Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

10ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 22 mars 1788

2Monseigneur,

  • 1 Il palazzo del Quirinale, iniziato da Gregorio XIII nel 1574 e completato da Clemente XII (1730-17 (...)
  • 1 Ms. : faire corretto su possibles cancellato.

3nous vîmes arriver enfin le jour auquel nous devions être présentés au pape ; nous allâmes au palais1 vers neuf heures. Le missionnaire qui nous conduisit nous fit laisser notre chapeau, à l’antichambre ; nous entrâmes dans un grand corps de logis, dont les salles sont un peu moins grandes que celles du vice-légat d’Avignon. Tout le palais est bâti dans un goût moderne, meublé en damas cramoisi, et un dais de même étoffe dans quelques apartemens. Il y a tout le tour des bancs fermés de toute part qui sont sans doute des signes de grandeur quoiqu’ils annoncent en même temps la simplicité. Nous nous tînmes dans la salle qui communique immédiatement à la chambre du pontife ; il vint bientôt après. Nous nous mîmes à genoux, sur le signe qu’on nous en fit et pensant plutôt au pape qu’à sa mule nous nous levâmes (sans prendre garde à la cérémonie) après qu’il nous eut fait signe de nous lever. Le pape se montra encore plus aimable dans la conversation qu’il ne nous paraissoit bel homme. Il me fit plusieurs questions sur ce que je lui présentois. Il me parla de l’établissement de St Paulin. Il en voulut une thèse : il se tint toujours debout sans qu’il y eût rien entre lui et nous. A nous voir on [n’]auroit jamais cru que cetoient des pauvres prêtres auprès de la première personne du monde. Il voulut parler françois pour nous mettre plus à notre aise. Nous ne prîmes congé de Sa Sainteté que plus d’un quart d’heure après. Nous oubliâmes encore le cérémonial. Il ne s’en formalisa pas, au contraire celui qui nous conduisoit nous dit qu’il avoit voulu nous recevoir amicalement et sans appareil. Le pape avoit paru vêtu simplement d’une soutane et d’une cimarre blanche en soie. Nous fîmes à notre conducteur toutes les questions qu’on peut faire1 sur la manière de vivre de Sa Sainteté. Ce qu’il nous en dit nous montra que les honneurs de la papauté entraînent avec eux bien des soucis. Le pape se couche souvent à trois heures du matin et se lève à six. La méditation, la lecture, l’office, la messe, ses affaires de chef de l’Église et de prince temporel l’occupent tellement qu’il ne prend ses repas que vers cinq à six heures. Il tient très peu de cour et n’a de délassement que pendant le tems de sa table.

4On peut être à la tête de beaucoup d’affaires, et ne pas s’en embarrasser, mais il est assez ordinaire qu’un pape s’en occupe. On ne parvient à cette haute dignité qu’après avoir fait des preuves de l’amour du travail. On a vu dans un bas étage les fautes qui se commettent dans les différens degrés, on les craint ; ainsi la cour romaine est moins exposée à l’illusion, et son chef doit connaître mieux que personne la nécessité de la vigilance. La politique d’un pape doit lui tenir lieu de soldats et de fortifications, et la gloire à laquelle il est élevé ne lui fait pas oublier que la malice des hommes peut l’en faire descendre dans un instant. La tiare ne rassure donc pas celui qui la porte contre les coups du glaive suspendu sur sa tête par un cheveu.

  • 2 La composizione della Suprema Sacra Congregazione del S. Uffizio (che conservava il carattere di t (...)
  • 2 Ms. : qui ne donnoit pas scritto due volte e cancellato.

5J’allois souvent présenter mes hommages à un des principaux prélats du St Office2 qui m’en avoit fait une loi, et qui vouloit que je prisse mon déjeuné [sic] avec lui. Il me dit un jour que le pape lui avoit fait part de notre visite, et quelques momens après, d’un air riant, que ma thèse n’avoit pas échapé à sa censure, et qu’il concluoit que j’étois repréhensible : je pensois bien qu’il vouloit s’amuser, et je le laissai faire, et je lui répondis sur le même ton. Lorsqu’il vit que j’entendois son badinage, il m’assura que le Pape avoit été satisfait de notre entrevue, que sa censure n’avoit porté que sur l’estampe et le graveur, qui ne donnoit pas2 à St Paulin le costume des évêques de son siècle. Je lui répondis que si le Pape avoit jugé que je fusse l’auteur de cette image, je pouvois facilement le dissuader, que j’avois fait graver moi-même St Paulin comme il devoit l’être, et que je lui en offrirais quelques gravures. Je le fis en effet quelques jours après.

  • 3 Ms. : l’un... l’autre aggiunti.
  • 3 Si tratta del famoso gruppo dei Dioscuri, rielaborazione romana di un originale greco, ritrovato n (...)
  • 4 Ms. : pape aggiunto.
  • 4 Sisto V nel 1586 affidò la ricostruzione del palazzo, distrutto nell’incendio del 1308, a Domenico (...)
  • 5 Il palazzo papale di Castel Gandolfo fu costruito tra il 1624 e il 1629 per Urbano Vili da Cesare (...)

6Le palais du Mont Quirinal ou Monte-Cavallo est ainsi nommé à cause de deux beaux chevaux, l’un ouvrage de Phidias et l’autre3 de Praxitelles3 qui décorent la place. C’est de là que le pape4 expédie tout ce qui porte la date de Sainte Marie Majeure. Cette basilique est à plus de cinq cens pas du palais, il n’y va presque pas pendant le tems de son séjour sur le Mont Quirinal. Il vient passer dans cette habitation depuis la St Pierre jusqu’à la Toussaints. Il habite pendant l’autre partie de l’année dans le Vatican. Le palais de St Jean de Latran, ancienne demeure des papes, est maintenant occupé par un conservatoire de filles [fig. 6]4, et Castel-gandolphe5 n’est plus vivant parce que le pape se plaît beaucoup à Rome.

7Les armes du pape sont peintes sur bois sur les portes de presque toutes les églises, on voit celles des cardinaux sur plusieurs maisons. Plusieurs sont hautes de cinq à six pieds. On suit cet usage dans tous les états du pape. On ne conserve aucun reste des armoiries des anciens papes ; on ne fait presque point d’attention au sépulcre dans lequel on met le dernier mort. Chacun parle d’eux selon qu’il est affecté. Le bas peuple ne les juge que d’après intérêt, ainsi Bénoit XIV, dont les savans et l’Europe font tant d’éloges, ne plaira pas à cause d’un petit impôt. On ne dira presque rien de Clément XIII et Clément XIV sera blâmé de ceux qui n’ont pas trouvé son compte avec lui. Cette manière de procéder n’affecte point les gens sensés ; chacun a son mérite, et je peux dire qu’ils en ont peut-être beaucoup plus qu’on ne pense.

8Il est peu de personnes riches qui environnent le pape : ses troupes sont en général bien différentes des nôtres. Ses Suisses sont habillés à l’antique comme ceux d’Avignon, mai ses chevaux légers sont vêtus d’une manière fort élégante.

  • 5 Ms. : ce.
  • 6 Ms. : Il y a cancellato.

9La majeure partie des bureaux sont dans le palais ou aux environs. Les Cours de justice ont leurs quartiers particuliers, je ne les ai pas vues. Tout ce que je sais, c’est5 que dans le gouvernement il y a des laïques et des eccléstiastiques, car le Gouverneur de la ville est évêque. Il paroît en public en cappamagna, monté sur un très beau cheval.6 Plusieurs autres dignités, qui conviendroient à des séculiers, sont conférées à des ecclésiastiques ; on dit que les papes ont leur raison pour éloigner de la magistrature des gens qui ne seroient pas dans les ordres sacrés. Cette politique engage plusieurs personnes dans la clèricature. On prend l’état ecclésiastique parce qu’on attend quelque chose de la part d’un protecteur. On se nourrit d’une flatteuse espérance, un moment suffit pour la détruire. Tel qui s’est avancé à la faveur d’un vent favorable se voit bientôt après repoussé dans un sens tout contraire. L’exemple de Monsignor F... que vous avez connu dans votre dernier voyage de Languedoc, arrive rarement pendant la vie d’un pape ; mais à sa mort deux partis sont comme deux plats d’une balance, dont l’un ne peut pas s’élever sans que l’autre s’abaisse à proportion. Il faudroit entendre ces histoires pour prendre un bon préservatif contre l’ambition qu’on auroit pour se pousser dans la cour de Rome.

  • 7 Ms. : ce.

10Ce qu’il y a d’affligeant c’est7 qu’on est souvent plus malheureux sous celui qu’on souhaite que sous celui qu’on craint. Lorsque j’étois sur la porte de St Pierre on me disoit que les Jésuites tressaillirent de joie lorsqu’ils entendirent proclamer le cardinal Ganganelli, mais ils éprouvèrent bientôt les revers que tout le monde sait.

11Les papes doivent entretenir bien des relations, et un certain faste attaché à la personne des souverains. C’est pour cela qu’ils ont plusieurs ministres dans les cours étrangères et des gouverneurs dans leurs provinces. Pie VI a des nonces chez l’empereur et chez les rois de France, d’Espagne, de Portugal, de Naples, de Pologne, de Sardaigne, chez le grand Duc de Toscane, les électeurs de Bavière et de Cologne, auprès de la République de Venise, des Pays Bas, d’Espagne et des Suisses catholiques, des vices-légats à Avignon, Boulogne, Ferrare, dans la Romagne et dans le Duché d’Urbin, des vices-gérents dans différentes villes.

  • 8 Ms. : un secrétaire des brefs cancellato.

12Sa cour, beucoup moins brillante que celle de nos rois, ne manque pas d’officiers. Ils sont d’un genre différent de ceux de France, selon le génie de la nation, et pour répondre aux besoins de sa dignité spirituelle et temporelle. Sa maison est composée de trois cardinaux dont l’un est prodataire, l’autre secrétaire d’état et l’autre promajor-dome : un maître de chambre, un secrétaire des brefs, un secrétaire des mémoires, un auditeur, un aumônier, qu’on appelle sacriste, un maître du Sacre Palais, un aumônier8, un secrétaire des comptes, un soudataire, un secrétaire latin, un copiste, un secrétaire d’ambassade, six officiers de sa garde-robe et deux médecins sont camériers secrets d’office.

13Les camériers secrets surnuméraires sont au nombre de 44. Il y a 104 prélats domestiques, 20 camériers d’honneur, trois chapelains en pied et trois surnuméraires, un chapelain d’honneur. Hors la ville, plusieurs cler[c]s secrets. On les qualifie tous de Monsignor.

  • 9 Ms. : dont j’ai parlé cancellato.

14Le maître de l’hospice sacré, l’écuyer, et deux autres personnes d’épée ou de robe qui ont la surintendance de la maison sont au nombre de quatre. Ils ont sous eux 37 surnuméraires ; 46 personnes jouissent du titre de camérier d’honneur. Il y a environ 24 chevaliers de la garde et plusieurs chapelains d’honneur. Indépendamment des personnes destinées pour le service de la famille il y a un sous-sacriste, un confesseur, deux médecins en pied, deux surnuméraires, un maître de la case, un contrôlleur, un sous-contrôlleur. Il y a même des camériers qui ne sont point logés dans le palais. Ils sont au nombre de 13. Toute cette famille du Pape et ceux dont j’ai parlé plus haut sont compris sous le nom de ceux9 qui sont au service de Sa Sainteté dans le Palais apostolique.

15Voilà sans doute bien des gens. Ils sont à peu près sous trois uniformes. On prendroit certains camériers pour des cardinaux, la plupart des Monsignors de robe pour des évêques, et ceux d’épées pour des marguilliers de paroisse vêtus à la parisienne. Ainsi toutes ces personnes n’ont ni or ni argent sur leurs uniformes, presque point de frisure, peu de revenu. Leur faste n’est que dans leurs noms et dans leur nombre.

16Heureux ceux qui peuvent vivre sans tout ce cérémonial. Un pape doit les [sic] détester, mais sa place exige qu’il y soit asservi. Selon moi sa vie est une espèce d’esclavage. J’aurois à parler des troupes du pape ; mais je n’ai de force dans ce moment que pour témoigner à Votre Grandeur que j’ai l’honneur d’être avec un très profond respect etc.

Notes

1 Il palazzo del Quirinale, iniziato da Gregorio XIII nel 1574 e completato da Clemente XII (1730-1740).

2 La composizione della Suprema Sacra Congregazione del S. Uffizio (che conservava il carattere di tribunale, essendo derivata dal tribunale dell’Inquisizione) era la seguente : il prefetto, che era lo stesso Pontefice, il cardinale segretario, l’assessore, un commissario con due soci inquisitori con ufficio di istruttori, i quali erano sempre dell’ordine domenicano. Nel 1787 segretario era il card. Carlo Rezzonico e commissario Fr. R. Maria Migliavacca.

3 Si tratta del famoso gruppo dei Dioscuri, rielaborazione romana di un originale greco, ritrovato nel XVI sec. ed erroneamente attribuito nelle iscrizioni sulle basi a Fidia e Prassitele. Dal gruppo derivò al Quirinale il nome di Monte Cavallo.

4 Sisto V nel 1586 affidò la ricostruzione del palazzo, distrutto nell’incendio del 1308, a Domenico Fontana, per farne la sede estiva della corte pontificia, a cui si destinò invece il palazzo del Quirinale. Il palazzo del Laterano ebbe pertanto altre destinazioni. Cfr. Intorno al restauramento del Palazzo Pontificio Lateranense. Orazione alla Santità di Nostro Signore Papa Gregorio XVI presentata dal march. Luigi Biondi nel giorno dell’Ascensione del Redentore, Roma 1835.

5 Il palazzo papale di Castel Gandolfo fu costruito tra il 1624 e il 1629 per Urbano Vili da Cesare Maderno e fatto restaurare da Alessandro VII. Al tempo di Pio VI era pressoché abbandonato. Cfr. E. Bonomelli, Castel Gandolfo Vaticano d’estate, in Anno Santo. Giubileo MCML, Milano 1950, pp. 149-149-158 ; Id., I papi in campagna, Roma 1953.

Notes de fin

1 Ms. : faire corretto su possibles cancellato.

2 Ms. : qui ne donnoit pas scritto due volte e cancellato.

3 Ms. : l’un... l’autre aggiunti.

4 Ms. : pape aggiunto.

5 Ms. : ce.

6 Ms. : Il y a cancellato.

7 Ms. : ce.

8 Ms. : un secrétaire des brefs cancellato.

9 Ms. : dont j’ai parlé cancellato.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540