Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

4ème Lettre

Texte intégral

1Toulouse le 29 décembre 1787

2Monseigneur,

  • 1 Cfr. Nuovo, e moderno libro de’ viaggi fatti da Domenico Boccolari corriere, Modena 1778, p. 43.
  • 1 Ms. : et placées aggiunto.

3j’avois tout prévu pour notre départ1 et les faquins, c’est le nom qu’on donne pour répondre à celui de facchini, qui signifie crocheteurs, étoient venus de la pointe du jour prendre notre bagage ; mais le jeune négotiant devoit encore venir avec nous, il cherchoit des raisons pour nous retarder ; mais pour n’être plus dupe des prétextes qu’il pourrait prendre je ne lui donna[i] qu’une heure. Il s’étoit chargé de faire les provisions, il parut les mains vuides. Je fis prendre à la hâte quelques refraîchissemens et nous partîmes. Nous eûmes bientôt perdu Gênes de vue, notre plaisir se renouvella sur la surface des eaux ; la côte nous fournit un spectacle moins agréable, et moins varié, je fus bien aise de relâcher vers le soir. Le patron ne s’en soucioit guère, cependant je l’obligeai de s’arrêter dans un lieu peu cultivé. Il n’offroit qu’une plage qui n’avoit que quelques masures couvertes des pierres et placées1 aux pieds d’une montagne. Le plat pais formoit un demy cercle, à peine son rayon avoit une soixantaine de toises. On m’assurait que nous ne trouverions rien, pas même un asyle ; mais j’insistai toujours et nous mouillâmes sur un petit cailloutage baigné continuellement par l’eau la plus claire qui reculoit et s’avançoit légèrement sur le port. Nous avions tout au plus une heure et demi[e] de jour. Je m’amusois sur le rivage ; on vint m’y dire qu’on m’y préparait un excellent souper. En attendant j’allai voir des pêcheurs de profession et des ; jeunes gens qui venoient de s’amuser à la pêche, ils raportoient pour leur portion de très beau[x] grondins. La curiosité me porta jusques dans notre hôtellerie : mais je fus si frappé de sa petitesse, de son embarras et de la noirceur de ses murailles que je me retirai bien vite, ne comptant guère sur un passable souper.

  • 2 Ms. : c’est du rond ( ?) aggiunto.
  • 3 Ms. : dans ripetuto due volte.

4Peu de temps après on vint me demander en quel lieu je voulois qu’on dressât la table. J’indiquai une petite barque qu’on avoit échoué sur le rivage ; on rit de mon idée ; mais on eut la complaisance de céder à mes fantaisies. On mit le couvert, on couvrit la table de mets, et comme le jour alloit manquer je demandai de la lumière : on n’avoit que des lampes à crochet ; quelques hommes vinrent pour les soutenir ; il m’étoit impossible de monter dans cette nouvelle salle à manger. Un des pêcheurs qui se trouva là me fit un escabeau de son corps ; il mit un genou à terre, je posai un pied sur celui qui étoit élevé, l’autre sur son épaule, et je gravis ainsi sur le haut du bâtiment. Du linge très blanc, une soupe délicieuse faite avec du poisson, du rondanin (c’est du rond)2 tout fraix aprêté de deux manières différentes, quelques poissons salés tels que des anchois etc. chargèrent notre table. Dans un moment nous fûmes entourés de pêcheurs qui ne montroient que la tête. Ces bonnes gens sembloient se féliciter de nous posséder. Un d’eux, voyant que nous n’avions pas de citrons, nous en jetta sur la table. Le patron qui avoit voulu diriger lui-même l’aprêt de notre repas le partagea avec nous. Nous en fîmes passer une partie aux matelots. Ce moment de liberté nous fit goûter un plaisir plus sensible que celui que peuvent procurer les fêtes les plus brillantes. Le bruit de la mer nous servit de symphonie et l’appétit fut le meilleur assaisonnement de notre repas. Nous nous confirmâmes dans3 l’idée qu’on peut être heureux sans le faste de l’opulence et les délices de la molesse.

  • 4 Ms. : Ni corretto su pas.
  • 2 Si presume alluda a Claude-Joseph Vernet (1714-1789), autore di paesaggi e marine, il quale soggio (...)
  • 3 Due sono le imboccature da ponente: una piccola, le Bocche di Portovenere, tra la città e l’isola (...)
  • 4 Il monte Muserone e il monte sopra Punta del Frate.
  • 5 Ms. : haute forse per autre.
  • 5 Le Cale di Santa Maria, del Varignano, delle Grazie, di Panigaglia e di Cadimare.
  • 6 Allusione alla Polla di Cadimare, ora non più visibile in superfìcie a seguito di lavori di ordine (...)

5Nous gagnâmes la felouque d’abord après notre souper, la mer ne s’opposa ni4 à notre repos, ni à la navigation. La côte vers laquelle nous nous trouvâmes le matin, nous parut d’un accès très difficile : quelques ports très étroits pratiqués dans le roc ; des montagnes très élevées, dont quelques blocs plongeoient sur la mer, quelques petites pointes, qui paroissoient au milieu de l’eau et sur lesquelles les habitans voisins s’exerçoient à la ligne, nous traçoient des points de vue propres au pinceau de Vernet2. Nous entrâmes vers six heures dans le golfe de la Spezzia par une embouchure3 de cinquante à soixante toises. Elle est deffendue par deux montagnes4. Celle qu’on trouve à droite forme une isle de trois à quatre lieues de tour ; elle domine sur une haute5 embouchure du même golfe. Le grand bassin de la Spezzia est unique dans son genre. Il est bordé de hautes montagnes près desquelles la nature a ménagé cinq grands ports5 qui peuvent donner retraite à des flottes considérables, sans qu’elles puissent se voir. Dans son centre est une grosse fontaine d’eau douce6 qui jaillit si fortement qu’elle repousse tout ce qui veut en approcher. Son diamètre est d’environ quatre lieues. Nous entrâmes par le côté de Portovenere, et nous cinglâmes vers Lerici, éloigné tout au plus d’une heure et demi[e] de l’autre embouchure.

  • 7 Cfr. E. Vaillé, Histoire générale des postes françaises. IV. La Ferme générale et la groupe Grimon (...)
  • 8 Le comunicazioni terrestri della Liguria erano in quell’epoca molto disagevoli e insicure, motivo (...)

6Ce port seroit totalement inconu s’il n’étoit l’endroit dans lequel débarquent les courriers de France7, et quelques autres voyageurs qui vont à Rome. La route sur la côte est impraticable pour les voitures8. Nos chevaux la suivirent difficillement. Arrivés à Lerici nous allâmes les attendre à Sarsane, ville Episcopale de la Seigneurie de Gênes. Nous avions fait remonter notre voiture et couru la poste par un chemin très étroit et très tortueux, des descentes et des montagnes très fortes, des pierres très aiguës et mal placées.

  • 9 Cfr. AA.VV., Vini e vigneti delle Cinque Terre, a cura di P. E. Faggioni, Genova 1983.

7La campagne, d’une poste et demi[e] de chemin, nous avoit paru assez agréable. Les vignes9 vont d’un arbre à l’autre à la hauteur de quatre pieds et sont disposées comme si on avoit voulu faire des guirlandes que le moindre vent peut faire voltiger. Elles traversent quelques fois la route.

  • 10 I missionari si stabilirono in Sarzana a partire dal 1735.
  • 6 Ms. : segue parola cancellata.
  • 11 Cfr. A. Neri, La Cattedrale di Sarzana, Sarzana 1900.
  • 12 Giulio Cesare Lomellino, eletto nel 1756 e morto nel 1791. Cfr. Annuario della Diocesi di Lutti, L (...)

8Notre logement fut dans un séminaire de notre congrégation10. Nous nous y délassâmes dans la compagnie de mes confrères avec lesquels nous nous instruisîmes de bien des choses. Ils nous donnèrent des lettres de recommandation jusques à Rome6 Je brûlois d’envie d’entendre parler des prédicateurs italiens ; je priai nos Messieurs de m’accompagner dans quelque église. C’étoit le jour de St Laurent. Un Père récollet prêchait dans la cathédrale11 en presénce de l’évêque12. Je compris que le prédicateur ne manquoit pas de grâces et d’onction. Après son discours on chanta les litanies avec beaucoup d’harmonie et d’accord. Des enfans de dix à quinze ans répandus dans la nef suivoient parfaitement le chœur. J’enviai cet avantage à l’Italie, peu de contrées élèvent aussi bien la jeunesse aux exercices de la religion. Je m’aperçus qu’après le salut on alloit faire un enterrement ; j’attendis près de l’église pour voir passer le convoi. On portoit le cadavre étendu sur un brancard garni de sous bassemens, la tête couronnée de fleurs. J’ai vu dans plusieurs villes le même spectacle, on le prendroit plutôt pour un triomphe solemnel que pour un tribut humiliant qu’on vient payer à la nature.

  • 13 Bartolomeo Sanminiatelli, penitenziere dell’Opera del Duomo dal 1774 al 1808.

9Nos chevaux arrivèrent assez tard. Quoique nous fussions pressés d’arriver à Rome, nous leur donnâmes du repos ; c’est pourquoi nous ne partîmes que le lendemain à quatre heures du soir, et le douze à sept heures du matin nous avions respiré dans quatre états différents, chez les Gênois à Sarsane, chez le duc de Modène à Massa-Carrara, dans la République de Luques à Via regio, et peu de tems après dans la Toscane. Notre halte fut très courte, pendant la nuit, à cause du mauvais air, et nous vînmes dîner à Pise. Nous étions adressés au grand pénitencier, frère du plus fameux négotiant de Livourne13. Il fut jaloux de nous faire voir toutes les curiosités, autant par le plaisir qu’il avoit d’obliger un ami, que par le désir d’être bien accueilli lorsqu’il viendra en France dans un voyage qu’il se propose d’y faire.

  • 14 I canonici erano sedici più un coadiutore.
  • 7 Ms.: qui corretto su elle.
  • 15 Si riferisce al pergamo di Giovanni Pisano (1302-1310).
  • 16 Le antiche porte bronzee, distrutte nell’incendio del 1596 (rimane la sola porta di S. Ranieri, op (...)
  • 17 In occasione della festa dell’Assunta si addobbava l’interno della Cattedrale con particolare sole (...)
  • 8 Ms.: oeil apparentemente corretto su oeuil ; la stessa correzione ricorre altrove.

10Pise est véritablement digne de nos regards. Les chanoines de la métropole14 sont plus à portée que personne de proposer les objets les plus intéressans. Ils font presque tous partie de la cathédrale qui7 ne cède guère à celles du second ordre qu’on peut trouver en Italie. Cette église est vaste, bâtie en marbre blanc et noir. La chaire15 est de diverses pierres estimées, d’une structure hardie et d’une sculpture de bon goût. Elle a des portes de bronze16. Le détail des tableaux de bon maître est immense. On avoit distribué dans l’église plus de quatre mille cierges qui devoient brûler pendant le troisième nocturne de l’office de l’assomption17. Avec ces décorations cette église n’offre pas un coup d’œuil agréable parce que les murailles en paroissent trop fumées. Nous remarquâmes sur le derrière une tour penchante. C’est un très haut clocher isolé qui se termine en flèche. Il est composé extérieurement en marbre blanc et noir alternés. D’habiles géomètres prétendent qu’elle n’a perdu que treize pieds de son aplom[b] ; mais l’œil8 décide que le sommet s’éloigne de la perpendiculaire de plus de trois toises. On ignore si l’architecte en bâtissant s’étoit proposé cette pente, ou si quelque événement a dérangé la base. Il me semble qu’il faut prendre le premier parti ; car les marches sont horizontales comme si l’on avoit prévu cette forte inclinaison. Pise n’est pas le seul endroit qui possède des tours de cette espèce.

  • 18 Cfr. R. Rey, La cathédrale de Cahors et les origines de l’architecture à coupoles d’Aquitaine, Cah (...)

11Plusieurs églises d’Italie ont d’anciens baptistaires à quelque espace de la cathédrale. On en voit à Florence, à Sienne, à St Jean de Latran ; ils sont isolés. Celui de Pise est en face de la cathédrale d’une belle hauteur. Sa coupole est dans la même proportion que les calotes de la cathédrale de Cahors18. On voit au milieu une superbe cuve de marbre qui porte aux quatre coins de petites cuvettes dans lesquelles un petit enfant pourrait se tenir debout. Le jubé est très bien exécuté en marbre, le moindre jeu des sièges mouvans des stales excite un bruit très fort, qui se répète plusieurs fois. Sur un des côtés de la place, entre le baptistaire et la cathedrale, est un superbe parallellograme grand et en portique comme le cloître des Chartreux. C’est un cimetière dont les murailles sont chargées de plusieurs peintures à fresque, de sarcophages, de tombeaux et d’épitaphes.

12On fait quelques cas d’un pont de marbre de cette ville. On y voit une colonne et une statue dressée à la mémoire d’un chien qui arrêta autrefois les florentins qui venaient insulter la ville. Voilà sans doute des gens bien reconnaissans : les chiens n’en ont pas plus étés [sic] encouragés pour les deffendre, car il y a déjà longtems que leur liberté est enchaînée à la volonté de Florence. Je laisse aux politiques à raisonner sur les causes du changement de maître dans toutes ces contrées, me réservant de transporter au plus tôt Votre Grandeur en esprit dans la capitale du grand Duché de Toscane. J’ai l’honneur d’être etc.

Notes

1 Cfr. Nuovo, e moderno libro de’ viaggi fatti da Domenico Boccolari corriere, Modena 1778, p. 43.

2 Si presume alluda a Claude-Joseph Vernet (1714-1789), autore di paesaggi e marine, il quale soggiornò a lungo in Italia.

3 Due sono le imboccature da ponente: una piccola, le Bocche di Portovenere, tra la città e l’isola Palmaria (alla quale sembra alludere l’Eyrard); l’altra più ampia, le bocche di Tino, tra l’isola Palmaria e quella di Tino.

4 Il monte Muserone e il monte sopra Punta del Frate.

5 Le Cale di Santa Maria, del Varignano, delle Grazie, di Panigaglia e di Cadimare.

6 Allusione alla Polla di Cadimare, ora non più visibile in superfìcie a seguito di lavori di ordine militare.

7 Cfr. E. Vaillé, Histoire générale des postes françaises. IV. La Ferme générale et la groupe Grimond-Thiroux (1738-1789), Paris 1955, p. 390.

8 Le comunicazioni terrestri della Liguria erano in quell’epoca molto disagevoli e insicure, motivo per cui molti visitatori stranieri la escludevano dal ‘Grand Tour’.

9 Cfr. AA.VV., Vini e vigneti delle Cinque Terre, a cura di P. E. Faggioni, Genova 1983.

10 I missionari si stabilirono in Sarzana a partire dal 1735.

11 Cfr. A. Neri, La Cattedrale di Sarzana, Sarzana 1900.

12 Giulio Cesare Lomellino, eletto nel 1756 e morto nel 1791. Cfr. Annuario della Diocesi di Lutti, La Spezia e Brugnato, La Spezia 1963, p. 39.

13 Bartolomeo Sanminiatelli, penitenziere dell’Opera del Duomo dal 1774 al 1808.

14 I canonici erano sedici più un coadiutore.

15 Si riferisce al pergamo di Giovanni Pisano (1302-1310).

16 Le antiche porte bronzee, distrutte nell’incendio del 1596 (rimane la sola porta di S. Ranieri, opera del Bonanno : 1180), furono sostituite nel 1602 da altre eseguite, su disegno del Giambologna, da alcuni suoi allievi.

17 In occasione della festa dell’Assunta si addobbava l’interno della Cattedrale con particolare solennità. A testimonianza di tale consuetudine esistono nell’Archivio di Stato di Pisa, provenienti dall’Opera del Duomo, alcuni documenti relativi al dettaglio delle spese sostenute in tali occasioni, dai quali si rileva, tra l’altro, come venissero impiegati 44 uomini per la sola operazione di accensione e di spegnimento della ‘luminaria’ (A.S. Pisa, Filze 411, cc. 61 e 631, c. 108). Presso la Biblioteca Cateriniana del Seminario di Pisa (già Bibl. di S. Domenico) esiste una descrizione dei festeggiamenti della vigilia e del giorno dell’Assunta del 1787, quelli appunto ai quali fa cenno l’Eyrard: A. Lucchetti, Memorie dei suoi tempi, ms. cartaceo (XVIII sec.) nn. 161-162, II tomo (Mazzatinti 135-136).

18 Cfr. R. Rey, La cathédrale de Cahors et les origines de l’architecture à coupoles d’Aquitaine, Cahors 1925.

Notes de fin

1 Ms. : et placées aggiunto.

2 Ms. : c’est du rond ( ?) aggiunto.

3 Ms. : dans ripetuto due volte.

4 Ms. : Ni corretto su pas.

5 Ms. : haute forse per autre.

6 Ms. : segue parola cancellata.

7 Ms.: qui corretto su elle.

8 Ms.: oeil apparentemente corretto su oeuil ; la stessa correzione ricorre altrove.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.