Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

8ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 23 février 1788

2Monseigneur,

  • 1 Cfr. F. Cancellieri, Descrizione delle Cappelle Pontificie e Cardinalizie di tutto l’anno e de’ Co (...)
  • 2 Dal 1782 al 1800 fu Francesco Saverio Cristiani di Montegranaro. Cfr. P. G. Monti, Il Sagrista del (...)
  • 3 Cfr. Monti, loc. cit.

3aussitôt que je voulus traiter nos affaires d’une manière plus décidée je m’apperçus que tout iroit bon train. On m’avoit prévenu que le Pape seroit bien aise de me voir, et que Sa Sainteté me recevrait le jour qui me seroit le plus commode. Nous fixâmes ce jour au mercredi 29, et comme j’étois bien aise de l’avoir vu quelque part avant d’être admis à son audience particulière, j’allai le lendemain de St Louis à l’église de St Pierre lorsqu’il y vint faire sa visite selon son usage1. Une douzaine de cavaliers précédoient un prélat qui portoit la croix sur une mule couverte d’un drap noir. Le pape étoit dans un carrosse assez modeste, accompagné de l’évêque chef de sa Sacristie2. Il étoit en habit de St Augustin, car tous ceux qui occupent cette place sont tirés du corps des hermites sous le nom de ce s[ain]t3. Trois autres voitures portoient quelques officiers de la maison du pape, tant ecclésiastiques que laïques, vêtus en cérémonie. La marche étoit terminée par quelques autres cavaliers.

  • 4 Pio VI era nato a Cesena nel 1717. Era detto il ‘papa bello’ e teneva molto al suo aspetto e al mo (...)
  • 1 Ms. : Le haut de aggiunto.
  • 5 È la cappella del SS. Sacramento.
  • 6 Probabilmente la cappella della Madonna della Colonna.
  • 7 È l’altare della Confessione, al centro della basilica.
  • 8 È la celebre statua bronzea di S. Pietro. Cfr. G. Galassi Paluzzi, La Basilica di S. Pietro, Bolog (...)
  • 9 L’Eyrard si riferisce evidentemente all’opinione diffusa nel suo tempo, che voleva che « questa st (...)

4Sa Sainteté descendit de la voiture au bas des marches de St Pierre. Je vis pour lors ce chef visible de l’Église portant sur son front un air de majesté et de douceur qui plaît ; je pourrais même dire de beauté, quoiqu’il ait 70 ans4. Sa taille est à peu près de 5 pieds 7 pouces, sa peau très blanche, ses yeux agréables, le haut de1 sa tête presque chauve est encore assez ornée de cheveux blancs pour faire un petit tour fort simple. Il portoit un chapeau léger en tafetas rouge, une callote blanche à dix pointes, une soutane aussi blanche, un rochet de linon uni sans dentelle, un camail de moire cramoisi, une étole et des mules de même couleur élégamment brodées en or. Il s’avança gravement vers la chapelle dans laquelle on dépose la réserve5. Il s’y tint à genoux, ne paraissant s’occuper que de l’acte de religion, qu’on lui voyoit faire. Il resta près de demi-heure dans cette attitude. Il demeura à peu près le même tems devant la chapelle de la Ste Vierge6 et devant la confession de St Pierre7. Après ces trois stations il alla courber sa tête pendant quatre ou cinq minutes sous les pieds d’une statue de St Pierre8, en signe de respect pour le premier vicaire de Jésus-Christ, comme le font tous les simples prêtres qui ont quelque sentiment de religion. Cette statue de bronze est placée sur un pied d’estal haut précisement de 5 pieds. On prétend que ce métail avoit été consacré à quelque faux Dieux [sic]9.

  • 10 Probabilmente placets sta per ‘suppliche’.
  • 2 Ms. : et sur lesquels cancellato ; aggiunto y.

5Le Pape se retira presque sans suite. Lorsqu’il fut au bas du degré ses gens reçurent plusieurs placets10 qu’ils lui remirent2, il y jetta un coup d’œil lorsqu’il fut monté dans sa voiture. Le cortège fut le même ; à son passage, les soldats du corps de garde se mirent sous les armes, je le suivis des yeux jusques à ce qu’il se dérobât à ma vue. Je rentrai dans l’église de St Pierre. Je la connaissois déjà, j’étois venu presque tous les jours y faire ma visite quoique je fusse très éloigné. Je vais maintenant découvrir à Votre Grandeur ce que j’ai remarqué. Je ferai le mieux que je pourrai afin de vous en donner une esquisse purement à ma façon.

  • 11 È la statua bronzea modellata dal fiammingo Pietro Verschaffelt nel 1752 e fusa nella fonderia vat (...)
  • 12 In tutto le statue erano dodici. Cfr. C. D’Onofrio, Castel S. Angelo, Roma 1971.

6Je traversois pour me rendre de Monte Cavallo à St Pierre une grande partie de la ville, tantôt par une route tantôt par une autre, quelque fois par curiosité, quelque fois par distraction, quelque fois à cause de la fantaisie de mes conducteurs. Je passois le Tibre sur le pont St Ange. Je voyois à son extrémité le château et la statue de St Michel exécutée en bronze et placée sur le donjon qu’elle décore11. Le pont est orné d’environ 16 statues de marbre blanc12, je les aurois comptées si j’avois cru devoir faire un jour cette agréable narration à Votre Grandeur. Les premières représentent St Pierre et St Paul, les autres portent les instrumens de la passion avec l’inscription de quelques vertus sur leur base. Je ne me connois point assez en fortifications, je n’en suis pas même assez curieux pour en faire des détails, et pour passer mon tems à les voir. Je laisse ces connaissances aux gens de métier, je me détournais toujours à gauche, j’allois droit à St Pierre. Cette basilique se présente en face. Les deux côtés de la place qu’elle domine sont bordés de quatres [sic] lignes de grosses colonnes en pierre. Elles forment un peristile qui fait un peu le crochet, et sur lequel règne une espèce de balustrade qui supporte une grande quantité de statues. Ces colonnes paroissent trop près les unes des autres ; elles sont si mal tenues surtout dans les deux extrémités que je ne pus me contenir en pensant qu’un des plus beaux lieux du monde étoit la toilete des gueux et la sentine des environs. La façade de l’église de St Pierre me parut très basse, sans doute parce que je la voyois dans toute sa largeur. Je fixai ma vue sur le superbe obélisque et les deux magnifiques fontaines qui forment des jets d’eau qui décorent la place. On prétend qu’une princesse, voyant jaillir cette eau pour la première fois avec une abondance surprenante, croyant que l’art eût épuisé ses ressources pour lui donner ce plaisir, dit après quelques momens de surprise et d’admiration : c’est assez, c’est assez. Les choses sont dans le même état. La nature n’a point diminué les sources, et l’art en donne toujours l’agrément.

  • 13 È un’osservazione che ricorre piuttosto di frequente nelle descrizioni dei viaggiatori dell’epoca. (...)

7Comme la première fois que j’allai à Paris je ne fus point étonné des beautés qui se présentoient, et comme je n’en connus le mérite qu’après plusieurs voyages, j’imaginai qu’il falloit voir souvent St Pierre et ne pas se prévenir13. Je déposai donc tous les préjugés, je montai par un degré qui tient toute la façade de cette vaste église et je jugeai, d’après le globe qui la couronne, qu’il falloit que le tout fût bien plus grand que ce qu’il paroissoit. En effet ce globe, auquel on ne donneroit que trois pieds, renferme dans sa cavité plus de quatorze à quinze personnes. On entre par un parvis très beau dans lequel l’amour de la propreté a introduit deux petites fontaines. Ses deux extrémités sont deux espèces de vestibules, au fond desquels on voit d’un côté la statue équestre de Constantin, et de l’autre celle de Charlemagne ; par dessus est une galerie sur toute la longueur. C’est de là que le pape bénit le peuple et qu’on annonce, lorsqu’on a rempli le siège vacant, habemus Pontificem. L’église a cinq portes de ce côté ; il n’y en a que quatres d’ouvertes : celle qu’on trouve à la droite, à l’extrémité, s’ouvre et se ferme au public avec les cérémonies que vous connaissez bien.

  • 14 Riferimento alla famosa storia di carattere pagano esistente sulla porta del Filarete.

8La porte du milieu est couverte de bronze. J’avois lu en France l’extrait d’un voyageur Anglican qui, faisant des remarques sur ce superbe édifice, gémissoit de ce qu’on y avoit placé Jupiter et Léda14. Le ton de modération qu’il prend dans son récit auroit dû m’allarmer ; mais je n’en fus pas dupe, et j’attendis à porter mon jugement lorsque je l’aurois vu. J’eus beau chercher, je ne voyois jamais que St Pierre et St Paul, le Sauveur et la Vierge mère. Enfin je m’aperçus que les bordures qui séparoient et qui ceignoient les grands bas-reliefs faisoient à peu près ce que font les encadrements aux tapisseries des Gobelins ; qu’elles s’étendoient en largeur d’environ 6 pouces, et que les vuides qu’ils laissoient étoient occupés par ces petites figures qui par leur vetusté avoient reçu beaucoup de dommages. C’est sans doute quelque dépouille arrachée aux fausses divinités. Voyez, M[onsei]g[neu]r si la critique a beau jeu.

5. N. Zabaglia, Progetto di macchina per le pulizie della basilica di S. Pietro, 1743 (Città del Vaticano, Biblioteca).

6. Bonanni, Zitella dell’ospizio del Laterano, inizio XVIII sec.

  • 15 La pianta manca nel testo.

9Le vaste de cette basilique étonne. L’air de fraîcheur qu’on remarque dans les peintures et les sculptures qui l’embelissent feraient croire qu’elles sortent de la main de l’artiste. Le marbre et l’or y sont sagemment [sic] et prodigieusement multipliés. Je vous envoye le plan15 et les proportions afin de m’expliquer plus clairement, je les donne selon les expressions italiennes. Cette église a 844 palmes de long sans y comprendre le portique.

10La longueur de son croisillon est de 87 pas.

AD forme la longueur de la grande nef ;

11Les points B les extrémités des nefs collatérales du côté de l’entrée ;

C la seule entrée dans une nef collatérale de l’extrémité ;
D l’autel de la chaire de St Pierre ;
E l’entrée de la sacristie ;
F le grand autel qui est sous le baldaquin ;
G la confession de St Pierre.

12La palme romaine est de 9 pouces ainsi les 844 palmes de la longueur de l’église St Pierre lui donnent 633 pieds.

  • 3 Ms. : vraie aggiunto.

13Son dôme est très beau ; il l’emporte sur celui des Invalides à Paris. Il domine la confession de St Pierre et le maître-autel qui l’accompagne. Ses quatres grands côtés principaux n’ont qu’un arceau et les quatres plus petits, qui rendent sa base octogone, paraissent massifs ; mais il renferme des réliques qui sont le chef de St André, un St Suaire, la lance qui perça le sacré côté de Jésus-Christ, et une bonne portion de la vraie3 croix. On monte dans chacun de ces dépôts, et chacun est indiqué par de très belles statues de marbre.

14La confession de St Pierre présente d’abord une balustrade quarrée d’environ quinze à seize pieds poséé sur le plan de l’Église. Si l’on ouvre la barrière on peut descendre par un escalier de marbre sur un pavé en mosaïque, plus bas de dix à douze pieds que le sol de l’église. Cette balustrade et la rampe du degré sont garnies de différentes branches de bronze doré qui portent de deux à quatres lampes qui brûlent continuellement. En face de la barrière est une belle porte en fer doré qui fait communiquer à la confession. On en permet peutêtre le passage à quelques personnes ; mais on laisse entrer assez facilement par le souterrain. J’ai eu le bonheur d’y célébrer la messe sur les corps de St Pierre et de St Paul. La chapelle est très petite. Elle a peu d’ornemens et très peu de jour.

15A trois pieds de la balustrade est un grand baldaquin en bronze supporté par des colonnes torses du même métal. L’autel est par-dessous. Il est à deux faces et n’a simplement qu’une croix et six chandeliers. C’est derrière cet autel qu’on célèbre boffice canonial sur des bancs avec lesquels on fabrique un chœur qui ne paroît que les dimanches, et qui disparoît aussitôt qu’on a dit l’office. La chaire à prêcher est portative ; on n’y voit ni chaise ni banc. Quelques rebords de pierre sur lesquels on peut s’asseoir et trois ou quatre prie-Dieu font toute la consolation des personnes fatiguées. Il n’y manque pas des confessionnaux pour toutes les langues. Les pénitenciers, qui sont presque tous Cordeliers, s’y trouvent avec des baguettes de neuf à dix pieds de long pour en frapper certains pénitens.

  • 16 La statua di S. Vincenzo de’ Paoli è opera di Pietro Bracci (1700-1773), e si trova nella navata c (...)
  • 17 Cfr. Galassi Paluzzi, op. cit., pp. 464-465.
  • 18 La statua di Pio VI, ultima opera di Antonio Canova (completata dal suo allievo Adamo Tadolini), è (...)
  • 19 Cfr. Castelli e ponti di maestro Niccola Zabaglia con alcune ingegnose pratiche e con la descrizio (...)

16L’autel sur lequel on conserve la chaire de St Pierre est dans le fond de l’église. Elle est soutenue par quatre docteurs de taille gigantesque jettéz [sic] en bronze et dorés. Presque tous les ordres religieux de la Chrétienté ont contribué à la décoration de cette église, en garnissant les niches de la statue de leur fondateur en marbre blanc. Celle de St Vincent de Paul16 est la trois ou quatrième à droite. Les chapelles sont en grand nombre et de marbre ; presque tous leurs tableaux sont faits en mosaïque et sont tirés de l’histoire de St Pierre. Le pape vient de faire construire une superbe sacristie17 ; on s’y rend par un coridor en marbre. Les salles, un grand degré, et toutes leurs décorations sont aussi en marbre. C’est dommage que ce lieu ne soit pas plus éclairé et que le terrein ne se soit pas prêté à la dignité de l’entreprise. La statue de Pie VI18 y fait très bien. Plusieurs de ses prédécesseurs ont aussi la leur dans l’église sur un mausolée. Il y en a de très remarquables qui demanderoient les plus grands détails. Dans cette église, toute immense qu’elle est, on ne voit rien qui ne soit dans l’ordre et dans le meilleur état. Il y a toujours des gens préposés pour ôter même la poussière de la voûte. Une énorme machine19 [fig. 5] à trois ou quatre étages qui porte jusques sous la corniche du bâtiment intérieur donne toute l’aisance nécessaire pour la nettoyer commodément ; elle est supportée par deux essieux qui facilitent le mouvement de deux rouleaux massifs par le moyen desquels ont [sic] conduit cette énorme échelle partout où l’on veut.

17Je passerai la prochaine fois aux alentours de cette belle église ; mais je m’arrête pour vous dire, Monseigneur, que j’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 Cfr. F. Cancellieri, Descrizione delle Cappelle Pontificie e Cardinalizie di tutto l’anno e de’ Concistori pubblici e segreti, Roma 1790 ; G. Moroni, Le Cappelle Pontificie, Cardinalizie e Prelatizie, Venezia 1841.

2 Dal 1782 al 1800 fu Francesco Saverio Cristiani di Montegranaro. Cfr. P. G. Monti, Il Sagrista del palazzo apostolico, cenni storici, in Boll. Storico Agostiniano, n. 6, 1937, pp. 132-149.

3 Cfr. Monti, loc. cit.

4 Pio VI era nato a Cesena nel 1717. Era detto il ‘papa bello’ e teneva molto al suo aspetto e al modo di vestire. Cfr. G. Ceccarelli, I Braschi, Roma 1949, pp. 9-10.

5 È la cappella del SS. Sacramento.

6 Probabilmente la cappella della Madonna della Colonna.

7 È l’altare della Confessione, al centro della basilica.

8 È la celebre statua bronzea di S. Pietro. Cfr. G. Galassi Paluzzi, La Basilica di S. Pietro, Bologna 1975, pp. 209-211.

9 L’Eyrard si riferisce evidentemente all’opinione diffusa nel suo tempo, che voleva che « questa statua l’abbia fatta fondere S. Leone Magno col metallo della statua di Giove Capitolino, per uso dell’antica Basilica » (M. Vasi, Itinerario istruttivo di Roma, Roma 1804, III, p. 672).

10 Probabilmente placets sta per ‘suppliche’.

11 È la statua bronzea modellata dal fiammingo Pietro Verschaffelt nel 1752 e fusa nella fonderia vaticana del romano Francesco Giardoni.

12 In tutto le statue erano dodici. Cfr. C. D’Onofrio, Castel S. Angelo, Roma 1971.

13 È un’osservazione che ricorre piuttosto di frequente nelle descrizioni dei viaggiatori dell’epoca. Cfr. Misson, Nouveau voyage d’Italie, La Haye 1702, II, p. 126 ; Rogissart et Havard, Les Delices de l’Italie, ou Description exacte de ce pays de ses principales villes, raretez qu’il contient, Paris 1704, IV, p. 125.

14 Riferimento alla famosa storia di carattere pagano esistente sulla porta del Filarete.

15 La pianta manca nel testo.

16 La statua di S. Vincenzo de’ Paoli è opera di Pietro Bracci (1700-1773), e si trova nella navata centrale a destra.

17 Cfr. Galassi Paluzzi, op. cit., pp. 464-465.

18 La statua di Pio VI, ultima opera di Antonio Canova (completata dal suo allievo Adamo Tadolini), è stata di recente spostata dalla Confessione alle Grotte Vaticane.

19 Cfr. Castelli e ponti di maestro Niccola Zabaglia con alcune ingegnose pratiche e con la descrizione del trasporto dell’obelisco vaticano, e d’altri del cavaliere Domenico Fontana, Roma MDCCXLIII, ove è descritto il progetto della macchina per le pulizie della basilica di S. Pietro, di cui parla l’Eyrard. A S. Maria Maggiore esiste una macchina costruita sullo stesso modello.

Notes de fin

1 Ms. : Le haut de aggiunto.

2 Ms. : et sur lesquels cancellato ; aggiunto y.

3 Ms. : vraie aggiunto.

Table des illustrations

Légende 5. N. Zabaglia, Progetto di macchina per le pulizie della basilica di S. Pietro, 1743 (Città del Vaticano, Biblioteca).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende 6. Bonanni, Zitella dell’ospizio del Laterano, inizio XVIII sec.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 413k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540