Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la congrégation de la Mission (1787)

 | 
François Eyrard

Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard prêtre de la congrégation de la Mission détaillé à Mgr de Nicolaï évêque de Cahors en forme de lettres, 1787

2ème Lettre

Texte intégral

1Larose le 1 décembre 1787

2Monseigneur,

  • 1 Su questo testo cfr. Introduzione, p. 12, nota 17.
  • 1 Ms.: L’Erichi; altrove nella forma Lerichi, per Lerici.
  • 2 Cfr. E. Vaillé, Les relations avec les états italiens. Le courrier de Rome, in Histoire générale d (...)
  • 2 Ms.: peut.

3nous sommes entrés en Italie avec toutes les ressources qu’ont ordinairement les voyageurs qui veulent voir les objets intéressans ; nous formions entre nous une petite bibliothèque : indépendamment des livres de notre état, nous avions un voyageur en quatre volumes1, un atlas géographique d’Italie qui renfermoit le plan exa[c]t de la pluspart des villes, un dictionnaire géographique un manuel, etc. On fut étonné de nous voir arriver à Nice le deux aoust pour nous rendre promptement à Rome, car le voyage n’est guère de la saison ; un prêtre italien d’environ soixante ans qui avoit traversé plusieurs fois la France et l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie et qui nous rendoit compte jusqu’au plus petit détail de nos petites villes de province, voulut diriger nos pas. Il nous annonça que lorsque nous serions à Gênes il faudrait nous rembarquer pour aller à Lerici1, ou prendre par terre la longue route de Parme. Il nous assura que nous ne pouvions faire autrement, que nous n’avions rien à craindre, et que c’est la route que tient le courrier de France qui porte les lettres de Paris à Rome par Antibes et Gênes2. Fixés sur le chemin que nous devions prendre, et instruits des hôtelleries et des monoyes, nous nous disposâmes à partir aussitôt que notre felouque serait arrivée. Le patron ne tarda pas à nous avertir ; nous donnâmes ordre de transporter notre voiture au port et de la démonter. Un habitant de Nice, venu dans une chaise qui suivoit la nôtre depuis quelque jour, procura un conducteur à notre postillon, afin qu’il pût2 l’accompagner jusqu’à notre Maison de Gênes.

  • 3 Carlo Eugenio Valperga di Maglione, vescovo di Nizza dal 1780 al 1801.
  • 4 A partire dal 1717 la città si sviluppa secondo un preciso piano: all’intrico di viuzze si sostitu (...)
  • 3 Ms.: cancellato de tables.
  • 5 È la ‘Place Victor-Amédée’, divenuta poi ‘Place Garibaldi’ ; le costruzioni ad arcate che la circo (...)
  • 6 Verso la metà del XVIII sec. la ‘Porte Pairolière’ venne abbattuta e sostituita con la ‘Porte de T (...)
  • 7 La creazione dell’attuale porto di Lympia risale al 1749 ; il modesto porto precedente era di fron (...)
  • 8 L’aumento del traffico sulla via del Colle di Tenda, a seguito della costruzione del nuovo porto, (...)
  • 9 Vittorio Amedeo III, re di Sardegna dal 1773 al 1796.

4Nous convînmes avec le jeune négotiant qui nous avoit suivis que nous passerions tout au plus la matinée dans Nice ; mais il fit si bien que nous lui accordâmes jusques à quatre heures du soir. J’allai demander au secrétaire de l’évêché la permission de célébrer la messe. Le secrétaire voulut absolument que j’allasse trouver Monseigneur l’évêque3. Je croyois ne faire qu’un simple acte de représentation, mais quelqu’un m’avoit annoncé avant que j’eusse même pensé à voir ce prélat. Il fallut avoir avec lui une longue conférence. Je n’acceptai point les offres qu’il me fit de manger chez lui. Je voulois voir Nice à mon aise, j’en avois déjà parcouru une partie ; j’avois vu une longue suite de bâtiments neufs et bien allignés4. Ceux que je trouvai ensuite me parurent assez mal construits. Les rues sont très étroites, mais on y voit beaucoup de mouvement. Les gens de Nice vantent leurs boucheries parce qu’on peut les netoyer facilement, et parce que leurs étaux sont3 en marbre. On trouve à peu près au débouché de l’ancienne ville une grande place neuve5 entourée de bâtiments et de portiques, décorée par la porte où commence le chemin de Turin, par le Col de Tende, on la nomme Victoria6. Me repliant sur la droite, je vis plusieurs travaux du port7 qu’on a imaginés afin de pouvoir faire facilement le tour du roc peu spacieux et très élevé, sur lequel étoit une ancienne forteresse. La ville y est adossée d’un côté. Les forçats8 auront bientôt tiré assez de pierre pour donner un grand passage à ceux qui voudront aller au port qui se trouve placé de l’autre côté de [la] montagne. Ce port paroît très peu de chose à ceux qui sont accoutumés à en voir d’autres beaucoup plus grands ; mais il doit être très précieux au prince de Piémont9 parce qu’il n’en a pas d’autre.

5Un enthousiaste de Nice voulut absolument me faire parcourir et la ville et la campagne. Nous eussions été épuisés de fatigue et de chaud si nous avions voulu faire visite à tous les oliviers et à tous les orangers qui lui paroissoient estimables. J’eus beau doubler le pas dans mes courses et faire des instances : nous ne pûmes partir que vers sept heures du soir. On retenoit le jeune négotiant qui devoit nous servir d’interprète ; on ne mettoit point d’activité dans l’achat des [sic] nos provisions, on m’acabloit de politesses dont je ne me souciois guère, je n’étois pas content, mais lorsque je vis que tout étoit prêt et que je n’avois que le dernier adieu à faire, j’oubliai le passé.

  • 10 La casa di Sanremo della Congregazione della Missione, fondata nel 1708, fu soppressa nel 1805, qu (...)

6Nous partîmes enfin. Le soleil allait se baigner dans l’Océan et nous allions vers son lever, dans l’espoir du repos de la nuit et pleins du désir de le revoir à son aurore ; mais la lune qui ne tarda pas à paroître nous permit de distinguer à sa lueur plusieurs objets agréables qui se présentoient sur la côte. Les matelots chantoient et faisoient de tems en tems d’agréables accords. Je ne me livrai que foiblement au sommeil ; je m’amusois à remarquer les phosphores qui se formoient de tems en tems sous l’effort de certaines rames. Je les suivois dans leure [sic] fuite, ils paroissoient sensibles pendant deux ou trois secondes. Je ne fus point effrayé de voir notre légère barque seule en pleine mer, de me trouver au milieu de douze étrangers, qui parloient une langue que je ne connoissez [sic] pas ; vents, écueils, pirates, je ne craignois rien ; j’attendois tout de la providence qui m’accompagne, et, à mesure que la nuit cédoit la place à l’aurore, nous découvrîmes de plus en plus la côte de Gênes : les petites villes ou bourgades dont elle est peuplée lui donnent bien de l’agrément. À voir la ville de San-Remo à la portée du canon on la prendroit pour un composé des plus superbes maisons de campagne des environs de Paris. Si j’avois su que nous y possédions une maison10 je m’y serois peut-être arrêté ; mais nous continuâmes notre route, et nous ne relachâmes que quelques instans pendant cette journée.

  • 4 Ms.: cancellato en provisions.
  • 11 Dal tardo Settecento in poi ebbe una chiesa parrocchiale e conventuale. Nel 1814 il convento diven (...)

7Nos provisions avoient été faites avec beaucoup de soin ; on nous avoit préparé un poisson extrêmement gros dont je ne me rappelle plus le nom, des fruits, du vin exquis, et nous étions pourvus4 comme pour un voyage de long cours ; nous faisions toujours notre chemin. Les matelots ne discontinuoient pas de chanter ; quoique je comprisse très peu ce qu’ils disoient, je trouvois dans leur langage une agréable naïveté ; je reconnoissois tant de goût pour le chant dans ces gens incultes que j’imaginai qu’en Italie tout homme étoit rossignol ; mais je me trompois. L’expérience me fit apercevoir qu’avant de juger d’une nation il faut écarter les préjugés et s’étudier à la connoître. Nous rencontrâmes dans la journée plusieurs barques, nous aperçûmes de loin beaucoup de voiles. La diversité des objets qui se présentoient à nous le long de la côte, et l’uniformité de la mer, nous firent passer très bien notre journée. La nuit vint user de ses droits, et comme la lune n’étoit pas encore levée nous pûmes apercevoir sans obstacle, pendant deux heures, une très belle illumination qui décoroit les dehors d’un monastère de l’ordre de St Dominique11, auprès de la petite ville de Savone. C’était précisément la fête du S(ain)t instituteur et titulaire ; nous eûmes plus d’une fois cet agrément dans notre voyage. L’amour du repos l’emporta sur notre curiosité après que nous eûmes assez fatigué notre vue ; nous ne nous réveillâmes que pour remarquer de loin les grands fanaux de Gênes.

8Nous eûmes le vent un peu contraire pendant quelque moment, le calme revint et le vent favorable lui succéda ; nous fûmes bientôt à portée d’entrer dans la petite anse le long de laquelle règne le port de Gênes [fig. 1]. Un nombre assez diversifié de pavillons flottoit dans les airs entre les masts qui leur servoient de base. Nous vîmes plusieurs petits bateaux qui transportoient de la ville un peuple immense d’habitans ou sur le bord de la mer pour se rafraîchir ou dans des maisons de campagne pour y passer la journée. La ville se présenta bientôt dans presque toute son étendue. Elle forme un superbe amphit[h]éâtre qui en impose. Nous abordâmes vers un petit môle qui s’avance peu dans le milieu du port, et lorsque notre patron eut présenté son certificat de santé nous descendîmes. Le jeune négotiant se chargea de conduire mes compagnons dans un hôtel, et j’allai seul à notre maison. Je pouvois prendre un léger esquif, et le chemin le plus court, mais je préférai traverser la ville. Je longeai la rue la plus voisine du port, et elle ne répondit point à l’idée que je m’en étois faite. Elle n’avoit d’un côté qu’une très haute muraille qui intercepte sa communication avec la mer, et de l’autre des maisons qui n’ont aucun goût. Cette rue est, comme bien d’autres, coupée par de plus petites, larges tout au plus de six pieds et par conséq[u]ent très obscures. Je rabattis beaucoup de mon estime, je ne la lui rendis pas même lorsque je vis le fameux palais Doria. Je continuai toujours ma course sans presque demander mon logis et j’arrivai enfin dans notre maison qui se trouve à l’extrémité de la ville. Le supérieur voulut absolument loger les eclésiastiques qui avoient fait voyage avec moi, il les retint lorsqu’ils vinrent me joindre, et nous nous trouvâmes réunis à Gênes pour ne plus nous séparer ; car tous les supérieurs nous firent la même honnêteté.

9Un grand vicaire de la famille de Pallavicini, s’apercevant que mes compagnons de voyage ne pouvoient se rendre dans la maison de la mission sans être obligés de demander souvent le chemin, eut la bonté de les accompagner. Il nous offrit tous ses bons offices, mais nous ne profitâmes pas de ses offices, les missionnaires nous servirent à merveille.

10A peine fus-je arrivé qu’un prêtre que j’avois vu à Paris vint me rendre visite ; un eclésiastique qui se trouva avec lui voulut parler de théologie. Dès les premieres phrases, j’aperçus en lui un homme à système. Je le laissai dire ; mais voyant qu’il alloit un peu trop loin dans l’explication qu’il vouloit donner de la liberté de l’homme, je lui fis ma confession de foi sur cet article. Il s’emporta très fort, et me dit très sérieusement que si je rejettois son explication, je ne saurois jamais expliquer comment Jésus-Christ étoit libre. Je lui répondis qu’en France nous étions assuréz que les hommes sont libres et que Jésus-Christ est libre ; mais que nous ne prétendions pas que des systèmes expliquent la nature de la liberté d’une manière absolue. Il ne s’en fallut pas de beaucoup qu’il me traitât d’hérétique ; je le laissai confondre l’essence d’une faculté véritablement libre. Je lui répondis que les systèmes ne donnent pas plus d’ouverture aux vérités cachées ; qu’en fait de liberté, il falloit au moins pouvoir faire et ne pas faire, et je me tus, persuadé qu’on ne gagne rien dans les disputes, et ne voulant pas leur donner un temps que je ne leur avois pas destiné.

11Je passe toujours les bornes d’une lettre, mais Votre Grandeur sait, Monseigneur, que je ne suis pas laconique. J’ai l’honneur d’être etc.

12P.S. Le madrigal de la lettre précédente est l’histoire véritable d’un vin étranger qu’on présenta.

  • 12 Barsac, comune della Gironda, famoso per i suoi vini bianchi.
  • 13 Xenia; tale termine nell’antica Grecia indicava il sacro rispetto dovuto all’ospite.

13Le mot de l’énigme est Constance ; celui de la charade Barsac12, et celui du logogriphe Naxie, dans lequel on trouve Xenia13, axe, ni.

Notes

1 Su questo testo cfr. Introduzione, p. 12, nota 17.

2 Cfr. E. Vaillé, Les relations avec les états italiens. Le courrier de Rome, in Histoire générale des postes françaises. VI. La ferme générale et le groupe Grimod-Thiroux (1738-1789), Paris 1955, pp. 430-439.

3 Carlo Eugenio Valperga di Maglione, vescovo di Nizza dal 1780 al 1801.

4 A partire dal 1717 la città si sviluppa secondo un preciso piano: all’intrico di viuzze si sostituisce un sistema viario più regolare. Durante la seconda metà del secolo la città si estende lentamente ma in modo continuo: verso gli anni Ottanta prende corpo il quartiere Croix-de-Marbre, situato sulla via che portava verso la Francia.

5 È la ‘Place Victor-Amédée’, divenuta poi ‘Place Garibaldi’ ; le costruzioni ad arcate che la circondano, in puro stile piemontese, sono della fine del XVIII sec.

6 Verso la metà del XVIII sec. la ‘Porte Pairolière’ venne abbattuta e sostituita con la ‘Porte de Turin’. Cfr. D. Féliciangeli, Développement de Nice au XVIIIe siècle, in Annales de la Fac. des Lettres et Sciences Humaines de Nice, 19, 1973, p. 49.

7 La creazione dell’attuale porto di Lympia risale al 1749 ; il modesto porto precedente era di fronte alla ‘Porte Marine’, cioè alle attuali ‘Ponchettes’ Cfr. Féliciangeli, op. cit., p. 49.

8 L’aumento del traffico sulla via del Colle di Tenda, a seguito della costruzione del nuovo porto, rese necessario l’ampliamento di tale via ; per questi lavori (1782-1788) furono impiegati militari, civili e forzati. Cfr. H. Costamagna, Nice au XVIIIe siècle, in Annales de la Fac. des Lettres et Sciences Humaines de Nice, 19, 1973, p. 24.

9 Vittorio Amedeo III, re di Sardegna dal 1773 al 1796.

10 La casa di Sanremo della Congregazione della Missione, fondata nel 1708, fu soppressa nel 1805, quando la Liguria venne aggregata all’Impero francese.

11 Dal tardo Settecento in poi ebbe una chiesa parrocchiale e conventuale. Nel 1814 il convento divenne caserma e passò attraverso vicende controverse fino all’abbandono e al recente vincolo della Soprintendenza.

12 Barsac, comune della Gironda, famoso per i suoi vini bianchi.

13 Xenia; tale termine nell’antica Grecia indicava il sacro rispetto dovuto all’ospite.

Notes de fin

1 Ms.: L’Erichi; altrove nella forma Lerichi, per Lerici.

2 Ms.: peut.

3 Ms.: cancellato de tables.

4 Ms.: cancellato en provisions.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540