Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 17. Naples1

Texte intégral

  • 1 Naples, « un paradis habite par des diables » : pour certains étrangers, ce proverbe si rebattu ex (...)
  • 2 La douceur du climat, l’exceptionnelle fertilité du sol sont traditionnellement invoquées pour exp (...)

1Ce ne sont pas de grands exploits qui rendirent célèbres dans l’histoire les anciens habitants de Naples. Dans les annales de l’Italie, leur nom est éclipsé par celui des Romains, leurs fiers et belliqueux voisins. Ils furent un peuple paisible, obscur, mais d’autant plus heureux. Les anciens Napolitains furent, à l’origine, des colons venus de Grèce et installés sur cette côte, où ils avaient apporté de leur patrie leurs moeurs et les arts que favorise la paix. Ils conservèrent jusque sous la domination romaine leur tranquillité, leur liberté et leurs propres lois, jamais ils ne prirent part aux brillantes entreprises de leurs voisins assoiffés de conquêtes, et ces conditions semblent avoir engendré chez eux des habitudes de paresse, tandis que la nature exceptionnellement riche de leur pays leur inspirait un goût passionné pour les plaisirs les plus divers. Ils préféraient les spectacles et la musique aux exercices guerriers, le bonheur de savourer les joies éphémères de la vie à l’ambition des conquérants. Ces tendances de leur caractère se trouvèrent favorisées par la douceur du climat et la nature de leur sol qui, sans exiger d’eux aucun effort, leur fournissait de quoi satisfaire tous les besoins facilement et de la manière la plus agréable2 ; elles s’affirmèrent de façon décisive quand ils fréquentèrent les Romains dépravés qui firent de ces contrées bénies leur séjour de prédilection pour s’y livrer à la mollesse et aux voluptés. L’histoire nous a conservé un petit nombre de traits présentant les habitants de Naples comme un peuple aimable, gai et crédule.

  • 3 Le chapitre débute par le rappel de quelques données historiques destinées à expliquer le caractèr (...)
  • 4 Meyer, comme beaucoup de ses contemporains, est persuadé qu’un bon gouvernement peut transformer r (...)
  • 5 Le célèbre miracle de saint Janvier est pour les voyageurs un sujet d’étonnement, sinon de scandal (...)
  • 6 Si les voyageurs jugent très sévèrement les Italiens en général, surtout pendant la première moiti (...)

2Ces caractéristiques de leurs lointains ancêtres se retrouvent en partie chez les Napolitains d’aujourd’hui ; pendant des siècles, le gouvernement espagnol n’a considéré Naples que comme une province éloignée qu’il dépouillait de ses richesses, il estimait favorable à sa politique aussi bien de laisser incultes les dispositions naturelles des habitants, ces êtres si pleins de vivacité, si capables d’acquérir un degré de culture assez élevé, que de négliger la position avantageuse qui pourrait permettre à ce pays de devenir l’un des Etats les plus florissants de l’Europe. Dans les derniers temps, la présence du souverain a donné au système politique une direction quelque peu différente3. On a du moins pris des mesures dans l’intérêt du pays, mais les progrès qui auraient dû en résulter pour l’ensemble du royaume sont restés peu sensibles, les ministres faisant trop souvent prévaloir leur esprit de parti ou leur égoïsme4. Naples demeure toujours le siège de l’oisiveté et, malgré une certaine résistance apparente à la tyrannie sacerdotale, la ville où se manifeste la superstition populaire la plus scandaleuse : c’est ce que prouvent les jongleries bien connues auxquelles donne encore lieu chaque année en public le sang de saint Janvier, patron de la ville5. Une grande partie de la population, les Lazzaroni — on évalue leur nombre à quarante mille — vit toute l’année sans abri, dans la plus grande misère et dans une inactivité remarquable même au sein de cette ville oisive ; malgré la pression de la misère et l’incurie du gouvernement, qu’ont suffisamment averti cependant maintes redoutables insurrections nées dans cette foule désœuvrée, ils ne mettent pas en danger la sécurité publique. Ce trait, dont on ne saurait méconnaître la signification, prouve que le peuple de Naples est naturellement bon ; beaucoup d’autres exemples semblables n’échappent pas à l’attention de l’observateur impartial et contredisent les affirmations de ces juges des nations peu clairvoyants qui accusent les Napolitains d’être tous irrémédiablement corrompus6. La police n’a aucune efficacité pour maintenir le calme et la sécurité publique, et pourtant cette dernière n’est troublée que très rarement. Les passions de la populace ne connaissent pas de frein, mais elles font ici beaucoup moins de victimes qu’à Rome ; on pourrait cependant croire leurs manifestations aussi dangereuses ici pour la sécurité de tous et de chacun, puisqu’elles sont favorisées par le tempérament de feu des Napolitains et la plupart des causes réunies à Rome, qui se retrouvent à Naples. Ces faits ne font-ils pas honneur au caractère du peuple dans un pays où l’on ne cherche pas à le rendre meilleur, ni par une sage législation ou une religion éclairée, ni par une bonne éducation ? Le gouvernement s’endort dans une impardonnable négligence, lui seul mérite les reproches de fainéantise, de sensualité excessive et de superstition qui sont adressés à ce peuple à juste titre : dans l’ensemble, le caractère des Napolitains est naturellement bon, pour y développer les plus grandes qualités, il suffirait d’éveiller en eux, grâce à une sage formation, la conscience de leurs facultés et de créer des établissements publics permettant d’employer une énergie demeurée intacte dans le pays comme chez les individus.

3Exception faite pour certaines professions, tout vit à Naples dans le désœuvrement le plus complet du monde et dans une incessante recherche des plaisirs. « Du pain et des jeux ! »

  • * Panem et circenses !
  • 7 De Brosses avait vu avec étonnement le moindre « polisson » savourer de délicieux sorbets. La rema (...)
  • 8 De plus en plus, et surtout au XIXe siècle, on sera sensible au pittoresque de ces modestes boutiq (...)
  • 9 Le terme glacière a été emprunté à la traduction de Vanderbourg. Il est peu usité par les voyageur (...)
  • 10 La satire intervient brusquement, le moraliste apparaît là où le lecteur pensait avoir affaire à l (...)

4* : la devise antique reste toujours valable ici. Pour la classe moyenne du peuple, la musique et la danse sont un besoin journalier. On savoure les joies de la gourmandise, qui ne coûtent presque rien et s’offrent en abondance. Les glaces surtout sont une friandise dont les Napolitains ne peuvent se passer. Elles ne représentent pas un luxe, comme c’est le cas chez nous, mais font partie des aliments quotidiens, sans lesquels ils s’imaginent qu’ils ne pourraient vivre, et cela malgré cette profusion de fruits délicieux et rafraîchissants que la nature a prodigués aux pays chauds en général et à Naples en particulier. Grâce à la grande quantité de neige fournie par les montagnes du continent et des îles, la préparation de ces sorbets nécessaires à la vie de chaque jour est fort peu coûteuse7. Dans toutes les rues principales, il existe des établissements où l’on en vend une grande variété. L’homme du peuple va boire de l’eau à la glace aux tables dressées dans les petites rues ; pour une faible dépense supplémentaire, il peut y faire ajouter du jus de framboise, de fraise ou de melon, ou bien il mange, devant les boutiques où l’on en fait le commerce, des sorbets aux fruits préparés de diverses manières8. A toute heure du jour, l’affluence est considérable devant les glacières les plus renommées9, situées sur la grand-place et au voisinage du palais royal ; les serveurs ne cessent d’aller et venir pour satisfaire les demandes des arrivants. Des rangées de chaises sont disposées à l’extérieur à l’intention des piétons. Les personnes de condition, les dames surtout, font arrêter leurs voitures devant ces maisons, avant d’aller à l’opéra ou aux conversations, pour prendre des rafraîchissements qu’on leur présente sur de jolies petites assiettes d’argent décorées de feuilles de vigne. C’est là que se trouve le centre de l’activité publique à Naples10.

Fig. 19. Raffaello Morghen, d’après Angelica Kauffmann et Gian Battista Dell’Era, La famille du roi Ferdinand IV. Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Sur la famille royale de Naples. Cf. p. 197-198.

  • 11 Beaucoup de voyageurs signalent cette malpropreté, surpassant tout ce qu’ils ont pu voir jusque-là (...)
  • 12 A la différence de Meyer, toujours discret sur cette question, d’autres voyageurs insistent sur l’ (...)

5La malpropreté la plus répugnante se retrouve ici plus ou moins dans toutes les classes. Elle règne partout : dans les rues et les maisons, mais plus encore sur les personnes11. La chaleur du climat contribue encore à l’augmenter, et le Napolitain, qui supporte cette incommodité nationale avec une incroyable indifférence, ne la considère même pas comme un vice ou un danger pour sa santé. Avec le plus grand naturel — à peu près comme on ôterait chez nous un fil de la manche de quelqu’un — chacun ramasse sur le front ou le linge de son voisin, dont il attend le même service, un insecte qui, par son seul aspect, susciterait en nous le plus vif dégoût. « Le pulci maledette, ah ! quanto mi tormentono ! », soupirait une dame tout en faisant la chasse à l’un de ces démons qui la tourmentaient, au cours d’une conversation et devant plusieurs personnes de sa connaissance12.

  • 13 Meyer souligne les progrès accomplis depuis la fin de la domination espagnole, mais ne néglige pas (...)
  • L’Allemagne connaît et apprécie tout particulièrement ce talent du roi depuis la visite à Vienne d (...)
  • On sait par les gazettes que pendant son séjour à Vienne le roi de Naples, au cours d’un repas, ch (...)
  • 14 Le goût de Ferdinand IV pour la chasse et la pêche a été signalé par beaucoup de voyageurs et nous (...)
  • 15 Beaucoup de voyageurs signalent la popularité dont le souverain jouit parmi le peuple. « Ferdinand (...)
  • 16 Quelques voyageurs s’évertuent à prouver que Ferdinand IV est naturellement bon — comme ses lazzar (...)

6Les Napolitains se plaignent tout haut de leur gouvernement, ils blâment sa mollesse, son incurie, les abus de l’administration, et ces plaintes sont aussi générales que justifiées. Ils sentent à quel point leur pays est resté au-dessous du rang que lui destinait la nature en lui donnant une telle position et une si grande fertilité, rang qu’il n’a jamais pu atteindre jusqu’à nos jours. Abandonné au despotisme des vice-rois, le pays a langui depuis les trois derniers siècles sous l’oppression la plus terrible, celle qu’exerçaient ces représentants des monarques éloignés, celle de la noblesse et du clergé napolitains. Ce despotisme se fait moins sentir depuis que les rois résident à Naples, mais bien des abus de l’ancienne administration n’ont pas encore été réformés. « Ce n’est jamais que pour un temps, me disait un Napolitain à l’esprit pénétrant et éclairé13, que notre ministère se réveille de son insouciance et de son inertie ; ces défauts semblent profondément enracinés dans notre caractère national. Les décisions prises pendant une période si courte nous font espérer des jours heureux — mais elles ne sont qu’à moitié exécutées, et pendant longtemps on n’entreprend plus rien... Quelques-uns des hommes les plus intelligents qui tiennent le gouvernail de l’Etat sont souvent aussi les plus faibles — simples courtisans qui se laissent emporter par le courant ; d’autres observent avec douleur les maux invétérés de l’Etat, mais ne peuvent agir qu’avec lenteur dans un tel chaos... Notre souverain est dans son particulier un homme noble, aimable. Il a le caractère le plus heureux. D’une humeur toujours sereine et joyeuse, il sait jouir de la vie, ne s’inquiète pas de l’heure qui vient, remplit le moment présent de tous les plaisirs qui peuvent y trouver place. Il préfère aux plaisirs de la table les amusements qui fortifient le corps et délivrent l’âme de tout souci. Il s’adonne avec passion au jeu de paume, à la chasse et à la pêche et il y fait preuve d’une grande habileté. Il aime la musique et il est musicien. Ainsi, vous le voyez, nous n’avons à craindre de lui aucun mal. C’est un noble époux, un tendre père ! Tel est notre prince ! Comment ne l’aimerions-nous pas ? » La chasse et la pêche sont les divertissements favoris de Ferdinand IV. Il a en quelque sorte hérité cette passion du défunt roi son père ; tous deux rivalisaient d’adresse dans l’art princier de la chasse. Chaque année, dit-on, les deux royaux chasseurs s’envoyaient, parmi les dépouilles qu’ils avaient conquises de leurs propres mains, les plus beaux bois de cerfs, les plus lourdes défenses de sangliers, et se payaient les sommes qu’ils avaient pariées au sujet de leur nombre et de leur grandeur. Le roi joue de la lyre, il a eu pour maître un de mes amis allemands séjournant à Naples qui a beaucoup perfectionné cet instrument et se trouvait satisfait des progrès accomplis par son royal élève. Il chante aussi et, véritable protecteur des arts, il récompense ce talent même à l’étranger. A l’époque de mon voyage, c’était pourtant la pêche qu’il préférait à tous les autres divertissements. De toutes les hauteurs de Naples et des environs, on pouvait voir voguer sur le golfe la petite barque portant le pavillon royal ; le roi s’y trouvait en compagnie d’un seul rameur, entouré de tout un matériel de pêche, et il s’amusait à prendre du poisson14. « Ecco, s’écriaient alors les Napolitains désœuvrés, heureux de voir le souverain sacrifier lui aussi à leur déesse farnienteecco il Ré in mare ! » (Voyez donc, le roi est encore en mer !)15 Ces occupations favorites ne l’empêchent pas d’adresser au ciel ses voeux les plus ardents pour le bonheur de son royaume et de ses sujets ; il aime ceux-ci comme un père et il sait le leur prouver à chaque fois que s’impose une intervention urgente : cette année-là, ce fut le cas pour les infortunés Calabrais. Certes, les bénédictions célestes afflueraient sur les royaumes des Deux-Siciles s’il plaisait à la Providence d’exaucer sur le champ les voeux si bien intentionnés que lui adresse leur souverain16.

  • 17 Le faste dont s’entoure la noblesse frappe beaucoup les étrangers, en particulier le luxe des équi (...)

7Aussi bien à la cour de Naples que chez la noblesse de la capitale, une pompe tout orientale règne à l’occasion des fêtes et des cérémonies publiques17, mais la famille royale vivait dans son particulier avec une économie bourgeoise. Le roi lui-même s’était délivré pour tout ce qui concernait sa personne du faste et de l’étiquette autrefois en usage, il apparaissait en public très simplement vêtu et accompagné d’une suite peu nombreuse. Même à l’heure des promenades élégantes sur la Chiaia (le Quai de Naples) qui donnent lieu à une si grande affluence, je l’ai vu, entre les files des magnifiques voitures attelées de quatre chevaux où paradaient les nobles, passer dans un léger phaéton qu’il menait lui-même, accompagné d’un officier et d’un domestique ; il donnait ainsi aux grands l’exemple, resté jusque-là peu efficace, de renoncer à un faste bien ridicule de nos jours quand il atteint ce degré. Le roi n’avait pas réussi davantage, semblait-il, à combattre la rigoureuse étiquette observée chaque fois qu’une personne de la famille royale se montrait en public. Aujourd’hui, dit-on, la pompe orientale qui était de règle en cette circonstance a été supprimée. Je vis un jour deux des petites princesses passer dans les rues avec leurs gouvernantes dans une voiture menée par six chevaux ; elles avaient pour escorte un détachement de cavalerie et plusieurs voitures attelées de quatre chevaux. « Ecco le figliole del Re ! » (voilà les princesses !) criait le peuple qui les accueillait avec des viva ! et des applaudissements. La noblesse napolitaine entretient un très grand nombre d’équipages et de chevaux, de domestiques, d’estafiers, de mores, d’heiduques, de coureurs et autres gens de livrée. Quand on se rendait le soir aux réceptions données par la noblesse, il fallait, pour éviter d’être étouffé dans les entrées et les antichambres par la cohue des serviteurs, ou bien revêtir la tenue clinquante qui est de rigueur dans la haute société de Naples : elle permettait d’attirer l’attention et de se frayer un passage, ou bien se faire précéder d’un domestique qui ouvrait la voie jusqu’aux salles de réception en criant selon la coutume : « Cavalieri forestieri ! coll’licenza Signori, fate luogho ! » (Place aux étrangers, Messieurs, avec votre permission !)

  • 18 Les Conversazioni étaient restées pour les cavaliers le seul moyen d’avoir quelques contacts avec (...)
  • 19 L’éducation des nobles, fort négligée, suscite l’étonnement des étrangers. C’est souvent le cas au (...)
  • 20 La passion qu’éprouvent les Napolitains pour les jeux de hasard a été souvent notée — cf. l’abbé R (...)
  • 21 Gaetano Filangieri, publiciste et jurisconsulte (1752-1788). Influencé par Rousseau et les physioc (...)
  • § Actuellement directeur de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Cet ami qui m’est cher vivait alors (...)
  • 22 Füger (1751-1818) obtint une bourse d’études qui lui permit de séjourner en Italie (Rome et Naples (...)

8Ces soirées, nommées Conversazioni, constituent presque toute la vie de société digne de ce nom dans les classes élevées de Rome et de Naples ; il y règne la plupart du temps une contrainte et un ennui dont le poids est plus ou moins grand selon le rang plus ou moins haut des familles18. On se plaint du sirocco, on s’informe de la santé des uns et des autres quand souffle ce vent du sud-est bien connu en Italie, humide, chaud et débilitant, on y relate en outre les plus banales nouvelles du jour : voilà de quoi se composent ici les entretiens, toujours fades et languissants. Il serait vain de chercher des causeries instructives et pleines d’esprit, portant sur des questions scientifiques ou sur les intérêts du pays. A Rome comme à Naples, les grands sont pour la plupart trop peu instruits pour pouvoir s’engager dans des entretiens de ce genre ou pour les soutenir longtemps19. On a donc recours au jeu de cartes — si funeste à toute conversation véritable, mal aussi nécessaire ici que dans les réunions d’Allemagne ! — faute de savoir mieux occuper son esprit et pour écarter le fléau de l’ennui20. Cette prétendue vie de société que l’on trouve dans toute l’Italie donne peu de satisfactions au voyageur, surtout à Rome et à Naples, quand il connaît les vrais plaisirs de la bonne compagnie en Suisse, en France et en Allemagne. Il s’en dédommage par le commerce de quelques hommes d’esprit, qui accueillent les étrangers avec beaucoup d’obligeance. Je me suis dérobé avec plaisir à ces assemblées aussi insipides que pompeuses, pour rencontrer, dans ces deux villes, quelques hommes dont j’ai gardé un souvenir inoubliable ; dans cette dernière, en particulier, j’ai pu nouer des liens assez étroits et amicaux avec un Filangieri21 et un Füger§22. Les Napolitains éclairés du second et du troisième ordre et les étrangers qui sont en relation avec eux évitent, autant qu’ils peuvent le faire sans choquer la bienséance, ces réunions où règnent l’ennui et les distractions néfastes, pour s’assembler en cercles plus restreints. Celui que formaient alors le chevalier don Gaetano Filangieri et ses amis groupait ainsi des esprits lucides ; la conversation y portait sur des questions scientifiques et devait à la raillerie socratique son caractère piquant.

Notes

1 Naples, « un paradis habite par des diables » : pour certains étrangers, ce proverbe si rebattu exprime une vérité incontestable. Ils célèbrent à l’envi la beauté de la ville et de son opéra, s’intéressent aux curiosités naturelles des environs, mais les jugements qu’ils portent sur le gouvernement et la population sont caractérisés par la plus grande sévérité. Une évolution se manifeste cependant lorsque Meyer vient en Italie à la fin du siècle. C’est l’époque où les Lazzaroni font l’objet d’une réhabilitation : quelques voyageurs contestent les accusations de paresse et de méchanceté foncière qui leur ont été adressées pendant si longtemps. D’autre part, le royaume de Naples est devenu un état indépendant, libéré de la tutelle espagnole; son premier souverain, un Bourbon, fils de la duchesse de Parme Elisabeth Farnèse, a éveillé de grands espoirs grâce à sa politique de réformes. Bientôt appelé sur le trône d’Espagne où il va régner sous le nom de Charles III, il laisse la succession à son second fils, Ferdinand IV, un enfant encore, mais qui jouit d’une grande popularité. Avec les années cependant, le nouveau roi se révèle incapable de répondre à ce que l’on attendait de lui ; son manque d’envergure, son éducation déplorable ne lui permettent pas de s’engager dans la voie du despotisme éclairé qui représente l’idéal des Lumières, aussi voit-on reparaître chez un certain nombre de voyageurs des critiques dirigées contre l’obscurantisme de la politique napolitaine.
Dans ce chapitre, qui présente à la fois une satire des moeurs et une critique du gouvernement, les idées de Meyer sont très nettement influencées par son époque, mais l’auteur se distingue de ses contemporains par sa modération aussi bien que par un certain effort de lucidité. Les Lazzaroni ne sont ni idéalisés, ni jugés avec une sévérité excessive. Le roi apparaît comme un brave homme médiocre, auquel le sort a donné des responsabilités trop lourdes. Les hautes classes inspirent quelques critiques traditionnelles, mais fort modérées, si on les compare à celles qu’ont formulées d’autres censeurs, tels Ange Goudar (Naples, ce qu'il faut faire pour rendre ce royaume florissant, 1771), Pilati di Tassulo (Op. cit., 1777), Gorani (Mémoi res secrets et critiques, 1793) et Meyer ne dit rien de la dépravation des moeurs qui a pu inspirer ailleurs des tableaux si virulents. Parfois, il peut sembler sacrifier la critique au pittoresque de la vie napolitaine, quand il évoque une scène de rue, l’affluence des personnes de condition auprès des boutiques où se fait le commerce des glaces, aux environs du Palais Royal : mais le trait d’ironie impitoyable qui termine le paragraphe frappe d’autant plus le lecteur (p. 196). Pouvait-il mieux souligner la futilité des hautes classes ? C’est par le même procédé qu’il attaque, dans une phrase en apparence anodine, l’incurie du roi : il rappelle d’abord les goûts et les petits talents de Ferdinand IV, qui pourraient être ceux d’un homme appartenant à la classe moyenne, puis montre que le rôle du souverain se borne a formuler des voeux pour le bonheur de ses sujets (p. 198).
La haute société, caractérisée par son faste et sa futilité, n’a donc rien qui puisse satisfaire un homme sensible. Meyer préfère penetrer dans des cercles plus restreints, moins brillants en apparence, où il fréquente des êtres selon son coeur : un artiste comme Füger, un penseur politique comme Filangieri... ainsi est amenée la transition avec le chapitre suivant.

2 La douceur du climat, l’exceptionnelle fertilité du sol sont traditionnellement invoquées pour expliquer la paresse des Napolitains. Voir déjà Addison : « Les habitans de Naples ont été toujours fort connus pour leur vie paresseuse et voluptueuse qui, à mon avis, vient en partie de la grande abondance du pays qui ne leur rend pas le travail si nécessaire, et en partie du climat qui relâche les fibres de leur corps, et dispose le peuple à l’humeur si fainéante et si indolente. De quelque côté que cela vienne, nous trouvons qu’ils étoient aussi fameux autrefois pour cela qu’aujourd’hui » (Op. cit., p. 149). Il y aurait donc là une fatalité, liée aux conditions physiques du pays. A la fin du siècle, certains critiques, tels Pilati di Tassulo ou Gorani, mettent l’accent sur des causes purement humaines : le mauvais gouvernement, le grand nombre des religieux, l’éducation fort négligée.

3 Le chapitre débute par le rappel de quelques données historiques destinées à expliquer le caractère des Napolitains. A la différence de nombreux voyageurs, en particulier les auteurs de guides, tel Lalande, Meyer ne se soucie pas de présenter un tableau complet de l’histoire de Naples, ni de citer les différents peuples qui s’y sont succédé. Il se contente de brèves allusions à l’installation des colons grecs, à la conquête romaine, puis à la domination espagnole et à l’établissement d’un royaume indépendant. Ces allusions auraient paru insuffisantes à l’abbé Richard : d’après lui, c’est avec raison que l’on a considéré le peuple napolitain « comme l’espèce la plus misérable de l’Europe », il en donne l’explication suivante : « Ce pays a été soumis à tant de révolutions, habité par tant de peuples différens et dont la partie la plus méprisable s’y est fixée, qu’il faut moins s’étonner de tout ce que l’on y voit de vicieux et de révoltant ». L’« intempérance en tout genre » est due aux Grecs et aux Romains, la cruauté aux Vandales ; les Sarrasins « ont enté sur des plans favorables la mauvaise foi, la barbarie, 1'irréligion et tous les vices de l’Afrique », et ainsi de suite (Op. cit., T. IV, pp. 233-4). Une explication analogue se retrouve chez Ange Goudar (L’Espion chinois, T. III, p. 186).

4 Meyer, comme beaucoup de ses contemporains, est persuadé qu’un bon gouvernement peut transformer rapidement le caractère d’un peuple, cf. supra l’exemple de Léopold de Toscane. A Naples cependant, la politique de réformes entreprise par Charles III et son ministre Tanucci s’est heurtée à trop d’intérêts et de privilèges pour pouvoir porter ses fruits.

5 Le célèbre miracle de saint Janvier est pour les voyageurs un sujet d’étonnement, sinon de scandale. A l’époque des Lumières, beaucoup d’entre eux expliquent la liquéfaction du sang par un phénomène physique, la chaleur communiquée par les mains du prêtre qui tient l’ampoule contenant la relique. Meyer a le mérite de se contenter d’une allusion : les phases du miracle ont été si souvent décrites, les mêmes anecdotes répétées à satiété que le public n’a plus rien à apprendre à ce sujet. On se demande parfois si le gouvernement napolitain ne verrait pas dans ce miracle un moyen de contenir le peuple (voir Münter, Nachrichten von Neapel und Sicilien, p. 8).

6 Si les voyageurs jugent très sévèrement les Italiens en général, surtout pendant la première moitié du siècle, les Napolitains ont une réputation particulièrement défavorable : fainéants, malpropres, malhonnêtes, jaloux, violents, corrompus, de quels défauts sont-ils donc exempts ? Nous avons vu l’abbé Richard les égaler aux sauvages de l’Amérique, ce qui est pour lui la pire des condamnations (chapitre 16, note 10).
Il est particulièrement intéressant d’étudier l’attitude des voyageurs à leur égard pendant le cours du siècle. Au début, tous les Napolitains sont confondus dans un même jugement sévère, sans distinction de classes : ainsi, chez Guyot de Merville (1720) ou Silhouette (1729) : « Les Napolitains sont vindicatifs à l’excès, défians, jaloux, superstitieux, ils se portent aux crimes avec facilité ; ils sont extrêmement fainéans, mols et paresseux, ils n’aiment que le luxe et le plaisir... » (Op. cit., II, pp. 28-9) ; puis la condamnation porte sur le peuple, et de plus en plus sur les Lazzaroni, c’est-à-dire ceux que l’on appelle « la lie » de ce peuple. Lorsque les voyageurs s’efforcent de présenter un tableau complet des moeurs, ils relèvent des défauts différents chez les autres classes, à l’exception de la paresse, estimée commune à tous les Napolitains. Des Italiens tentent de prouver la fausseté des accusations adressées par les étrangers à leurs compatriotes : nous avons déjà mentionné Baretti, qui répond à l’ouvrage de Sharp ; dans le cas des Napolitains, c’est Michele Torcia qui publie un éloquent plaidoyer : Appendice contenente una breva difesa della nostra Nazione contro le incolpe attribuitele da alcuni Scrittori Esteri(1783).
Le terme de Lazzaroni, que l’on trouve dans presque toutes les relations de voyage après Richard et Lalande, n’apparaît donc pas au début du siècle. Montesquieu serait sans doute le premier à l’employer s’il n’était victime d’une confusion ; l’intérêt qu’il témoigne au petit peuple est alors tout à fait exceptionnel à son époque : « Il y a 50 ou 60.000 hommes appelés Lazzi, qui n’ont rien dans le monde : ni terre ni industrie ; qui ne vivent que d’herbes, ne sont point vêtus, n’ayant qu’une culotte. Ces gens sont très aisés à mettre en mouvement ». Ces diverses caractéristiques seront très souvent notées par la suite, mais le philosophe ne borne pas là ses observations : « Ces Lazzi, les plus misérables hommes de la terre, sont ceux qui craignent plus (sic) les malheurs dont les menace la non-liquéfaction. Ainsi, à cause de ces Lazzi, on peut bien dire que le peuple de Naples est bien plus peuple qu’un autre » (Op. cit., T. II, pp. 20-21).
A l’époque où ce terme est encore nouveau pour le public, les voyageurs estiment nécessaire d’en donner une définition. « Il y a dans Naples environ 40.000 Lazzaroni, c’est-à-dire gens pauvres dont un grand nombre n’a point d’état, et n’en veut point avoir ; il ne leur faut que quelques aunes de toile pour s’habiller, deux sous par jour pour se nourrir, plusieurs couchent sur des bancs quand ils n’ont point de lit, on les appelle même pour cela Banchieri » (Lalande, op. cit., T. VII, p. 78). La définition repose donc sur un critère social, que l’on retrouve dans de nombreuses relations : « les Lazzarone ou la canaille » (John Moore, op. cit., T. I, p. 132), « the lowest rang among the people » (Lady Miller, Letters from Italy, T. II, p. 152)... Quand on essaie, fort rarement, de préciser l’étymologie de ce terme, on le rattache au nom de Lazare, le pauvre de la Bible, couvert de quelques misérables haillons, comme les Napolitains du dernier rang. L’orthographe varie selon les relations : Lazzaroni (s), ou Lazaroni (s), Lazzarons, Lazarielli même chez De Brosses. Pour l’origine du terme, voir l’étude de Benedetto Croce, I « Lazzari », in Aneddoti e profili settecenteschi, Napoli, 1942, T. II, pp. 428-439.
Les défauts caractéristiques de cette classe populaire entraînent parfois certains voyageurs à utiliser un critère moral, et non plus un critère social, pour définir les Lazzaroni ; le glissement de l’un à l’autre se produit insensiblement. Selon Roland de la Platière, ce sont de « malheureux pillards » (IV, 93) selon Dupaty, « tout simplement des fainéans (...). La plus grande partie du peuple ne travaille tout juste qu’autant qu’il faut pour ne pas mourir de faim. On appelle ces gens-là, Lazaroni ». A la limite, cette dernière définition fait disparaître la notion de classe : « Les Lazaroni ne font pas une classe à part, il y en a dans tous les « états » (Op. cit., p. 391). Archenholz ne va pas jusque-là, il se contente de souligner ce que le fait a d’exceptionnel : ces hommes si pauvres, ayant si peu de besoins, n’existent qu’à Naples, ils « peuvent être envisagés comme un vrai phénomène moral » (Op. cit., T. II, p. 143).
Au cours du siècle, les sentiments inspirés aux étrangers par les Lazzaroni connaissent une évolution intéressante. Les cavaliers et les auteurs des guides qui leur sont destinés semblent ne pas avoir d’yeux pour le petit peuple. Les voyageurs appartenant à la bourgeoisie, de plus en plus nombreux vers 1730, lui consacrent bien quelques observations, mais pour le juger avec une grande sévérité. Nul n’a exprimé son mépris avec plus de violence que De Brosses : « C’est la plus abominable canaille, la plus dégoûtante vermine qui ait jamais rampé à la surface de la terre (...). Tous les matins, ils couvrent les escaliers et la place entière de Mont-Oliveto, à n’y pouvoir passer : c’est un spectacle hideux à faire vomir » (Op. cit., p. 151). Ce mépris se retrouve pendant tout le siècle, chez l’Anglais Sharp (Lettre IX, décembre 1765), chez l’abbé Richard, chez Mme de Genlis, qui se contente d’ailleurs de cette brève notation : « Tout leur corps, ainsi que leur visage, est d’un rouge foncé ; ils ressemblent à d’effrayans sauvages » (Mémoires, T. III, p. 59). Moratin, venu à Naples en 1793-94, éprouve le plus grand dégoût en constatant leur laideur, leur saleté, leur puanteur.
Jusqu’en 1770 environ, ils inspirent à tous les voyageurs un jugement défavorable. Il existe un véritable poncif du Lazzarone laid, fainéant, malhonnête et corrompu. C’est à peine si quelques étrangers observent en lui certaines qualités physiques ; ainsi Grosley, l’un des premiers : « Cette race d’hommes se fait gloire de descendre des Grecs, et de leur ressembler. Ils ont la poitrine large et avancée, les épaules bien effacées et rabattues sur l’emmanchement, le col court et très gros, de l’embonpoint, un fond de belle carnation, l’oeil beau et extrêmement vif » (Op. cit., T. III, p. 43). L’abbé Richard lui-même, malgré son mépris pour cette « vile espèce », doit reconnaître qu’elle est « assez belle ». « Les hommes y sont d’ordinaire robustes, grands et bien faits, quand ils ne sont pas rongés par les maladies honteuses qui sont le fruit de leurs débauches » (Op. cit., T. IV, p. 227).
Avec Lady Miller, qui consacre aux Lazzaroni un long développement, il n’est pas question de ces « effrayans sauvages » qui inspirent une telle horreur à Mme de Genlis. La voyageuse et ses compagnons conversent volontiers avec eux, pénètrent même dans les abris qui leur servent de logements, et les Letters from Italy confirment la remarque de Grosley : ces gens prétendent descendre des Grecs et avoir une plus noble origine que les grands seigneurs napolitains. Quoi qu’il en soit, Lady Miller croit voir en eux une ressemblance avec les oeuvres des artistes grecs : « ... they are the only Neapolitans whose features resemble the bustos and statues found at Herculanum and Pompeia » (T. II, p. 154). Pilati di Tassulo enfin, dont l’ouvrage joue un rôle primordial en ce qui concerne la réhabilitation des Lazzaroni, vante la force de ces « beaux hommes couleur de bronze » (Op. cit., T. II, p. 175).
Aux yeux des voyageurs, cette population si particulière, cette belle race vigoureuse devient ainsi, de plus en plus, un élément du pittoresque nanapolitain ; on décrit leur costume et celui de leurs femmes, parfois même leurs logements rudimentaires (Lady Miller), on observe la bizarrerie de leur parure : Mme Piozzi voit dans leurs tatouages une coutume analogue à celle des Indiens (Observations and Reflections, T. II, p. 15).
Beaucoup de remarques semblables correspondent, sans doute, à un désir d’observation personnelle, mais dans certains cas, il n’y a bientôt plus qu’un nouveau poncif, opposé au précédent, et dépourvu de tout lien avec la réalité. Dans le Manuel du voyageur en Italie, cet ouvrage anonyme où sont réunis les principaux lieux communs de l’époque, la populace napolitaine est devenue une sorte de choeur d’opéra : « La majeure partie des nuits d’hiver sont si tempérées que les Lazaroni les passent mollement sur les quais, à la belle étoile, afin de saluer la matinale Aurore en chorus » (T. II, p. 209).
On ne se contente pas de noter la beauté et l’aspect pittoresque des Lazzaroni : point par point, leur procès est révisé à la fin du siècle. Longtemps accusés d’être fainéants, violents et dangereux, foncièrement corrompus, ils paraissent désormais doux et inoffensifs, et naturellement bons. Leur légendaire paresse est elle-même remise en question. Les guides de Lalande et de Volkmann, de nombreux voyageurs ont déjà souligné la responsabilité du gouvernement à cet égard ; cette remarque devient maintenant une sorte de leit-motiv. Cf. Pilati di Tassulo : « Il est évident que ces gens qui forcent les passans à cacher leurs montres et à porter leurs poches en dedans de leurs habits aimeroient mieux travailler dans des ateliers que de guetter les gens dans la rue Toledo » (Op. cit., T. II, p. 175). Les premiers, Pilati di Tassulo et Roland de la Platière (ce dernier toutefois n’éprouve aucune sympathie pour le petit peuple napolitain) observent l’activité incessante des Lazzaroni. Cette remarque se retrouve dans un certain nombre d’ouvrages. L’attitude de John Moore, caractérisée par son humanité, se situe aux antipodes de celle que nous avons notée chez De Brosses : « Si ces malheureux sont sans rien faire, ce n’est pas toujours leur faute ; ils sont continuellement dans les rues, ainsi que les artisans chinois, offrant leurs services et priant qu’on les emploie » (Op. cit., T. II, p. 105). « Quelques-uns gagnent leur vie à la pêche, d’autres à porter des fardeaux au bord de la mer, et à rapporter les marchandises qu’on décharge, ou à faire tout autre ouvrage dont ils sont capables pour une rétribution modique (...). Leur oisiveté est évidemment le fruit de la nécessité, et non de leur choix, car ils sont toujours prêts à faire tout ce qu’on leur commande, ils ne sont arrêtés ni par la fatigue, ni par les difficultés, ils n’exigent pour leur peine que très peu de chose. Il faut nécessairement qu’il y ait de la faute du gouvernement pour qu’un nombre aussi considérable d’individus robustes et actifs restent sans occupation » (Ibid., p. 132).
Quelques années plus tard, en novembre 1788, apparaît dans le Teutscher Merkur un article anonyme : il s’agit de quelques pages empruntées à un journal inédit, dont l’auteur n’est autre que Goethe et qui seront reprises dans le Voyage d’Italie. Un développement assez long est consacré aux Lazzaroni, pour rectifier une erreur commise par Volkmann (celui-ci, ainsi qu’à l’ordinaire, avait d’ailleurs repris les remarques de Lalande) : ils ne sauraient être accusés de paresse, car Goethe, s’il a vu à Naples beaucoup de gens mal habillés, n’y a observé aucun oisif. Cela nous vaut un tableau des petits métiers, dont les voyageurs apprécieront plus tard le pittoresque, mais qui est surtout présenté ici à titre de démonstration. Les enfants eux-mêmes, note l’écrivain, travaillent sans cesse et se livrent à toutes sortes de petits commerces.
L’oisiveté des Lazzaroni serait-elle un mythe ? Meyer ne remet pas en question l’opinion traditionnelle, souvent contestée à son époque ; mais, à d’autres égards, il se rattache au courant de sympathie qui se manifeste envers ces hommes longtemps méprisés. Ils forment, disait-on naguère, un peuple séditieux, toujours prêt à se soulever. « Il faut avoir vu de ces hommes pour les connoître, écrivait l’abbé Richard, de cette vile espèce sur laquelle la raison ne peut rien, et qu’il faut absolument mener par la force et la crainte du châtiment » (Op. cit., T. IV, p. 227). On invoquait à titre d’argument la révolte dite de Masaniello, du nom de ce pêcheur qui, en 1647, avait pris la tête d’une émeute populaire suscitée par un nouvel impôt mis sur les fruits et les légumes. Désormais, les voyageurs favorables aux Lazzaroni contestent la valeur de cet argument et notent que les soulèvements restent exceptionnels, malgré la misérable situation de cette classe. « Rien ne saurait les engager à se révolter, écrit John Moore, il faut pour cela des motifs pressane et extraordinaires, tels que la cherté ou la disette du pain » (Op. cit., T. II, p. 134). Lalande se contente de remarquer : « La populace de Naples est aisée à contenir malgré le nombre ; il y faut cependant trois choses, Farina, Furca, Festini, des provisions, des exemples de sévérité et des fêtes ou spectacles » (Op. cit., T. VII, p. 178), tandis que Moore s’abandonne à la pitié et se trouve entraîné à justifier la révolte : « Quand on vient à se représenter 30.000 créatures humaines presque nues, destituées de lits ou d’habitations, qu’on réfléchit aux occasions qu’elles ont de se rassembler, de comparer leur triste situation avec l’affluence dont jouissent leurs compatriotes, on ne sauroit qu’être étonné de leur patience (...). Toutes les loix de l’équité et du sens commun concourent à les excuser dans le cas où ils se révolteroient contre les chefs qui ne font rien pour eux » (Ibid., pp. 134-5). Chez les voyageurs qui soulignent la douceur et la patience des Lazzaroni, exception faite de quelques brèves flambées de violence, les critiques ne s’adressent donc plus qu’au gouvernement.
Paresse, penchant à la sédition, malhonnêteté... : à la fin du siècle, peu d’étrangers attribuent encore ces défauts au petit peuple napolitain ; beaucoup d’entre eux sont même persuadés de voir en lui les qualités opposées. Est-il bon, est-il méchant ? D’une façon générale, les contemporains attribuent une grande importance à cette question, elle devient primordiale quand on croit observer un être humain qui se trouve dans l’état de nature ; or n’est-il pas possible de considérer comme des primitifs ces Lazzaroni dépourvus de toute éducation et vivant de la façon la plus rudimentaire ? A cette époque qui s’interroge sur les rapports unissant nature et vertu et sur l’existence du « bon sauvage », ils constituent donc, en Europe même, un exemple privilégié. La première moitié du siècle ne s’intéressait guère à ces problèmes et d’ailleurs, De Brosses et les voyageurs de son temps considéraient le petit peuple napolitain comme foncièrement corrompu, mais vers 1780 l’opinion contraire tend à prévaloir, influencée par l’intérêt pour les humbles et le mouvement humanitaire qui se développent alors, et aussi par les idées de Rousseau. Un certain nombre de relations vantent désormais la bonté naturelle des Lazzaroni, dont les défauts seraient dus aux vices du gouvernement napolitain. La même évolution se manifeste à cette époque chez les étrangers qui visitent les provinces méridionales, en faveur des Calabrais, longtemps considérés comme de redoutables sauvages.
Ainsi, au moment où Meyer séjourne à Naples, apparaît un courant d’opinion qui aboutira, quelques années plus tard, à la formation d’un nouveau poncif selon lequel les Lazzaroni, véritables primitifs vivant au sein d’une cité populeuse, seraient naturellement bons. Objets de mépris et d’horreur quelques dizaines d’années auparavant, ils suscitent de plus en plus l’intérêt et la sympathie, et parfois même une réelle admiration. On croit en effet déceler en eux une forme de sagesse analogue à celle des Cyniques ou des Stoïciens — une certaine confusion règne entre ces deux notions. C’est vers 1788 que naît ce nouveau lieu commun. On ne considère plus leur oisiveté comme un défaut incurable ou la conséquence d’un mauvais gouvernement, on voit en elle un art de vivre.
Cette idée apparaît pour la première fois dans l’article anonyme publié par Goethe dans le Teutscher Merkur. Le terme de stoïciens avait bien été employé auparavant par certains voyageurs, comme Lalande et Volkmann, pour qualifier les Lazzaroni, mais il avait une portée toute différente. Cf. Lalande : « La paresse les rend pour ainsi dire aussi stoïciens que les grands y sont voluptueux et recherchés » (Op. cit., T. VII, p. 178). Pour l’astronome, ce pseudo-stoïcisme n’est donc qu’une conséquence de leur paresse ; chez Goethe, au contraire, il s’agit d’une forme de sagesse permettant d’expliquer leur oisiveté. L’article du Teutscher Merkur est inspiré par un désir de compréhension dont les étrangers avaient bien rarement fait preuve jusque-là. Considérant qu’il existe chez les Lazzaroni une mentalité étrangère à celle de l’homme du Nord, Goethe ne se dissimule d’ailleurs pas que ses remarques pourront apparaître à certains lecteurs comme des paradoxes, il prend donc soin de se référer à un ouvrage jouissant d’une certaine notoriété : « Ce que M. de Pauw dans ses Recherches sur les Grecs ose dire lorsqu’il parle des philosophes cyniques, convient tout à fait ici (...). Un homme pauvre, nous semblant misérable, peut dans ces régions, non seulement satisfaire ses besoins les plus urgents et les plus immédiats, mais aussi jouir du monde de la manière la plus belle (...).
Certainement, dans nos régions, un philosophe cynique aurait du mal à persévérer jusqu’au bout, alors qu’au contraire dans les pays méridionaux la nature, semble-t-il, y invite » (Voyage d’Italie — reprenant l’article du Teutscher Merkur — T. II, pp. 633-5).
Cette conviction apparaît également chez K. Ph. Moritz, qui visite Naples à la même époque et dont le Voyage est publié quelques années après l’article du Teutscher Merkur. Observant ces vieillards, ces hommes, ces enfants qui se chauffent au soleil pendant des heures, Moritz constate que ces « philosophes » n’éprouvent pas le besoin d’un passe-temps, ne se livrent à aucun jeu. La pauvreté, le dénuement même ne semblent pas les inquiéter, ils ne se plaignent pas, ils rient, plaisantent... Sans doute existe-t-il parmi eux plus d’un Diogène, qui ne trouverait rien à demander au grand Alexandre, sinon de ne pas lui faire d’ombre. Et le voyageur conclut ainsi : les Lazzaroni, plutôt qu’une nation, forment une sorte de secte philosophique ; ils vont même plus loin que les anciens Cyniques, puisqu’ils évitent non seulement la peine d’agir, mais aussi celle de penser (Op. cit., T. II, p. 20).
Des gens heureux, des sages qui refusent de travailler quand ils ont de quoi satisfaire les besoins de l’heure présente et qui se désintéressent de l’avenir, tel est le nouveau poncif qui tend à se constituer aux alentours de 1790. A l’exception de quelques irréductibles, les voyageurs n’éprouvent plus pour les Lazzaroni de défiance ou de mépris. La relation de Meyer représente un jalon intéressant dans le courant d’opinion qui apparaît à la fin du siècle ; sans aller aussi loin que certains Voyages, elle participe à la réhabilitation d’une classe longtemps décriée.
Ce mouvement sera de courte durée. Les faits sembleront démentir les jugements favorables aux Lazzaroni, quand se produiront les sanglants événements de la révolution napolitaine. Au siècle suivant reparaîtront la plupart des accusations traditionnelles : paresse, malpropreté, malhonnêteté, et même cruauté. D’ailleurs, on recherchera surtout en Italie des exemples d’énergie et le mythe du brigand, cher aux' Romantiques, fera passer au second plan l’intérêt suscité par les Lazzaroni, de nouveau considérés comme d’irréductibles oisifs.

7 De Brosses avait vu avec étonnement le moindre « polisson » savourer de délicieux sorbets. La remarque est reprise par Lalande. Certains voyageurs prétendent que si la neige utilisée pour préparer cette friandise venait à faire défaut, il pourrait en résulter une émeute à Naples.

8 De plus en plus, et surtout au XIXe siècle, on sera sensible au pittoresque de ces modestes boutiques installées dans la rue. Kotzebue présente celles des marchands d’eau au détail : « Les boutiques de ces derniers étonnent d’abord les étrangers (...). Sur la table ou échoppe derrière laquelle se tient le marchand, s’élèvent aux quatre coins quatre poteaux peints et dorés réunis par une espèce de baldaquin ». Le dessus de ce baldaquin est orné d’images de saints, « le reste est décoré de bouquets de citrons et de fleurs ». Près du marchand, des vases contiennent l’eau limpide et la glace (Op. cit., T. I, pp. 297-98). Un peu plus tard, les petits métiers connaîtront un vif succès dans l’imagerie, tel l’acquaiolo et sa boutique.

9 Le terme glacière a été emprunté à la traduction de Vanderbourg. Il est peu usité par les voyageurs, mais il permet ici d’éviter la répétition du mot boutique.

10 La satire intervient brusquement, le moraliste apparaît là où le lecteur pensait avoir affaire à l’observateur d’une scène pittoresque. Meyer a déjà employé ce procédé à propos de Pie VI.

11 Beaucoup de voyageurs signalent cette malpropreté, surpassant tout ce qu’ils ont pu voir jusque-là. Selon Kotzebue, la ville de Naples est un immense cloaque, insupportable à la vue et à l’odorat de l’étranger (Ibid., p. 318).

12 A la différence de Meyer, toujours discret sur cette question, d’autres voyageurs insistent sur l’immoralité des dames napolitaines.

13 Meyer souligne les progrès accomplis depuis la fin de la domination espagnole, mais ne néglige pas pour autant la satire de l’actuel gouvernement. Presque inévitable à l’époque chez les étrangers, cette satire prend une forme originale, puisqu’elle est formulée par un Napolitain éclairé ; sa portée en est d’autant plus grande. L’auteur a déjà employé le même procédé dans le cas des Marais Pontins. Les critiques sont remarquables par leur modération — Meyer se montre beaucoup plus indulgent ici qu’à l’égard de Pie VI ·— Il suffit pour en juger de se reporter aux sévères réquisitoires dressés par Ange Goudar ou Gorani, deux aventuriers qui font sans doute preuve de partialité, mais représentent une attitude très répandue à cette époque où les attaques contre l’obscurantisme napolitain constituent une sorte de leit-motiv dans les relations de voyage.
Cela nous vaut un portrait de Ferdinand IV, d’où il ressort cependant que celui-ci n’est pas capable d’assumer les responsabilités d’un roi. L’ironie n’en est pas absente, malgré le ton en apparence laudatif, mais elle se manifeste surtout dans la note de la page 197 : une des qualités traditionnelles d’un souverain est la maîtrise dans l’art de la guerre — cet idéal n’a évidemment rien à voir avec celui du despotisme éclairé — or Ferdinand, loin de se distinguer par ses victoires militaires, apparaît comme un chasseur particulièrement sanguinaire !
Un autre talent du roi, tout aussi inutile à son peuple, est noté avec une ironie plus accentuée par John Moore ; il s’agit du jeu de billard : « J’ai eu le plaisir de lui voir faire le coup le plus brillant qui ait peut-être jamais été fait par aucun souverain... » (Op. cit., T. II, p. 115). Vient ensuite un tableau nettement caricatural. (Noter que Meyer commet toujours l’erreur de désigner le roi sous le nom de Ferdinand VI — der sechste).

14 Le goût de Ferdinand IV pour la chasse et la pêche a été signalé par beaucoup de voyageurs et nous vaut quelques tableaux satiriques. N. Brooke prétend que, pendant son séjour à Naples en 1794, il avisa un jour un rassemblement sur le port : le roi, entouré de badauds, était occupé à vendre le poisson qu’il venait de prendre. « Je m’empressai d’aller le considérer ; il était en veste, avec les manches de sa chemise retroussée, et vendait du poisson aussi cher qu’il le pouvait. Il aida à tirer les filets sur le rivage ; j’attendis que cela fût fini, et je fis l’emplette d’un poisson » (Voyage à Naples et en Toscane, p. 167). Selon une relation anonyme, Ferdinand a grand soin de ne pas accepter de fausse monnaie (Bemerkungen über den Charakter und Sitten der Italiener, p. 59). Rien de tel chez Meyer ; le roi de Naples est présenté comme un homme médiocre, non comme un bouffon.

15 Beaucoup de voyageurs signalent la popularité dont le souverain jouit parmi le peuple. « Ferdinand est d’un caractère ingénu, il a les moeurs d’un particulier et rarement la dignité de son rang. En un mot, par ses manières, par le jargon napolitain dont il fait toujours usage, il ressemble parfaitement à ces lazzaroni qui forment la dernière classe du peuple napolitain (...). C’est ce qui lui a concilié l’amour du bas peuple, charmé de voir son roi se rapprocher ainsi du dernier de ses sujets » (Gorani, Op. cit., T. I, p. 24). Il a même le surnom de roi-lazzarone.

16 Quelques voyageurs s’évertuent à prouver que Ferdinand IV est naturellement bon — comme ses lazzaroni ! — mais d’autres, plus sévères, refusent de s’attendrir sur cette bonté qui s’accompagne d’une grande incurie et demeure inefficace. Ils rappellent le grief formulé par certains de ses sujets : le roi de Naples n’a jamais pris la peine de visiter son royaume ! Diverses raisons sont invoquées pour expliquer cette incurie, et parmi elles la mauvaise éducation qu’il a reçue, l’influence néfaste de la reine Marie-Caroline. Les pages que « l’Autrichienne » inspire à Gorani prennent l’accent du pamphlet, elle y apparaît comme une « Messaline », une « Catherine de Médicis », menant à son gré un Ferdinand débonnaire.

17 Le faste dont s’entoure la noblesse frappe beaucoup les étrangers, en particulier le luxe des équipages. Les chevaux napolitains sont alors les plus beaux d’Europe, l’exportation en est sévèrement interdite. Beaucoup de voyageurs observent cependant que cette brillante apparence a pour contre-partie une parcimonie extrême dans la vie domestique : on se nourrit mal, on paie à peine les nombreux serviteurs et, sauf quelques rares exceptions, on n’offre aux visiteurs, les jours de réception, que des sorbets et des verres d’eau. Meyer ne montre pas l’envers du décor : peut-être ne le peut-il pas, puisqu’il s’efforce le plus souvent de parler en qualité de témoin.

18 Les Conversazioni étaient restées pour les cavaliers le seul moyen d’avoir quelques contacts avec les Italiens, la haute société exclusivement. Ils pouvaient y pénétrer grâce aux lettres de recommandation dont ils étaient pourvus. Dans la seconde moitié du siècle, les voyageurs blâment souvent l’indigence des entretiens, particulièrement à Naples. A l’époque qui a vu paraître l'Encyclopédie et où la conversation est considérée comme un art, les voyageurs aiment rencontrer des gens cultivés, voire des savants, et aborder les problèmes les plus divers : politiques, économiques, scientifiques... Ils apprécient les spirituelles causeries qu’offre à Meyer le salon d’un Filangieri.

19 L’éducation des nobles, fort négligée, suscite l’étonnement des étrangers. C’est souvent le cas aussi dans les classes moyennes. Gorani ne connaît qu’une exception, celle de Filangieri : « C’est l’unique famille où j’aiè vu suivre un plan d’éducation sagement ordonné » (Op. cit., T. I, p. 249). A en croire Pilati di Tassulo, « l’éducation qu’on donne à Naples aux jeunes gentilshommes est sans contredit la plus mauvaise de toute l’Italie : des prêtres ignorants et vicieux, qui viennent de tous les coins du royaume, sont les instructeurs ordinaires des Nobles : les parents ne cherchent que des gens qui les servent à bon marché, et s’embarrassent très peu des qualités et de la capacité de ceux qui doivent former leurs enfants » (Op. cit., T. II, p. 132). Ces derniers auront donc l’ignorance et les superstitions du peuple.

20 La passion qu’éprouvent les Napolitains pour les jeux de hasard a été souvent notée — cf. l’abbé Richard : « Le pharaon ou la bassette est fort à la mode » (Op. cit., T. IV, p. 227) — bien des voyageurs se font moralistes pour la juger. Quant à Kotzebue, il en donne une satire très violente, l’acuité du trait fait penser aux gravures de Goya accusant les vices de ses compatriotes : « Les Napolitains des hautes classes sont les sauvages de l’Europe : ils mangent, boivent, dorment, et jouent ; ils n’ont absolument d’autre occupation que le jeu. Les Etats de l’Europe sont ébranlés, ils jouent ; Pompeia sort de ses ruines, ils jouent ; la terre tremble, le Vésuve vomit des flammes, ils jouent. Chacun admire les ruines de Pestum, à quelques milles d’ici, mais c’est pour les étrangers qu’elles ont été découvertes, car les Napolitains jouent ». Le tableau qu’offrent les femmes, les plus âgées surtout, est véritablement hideux ; Kotzebue nous fait voir leurs yeux étincelants, leurs mains décharnées qui s’emparent avidement de l’argent gagné... (Op. cit., T. III, p. 23).

21 Gaetano Filangieri, publiciste et jurisconsulte (1752-1788). Influencé par Rousseau et les physiocrates, il conçut très tôt le dessein de faire de la législation une science normative. Son ouvrage, la Science de la Législation, parut de 1780 à 1788 et fut traduit en français, allemand, espagnol... Il préconisait en particulier une réforme en matière de procédure pénale, la lutte contre la féodalité, un système d’éducation publique influencé par les théories de Platon et Rousseau, la codification des lois. Convaincu que la législation doit permettre de résoudre tous les problèmes économiques, il étudia, en particulier, les moyens de développer l’agriculture.

22 Füger (1751-1818) obtint une bourse d’études qui lui permit de séjourner en Italie (Rome et Naples) de 1776 à 1783. Il fut nommé directeur de l’Académie en 1795, directeur de la galerie impériale de peinture en 1806.
A en juger d’après diverses remarques disséminées dans sa relation, Meyer semble avoir eu le culte de l’amitié.

Notes de fin

* Panem et circenses !

L’Allemagne connaît et apprécie tout particulièrement ce talent du roi depuis la visite à Vienne de Ferdinand IV. On n’a pas manqué d’apprendre au public quel grand exploit il y avait accompli pendant ses heures de loisir en semant la déroute parmi des milliers de bêtes sauvages qui dévastaient les champs.

On sait par les gazettes que pendant son séjour à Vienne le roi de Naples, au cours d’un repas, chanta un duo avec une chanteuse de l’opéra ; il offrit ensuite à l’artiste, en souvenir de ce bonheur si rare — elle ne le trouvait d’ordinaire qu’avec des rois de théâtre — un anneau de prix qu’il portait au doigt.

§ Actuellement directeur de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Cet ami qui m’est cher vivait alors en Italie, depuis de nombreuses années déjà, avec une bourse du gouvernement autrichien. Quand je l’ai rencontré à Naples, la position dont il jouissait lui valait autant d’honneurs que d’agréments : la famille royale l’appréciait, l’élite de la capitale lui accordait son estime et son amitié. Son nom honore l’art allemand de notre siècle qui — si les princes allemands se donnaient la peine de le vouloir — pourrait se signaler de nos jours par sa perfection : que l’on pense au nombre relativement important d’artistes remarquables dont les uns vivent en Allemagne et les autres séjournent encore en Italie ! J’aurais pu retracer ici les grands traits de sa vie d’artiste, montrer comment se sont développés ses dons exceptionnels — l’histoire de ce développement, à bien des égards, est aussi étonnante que riche d’enseignement — et rappeler quels progrès il a su accomplir dans sa noble recherche de la perfection, s’il avait plu à mon ami de me communiquer des renseignements plus récents que ma mémoire ne peut m’en fournir. Puisque ces données me font défaut, je ne parlerais donc pas des mérites de l’artiste, de la perfection à laquelle il est parvenu dans le dessin, la miniature et la peinture d’histoire ; ils n’ont pas besoin de mes louanges ni du témoignage public de ma grande admiration ! Je me contenterais d’évoquer l’homme lui-même, certains de ses chefs-d’oeuvre que j’ai vus à Casette, à Naples et à Rome, quelques très bons tableaux que je tiens de sa propre main, ces heures passées en sa compagnie et qu’il savait rendre si gaies et si instructives, je laisserais parler mon coeur, si je ne voulais respecter la noble modestie de mon ami : sur ce point également, elle m’impose le silence. Dans le premier numéro du Neues Deutsches Museum de 1791, j’ai eu l’occasion de signaler un important dessin de M. Füger, inspiré par l’histoire, qui appartient à la collection de mon frère, M. Johann Valentin Meyer : il s’agit du Brutus condamnant à mort ses fils.

Table des illustrations

Légende Fig. 19. Raffaello Morghen, d’après Angelica Kauffmann et Gian Battista Dell’Era, La famille du roi Ferdinand IV. Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Sur la famille royale de Naples. Cf. p. 197-198.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 597k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.