur jugement dans les causes les plus difficilles. Je les crois bien plus en état de juger sur les lieux des causes qu’ils ont instruites que nous qui sommes à trois cens lieues, et qui ne les connoissons pas. Il serait à souhaiter que, si les ministres de la religion ne doivent pas se mêler en France de faire les perquisitions de ceux qui corrompent les mœurs et font perdre la foi, au moins les tribunaux séculiers sévissent contre tous les ouvrages qui doivent allarmer la piété et la pudeur. Je ne sais si leur indulgence ne cause pas plus de tort à l’état par les ravages qu’elle laisse faire que les glaives et les bûchers. Les païs d’inquisition gardent au moins des décences et ferment la bouche aux hérétiques. On censure en France leur manière d’agir et on laisse faire le mal. Toute sorte de gens font circuler les mauvais livres ; les perruquiers de femmes leur en louent pour le tems de la toilette. C’est chez eux que les étudians s’abonnent pour avoir des mauvais ouvrages, c’est eux qui sont les courtiers en fait de livres corrompus et qui les communiquent aux deux sexes, afin d’entretenir le feu des passions ; ne vaudroit-il pas mieux que ces gens fussent emprisonnés et que les mœurs fussent moins corrompues ?

  • 5 Ms. : la maison ripetuto due volte e cancellato.
  • 7 Il monastero annesso alla chiesa di S. Urbano ai Pantani era stato eretto per i monaci benedettini (...)
  • 8 Le figurine erano realizzate con terra proveniente dai luoghi santi.
  • 9 « Gli italiani (fuori della Toscana, e de’ ducati di Milano, Parma e Piacenza e de’ frati del Re d (...)
  • 6 Ms. : arrivoit aggiunto sopra parola parzialmente cancellata (rimane la finale... oit).

10On vous aura peut-être dit, Monseigneur, que je suis revenu chargé d’indulgences, de brefs, etc. Je m’en suis tenu uniquement aux commissions que j’avois. Elles étoient en très petit nombre. J’estime beaucoup ces faveurs, mais je n’aime pas à les multiplier. Je me suis donné seulement quelque mouvement pour me procurer quelque petite statue dont la matière est tirée des lieux saints et petrie par des pauvres Capucines. Je voulois en faire un cadeau à une communauté dans laquelle une de mes sœurs est religieuse. J’allai dans un de[s] deux couvents qui s’occupent de ces bijoux de dévotion, je ne trouvai pas grande provision : on ne me demanda rien pour ce qu’on me donna, car on ne prétend point vendre ces sortes de choses. Je craignis d’être indiscret dans l’autre communauté où je voulois aller et qu’étant inconnu, on me refusât. Je priai un curé de Rome assez voisin de la maison5 de St Urbain7 de vouloir bien m’accompagner ; il eut la bonté de venir avec nous ; il se présenta autour en suivant exactement tout le protocole des complimens et dit qu’il vouloit acheter di pasta di santi8. On lui répondit qu’on n’en avoit pas, il fit demander l’abbesse de la communauté ; on lui répondit encore pour la seconde fois qu’on n’en avoit pas. Ce prêtre comprit qu’on avoit été scandalisé du mot acheter, il se rétracta, mais on ne voulut pas l’entendre quoiqu’on reconnaisse son mérite. Il fallut nous retirer sans espérance de pouvoir rien porter aux bonnes religieuses à qui je voulois faire mon présent. Nous allâmes à la sacristie, le curé qui nous conduisoit raconta notre aventure au sacristain. Il fut convenu que nous reviendrions à vingt et une heures, c’est-à-dire à 4 heures du soir,9 et que le sacristain lui-même demanderoit pour nous sans faire mention du refus. Il nous assura que ces bonnes filles avoient de très jolis ouvrages. Nous allâmes dîner dans l’espérance de réussir ; nous ne manquâmes pas la vingt et unième heure ; mais nous ne trouvâmes point de sacristain. Nous heurtâmes, nous appellâmes, personne ne répondit. Nous attendîmes dans l’église, dans la cour, sur le portail, nous ne vîmes personne. Nous vînmes sur la rue pour voir encore si notre sacristain arrivoit6, nous ne le vîmes pas. J’aperçus un homme de 50 ans environ à longue barbe noire, vêtu en tunique d’hyacinthe, robe à la turque et la tête couverte d’une espèce de turban. Je l’accostai pour savoir ce qu’il étoit. Il me dit qu’il étoit prêtre arménien. Je lui fis beaucoup de questions, je trouvai cet homme si aimable que je lui fis part de mon embarras. Il me dit qu’il alloit essayer de me rendre service, il s’approcha du tour, et dit que des missionnaires étrangers voudroient bien procurer des pâtes saintes à des religieuses. Au mot missionari ces pauvres filles allèrent chercher toutes leurs provisions. Elles nous portèrent près de 300 pièces à choisir. Elles ne voulurent qu’une très petite aumône, elles nous comblèrent de politesses, elles conditionnèrent très bien ce que nous choisîmes et nous comprîmes qu’elles n’aimoient point à faire un commerce des choses saintes.

11Nous éprouvâmes, comme vous le voyez, Monseigneur, que les personnes sur lesquelles on compte davantage sont celles qui nous sont les moins utiles et que celles auxquelles nous ne pensions pas nous rendent service. Je crois que bientôt je reprendrai ma route vers la France ; ainsi je ne vous parlerai que très peu de Rome. J’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 Sulla devozione al Sacro Cuore cfr. A. Hamun, Histoire de la dévotion au Sacré Cœur, Paris 1907-1940 ; J. V. Bainvol, La Dévotion au Sacré Cœur de Jésus, Paris 1917 ; A. Colletti, Il Giansenismo e la devozione al Sacro Cuore di Gesù, Modena 1938 ; Le Coeur, Études carmélitaines, Paris 1950 ; G. de Becker, Études picpuciennes. Les SacrésCœurs de Jésus et de Marie, Roma 1959, pp. 20-24.

2 Il nome non è Biasini, ma Blasi (Camillo, 1718-1785), autore di vari scritti sul Sacro Cuore.

3 Maria Leszcynska (1703-1768), regina di Francia dal 1725 al 1768.

4 Cfr. Moroni, op. cit., vol. 15-16, n. 26 ; G. Marangoni, Belle memorie sagre e profane dell’Anfiteatro Flavio di Roma volgarmente detto il Colosseo, Roma 1746.

5 Si riferisce a Pietro Leopoldo di Asburgo-Lorena, granduca di Toscana dal 1765 al 1790.

6 Cfr. Lettera X, nota 2, supra p. 88.

7 Il monastero annesso alla chiesa di S. Urbano ai Pantani era stato eretto per i monaci benedettini ; Clemente VII lo concesse alle Cappuccine, alle quali era anche affidato il conservatorio. Cfr. Armellini, op. cit., I, pp. 216-217 ; Capitolium, 1933, n. 8, pp. 380-391 ; L. Borromeo, Le chiese dei Fori Imperiali : demolizioni, dispersione del patrimonio artistico, in AA.VV., Via dei Fori Imperiali, Roma 1983, pp. 180-184.

8 Le figurine erano realizzate con terra proveniente dai luoghi santi.

9 « Gli italiani (fuori della Toscana, e de’ ducati di Milano, Parma e Piacenza e de’ frati del Re di Sardegna), la nazione Ebrea e lo stile canonico contano il giorno dal tramontare del sole d’una giornata fino al tramontare della seguente ». Cfr. Diario Anconitano ecclesiastico e civile per l’anno 1795 dato per la prima volta alla luce con varie notizie relative al Governo ecclesiastico e secolare della città, e suo stato, Ancona 1795.

Notes de fin

1 Ms. : quelque aggiunto.

2 Ms. : Le parole font e faisoient sono cancellate, ma l’espressione font ou faisoient è riscritta nell’interlinea inferiore, mentre in quello superiore è aggiunta parola di lettura incerta, forse contestoient.

3 Ms. : lors cancellato.

4 Ms. : les Religions cancellato.

5 Ms. : la maison ripetuto due volte e cancellato.

6 Ms. : arrivoit aggiunto sopra parola parzialmente cancellata (rimane la finale... oit).

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540