Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

7ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 9 février 1788

2Monseigneur,

3je voulois, en traitant les affaires qui m’attiroient à Rome, voir tout ce qui peut convenir à un prêtre qui veut s’instruire et s’édiffier. Je combinai avec des personnes, à qui nous étions recommandés, le tems qu’il falloit prendre pour voir plus commodément les différens objets, après les avoir déterminés dans les récréations avec mes confrères de nos deux maisons. L’ordre de la journée s’accommodoit beaucoup mieux qu’en France aux intentions d’un homme qui a des affaires. La manière de compter les heures du coucher d’un soleil à l’autre, fait qu’en été on se retire beaucoup plus tard que nous ne faisons ici. J’avois avant le souper une heure de plus et je pouvois voir bien des choses depuis cinq heures et demi[e] du matin jusqu’à sept heures et demi du soir.

  • 1 Cfr. P. LA Croix, Mémoire historique sur les institutions de France à Rome, Paris 1868, pp. 47, 23 (...)
  • 2 La festa di S. Luigi dei Francesi si celebra il 25 agosto.
  • 3 F. J. de Pierre de Bernis (1715-1794), cardinale dal 1758, dal 1766 al 1792 ambasciatore di Franci (...)
  • 4 Durante il periodo romano il card. de Bernis dimorò nel palazzo de Carolis, poi Boncompagni Ludovi (...)

4Après que nous eûmes fait nos premières visites, pour annoncer notre arrivée, nous allâmes voir messieurs les prêtres de St Louis1. Leur communauté est toute composée de françois ou de corses qui vivent en communauté sous un supérieur. Ils nous invitèrent à nous rendre le surlendemain à la fête de St Louis2. Ils nous dirent comment nous devions nous y prendre pour saluer Mgr. le Cardinal de Bernis [fig. 3]. Nous étions arrivés à Rome plutôt qu’on ne pensoit, nous n’y trouvâmes pas nos lettres de créance ; mais nous n’en eûmes pas besoin. J’allois le matin de St Louis chez le Cardinal Ambassadeur3. Je trouvai dans les différentes salles4 des gens avec qui nous eûmes bientôt fait connaissance, procureurs généraux d’ordre, assistants généraux, secrétaires de cardinaux, et surtout trois religieux Minimes, natifs de Bordeaux, ou de Toulouse, et qui avoient longtemps habité ces deux villes.

  • 5 S. Luigi dei Francesi, chiesa nazionale di Francia. Cfr. D’Armailhac, L’église nationale de Saint (...)
  • 6 Maria Antonietta d’Asburgo-Lorena, poi regina di Francia.
  • 1 Ms. : lourdeur corretto su longueur.

5Mgr. l’Ambassadeur parut en rochet et en cappamagna rouges, conservant presque toute la fraîcheur qu’il avoit en France, et les marques de Commandeur des ordres du Roi. Il montra beaucoup d’aménité à tout le monde, il nous offrit sa protection en cas de besoin. Après qu’il eut dit son mot à chacun, il fit servir des rafraîchissemens à toute la compagnie. Nous étions plus de cent. Tout se passa avec tant d’ordre qu’il sembloit qu’on n’eût à satisfaire qu’une douzaine de personnes. On présenta d’abord du chocolat et des pâtisseries de différente espèce, ensuite de la limonade et des glaces. Il parut sur tous les visages un air de satisfaction qui me fit bien augurer en faveur du Cardinal. Les propos qu’on tint sur son compte vérifièrent ma conjecture. Il y a pour lui plus que l’estime et le respect, une certaine prépondérance qui convient à sa place et qui ne s’acquiert guères que par le mérite. Nous vîmes aller et venir plusieurs officiers de sa maison, ecclésiastiques et laïques, les uns en cappamagna violete doublée de rouge, les autres en habit et manteau noir, à peu près comme certains chevaliers d’honneur de nos cours souveraines ; mais portant une espèce de fémoral noir plissé comme une juppe de femme. C’est, dit-on, l’ancien costume romain qui ne permet d’avoir les cheveux liés que par un petit ruban dans les cérémonies. Nous sortîmes du Palais après neuf heures pour nous rendre à la suite du Cardinal à la drappelle qu’il alloit tenir dans l’église de St Louis5. Il descendit le premier accompagné de sa maison et de toute la compagnie. Nous trouvâmes au bas de l’escalier un superbe carosse de velours cramoisi qu’on avoit envoyé de la cour après avoir été employé à la cérémonie d’entrée de Madame la Dauphine6. Il fallut, à cause de sa lourdeur1, que des valets de pied aidassent au mouvement des roues. Cette voiture étoit de toute part garnie de glaces, au travers desquelles le Cardinal figurait à merveille. Il sembloit être élevé sur un de ces chars magnifiques, fruits de l’imagination qui nous représente la puissance des fausses divinités.

6Il étoit suivi de deux autres carosses, à peu près semblables au sien, et huit ou dix autres voitures de cour. Tout le cortège arriva avec beaucoup de gravité à l’église de St Louis par deux belles rues. La fanfare italienne annonça la cérémonie des François. Aussitôt qu’on les vit le triple orchestre élevé dans l’église fut excité par celui du dehors, et ce temple, qui m’avoit paru beau sans ornement, et sans symphonie la veille, me charma totalement le jour de la solemnité, il étoit presque couvert de damas cramoisi et de galon en or. On supposoit dans les arceaux qui communiquent aux bas-côtés, des rideaux artistement levés. L’avant et l’arrière sacristie avoient la même décoration. Tous les desseins étoient aux armes du Roi, fabriquées sur pièce. Vingt-deux cardinaux parurent successivement ; un moment avant leur entrée on portoit leurs masses dans un étuit de marroquin à leur écusson ; ils arrivèrent peu de tems après ; se prosternoient quelques minutes devant le St Sacrement, et prenoient la route de la Sacristie. On les annonçoit au Cardinal de Bernis qui venoit les accueillir jusques sur la porte.

7On avoit recommandé un de mes compagnons de voyage au secrétaire d’un cardinal. Ce monsieur fut aux petits soins pour nous pendant notre séjour. Il nous posta de manière à voir passer successivement chacun des cardinaux. Il les connoissoit tous, il nous en disoit le nom. Lorsqu’ils furent tous rendus, nous vîmes à merveille tout le cortège, je vis pour la première fois une marche de gens d’église sous la pourpre ; chacun étoit précédé d’un ecclésiastique, vêtu de la même manière que les prélats, qui portoit devant lui une masse au moins quatre fois plus grosse que celles de nos universités et de nos chapitres. Le cardinal de Bernis étoit le seul qui fût décoré de son insigne. On prétend qu’à Rome personne ne réunit aucune marque de dignité avec celle de cardinal, à moins qu’il ne représente son prince.

  • 7 Orazio Mattei (1724-1792), vescovo di Colosse dal 1767.

8L’ordre que garda le Sacré Collège dans ses places ne fut point celui qu’on observeroit dans nos choeurs. Le premier des évêques faisoit la tête du côté de l’évangile, et se trouvoit le plus près de l’autel, le premier diacre étoit à la tête des diacres, du côté de l’épître, en sorte que ceux-ci étoient vis-à-vis, les évêques et les prêtres. La messe fut célébrée par l’archevêque de Colosse7 qui n’est pas cardinal, chantée assez lestement par la chapelle du pape. Les voix parurent désagréables : c’étoit cependant la chapelle du pape. Après avoir entendu leur manière de chanter, je ne voulus plus du plein chant donné par les Italiens eunuques. Je me confirmois dans ma résolution, lorsque j’entendois leur musique, pour laquelle ils ont autant de goût, qu’on semble refuser au plein chant les agrémens dont il est susceptible. Dans les intervalles que les castrats laissoient aux instrumens on goûtoit les douceurs de l’harmonie la plus mélodieuse.

9Nous assistâmes encore, l’après midi, à la musique ; elle dura longtems, et fut toujours bien soutenue. Cet art, tout prodigué qu’il est en Italie, n’est pas avili comme on pourroit le croire par des bateleurs qui courent les rues. On élève des orchestres près de certains carrefours pour célébrer les fêtes des saints ; on tient plusieurs concerts dans les maisons, on donne des sérénades, mais la musique n’est pas une occasion de mendicité publique. Quoique j’aie parcouru plus de 400 lieues de païs en Italie, à peine ai-je vu trois bandes de bateleurs musiciens ou feignant l’être, et le plein chant, négligé à Rome par certains chapitres est en honneur dans plusieurs collégiales et communautés de l’Italie, de Rome même.

10On appelle en françois toutes les cérémonies ecclésiastiques des fonctions pour répondre à l’italien funcione [sic]. Les cardinaux n’y viennent qu’avec trois carrosses et dix laquais. Leur suite n’est jamais moindre : ceux qui ne peuvent se rendre à la fête de St Louis envoient et leurs raisons et leurs excuses. On tient fidellement registre des présens et des absens, pour en faire passer une liste à la cour de France. Le train que ces princes de l’Église mènent dans ces sortes de cérémonies est le seul faste qui accompagne leur place. Plusieurs se procurent des gens à gage uniquement pour les occasions qui sont assez rares ; la plupart sont choisis précisément à cause de leur mérite, et pas un ne donne de prise sur lui. Leur table est très frugale. Leur récréation très mediocre. La première personne que je vis entrer dans notre maison fut un cardinal, nous nous entretînmes assez longtems ensemble. Il resta près de deux heures dans la maison. Tout le tems que je l’y vis il me parut affable et sans prétention comme s’il n’eût été qu’un simple prêtre, tout occupé du soin des pauvres de la campagne.

  • 8 Francesco Saverio de Zelada (1717-1801), vescovo dal 1766, cardinale dal 1773. Ebbe un importante (...)

11J’ai eu l’occasion d’aller chez plusieurs : j’ai eu l’honneur d’adresser la parole à quelques-uns : ils m’ont édifié. Il en est qui prêchent à leur diocèse avec beaucoup d’onction ; il en est certains qui se rendent de tems en tems dans la maison que j’ai le plus habitée, pour y vaquer à la retraite ; d’autres qui s’y approchent très fréquemment du sacrement de la pénitence. Ils sont en général tous consacrés aux affaires qui leur sont confiées. Je pourrais dire en particulier de Mgr. le Cardinal Zelada8 [fig. 4], à qui je n’ai point eu l’honneur de parler, quoique je connusse beaucoup son secrétaire, qu’il s’affectionne telle ment à l’intérêt du Collège Romain, qu’on l’y trouve beaucoup plus souvent que dans sa propre maison, quoiqu’il y ait bien des raisons pour l’y fixer, car il possède une bibliothèque très nombreuse, un joli musée, et des collections curieuses en différens genres.

  • 9 Il card. Zelada abitava, secondo M. Vasi (Itinéraire instructif de Rome, Roma 1786, p. 358), « au (...)
  • 10 Cfr. F. M. Renazzi, Storia dell’Università degli Studi di Roma, detta comunemente la Sapienza, Rom (...)

12J’ai parcouru tout son logis. S’il y avoit quelque reproche à lui faire c’est que, vivant dans un palais à loyer, il a fait enchâsser dans les murailles de l’escalier un nombre prodigieux d’anciennes inscriptions9 que ses héritiers ne pourront pas recueillir et dont les propriétaires ne reconnoîtront peut-être pas le mérite. Les gens à talens ne pensent pas toujours à l’avenir, ils sont bien excusables de ne pas mettre toute leur attention à des choses qui ne doivent pas faire leur bonnheur. Il paroît que ce cardinal s’occupe bien utilement car il assiste très exa[c]tement aux différentes thèses qui se soutiennent dans le collège dont il est le protecteur. Je l’ai vu présider à la tête d’une foule de docteurs, leur manière d’argumenter est dans le goût de la Sorbonne, et c’est véritablement la bonne façon. On montre toute sa difficulté et le répondant voit dans quel sens on l’argumente ; s’il a l’esprit juste et s’il a passablement étudié il peut résoudre facilement les doutes qu’on lui propose10.

  • 11 Giovanni Vincenzo Petrini (1725-1814), della Congr. delle Scuole Pie, studioso di scienze biologic (...)

13Les thèses étoient imprimées en cayers in-quarto avec une longue préface, qui fut lue toute entière par l’un des soutenans. Un François n’entend guère du latin à l’italienne, lorsqu’il assiste pour la première fois à des exercices publics, comme un Italien n’entend guère les François qui s’énoncent en latin dans la conversation. Cependant, comme j’étois au fait des matières qu’on traitait, je ne perdis pas grand chose. Le soutenant répondit avec honneur aux voeux de l’assemblée. Ce fut la seule thèse où je pusse paroître à cause de mes affaires. Le père Petrini11 faisoit faire des expériences de physique dans son collège des écoles pies. Je m’étois proposé de m’y trouver, mais je ne fus pas libre à l’heure indiquée.

14Après avoir payé à St Louis le tribut que la religion et le patriotisme exigoient de nous, je traitai sérieusement mes affaires et je pris mes arrangemens, afin de nous présenter devant Sa Saintété. Je pris jour pour remplir les commissions de reliques et d’indulgences, de tableaux et de médailles et pour satisfaire la dévotion et la curiosité de mes compagnons. Quoique nous fusions [sic] voyageurs en Italie, nous comptâmes beaucoup sur les personnes à qui nous étions recommandés. Nous éprouvâmes le contraire de ce que Mr. de Lalande annonce à ses lecteurs ; nos lettres ne furent pas une cause d’exclusion. Nous fûmes si bien servis que je crois pouvoir assurer qu’il y a des prêtres et des négotians en Italie qui reçoivent aussi bien que certains franc-maçons pourroient le prétendre en France. Les docteurs en théologie ont peut-être plus de bonheur que les astronomes dans ces contrées fainé[a]ntes, ou peut-être sommes-nous nés sous une bonne étoile, qui n’a pas favorisé Mr. de L.

  • 2 Ms. : entinmes.

15Nous convînmes tous trois avant de commencer que nous satisfairions notre goût particulier, de manière qu’après nous être décidés pour les choses que nous devrions voir en commun, nous irions, sans que personne de nous pût s’en formaliser, là ou nous voudrions ; nous nous entendîmes2 si bien là que le chanoine fit une excursion à Tivoli, sans que nous eussions aucune peine qu’il nous quittât et sans qu’il trouvâ[t] mauvais que nous ne le suivions pas.

16J’aurai l’honneur de vous faire bientôt de plus amples détails et de vous entretenir sur l’église de St Pierre et les autres beautés. J’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 Cfr. P. LA Croix, Mémoire historique sur les institutions de France à Rome, Paris 1868, pp. 47, 237-280.

2 La festa di S. Luigi dei Francesi si celebra il 25 agosto.

3 F. J. de Pierre de Bernis (1715-1794), cardinale dal 1758, dal 1766 al 1792 ambasciatore di Francia a Roma. Cfr. F. Masson, Le Cardinal de Bernis depuis son ministère, 1758-1794, Paris 1884 ; S. Dahoui, Le Cardinal de Bernis ou la royauté du charme, Aubenas 1972.

4 Durante il periodo romano il card. de Bernis dimorò nel palazzo de Carolis, poi Boncompagni Ludovisi, al Corso. Cfr. A. Giuggioli, Il Palazzo de Carolis, Roma 1980.

5 S. Luigi dei Francesi, chiesa nazionale di Francia. Cfr. D’Armailhac, L’église nationale de Saint Louis des Français à Rome, Rome 1984.

6 Maria Antonietta d’Asburgo-Lorena, poi regina di Francia.

7 Orazio Mattei (1724-1792), vescovo di Colosse dal 1767.

8 Francesco Saverio de Zelada (1717-1801), vescovo dal 1766, cardinale dal 1773. Ebbe un importante ruolo nella soppressione della Compagnia di Gesù, decretata da Clemente XIV il 21 luglio 1773. Cfr. Moroni, op. cit., vol. 103, pp. 460-469 ; C. Pietrangeli, L’appartamento del card. Zelada in Vaticano, in Bollettino dei Musei Vaticani, vol. VI, 1986, pp. 153-198.

9 Il card. Zelada abitava, secondo M. Vasi (Itinéraire instructif de Rome, Roma 1786, p. 358), « au coin de la rue qui conduit au Capitole ». Il palazzo si trovava probabilmente all’angolo di via Aracoeli con via delle Botteghe Oscure. Le iscrizioni sono conservate in Vaticano.

10 Cfr. F. M. Renazzi, Storia dell’Università degli Studi di Roma, detta comunemente la Sapienza, Roma 1806, IV, p. 304.

11 Giovanni Vincenzo Petrini (1725-1814), della Congr. delle Scuole Pie, studioso di scienze biologiche. Nel 1773 ebbe, per volontà del card. Zelada, la cattedra di Matematica al Collegio Romano. Con la sua nomina si tendeva a conferire prestigio al Collegio, passato dai Gesuiti al clero secolare. Cfr. Index bibliographicus CC. RR. PP. Matris Dei Scholarum Piarum, a cura di A. P. Thoma Vinas A. S. Aloysio, Roma 1911.

Notes de fin

1 Ms. : lourdeur corretto su longueur.

2 Ms. : entinmes.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540