Versión clásicaVersión móvil

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 19. Naples - Portici - Herculanum - Pompéi1

Texto completo

  • 1 Ce chapitre donne quelques impressions personnelles, relativement rares, et des informations puisé (...)
  • 2 Lalande rappelle les circonstances de la découverte, succédant à une longue période d’oubli. « Les (...)
  • 3 C’est à cette époque que naît véritablement l’archéologie moderne. Pendant longtemps, les fouilles (...)
  • 4 Optimisme rétrospectif, rappelant celui que l’auteur manifestait en relatant son excursion au Vésu (...)
  • 5 Deux siècles environ après le voyage de Meyer, les fouilles ne sont pas encore terminées à Hercula (...)
  • 6 L’optimisme repose cette fois sur la confiance en une diffusion des Lumières.

1Depuis l’autel des dieux et les instruments des sacrifices jusqu’aux plus humbles ustensiles domestiques, le Musée de Portici conserve les vestiges qui témoignent de la haute et vénérable antiquité de ce pays et prennent par là-même un caractère sacré. Cette fameuse collection d’antiques provient d’Herculanum et de Pompéi, les villes anciennes dévastées par le Vésuve ; leur découverte fut l’une des plus précieuses de notre siècle et contribua plus que toute autre à enrichir la science de l’antiquité2. C’est grâce à elle que nous avons progressé sur la voie de la connaissance la plus vivante et la plus complète en ce qui concerne les institutions religieuses et civiles des Anciens, l’organisation de leur vie domestique, leurs usages et leurs moeurs, leur vie publique et privée. En découvrant les productions de leur industrie, on fut amené à rechercher le degré auquel ils l’avaient portée et dont on avait douté jusque-là3. Ces richesses restèrent cachées durant dix-sept cents ans dans le sein de la terre, protégées des ravages du temps et de la rage dévastatrice des Barbares — leur découverte était réservée à un siècle capable d’exploiter ces importantes trouvailles qu’auraient dédaignées les siècles d’ignorance. Ainsi le monde a-t-il été dédommagé avec usure des ravages provoqués dans un petit canton de terre par les fleuves de feu descendus du Vésuve4. Ce que l’on a retiré jusqu’ici des décombres de ces deux villes romaines, qui semblent de nos jours resurgir de leur tombeau, est déjà d’une grande importance ; mais il s’en faut bien qu’on ait fait tout ce que l’on pourrait faire. La majeure partie d’Herculanum est encore emprisonnée sous sa carapace de lave ; il en est de même pour Pompéi ensevelie sous une couche de cendres durcie ; selon toute vraisemblance, les deux villes n’ont pas encore livré leurs trésors les plus précieux5. Les difficultés dues aux conditions locales et plus encore la manière absurde dont les fouilles sont conduites, l’indolence du gouvernement, la négligence et la cupidité des employés subalternes ont jusqu’à présent retardé le déblaiement total ; ce sera donc, pour le plus grand bénéfice des sciences, le partage des générations futures et des temps plus heureux, plus éclairés, qui doivent peut-être améliorer, sous d’autres rapports également, le sort de ce pays et le rendre bien différent de ce qu’il est aujourd’hui6.

Fig. 21. Jacob Philipp Hackert, Vietri et le golfe de Salente vus de la route de Naples. Rome, Accademia naz. dei Lincei, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Meyer n’alla pas jusqu’à Vietri, situé sur la route entre Naples et Paestum, mais il rencontra à Rome Reifenstein, dédicataire de la gravure et cicerone des étrangers de marque. Cf. p. 89 et 124.

  • 7 Et aussi le village de Résina : il touche Portici, dont le nom désigne chez la plupart des voyageu (...)
  • * On sait que, dans son Avare, Molière a emprunté à Plaute ce personnage et lui a donné des traits p (...)
  • 8 Traduction due à A. Ernout (Plaute, Comédies, Paris, Belles-Lettres, 1961-1967).
  • 9 Beaucoup de voyageurs s’indignent de voir si peu d’ouvriers employés aux fouilles des deux villes. (...)
  • Dr Bartels, Lettres sur la Calabre et la Sicile, tome II, p. 23.

2Le destin emprunta des voies diverses pour frapper les deux malheureuses villes romaines d’Herculanum et de Pompéi, que ravagea le Vésuve au début de notre ère. Un torrent de lave déferla sur la première, qui fut recouverte en outre de pierres et de cendres vomies par le volcan ; une pluie de feu s’abattit sur la seconde et l’ensevelit sous les cendres et les pierres brûlantes. Les habitants d’Herculanum purent encore échapper au trépas qui les menaçait ; ceux de Pompéi, surpris par la ruine subite et totale de leur ville, furent ensevelis vivants ; la garde même ne parvint pas à éviter cette horrible mort. Tous furent précipités dans un même tombeau. Voilà pourquoi les difficultés de la fouille sont bien plus grandes à Herculanum qu’à Pompéi. Là, il est extrêmement difficile de mettre en pièces les blocs de lave solidifiée où la ville est emprisonnée, il faut les faire sauter, tandis que la pelle et la pioche suffisent pour déblayer Pompéi. De plus, Portici est bâti précisément au-dessus du profond tombeau d’Herculanum7. Voilà les obstacles bien réels que rencontre la continuation des fouilles à Herculanum, mais ces obstacles n’existent pas à Pompéi. Cette ville se trouve sous une faible épaisseur de terre plantée de vignes. Les ceps ont pris racine dans la mince couche de terre couvrant les toits des maisons. Cependant, malgré la facilité des travaux et la modicité des frais qui seraient nécessaires pour déblayer la ville, rien ou presque n’a été fait, comme dans le cas d’Herculanum. Tel le riche avare rêvant des richesses enfermées dans son coffre, la cour de Naples rêve des trésors de l’antiquité cachés dans le sol. Que nul ne s’avise de regarder avec envie ou curiosité la cassette bien fermée et bien gardée de l’avare Euclio*8, sinon il fulmine et jette à la porte de sa maison celui en qui il voit un dangereux personnage venu pour épier son or ! Plusieurs fois déjà, de riches étrangers ont proposé à la cour de Naples de poursuivre les fouilles à leurs frais, en particulier à Pompéi, de lui laisser l’avantage des découvertes et de se contenter d’un faible profit. On a repoussé ces offres avec le plus grand mépris9 ! Comme à l’entrée des mines de Sicile qui restent inexploitées, des gardes défendent l’accès de Pompéi, pour protéger le trésor qui s’y trouve enseveli. Ce musée est surveillé comme si le cabinet des antiques de Portici conservait la boîte magique de Pandore, capable de provoquer tant de maux. Les étrangers ne sont admis à le visiter qu’avec une permission expresse du roi, il leur est rigoureusement interdit d’inscrire la moindre note sur ce qu’ils voient dans les salles et surtout — ô sacrilège audace ! — de dessiner un objet ou d’en prendre les mesures. Quand je demandai un peu étourdiment au gardien du musée le motif d’une interdiction aussi sévère, il ne me répondit que par cette formule dictatoriale : « Vuole il Rè » ! (Le roi le veut ainsi !)

  • 10 Herculanum suscite beaucoup de curiosité chez les voyageurs. L’un des guides les plus utilisés, cel (...)
  • 11 Tous ces griefs sont formulés par de nombreux voyageurs qui blâment l’incompétence des responsable (...)
  • 12 Voir, par exemple, les gravures publiées par l’abbé de Saint-Non dans son Voyage pittoresque de Na (...)

3C’est par la trappe d’une maison de Portici que l’on descend, éclairé par un guide, un escalier étroit et glissant pour atteindre, à une grande profondeur, l’ancienne ville romaine d’Herculanum. On arrive ainsi à des couloirs resserrés, bas et malpropres, absolument semblables aux galeries de mines du Harz. Le guide remit une chandelle à chacun de nous et nous parcourûmes en courbant le dos ces couloirs où l’imagination la plus exaltée s’efforcerait en vain de se figurer une ville romaine avec ses monuments10. En revanche, on est frappé d’étonnement en voyant comment les fouilles de cette ville antique ont été conduites, à des époques plus ou moins récentes ; la façon dont ces travaux ont été entrepris et continués ne pouvait en vérité que faire manquer le but poursuivi. On a erré au hasard, sans plan, avec une incompétence dépassant les limites de la saine raison, sans adopter une direction précise ; quand on dégageait des couloirs souterrains, on jetait les déblais dans ceux qui avaient été précédemment creusés et qui se trouvaient de nouveau comblés, pour épargner les frais de transport, mais par la suite on creusait de nouveaux ceux-ci et l’on encombrait ceux-là, et plus d’une fois les travaux de toute une année restèrent ainsi sans résultat. Pour donner sans doute aux antiquaires des problèmes plus difficiles à résoudre, on arrachait des anciens édifices les inscriptions, lettre par lettre, sans oublier un seul point, pour les envoyer à Naples dans des corbeilles11. Si l’on excepte certaines additions arbitraires dont les antiquaires sont coutumiers, on doit reconnaître que les savants ont restitué avec beaucoup de sagacité la forme extérieure et la distribution intérieure des monuments antiques dont on a jusqu’ici découvert quelques parties ; c’est le cas, en particulier, du grand théâtre d’Herculanum, bien qu’on n’en puisse voir encore que quelques fragments importants de murs, de portes, de colonnes et de gradins. Lorsque je regarde les dessins magnifiques que nous ont donnés les artistes, plans, coupes, façades de ces édifices d’Herculanum et de tant d’autres ruines méconnaissables de palais, de bains, de théâtres et de temples12, je ne puis cependant m’empêcher d’évoquer les exclamations de mon guide dans les sombres couloirs d’Herculanum ; souvent il s’arrêtait et, levant sa lanterne, il s’écriait dans son incompréhensible dialecte napolitain : ecco il superbo Teátro d’Ercolano ! ecco la facciata del Tempio ! etc. (Voilà le superbe théâtre d’Herd’Herculanum ! la façade du temple !) Et quand je m’approchais le plus possible des parois humides pour voir ces merveilles, je ne trouvais qu’un pan de mur surgissant de la lave, le montant d’une porte ou une colonne encore plus qu’à demi cachée dans les matières volcaniques pétrifiées.

4La route qui mène d’Herculanum à Pompéi offre les points de vue les plus enchanteurs, à gauche sur la noire pyramide du Vésuve, avec laquelle les vignes couvrant la pente de la montagne forment un contraste saisissant, et, le long de cette route, sur des domaines fertiles, des villages bien bâtis et de superbes maisons de campagne ; à droite sur la mer, le golfe dont la côte s’incurve pour former un demi-cercle, les îles. Ce chemin est coupé, entre les bourgs de Torre de l'Annunziata et Torre del Greco, par la terrible coulée de lave de 1779. Large de plusieurs centaines de pas, elle s’échappa du flanc de la montagne, roula sur la pente en recouvrant les champs et le chemin, et poursuivit sa direction vers la mer. Tout à coup, le fleuve de feu s’arrêta sur le rivage, au moment de se mêler à cet élément ennemi qui, à son approche, semblait se soulever et reculer en bouillonnant. Des palais d’été bâtis sur le bord du chemin s’écroulèrent ainsi que de simples cabanes de bois, avant même d’être atteints par le torrent dévastateur, comme si la terrible chaleur qu’il dégageait eût amolli les rocs de leurs fondements. Çà et là, on voit encore des fragments de marbre blanc sortir de la noire couche de lave qui les a engloutis.

  • 13 Pompéi offre pour la première fois le spectacle d’une ville antique, avec ses monuments, ses bouti (...)
  • 14 Cette suggestion peut paraître étonnamment moderne, elle est déjà exprimée dans la première éditio (...)

5Plusieurs voyageurs ont déjà remarqué que Pompéi, à demi dégagé et rendu à la lumière, ressemble au premier coup d’oeil à une ville abandonnée par l’ennemi après le pillage et la destruction ; cette comparaison si juste me vint également à l’esprit. Un silence de mort semblait avoir succédé au bruit des armes, l’abandon le plus absolu au tumulte de la prise d’assaut. Cette ville, oubliée dans son tombeau pendant dix-sept siècles, se trouve située dans une plaine solitaire, entre des coteaux plantés de vignes, et comme plongée dans un large fossé de sable. Des vignobles en couvrent encore la plus grande partie. L’architecture de la ville n’a pas recherché la magnificence, elle se caractérise par sa simplicité, par sa noblesse aussi malgré les défauts de proportions, sensibles en particulier dans les colonnades. Pompéi ne tenait pas un rang considérable parmi les villes de Campanie, son nom est peu connu dans l’histoire et peut-être les habitants étaient-ils aisés plutôt que riches. La distribution intérieure des maisons ne révèle pas un souci de luxe, mais le désir de satisfaire les besoins de la vie quotidienne. L’ensemble a quelque chose de grand et de solennel. A l’aspect de cette ville antique qui a surgi de sa tombe, les images des siècles passés se présentent en foule à l’imagination et font un moment illusion ; le sort de ses malheureux habitants inspire à l’âme une méditation profonde et mélancolique. Je vis un monceau d’ossements entassés dans l’angle d’un édifice, mais je n’osai en ramasser la moindre partie : j’aurais craint de profaner ces tombeaux qui me paraissaient sacrés13. L’impression que produit l’aspect de cette ville serait incomparablement plus forte et plus solennelle s’il avait été possible d’y laisser tous les objets à l’emplacement où ils se trouvaient au moment de la découverte : dans le temple d’Isis, la statue de la déesse, les instruments des sacrifices, les trésors et les tableaux sacrés ; les statues et les décorations au théâtre ; dans les maisons, les meubles et les ustensiles domestiques, les aliments — les squelettes des habitants auraient gardé les attitudes dans lesquelles la mort les avait surpris et ce qui subsiste des vêtements et des bijoux dont ils s’étaient parés ce jour-là ; les urnes funéraires et les vases sacrés seraient restés dans les tombeaux, les armes dans les casernes. Le voyageur verrait apparaître ici le Romain tel qu’il fut dans toutes les circonstances de sa vie et ses diverses activités ; on pourrait l’accompagner à l’autel de ses dieux et à ses plaisirs, dans les affaires de sa vie quotidienne et aux tombeaux de ses défunts : les scènes d’un passé si éloigné se présenteraient ainsi au visiteur d’une manière plus vive encore. Peut-être la réalisation de cette idée aurait-elle rencontré un grand nombre de difficultés, mais un esprit actif et entreprenant aurait su en triompher ; tel n’est pas celui qui anime les responsables de ces importantes découvertes14.

  • 15 II y a là encore une remarque qui se retrouve fréquemment chez les voyageurs. L’abbé Richard croya (...)

6Les catacombes, ces demeures ténébreuses de la mort et de la décomposition, sont le plus remarquable ouvrage de l’antiquité qu’il soit possible de voir à Naples même. Leur prodigieuse étendue et leur disposition contredisent l’affirmation naïve de la piété populaire selon laquelle les premiers chrétiens auraient aménagé ces voûtes souterraines pendant les persécutions des empereurs romains, afin d’y trouver un refuge. Selon toute vraisemblance, il y avait là à l’origine des carrières de pierre et de sable où l’on se procurait les matériaux nécessaires aux constructions de la ville. Peu à peu, elles furent destinées aux sépultures, comme le prouvent certaines trouvailles, ossements et inscriptions, et même la disposition intérieure de l’ensemble et des diverses parties15.

  • 16 Le principal intérêt de ce passage inspiré par les catacombes est dû à la façon dont Meyer parvien (...)

7L’entrée des catacombes, située près de l’église Saint-Janvier, se présente comme une haute et large voûte, extrêmement imposante. Le visiteur est saisi d’horreur quand il plonge le regard dans la profonde obscurité qui y règne, où perce faiblement la lueur des flambeaux qui le précèdent. Les voûtes ne renvoient qu’un écho assourdi. On lui a remis une torche qui lui permet à peine de distinguer les sombres parois les plus proches et fait paraître plus ténébreuses encore les profondes galeries et les énormes voûtes. Pour qu’il soit possible de retrouver la sortie de ce sombre labyrinthe, le guide recommande souvent de ne pas laisser éteindre les flambeaux ; un tel avis augmente encore l’effroi qu’inspirent ces catacombes plongées dans la nuit. C’est un immense dédale de galeries souterraines dont on n’a pas encore compté le nombre ni mesuré la longueur. Quelques-unes conduisent à des chambres funéraires divisées en plusieurs étages, d’autres à des salles voûtées en forme de coupoles. On voit autour de soi, creusées dans les parois et disposées les unes au-dessus des autres, des niches où sont étendus des cadavres ; quelques-unes de ces niches sont murées, d’autres ouvertes, remplies d’ossements et de pourriture. Tantôt on aperçoit plusieurs galeries qui partent dans diverses directions, tantôt une haute voûte. Ici un escalier à demi rompu conduit à d’autres tombeaux plus élevés ; là on est arrêté par les décombres d’une arcade qui s’est écroulée lors d’un tremblement de terre ou sous le poids du terrain qui la surmontait, ou bien c’est un monceau d’ossements à demi décomposés qui empêche de pénétrer plus avant dans les galeries plus ou moins grandes qui s’étendent et se croisent en tous sens. Une odeur de putréfaction infecte l’air emprisonné dans ces souterrains ; des exhalaisons méphitiques et la fumée des flambeaux rendent plus difficile encore la respiration. On éprouve le plus grand désir de revoir la lumière du soleil, de retrouver des hommes car, rendus livides par la lueur des flambeaux, ils n’apparaissent dans ces tombeaux que comme des ombres errantes. Jamais l’air pur n’a paru plus réconfortant à ma poitrine oppressée, jamais la radieuse lumière du jour et le retour parmi les vivants ne m’ont donné une si grande joie qu’à la sortie de ces sombres voûtes souterraines consacrées à la mort16.

  • 17 A en croire le voyageur, ici encore, comme dans le cas de Filangieri, Ferdinand IV se montre digne (...)

8Quand j’arrivai à Naples, peu de semaines après l’effroyable catastrophe qui avait dévasté la Calabre, les cris de douleur de ses malheureux habitants se faisaient encore entendre et emplissaient la ville d’épouvante. Le tremblement de terre de 1783 leur avait arraché leurs parents, leurs amis les plus chers, leurs biens et leurs demeures. Les récits de cette indicible misère, les informations reçues de Calabre, qui chaque jour répandaient de nouvelles terreurs, suscitaient dans la capitale un deuil universel ; on déployait la plus grande activité pour soulager la détresse de ces infortunés et calmer leurs plaintes déchirantes. Le souverain lui-même, avec une générosité royale et une sensibilité toute paternelle, conçut un plan susceptible de secourir ses malheureux sujets de la façon la plus efficace ; il voulait se hâter de l’exécuter en personne, mais on l’empêcha de réaliser ce généreux projet. En cette période d’épreuves, le roi serait apparu aux malheureux comme l’ange tutélaire de la patrie, sa main bienfaisante aurait guéri leurs profondes blessures ! Hélas, pourquoi l’en a-t-on détourné ? Mais ainsi le veut le despotisme des ministres : il n’est pas permis aux rois de voir de leurs yeux la misère de leurs sujets, il ne leur est pas permis de les aider personellement, lors même que seraient nécessaires les secours les plus prompts et les plus efficaces et que la présence du souverain permettrait seule de les mettre en oeuvre. En cette circonstance, les Calabrais n’éprouvèrent qu’en partie l’extrême sollicitude du roi. Les dispositions les plus sages, exécutées avec trop de lenteur, ne purent avoir que de faibles effets, les fraudes suspendirent certaines d’entre elles et firent échouer les autres17.

  • 18 En 1755, l’abbé Barthélemy écrivait au comte de Caylus : « Mon voyage de la Calabre est rompu ; il (...)

9Ce n’est pas à titre de témoin que je rapporterai ici les terribles scènes auxquelles donnèrent lieu les ravages de la Calabre. Un voyage dans ce pays encore ébranlé par de violents tremblements de terre présentait alors trop de dangers. Ses habitants, abattus par l’impitoyable rigueur de leur sort, dépouillés de tout ce qui aurait pu subvenir à leurs besoins les plus impérieux, se voyaient forcés de recourir à des moyens désespérés pour échapper à la famine qui les menaçait, eux, leurs femmes et leurs enfants — lorsque ceux-ci avaient été épargnés par la ruine générale. Et quand bien même ce désespoir n’eût pas été dangereux pour les voyageurs étrangers, il fallait redouter les hordes de brigands qui parcouraient la contrée et profitaient de la confusion totale pour se livrer au pillage. Je ne pouvais rien faire pour soulager la misère de toute une province ; ma curiosité cessa quand je vis qu’il m’aurait fallu rester un observateur impuissant18.

  • On sait que les relations de Dolomieu, Hamilton et Vivenzio sont les meilleures que nous possédion (...)
  • 19 Dolomieu, voir note précédente.
    Hamilton, Détails historiques des tremblements de terre arrivés en (...)

10Des relations véridiques et complètes19, dues à ceux qui en furent les témoins, ont peint les désastres provoqués en Calabre par le tremblement de terre de 1783 ; je me contenterai de les reprendre. Cependant, pour avoir pris part indirectement au deuil général que connut Naples dès les premiers jours de la catastrophe frappant ses plus proches voisins, qu’il me soit permis d’esquisser en quelques grands traits, une fois de plus, l’histoire des souffrances sans nom que dut subir la Calabre.

  • § On a évalué à vingt mille le nombre des personnes qui trouvèrent la mort dans le premier trembleme (...)
  • 20 Le tremblement de terre survenu en Calabre en 1783, moins de trente ans après le désastre de Lisbo (...)

11Ce fut le 5 février que la désolation se répandit sur le pays. A l’improviste, sans que l’on eût remarqué les signes caractéristiques qui annoncent d’ordinaire un tremblement de terre et par lesquels la nature elle-même semble vouloir avertir les habitants d’une région menacée d’une destruction prochaine, la ruine s’abattit sur la contrée à l’heure de midi. Les premières secousses ne durèrent que deux minutes et provoquèrent les ravages les plus affreux dans toute la plaine accidentée de la Calabre ultérieure. Les oscillations du sol furent aussi violentes que diverses. Partout où elles se firent sentir, rien ne put résister, ni les ouvrages dus à la main des hommes, ni ce que la nature semblait avoir formé pour durer aussi longtemps que le globe. Tout fut confondu en une même ruine. Tantôt c’était une suite rapide de secousses, un frisson à la surface de la terre, tantôt un lent mouvement d’ondulation semblable aux vagues de la mer ; parfois, des coups violents venus d’une grande profondeur soulevaient tout à coup le sol verticalement, puis le laissaient retomber complètement ou en partie ; parfois le sol semblait être bercé à droite et à gauche ; parfois la terre, après s’être reposée quelques instants, s’élevait brusquement et tourbillonnait à une allure vertigineuse. Ces divers mouvements de la terre, qui se succédaient à de courts intervalles ou bien unissaient leurs forces et agissaient en même temps, ont été prouvés par les phénomènes les plus terribles et les plus singuliers, que l’on pouvait voir dans ce pays ravagé. Dans les villes et les villages, les bâtiments qui avaient été ébranlés avec tant de violence, non seulement s’écroulèrent, mais leurs ruines furent dispersées de toutes parts ; des murailles penchèrent de tous côtés et demeurèrent ainsi un certain temps jusqu’à ce qu’une nouvelle secousse vînt les renverser ; les fondements des édifices les plus solides furent arrachés des profondeurs de la terre et les masses de pierre les plus imposantes, lancées les unes contre les autres, se trouvèrent réduites en poussière ; on vit des colonnes composées de plusieurs tambours se retourner sur leurs bases ébranlées et s’y tenir debout dans une direction opposée à la première. Des collines surgirent du sein de la terre, puis s’affaissèrent totalement ou en partie ; des montagnes se fendirent, s’écroulèrent, comblant des vallées de leurs décombres ; des champs situés sur la pente des collines glissèrent vers la plaine avec leurs arbres, leurs broussailles, les maisons qui y étaient bâties. L’habitant de la montagne vit son champ et sa maison descendus de plusieurs centaines de pas, et dans quelques cas il fut même entraîné avec sa demeure sans subir de très grands dommages. Les ruines de bourgs importants roulèrent sur le flanc des montagnes et c’est à peine si l’on découvrit encore la trace de leur ancien emplacement ; d’autres furent entièrement rasés ou ensevelis sous les débris de rocs fracassés. Ici la terre se déchira ; là, des fleuves dont les lits s’élevèrent ou se comblèrent durent changer leur cours ; ailleurs, des lacs et des marécages se formèrent dans la plaine jusque-là fertile. Sans avoir le temps de fuir, des milliers de personnes§ furent ensevelies sous les débris de leurs maisons et dans le sol20.

  • ** Le chevalier Dolomieu. Voir ses Mémoires sur les tremblements de terre de la Calabre, Rome, 1784.
  • 21 Meyer a le mérite de ne retenir que l’essentiel parmi toutes les remarques réunies par les observa (...)

12La nuit suivante et pendant plusieurs mois, les violentes secousses continuèrent ; si leurs effets furent moins terribles que dans le cas des premières, elles désolèrent cependant d’autres parties de la Calabre et la Sicile. Plus de quarante mille personnes perdirent la vie dans tous ces tremblements de terre qui se suivirent à des intervalles plus ou moins rapprochés ; vingt mille autres, pense-t-on, auraient succombé lors des épidémies qui en résultèrent. Outre les habitants de l’intérieur, ceux des côtes eurent tout particulièrement à souffrir. Ici, la mer en furie inonda le pays et engloutit les malheureux qui, fuyant les périls de la terre, cherchaient leur salut sur la côte ou sur les flots eux-mêmes. Au milieu de cette destruction générale, des flammes s’échappèrent des maisons en ruines ; l’incendie fit rage pendant plusieurs jours, réduisant en cendres les pauvres restes que le tremblement de terre avait épargnés parmi les biens de ces infortunés ; il pénétra jusque dans le tombeau où les vivants avaient été précipités avec les morts et les dévora en même temps que les ruines de leurs maisons, sous lesquelles ils étaient ensevelis. Ce qui avait échappé au tremblement de terre et aux flammes devint la proie des brigands qui parcouraient le pays et fondaient à l’improviste sur les malheureux ; malgré les menaces que faisait peser la nature, indifférents au risque qu’ils couraient eux-mêmes d’être écrasés dans la ruine générale, ils se livraient au pillage sans épargner les biens et la vie même de leurs parents et de leurs amis. A la honte de l’humanité, l’histoire du terrible tremblement de terre en Calabre, comme ce fut le cas pour la catastrophe de Lisbonne, compte un grand nombre de ces traits abominables. Elle garde cependant aussi le souvenir d’exemples réconfortants : beaucoup d’êtres se montrèrent supérieurs à leur horrible destinée, ils manifestèrent une force de caractère et une constance exceptionnelles, une tranquillité inébranlable et la plus douce résignation. J’emprunterai aux annales de cette année à jamais mémorable un unique exemple, mais il est à mon avis le plus significatif. Une femme jeune et belle d’Oppido, localité qui fut le point central des secousses les plus terribles, se trouva ensevelie vivante sous les ruines de sa maison, alors qu’elle était au neuvième mois de sa grossesse. Elle demeura ainsi sous les décombres pendant trente heures. Elle en fut retirée par son mari, qui, la croyant morte, cherchait le cadavre de son épouse et eut la surprise de la trouver en vie ! — et quelques heures après sa libération, elle mit son enfant au monde sans difficultés. « A quoi pensais-tu », lui demanda un voyageur** qui vint un an plus tard dans la maison du couple, « à quoi pensais-tu dans ta tombe pendant ces heures terribles ? — J’attendais ! » répondit-elle. Cette réponse, qui fait le plus bel éloge de son sexe, a-t-elle besoin d’un commentaire ?21

Notas

1 Ce chapitre donne quelques impressions personnelles, relativement rares, et des informations puisées à diverses sources : conversations, relations de voyage, études de certains phénomènes naturels dues à des savants... Il se compose de trois volets : le premier concerne les villes détruites par l’éruption de 79, ainsi que les objets découverts grâce aux fouilles et réunis au musée de Portici, les deux autres, les catacombes de Naples et le tremblement de terre survenu en Calabre en 1783.
De Naples même, Meyer ne présente aucun monument, sinon, fort rapidement, le théâtre Saint-Charles au chapitre 16 et ici les catacombes. En revanche, il ne peut se dispenser de consacrer un développement assez important à Herculanum et Pompéi, qui suscitent alors une vive curiosité parmi les voyageurs. A la différence de tant d’autres, il ne refait pas l’historique de leur ruine ou de leur récente découverte, se dispense d’énumérer les antiquités conservées à Pompéi ou de porter un jugement sur les oeuvres d’art, mais il insiste sur les impressions que produisent les deux villes ; comme beaucoup de ses contemporains, il critique la méthode de fouille, suggère de laisser les objets en place au lieu de les regrouper dans un musée... De telles remarques sont d’une grande nouveauté à cette époque où naît l’archéologie, leur intérêt demeure actuel. La part de l’expérience personnelle, plus importante dans le cas des catacombes, devient presque nulle quand il s’agit de la Calabre : Meyer n’a pu être témoin que de l’épouvante suscitée à Naples par la catastrophe, il utilise donc les observations d’autrui.
Les volets composant ce chapitre peuvent d’abord paraître indépendants, toutefois on retrouve de l’un à l’autre la présence obsédante de la mort et les ravages subis par le pays à diverses reprises. L’auteur néglige l’exploitation littéraire de certains thèmes — en particulier la triple descente dans les profondeurs de la terre — il ne recherche pas ces artifices de présentation auxquels ont recours les voyageurs désireux d’échapper coûte que coûte à la banalité. Dupaty, à Pompéi, imagine qu’il n’a jamais entendu parler de la ville, ni de la catastrophe qui en provoqua la perte : il croit ainsi mener son lecteur de surprise en surprise. Au contraire, le récit de Meyer vaut par sa sobriété et suggère d’autant mieux la faiblesse de l’homme. Il y a quelque chose d’apocalyptique dans ces éruptions qui, dès l’aube de notre ère, détruisirent des villes entières, en firent disparaître toute trace pendant des siècles et demeurent toujours redoutables, dans ces tremblements de terre qui sont sensibles jusque dans le séjour des morts, les catacombes, et rendent méconnaissables de vastes contrées, bouleversant le relief, transformant le régime des fleuves, répandant partout la désolation. Plus encore qu’en présence de ces mines antiques si nombreuses sur tout le territoire de l’Italie apparaît ici la fragilité de l’homme confronté avec la puissance de la nature déchaînée. Il n’est plus question pour le voyageur terrifié de s’abandonner au rêve ou aux charmes de la mélancolie.

2 Lalande rappelle les circonstances de la découverte, succédant à une longue période d’oubli. « Les villes d’Herculanum et de Pompei étoient tellement oubliées qu’on disputoit au commencement du siècle sur le lieu de leur ancienne situation : quoique Strabon place Herculanum immédiatement après Naples, Celano la mettoit au sommet du Vésuve, et quelques auteurs l’avoient placée à Ottaiano qui est de l’autre côté du Vésuve, Biondo et Razzano la mettoient à Torre dell'Annunziata ; sur la carte de Pettini, elle est marquée à près d’une lieue au midi de Portici... » (Op. cit., T. VII, p. 412). Les incertitudes étaient les mêmes au sujet de Pompéi.
En 1713, le prince d’Elbeuf, duc de Lorraine, voulant décorer la maison de campagne qu’il faisait bâtir aux environs de Portici, entreprit des fouilles pour se procurer des fragments de marbre. « Telle fut la première occasion des découvertes d’Herculanum ; on a reconnu depuis que cette première ouverture étoit justement au-dessus du théâtre de cette ancienne ville ». Après la mise au jour d’une statue d’Hercule, puis de plusieurs statues de marbre grec, le gouvernement, alerté, interdit la poursuite des fouilles. Elles ne furent reprises qu’en 1736, lorsque Charles de Bourbon, devenu roi de Naples, voulut faire bâtir à Portici un château de plaisance. Ayant acheté la maison et le terrain du prince d’Elbeuf, « le roi fit creuser à quatre-vingts pieds de profondeur perpendiculaire, et l’on ne tarda pas à reconnoître une ville entière qui avoit existé à cette profondeur ». Ce fut l’occasion de nombreuses découvertes, mais les travaux ralentirent après le départ du souverain pour l’Espagne (Ibid., p. 414 sq.).
« Pompéi ou Pompeia (...) étoit une ancienne ville qui fut ensevelie comme Herculanum sous les cendres du Vésuve, l’an 79 ; elle a été retrouvée par hasard, comme la première, près du fleuve Sarno, par des paysans qui avoient creusé pour une plantation d’arbres (...). C’est vers 1755 que l’on a commencé ces fouilles » (Ibid., p. 545 sq.).
En réalité, le hasard eut moins de part dans la découverte que le raisonnement des antiquaires (Voir P. Grimal, A la recherche de l’Italie antique, ch. VI : A la recherche des cités campaniennes). Lalande ne précise pas que dans le cas de Pompéi, on crut pendant plusieurs années fouiller Stables, quand, en 1763, une inscription révéla qu’il s’agissait de Pompéi.
Les découvertes suscitèrent rapidement la curiosité des voyageurs : on en jugera par les remarques faites dès 1742 dans la correspondance du jeune peintre anglais James Russel (publiée sous l’anonymat ·— la deuxième édition paraît à Londres en 1750 sous le titre suivant : Letters front a young painter to his friends in England, 2 vol.) ou par la longue lettre sur Herculanum figurant dans les Lettres familières de Charles De Brosses. Celui-ci avait d’ailleurs présenté à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en 1749, la Descrizione delle prime scoperte dell’antica città d’Ercolano, publiée par l’archeologue Marcello Venuti en 1748 ; la teneur de cette communication, à laquelle il ajouta des observations personnelles ou empruntées à d’autres voyageurs, se trouve dans un opuscule qu’il publia sous l’anonymat en 1750 à Dijon, les Lettres sur l’état actuel de la ville d’Herculée et sur les causes de son ensevelissement sous les ruines du Vésuve (cet opuscule a été réimprimé en 1950 à Dijon par les Editions du Raisin). De nombreuses monographies parurent alors, dont nous trouvons des références chez Lalande et d’autres étrangers, tels le Mémoire sur la ville souterraine découverte au pied du Mont Vésuve (Paris, 1748), attribué au XVIIIe siècle à d’Arthenay, mais que Barbier et Cioranescu ont restitué à Moussinot, les Observations sur les antiquités d’Herculanum, de Cochin et Bellicard (Paris, 1754), les Recherches sur les ruines d’Herculanum de Fougeroux de Bondaroy (Paris, 1770). En 1758, l’Encyclopédie publiait l’article consacré à Herculanum par le chevalier de Jaucourt et sa brève notice sur Pompéi. L’un des textes les plus attendus fut la Lettre de Winckelmann au comte de Brühl que fit traduire le comte de Caylus et qui parut à Paris en 1764, presque en même temps que le texte original publié à Dresde. Elle figure dans le Recueil des Lettres de M. Winckelmann, sur les découvertes faites à Herculanum, à Pompeii, a Stabia, a Caserte et a Rome, Paris, 1784.

3 C’est à cette époque que naît véritablement l’archéologie moderne. Pendant longtemps, les fouilles ont été considérées uniquement comme le moyen de mettre au jour des oeuvres d’art, des objets de collection : tel est encore le souci du colonel Alcubierre lorsque le roi de Naples, Charles de Bourbon, lui confie la direction des travaux entrepris à Herculanum. Les savants s’indignent, ils élaborent des méthodes plus scientifiques, soulignent l’importance du moindre fragment, qui peut fournir de précieuses indications concernant la datation, l’étude des usages ou des courants commerciaux... On sait avec quelle impatience le comte de Caylus demande à son correspondant à Naples de lui envoyer tout ce qu’il pourra trouver, fût-ce la plus infime « guenille ». Les objets découverts à Herculanum et Pompéi permettent en particulier d’étudier la vie domestique des Anciens et le degré de civilisation auquel ils étaient parvenus en l’an 79. Cet état d’esprit se reflète chez les voyageurs. Beaucoup d’entre eux énumèrent les objets usuels, les instruments divers conservés à Portici — et spécialement ceux du chirurgien. De nombreux objets domestiques, note Stolberg, expliquent tel ou tel passage qui pouvait paraître obscur dans les textes (Op. cit., T. III, p. 78). La richesse de la décoration, le nombre des oeuvres d’art retrouvées dans une cite aussi peu importante que Pompéi révèlent à Goethe l’existence d’une mentalité dont ses contemporains ne peuvent avoir aucune idée avant la visite des mines : « Dans sa dévastation actuelle, cette ville d’abord couverte d’une pluie de cendres, puis dépouillée par les fouilles, est un témoignage du goût d’un peuple entier pour les arts et les images, goût dont maintenant l’amateur le plus ardent ne peut se faire une idée, pas plus qu’en éprouver le sentiment ou le besoin » (Op. cit., T. I, p. 395). On pense que ces découvertes, si précieuses pour la connaissance de l’Antiquité, pourront en outre exercer une influence sur les arts — ce sera le cas en effet pour la peinture et la sculpture, le mobilier, la porcelaine... Le rédacteur du Voyage pittoresque de Naples et de Sicile admire l’élégance de certains vases et ustensiles divers : elle suffirait, pense-t-il, « à prouver que nos artistes modernes ne sauraient mieux faire que d’imiter en ce genre, comme en beaucoup d’autres, les ouvrages des Anciens » (T. II, p. 48). Déjà, dans le Salon de 1763, Diderot vante un tableau de Vien inspiré par une peinture d’Herculanum, la Marchande à la toilette.

4 Optimisme rétrospectif, rappelant celui que l’auteur manifestait en relatant son excursion au Vésuve.

5 Deux siècles environ après le voyage de Meyer, les fouilles ne sont pas encore terminées à Herculanum et Pompéi. C’est à partir de 1927 seulement qu’Herculanum a été remise au jour peu à peu, après quelques tentatives de dégagement entreprises au cours du XIXe siècle, et vite abandonnées. Pour ce qui concerne la résurrection des deux villes, voir P. Grimal, op. cit., et R. Etienne, La vie quotidienne à Pompéi, ch. II, les Résurrections.

6 L’optimisme repose cette fois sur la confiance en une diffusion des Lumières.

7 Et aussi le village de Résina : il touche Portici, dont le nom désigne chez la plupart des voyageurs l’ensemble de l’agglomération. On s’en tient à cette époque à des fouilles souterraines pour ne pas détruire l’habitat moderne. Quelques étrangers s’interrogent sur les dangers de cette méthode : ne risque-t-elle pas de provoquer des éboulements dont Portici aurait à souffrir ?

8 Traduction due à A. Ernout (Plaute, Comédies, Paris, Belles-Lettres, 1961-1967).

9 Beaucoup de voyageurs s’indignent de voir si peu d’ouvriers employés aux fouilles des deux villes. Selon Mariana Starke, ils ne sont que cinquante à Herculanum en 1765, vingt-cinq en 1769, trois ou quatre en 1776 ! (Letters from Italy, T. II, p. 113). Les contemporains ne peuvent d’ailleurs avoir aucune idée de l’importance des travaux : Münter estime que quelques centaines d’hommes pourraient, en deux ans, dégager toute l’étendue de Pompéi (Op. cit., p. 68).
Meyer a déjà critiqué l’incurie de la cour de Naples à propos des fouilles qui pourraient être entreprises à Rome au jardin Farnèse ; cette incurie se double ici de méfiance. Ainsi se trouve retardé le moment où la connaissance de l’Antiquité pourra s’enrichir, grâce aux découvertes et aux études qu’elles auront suscitées. C’est un aspect parmi bien d’autres de l’obscurantisme na politain.
Le voeu exprimé au XVIIIe siècle par de riches étrangers sera réalisé plus tard, on le sait, dans le cas d’autres sites archéologiques, avec cette différence que le fonctionnement des chantiers de fouilles sera financé par des gouvernements et non des particuliers. A cette époque la cour de Naples, si jalouse de tout ce qui concerne les deux villes, refuse d’envisager une telle participation, malgré les avantages qu’elle en obtiendrait. On l’accuse de priver ainsi le public cultivé de précieuses découvertes, et pourtant d’être incapable d’exploiter les trésors qu’elle possède déjà : le déroulement des manuscrits carbonisés trouvés à Herculanum s’effectue avec beaucoup de lenteur et de négligence, il en irait tout autrement dans le Nord, pense K. Ph. Moritz, tout y serait mis en oeuvre pour permettre d’étudier dans le plus bref délai des documents si rares (Op. cit., T. II, p. 79).
La cour de Naples a-t-elle tous les torts ? Les voyageurs oublient souvent les convoitises suscitées par les antiques. Winckelmann signale le cas d’un jeune Anglais venu en Italie, qui fait expédier dans sa patrie deux felouques chargées de statues et de bustes (Recueil de lettres de M. Winckelmann, p. 322). Dans le cas d’Herculanum et de Pompéi, certains savants et collectionneurs sont à l’affût de la moindre occasion : les deux villes détruites représentent pour le comte de Caylus des mines fabuleuses, dont il espère bien obtenir quelque vestige, grâce à son correspondant, le père Paciaudi : « Pensez à mon projet de conjuration sur les manuscrits d’Herculanum », lui écrit-il le 17 décembre 1759 ; et le 25 : « La singularité d’Herculanum et les obstacles qu’il faut surmonter pour avoir les fruits de ce jardin des Hespérides font que tout est bon, particulièrement les choses d’usage et qui même sont indifférentes au grand nombre des curieux » (Correspondance du comte de Caylus avec le P. Paciaudi, T. I, p. 115).
Les objets découverts dans les deux villes sont conservés à cette époque au musée de Portici : ils ne seront transportés à Naples qu’au siècle suivant. Portici constitue alors une des principales étapes du voyage en Italie, sa réputation reste inégalée. « On a tiré de ce terrain tant d’antiquités de toute espèce, que dans l’espace de six ou sept ans, elles ont donné au roi des Deux-Siciles un musée tel qu’un prince de la terre, quel qu’il soit, ne sauroit dans le cours de plusieurs siècles, s’en procurer un pareil », peut-on lire à l’article Herculanum de l’Encyclopédie (T. VIII, éd. de Livourne, 1773). Ce musée est installé dans le château de plaisance appartenant au roi de Naples, que De Brosses appelle « son Fontainebleau ». Lorsqu’ils veulent le visiter, les voyageurs se heurtent à bien des tracasseries : ils doivent obtenir la permission du roi, par l’intermédiaire de leur ambassadeur (Mariana Starke, op. cit., T. II, p. 117) ; il s’agit d’un formulaire imprimé, qui est signé par le ministre (Adler, op. cit., p. 262). Il est rigoureusement interdit de dessiner ou même de prendre la moindre note au cours de la visite. « Dans ce sanctuaire respectable, écrit l’abbé Barthélemy le 2 février 1756, il n’est permis que de rassasier sa vue (...) ; on revient à Naples les tablettes vides et la mémoire pleine » (Lettres au comte de Caylus, p. 76). Il en est de même sur les chantiers de fouilles : à Pompéi, Lady Miller a la plus grande peine à tromper la surveillance de son guide pour ébaucher un croquis (Op. cit., T. II, p. 98). Björnstaehl, ne pouvant copier une inscription à Herculanum, l’apprend par coeur et la transcrit dès qu’il est sorti, sous les yeux du même garde qui ne l’en empêche pas, car le réglement n’a pas prévu ce cas ! (Op. cit., T. I, p. 266). Seul Winckelmann, grâce à sa réputation, a pu obtenir un traitement de faveur : « Je me suis trouvé plus à portée que personne d’examiner ces précieux trésors de l’antiquité, lors de mon premier voyage à Portici : j’y passai alors près de deux mois. Le roi voulut bien ordonner qu’on me montrât tout ce qu’il était permis de voir et de la manière la plus commode ». Le célèbre historien est resté des journées entières dans ce cabinet (Lettres, op. cit., p. 3).

10 Herculanum suscite beaucoup de curiosité chez les voyageurs. L’un des guides les plus utilisés, celui de Lalande, estime qu’il y a là « une des choses les plus extraordinaires et les plus curieuses que l’on puisse voir, je ne dis pas aux environs de Naples, mais dans tout l’univers » (Op. cit., T. VII, p. 401). Malheureusement, les conditions dans lesquelles s’effectue la visite la rendent peu exaltante. La descente n’est pas très pénible, mais les galeries souterraines sont froides et sombres : « Il faut se munir de manteaux pour le grand frais, et de nombre de flambeaux », note Bergeret de Grancourt (Op. cit., p. 319). Il est impossible d’avoir une vue d’ensemble de la ville et même du théâtre. Beaucoup de voyageurs redoutent les éboulements, que ne sauraient prévenir, selon eux, les piliers de soutènement ; certains ne peuvent supporter l’atmosphère humide, enfumée par les chandelles et les flambeaux, ils remontent, désappointés. C’est en effet la déception qui apparaît le plus souvent dans les pages inspirées par Herculanum ; on y trouve des critiques, des projets pour améliorer la méthode de fouille. Le grand problème est celui du dégagement : faut-il ou non sacrifier Portici-Resina ? L’abbé Richard serait partisan d’une solution moins radicale : « Ce que l’on regrette véritablement, c’est que le roi des Deux-Siciles, lorsqu’on commença les excavations, n’ait pas ordonné que l’on découvrît ce théâtre par le dessus, et qu’on le débarrassât de façon à le conserver en entier. Autant que j’ai pû en juger, il n’étoit chargé d’aucun édifice assez important pour que l’on en regrettât la perte ». Il ne juge cependant pas souhaitable de découvrir la totalité de la ville (Op. cit., T. IV, pp. 455-6). Mais, à mesure que les années passent, les recherches cessent de progresser : il en sera de même tant que dureront Portici et Resina, estime Moratin, traduisant le pessimisme qui s’accentue à l’égard des fouilles vers la fin du siècle.

11 Tous ces griefs sont formulés par de nombreux voyageurs qui blâment l’incompétence des responsables. Ils figurent déjà dans la correspondance de Winckelmann, où se trouve également dénoncé ce que le public cultivé considère comme un véritable sacrilège : les fragments permettant de reconstituer le quadrige de bronze doré qui était placé sur le théâtre d’Herculanum ayant été retrouvés sont entassés dans un coin, puis fondus en partie quand on fait les bustes du roi et de la reine (Lettres, op. cit., p. 33). Meyer ne reprend ici qu’un petit nombre d’accusations, en particulier il ne dit mot des célèbres manuscrits carbonisés dont toute l’Europe attend avec impatience le déroulement ; on reproche à la cour de Naples de montrer à leur égard la plus grande indifférence. Les accusations sont particulièrement vives sous le règne de Ferdinand IV. Certains voyageurs notent que son père Charles de Bourbon a eu le mérite de prendre des initiatives heureuses : ainsi, en 1755, il a fondé l’Académie d’Herculanum, à laquelle est confiée la publication d’une série d’ouvrages consacrés aux antiquités de la ville : de 1757 à 1792 paraissent les neuf volumes in-folio des Antichità di Ercolano, somptueux ouvrages comportant un texte explicatif et des planches dues à divers artistes.

12 Voir, par exemple, les gravures publiées par l’abbé de Saint-Non dans son Voyage pittoresque de Naples et de Sicile.

13 Pompéi offre pour la première fois le spectacle d’une ville antique, avec ses monuments, ses boutiques, ses rues... Ses ruines suscitent donc une curiosité plus grande encore que celles d’Herculanum. L’intérêt qu’inspirent les vestiges de l’Antiquité se mêle à l’émotion due au souvenir de la catastrophe et au spectacle du Vésuve toujours menaçant, aussi Mme Piozzi ne trouve-t-elle rien de plus émouvant à Pompéi que l’empreinte d’un pied de femme (Op. cit., T. II, p. 36). Le rêve peut y prendre son essor, beaucoup mieux que dans les galeries souterraines d’Herculanum : de nombreux voyageurs évoquent la vie de la cité, la catastrophe de l’an 79. Certains éprouvent en y arrivant un sentiment de ferveur presque religieuse : « Je ne puis comparer la sensation qui vint me saisir, écrit Kotzebue, qu’à celle qu’éprouvèrent les Croisés lorsque, sous les ordres de Godefroy de Bouillon, ils virent Jérusalem pour la première fois » (Op. cit., T. II, p. 91). Meyer se distingue de la plupart de ses contemporains par sa sobriété : il n’y a chez lui aucune accumulation de détails descriptifs, aucune outrance de la sensibilité.

14 Cette suggestion peut paraître étonnamment moderne, elle est déjà exprimée dans la première édition du guide de Lalande, et on la retrouve chez la plupart des voyageurs. Le Voyage pittoresque de Naples et de Sicile estime par exemple que certaines inscriptions, peintures, statues et colonnes n’ont au musée de Portici qu’une valeur assez mince, mais que leur intérêt serait inestimable si elles étaient restées en place (Op. cit., T. II, p. 116). Il s’agit là d’une idée chère aux antiquaires : ce fait parmi d’autres prouve avec quelle attention le public cultivé suit à cette époque les travaux des savants dans le domaine de l’archéologie.
On sait que cette suggestion devait être réalisée par la suite, dans la mesure du possible.

15 II y a là encore une remarque qui se retrouve fréquemment chez les voyageurs. L’abbé Richard croyait encore, comme la tradition populaire, que les catacombes de Naples avaient été creusées par les premiers chrétiens et que, longtemps connues d’eux seuls, elles leur avaient servi de retraites et de sépultures (Op. cit., T. IV, p. 159). Lalande, moins crédule, donne une explication différente, que reprennent par la suite la plupart des étrangers, comme c’est ici le cas de Meyer. On ne s’approche pas de ces catacombes sans éprouver « une certaine horreur religieuse, soigneusement entretenue par les ciceroni », déclare le Voyage pittoresque de Naples et de Sicile, et c’est pourquoi, d’après Lalande, elles sont restées si longtemps mal connues : « Un lieu qui n’inspire que l’horreur et l’effroi, un labyrinthe souterrain dans lequel on craint de s’égarer, et où l’on ne peut rien découvrir qu’avec des flambeaux qui peuvent s’éteindre à chaque instant, le peu de confiance qu’on a dans les guides, les exemples que l’on raconte de plusieurs personnes qui n’en sont jamais revenues, sont des circonstances qui en dégoûtent les voyageurs, en sorte qu’on n’a vu les Catacombes que très-superficiellement » (Op. cit., T. VII, p. 8).

16 Le principal intérêt de ce passage inspiré par les catacombes est dû à la façon dont Meyer parvient à suggérer l’impression d’horreur éprouvée dans ce labyrinthe. Le lecteur oublie vite les explications rationnelles — l’air confiné, la fraîcheur, l’émotion aussi peuvent provoquer la pâleur des visages, et la métamorphose des vivants en ombres errantes correspondre à l’expérience de plus d’un voyageur impressionnable — il a l’illusion, lui aussi, qu’il s’agit bien d’une descente au Royaume de la Mort. Dans son journal, Heinse croit pénétrer dans l’empire des ombres et voir errer les anciens Romains, mais l’effet est moins réussi que chez Meyer (Tagebücher, op. cit., p. 61).

17 A en croire le voyageur, ici encore, comme dans le cas de Filangieri, Ferdinand IV se montre digne de sa mission et il apparaît bien comme le père de son peuple. Si les mesures envisagées pour secourir les Calabrais restent peu efficaces, la responsabilité en incombe aux ministres, aux lenteurs de l’administration, aux fraudeurs... Le roi de Naples serait victime ici d’une sorte de fatalité pesant sur tous les souverains.
La plupart des étrangers n’adoptent pas ce jugement favorable, certains font preuve d’une grande sévérité à l’égard de Ferdinand. Corani estime que les torts sont partagés : « Pendant mon séjour à Naples (en 1790) je me suis informé avec beaucoup de soin des désastres de cette malheureuse contrée, et du peu de secours qu’elle a reçu du gouvernement (...). Les malheurs de la Calabre ont été portés à un tel point, que le roi s’est vu obligé de créer, en 1788, une commission pour examiner l’état de cette province (...). Mais on a tâché, par toutes sortes de moyens, de rendre cette commission inutile » (Op. cit., T. I, pp. 131 et 133-4). En particulier, les ordres donnés par le roi n’ont pas été exécutés, et le quart seulement de la somme prévue a été distribuée aux sinistrés ! Cependant, « il est impossible de justifier le roi. Depuis le désastre de cette contrée et celui de la Sicile, le roi a fait deux voyages, l’un en Italie, l’autre en Allemagne, et il n’est point allé vérifier par le témoignage de ses propres yeux, les plaintes que les Calabrois lui faisoient parvenir chaque jour sur le malheur de leur situation » (Ibid., p. 134).

18 En 1755, l’abbé Barthélemy écrivait au comte de Caylus : « Mon voyage de la Calabre est rompu ; il est impossible d’y voyager » (Op. cit., p. 45). De nombreuses raisons détournent les voyageurs de visiter les provinces méridionales, en particulier la Calabre : routes inexistantes ou mal entretenues, auberges fort rares et n’offrant pas même le strict nécessaire... sans oublier la crainte des brigands. Après 1780 toutefois, certains étrangers assez hardis pour partir à l’aventure font paraître la relation de leur voyage dans le Sud : d’après eux, le brigand calabrais ne serait guère qu’un mythe. Un mouvement de réhabilitation s’amorce en faveur d’une population longtemps méprisée et redoutée, dont on reconnaît la rudesse, mais que l’on croit naturellement bonne ; il y a là un phénomène analogue au courant de sympathie qui se manifeste à la même époque à l’égard des lazzaroni. Voir en particulier l’abbé de Saint-Non, Voyage pittoresque de Naples et de Sicile, Paris, 1781-86, et J. H. Bartels, Briefe über Kalabrien und Sizilien, Göttingen, 1789-91. Pour les voyageurs les plus optimistes, les exemples de brigandage signalés à l’occasion de la catastrophe de 1783 prennent par là-même un caractère exceptionnel et ne peuvent prouver la méchanceté des Calabrais. Dolomieu ne souscrit pas à cette opinion : « En général tout le bas-peuple de la Calabre a montré une dépravation incroyable de moeurs, au milieu des horreurs des tremblements de terre. La plupart des agriculteurs se trouvoient en rase campagne lors de la secousse du 5 Février ; ils accourrurent (sic) aussitôt dans les villes encore fumantes de la poussiere, qu’avoit occasionné (sic) leur chute : ils y vinrent, non pour y porter des secours, aucun sentiment d’humanité ne se fit entendre chez eux dans ces affreuses circonstances, mais pour y piller » (Mémoire sur les tremblemens de terre de la Calabre ultérieure pendant l’année 1783, Rome, 1784). Au début du siècle suivant, les luttes contre les troupes françaises, avec leurs exemples de cruauté inouïe, rendront son actualité à la figure du brigand calabrais.

19 Dolomieu, voir note précédente.
Hamilton, Détails historiques des tremblements de terre arrivés en Sicile depuis le 5 février jusqu’en mai 1783. Traduit de l’anglais. Paris, 1783.
Vivenzio, Istoria e teoria de’ Tremuoti in generale e in particolare di quelli della Calabria e di Messina del MDCCLXXXIII, Napoli, 1783.

20 Le tremblement de terre survenu en Calabre en 1783, moins de trente ans après le désastre de Lisbonne, a beaucoup frappé l’imagination des voyageurs. Nous trouvons dans plusieurs relations — que les auteurs aient visité ou non les régions dévastées — un tableau détaillé des phénomènes sismiques, des exemples, plus nombreux que chez Meyer, illustrant les bouleversements subis par le paysage, et surtout des anecdotes : le tout emprunté aux ouvrages cités par Meyer, à celui de Dolomieu surtout, et parfois aux récits faits par les rescapés (voir par exemple l’ouvrage de l’abbé de Saint-Non).
Cette abondance de détails s’explique sans doute par la curiosité que peut susciter un fait divers, en l’occurrence une catastrophe inouïe, mais il y a plus : le tremblement de terre de Calabre permet à l’humanité d’enrichir ses connaissances — c’est le but que se propose par excellence l’époque des Lumières — en fournissant aux savants l’occasion de faire des observations extrêmement rares ; le public suit leurs études avec un grand intérêt, comme il suit, à la même époque, les travaux consacrés aux volcans, et de nombreuses remarques sont reprises dans les relations de voyage : direction des divers mouvements sismiques, durée de la vie chez un être humain ou un animal enseveli pendant des jours et privé de nourriture... Mais si un Dolomieu s’intéresse surtout aux « effets physiques » de la catastrophe, il est certain que la curiosité du moraliste prédomine chez plus d’un voyageur : les réactions des individus soumis à des conditions exceptionnelles fournissent des observations précieuses pour la connaissance de la psychologie humaine. D’où l’intérêt d’une réplique comme celle de la jeune femme d’Oppido, citée par Dolomieu, qui se retrouve dans plusieurs relations, et les remarques inspirées par les malheureux trouvés morts sous les ruines, les hommes dans l’attitude de la lutte, les femmes dans celle de la résignation. On signale des « traits abominables » et des « exemples réconfortants » : « On vit dans le même temps, écrit Dolomieu, des exemples de tendresse paternelle et maritale portée jusqu’au dévouement, et des traits de cruauté et d’atrocité qui font frémir » (Op. cit., p. 12). Meyer se contente d’y faire allusion, il ne reprend pas l’un des plus frappants, signalé par le même auteur et bien souvent cité : « J’ai logé à Polisténa dans la baraque d’un galant homme, qui fut enterré sous les ruines de sa maison ; ses jambes en l’air paroissoient au dessus. Son domestique vint lui enlever ses boucles d’argent, et se sauva ensuite, sans vouloir l’aider à se dégager » (Ibid.). Tous ces exemples ne jettent-ils pas un jour nouveau sur l’âme humaine ? Dans certains cas, les liens de parenté ou d’affection n’existent plus, la sauvagerie des instincts prend le dessus, dans d’autres se révèlent d’admirables dévouements, des mots héroïques chez les êtres les plus simples.

21 Meyer a le mérite de ne retenir que l’essentiel parmi toutes les remarques réunies par les observateurs, pour composer un tableau à la fois concis et frappant. Nous retrouvons en lui l’homme sensible, incapable de s’attarder aux scènes de violence : « Détournons le regard de ces scènes d’horreur », écrivait-il au chapitre 9, après avoir évoqué la barbarie du peuple romain. Il préfère terminer son chapitre par ce qui lui apparaît comme un exemple de grandeur d’âme, ainsi, ces observations, qui ont un intérêt documentaire incontestable, tout en étant de seconde main, ne sont pas dépourvues de valeur subjective. — Notons que l’interprétation de Dolomieu a une portée toute différente, puisqu’il déclare, avant de citer la réplique de la jeune femme d’Oppido : « Plusieurs personnes, enterrées vives, supportèrent leur malheur avec une fermeté, dont il n’y a pas d’exemple. Je ne crois même pas que la nature humaine en soit capable, sans un engourdissement presque total de toutes les facultés intellectuelles » (Op. cit., p. 13).

Notas finales

* On sait que, dans son Avare, Molière a emprunté à Plaute ce personnage et lui a donné des traits plus modernes en peignant son Harpagon. Exi, inquam, age exeundum hercle tibi hinc est foras. Circumspectatrix cum oculis emissitiis. (Aulularia, Acte I, scène 1). (« Sors, te dis-je, allons sors ! Il faudra bien, morbleu, que tu sortes d’ici, espionne, avec tes yeux qui furettent partout ». Plaute. Comédies, tome I, p. 152)8.

Dr Bartels, Lettres sur la Calabre et la Sicile, tome II, p. 23.

On sait que les relations de Dolomieu, Hamilton et Vivenzio sont les meilleures que nous possédions sur le tremblement de terre survenu en Calabre en 1783.

§ On a évalué à vingt mille le nombre des personnes qui trouvèrent la mort dans le premier tremblement de terre du 5 février.

** Le chevalier Dolomieu. Voir ses Mémoires sur les tremblements de terre de la Calabre, Rome, 1784.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search