Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

11ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 5 avril 1788

2Monseigneur,

  • 1 Il prefetto dell’abbazia di Clairac era in quel tempo il canonico lateranense Riccardo Borgia.
  • 2 L’abbazia di Clairac fu donata alla basilica lateranense dal re Henri IV come atto di riconoscenza (...)
  • 1 Ms. : nous ripetuto e cancellato.
  • 3 Si riferisce evidentemente all’Imperatore del S.R.I.
  • 2 Ms. : nous ripetuto e cancellato.
  • 4 Canto con tutta probabilità eseguito dalla Cappella Pia Lateranense.

3je tâchois de ménager les momens d’intervalle que mes affaires pouvoient me laisser afin de voir tout ce qui pouvoit m intéresser dans les quartiers où je me trouvois. Chanoines et cures, Carmes et Minimes, missionnaires de deux maisons, avocats et secrétaires, tous s’offroient de nous accompagner. Le chanoine de St Jean de Latran, chargé des affaires de l’abbaye de Clairac1, qui appartient a ce chapitre2, nous combla d’honnêtetés. Il nous envoya à chacun le plan intérieur et extérieur de la superbe basilique dans laquelle il a son bénéfice. Il nous fit dire que nous serions plus à portée de faire nos observations d’après le plan, et que sa personne et son carrosse étoient à notre service. Nous sentîmes vivement l’honnêteté de son procédé. Nous prîmes jour avec lui : nous nous rendîmes à l’heure convenue. Nous aperçûmes en entrant une inscription qui annonce une qualité que personne ne conteste à cette1 église : caput urbis et orbis. Les armes du pape sont peintes sur le frontispice. A leur droite sont celles de l’Empereur3 et à la gauche celles du Roy de France. On alloit faire un service lorsque nous entrâmes. Nous2 joignîmes notre intention à celle du peuple et nous entendîmes du plein-chant4 aussi extraordinaire pour nous que celui du jour de St Louis. Les chantres et musiciens étoient dans une petite tribune quarrée et les chanoines vêtus en rochet et surplis étoient dans un chœur à la romaine.

7. G. Reni, Ritratto di S. Andrea Corsini, 1630-32 (Firenze, Galleria Corsini).

8. F. C. (siglato), Veduta di Piazza S. Maria Maggiore, 1745 (Roma, Museo di Roma).

  • 5 Si tratta in realtà di un grande stucco con varie figure, tra le quali, sulla sinistra in basso, s (...)
  • 3 Ms. : une corretto su la.

4Après la Post-communion notre chanoine vint nous joindre ; il nous conduisit dans la sacristie, il nous montra le buste de Louis XV en marbre5 : il nous donna quelque tems après l’oraison funèbre qu’il avoit prononcé[e] en latin dans une3 cérémonie où la cour romaine avoit assisté pour le service du Prince défunt. De là nous perçâmes jusques dans une salle dans laquelle nous trouvâmes un déjeuné préparé. Lorsque nous fûmes en train, il nous quitta bien vite pour courir à une seconde grand-messe. Tandis qu’on la chantoit nous allâmes visiter l’échelle sainte. C’est un escalier peu éloigné de St Jean de Latran, composé d’une trentaine de marches de pierre couvertes en bois. On les monte à genoux pour aller à des chapelles de dévotion. On peut descendre et monter par un autre degré collatéral. En revenant nous avions en perspective l’église que nous allions visiter.

  • 6 Nella basilica lateranense si trovano due logge papali per la benedizione : la prima nella facciat (...)
  • 7 Sono la via Merulana e il cosidetto Stradone di S. Giovanni.
  • 8 Cfr. Cecchelli-Giovannoni-Zocca, op. cit.

5Je m’aperçus que ce temple qui étoit autrefois le premier de Rome en dignité étoit attenant au palais que le Pape habitoit autrefois : il conservoit encore deux galeries6 desquelles on donnoit la bénédiction pontificale. Elle communique par une superbe rue à l’église de Ste Marie Majeure et par une autre belle rue à l’amphithéâtre de Flavius7. Sa porte principale ne regarde plus que la campagne depuis que les habitations des romains se sont raprochées du Tibre8.

  • 9 La porta di bronzo, proveniente dalla Curia Senatus, fu fatta collocare da Alessandro VII nel 1661 (...)
  • 10 Il cardinale legato a latere che apri e chiuse la porta santa della basilica lateranense nel Giubi (...)
  • 4 c’est le nom qu’on donne à ceux qui font voir les curiosités [nota dell’autore a pie’ di pagina].
  • 11 È la cappella Colonna.
  • 12 Statue collocate in nicchie durante il pontificato di Clemente XI; bassorilievi in stucco con Stor (...)
  • 13 Statua di s. Bartolomeo di Pierre Le Gros (1703).
  • 14 Come è noto, dentro l’altare papale, situato al centro del transetto, è conservata una tavola che, (...)
  • 15 Le reliquie affluite nella cattedrale di Roma da ogni parte del mondo sono elencate nella Tabula m (...)

6Nous rentrâmes par une porte de bronze d’un goût simple9 ; elle n’est ornée que de glands dans ses montans et ses traverses. Je ne fis pas une grande attention aux autres. Je m’aperçus seulement de la porte murée et du nom du cardinal10 qui l’ouvrit et la ferma au dernier jubilé. La seconde grand-messe alloit finir, nous joignîmes notre aimable et noble Cicerone4 ; il nous fit voir le chœur d’hiver11, et nous fit remarquer la forme de l’église. Je la trouvois simple, majestueuse et bien tenue. Ses murailles sont ornées d’un rang de belles statues des apôtres, d’un autre rang de bas-relief[s] et d’une suite de tableaux12. Je vis dans un coin une élève qui copioit quelque morceau. Il y en a d’excellents, entr’autres un St Barthélémi13 qui porte sa peau sur les bras. On nous fit voir la table sur laquelle on dit que Jésus-Christ consacra pour la première fois, et celle dont St Pierre se servoit ordinairement pour célébrer les divins mistères14. On nous montra plusieurs reliques et surtout le lieu dans lequel sont déposés le chef du prince des apôtres et celui de l’apôtre des gentils15.

  • 16 La cappella Corsini è in realtà la prima della seconda navata di sinistra e fu fatta erigere da Cl (...)
  • 5 Ms. : est aggiunto.
  • 17 In realtà le statue racchiuse nelle nicchie ai quattro angoli della cappella rappresentano le virt (...)
  • 18 Cioè di Lorenzo Corsini (1652-1740); di fronte, sul lato destro, è sepolto il card. Neri Corsini ( (...)
  • 6 Ms. : auquel aggiunto ; elles corretto da qu’elles.
  • 19 Il mosaico rappresentante S. Andrea Corsini in preghiera, di Pietro Paolo Cristofani (1685-1743), (...)

7Les chapelles de cette église sont dans le meilleur ordre. Celle qu’on trouve à droite, en entrant par la principale porte, frappa singulièrement l’Empereur. Il n’en est peut-être pas une dans le monde qui rassemble autant de grandes choses. Elle est digne du goût et de la richesse de la famille Corsini qui l’a faite construire16. Elle est5 toute du plus beau marbre. Le cavalier Bernini s’est surpassé dans les quatres statues dans lesquelles il représente Ste Thérèse, St Jérôme etc.17. D’un côté est le riche mausolée d’un Corsini18, pape sous le nom de Clément XII, de l’autre l’urne destinée au cardinal dernier mort de cette famille, dont on ne réunit les cendres à celles de ses ancêtres dans le caveau souterrein qu’au moment auquel elles6 vont être remplacées par un autre. Pour couronner l’œuvre le tableau19 de l’autel représente St André Corsini [fig. 7] évêque de Fiesole, mort en 1373. Il y a des beautés dans tous les genres, je ne les rapelle pas.

  • 20 La cappella a destra dell’entrata attuale è dedicata in realtà al Battista e quella a sinistra all (...)

8Nous sortîmes de l’église pour nous rendre au Baptistaire. On prétend que cet édifice fut construit pour y faire le baptême de Constantin. A l’entrée nous vîmes la chapelle de St Cyprien et de Ste Justine, qui appartient à la famille de notre conducteur ; au-dedans deux chapelles de Saint Jean-Baptiste20. Il n’y manque pas d’ornement. C’est à Rome le seul morceau dans ce genre ; il forme une rotonde, comme le font ces sortes de bâtiments. Il y a lieu de croire qu’il n’y avoit pas autrefois d’autres fonts baptismaux. Ceux de St Pierre même sont peu de chose et n’occupent qu’une petite place dans une chapelle.

  • 21 È la cappella del SS. Sacramento o Sistina, opera di Domenico Fontana (1585).
  • 22 Cfr. L. Huetter, Le Confraternite romane, Roma s.d. ; A. Martini, Arti, mestieri e fede nella Roma (...)

9Nous vîmes Sainte Marie-Majeure [fig. 8] avec moins d’intérêt, parce que nous ne cherchâmes pas les moyens de la voir. Nous y remarquâmes une très belle chapelle construite par Sixte-Quint21. Nous y vîmes des confessionnaux pour toutes les langues ; nous les avions aussi remarqués à Saint Jean de Latran. Ils sont occupés par différens ordres dont un religieux doit être prêt à écouter les gens de la nation auquel il est destiné et à vérifier leur passe-port. On les appelle pénitenciers, mais on ne doit pas les confondre avec le chef de la grande pénitencerie22.

  • 23 Il Pantheon fu consacrato tra il 604 e il 610 con titolo di S. Maria ad Martyres. Cfr. Armellini, (...)

10J’aurois eu bien des églises à voir, mais lorsqu’on a vu la plupart de celles des Pays Bas, celles qui ont quelque mérite en Italie, et une trentaine dans Rome, on n’y met plus le même intérêt. La Rotonde23, temple élevé autrefois à tous les dieux, et nommé pour cette raison le Panthéon, offre en entrant un joli péristille et un portail de bronze, qu’on n’ouvre qu’au tiers. Son sommet est ouvert ; on laisse dans son milieu un cercle vuide de quinze à vingt pieds de diamètre, soit pour conserver le jour, soit pour laisser subsister l’ancienne forme. On n’a pas garanti l’intérieur de ce temple des insultes de la pluie ; il y a quinze autels dans le tour : on les voit tous d’un coup d’œil. Si cet édifice étoit un peu plus frais il feroit une très grande sensation ; il y a de très belles colonnes de marbre, et tous les avantages d’une église privilégiée. Il est dans un quartier très fréquenté : ainsi on y trouve toujours beaucoup de monde.

  • 24 La chiesa dei Certosini era quella di S. Maria degli Angeli.
  • 25 La chiesa del Collegio Romano è quella di S. Ignazio.
  • 26 Attualmente denominata S. Carlo al Corso.
  • 27 La chiesa dei Filippini è quella di S. Maria in Vallicella.
  • 28 La chiesa di S. Andrea al Quirinale, opera del Bernini (1658-1671), dopo la soppressione della Com (...)

11Les églises modernes qui plaisent davantage par leur architecture et leur richesse sont celles des Chartreux24, celle [du] Jésus, celle du Collège Romain25. Au-dessous de ces trois il en est plusieurs, qui seroient partout de belles églises comme sont celles de St Charles des Milanois26, des Philippins27, de Saint Augustin. Il y a plusieurs petites rotondes très jolies. Notre église de Monte-Cavallo28 paraît les surpasser toutes. Les marbres même de son pavé feraient le fond d’un superbe autel. Parmi ses petites chapelles on doit remarquer celle qui conserve le corps de St Stanislas Kosta. Il est sous l’autel renfermé dans un tombeau de lapislazulli orné de différentes pierres précieuses.

  • 29 La statua di S. Stanislao è opera di Pierre Le Gros le jeune (1666-1719).

12Dans l’intérieur de la maison nous possédons une couchette de marbre blanc sur laquelle est représenté le même St Stanislas29 mourant et vêtu en Jésuite. Ses habits sont en marbre le plus noir possible. Ce monument est un des plus beaux morceaux de la sculpture moderne de Rome. Les curieux viennent le voir, et s’ils ont de la religion et du goût, ils ne se contentent pas d’admirer l’ouvrage du sculpteur, ils sont bien plus frappés du prodige de la grâce, qui dans ce dernier tems appella ce S[ain]t de la terre au ciel, et qui, non content d’avoir rendu célèbre la cellule dans laquelle il étoit venu se cacher dans le monde, a voulu encore le placer sur nos autels comme un héros chrétien, après qu’il a eu à peine le tems de combattre.

13L’intérieur de cette maison est très joli. Les Jésuites à qui nous avons succédé n’avoient rien négligé pour rendre ce lieu de leur noviciat bien agréable. Nos séminaristes internes, grâces à Clément XIV, qui nous a transférés de St Jean et St Paul dans ce lieu, sont accoutumés à y voir de très beaux jets d’eau et des orangers sans nombre. C’est presque le seul arbre qui occupe cet immense terrein. Il tapisse les murailles, il forme les allées et les quinconces. On en voit de toutes les formes, il en est certains qu’on cultive dans des vases ou des caisses pour les soustraire aux rigueurs de l’hiver, et une certaine espèce, qu’on couvre de nattes ; mais la très grande partie ne demande aucune précaution. Les hommes fréquentent beaucoup cette maison afin d’y recevoir le sacrement de pénitence. Dès la veille des fêtes il vient des confesseurs de notre maison de Monte Citorio, pour aider les sept prêtres qui desservent cette maison à confesser la multitude et plusieurs personnes de marque viennent s’y recueillir dans les différens tems de l’année.

14Notre maison de Monte Citorio a beaucoup moins d’agrément, mais elle nourrit un plus gran nombre de missionnaires ; elle doit son origine aux pieuses libéralités de Madame la Duchesse d’Aiguillon quoique les revenus de la première fondation soient fortement diminués. Cette maison suffit à une bonne quantité de nos prêtres et de nos étudians, et nourrit des séminaristes de différente nation et de différente couleur. J’y vis pour la première fois un more en soutane. Je ne le trouvai pas trop joli garçon.

  • 30 Come si è detto (supra p. 18), si tratta della procedura di controllo per individuare coloro che s (...)
  • 7 Ms. : duement.
  • 8 Ms. : que pour cancellato.
  • 31 Nella cappella di S. Paolino, sotto l’altare, si conservano le reliquie dei SS. Paolino, Marcello (...)
  • 32 La decorazione, risalente al 1704, fu poi ridipinta nel 1804. Cfr. P. Parsi, Chiese romane descrit (...)
  • 9 Ms. : J’ai l’honneur d’être aggiunto da altra mano.

15Le désir de rendre mes hommages au tombeau de St Paulin me fournit l’occasion d’aller dans l’église de St Barthélémi en l’isle [fig. 9]. J’y vis aux affiches la sentence d’excomunication30 contre certains habitans de Rome, qui après avoir été dûment7 avertis par leurs pasteurs n’avoient pas satisfait au devoir paschal. Ils étoient au nombre de dix ou onze. On attend jusques au jour de St Barthélémi à publier cette sentence, tant pour les habitants8 de cette parroisse que pour ceux des parroisse étrangères. Ce seul endroit suffit pour tout. J’allai voir le tombeau du St Protecteur31 de nos enfans : je ne fus point distrait par les décorations32 de la chapelle dans laquelle ses cendres reposent. Je trouve bien singulier qu’ils aient pris naissance dans une parroisse du même nom que celle dont leur protecteur doit ressusciter glorieux (1). Je vous laisse à penser, Monseigneur, ce que j’y fis. J’ai l’honneur d’être9.

  • 10 Ms. : P.S. (1) aggiunto.
  • 11 Ms. : Diocèse de aggiunto con segno di richiamo R.
  • 12 Ms. : segue J’ai l’honneur d’être etc. cancellato.

16P.S. (1)10 L’établissement à qui l’auteur donna naissance pour favoriser les premières études des enfans du Diocèse de11 Cahors fut mis sous la protection de St Paulin, et commença dans la paroisse de St Barthélémi de la ville de Cahors, dans l’ancien château qui conserve encore le nom du Pape Jean XXII qui l’avoit fait bâtir12.

Notes

1 Il prefetto dell’abbazia di Clairac era in quel tempo il canonico lateranense Riccardo Borgia.

2 L’abbazia di Clairac fu donata alla basilica lateranense dal re Henri IV come atto di riconoscenza all’Altissimo per la vittoria sugli Ugonotti ; è considerata come chiesa unita alla basilica. Cfr. PH. Lauer, Le Palais du Latran, Paris 1911 ; P. Fiel, Le Chapitre du Latran et la France, Rome-Paris 1935, pp. 18-37.

3 Si riferisce evidentemente all’Imperatore del S.R.I.

4 Canto con tutta probabilità eseguito dalla Cappella Pia Lateranense.

5 Si tratta in realtà di un grande stucco con varie figure, tra le quali, sulla sinistra in basso, si nota il busto di Luigi XV. L’opera è del 1730 e si trova nella cappella detta di S. Anna, al lato della sala Clementina. I re di Francia (e attualmente il Presidente della Repubblica) erano di diritto canonici onorari della Basilica.

6 Nella basilica lateranense si trovano due logge papali per la benedizione : la prima nella facciata laterale, costruita dal Fontana nel 1586 sotto Sisto V, che da essa diede per primo la benedizione papale ; la seconda nella facciata principale, costruita da A. Galilei nel 1735 sotto Clemente XII.

7 Sono la via Merulana e il cosidetto Stradone di S. Giovanni.

8 Cfr. Cecchelli-Giovannoni-Zocca, op. cit.

9 La porta di bronzo, proveniente dalla Curia Senatus, fu fatta collocare da Alessandro VII nel 1661 ; i battenti furono allargati ai lati con fasce recanti fregi che richiamano lo stemma di quel pontefice.

10 Il cardinale legato a latere che apri e chiuse la porta santa della basilica lateranense nel Giubileo del 1775 fu il card. Mario Marefoschi. Cfr. F. Zaccaria, Dell’anno santo. Trattato storico, cerimoniale, morale e polemico, Roma 1824, pp. 126-131.

11 È la cappella Colonna.

12 Statue collocate in nicchie durante il pontificato di Clemente XI; bassorilievi in stucco con Storie del Vecchio e Nuovo Testamento; dipinti di vari pittori, raffiguranti i quattro profeti maggiori.

13 Statua di s. Bartolomeo di Pierre Le Gros (1703).

14 Come è noto, dentro l’altare papale, situato al centro del transetto, è conservata una tavola che, secondo una pia tradizione, sarebbe quella sulla quale celebrava s. Pietro.

15 Le reliquie affluite nella cattedrale di Roma da ogni parte del mondo sono elencate nella Tabula magna lateranensis. I busti argentei con le reliquie di due teste, credute degli apostoli Pietro e Paolo, si trovavano nella parte superiore del tabernacolo : furono distrutti nel 1799, per pagare ai Francesi la taglia di 30.000 fiorini imposta dal trattato di Tolentino. Cfr. AA.VV., Tesori di arte sacra di Roma e del Lazio, Roma 1973, p. 70.

16 La cappella Corsini è in realtà la prima della seconda navata di sinistra e fu fatta erigere da Clemente XII.

17 In realtà le statue racchiuse nelle nicchie ai quattro angoli della cappella rappresentano le virtù cardinali: la Fortezza, la Temperanza, la Prudenza e la Giustizia e non sono opera del Bernini, ma rispettivamente di Giuseppe Rusconi (1687-1758), Filippo della Valle (1698-1770), Agostino Cornacchini (1683-1740) e Giuseppe Lironi (1689-1749). La statua di S. Teresa del Bernini si trova a Roma in S. Maria della Vittoria nella cappella Cornaro; quella di S. Girolamo nella Cattedrale di Siena nella cappella Chigi.

18 Cioè di Lorenzo Corsini (1652-1740); di fronte, sul lato destro, è sepolto il card. Neri Corsini (1685-1770), nipote di Clemente XII. I due monumenti sono di G. B. Maini. Cfr. F. Caraffa, La cappella Corsini nella Basilica Lateranense (1731-1799), in Carmelus, 21, 1974.

19 Il mosaico rappresentante S. Andrea Corsini in preghiera, di Pietro Paolo Cristofani (1685-1743), su disegno di Agostino Masucci (1691-1758), è una copia dell’opera di Guido Reni, che nel ’700 si trovava a Palazzo Barberini e attualmente è nella Pinacoteca Corsini di Firenze.

20 La cappella a destra dell’entrata attuale è dedicata in realtà al Battista e quella a sinistra all’Evangelista.

21 È la cappella del SS. Sacramento o Sistina, opera di Domenico Fontana (1585).

22 Cfr. L. Huetter, Le Confraternite romane, Roma s.d. ; A. Martini, Arti, mestieri e fede nella Roma dei Papi, Bologna 1965.

23 Il Pantheon fu consacrato tra il 604 e il 610 con titolo di S. Maria ad Martyres. Cfr. Armellini, op. cit., p. 485.

24 La chiesa dei Certosini era quella di S. Maria degli Angeli.

25 La chiesa del Collegio Romano è quella di S. Ignazio.

26 Attualmente denominata S. Carlo al Corso.

27 La chiesa dei Filippini è quella di S. Maria in Vallicella.

28 La chiesa di S. Andrea al Quirinale, opera del Bernini (1658-1671), dopo la soppressione della Compagnia di Gesù, fu consegnata alla Congregazione dei Missionari di S. Vincenzo de’ Paoli.

29 La statua di S. Stanislao è opera di Pierre Le Gros le jeune (1666-1719).

30 Come si è detto (supra p. 18), si tratta della procedura di controllo per individuare coloro che si accostavano alla Comunione in occasione delle feste pasquali. Sulle modalità di tale procedura, si veda, ad esempio, la descrizione fatta dal parroco di S. Salvatore ai Monti in occasione del processo « super fama sanctitatis » del servo di Dio Giuseppe Labre : « Io sono solito fare lo stato dell’anime in un quinternolo che posso chiamare stracciafoglio [fig. 10]. Pongo altresì una lettera c accanto alli nomi di quelli, che sono atti alla Comunione, quale lettera c è da me tagliata per mezzo con una lineola, allorché mi consta dell’adempimento al Precetto Pasquale. Sono sicuro io di questo adempimento quando li miei parrocchiani nell’atto di comunicarsi mi restituiscono il biglietto, che nel fare lo stato delle anime io ho loro consegnato, a tergo del quale vi è il proprio nome, cognome, strada, e numero di famiglia » (Arch. Congr. SS. Rituum, Sac. Rit. Congregatione Romana seu Bolonien. Beatif. et Canoniz. Servi Dei Joseph Labre, processus super fama sanctitatis vitae virtutem et miraculorum d. Servi Dei, 1783-1785, vol. 7, Pars 7, 3n 45.

31 Nella cappella di S. Paolino, sotto l’altare, si conservano le reliquie dei SS. Paolino, Marcello ed Esuperanzio.

32 La decorazione, risalente al 1704, fu poi ridipinta nel 1804. Cfr. P. Parsi, Chiese romane descritte dal lato storico, architettonico, artistico e impressionistico, Roma 1950-56, 2 voll., II, pp. 44-54.

Notes de fin

1 Ms. : nous ripetuto e cancellato.

2 Ms. : nous ripetuto e cancellato.

3 Ms. : une corretto su la.

4 c’est le nom qu’on donne à ceux qui font voir les curiosités [nota dell’autore a pie’ di pagina].

5 Ms. : est aggiunto.

6 Ms. : auquel aggiunto ; elles corretto da qu’elles.

7 Ms. : duement.

8 Ms. : que pour cancellato.

9 Ms. : J’ai l’honneur d’être aggiunto da altra mano.

10 Ms. : P.S. (1) aggiunto.

11 Ms. : Diocèse de aggiunto con segno di richiamo R.

12 Ms. : segue J’ai l’honneur d’être etc. cancellato.

Table des illustrations

Légende 7. G. Reni, Ritratto di S. Andrea Corsini, 1630-32 (Firenze, Galleria Corsini).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 8. F. C. (siglato), Veduta di Piazza S. Maria Maggiore, 1745 (Roma, Museo di Roma).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 694k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.