Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

3ème Lettre

Full text

1Toulouse le 15 décembre 1787

2Monseigneur,

  • 1 Attualmente non si ha notizia di una cappella interna alla Casa ; esiste invece la Chiesa dei Miss (...)
  • 1 Ms. : exsannement ( ?).
  • 2 La Casa infatti era aperta al clero e ai laici per gli esercizi spirituali.

3vous attendez des nouvelles de Gênes, je n’omettrai rien de ce qui m’a frappé. Je lui rendis bientôt l’estime qu’elle mérite. La chapelle1 de notre maison qu’on me montra sans beaucoup de prétention me fit bien augurer en faveur des églises. Elle est pavée de marbre, les murailles en sont couvertes, trois beaux autels de chaque côté, ornés de tableaux de bons maîtres, un chœur spacieux chargé de dorures, un maître-autel riche et de bon goût, un bon jeu d’orgues ; les jalousies, que cette maison exige, extrêmement1 riches ; la voûte et un petit dôme, enrichi de peintures agréables analogues aux vertus de St Vincent, donnent un ensemble accompli. La sacristie qui l’accompagne est décorée d’un beau plafond, revêtue d’une boiserie très délicate, des vestiaires très beaux, des armoires très commodes, et des confessionnaux très bien disposés. J’ai l’honneur de dire à Votre Grandeur que cette maison exige des jalousies parce que les grands viennent quelquefois s’y dérober aux affaires, aux honneurs, à la société, afin de s’y recueillir dans la retraite2.

  • 3 Si tratta della Cattedrale di S. Lorenzo, patrono di Genova, già officiata da un collegio di canon (...)
  • 2 Ms. : la grande ripetuto due volte e cancellato.

4Quoique la chaleur fût excessive et qu’on soit à Gênes dans l’usage de prendre du repos après midi, je n’en voulus pas. Je partis d’abord à l’heure de la récréation avec un de mes confrères, afin de visiter les églises. J’en vis au moins dix, toutes très belles. On ne saurait supputer les dépenses des décorations extraordinaires qu’on y fait pour certains jours solennels. On avoit achevé de tendre l’Église de St Laurent pour la fête du Saint3. Son édifice est très grand ; il est composé de trois nefs, il étoit couvert depuis le rez-de-chaussée jusqu’à la voûte de damas cramoisi. Toutes les cousures étoient cachées par un galon en or de trois doigts, tous les arceaux qui séparent la grande2 nef des petites supportoient d’immenses rideaux, élevés par gradation d’une manière élégante et joliment assujettis ; le long de toutes les corniches regnoient de[s] pentes garnies en franges d’une forme proportionnée à la décoration.

  • 3 Ms. : Chez ripetuto due volte.
  • 4 I Filippini arrivarono a Genova nel 1659.

5De beaux tableaux, des statues précieuses, des chandeliers immenses, des autels même d’argent massif n’y sont pas rares. Les bougies annoncent dans toutes les églises une sainte profusion. Nous trouvâmes presque dans toutes celles où j’entrai des jeunes gens de deux sexes rangés dans la nef sur plusieurs lignes, les uns d’un côté, les autres de l’autre, sous la direction de deux laïques qui se tennoient à chaque extrémité pour leur apprendre à chanter l’oraison dominicale, la salutation angélique et le simbole. Chez3 les Philippins4 (c’est ainsi qu’on nomme en Italie les pr[ê]tres de l’oratoire de St Philippe de Néry) je vis le même ordre à la tête d’un grand nombre d’auditeurs près du sanctuaire et tournés vers la porte. Un vieux prêtre proposoit des doutes sur le purgatoire. Près de la porte se tenoit un jeune eclésiastique âgé d’une vingtaine d’années qui lui répondoit ; ils portoient tous deux à la main une verge de sept à huit pieds selon l’usage reçu pour ces sortes d’exercices.

  • 5 È il Palazzo Durazzo, poi Reale, nella strada Balbi. Cfr. Descrizione della città di Genova da un (...)
  • 6 Si tratta del Collegio e della Chiesa di S. Antonio Abate.
  • 7 Opera di Paolo Veronese. Il quadro, dipinto per il Refettorio del Monastero dei SS. Nazario e Cels (...)
  • 8 Gli affreschi della Galleria del Palazzo Durazzo sono di Domenico Pardi.

6En revenant des églises nous passâmes par des très belles et grandes rues. Celle qu’on nomme Balbi me parut la plus remarquable. J’y distainguai plusieurs très beaux palais. C’est le nom qu’on donne à de superbes hôtels qui n’ont pas d’avant cour comme ceux de Paris et qui ne possèdent presque pas de jardin. Le nom que les Italiens affectent même quelquefois à de simples bâtisses, qu’on nomme aussi fabriques lorsqu’elles sont très considérables, se rend en leur langue par le mot palazzio. À Gênes ces palazzio annoncent beaucoup de majesté. Celui du noble Marcellin Durazzo5 est un des plus intéressants. Le vaste de sa totalité en impose. Les terrasses qui dominent sur la mer, son jardin quoique petit, le collège et la parroisse6 qui sont renfermés dans son enceinte, ne lui donnent pas moins de relief qu’une superbe enfilade d’appartemens très bien ornés. J’y remarquai un tableau d’environ six à sept pieds qui représente la femme pécheresse aux pieds du Seigneur7. C’est vraisemblablement le meilleur morceau de pein ture qu’on trouve aux environs. On y voit avec plaisir une petite galerie joliment ornée8, qui n’a d’autre portrait que ceux de Darius, de Sardanapale, de Ptolomée et d’Auguste, et je compris que ce choix n’avait pas été fait sans raison. Je la découvris en lisant deux vers placés sur le dessus des portes : ces vers disoient que leurs prédécesseurs s’étoient élevés au plus haut point de gloire par la frugalité, le travail et la justice ; mais que ces princes s’étoient perdus par la bonne chère, le jeu et les femmes. Belle leçon faite à des jeunes républicains, par un ancien doge, qui par ses vertus a contribué lui-même au bonheur de la république. J’avois pris une note de ces vers ; mais ils se sont échapés tous deux de mon portefeuille, et le second est le seul que ma mémoire ait retenu :

  • 9 I distici al di sopra della porta, che spiegano l’idea dell’artista, sono in realtà :
    Assirus, Grae (...)

Sustulit imbellem Bacchus, Apollo, Venus9

  • 10 La Congregazione dei Teatini fu fondata in Roma il 14 settembre 1524 da s. Gaetano da Thiene, la c (...)
  • 11 Il Palazzo Ducale, un tempo residenza dei Dogi e sede della magistratura del governo, è ora adibit (...)
  • 12 Raffaello de’ Ferrari, doge dal luglio 1787 alla fine del 1789. Il doge non poteva, durante i due (...)

7J’appris que le Doge devoit se rendre chez les Théatins pour y célébrer la fête de Saint Gaëtan10. Je me transportai au Sénat11, pour voir passer le cortège. Quelques eclésiastiques de la chapelle offrirent aux missionnaires qui nous accompagnoient de nous conduire à la tri bune. J’y vis à mon aise le Doge accompagné de douze sénateurs12. Ils furent accueillis par l’aumônier de la république qui est Dominicain. Je ne savois comment pouvoit être composé un surplis dont se revêtit ce religieux ; il paroissoit juste à la taille, haut seulement de deux pieds. Je m’apperçus que c’étoit une espèce de rochet à très petit[s] plis, qui s’élargissoit lorsqu’on en avoit besoin, et qui revenoit bientôt à sa première forme.

8Le Doge me parut un homme d’une belle taille, il portoit une robe de damas cramoisi à manches larges et sans plis, qui touchoient d’un bout jusqu’à terre et qui sont tellement échancrées sur le bras qu’elles ne passent pas le poignet. Son bonet seroit à peu près comme les nôtres, s’il étoit moins large du haut. Il est rouge, et couronné d’une très petite houpe qui n’a tout au plus que cent fils, les vêtemens des sénateurs sont de la même étoffe, et de la même forme, mais en noir. On avoit préparé au chef de la république un grand prie-Dieu en face de l’autel ; il se prosterna étant au milieu de deux sénateurs, les autres se placèrent sur deux lignes de droite à gauche en allant de la place du Doge au sanctuaire. On chanta les litanies de la Sainte Vierge avec l’oraison pour la république pour commencer la neuvaine préparatoire à la fête de l’Assomption.

  • 13 La « Messe Rouge » era celebrata in onore dello Spirito Santo, all’inizio dell’anno civile, al tem (...)

9Après qu’on eut donné la bénédiction du St Sacrement, on disposa le cortège. Des gardes du palais formèrent deux lignes. Seize pages, hommes de trente à quarante ans, venoient après, portant des hauts-de-chausses et une veste de satin bleu de ciel, sur l’épaule gauche, un demi-manteau cramoisi, le tout galoné ; des bas de soye brodés en or, et une grande perruque à la conseillère, très bien retapée. Le Doge entra dans une chaise couverte en dehors et en dedans d’un velours cramoisi ; après lui sur la même ligne venoient les sénateurs, les premiers officiers de terre et de mer vêtus simplement en noir portés dans des chaises uniformes, couvertes en marroquin, garnies de gros doux dorés, et doublées d’étoffe noire. Les troupes se tenoient sous les armes, sur leur passage les chantres et les symphonies les annoncèrent : ils assistèrent à la grand Messe pendant laquelle une dame génoise parut en noir selon leur costume et fit dans l’assemblée tous les saluts d’usage avant de commencer à faire la quêtte pour les pauvres, à peu près comme à Paris à la Messe Rouge13.

  • 14 Istituzione filantropica fondata a Genova da Domenico Fieschi nel 1749 con lo scopo di raccogliere (...)
  • 15 Fondatrice di questa istituzione in favore delle fanciulle abbandonate fu Virginia Bracelli. Emanu (...)
  • 4 Ms. : y est grand aggiunto.

10Cette ville est remplie d’établissements utiles, de bons hôpitaux, des conservatoires, parmi lesquels on distingue ceux de Fiesque14 et de Brignolet15, plusieurs manufactures en soye, lui donnent du relief. Il paroît beaucoup d’industries dans cette ville, le nombre des orffèvres et des sculpteurs en marbre y est grand ;4 les confisseurs et les fleuristes y sont très multipliés. On étale de toutes parts des pâtes propres à l’usage de la table ; on met de l’art même dans la manière de les exposer en vente. Le tout est surmonté d’une gaze afin qu’elles ne s’altèrent pas. Le chocolat est annoncé sur la porte de tous les caffés. Toute sorte de fruits et surtout de citrons, qu’on rancontre au coin de toutes les rues, annoncent la bonté du terrein voisin, car celui de Gênes est assez sec.

11Mes yeux ne pouvoient pas se faire à la vue des femmes du bas étage qui vont presque toujours la tête nue, leurs cheveux tressés disposéz en rond sur le derrière de la tête et soutenus par quelques éguilles en argent et quelques compas. On en voit qui sont peut-être octogénaires, qui, n’ayant que quelques cheveux gris échapés à la voracité du tems, couronnent quelquefois leur tête chauve d’une houpe rouge. Dans le moyen étage les femmes ont la tête converte de deux aunes d’indienne blanche à petits desseins qui leur tient lieu de voile. Les dames ne paroissent en cérémonie qu’habillées en noir ; partout ailleurs elles sont vêtues comme nos françoises.

1. A. Giolfi dis., G. L. Guidotti inc., Veduta del Porto Reale di Genova, 2a metà XVIII sec. (Genova, Raccolta topografica del Comune).

2. B. Nocchi, Veduta di S. Lorenzo Nuovo, 1780 ca. (Città del Vaticano, Museo Gregoriano Etrusco, Emiciclo).

  • 16 Attualmente La Turbie, nel dipartimento delle Alpi Marittime, situata sulla Grande Comiche sopra M (...)

12Nous avions fait passer nos chevaux par La Torbie16, Menton et Savone. Le conducteur, quoique très bien payé, guida très mal notre domestique. Il ne savoit ni la route, ni le françois ; il étoit plus embarrassant qu’utile. On le renvoya après qu’il eut épuisé un cheval à force de le monter dans des endroits raboteux. Ces animaux arrivèrent harasséz, ils devoient faire une grande route ; on leur donna du répit pour un jour, et comme il étoit très important pour nous de profiter du beau tems, et de prendre le chemin le plus court, nous nous proposâmes de passer par Lerici, Sarsane, et Pise. Notre voiture étoit encore dans la felouque. Notre patron se contentoit de vingt écus de France, les matelots désiroient de voir leur famille, nous donnâmes le rendez-vous à notre postillon dans notre maison de Sarsane ; nous nous préparâmes à nous mettre encore de nouveau sur mer. Ce nouvel embarquement commencera le détail que je vous destine pour l’ordinaire prochain. J’ai l’honneur etc.

Notes

1 Attualmente non si ha notizia di una cappella interna alla Casa ; esiste invece la Chiesa dei Missionari di S. Vincenzo. Cfr. G. Marcenaro - F. Repetto, Dizionario delle chiese di Genova, II, Genova 1974, pp. 213-219.

2 La Casa infatti era aperta al clero e ai laici per gli esercizi spirituali.

3 Si tratta della Cattedrale di S. Lorenzo, patrono di Genova, già officiata da un collegio di canonici nell’878. La festa del Santo si celebra il 10 agosto.

4 I Filippini arrivarono a Genova nel 1659.

5 È il Palazzo Durazzo, poi Reale, nella strada Balbi. Cfr. Descrizione della città di Genova da un anonimo del 1818, a cura di E. e F. Poleggi, Genova 19742, pp. 73-77.

6 Si tratta del Collegio e della Chiesa di S. Antonio Abate.

7 Opera di Paolo Veronese. Il quadro, dipinto per il Refettorio del Monastero dei SS. Nazario e Celso a Verona, fu venduto, circa il 1646, alla famiglia genovese degli Spinola e quindi ai Durazzo, che lo collocarono nel salotto detto appunto di Paolo. Attualmente è nella Galleria Sabauda di Torino. Cfr. P. Torriti, Il Palazzo Reale di Genova e la sua Galleria, Genova 1963, p. 31 ; N. Gabrielli, Galleria Sabauda. Maestri Italiani, Torino 1971, p. 254.

8 Gli affreschi della Galleria del Palazzo Durazzo sono di Domenico Pardi.

9 I distici al di sopra della porta, che spiegano l’idea dell’artista, sono in realtà :
Assirus, Graecus, Romanus, Persicus alto
Jam stetit, everso nunc jacet imperio.
Extulit integritas, gravitas, moderatio fortem
Subruit imbellem Bacchus, Apollo, Venus.
Cfr. F. Alizeri, Guida artistica per la città di Genova, Genova 1846, II, p. 140.

10 La Congregazione dei Teatini fu fondata in Roma il 14 settembre 1524 da s. Gaetano da Thiene, la cui festa si celebra il 7 agosto nella chiesa di S. Siro a Genova, dove la terza cappella a destra è dedicata al Santo.

11 Il Palazzo Ducale, un tempo residenza dei Dogi e sede della magistratura del governo, è ora adibito a Palazzo di Giustizia. Devastato nel 1777 da un incendio, il palazzo fu ricostruito su disegno di Simone Cantoni.

12 Raffaello de’ Ferrari, doge dal luglio 1787 alla fine del 1789. Il doge non poteva, durante i due anni di carica, uscire dal palazzo, se non in circostanze stabilite dalla prassi e in modo solenne. Era generalmente accompagnato da dodici senatori, detti anche ‘governatori’, che formavano il Serenissimo Senato. Cfr. G. Banchero, Genova e le due riviere, Genova 1846, p. 333.

13 La « Messe Rouge » era celebrata in onore dello Spirito Santo, all’inizio dell’anno civile, al tempo degli Stati Generali, prima della Rivoluzione.

14 Istituzione filantropica fondata a Genova da Domenico Fieschi nel 1749 con lo scopo di raccogliere ed educare le fanciulle di strada povere e derelitte. Cfr. Banchero, op. cit., pp. 183-190.

15 Fondatrice di questa istituzione in favore delle fanciulle abbandonate fu Virginia Bracelli. Emanuele Brignole volle in seguito farne qualcosa di simile alla Congregazione di S. Vincenzo de’ Paoli. Cfr. Banchero, op. cit., pp. 175-179.

16 Attualmente La Turbie, nel dipartimento delle Alpi Marittime, situata sulla Grande Comiche sopra Monaco. Prende il nome dai Tropaea Augusti.

Endnotes

1 Ms. : exsannement ( ?).

2 Ms. : la grande ripetuto due volte e cancellato.

3 Ms. : Chez ripetuto due volte.

4 Ms. : y est grand aggiunto.

List of illustrations

Caption 1. A. Giolfi dis., G. L. Guidotti inc., Veduta del Porto Reale di Genova, 2a metà XVIII sec. (Genova, Raccolta topografica del Comune).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3228/img-1.jpg
File image/jpeg, 515k
Caption 2. B. Nocchi, Veduta di S. Lorenzo Nuovo, 1780 ca. (Città del Vaticano, Museo Gregoriano Etrusco, Emiciclo).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3228/img-2.jpg
File image/jpeg, 593k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.