Version classiqueVersion mobile

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

5ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 12 janvier 1788

2Monseigneur,

  • 1 Si tratta della Galleria degli Uffizi. Pochi anni prima era stata, per ordine di Pietro Leopoldo, (...)
  • 1 Ms. : pas aggiunto.
  • 2 Cfr. G. Luzzatto, Storia economica dell’età moderna e contemporanea Padova 1948, pp. 159-163.

3on va de Pise à Florence dans un jour sur ses chevaux, mais nous mîmes en route un demi jour de plus, parce que nous ne voulions arriver que pour y dîner le quatorze d’aoust. La superbe Galerie de Médicis1 qu’on m’avoit vanté depuis ma jeunesse ne devoit pas1 échaper à ma curiosité. Je ne voulois point y consumer une partie de la fête de l’Assomption, je ne pouvois être conduit par aucun de mes confrères parce que c’étoit pour eux un jour trop occupant. On nous donna un eclésiastique qui savoit le françois et qui connoissoit encore mieux les curiosités de Florence. L’Arno, qui passe sous les fenêtres de l’appartement que j’occupai, n’a qu’un fil d’eau dormante. Il sépare la ville en deux parties et deux ponts les réunissent. Point de bateaux, point de mouvement, ainsi Florence, qui devoit être marchande de ce côté est au contraire très déserte. L’intérieur de deux parties de la ville montre beaucoup d’activité. On dit cependant qu’elle s’est fort ralentie parce que cette ville a perdu plus de dix mille fabricans depuis dix ans. Il semble que cette capitale de la Toscane touche à l’inaction actuelle des rivales auxquelles elle a imposé là loi2.

  • 3 Riferimento al loggiato degli Uffizi.
  • 4 È la famosa Venere dei Medici, portata al Louvre nel periodo napoleonico. Cfr. G. Mansuelli, Galle (...)
  • 5 Il museo etrusco era stato allestito con materiale proveniente dal Museo Galluzzi di Volterra, per (...)

4Après avoir parcouru ce lieu célèbre nous montâmes pour voir la Galerie. Les bâtimens qui la supportent forment les deux cotés d’une rue très large. Ils ont à peu près cinquante toises de longueur, et sont réunis par des arceaux sur lesquels règne encore la galerie3. Elle est ornée de plusieurs tableaux plus curieux par la suite de l’histoire que par la délicatesse du pinceau. On y avoit placé de distance en distance des statues en marbre blanc presque toutes peu décentes. On a cependant supprimé la fameuse Vénus4. C’est domage qu’on ne puisse pas satisfaire sa curiosité dans les arts sans s’exposer à blesser la modestie et que le ciseau de certains artistes fasse suspecter leur amour pour la vertu. Le premier coup d’œil m’en déplut ; il y avoit dans le genre des curiosités des choses de mon ressort que je voulois voir ; c’étoient plusieurs instrumens des anciens sacrifices, je les remarquai et je vis en traversant les salles collatéralles de la Galerie, une grande quantité de vases étrusques5 que les soins du fameux Cosme de Medici avoient rassemblés avec une grande multitude de pièces gre[c]ques tant en marbre blanc qu’en albâtre.

  • 6 La collezione degli autoritratti, dovuta all’iniziativa del card. Leopoldo de’ Medici e sviluppata (...)
  • 7 Allude allo stemma del Granduca di Toscana, che presenta, fra le altre, le armi Asburgo-Lorena e M (...)

5De l’autre côté nous vîmes la Bibliothèque, et parmi les tableaux une salle entière de peintres peints par eux-mêmes6. Cette collection est véritablement belle. La Bibliothèque est considérable ; mais ce n’est pas dans ce genre qu’on brille à Florence. On voit plusieurs palais et plusieurs édifices publics qui portent l’écusson saillant de la maison de Médicis. On voit plusieurs statues de cette maison ; mais son sang, passé dans des familles étrangères, peut à peine conserver en petit, ses armes confondues avec une foule d’autres.7

  • 8 Il Granduca abitava a Palazzo Pitti.

6Il paroît que le grand Duc qui règne maintenant n’aime guère le faste. Trois des Princesses ses filles parurent en carrosse, n’ayant pour toute suite que trois laquais. Il occupe un château8 qui donne sur les murailles de la ville. L’irrégularité de son terrein n’empêche point certains agrémens du côté de la campagne, de l’autre il n’offre qu’une masse formée de pierres brutes. Le Prince ne manque pas de palais et de maisons de campagne, je ne les ai pas vus.

  • 9 Mons. Antonio Martini, arcivescovo di Firenze dal 1781 al 1809, noto avversario dei Gesuiti; prese (...)

7Le même jour je m’étois arrêté à la cathédrale. J’y revins le lendemain, jour de l’Assomption. L’archevêque9 pontifia en habit rouge quoiqu’il ne soit pas cardinal et les chanoines avec la cappamagna, c’est le nom qu’on donne à des vêtemens de chœur faits à peu près dans le goût de ceux que certains évêques portent en France, et qu’ils doublent de fourrure blanche en hiver. Les gens du bas chœur portaient l’aumusse sur l’épaule gauche, quelques laïques firent tous les frais du chant, placés entre la Ste table et le lutrin. Je ne fus pas émerveillé de leur musique. On me dit que je serois dedomagé après midi, parce qu’on renvoye aux vêpres les meilleurs morceaux qu’on doit faire chanter.

  • 10 Il Vicario generale della diocesi di Firenze era in quel tempo mons. Averardo Corboli.
  • 11 Il corpo della Santa era conservato nella chiesa del Monastero delle Carmelitane di S. Maria Madda (...)

8J’avois fait une visite au Grand Vicaire10, qui seul permet de voir le corps de Ste Madeleine de Pazzi11. Un chanoine qui ne nous connaissoit pas nous y avoit conduits, et notre simple qualité de prêtres étrangers fut un titre pour être bien accueillis. On craignit (comme c’étoit un jour de fête) de nous faire voir cette précieuse relique pendant le jour. L’aumônier nous donna rendez-vous à une heure de nuit.

  • 12 È la SS. Annunziata.
  • 13 Le due chiese dell’ordine dei domenicani: S. Maria Novella e S. Marco
  • 2 Ms. : de aggiunto.

9Dans l’intervalle nous parcourûmes diverses églises ; celle des Servites12 et les deux de l’ordre de St Dominique13 nous parurent bien plus agréables que la Métropole, quoique revêtue de marbre. Lorsque les bâtimens de cette matière sont vieux, ils plaisent moins que ceux de pierre commune. Nous vîmes de nouveau le Baptistaire, fait en forme de2 rotonde, beaucoup plus grand que celui de Pise, moins curieux par ses ornemens, et fameux par une lourde porte de bronze.

  • 3 Ms. : pour lors aggiunto.

10Nous nous rendîmes avant le temps chez les Carmélites, nous fîmes semblant de n’avoir rien à faire dans l’église, nous attendîmes qu’il n’y eût presque personne. Nous montâmes pour lors3 six ou sept marches du grand autel, et lorsque nous fûmes à genoux sur le marchepied nous vîmes que le devant d’autel étoit formé par un grillage doré doublé de soie cramoisie [sic]. On retira cette doublure, et nous vîmes très distinctement, au travers des glaces qui règnent le long du devant de l’autel, derrière la grille, une chambre dont le bas est au niveau du sol de l’église, et dont la couverture est faite en partie par la table de l’autel. On avoit allumé plusieurs cierges, à la faveur desquels nous vîmes le corps de la Sainte, vêtu en Carmélite ornée de différens joyaux. Il s’est conservé incorruptible. Je ne peux exprimer les mouvemens d’une s(ain)te joie que la présence de ce dépôt causa dans le cœur de plusieurs assistans. L’aumônier nous fit divers présens et ne voulut aucune rétribution.

  • 14 Mons. Scipione de’ Ricci, nato a Firenze nel 1741, morto in confino ecclesiastico a Rignano, press (...)
  • 15 È il celebre sinodo pistoiese convocato il 18 settembre 1786 da mons. Ricci.

11Je ne pouvois, étant à Florence et devant m’instruire des affaires de la religion, être indifférent sur le résultat de l’assemblée ecclésiastique qu’on y avoit tenue. Mr. Scipion de Ricci14, évêque de Pistoie et de Prato, ancien Grand Vicaire de Florence, avoit tenu un Sinode15 dans lequel il sembloit qu’il mît les prêtres au niveau des évêques relativement aux décisions de foi.

  • 4 Ms. : Collé qui e più oltre.
  • 16 Mons. Nicolò Sciarelli, vescovo di Colle dal 1782 al 1797.
  • 17 Mons. Giuseppe Pannilini (1742-1823).
  • 18 Allusione all’assemblea nazionale dei vescovi toscani, preparatoria a un concilio nazionale, convo (...)
  • 19 I Petr. 5, 3.
  • 20 Sal. 63, 8.
  • 21 II Tim. 2, 15.
  • 22 Eccli 24, 47.
  • 23 PL 33, 202: «si quid horum tota per orbem frequentat Ecclesia. Nam et hinc quin ita faciendum sit, (...)

12Il vouloit qu’on dût penser comme lui, mais il n’eut de son côté que les évêques de Colle416 et de Chiusi17. Les autres parurent fortement attachés à l’ancienne doctrine de l’Eglise. On fait espérer les actes de cette assemblée18, mais on croit qu’ils ne paraîtront pas, parce qu’ils ne sont pas favorables aux opinions du grand Duc. J’ai eu occasion de voir quelqu’un qui a figuré dans cette espèce de Concile. Si les autres évêques lui ressemblent je ne crois pas qu’ils soient propres à servir les desseins de la politique. On prétend que l’évêque de Colle s’est détaché du parti de celui de Pistoie. Ce prélat a plusieurs partisans dans les états de l’Empereur : on y a gravé son portrait qu’on a garni de plusieurs médaillons. On le représente dans l’un, au milieu de son clergé avec ce cordon : non dominantes in cleri[ci]s etc.19, dans l’autre on représente Jésus-Christ répondant aux juifs : quae sunt Caesaris Caesari, on aurait dû y ajouter : quae sunt Dei Deo ; dans le troisième des enfans nuds lancent des flèches avec ces mots : sagittae parvulorum20 ; dans le quatrième est un livre ouvert que personne ne lit, et la légende porte : recte tractans verbum veritatis21. Une tête de renard réunit les deux médaillons supérieurs. Les inférieurs sont supportés sur une espèce de socle dont le seul ornement est composé de ces paroles : videte quoniam non soli mihi laboravi, sed omnibus exquirentibus veritatem22. On pense dans la majeure partie de l’Italie bien différemment sur le compte de ce coryphée que certaines gens voudraient se donner à Rome. Surtout on glose sur tous ces éloges ; on apporte des preuves qui leur paraissent bien contraires. J’allai chez un homme en place ; je vis cette gravure au bas de laquelle il avoit écrit ces paroles : si quid universa per orbem frequentat ecclesia quin ita faciendum sit disputare intolerantissima insaniae est. S.tus Aug. Epist. 54 ad Januarium, c. 523. Je la demandai et c’est en la consultant que j’ai l’honneur de faire ce détail à Votre Grandeur.

  • 24 Probabilmente si tratta di Staggia.

13Nous avions vu tout ce qui pouvoit nous intéresser. Nous partîmes le 16 au matin afin de dîner le 17 à Sienne. Nous fûmes obligés de loger dans une petite ville très mal construite24. L’auberge étoit mémédiocre ; ma chambre donnoit sur la rue la plus vivante. Je fus dérangé toute la nuit par des voyageurs qui venoient de l’assemblée de Sienne et qui se joignoient au bruit de leurs voitures, en chantant des airs assez agréables. Nous arrivâmes le lendemain chez les siennois, nous vîmes plusieurs restes de leur fête. Sa place principale, qui par sa circonférence et sa cavité forme une immense coquille, étoit pleine encore d’étrangers, marchands ou curieux, des théâtres qu’on abattoit, et la grande rue couverte de sable pour la course des chevaux barbes. Les champions et les cavaliers qui avoient été les héros de la fête se promenoient encore avec un uniforme rouge sous l’étendart de la louve qui avoit allaité Remus et Romulus.

14La représentation de cette louve est souvent répétée sur des colonnes de pierre hautes de dix pieds. Les Siennois prétendent que c’est dans leur territoire qu’elle a sauvé le fondateur de Rome. Ils pensent se glorifier de posséder une église très remarquable. Ses dehors sont beaux, sa construction est majestueuse, ses chapelles ornées ; celle surtout qu’on nomme Chigi est très estimée. Le pavé en mosaïque forme plusieurs traits d’histoire. On le conserve depuis quelques années sous un grand marche-pied qu’on lève pour satisfaire les voyageurs. La salle qu’on nomme Bibliothèque parce qu’elle contient 29 superbes livres de chant est peinte à fresques. Elle représente plusieurs traits de la vie d’Enéas Sylvius pape sous le nom de Pie IL On ne peut rien désirer de plus parfait en genre de peinture ; aussi on ne néglige rien pour en conserver la fraîcheur, et pour en transmettre l’idée.

  • 25 Radicofani è con grande frequenza ricordata dai viaggiatori per l’ardua salita, che solo nei tempi (...)
  • 5 Ms. : nous parut ripetuto e cancellato.

15En face de la cathédrale est un superbe hôpital. On y remarque en entrant la statue d’un homme très simple avec cette inscription : sutor ultra crepidam. C’est le bon Soro, cordonnier fondateur de ce superbe edifice. Tout répond à la majesté du bâtiment. Le jardin de botanique est parfaitement bien entretenu. Nous ne pûmes donner que quelques heures à cette cité. Nous en sortîmes accompagnés des gens de la foire ; nous en rencontrâmes le long de notre chemin qui le lendemain fut bien désert et bien ennuyeux. Nous découvrîmes de bien loin la montagne de Radicofani25 qu’on dit être la plus haute des Appennins ; on nous effraya sur la difficulté de la montée. On nous disoit qu’il faudrait prendre des bufles ; cependant avec deux chevaux de renfort nous arrivâmes fort heureusement. Le village de Radicofani nous parut5 si pauvre que nous ne voulûmes pas nous y arrêter, quoique la nuit ne fût pas bien éloignée ; nous n’y vîmes que quelques femmes qui alloient puiser de l’eau et trois ou quatre qui mirent la tête à un grand trou pour nous voir passer. Nous descendîmes pendant deux heures. La nuit nous surprit au milieu du chemin et nous aboutîmes dans une très mauvaise auberge où s’étoit retiré heureusement un capucin qui devoit dire la messe pour les pauvres gens de la montagne. Il se trouva frère de deux missionnaires. Il nous fit passer le temps assez agréablement. Je ne sais, Monseigneur, si ma lettre ne cesse pas de vous rendre le temps agréable. Je finis en disant à Votre Grandeur que j’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 Si tratta della Galleria degli Uffizi. Pochi anni prima era stata, per ordine di Pietro Leopoldo, riordinata e arricchita di statue e quadri. Cfr. L. Lanzi, La Real Galleria di Firenze accresciuta e riordinata per comando di S.A.R. l’Arciduca Granduca di Toscana, operetta estratta dal tomo 47 del Giornale Pisano, Firenze 1782.

2 Cfr. G. Luzzatto, Storia economica dell’età moderna e contemporanea Padova 1948, pp. 159-163.

3 Riferimento al loggiato degli Uffizi.

4 È la famosa Venere dei Medici, portata al Louvre nel periodo napoleonico. Cfr. G. Mansuelli, Galleria degli Uffizi. Le sculture, Roma 1958, pp. 69-74.

5 Il museo etrusco era stato allestito con materiale proveniente dal Museo Galluzzi di Volterra, per quanto riguarda la scultura, e dal Museo Bucelli di Montepulciano, per la parte che riguarda le urne ‘scritte’. Cfr. Gli Uffizi. Catalogo Generale, Firenze 1979, pp. 1087-1090.

6 La collezione degli autoritratti, dovuta all’iniziativa del card. Leopoldo de’ Medici e sviluppata poi da Cosimo III, è una raccolta unica nle suo genere ; più di trecento tele rappresentano le varie scuole, la fiorentina, la romana, la veneta, nonché le scuole d’Oltralpe. Cfr. Gli Uffizi. Catalogo generale cit., pp. 765-772.

7 Allude allo stemma del Granduca di Toscana, che presenta, fra le altre, le armi Asburgo-Lorena e Medici.

8 Il Granduca abitava a Palazzo Pitti.

9 Mons. Antonio Martini, arcivescovo di Firenze dal 1781 al 1809, noto avversario dei Gesuiti; prese posizione contro Scipione de’ Ricci.

10 Il Vicario generale della diocesi di Firenze era in quel tempo mons. Averardo Corboli.

11 Il corpo della Santa era conservato nella chiesa del Monastero delle Carmelitane di S. Maria Maddalena de’ Pazzi, in Borgo Pinti; si trova dai primi del ’900 a Careggi nel conventino di S. Maria Maddalena de’ Pazzi.

12 È la SS. Annunziata.

13 Le due chiese dell’ordine dei domenicani: S. Maria Novella e S. Marco

14 Mons. Scipione de’ Ricci, nato a Firenze nel 1741, morto in confino ecclesiastico a Rignano, presso Firenze, nel 1809.

15 È il celebre sinodo pistoiese convocato il 18 settembre 1786 da mons. Ricci.

16 Mons. Nicolò Sciarelli, vescovo di Colle dal 1782 al 1797.

17 Mons. Giuseppe Pannilini (1742-1823).

18 Allusione all’assemblea nazionale dei vescovi toscani, preparatoria a un concilio nazionale, convocata il 23 aprile 1787. Venne sciolta il 9 giugno dello stesso anno, essendosi pronunciata una maggioranza di dodici vescovi contro le innovazioni presentate nel corso delle 19 sessioni. Il Granduca, resosi conto dell’impossibilità della convocazione di un concilio nazionale della Toscana, fece pubblicare nel 1788 gli Atti, memorie e Istoria dell’assemblea degli arcivescovi della Toscana favorevoli alle tesi del giuseppinismo

19 I Petr. 5, 3.

20 Sal. 63, 8.

21 II Tim. 2, 15.

22 Eccli 24, 47.

23 PL 33, 202: «si quid horum tota per orbem frequentat Ecclesia. Nam et hinc quin ita faciendum sit, disputare insolentissimae insaniae est».

24 Probabilmente si tratta di Staggia.

25 Radicofani è con grande frequenza ricordata dai viaggiatori per l’ardua salita, che solo nei tempi recenti si può evitare, percorrendo la variante appositamente realizzata. Basta ricordare il celebre testo di de Brosses in merito : « Après avoir traverse non pas des montagnes, mais des squelletes, des cimetières de rochers... sans un seul brin de verdure, nous arrivâmes à nuit noire à Radicofani, méchant village campé sur la plus haute sommité des Appenins... Le Radicofani... est fameux chez tous les voyageurs comme étant le plus détestable gîte d’Italie » (Lettres familières, ed. Colomb, 1904, I, p. 305).

Notes de fin

1 Ms. : pas aggiunto.

2 Ms. : de aggiunto.

3 Ms. : pour lors aggiunto.

4 Ms. : Collé qui e più oltre.

5 Ms. : nous parut ripetuto e cancellato.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search