Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

6ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 26 janvier 1788

2Monseigneur,

  • 1 Ms. : des aggiunto.
  • 1 Probabilmente allude alle nuove procedure doganali, stabilite con editto del 30 aprile 1786 dal te (...)
  • 2 Ms. : pas aggiunto.

3Nous quittâmes dès1 le dimanche matin de bonne heure les États de Toscane pour entrer dans ceux du Pape. Aussitôt que les gardes de la douanne nous apperçurent ils s’avancèrent en nous disant boullaré, boullaré. Mes compagnons n’entendirent pas ce qu’ils vouloient dire. Je fus au fait à demi-mot, et je répondis d’une manière déterminée : non boullaré, non boullaré1. Je faisais signe que nous avions besoin de notre malle ; que je romprais sans façon le sçeau qu’ils vouloient mettre ; que si le Pape avoit donné des règles pour que les marchands ne fraudassent point ses droits, il ne prétendoit pas2 que des ecclésiastiques ne pussent pas changer de linge. J’eus beau dire, et beau faire ; il fallut non seulement que nos malles fussent scellées, mais encore prendre un papier qu’on nous donna pour le présenter à Rome. Ce serait une véritable vexation si le gouvernement ne trouvoit pas là un moyen de connoître les étrangers, et même la nature de ce qu’ils portent ; c’est la manière de s’y prendre en Italie, on fairoit peut-être autrement ailleurs.

  • 2 Oggi S. Lorenzo Nuovo. Cfr. M. Munari, S. Lorenzo Nuovo. Storia della fondazione (1737-1774), Grot (...)
  • 3 Ms. : demi corretto su demy.
  • 3 La piazza ottogonale ha un diametro di ottanta metri; il progetto è di Francesco Navone.
  • 4 Chiesa dedicata a S. Lorenzo.
  • 4 Ms. : des arcs riscritto su d’une moitié.
  • 5 La chiesa fu costruita nel 1778, quando la comunità dei Cappuccini si trasferì a S. Lorenzo Nuovo. (...)
  • 5 Ms. : deça corretto su delà.
  • 6 Una lapide, al centro del primo fabbricato, sulla destra della Chiesa, ricorda l'edificazione del (...)
  • 7 Il busto è opera dello scultore Gasparo Sibilla.

4Nous remarquâmes bientôt que le costume des femmes étoit bien différent de ceux que nous avions vus. Elles portoient un très grand voile ou blanc en toile, ou rouge en étoffe avec un bordé noir de quatre doigts. Nous en rencontrâmes beaucoup dans la ville d’Aquapendente ; nous y fûmes si distraits que nous n’apperçûmes point d’auberge. On nous dit, au sortir de la ville, que nous ferions bien d’aller jusques à San Lorenzo2 [fig. 2]. Nous imaginâmes, en le voyant de loin, que c’étoit la vaste habitation d’un seul maître, ou quelque communauté de Réguliers. Nous nous trompâmes : c’étoit l’asyle des habintans d’un ancien bourg du lac [de] Bolsène, qui du lieu le plus malsain venoient respirer l’air le plus pur sur un plateau très élevé et très agréable. Il domine d’un côté sur un lac éloigné de demi c-lieu3, dont la circonférence d’environ dix mille est environnée d’arbres et de prairies ; de l’autre sur une superbe campagne. Il est traversé par un grand chemin bien alligné, qui le coupe en deux parties égales. Son milieu est déterminé par une place octogone3. L’église4 occupe le centre d’un des arcs,4 elle a pour perspective une jolie église de Capucins5 qui borne une rue agréable. On a tellement observé les proportions que les rues qui sont en deçà5 de la place sont les mêmes qui sont au-delà. Les maisons sont uniformes et Pie VI, auteur de cette substitution, y trouve une inscription à sa gloire6 et son buste7 à l’entrée de l’église.

  • 8 Cittadina in provincia di Viterbo, sui monti Volsini.

5Après notre dîner nous côtoyâmes pendant quelque tems le lac [de] Bolsène, et nous parvînmes vers le soir à Montefiascone8, c’est à-dire la montagne du flaccon. Sans doute qu’on l’a nommée de cette manière, à cause de l’abondance et de la qualité de ses vins. Votre Grandeur sait la fameuse histoire de l’allemand qui faisoit marquer par son avant-coureur la meilleure auberge par le mot est. Le domestique trouva le vin si bon dans celle qu’il marqua à Montefiascone qu’il y mit est, est, est ; et fut obligé d’enterrer son maître le lendemain propter nimium est.

3. Anonimo sec. XVIII, Ritratto del card. de Remis (Albano, Duomo).

4. A. R. Mengs, Kitratto del card. Zelata, 1773 (Chicago, Art Institute).

  • 9 Il corpo di s. Rosa è conservato nella chiesa del monastero delle Clarisse. Cfr. A. Scriattoli, I (...)
  • 6 Ms. : nous aggiunto.

6Nous ne nous exposâmes point au même danger. Nous partîmes dès le matin pour Viterbe, assez grande ville, fameuse par ses eaux. Nous nous arrêtâmes seulement pour voir le corps de Ste Rose9, déposé dans un monastère de Clarisses. Nous étions chargés des commissions p[ou]r l’Abbesse d’une autre maison ; elle nous recommanda à ses chères sœurs. Aussitôt que nous nous6 présentâmes, on nous ouvrit du côté de l’épître une grande porte à deux battans ; et nous vîmes le corps de la s(ain)te et l’histoire des dangers qu’il avoit courus. Il y a déjà long-temps que ces religieuses conservent ce dépôt ; on en regarde la conservation comme quelque chose de surnaturel. Les papes ont souvent visité cette maison, et n’ont pas manqué de lui donner des privilèges.

  • 10 Tutti i viaggiatori d’oltralpe, che venivano a Roma per terra, passavano per la Toscana o la Romag (...)
  • 7 Ms. : même aggiunto.

7Nous touchions au moment des dangers, et nous avions plus de quarante mille à faire avant de parvenir à Rome. On nous avoit dit unanimement que nous risquions d’être attaqués d’une maladie contagieuse, et qu’il falloit ne pas se coucher en route. Nous sentîmes que l’air étoit infecté, nous prîmes nos antidotes sur nous ; mais nous avions trop besoin de nous reposer, pour ne pas nous arrêter à l’auberge. Le camérier, c’est le nom qu’on donne au domestique qui se mêle des chambres, et le maître de la maison avoient à pleurer les morts qui venoient de leur être enlevés ; mais leur chagrin étoit si noyé dans le vin que nous ne l’aperçûmes pas. L’un d’eux nous dit qu’il n’avoit ni pain ni vin à nous donner. C’étoit cependant le pied-à-terre des gens de poste. Il falloit caler doux, car on n’a jamais raison avec les personnes ivres. Nous eûmes une chambre, et dès le matin nous partîmes de Monterozi10 pour nous rendre à Rome. Nous vîmes dans ce païs célèbre par ses combats et ses maîtres, des restes de ces fameuses voies qui ont résisté à mille révolutions ; à peine trouvâmes-nous même7 un pauvre voyageur. Il y avoit de quoi s’ennuyer. Mais la vue du dôme de St Pierre nous annonça que nous toucherions bientôt au moment désiré.

  • 11 Il primitivo nome Milvius fu alterato, a partire dal XIV sec., in Molle, nome che mantenne fino a (...)

8On prétend que lorsque César vint à Cahors il imagina voir une seconde Rome ; pour moi j’ai l’honneur de certifier à Votre Grandeur qu’en voyant Rome je n’ai pas cru voir un autre Cahors, à moins que les montagnes voisines de Rome se soient éloignées de quatre à cinq lieues, ou que la terre ait vomi depuis le tems de César, les montagnes qui couvrent Cahors ; ce qu’on fait dire à cet empereur n’a aucune vraisemblance. Nous traversâmes le Tibre à Ponte Molle11, pont plus fameux par son auteur et ses restaurateurs qu’il n’a de relief par lui-même. Un grand chemin bordé par quelques maisons de campagne conduit à la porte du Peuple. Cette entrée en impose au premier coup d’œuil ; un bel obélisque au milieu de la place, la façade de deux superbes églises ; trois longues rues qui se présentent, donnent une assez bonne idée de Rome. Cette ville ne paroît pas cependant peuplée ; ce n’est qu’en s’avançant vers le centre qu’on peut juger du nombre de ses habitans.

  • 12 Casa dei Gesuiti, annessa a S. Andrea al Quirinale, assegnata alla Congregazione della Missione do (...)
  • 13 La Casa dei Minimi francesi della Trinità fu centro culturale notevole nel Settecento. Cfr. Les Fo (...)

9Il fallut arrêter notre voiture à la porte ; j’en descendis pour me rendre à notre maison de Monte Cavallo12, tandis que mes compagnons allèrent à la douanne pour assister à la visite de leur malle. Je cherchai des montagnes dans la ville et je n’en vis pas. J’apperçus, chemin faisant, la maison des Minimes français13 qui paroit une des plus hautes et j’évaluai la hauteur de son rez-de-chaussée à celle du faîte d’une maison à trois étages. Je continuai ma course, et j’entrai dans le bas du palais du pape ; j’arrivai jusques à notre maison de Montecavallo sans monter plus haut de trois étages, ainsi je conclus que les montagnes fameuses, connues sous les noms de Mont-Viminal, Esquilin, etc., n’étoient que des petites collines.

  • 14 Sulle mura aureliane. Cfr. J. Richmond, The City Wall of imperiai Rome, Oxford 1930, pp. 241-250.
  • 15 Per l’espansione urbanistica a Roma nel Settecento cfr. F. Castagnoli-C. Cecchelli - G. Giovannoni(...)
  • 16 Cfr. C. Schiavoni - E. Sonnino, Popolazione e territorio nel Lazio : 1701-1811, in La popolazione (...)

10Les Italiens prétendent que l’ancienne Rome avoit jusqu’à cinquante mille de tour ; p[ou]r moi je crois que la muraille de ceinture de Rome moderne n’a guère plus de seize mille14. Le Tibre la partage en deux parties inégales. La partie qu’il arrose à droite contient l’église de St Pierre et le Château St Ange. A sa gauche il laisse les trois quarts de la ville, dont une grande partie est bâtie sur l’ancien Champ de Mars. Les habitans se sont tellement repliés vers ce fleuve qu’on voit vers les extrémités de cette ville d’immenses possessions en vigne et en labourage15. On y trouve non seulement des maisons de campagne qu’on nomme villa ; mais encore des vignobles très considérables. Nous en possédons un, qui donne plus de trois cens barriques de vin. On estime la population de Rome à peu près de cent trente mille âmes16.

  • 17 Sul numero dei templi pagani di Roma trasformati in chiese cristiane non è possibile dare una indi (...)

11J’admirai la Providence divine en ne voyant que des débris de l’ancienne majesté romaine, et faisant attention que cette ville que la force avoit rendue la maîtresse de l’univers avoit perdu son sceptre terestre pour le revoir ensuite dans la main d’un homme choisi simplement par des vocaux sans armes et sans suite, qui ne sauroient résister à des soldats mal armés. En voyant des temples croulés, faute d’adorateurs, je me disois : est-ce là cette ville qui rassembloit tous les dieux du Paganisme, tandis qu’elle réunissoit les dépouilles de toutes les nations ? Je cherchois si le respect qu’on avoit pour les ouvrages de l’antiquité profane aurait fait conserver quelqu’un de ses monumens de religion, si quelques-uns auroient été convertis en église, comme le fut le Panthéon. J’appris qu’il y en avoit au moins quarante17, qu’on leur avoit donné le nom des hommes qui les avoient dédaignés. Noms de Saturne, de Jupiter, de la bonne Déesse, de Junon, de Minerve, de Neptune, d’Appollon, de Diane, de Vénus, de Mercure, de Bacchus, de Pan et de Vesta, vous avez disparu pour faire place à ceux de Marie, et d’Adrien, de Barthélemi, de Laurent, d’Anastasie, d’Appollinaire, de Jean, de Barbe, d’Ange, de Constance et de Théodore, on ne vous connoît plus que dans quelques statues qui prouvent le comble de la folie humaine ; Romulus, vous avez la gloire d’avoir fondé Rome ; mais vous n’y aurez point d’autel. Des arabes Côme et Damien le méritent plus que vous, on leur consacre les vôtres. Des hommes illustres comme vous dans l’antiquité ne seront point l’objet d’un hommage divin. Hercule, Castor et Pollux, Muses, faunes et nymphes, tout ce qui partagea des honneurs suprêmes dans vos murs, va les perdre. Albert, Paul, Lucie, Étienne, une vierge pure, honorée par la vérité l’emporteront sur les idoles du mensonge. Astres, vous éclairez des lieux dans lesquels on vous reconnoîtra pour l’ouvrage du Créateur, au lieu de vous prostituer un encens que vous ne connûtes jamais. Honneur, vertu, concorde, piété, qualités regardées par les hommes comme des substances, cédez aux Sixtes, aux Sebastiens, et vous, Fortune et Repos, noms peu digne[s] de paroître, on vous laissera à jamais dans l’oubli après qu’on a osé vous ériger des autels.

  • 8 Ms. : prosteter.
  • 9 Ms. : assouvir lettura incerta.
  • 18 N sta per nomen.
  • 19 Sequaces: termine latino indicante coloro che seguono assiduamente una dottrina religiosa o un ins (...)
  • 10 Ms. : le vrai pain corretto su les enfans cancellato.

12Quel enthousiasme, direz-vous, Monseigneur, je sens que je m’éloigne fort du style épistulaire ; mais vous me demandez mon voyage, je ne puis peindre cette partie qu’avec des couleurs aussi vives. J’espère que Votre Grandeur me permettra, comme elle l’a fait quelques fois, quelques écarts d’imagination et je lui demande encore grâce pour quelques lignes. Un respectable ami me conduisit vers les ruines de l’amphithéâtre de Flavius. Il me fit monter sur les plus hautes voûtes, il guidoit mon oeil de la main, afin de me faire remarquer les différens objets que j’étois curieux de voir. Voici, me disoit-il, un temple vers lequel on conduisoit les chrétiens pour offrir de l’encens aux idoles. Si l’idée des tourmens en faisoit chanceler quelqu’un, la plus part se regardoient souverainement, heureux de protester8 solennellement de leur foi et de sceller de leur sang la confession de Jésus-Christ. Là on mettoit à nud ces généreux confesseurs, et deux lignes de licteurs attendoient le moment où ils les verroient passer p[ou]r assouvir9 leur fureur sur leurs corps exténué[s] par les jeûnes. Ils entroient par la porte qui est sous vos pieds, portant sur leur front la cause de leur supplice N18 Chrétien. Leur corps déjà immolé par la main des hommes barbares étoit destiné à devenir la proie des bêtes. Pour lors, me montrant l’intérieur de l’amphithéâtre, là, disoit-il, plus de cinquante mille hommes venoient pour être les témoins du combat de ces athlètes. Voilà, me faisant baisser les yeux vers l’arène, voilà, me disoit-il encore, la terre teinte du sang des s[e]quaces19, et de tant d’autres qui vouloient être moulus par les dens des bêtes afin de devenir le vrai pain10 de Jésus-Christ. Plus dignes d’éloges que Vespasien et Tite, dont vous voyez encore les arcs de triomphe, ils n’ont reçu que du mépris de la part du monde ; mais le Ciel les regardoit avec complaisance, et les preuves de leur gloire ne seront jamais effacées. Le prêtre qui me conduisoit a donné au public en italien une histoire des saints qui ont souffert dans cet amphithéâtre ou Collisée. Il etoit mieux instruit que tout autre, et le détail qu’il fit ne pouvoit que m’enflammer. Le feu qu’il a allumé dans mon cœur n’est pas encore éteint, il n’est pas étonnant que quelques étincelles échappent encore de ma plume qui aimera toujours à dire à Votre Grandeur que j’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 Probabilmente allude alle nuove procedure doganali, stabilite con editto del 30 aprile 1786 dal tesoriere generale mons. Fabrizio Ruffo di Bagnara (1744-1827). Cfr. E. Piscitelli, Fabrizio Ruffo e la riforma economica dello Stato Pontificio, in Archivio della Società Romana di Storia Patria, LXXIV, 1951, pp. 69-145 ; L. Dal Pane, La riforma doganale di Pio VI, in Studi in memoria di B. Scorza, Roma 1940, pp. 219-258. Il termine boullaré fa riferimento al contrassegno col bollo apposto dagli ufficiali di dogana sui bagagli dei viaggiatori.

2 Oggi S. Lorenzo Nuovo. Cfr. M. Munari, S. Lorenzo Nuovo. Storia della fondazione (1737-1774), Grotte di Castro 1975.

3 La piazza ottogonale ha un diametro di ottanta metri; il progetto è di Francesco Navone.

4 Chiesa dedicata a S. Lorenzo.

5 La chiesa fu costruita nel 1778, quando la comunità dei Cappuccini si trasferì a S. Lorenzo Nuovo. Cfr. Munari, op. cit.

6 Una lapide, al centro del primo fabbricato, sulla destra della Chiesa, ricorda l'edificazione del nuovo centro con una lunga iscrizione.

7 Il busto è opera dello scultore Gasparo Sibilla.

8 Cittadina in provincia di Viterbo, sui monti Volsini.

9 Il corpo di s. Rosa è conservato nella chiesa del monastero delle Clarisse. Cfr. A. Scriattoli, I più notevoli monumenti di Viterbo, Viterbo 1929, pp. 71-73.

10 Tutti i viaggiatori d’oltralpe, che venivano a Roma per terra, passavano per la Toscana o la Romagna. Questi due itinerari si congiungevano a Monterosi. Cfr. G. Tomassetti, La campagna romana antica medievale e moderna, Bologna 1976, III, pp. 134-135.

11 Il primitivo nome Milvius fu alterato, a partire dal XIV sec., in Molle, nome che mantenne fino a tutto il XIX sec.

12 Casa dei Gesuiti, annessa a S. Andrea al Quirinale, assegnata alla Congregazione della Missione dopo la soppressione della Compagnia di Gesù. Essa viene descritta più ampiamente dall’Eyrard nella lettera XI. Cfr. G. Giachi - G. Matthiae, S. Andrea al Quirinale, Roma 1969.

13 La Casa dei Minimi francesi della Trinità fu centro culturale notevole nel Settecento. Cfr. Les Fondations nationales dans la Rome pontificale. Atti del Congresso organizzato dall’Académie de France e dall’École Française de Rome, 16-19 maggio 1978, Roma 1981.

14 Sulle mura aureliane. Cfr. J. Richmond, The City Wall of imperiai Rome, Oxford 1930, pp. 241-250.

15 Per l’espansione urbanistica a Roma nel Settecento cfr. F. Castagnoli-C. Cecchelli - G. Giovannoni - M. Zocca, Topografia e urbanistica di Roma, Bologna 1958.

16 Cfr. C. Schiavoni - E. Sonnino, Popolazione e territorio nel Lazio : 1701-1811, in La popolazione italiana nel Settecento, Bologna 1908, dove la popolazione di Roma nell’anno 1782 è stimata in 162.805 unità.

17 Sul numero dei templi pagani di Roma trasformati in chiese cristiane non è possibile dare una indicazione precisa. Per il Pantheon cfr. V. Bartoccetti, S. Maria ad Martyres, Roma 1960 ; K. De Fine Licht, The Rotunda in Rome, Copenhagen 1968 (con ampia bibliografia).

18 N sta per nomen.

19 Sequaces: termine latino indicante coloro che seguono assiduamente una dottrina religiosa o un insegnamento.

Notes de fin

1 Ms. : des aggiunto.

2 Ms. : pas aggiunto.

3 Ms. : demi corretto su demy.

4 Ms. : des arcs riscritto su d’une moitié.

5 Ms. : deça corretto su delà.

6 Ms. : nous aggiunto.

7 Ms. : même aggiunto.

8 Ms. : prosteter.

9 Ms. : assouvir lettura incerta.

10 Ms. : le vrai pain corretto su les enfans cancellato.

Table des illustrations

Légende 3. Anonimo sec. XVIII, Ritratto del card. de Remis (Albano, Duomo).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Légende 4. A. R. Mengs, Kitratto del card. Zelata, 1773 (Chicago, Art Institute).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3237/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 379k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.