Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 18. Naples1

Texte intégral

  • 1 Le portrait de Filangieri, présenté comme un homme exceptionnel, occupe le chapitre 18 tout entier (...)

1Filangieri ! Je ne prononce ce nom qu’avec le plus grand respect et un sentiment de profonde émotion, car c’est celui d’un homme noble et bon, trop tôt disparu ! Sa mémoire est sacrée pour ses amis, qui tous l’aimaient avec une sorte d’enthousiasme ; elle est digne de vénération dans sa patrie dont il faisait l’orgueil ; elle est chère aussi aux étrangers qui savent apprécier le mérite dans les autres nations que la leur, car ils voient en lui l’un de nos contemporains les plus éclairés dans le domaine de l’économie politique.

  • 2 Meyer a soin de présenter son personnage sous des aspects divers : dans sa vie privée, à la cour, (...)
  • 3 C’est en 1783 en effet que Filangieri épouse Carolina Fremdel, envoyée en 1780 à Naples par l’impé (...)
  • 4 Filangieri incarne donc l’idéal de l’époque, un idéal qui doit beaucoup à Rousseau. Quand il se re (...)
  • 5 Sans nier le rôle du labourage et du pâturage, les contemporains trouveraient insuffisante la form (...)
  • * Cette oeuvre, unique en son genre et universellement estimée à l’étranger, la Science de la Législ (...)
  • 6 Les ombres sont vraiment très atténuées, comme chaque fois que Meyer présente un portrait laudatif (...)
  • 7 Friedrich Münter (1751-1830) passa son enfance à Copenhague. Après avoir terminé ses études (à l’U (...)

2J’ai vu cet homme exceptionnel dans les situations les plus diverses de sa vie2, j’ai pu connaître et admirer son caractère si noble, si digne d’être aimé : je l’ai vu au chevet de sa soeur mourante, à laquelle il prodigua pendant des jours ses soins les plus attentifs ; je l’ai vu, amant passionné et tendre ami, auprès de sa fiancée devenue ensuite son épouse3 ; dans la société plus ou moins nombreuse de ses amis, où il se montrait toujours gai et spirituel tout en prenant le plus vif intérêt à leurs affaires ; je l’ai vu dans son cabinet où de nombreuses tâches l’attendaient et où il travaillait à son célèbre ouvrage, la Science de la Législation, cherchant ainsi à poser les fondements du bonheur futur de sa patrie ; je l’ai connu quand il était le compagnon de l’héritier d’un trône, l’ami d’un roi. Malgré ses relations étroites avec la cour, le tumulte étourdissant du grand monde qui l’y entourait, les marques d’amitié insignes qu’il recevait du roi, avec lequel il avait été élevé — tous ces écueils redoutables pour le coeur et le caractère d’un homme jeune dont les talents, la naissance et les avantages extérieurs justifiaient les plus hautes prétentions — et malgré toutes les intrigues que l’envie et la basse jalousie trament sans cesse dans les cours, Filangieri sut rester toujours lui-même, toujours également noble, grand et digne d’être aimé. L’éclat des dignités dont il était revêtu et les espérances plus brillantes encore qui s’annonçaient à lui ne l’aveuglaient pas : il préférait goûter aux champs le repos du philosophe, travailler sans trêve au bonheur de ses concitoyens et se livrer à la douce félicité de la vie familiale ou aux joies de l’amitié4. Peu de temps après que j’eus pris congé de lui à mon départ de Naples, malgré les prières de son royal ami, il quitta la cour de son plein gré pour jouir entièrement de ce bonheur. Dans la solitude de sa maison de campagne, à la Cava, il poursuivit la rédaction du grand ouvrage qui doit immortaliser son nom ; il vécut ainsi quatre ans, puis il revint dans la capitale à l’appel du roi, pour participer à l’administration en qualité d’assesseur au conseil royal des finances. A peine avait-il fait ses premiers pas dans cette carrière, si intéressante pour un homme comme lui, qu’une terrible maladie, provoquée par des études où il ne s’accordait nul répit, vint l’enlever tandis qu’il déployait les plus grands efforts pour rétablir les finances du royaume en encourageant l’agriculture, les manufactures et le commerce, ces inépuisables sources de richesse pour un Etat5 ; c’est ainsi qu’il descendit au tombeau dans sa trente-sixième année. Sa mort fut considérée comme une calamité pour le pays, une perte irréparable pour l’Etat. Peu d’hommes ont été pleurés comme lui : on regrettait à la fois un citoyen dont l’activité était inlassable, un bienfaiteur de la patrie, on perdait l’homme le plus noble, le plus digne d’être aimé. Nul ne poursuivit les efforts qu’il avait déployés avec tant d’efficacité pour la prospérité de son pays, où se fait si gravement sentir la rareté d’hommes semblables à Filangieri ; son oeuvre, qui eût été si importante pour l’humanité, demeura inachevée*67.

Fig. 20. Raffaello Morghen, Gaetano Filangieri. Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Cf. p. 201 sq.

  • 8 Beaucoup de voyageurs attaquent violemment les abus de la féodalité. Gorani, souvent suspect de pa (...)
  • 9 Björnstaehl, grâce à ce personnage influent, a pu bénéficier de certains avantages, par exemple po (...)
  • 10 Ferdinand, jouet de la cabale et des mauvais conseillers, en particulier la reine Marie-Caroline : (...)

3Une fermeté inébranlable, une probité à toute épreuve formaient le fond du caractère de Filangieri en tant qu’homme d’Etat. Il avait une connaissance exacte de toutes les branches de l’administration ; il embrassait d’un coup d’oeil aigu et pénétrant toutes les améliorations dont elle était susceptible ; il avait conçu avec l’intrépidité d’un honnête homme et d’un philanthrope éclairé le plan d’une réforme générale de la législation, et l’exécution de ce vaste plan répondait à l’espérance qu’avaient pu faire naître la sagacité, les connaissances et le caractère d’un Filangieri. Avec quelle profondeur il avait pénétré dans le détail des différentes théories ! avec quelle clarté il savait démêler, sans que rien lui échappât, les problèmes les plus délicats, les plus confus posés par ces théories, et leur trouver des solutions ! avec quelle hardiesse, particulièrement admirable dans sa situation personnelle, dénonça-t-il les vices les plus secrets de l’administration en général et ceux du gouvernement de Naples en particulier ! Inaccessible aux attaques de l’envie, il s’employa courageusement à propager les lumières philosophiques et politiques, sans jamais reculer devant les difficultés qu’il rencontrait sur sa route. La haine de l’arrogante noblesse napolitaine, dont il attaquait l’oppression qu’elle exerçait sur le peuple et les abus des justices seigneuriales, quand il s’en prenait à tout un système féodal corrompu8 — les persécutions du clergé romain, mortel ennemi de toutes les Lumières (à la tête duquel se trouvait le confesseur de la reine, le père Gürtler, aujourd’hui défunt), persécutions qu’il avait suscitées en ébranlant dans leurs fondements séculaires la superstition et la puissance ecclésiastique9 : tels sont les obstacles que dut surmonter Filangieri pour progresser vers le noble but qu’il s’était fixé, la réforme de l’Etat. Le roi, son ami, le protégea contre les effets des cabales secrètes et contre les attaques ouvertes de ses ennemis ; et s’il s’oublia un jour jusqu’à préférer un nouveau venu au noble ami de sa jeunesse, fournissant par là le premier des motifs qui amenèrent Filangieri à s’éloigner de la cour, le chagrin que lui inspira cet éloignement, les nombreux efforts grâce auxquels il put enfin confier de nouveau à son ami les affaires les plus importantes de l’administration, les larmes qu’il répandit à la mort de celui-ci rachetèrent ces instants de faiblesse au cours desquels il arrive aux princes de se laisser si facilement surprendre par les complots perfides de la cabale. Le roi et la reine prouvèrent qu’ils sentaient toute l’étendue de cette perte en célébrant la chère et impérissable mémoire de Filangieri. Le souverain veilla sur la veuve et les orphelins avec une sollicitude toute paternelle et confirma publiquement les sentiments de profond respect qu’il vouait à la mémoire du disparu10.

4Aux grandes qualités que la nature avait réunies en cet homme exceptionnel, elle avait ajouté les dons extérieurs : une silhouette élégante et noble, un grand front ouvert où se reflétait son esprit pénétrant, des yeux qui exprimaient la sérénité de son âme et sa profonde bienveillance. Dès le premier abord, on était séduit par les manières franches et viriles de Filangieri, par la cordialité de ses propos, par sa voix bien timbrée et le charme entraînant de son éloquence. Et quand on était amené à le fréquenter davantage, quand on devenait son ami... hélas ! que vous êtes loin de moi, heures bienheureuses où de telles joies m’ont été données ! C’est loin de son tombeau qu’il m’a fallu pleurer la mort de cet homme inoubliable et désormais la tristesse vient assombrir des souvenirs qui me sont si chers.

Notes

1 Le portrait de Filangieri, présenté comme un homme exceptionnel, occupe le chapitre 18 tout entier et en fait l’originalité. C’est le dernier et le plus soigné de ceux que Meyer donne dans sa relation, inspirés le plus souvent par des artistes rencontrés en Italie — tels Battoni, Angelica Kauffmann — ou par des souverains ; dans le dernier cas, la satire joue un rôle plus ou moins important, comme le montrent les pages concernant Pie VI ou le roi de Naples.
Elle reste fort modérée quand il s’agit de Ferdinand IV. Le fait est d’autant plus remarquable qu’en Italie le gouvernement napolitain est d’ordinaire celui qui suscite le plus de critiques chez les étrangers. Certains vont jusqu’à ébaucher un plan de réformes dans leurs relations. Un aventurier, Ange Goudar, publie même en 1769 un ouvrage intitulé Naples, ce qu’il faut faire pour rendre ce royaume florissant, grâce auquel il espère — bien à tort — assurer sa fortune, et où il reprend les idées répandues à cette époque en matière de législation et d’économie. Meyer ne s’engage pas dans cette voie, mais son lecteur peut-il s’empêcher de rêver aux progrès dont bénéficierait le pays si un Filangieri y avait rencontré plus de compréhension, de comparer, sans que l’auteur l’ait probablement voulu, le portrait de ce grand homme à celui de Ferdinand IV, offert par le chapitre précédent ? Le roi possède des qualités estimables chez un particulier, mais très insuffisantes chez l’héritier d’un trône ; jouir de l’instant est son plus grand désir, il se désintéresse de l’avenir ainsi que le moindre lazzarone. Filangieri, au contraire, apparaît comme une noble incarnation de l’esprit des Lumières et ses vertus représentent l’idéal de l’homme sensible.
Le ton de ce chapitre est celui de l’apologie. Ce portrait, consacré à un grand homme qui fait la gloire de sa patrie, est également un hommage inspiré par l’amitié, aussi n’a-t-il rien d’impersonnel ou de compassé ; il permet de connaître le peintre en même temps que son modèle, l’émotion y est de plus en plus sensible et la phrase finale s’interrompt comme le ferait la voix brisée par la douleur.

2 Meyer a soin de présenter son personnage sous des aspects divers : dans sa vie privée, à la cour, en tant que savant ou homme d’Etat. Comme toujours quand il fait un portrait élogieux, il montre que les dons exceptionnels de son modèle vont de pair avec les plus nobles qualités de coeur : cf. les portraits de Battoni et Angelica Kauffmann. Les louanges décernées ici sont confirmées par d’autres voyageurs : « On connaît les ouvrages du chevalier Filangieri, qui étoit aussi respectable par son savoir que par ses moeurs et ses vertus », écrit Gorani (Op. cit., T. I, p. 75).

3 C’est en 1783 en effet que Filangieri épouse Carolina Fremdel, envoyée en 1780 à Naples par l’impératrice Marie-Thérèse pour être la gouvernante d’un enfant royal.

4 Filangieri incarne donc l’idéal de l’époque, un idéal qui doit beaucoup à Rousseau. Quand il se retire à la campagne, le « philosophe » ne cherche pas à se retrancher dans une tour d’ivoire, mais à goûter plus pleinement les joies de la famille et de l’amitié, comme le faisaient, par exemple, les héros de la Nouvelle Héloïse.

5 Sans nier le rôle du labourage et du pâturage, les contemporains trouveraient insuffisante la formule de Sully, car ils attachent une grande importance au développement de l’industrie et du commerce (cf. un ouvrage comme La Noblesse commerçante, publié par l’abbé Coyer en 1756). L’affirmation de Meyer est à cette époque un véritable lieu commun dans la littérature de voyage.
Le commerce de Naples fournit un exemple particulièrement démonstratif à ceux qui condamnent l’obscurantisme du gouvernement napolitain : « On peut dire qu’il a peu de pays où le commerce soit en général aussi gêné et par autant de prohibitions et d’entraves qu’il l’a été jusqu’ici dans ce royaume », écrit le rédacteur du Voyage pittoresque de Naples et de Sicile (T. I, p. 233).

6 Les ombres sont vraiment très atténuées, comme chaque fois que Meyer présente un portrait laudatif. Cf. le cas des deux artistes précédemment cités.

7 Friedrich Münter (1751-1830) passa son enfance à Copenhague. Après avoir terminé ses études (à l’Université de Copenhague et de Gôttingen), il entreprit en 1784 un voyage à l’étranger. Il passa deux ans en Italie, et visita en particulier les provinces méridionales et la Sicile.

8 Beaucoup de voyageurs attaquent violemment les abus de la féodalité. Gorani, souvent suspect de partialité, exprime les griefs de ses contemporains en notant, à propos de prérogatives seigneuriales, que les barons « exercent leur despotisme sur leurs vassaux et les paysans de leurs domaines. Ils ont toujours eu la haute et la basse justice, le droit d’élire leurs juges et celui de les casser ». Le peuple est écrasé sous le poids des nombreux impôts et banalités (Op. cit., T. I, p. 112). L’extrême confusion des lois, due à la diversité des codes anciens et modernes, fournit en outre à la chicane des armes puissantes.

9 Björnstaehl, grâce à ce personnage influent, a pu bénéficier de certains avantages, par exemple pour obtenir l’autorisation de visiter le musée de Portici (Op. cit., T. I, p. 381).

10 Ferdinand, jouet de la cabale et des mauvais conseillers, en particulier la reine Marie-Caroline : ainsi apparaît-il chez certains voyageurs qui, voulant rejeter sur d’autres la responsabilité de nombreuses erreurs, ne réussissent qu’à faire de lui un fantoche.
Dans le chapitre précédent, Meyer l’a présenté comme un homme médiocre, plus proche d’un lazzarone que du souverain idéal rêvé par les philosophes ; il est vu ici sous un jour beaucoup plus favorable. Les larmes qu’il verse à la mort de son ami prouvent la profondeur de ses sentiments — pour l’homme sensible, elles représentent en effet un critère incontestable — et il assume sa mission de roi en se faisant le protecteur de la veuve et de l’orphelin. La reine lui est associée dans une même louange implicite. Nous sommes loin des images peu édifiantes que d’autres voyageurs donnent du couple royal.

Notes de fin

* Cette oeuvre, unique en son genre et universellement estimée à l’étranger, la Science de la Législation du chevalier Filangieri, a trouvé en Allemagne au cours de ces deux dernières années d’acerbes censeurs qui, par des jugements catégoriques et des arrêts sommaires, ont prétendu la déprécier. Beaucoup de bons esprits ont cette faiblesse de vouloir contester ce que l’opinion publique s’accorde à louer, pour la simple raison qu’il s’agit de l’avis général. Comme tous les grands hommes qui l’avaient précédé, un Filangieri ne pouvait échapper à cette manie des gens de plume. Il est facile d’attaquer quelqu’un au moyen de sentences générales, mais rien ne lui fait moins de tort. C’est ce que prouve l’oeuvre célèbre dirigée contre Filangieri. Le défaut que l’on pourrait peut-être imputer à ce grand homme, son attachement à quelques maximes favorites et la partialité qui semble en résulter quand il étudie certaines matières, est celui que l’on reproche généralement à tous les bons esprits6. Comparé en toute impartialité à ses éminents mérites, ce défaut de Filangieri ne peut obscurcir sa gloire. Tous les juges équitables verront en lui l’égal des plus grands penseurs politiques qui aient jamais existé et lui rendront justice : personne avant lui, ils en conviendront, n’avait conçu le plan d’un système de législation aussi vaste que celui dont sa mort prématurée interrompit en partie le magistral développement. Un de ses amis, M. Donato Tomasi, dans son Elogio historico del Cavaliere Gaetano Filangieri, fait un remarquable portrait de l’homme et de l’écrivain, il y joint un jugement succinct sur les oeuvres publiées ou demeurées inédites. Cet ouvrage au style imagé, écrit avec chaleur et un grand respect de la vérité, a été traduit en allemand par M. le Professeur Münter7 de Copenhague ; dans sa très belle préface, le traducteur a peint de la manière la plus exacte et la plus touchante le caractère du disparu tel qu’il apparaissait en son particulier.

Table des illustrations

Légende Fig. 20. Raffaello Morghen, Gaetano Filangieri. Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Cf. p. 201 sq.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 543k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.