Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 20. Pausilippe - Pouzzoles - Baia1

Texte intégral

  • 1 Si les environs de Naples attirent de nombreux visiteurs dans leur partie orientale, grâce à l’act (...)
  • * Quae cineris tumulo haec vestigia ? Conditur olim Ille hic qui cecinit pascua, rura,duces.
    Inscripti (...)

1« Quelles sont les cendres qu’enferme ce monument ? Celles du poète qui chanta les prairies, les champs, les héros* ».

  • 2 Le Pausilippe « est une colline située le long du bassin de Naples du côté du couchant » (Lalande, (...)
  • 3 La description du tombeau de Virgile est plus précise chez Lalande que chez Meyer : « Depuis longt (...)

2Une ruine s’élève sur la hauteur qui domine la Grotte de Pausilippe creusée dans le roc2 : s’agit-il du tombeau de Virgile, où les cendres du poète reposaient jadis sur des colonnes de marbre ? Les antiquaires l’affirment sans preuve. Cependant, on aime à se laisser abuser ici par l’ancienne tradition : la situation de ce tombeau est si belle ! Du haut de sa voûte, on embrasse presque le même paysage que depuis la chartreuse située derrière Naples, un peu moins vaste cependant. Des pampres et des lauriers entourent ce tombeau paisible et solitaire. C’est bien ainsi que l’on imagine la tombe de Virgile et cette position paraît être celle qui convient le mieux au chantre immortel de cette contrée. Son tombeau n’est plus ombragé par le laurier qui avait autrefois pris racine sur la plateforme supérieure de la petite voûte et semblait né de ses cendres. A force d’y toucher, de le dépouiller de ses rameaux et de ses feuilles, d’y graver des noms sans gloire, les voyageurs l’ont fait mourir. Hélas, mânes courroucés ! vous n’avez que trop longtemps vengé sur beaucoup de nos poètes le pillage dont fut l’objet votre tombe sacrée, les outrages subis par vos lauriers ! Le génie du bon goût intercède en notre faveur : soyez enfin apaisés3 !

Fig. 22. Raffaello Morghen, Le lac d’Agnano et la « Grotte du chien ». Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Sur la partie droite de la gravure on aperçoit des étrangers qui assitent à la cruelle comédie décrite par Meyer (cf. 221-222). Le lac a été asséché en 1870.

  • Sans aller jusqu’à déraciner un pied de laurier, je pus couper quelques rameaux dans le taillis qu (...)

3Quand j’eus bien cherché, je découvris le reste d’un tronc desséché qui s’élevait quelque peu au-dessus de la couche de terre couvrant la partie supérieure du tombeau ; c’était là, peut-être, le dernier vestige de ce laurier qui finit par mourir sous les mains sacrilèges des poètes et d’autres voyageurs. Toutefois, un taillis de lauriers couronne encore la tombe et forme une sorte de tonnelle au feuillage toujours vert. Le tour seul est couvert de ces nobles arbustes dont les branches pendent de la façon la plus pittoresque au-dessus de la plate-forme centrale, dépourvue de végétation. Toute la colline qui porte le tombeau est ainsi revêtue de buissons de lauriers, ils se sont répandus partout, sauf au sommet de la voûte, et pour rendre ce bel ensemble plus pittoresque encore, les vieux murs du monument sont entièrement tapissés de lierre et de vigne sauvage.

  • 4 Tous les voyageurs parlent en termes admiratifs de la grotte de Pausilippe, qui leur apparaît comm (...)
  • 5 La lumière du soleil n’y pénètre que très rarement. Cf. Lalande : « Deux ouvertures ou soupiraux d (...)
  • 6 Le phénomène étrange que l’on observe dans la grotte, l’expérience spectaculaire pratiquée sur un (...)

4Après avoir emprunté le célèbre passage creusé dans le roc, la Grotte de Pausilippe, cet ouvrage stupéfiant dû aux Romains et dont on ignore la date, le chemin conduit selon différentes directions au lac d’Agnano et aux Champs de Feu situés aux alentours (Campi Phlegraei), à Pouzzoles (l’antique Puteoli), au golfe de Baia — c’était pour les Romains un lieu de délices — et à ces contrées où l’imagination des poètes antiques avait situé le passage qu’empruntaient les disparus pour se rendre aux campagnes paisibles de l’Elysée et dans le sombre royaume de l’au-delà. Creusé dans le roc qu’il a fallu faire éclater, ce chemin ténébreux menant à tant de lieux magnifiques et enchanteurs ne le leur cède en rien par son caractère grandiose et prodigieux4. Il exalte l’imagination et, grâce à son aspect imposant, prépare le voyageur aux scènes qui l’attendent plus loin. Dans cette grotte au sol bien nivelé, longue d’environ mille pas, sous la vaste et sombre voûte où ne pénètre pas la lumière du soleil, règnent une vie et un mouvement continuels, comme sur la grand-route la plus fréquentée5. L’écho qui retentit sous cette voûte rocheuse redouble le tumulte étourdissant du passage. A la sortie de la grotte, on voit s’ouvrir une campagne délicieuse, un véritable jardin où la vigne se marie aux arbres fruitiers. C’est à l’abri de leurs ombrages que l’on se rend au lac d’Agnano. Ce lac volcanique présente les traces les plus visibles de son ancienne formation. Une série de collines constituées de matières éruptives l’entourent comme une sorte de cratère ; une vapeur sulfureuse et bleuâtre plane au-dessus de sa surface et l’air qui s’échappe de profonds conduits souterrains donne souvent à ses eaux une agitation telle qu’on les croirait bouillonnantes. Partout sur les étroits rivages du lac, on peut voir les effets du feu qui couve dans les profondeurs de la terre. C’est là que se trouvent les étuves de San Germano, bains de vapeur très chaude, et la Grotte du Chien aux exhalaisons méphitiques. Cette dernière doit son nom aux cruelles expériences, mille fois renouvelées, où l’on fait périr un chien par le seul effet de ces émanations, et généralement dans le seul but de satisfaire la curiosité des voyageurs. Le gardien de la grotte y trouve son profit, aussi a-t-il soin d’entretenir un grand nombre de ces animaux recueillis dans la contrée et de se faire payer pour ses expériences meurtrières. Sans tenir compte de mon refus, cet homme, dès la sortie de la Grotte de Pausilippe, attacha au cabriolet l’un de ses martyrs. L’animal semblait pressentir les tourments qui l’attendaient ; il gémit, il hurla tout le long de la route jusqu’à notre arrivée à la grotte où il devait être sacrifié à la cupidité de son maître. Chemin faisant, celui-ci marchandait la vie et la mort de la bête et demandait : « Altezze ! voulez-vous le voir mourir ? dans ce cas il faut me payer le chien ». J’ignore si ce titre correspondait à une formule de politesse servile, particulière aux Napolitains de basse condition quand ils s’adressent aux étrangers, ou si dans l’esprit de l’homme nous étions vraiment des fils de princes qu’aurait divertis un tel spectacle ; mais nous fîmes grâce à l’animal qui, les pattes liées, était maintenant allongé dans la grotte, sur le sol au-dessus duquel stagnent des vapeurs empoisonnées ; il y avait aussitôt perdu l’usage de la voix. Après quelques efforts pour respirer, il suffoqua et entra dans les convulsions de l’agonie. Alors son maître le délia et le jeta dans le lac où il revint bientôt à la vie. Sans prendre garde aux aliments qu’on lui présentait, il se mit à courir à vive allure vers la maison6.

  • 7 Après le souvenir personnel concernant la Grotte du Chien vient une notice fort sèche, qui pourrai (...)

5Des feux souterrains couvent dans toute cette contrée. Dans le cratère éboulé d’un ancien volcan, formant aujourd’hui une riante vallée aux ombrages épais, nommée Astruni, comme sur les flancs des collines environnantes, se trouvent un bois de chênes et de châtaigniers qui appartient au roi et sert à ses plaisirs, et un parc réservé aux chasses de parade7.

  • Forum Vulcani.
  • 8 La Solfatare a été décrite de façon précise par l’abbé Richard comme « un bassin de forme ovale, q (...)

6Non loin de là s’ouvre la Solfatara, vallée de feu, autre cratère écroulé d’un ancien volcan qui vomissait du feu, nommé Forum de Vulcain. Il est encore brûlant dans ses profondeurs et n’a au-dessus de lui qu’une couche fort mince : elle céderait à la moindre éruption et ouvrirait de nouveau l’abîme. Entourée de hauteurs aux formes aiguës dont les pentes fertiles forment un contraste surprenant avec son aridité, cette vallée porte quelques courtes broussailles à demi desséchées, mais la plus grande partie est couverte d’un sable couleur de cendre. Quand on marche sur la voûte creuse surmontant le gouffre de feu, chaque pas résonne d’une façon effrayante ; les pierres que l’on fait rouler à sa surface produisent un bruit semblable au grondement lointain du tonnerre, et une pierre lancée avec force dans un creux provoqua un léger ébranlement, puis un horrible fracas qui retentit dans les profondeurs. Le terrain est chaud et même brûlant à certains endroits. Ici s’élèvent de légères vapeurs sulfureuses qui planent à la surface du sol ; ailleurs une épaisse fumée s’échappe de la terre entr’ouverte et laisse en dépôt des particules de soufre, d’alun et de sel ammoniaque. Près de là, un grand bruit se fait entendre, pareil au mugissement d’un fleuve qui se précipiterait dans l’abîme. L’aspect de cette vallée aux entrailles de feu agit plus puissamment encore sur l’imagination surexcitée que celui-même du Vésuve tel qu’il m’était apparu, avec son cratère béant mais inactif. Les phénomènes que l’on y observe et dont les causes demeurent inconnues font naître les images terrifiantes d’un danger imminent et mystérieux, prêt à surprendre à tout instant le voyageur quand il se hasarde sur la légère croûte couvrant ce gouffre de feu. On n’a pas cette crainte en s’approchant du cratère du Vésuve, car on sait qu’une éruption est précédée de signes avant-coureurs ; on s’y croit en sécurité et on s’y accoutume à l’aspect de la bouche fumante ; ici, on pressent un danger, toujours plus redoutable à mesure que l’on s’attarde. Chaque pas cause de nouvelles terreurs ; le visiteur inexpérimenté n’ose pas marcher tout près de ses compagnons, dans sa crainte d’augmenter un fardeau que cette écorce légère semble pouvoir à peine supporter ; il entend avec frayeur les violents grondements souterrains qui paraissent annoncer un prochain tremblement de terre ; la chaleur du sol lui brûle la plante des pieds ; les vapeurs sulfureuses qui s’en exhalent rendent la respiration difficile. C’est en vain que l’esprit plus rassis cherche à combattre le fantôme effrayant qu’enfante ici l’imagination alarmée par tous ces phénomènes. On se hâte de fuir cette vallée sinistre et l’on se réjouit de retrouver un terrain solide ; ainsi le matelot, arrivant au port après la tempête, est heureux d’avoir échappé à la mort qui le menaçait8.

  • § Martial, Epigrammes, L. XI, 80.

« Baïes, plage divine de la bienheureuse Vénus, Baïes, présent enchanteur de la nature qui en est fière ! A supposer, Flaccus, que je consacre mille vers aux louanges de Baïes, jamais pourtant mes louanges ne seront assez dignes de Baïes ! »§.

7Que tu mérites bien cet hymne à ta gloire, rivage paisible et enchanteur ! Il évoque cette Baia jadis tant admirée, merveille de la nature aussi bien que de l’art ! C’est entre les vestiges grandioses et pittoresques de temples, de tombeaux, d’amphithéâtres, entre les ruines de plusieurs villes antiques, que l’on s’approche de Pouzzoles, une misérable bourgade — l’orgueilleuse Puteoli de l’antiquité — où se dessine cette baie magnifique dont les bords offraient jadis aux Romains les sources d’inépuisables délices. Nous traversâmes dans une barque légère le golfe, aux eaux paisibles. Quel merveilleux spectacle ! Ce golfe n’a pas la grandeur sublime qui caractérise celui de Naples, mais il constitue une partie de ce tableau grandiose dont on s’approche davantage pour trouver plus d’attraits à ses diverses beautés et mieux en jouir. La baie a la forme d’un demi-cercle. Le bateau passe devant l’ancien port romain de Puteoli, qui élève au-dessus des eaux les restes de ses fortifications, puis on découvre à gauche l’étendue sans limite de la mer ; de son sein s’élèvent les coteaux de l’île de Nisida et, en face d’elle, les rocs altiers de deux autres îles, Ischia et Procida. Solitaire et tranquille, le promontoire de Misène se dresse au loin sur la côte ; une ville, un port de guerre fondé par Auguste pour la flotte romaine de la Méditerranée le rendirent autrefois célèbre, et plus encore la sépulture qu’Enée y avait donnée à Misène, son compagnon d’armes.

  • ** Enéide, VI, v. 232 sq. (op. cit.).

8« ... le pieux Enée élève à son compagnon un énorme tombeau, où l’on pose ses armes, sa rame et sa trompette, au pied d’un mont aérien qui porte encore en son honneur le nom de Misène et qui le gardera éternellement »**.

9A droite se trouve le rivage de Baia — ce pays dont la splendeur était jadis sans égale ! On voit aujourd’hui sur la hauteur un château-fort et beaucoup plus bas, une longue suite de ruines, vestiges de palais de marbre, de bains et de temples ; les collines des environs sont plantées de vignes verdoyantes et dans le fond du golfe se dresse le cône du Monte Nuovo, que la violence des feux souterrains, il y a quelques siècles, fit surgir du sein de la terre. Nous fîmes lever les rames pour jouir longtemps de ce spectacle admirable, unique au monde. Le bateau vogua lentement jusqu’à la rive opposée et nous abordâmes près de Bauli, lieu où débarqua Hercule pour décharger les taureaux dérobés à Géryon. Un chemin qui descend entre de charmants coteaux couverts de vignes conduit aux citernes dont les immenses voûtes s’appuient sur des colonnades ; elles furent jadis bâties pour l’approvisionnement des flottes romaines de Misène, ou peut-être pour l’usage des riches qui vivaient sur ces bords autrefois si fameux. Les voûtes de la citerne nommée Piscina Mirabile, édifice semblable à une catacombe, ont conservé de nos jours toute leur grandeur et leur solidité.

  • 9 L’usage est alors de s’embarquer à Pouzzoles pour aller voir l’Averne, l’antre de la Sibylle, l’Ac (...)

10Tout le pays est couvert de ruines dispersées sur une étendue considérable. Les Romains les plus distingués mettaient leur ambition à posséder un coin de terre sur ces rives ou dans la contrée environnante et rivalisaient entre eux par le luxe et l’élégance des villas qu’ils construisaient. La plupart d’entre elles ne sont plus aujourd’hui que de tristes décombres où l’on ne trouve plus la moindre trace de leur ancienne splendeur9.

11Depuis une hauteur, on voit les ruines de la cité grecque de Cumes dont les habitants bâtirent et peuplèrent Naples, — et plus bas les campagnes paisibles de l’Elysée et la Mer Morte. Déjà l’imagination des plus anciens poètes grecs avait associé aux noms mystiques attribués à cette région des fables qui correspondaient aux conceptions limitées de leur temps. Aux époques suivantes, la superstition populaire, le culte des symboles auxquels avaient recouru les anciens mythes et les mystères, et même l’aspect merveilleux que présente la nature dans cette contrée, favorisèrent l’autorité des antiques fables ; elles gardèrent longtemps chez le peuple le crédit que les poètes avaient su leur donner. C’était là que l’on plaçait le séjour des Bienheureux, c’était près du lac Averne que se trouvait l’accès aux enfers. Le rivage de la Mer Morte est semé de nombreuses ruines de tombeaux plus ou moins importants. Selon les Anciens — et cette pieuse croyance, sanctifiée par le respect dont elle témoignait envers les défunts, mérite notre estime — c’était pour apaiser les mânes de ceux, qui, disparus en mer, n’avaient pu recevoir de sépulture, qu’on élevait de tels monuments, on engageait ainsi les dieux infernaux à recevoir enfin dans l’empire des morts les âmes jusque-là contraintes à errer sur les bords de l’Achéron sans pouvoir le traverser. Ainsi que l’attestent les ruines, on offrit souvent à ceux que la mer avait engloutis de tels sacrifices expiatoires, en leur édifiant des tombeaux sur cette côte dont la religion de la plus haute antiquité avait fait un lieu sacré.

  • †† Dans les Annales, L. XIV, ch. 9.

12En revenant vers Baia, on trouve sur son chemin les restes d’un édifice nommé le tombeau d’Agrippine ; la malheureuse y aurait reçu la sépulture après avoir été assassinée dans sa villa située sur les bords du lac Lucrin — légende contredite par Tacite††. Les cendres de la mère infortunée de l’infâme Néron furent déposées secrètement dans un modeste tombeau près de la route de Misène par les gens de sa maison, tant ils redoutaient la rude main de l’homme impitoyable qui avait fait assassiner son frère et sa mère ; or les ruines de cet édifice que l’on n’a pas identifié portent encore des traces de sa grandeur, de sa richesse et de sa beauté.

  • 10 Les ruines l’intéressent surtout, ici, dans la mesure où elles correspondent à certaines croyances (...)

13Nous reprîmes une barque sur ce rivage et nous passâmes devant la colline de Baia, que couvrent les ruines de marbre de ses anciens palais. De grands noms illustrèrent cette colline, ces rives envahies désormais par la mer. Sur la hauteur et aux environs s’élevaient de nombreuses villas : outre celles des Césars du premier siècle, celles de Romains célèbres, le Grand Pompée, Caius Marius, Scipion l’Africain, Pison, Cicéron, Hortensius, Lucullus, celles de plusieurs généraux et hommes d’état. On avait bâti sur le rivage des temples à Vénus, Diane et Mercure. Que tout cela est changé de nos jours ! Quelle émotion profonde on éprouve à la vue de ce qui est, quand on évoque ce qui fut10 !

  • ‡‡ Horace. Ode 18, L. II11.
  • 11 Traduction due à F. Villeneuve (Horace, Odes, Paris Belles-Lettres, 1946).

14« Toi, tout près du tombeau, tu fais tailler des marbres à l’entreprise et, sans songer à ton sépulcre, tu bâtis des maisons, tu t’acharnes à reculer les bords de la mer qui gronde devant Baies, t’estimant trop peu riche de n’avoir que la terre ferme du rivage »‡‡11. Elle a reconquis son ancien domaine, cette mer que jadis dans leur orgueil des hommes contraignirent à céder à leurs entreprises les plus hardies lorsque, voulant gagner de nouvelles terres pour y construire leurs palais de marbre, ils firent reculer ses rives en édifiant des digues et méritèrent par là ce reproche du noble poète. Elle a même gagné plus qu’elle n’avait perdu !

15On aperçoit sous les eaux des routes et des édifices.

  • §§ Id., Ode 1, L. III.

16« Les poissons sentent les plaines liquides se rétrécir sous les blocs jetés dans la haute mer »§§.

  • 12 Cf. Lalande : « Un peu au midi des bains de Néron, l’on trouve encore trois grands restes d’ancien (...)
  • 13 « Rien ne marque mieux la vicissitude et la fragilité des choses humaines que la vue de ces ruines (...)

17Les vagues viennent se briser contre les murs des palais romains à demi effondrés, dont les appartements étaient décorés des plus riches peintures. De semblables vestiges couvrent les collines de Baia. Les temples des dieux, célèbres par leur magnificence, ne sont plus que ruines, ils gisent au bord du rivage sous une eau croupissante et il faut s’enfoncer dans un marais infect pour pénétrer dans le sanctuaire de la déesse de l’amour, jadis paré de tous les charmes des décorations les plus voluptueuses12. Une misérable population de pêcheurs habite de petites cabanes de bois sur les lieux mêmes où s’élevait cette Baia splendide, avec la longue suite de ses palais qui lui donnait l’aspect d’une ville de marbre. Sur ces côtes où les Romains s’enivraient de toutes les voluptés, les habitants gagnent à peine leur subsistance par la pêche ou la vente de petits objets antiques, pierres, monnaies, lampes, idoles et autres choses semblables qu’ils trouvent en mer ou quand ils bêchent leurs vignes. L’air même de Baia, dont on vantait jadis la salubrité, n’est plus ce qu’il était. Les eaux stagnantes des nombreux marécages répandent des vapeurs malsaines, le lin mis à rouir dans les lacs, pendant l’été, dégage une odeur insupportable. L’homme qui jouit de la santé fuit cette contrée au dangereux climat — on n’y traîne que les malades incurables des hôpitaux napolitains pour tenter de prolonger leur vie grâce aux bains de vapeur de Baia ; encore doivent-ils habiter à Pouzzoles, car cette rive inhospitalière — la rive de l’antique Baia ! — ne peut leur offrir un abri13.

  • 14 Le texte de Vanderbourg nous donne ici un exemple de l’élégance, très caractéristique de l’époque, (...)
  • 15 Le Monte Nuovo est un autre exemple surprenant des bouleversements survenus dans cette contrée, où (...)

18Le lac Lucrin n’est plus qu’un marais encombré de roseaux. La chair exquise de ses poissons faisait jadis sa renommée. Au temps où la grandeur de Rome avait atteint son apogée, on y donnait de brillantes joutes nautiques et des fêtes qui devaient leur éclat à la musique et à une grande magnificence. La volupté y faisait régner ses charmes. Des roses paraient les barques, dont les occupants se jetaient des roses, et souvent, le lendemain, on voyait encore la surface des eaux couverte de pétales. Ce lac est maintenant le domaine des grenouilles et des crapauds14, un marécage infect et qui fut comblé en partie lorsque, près de là, le Monte Nuovo surgit du sein de la terre. Cette montagne de cendres engendrée par les feux souterrains, qui a plus de mille pieds de haut et quatre milles italiens de circonférence, s’éleva tout à coup dans la nuit du 19 septembre 1538 avec un fracas de tonnerre15. Elle porte aujourd’hui sur ses flancs des arbres fruitiers et des vignes jadis situés dans la plaine. Le sommet présente une cavité circulaire en forme de cratère et l’on trouve dans le sol une grande quantité de matières volcaniques. De ce sommet, le point le plus élevé de l’intérieur du golfe, on domine la vue magnifique que présentent les rives et la mer. Le temps a détruit en ces lieux tout ce qui était soumis à sa redoutable puissance ; il a renversé les fiers ouvrages élevés par les hommes, il a même exercé son influence dévastatrice sur l’oeuvre de la nature, sur les sites de ces rivages, l’air jadis si bienfaisant de cette contrée aujourd’hui déserte. Seul le contour gracieux de l’ensemble n’a pas changé, il offre encore de nos jours le spectacle le plus enchanteur qui soit en Italie. La nature donne encore à l’homme la possibilité de mettre en valeur cette contrée et de lui rendre toute son ancienne splendeur. Peut-être les siècles futurs sauront-ils apprécier ce présent — alors tu renaîtras de tes ruines et de tes marais,

« Baies, plage divine de la bienheureuse Vénus ! Baies, présent enchanteur de la nature qui en est fière ! »

  • 16 Ces remarques se retrouvent chez de nombreux voyageurs. Cf. LaLalande : « Il pouvait d’ailleurs y (...)
  • *** C’est la raison pour laquelle les Grecs l’appelaient ἄορνος (qui n’a pas d’oiseau). Voir Enéide, V (...)
  • 17 A notre époque, les archéologues estiment que ces vestiges seraient, non pas ceux d’un temple d’Ap (...)

19De l’autre côte de cette montagne de cendres s’étend le lac romantique qu’est l’Averne. Les caractéristiques de ce lac mentionnées par les anciens géographes n’existent plus de nos jours, elles expliquent les fables dont son histoire s’enveloppe aux époques les plus reculées. C’est ici que se trouvait l’accès aux enfers. Comme plusieurs lacs et vallons des Champs Phlégréens, aux environs de Naples, l’Averne occupait le cratère d’un volcan éteint ; ses eaux chargées de matières volcaniques et dont il était impossible d’évaluer la profondeur avaient une couleur sombre. Une vapeur bleuâtre flottait à sa surface qui, agitée par l’action du feu souterrain, semblait bouillonner. Quand ils survolaient ses eaux d’où émanaient des miasmes empoisonnés16, les oiseaux tombaient morts*** ; les poissons ne pouvaient y vivre. D’épaisses frondaisons, impénétrables à la lumière, couvraient le cercle des collines entourant ce lac et le rendaient plus sombre encore. Des cavernes obscures s’ouvraient sur ses bords. Ainsi, l’Averne apparaissait comme un objet d’horreur pour la nature elle-même ; les habitants des alentours, terrifiés, évitaient ses ténébreux rivages propices à la célébration des mystères infernaux. Selon les récits des Anciens, un groupe de Cimmériens venus du Bosphore, à qui étaient familières les illusions de la nécromancie, choisit les cavernes de ses rives pour s’y installer, selon l’usage de ce peuple troglodyte. Ils consacrèrent aux mânes et aux dieux infernaux ces cavernes, le lac lui-même, les temples qu’ils avaient élevés en ces lieux et, dans l’obscurité de leur sanctuaire intérieur, se livrèrent à de terribles orgies pour célébrer l’au-delà. L’Averne apparaissait comme la porte permettant de passer de notre monde à celui des enfers, c’est par là qu'Homère et Virgile font descendre dans le séjour des morts leurs héros, Ulysse et Enée. On ignore quelle fut l’influence de cette croyance populaire et combien de temps elle s’est maintenue ; la nature même du lac Averne a pu l’entretenir longtemps. Les dernières traces de ces conceptions religieuses, dont l’origine se perd dans la plus haute antiquité, subsistaient encore au début de notre ère : c’est alors que le consul Marcus Agrippa leur porta enfin le dernier coup lorsque, à l’instigation de son beau-père Auguste, il établit sur le lac Lucrin le portus Iulius, fit abattre les forêts impénétrables qui couvraient les rives et permit au sombre Averne de recevoir les rayons du soleil. La lumière, la liberté et la fécondité règnent ensemble en ces lieux où les ténèbres effrayantes enveloppaient jadis le lac et ses mystères ; les eaux obscures qui exhalaient une vapeur mortelle sont désormais limpides comme le cristal et fort poissonneuses. Le spectacle est à la fois riant et romantique ! Quand on fait le tour du lac, on voit sur ses rives des ruines dont le nom et la destination n’ont pu être précisés. Ce sont peut-être les vestiges d’un temple d’Apollon17, où Hannibal vint de Capoue pour sacrifier au dieu, ou les ruines d’un sanctuaire beaucoup plus ancien dédié aux Mânes. On ignore également quelle put être à l’origine la destination d’une cavité creusée dans une colline au bord du lac. On veut y voir l’antre et les galeries souterraines de la Sibylle de Cumes, Deiphobe, l’une des prêtresses d’Apollon. L’aménagement de l’intérieur prouve que cette grotte abrita des bains, du moins à une époque assez tardive de l’histoire de Rome.

  • ††† Dans la septième lettre du livre III, Pline consacre une fort belle relation à la vie de ce poète, (...)
  • 18 Traduction due à M. Kermoysan (Silius Italicus, Guerres puniques, éd. Nisard, Paris, 1862).

20Dans l’antiquité, les poètes de l’Italie semblent rivaliser entre eux quand ils peignent toutes ces contrées situées aux environs de Naples, rendues à jamais mémorables par leurs beautés naturelles et par les mythes qu’elles ont suscités. Aucun d’eux cependant ne sut les décrire de façon plus juste et plus complète que Silius Italicus†††18, consul et poète, dans le tableau suivant :

21« L’Averne que voici, célèbre aujourd’hui parmi tant de lacs aux ondes salubres, a changé de nom, et s’appelait autrefois le Styx. Couvert d’un bois dont l’ombre noire inspirait de l’horreur, même aux oiseaux, il répandait dans l’air une exhalaison mortelle. Il était consacré par le culte des divinités infernales, et les villes d’alentour venaient les y révérer en tremblant.

  • ‡‡‡ Ce tableau et le précédent concernent tous deux le lac Averne.
  • §§§ La vallée de feu, Forum Vulcani, aujourd’hui la Solfatare.
  • **** L’île rocheuse de Procida.
  • †††† L’actuelle Ischia, jadis nommée aussi Pithecusa. Elle apparaît en mer comme une masse rocheuse éle (...)

22Ce marais voisin‡‡‡ conduit, dit-on, sur les rives de l’Achéron par des gouffres profonds qui s’ouvrent dans ses ondes stagnantes. C’est par ces fentes horribles que la terre, se déchirant quelquefois, laisse arriver jusqu’aux mânes une lumière qui les épouvante. On rapporte que près de là s’étendaient, au milieu d’une affreuse obscurité, les demeures des Cimmériens qui restèrent, durant des siècles, sous l’ombre pâle du Tartare, plongés dans la nuit ténébreuse. Voici ces plaines haletantes§§§ du sourd travail du feu et du soufre dont l’ébullition produit le bitume. La terre soupire, étouffée par les noires vapeurs : ses entrailles, brûlées par l’excès de chaleur, bouillonnent en exhalant dans l’air un souffle empesté. Vulcain pousse d’horribles sifflements du fond de ses antres ébranlés. Parfois il s’efforce de briser ses demeures caverneuses ; il veut s’élancer du sein des mers, il fait entendre des bruits étranges et d’horribles mugissements. Le sein de la terre est dévoré, et les montagnes s’affaissent avec fracas sur leurs ruines. Ce sont, dit-on, les géants qui, renversés par le bras d’Hercule, ébranlent les masses sous lesquelles il les a ensevelis. C’est leur haleine formidable qui brûle au loin les campagnes, et le ciel pâlit toutes les fois qu’ils menacent de séparer ces monts qui les pressent. Ici on voit Prochyté**** sous laquelle gît le furieux Mimas, plus loin Inarim醆†† qui presse Japet, dont la rage s’exhale en noirs tourbillons. Toujours rebelle, il vomit à chaque instant des flammes : s’il parvenait à s’échapper, il attaquerait encore Jupiter et les dieux.

23On peut voir les cimes du Vésuve. Au sommet sont des roches dévorées par les flammes : le contour de la montagne est jonché de ruines et de débris, qui attestent les mêmes révolutions que l’Etna. Misène apparaît aussi avec le tombeau du Troyen qui lui donna son nom, ainsi que Bauli, bâtie par Hercule sur le rivage même ».

24Par un sentier escarpé, on gravit les collines qui dominent la rive opposée de l’Averne et, parvenu ainsi à une vaste région, l’on y erre parmi les ruines de cités et de villas, de monuments et de tombeaux antiques, qui doivent aux traditions des noms souvent fort arbitraires.

  • 19 Absorbé par les souvenirs de l’Antiquité, qui se présentent un foule au voyageur dans cette contré (...)

25Dans de nombreux cas, le temps a répandu sur ces vestiges de l’antiquité, ici aussi bien qu’à Rome et dans ses environs, une obscurité impénétrable et l’incertitude absolue où nous nous trouvons au sujet de leur ancienne destination nous empêche très souvent de leur accorder plus d’attention ; cependant, malgré soi, on a plaisir à se laisser entraîner par les antiquaires et par les géographes des temps modernes dans les dédales de traditions séduisantes : ne découvre-t-on pas, là aussi, de nombreux indices de la vérité, qui concordent avec l’histoire de ces terres classiques ? Ce sont ces vestiges apparents de la haute antiquité qui entraînent le spectateur dans une illusion féconde, où les scènes du passé prestigieux revivent devant lui. Ce sont eux qui, après tant de siècles évanouis, retracent de façon suggestive la grandeur inégalable de ce peuple. Alors, saisi d’étonnement et de respect, on voit l’ombre sublime de Rome surgir de son tombeau19.

Notes

1 Si les environs de Naples attirent de nombreux visiteurs dans leur partie orientale, grâce à l’activité du Vésuve, très intense à cette époque, et à la découverte des cités ensevelies, la contrée située à l’Ouest de la ville jouit depuis plus longtemps encore, parmi les étrangers, d’une notoriété exceptionnelle. Le guide de Keyssler, par exemple, leur conseillait de consacrer plusieurs jours à la région de Pouzzoles : n’offre-t-elle pas les sources d’intérêt les plus nombreuses, les plus variées ? Ses curiosités naturelles suscitent chez les voyageurs une attention plus vive que jamais, les vestiges de 1'Antiquité se présentent à chaque pas, nulle part, croit-on, les paysages ne sont d’une telle beauté. Naples et ses environs, qui restent le plus souvent le terme méridional du voyage, en constituent aussi le couronnement. Force est de constater cependant, quand on consulte les relations rédigées à cette époque, que cette région compte parmi celles qui inspirent les pages les moins originales. Chaque ruine évoque inévitablement les mêmes événements ou les mêmes personnages, les phénomènes étranges offerts par la nature, à propos desquels on note presque toujours les mêmes observations, ont fait naître des légendes dont le souvenir s’impose à la plupart des voyageurs, nourris de culture classique. Quand intervient une remarque en apparence plus personnelle, elle concerne généralement le contraste entre la pureté de l’air, la richesse de la végétation et l’impression d’insécurité due aux forces mystérieuses et redoutables cachées dans les profondeurs de la terre. Tout est dit, mais certains disent mieux que d’autres... Les sentiments éprouvés par les visiteurs n’ont sans doute pas trouvé à cette époque d’expression plus heureuse que chez Goethe, écrivant dans son Voyage d’Italie, à propos de cette région qu’il considère comme « la plus étrange du monde » : « Sous le ciel le plus pur, le sol le moins sûr. Des ruines maudites et peu réjouissantes, d’une opulence inconcevable, des eaux bouillantes, des fosses exhalant du soufre, des montagnes de scories, rebelles à la végétation, des espaces nus et rebutants, et enfin, pourtant, une végétation toujours luxuriante, empiétant partout où elle le peut, s’élevant sur tout ce qui est mort ; entourant des lacs et des rivières, et qui même maintient debout la forêt de chênes la plus magnifique sur les parois d’un ancien cratère.
Et ainsi, on est ballotté çà et là entre les événements naturels et historiques » (Op. cit., T. I, p. 373).
Au début du siècle suivant, la région sera considérée comme éminemment romantique — non au sens que prend ce terme chez les contemporains de Meyer, mais dans la mesure où il évoque pour nous la nature déchaînée et les orages des passions. Selon Mme de Staël, en effet, « la campagne de Naples est l’image des passions humaines : sulfureuse et féconde, ses dangers et ses plaisirs semblent naître de ces volcans enflammés qui donnent à l’air tant de charmes, et font gronder la foudre sous nos pas » (Corinne, p. 291).
Il n’en est pas encore ainsi à la fin du XVIIIe siècle. Nous ne devons pas nous étonner si le dernier chapitre de Meyer est l’un des moins originaux. Les impressions personnelles, assez rares, se retrouvent également chez d’autres voyageurs. Par son intérêt documentaire, la relation paraît ici beaucoup plus proche du guide de voyage que de l’autobiographie. Les indications qui y figurent sont mentionnées presque partout, par exemple ce qui concerne le tombeau d’Agrippine ou le Monte Nuovo ; elles sont cependant moins complètes, moins nombreuses que chez Lalande. Il n’est pas jusqu’à l’importance des citations empruntées aux auteurs anciens qui ne rappelle une conception quelque peu périmée, dont Addison au début du siècle était le plus illustre représentant : le voyage d’Italie considéré essentiellement comme un pélerinage aux sources de l’Antiquité. Les citations d’Horace et de Martial, presque inévitables, figurent chez Lalande et bien d’autres voyageurs, le texte de Silius Italicus est fort long, en revanche Meyer, qui a su dans d’autres chapitres exprimer avec bonheur son enthousiasme ou son indignation, se montre très réserve ici quand il s’agit de ses sentiments. Au dernier paragraphe, la résurrection de la Rome antique paraît banale, conventionnelle, on croit lire le devoir d’un élève peu inspiré recourant aux lieux communs les plus usés. Comme on est loin de ces évocations prestigieuses où triomphera Chateau briand !
Nous avions d’abord envisagé de supprimer la longue citation de Silius Italicus — elle ne figure pas dans l’édition française de 1802, non plus que le texte d’Horace introduit dans le chapitre consacré aux Marais Pontins — et nous borner à en indiquer la référence. Son maintien s’imposait cependant, puisqu’il fallait conserver les annotations de Meyer. A la réflexion, cette solution est apparue comme la plus satisfaisante pour une autre raison : elle fait voir en effet le caractère hybride de l’ouvrage, particulièrement fréquent à une époque où la relation de voyage hésite entre deux possibilités : l’aspect documentaire, qui la rapproche des guides, et l’expression des sentiments personnels, qui lui confère une valeur autobiographique. Cette hésitation, très nette dans le dernier chapitre, donne au livre de Meyer un intérêt historique, mais, quelques années plus tard, elle a pu paraître gênante. Aussi la traduction française, non contente de supprimer la citation de Silius Italicus, remplace-t-elle le dernier paragraphe par le texte qui suit, mettant ainsi, avec plus de netteté, l’accent sur l’aspect autobiographique de l’ouvrage : « Je finis par ce coup d’oeil sur les environs de Naples, que leur beauté naturelle et les fables dont ils étaient l’objet rendent si remarquables, cette esquisse de l’antique Latium et de la Campanie. Voir cette terre classique de l’Antiquité avait été le plus ardent de mes désirs. Il est rempli : et je n’ai plus à me plaindre que d’éprouver en ce moment la faiblesse du langage qui, pour peindre l’effet qu’a produit sur moi l’ensemble de tant de beautés, ne m’offre que des expressions cent fois répétées, pour les détails, dans le courant de cet ouvrage. Les souvenirs qu’il me laisse seront pour moi la plus belle des jouissances. Toutes les heures de ma vie qui n’appartiendront pas à mon pays, seront désormais consacrées à ces souvenirs précieux ». A qui faut-il attribuer l’initiative de ce changement : à l’auteur, à son traducteur Vanderbourg ? Peu importe d’ailleurs : l’essentiel est de souligner qu’une partie du public demande désormais à la relation de voyage de donner plus d’importance aux impressions personnelles.
Lu d’un peu plus près, ce chapitre révèle chez Meyer deux tentations entre lesquelles il s’efforce de garder l’équilibre : le souci d’objectivité et le recours à l’imagination. Souci d’objectivité semblable à celui de Lalande — on retrouve d’ailleurs ici certains arguments invoqués par le célèbre astronome, quand il conteste les attributions mal fondées concernant le tombeau d’Agrippine et la grotte de la Sibylle ; mais le rêve ne perd pas ses droits : si le tombeau de Virgile ne semble pas mieux localise, 1'esprit critique se refuse dans ce cas à intervenir, le voyageur, après tant d’autres, s’abandonne à l’illusion. Lorsqu’il visite ces lieux si impressionnants que sont la Solfatare et les Champs Phlégréens, la terreur s’empare de lui, le souvenir des antiques légendes s’impose à son imagination. On notera cependant qu’il évite alors le je et adopte une forme impersonnelle : « le visiteur inexpérimenté n'ose pas marcher tout près de ses compagnons... on se hâte de fuir... » La citation de Silius Italicus ne pourrait-elle se justifier par une même volonté de réserve ? Meyer a noté comme cette contrée exalte l’imagination : mais, au lieu de présenter ses propres fantasmes, ne préfère-t-il pas rappeler, par 1'intermédiaire de l’auteur ancien, les légendes suscitées par tant de phénomènes étranges ?
Si l’on peut reprocher à l’évocation de la « Rome antique » son caractère banal, le dernier paragraphe n’est cependant pas dépourvu d’intérêt : on y trouve une remarque tout à fait exceptionnelle à cette époque, insistant sur l’importance des légendes et des traditions populaires, même pour les chercheurs que doit guider avant tout le souci d’objectivité, car elles leur fournissent des indices précieux dans leur quête de la vérité historique. Les critiques, les archéologues de notre temps sauront quelle part il convient de faire aux traditions légendaires, et les travaux de Jean Bérard fourniront un exemple de cette méthode.

2 Le Pausilippe « est une colline située le long du bassin de Naples du côté du couchant » (Lalande, op. cit., T. VII, p. 302). Meyer ne s’attarde pas à évoquer sa beauté, vantée par la plupart des étrangers, le paysage admirable que l’on y découvre, la grande variété de sa végétation, semblable, dit Ferber, à celle d’un jardin botanique (Lettres sur la minéralogie, p. 148).

3 La description du tombeau de Virgile est plus précise chez Lalande que chez Meyer : « Depuis longtemps, ce n’est plus qu’une masure en forme de petite tour quarrée de dix à douze pieds de hauteur, et ouverte sur le cote, comme une espèce de lanterne, qui paroît avoir été un columbarium, ou tombeau de quelque ancienne famille.
Au-dessus de cette masure, parmi beaucoup de ronces, de pariétaires, de clématites et autres herbes sauvages, est un ancien laurier dont tous les voyageurs ont parlé : les uns disent qu’il avoit crû de lui-même ; d’autres qu’on l’avoit planté, et même replanté dans ce siècle-ci » (Op. cit., T. VII, p. 305-6). Certains vont jusqu’à prétendre que ce laurier miraculeux repousse quand on 1'arrache, comme pour glorifier la mémoire du poète ! Meyer n’est pas dupe des légendes, même en ce qui concerne l’identification du monument — de nos jours encore, celle-ci n’est pas résolue de façon définitive : voir Amedeo Maiuri, Les Champs Phlégréens, Rome, 1938 — mais ne s’interdit pas de rêver.
Le tombeau de Virgile est un haut lieu du voyage en Italie ; le souvenir d’un homme illustre, la beauté du paysage inspirent alors à de nombreux voyageurs des développements lyriques. Meyer ne cède pas à cette tentation ; son enthousiasme ne l’empêche pas de décocher quelques flèches aux poètes (p. 218), aux ciceroni et aux journalistes parisiens (note de la p. 220). Le récit de Dupaty est tout différent : il présente cette visite comme un véritable pèlerinage, où l’homme sensible se soumet à un certain nombre de rites : « Je suis entré dans le tombeau ; je m’y suis assis sur des fleurs : j’ai récité l’églogue de Gallus, j’ai lu le commencement du quatrième livre de l’Enéide ; j’ai coupé une branche de laurier ; et ensuite je suis descendu, plein des sentiments que ce lieu doit faire éclorre (sic) dans toutes les âmes qui sont sensibles à l’amour, à Virgile » (Op. cit., p. 356).

4 Tous les voyageurs parlent en termes admiratifs de la grotte de Pausilippe, qui leur apparaît comme un ouvrage singulièrement hardi. Lalande, à son habitude, donne quelques détails précis et un bref historique : la chose la plus singulière de la route qui mène à Pouzzoles, dit-il, « est le chemin creusé au travers de la montagne, sur une longueur de 363 toises, et qu’on appelle la Grotta di Pozzuoli ; elle fut commencée probablement pour abréger le chemin de Pouzol à Naples, qui passoit autrefois par-dessus la montagne : le peuple dit qu’elle fut faite par les enchantemens de Virgile (...). Le Vice-Roi Pierre de Tolède fit agrandir cette grotte » (Op. cit., T. VII, p. 302-3) (on sait qu’à cette époque le peuple de Naples considère Virgile comme un magicien).

5 La lumière du soleil n’y pénètre que très rarement. Cf. Lalande : « Deux ouvertures ou soupiraux de la voûte y répandent un peu de jour (...) La direction du percé est telle, que vers la fin d’Octobre le soleil couchant y pénètre dans toute sa longueur, dont il suit qu’elle fait un angle de dix-huit degrés vers le sud avec la ligne de l’ouest » (Ibid., p. 304).

6 Le phénomène étrange que l’on observe dans la grotte, l’expérience spectaculaire pratiquée sur un chien qui, allongé sur le sol, ne tarde pas à présenter tous les symptômes de l’agonie, puis se ranime soudain quand on le plonge dans l’eau du lac tout proche, suscitent l’étonnement des visiteurs, peu d’entre eux omettent de décrire cette expérience. Dans la seconde moitié du siècle, où le goût des sciences est si répandu, les voyageurs s’efforcent de multiplier les observations et cherchent à déterminer les causes du phénomène. Björnstaehl et plusieurs autres notent qu’une torche approchée du sol s’éteint plus vite que si on la plongeait dans l’eau, que les tirs de pistolets sont impossibles dans la grotte à une faible hauteur (cf. Björnstaehl, op. cit., T. I, p. 318). Certains rappellent les diverses expériences faites sur des oiseaux, des reptiles, des crapauds, par des savants comme le Père de la Torre ou l’abbé Nollet — Lalande, Ferber mentionnent le mémoire présenté par ce dernier à l’Académie des sciences en 1750 — et soulignent que les symptômes d’étouffement apparaissent plus ou moins vite selon les cas. Les visiteurs les plus hardis, se confiant à la vigilance de leurs compagnons, se baissent pour respirer pendant quelques secondes les vapeurs stagnant au-dessus du sol : Lalande, celui qui montre le plus vif désir d’observation et d’expérimentation, prétend n’en ressentir aucune incommodité. On s’interroge sur la nature de ces vapeurs : sont-elles sulfureuses, arsenicales... ? Non, répond Lalande après avoir fait certaines vérifications ; il s’agit d’exhalaisons méphitiques ou Moffettes empoisonnées (op. cit., T. VII, p. 318). Si ces nombreux détails se justifient chez un Lalande, dont le guide est une sorte d’encyclopédie du voyage d’Italie, où les étrangers intéressés par les questions les plus diverses doivent pouvoir trouver des renseignements complets, soigneusement mis à jour dans la seconde édition, s’ils ne surprennent pas chez ces hommes du XVIIIe siècle passionnés par les problèmes scientifiques, ils font prendre à la relation de voyage un aspect parfois très technique. Genre très souple, comme le journal intime, elle peut intégrer les développements les plus divers ; cependant, certains voyageurs ont conscience qu’il est des limites à ne pas dépasser : Björnstaehl, ayant consacré un long passage aux « Moffettes », s’aperçoit soudain qu’il écrit une lettre à un ami, et non une étude scientifique (Op. cit., T. I, p. 325).
Au contraire, Meyer se contente de rapporter une anecdote personnelle et s’attarde peu sur l’expérience elle-même. La sensibilité dont nous avons déjà noté divers témoignages se répand de plus en plus vers 1781, aussi voit-on désormais les voyageurs s’apitoyer sur le sort du chien, ce qui n’était presque jamais le cas dans les relations antérieures à cette date.

7 Après le souvenir personnel concernant la Grotte du Chien vient une notice fort sèche, qui pourrait figurer dans un guide de voyage tel que nous le concevons à notre époque.

8 La Solfatare a été décrite de façon précise par l’abbé Richard comme « un bassin de forme ovale, qui a environ 1500 pieds de longueur, sur un peu plus de 1000 de largeur, entouré de toutes parts, à peu près à égale hauteur, des restes de la montagne en forme d’amphithéâtre » (Op. cit., T. IV, p. 301). Ce volcan à demi éteint suscite, comme la Grotte du Chien, des réactions diverses parmi les voyageurs, avec son aspect aride, ses jets de vapeur, le bruit sourd qui se fait entendre sous les pas. Chez certains d’entre eux domine le souci de connaissance scientifique, ils connaissent les travaux des savants — Ferber renvoie aux différents Mémoires de l’Académie des Sciences présentés a ce sujet en 1750, 1757, 1765 — ont recours à l’expérimentation : ils observent, par exemple, l’altération des feuilles de cuivre apportées en ce lieu. L’abbé Richard lui-même enfonce en plusieurs endroits des bâtons pointus et constate que de la fumée sort aussitôt du trou pendant quelques instants. A la question souvent posée de savoir si la Solfatare communique avec le Vésuve, comme certains auteurs l’ont prétendu, Richard et Lalande répondent qu’il n’en est rien, en reprenant les conclusions que d’« habiles physiciens » ont tirées de leurs expériences.
Après avoir décrit rapidement la Solfatare, Meyer n’entreprend pas de rappeler les diverses observations qui peuvent y être faites, il ne mentionne pas davantage les superstitions populaires citées par l’abbé Richard, selon lesquelles ce lieu serait peuplé d’êtres infernaux, mais il évoque ses propres souvenirs, ses impressions d’insécurité et même de terreur. Ce n’est pas le désir d’objectivité qui domine ici, mais l’imagination. La comparaison avec le Vésuve ne se justifie que chez un voyageur qui n’a pu être témoin d’une éruption. Aux yeux de Keyssler, la Solfatare n’était qu’un Vésuve en miniature ! Quant à l’image du matelot, banale sans doute, elle permet de faire comprendre les sentiments inspirés par les phénomènes de la Solfatare.

9 L’usage est alors de s’embarquer à Pouzzoles pour aller voir l’Averne, l’antre de la Sibylle, l’Achéron et les Champs-Elysées ; l’intérêt de cette excursion est considéré comme exceptionnel : « Joignez à cela une multitude de temples, de palais ruinés, dans lesquels la magnificence romaine se montre avec éclat, malgré l’injure des temps, et les ravages des tremblemens de terre, plusieurs édifices publics dont quelques-uns subsistent encore dans leur entier, la beauté du climat, les richesses de la nature ; tout cela rassemblé forme dans cette petite contrée un spectacle aussi digne de curiosité qu’il y ait dans l’Univers » (Richard, op. cit., T. IV, pp. 308-9).
Pouzzoles, Baïes... ces lieux si célèbres dans l’Antiquité n’inspirent guère aux voyageurs du XVIIIe siècle de remarques originales. Tous sont frappés par l’harmonie du golfe, la beauté de la nature et de la végétation. L’abondance des ruines, le souvenir des textes anciens suscitent une confrontation entre le passé et le présent qui aboutit à une méditation mélancolique sur la fragilité des choses humaines. Certaines citations sont presque inévitables : les vers d’Horace et de Martial qui figurent chez Meyer se trouvent déjà chez Lalande et dans bien d’autres relations. Les différences tiennent à la précision plus ou moins grande apportée à la description : celle-ci demeure assez réduite chez Meyer qui se borne à solliciter l’imagination de son lecteur grâce au prestige des noms de lieux : Ischia, Misène, ou aux allusions à la légende : Enée, Hercule... Certains voyageurs examinent les ruines sans nous faire grâce d’aucun détail, s’interrogent sur leur destination, critiquent certaines attributions traditionnelles ; Meyer ne s’attarde guère, il évite tout ce qui serait pure érudition : qu’on en juge d’après la phrase très brève consacrée à la Piscina mirabile, qui suscite chez d’autres tant de curiosité.

10 Les ruines l’intéressent surtout, ici, dans la mesure où elles correspondent à certaines croyances, à certains usages — tels les tombeaux édifiés sur les bords de la Mer Morte — et non par leur aspect pittoresque. Si, dans le cas du tombeau d’Agrippine, il refuse l’identification traditionnelle, sa démonstration se fonde sur l’autorité de Tacite, comme chez beaucoup de voyageurs, mais aussi sur la vraisemblance psychologique. Enfin, une fois de plus, les ruines des riches villas lui permettent d’évoquer un passe prestigieux, bien différent de l’époque présente.

11 Traduction due à F. Villeneuve (Horace, Odes, Paris Belles-Lettres, 1946).

12 Cf. Lalande : « Un peu au midi des bains de Néron, l’on trouve encore trois grands restes d’anciens temples ou de bains, en forme de rotondes, qui se voient près du rivage à 600 toises au nord de Baies ; ils sont en partie enterrés et inondés par les eaux du marécage, et l’on est obligé de s’y faire porter sur les épaules des mariniers : l’un est un temple de Vénus, le second un temple de Mercure, le troisième un temple de Diane » (Op. cit., T. VII, p. 363). Meyer passe sous silence cette façon de visiter les ruines, qui convient mal à la dignité du lieu.

13 « Rien ne marque mieux la vicissitude et la fragilité des choses humaines que la vue de ces ruines et de ces rivages, actuellement déserts. L’air même est devenu empesté, soit à cause des marécages, soit a cause des lacs où l’on fait rouir le lin, et des exhalaisons ou moffettes qui sortent de toutes parts. Charles VITI et Louis XII y perdirent une grande partie de leurs troupes, dans les expéditions qu’ils firent pour la conquête de Naples » (Lalande, ibid., p. 352-3).

14 Le texte de Vanderbourg nous donne ici un exemple de l’élégance, très caractéristique de l’époque, qui est souvent celle de sa traduction : « Le lac Lucrin, si célèbre autrefois par le goût exquis de ses poissons, sur lequel à l’époque brillante de la grandeur Romaine, on donnait ces combats sur 1'eau et ces fêtes pompeuses auxquelles la volupté présidait ; le lac Lucrin qui voyait voguer des barques ornées de fleurs et ses eaux couvertes de roses que se jetaient les combattants ; le lac Lucrin n’est plus qu’un marais couvert de roseaux, triste demeure des animaux croassants : ce n’est plus qu’un marécage infect et qui fut comblé en partie par la formation du Monte Nuovo, lorsqu’il sortit près de là du sein de la terre » (pp. 412-13). Vanderbourg, jugeant trop dépourvue de noblesse la traduction littérale, « crapauds et grenouilles », a préféré recourir à une périphrase. La grâce surannée de ce texte ne manque pas de charme.

15 Le Monte Nuovo est un autre exemple surprenant des bouleversements survenus dans cette contrée, où les voyageurs sont partages entre 1'admiration et l’inquiétude : « Ces grandes révolutions dont les effets sont encore parlans, mêlent nécessairement quelques réflexions tristes au plaisir que cause le spectacle de ce pays si charmant, et font qu’on le quitte avec moins de regret » (Richard, op. cit., T. IV, p. 316).

16 Ces remarques se retrouvent chez de nombreux voyageurs. Cf. LaLalande : « Il pouvait d’ailleurs y avoir des vapeurs sulfureuses... » (Op. cit., T. VII, p. 356) ; selon Richard, des ruisseaux de soufre et de bitume ont pu se mêler jadis aux eaux du lac et faire mourir les poissons et les oiseaux qui l’habitaient, des vapeurs aussi dangereuses que celles de la Grotte du Chien ont pu s’en dégager : une telle hypothèse n’est pas inconcevable, même si rien ne permet plus de la vérifier, dans un pays où les tremblements de terre occasionnent de telles révolutions. « Il ne faut donc pas accuser d’imposture les Anciens qui ont parlé de l’Averne et de ses environs comme d’un endroit inhabitable. Il est plus raisonnable de croire que, les choses ayant changé, les effets ne sont plus les mêmes » (Op. cit., T. IV, p. 320).

17 A notre époque, les archéologues estiment que ces vestiges seraient, non pas ceux d’un temple d’Apollon comme le croit la tradition, mais ceux d’un immense édifice thermal. De même, selon certains d’entre eux, la pseudo-Grotte de la Sibylle serait un chenal destiné à faire communiquer l’Averne et le Lucrin, appartenant au programme des travaux exécutés par Agrippa vers l’an 37 av. J.-C. (Voir Maiuri, op. cit.).

18 Traduction due à M. Kermoysan (Silius Italicus, Guerres puniques, éd. Nisard, Paris, 1862).

19 Absorbé par les souvenirs de l’Antiquité, qui se présentent un foule au voyageur dans cette contrée jadis si fameuse, Meyer semble voir à peine les habitants actuels ; il se contente de quelques allusions à la misérable population de pêcheurs vivant à Pouzzoles et aux quelques activités suscitées par la visite des étrangers : l’expérience faite par le gardien à la Grotte du Chien, le petit commerce d’objets antiques... Au cours de cette rapide excursion, il n’a pas le loisir d’observer les êtres, comme c’était le cas à Naples et surtout à Rome.

Notes de fin

* Quae cineris tumulo haec vestigia ? Conditur olim Ille hic qui cecinit pascua, rura,duces.
Inscription moderne qui se trouve auprès du prétendu tombeau de Virgile.

Sans aller jusqu’à déraciner un pied de laurier, je pus couper quelques rameaux dans le taillis qui foisonne autour du tombeau, pour garder un souvenir plus vivace de cette inoubliable journée vécue dans un paradis terrestre. Une controverse ridicule suscitée par les journalistes parisiens — existe-t-il ou non un laurier sur le tombeau de Virgile ? — me donna l’occasion, il y a quelques années, de publier un petit article dans la Berlinische Monatschrift (juin 1789, p. 581) pour trancher, en qualité de témoin oculaire, cette querelle qui occupait, comme eût pu le faire un sujet important, les oisifs de Paris ; selon toute vraisemblance ces ci-devant disputeurs de vétilles, maintenant qu’ils s’occupent de leurs propres lauriers, doivent s’intéresser bien moins à ceux des héros et des poètes antiques ! Les ciceroni rusés de Naples ont soin, dit-on, pour satisfaire la curiosité de voyageurs crédules, de casser quelques branches de laurier aux alentours : ils les mettent en terre sur le tombeau et prétendent ensuite qu’il s’agit bien là de l’arbuste qui s’est élevé sur la dépouille du poète. Ces ciceroni ne m’ont pas abusé, car je me suis rendu en ces lieux sans guide, avec mon compagnon de voyage, et j’y ai trouvé sur le tombeau de Virgile ce taillis de lauriers que je ne m’attendais pas à y voir ; il correspondait pourtant à l’image que s’en faisait mon imagination : selon elle, en effet, les cendres de l’immortel poète ne pouvaient reposer qu’à l’ombre des lauriers, en pleine nature.

Forum Vulcani.

§ Martial, Epigrammes, L. XI, 80.

** Enéide, VI, v. 232 sq. (op. cit.).

†† Dans les Annales, L. XIV, ch. 9.

‡‡ Horace. Ode 18, L. II11.

§§ Id., Ode 1, L. III.

*** C’est la raison pour laquelle les Grecs l’appelaient ἄορνος (qui n’a pas d’oiseau). Voir Enéide, VI, v. 242. De là son nom : Averne.

††† Dans la septième lettre du livre III, Pline consacre une fort belle relation à la vie de ce poète, qui vécut au premier siècle de notre ère. Très estimé à Rome, il fut nommé consul et c’est sous son consulat que mourut Néron. Sa villa de Campanie était son séjour de prédilection, ce fut là qu’il mit fin à ses jours ; il s’y trouvait près des grands modèles qui lui inspirèrent la belle description citée ici. Voir L. XII, v. 21 sq. de ses Guerres puniques18.

‡‡‡ Ce tableau et le précédent concernent tous deux le lac Averne.

§§§ La vallée de feu, Forum Vulcani, aujourd’hui la Solfatare.

**** L’île rocheuse de Procida.

†††† L’actuelle Ischia, jadis nommée aussi Pithecusa. Elle apparaît en mer comme une masse rocheuse élevée, ronde et noire ; les éléments qui la constituent et sa forme semblent appuyer l’opinion des Anciens selon laquelle cette île aurait été soulevée du sein de la mer par la violence du feu souterrain. Dès l’époque la plus reculée, celle des Chalcidiens, dont la colonie fut la première à s’établir à Ischia, et encore par la suite, elle fut souvent en proie aux tremblements de terre et aux éruptions volcaniques. C’est là qu’il faut voir l’origine de la fable : les géants vaincus, précipités du haut du ciel, seraient ensevelis vivants sous les îles rocheuses d’ischia et Procida, ainsi que sous les Champs Phlégréens et sous le Vésuve ; ce sont leurs convulsions qui provoqueraient les secousses sismiques, leur souffle, les explosions de feu. En 1301 encore, une épouvantable bouche s’ouvrit à Ischia, elle vomit des flammes, des cendres et des laves. Certaines parties de l'île sont très fertiles et très peuplées.

Table des illustrations

Légende Fig. 22. Raffaello Morghen, Le lac d’Agnano et la « Grotte du chien ». Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Sur la partie droite de la gravure on aperçoit des étrangers qui assitent à la cruelle comédie décrite par Meyer (cf. 221-222). Le lac a été asséché en 1870.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 597k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter