Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 15. Les marais pontins*1

Full text

  • * J’ai déjà publié une description des Marais Pontins dans la Berlinische Monatschrift (Octobre 1789 (...)
  • 1 De Rome, la plupart des étrangers gagnent Naples, dont les environs suscitent alors une curiosité (...)
  • Les écrivains antiques l’appelaient Appia viarum regina.

1La voie Appienne de Rome à Brindes, cette « reine des voies romaines », traversait en ligne droite les Marais Pontins.

2Pie VI découvrit les fondements de la route antique, composée de gros quartiers de roc, qui étaient ensevelis dans les marais, et la remit en usage. Cette route compte maintenant parmi les plus belles d’Italie, elle honore le nom de celui qui l’a restaurée bien plus que les nombreux monuments de marbre élevés sur ses bords pour proclamer à l’intention du voyageur les louanges du pape. C’est le projet d’assécher les antiques Marais Pontins, conçu par Pie VI dès le début de son règne, qui donna l’occasion de rétablir cette belle route.

  • 2 L’auteur entreprend de démontrer la fausseté d’une opinion généralement répandue en Europe. Habile (...)

3A l’époque de mon voyage, les éloges prodigués à cette grande entreprise qu’est l’assèchement des marais retentissaient bien au delà des Alpes ; le nom de Pie, à les en croire, rejoignait dans une même gloire celui des plus grands hommes d’Etat qui, dans la Rome antique, avaient comme lui conçu et mis à exécution l’idée d’assécher les très anciens marais du territoire pontin. Si la trompette de la Fama vénale publiait à grand bruit cette entreprise à l’étranger, à Rome même l’observateur éclairé, l’homme capable de la juger en toute impartialité en parlait avec moins d’enthousiasme. Selon lui, c’était une noble pensée que de vouloir conquérir sur le marécage un pays très étendu, dévasté depuis des millénaires, et lui rendre la fertilité qui avait jadis fait sa gloire, assainir ainsi le climat, favoriser l’agriculture et le peuplement, accroître les revenus publics ; s’il trouvait l’entreprise hasardeuse dans un Etat qui ne disposait d’aucune ressource par lui-même, il l’estimait digne du plus grand prince par l’ampleur de ses vues ; mais le plan d’exécution lui paraissait insuffisamment mûri, incapable de répondre à ce qu’on en attendait et d’aboutir à une réussite. « Pie VI, disait-il, au lieu de consulter des hommes sages, expérimentés dans ce genre de travaux, n’a écouté que ceux qui flattent son ambition tout en recherchant leur propre intérêt ; on ne s’est pas soucié de procéder d’abord sur les lieux à un examen circonspect des conditions particulières à cette région, ni de considérer quelles ressources exigera de l’Etat l’exécution d’une entreprise aussi vaste et que la nature même de son plan condamne à traîner en longueur, mais c’est dans le cabinet du pape que ce plan a été conçu, qu’on en a commencé et poursuivi la mise en application ; bien que le développement des travaux ne corresponde en rien aux espérances de Pie VI, les auteurs du projet continuent à tromper ce souverain débonnaire, faisant miroiter à ses yeux des illusions puériles, affirmant qu’on a obtenu de réels profits et que tout se passe le mieux du monde ; — les Marais Pontins, continuait notre observateur, sont un gouffre sans fond où s’engloutissent l’argent et les hommes ». Ce jugement sévère m’apparut d’abord comme le langage d’un Romain mécontent de l’actuel gouvernement en général, et, par suite, prévenu également contre cette grande entreprise du pape, l’assèchement des Marais Pontins. Plein de méfiance à l’égard de ce verdict, espérant vérifier mes suppositions, car j’attendais mieux de cette tentative hardie, je me rendis dans les Marais Pontins, je les traversai deux fois avec un vetturino que j’avais engagé à Rome, dont la lenteur me laissa le temps d’examiner d’assez près le pays tout entier et les travaux que l’on y poursuivait ; — mais le jugement de ce Romain ne m’apparut que trop confirmé par la réalité, et mes espérances furent déçues2.

4Rappelons ici les principaux traits de l’histoire des Marais Pontins : ils permettent de mieux comprendre l’entreprise actuelle. Dans cette contrée qu’une destinée implacable semble avoir de tout temps condamnée à l’insalubrité et qui doit son nom à la très ancienne capitale des Volsques Suessa Pometia, l’origine des marécages se perd dans la plus haute antiquité. Les anciens historiens et géographes parlent de leur existence, mais non de leur formation. Ce sont les deux rivières Amasenus et Ufens — elles ont conservé jusqu’à nos jours leurs noms antiques — qui, semble-t-il, par leurs inondations, ont porté les premiers ravages dans quelques parties de ce pays. Des montagnes de Norma, Sarmonetta, Sezze et Piperno, qui dominent la vallée vers le nord et l’est, s’écoulent une quantité presque innombrable de ruisseaux plus ou moins importants, dont les sources ne tarissent jamais. Ils se réunissent au pied de cette chaîne pour y former plusieurs rivières dont le lit se trouve resserré par le sable et le limon qu’ont entraînés tous ces torrents ; trop abondantes pour être contenues par leurs rives basses, au moment des crues et surtout pendant la saison pluvieuse, les eaux s’enflent, débordent et se répandent dans la plaine, où elles ne trouvent pas d’écoulement. Plusieurs de ces torrents se déversent directement dans quelques parties de la vallée situées à un niveau très bas, ils y forment de grands lacs fort poissonneux. Telle est la cause qui, de nos jours, maintient cette contrée à l’état de marécage et semble avoir agi de tout temps, sauf à certaines époques où les Romains réussirent à assécher d’importantes parties du territoire et peut-être le pays tout entier, empêchant ainsi les marais de s’accroître si rapidement.

5Une colonie de Spartiates mécontents des austères lois de Lycurgue quitta Lacédémone et vint aborder sur cette côte, après avoir surmonté de grands périls en mer. Elle trouva un pays fertile, s’y établit et consacra à une déesse inconnue, Feronia, des temples, des bosquets et des fontaines. Peu à peu, la contrée devint fameuse et l’on y compta vingt-trois villes, dont certaines étaient considérables. Les Volsques occupèrent par la suite le pays pontin. Il devint le grenier à blé de Rome et lui fut d’un grand secours en période de disette. Mais, au temps de la plus grande prospérité de Rome, il ne restait plus que le souvenir de ces vingt-trois villes et l’on employait déjà indifféremment les dénominations de campagne pontine (ager pontinus) et de Marais Pontins (palus pontina). Les plus illustres familles romaines bâtissaient cependant de somptueuses villas dans les régions qui étaient demeurées saines ou l’étaient redevenues grâce à des travaux d’assèchement, et que leur charme et leur fertilité rendaient dignes des louanges des poètes. Trois siècles environ avant notre ère, dans le secteur dont il a été question précédemment, apparaît celui qui, le premier, entreprit de bonifier cette contrée, le censeur Appius Claudius, surnommé l’Aveugle. Il fut le fondateur de la voie Appienne, dont une partie traversait les marais. La chaussée, comme les nombreux ponts et les contre-allées destinées aux piétons, était construite avec de grands blocs de basalte et de travertin, on y avait placé des militaires et ménagé des haltes. Le passant voyait des deux côtés des édifices et des tombeaux magnifiques, destinés à lui rappeler que ceux dont ils renfermaient les cendres avaient vécu comme lui et qu’il était mortel comme eux. Les fragments de l’histoire de ces temps qui sont parvenus jusqu’à nous n’attribuent pas au Censor l’assèchement du pays devenu alors un vaste marais. Un siècle et demi plus tard, le consul Cornelius Cethegus entreprit cette oeuvre et put la mener à bien, les étendues qu’avaient couvertes les marécages furent rendues à l’agriculture. Après une longue période au cours de laquelle, semble-t-il, des inondations détruisirent les anciens ouvrages, Jules César voulut reprendre les travaux, il espérait, si l’on en croit Plutarque, son historien, « conquérir assez de terres ici pour occuper des milliers de laboureurs ». Une telle pensée porte véritablement l’empreinte du génie élevé que possédait cet homme exceptionnel ! Mais si jusque-là il avait été heureux dans toutes ses entreprises, la mort l’empêcha d’exécuter ce grand projet.

  • Livre I, Satire 53.
  • 3 Traduction due à F. Villeneuve (Horace, Satires, Paris, Belles-Lettres, 1951).
  • 4 L’allusion au voyage d’Horace apparaît dans presque toutes les relations. On se plaît à en retrouv (...)

6Marc Antoine, son frère le tribun après lui et surtout l’empereur Auguste, en poursuivirent l’exécution. Ce dernier fit creuser le long de la voie Appienne un grand canal destiné à recevoir les eaux des rivières et des marais. Les voyageurs s’embarquaient d’ordinaire sur ce canal et faisaient par voie d’eau une partie du trajet. C’est ainsi qu’Horace décrit sa navigation dans l’amusant journal où il relate son voyage de Rome à Brindes en compagnie de Mécène3. Laissons parler le poète lui-même4.

  • § Cette localité se trouvait alors à l’endroit précis où la voie Appienne pénétrait dans les marais, (...)
  • ** Moi aussi je dus mettre deux longues journées pour aller de Rome à Terracine, car mon vetturino ét (...)
  • 5 Les auberges deviennent rares au sud de Rome et n’offrent guère aux voyageurs que des sujets de pl (...)
  • †† Le vin lui-même et toute autre boisson ne sauraient être consommés sans risque à notre époque. Mal (...)
  • ‡‡ Les voyageurs avaient alors coutume de s’embarquer de nuit près de Forum Appii (peut-être y avait- (...)
  • §§ Il en est de même aujourd’hui encore. Le coassement des grenouilles est souvent dans nos régions u (...)
  • 6 Les voyageurs qui traversent ces contrées malsaines doivent éviter de s’endormir, surtout en plein (...)
  • *** La sonnerie de toutes les clochettes et de toutes les chaînes dont sont parés les mulets des voitu (...)
  • ††† Le bosquet, le temple et la fontaine consacrés à cette déesse se trouvaient à trois mille pas de l (...)

7« Au sortir de la grande Rome, Aricie m’a reçu dans un modeste gîte. J’avais pour compagnon le rhéteur Héliodore, de beaucoup le plus savant des Grecs. De là, nous avons gagné le Forum d’Appius, fourmillant de mariniers et de cabaretiers frippons§. Notre paresse a coupé en deux cette étape, que font d’une traite ceux qui relèvent plus haut leur tunique : la voie Appienne est moins fatigante à qui ne se presse pas**5. Là, à cause de l’eau, qui était détestable, je traite mon estomac en ennemi††, attendant, non sans impatience, mes compagnons qui dînaient. Déjà la nuit s’apprêtait à étendre ses ombres sur la terre et à semer le ciel de constellations. Et alors, les clameurs de voler des esclaves aux mariniers, des mariniers aux esclaves. « Aborde ici »‡‡, « Tu en fourres trois cents ! », « Holà ! il y en a assez ». Pendant qu’on fait payer, qu’on attelle la mule, une heure entière passe. Les moustiques maudits, les grenouilles des marais écartent de nous le sommeil§§6. Après que, gorgés de piquette, marinier et voyageur ont, à l’envi, chanté leur bonne amie absente***, à la fin, fatigué, le voyageur commence à dormir et le marinier paresseux détache et laisse paître sa mule, fixe le câble à une pierre et ronfle, couché sur le dos. Et déjà le jour arrivait quand nous sentons que la barque n’avance pas d’une ligne. L’un de nous alors, cervelle chaude, saute à terre et travaille, avec un bâton pris à un saule, la tête et les reins de la mule et du marinier. A la quatrième heure, au plus tôt, on nous débarque enfin. Nous nous lavons le visage et les mains dans ton onde, ô Féronia††† ! Puis, ayant déjeuné, nous nous traînons l’espace de trois milles et nous arrivons au pied d’Anxur, posée sur ses roches blanches qui brillent au loin ».

  • ‡‡‡ Cassiodore, L. II, Lettres 32 et 33.

8Trajan, après Auguste, fut le bienfaiteur de cette région. Il répara la voie Appienne et y fit bâtir des ponts et des édifices magnifiques. Une nouvelle route parallèle à la première, la via Trajana, fut construite par ses ordres. Pendant les quatre siècles qui s’écoulèrent jusqu’à la chute de l’Empire, nous ne trouvons plus aucune mention des Marais Pontins, ni de travaux entrepris pour continuer ou même entretenir les canaux et les autres anciens ouvrages de bonification. Le pays fut abandonné aux ravages des eaux qui descendaient des montagnes, à celles qu’y laissaient les inondations et qui croupissaient de toutes parts. Enfin, le roi Théodoric prit de nouvelles mesures pour arracher à la ruine ce pays ; nous citerons ici la description effrayante qu’il en donna quand il s’adressa au Sénat romain pour lui faire connaître son intention de confier le pays à un praticien riche et entreprenant, Decius, qui serait chargé de l’assécher : « Ce marais semble animé d’une rage ennemie pour désoler toute la contrée aux alentours ; ses eaux, que l’on négligea longtemps de contenir, se sont répandues sur tout le pays comme une vaste mer, leurs terribles inondations ravagent les champs fertiles et changent en désert de riantes campagnes. La terre, dépouillée de ses récoltes par les eaux dévastatrices et désormais couverte par le marécage, ne peut plus rien produire qui permette aux créatures de subsister. Admirons donc le génie audacieux des siècles passés, qui revit chez un de nos contemporains : ce que les forces réunies de l’Etat craignirent si longtemps de tenter, lui seul l’a entrepris » etc.‡‡‡. D’après une inscription découverte près de Terracine, on apprend que l’exécution de ce plan avait été couronnée de succès et que Théodoric laissait au patricien les terres ainsi rendues à la culture pour qu’il les exploitât en toute propriété et sans aucune taxe, parce que le roi trouvait juste « que chacun pût jouir en paix des fruits de son travail ».

  • 7 Dans les Etats de l’Eglise, les réformes sont appliquées avec trop peu de continuité pour pouvoir (...)
  • §§§ Plusieurs Italiens ont fourni récemment dans ce domaine des plans tout à fait réalisables ; parmi (...)

9Ainsi, durant des siècles, les travaux d’assèchement alternèrent avec de longues périodes où les marais furent totalement abandonnés. Il ne faut donc pas s’étonner si les papes n’ont trouvé qu’un marécage là où les Romains les plus illustres avaient leurs maisons de campagne, s’ils ont dû se contenter d’une misérable redevance sur les terrains de chasse et les zones de pêche là où le paysan romain récoltait cent fois plus qu’il n’avait semé, et où l’Etat trouvait toujours des greniers pleins en période de disette ! Les souverains couronnés de la tiare ont dû sans doute livrer de rudes combats avant de tenter à leur tour, avec leurs faibles moyens, les travaux d’assèchement qui soulevaient tant de difficultés. Certains d’entre eux cependant se mirent à l’oeuvre avec une volonté ferme, une résolution virile. Il faut citer à cet égard les noms et les travaux de Boniface VIII en 1294, Martin V en 1417, Léon X en 1514 et Sixte Quint en 1585. Ceux qui se distinguèrent le plus furent Martin et Sixte, ce génie digne de l’ancienne Rome, qui mit ici la même grandeur et la même énergie que dans toutes ses entreprises. C’est ce qu’attestent encore les restes de leurs grands ouvrages, les canaux Rio Martino et Fiume Sisto, qui sont toujours utilisables ou le seraient à peu de frais si la jalousie n’intervenait dans les nouveaux plans. La mort de ces papes, l’incurie dont firent preuve leurs successeurs, cette envie mesquine qu’ils éprouvèrent, comme beaucoup de pontifes, à l’égard de leurs illustres devanciers7, interrompirent la poursuite des travaux. Deux siècles après Sixte Quint, le pays se trouva de nouveau abandonné à sa malheureuse destinée et à une complète désolation. Le Saint-Siège estimait, comme c’est en effet le cas, que dans une entreprise aussi coûteuse on n’était pas assuré du succès. Sans doute on fit des projets, mais sans les mettre à exécution. Quelques papes choisirent le parti le plus sage en la matière, ils consultèrent plusieurs ingénieurs venus des Pays-Bas, où la science de l’hydraulique est parvenue à une telle maîtrise. Ces experts, ainsi que quelques Italiens§§§, proposèrent les moyens les plus simples pour procéder à l’assèchement : il ne s’agissait que de détourner ou de réunir plusieurs canaux et rivières, mais aucun ne fut jamais appliqué.

  • 8 Cf. chapitre 7, notes 12 et 13.

10C’est dans un état effrayant que le pape actuellement régnant trouva les marais abandonnés depuis deux siècles. Sa grande résolution d’entreprendre les travaux d’assèchement exigeait un courage viril. En effet, ce fut sans doute une position bien critique pour Pie VI quand, au début de son pontificat, faisant un voyage dans la région, il découvrit du haut d’une colline l’immense marécage qui l’entourait et comprit le danger auquel il s’exposerait s’il aventurait sa personne sacrée sur ce sol perfide ! C’était là un présage, dont il avait alors à peine conscience, des nombreuses difficultés qu’il devait rencontrer également dans le domaine politique au cours de son règne ! En cette circonstance, il prit la décision qui convenait à un homme sage et que, à cette époque encore, il pouvait mettre à exécution : il ordonna des mesures pour la construction d’une route sûre et de quelques grands ponts, afin de pouvoir au moins traverser ces marécages sinistres qui l’entouraient sans risquer d’y être englouti. Quand cela fut fait, on procéda aux travaux d’assèchement. Gaetano Rappini, mathématicien versé dans la science de l’hydraulique, fut appelé de Bologne pour diriger ces travaux sous l’inspection du cardinal Palotta. Sans se préoccuper, semble-t-il, des projets qu’avaient déjà faits ses prédécesseurs, il suivit un plan de son invention, mais à la vérité celui-ci se révéla le plus mauvais, le plus onéreux de tous. Des gens du métier remarquèrent bientôt que les premières ébauches péchaient par un excès de précipitation ; quant au plan qui suivit, ils y virent tant de défauts qu’il paraissait impossible de réussir si on l’appliquait. Mais Pie VI, qui se fiait davantage à ses conseillers, persévéra dans l’entreprise déjà commencée ; pour apaiser les mécontents, il recourut au don de persuasion qui lui a valu le surnom de il persuatore — le résultat de son voyage auprès de Joseph II n’aurait cependant pu le lui mériter8.

  • **** De Archit., L. I, 4.

11La principale question qui doit se poser en premier lieu à celui qui considère cette entreprise est celle-ci : avant de faire le plan des travaux d’assèchement, a-t-on pris soin de vérifier à quelle hauteur se trouve le niveau de la mer relativement aux parties basses de la vallée, et comment a-t-on procédé aux mesures ? Il est difficile d’y répondre, du moins d’une façon qui soit tout à fait satisfaisante. Au premier siècle de notre ère, Vitruve**** affirmait déjà que les Marais Pontins n’avaient pas d’écoulement en raison de leur niveau inférieur à celui de la mer. C’est aujourd’hui encore l’opinion de certains Romains compétents en ce qui concerne la majeure partie de l’intérieur des marais, ils ajoutent que le plan actuel a été établi uniquement d’après quelques cartes de la région, sans qu’on ait fait au préalable des mesures précises. Les promoteurs de l’entreprise affirment en revanche que la principale objection adressée au projet actuel, c’est-à-dire le fait que le niveau de la mer serait supérieur à celui de la plus grande partie des marais, se trouve réfutée par des travaux de nivellement qui auraient bien été exécutés. Quoi qu’il en soit — car en cette affaire aucune question ne peut recevoir de réponse certaine sur le plan théorique — on peut douter du moins, à en juger par l’exécution du projet, que des mesures précises aient été effectuées au préalable. Le canal principal, qui doit conduire les eaux à la mer, a été construit au centre des marais dans une partie très basse, et par suite, comme on peut en juger au premier coup d’oeil, il n’a qu’une très faible pente vers la mer.

Fig. 16. Pie VI visitant les travaux d’assainissement des Marais Pontins. Planche illustrant les Fasti del S. P. Pio VI publié en 1804 par Gian Battista Tavanti. Rome, Biblioteca Casanatense (Cl. M. Vivarelli). Cf. p. 159-160.

12Ce fut à quelques milles italiens de Velletri que je vis du haut d’une colline une grande étendue de marais. Quel triste spectacle ! Cette vallée de l’antique Latium, longue de trente milles italiens, large de huit à douze milles, n’est ici qu’un immense bourbier envahi par les roseaux, et ailleurs un lac aux eaux limoneuses. Un brouillard grisâtre plane sur la vallée ; ce sont des vapeurs pestilentielles qui s’élèvent des marais, propageant au loin les maladies et la mort ; elles forment vers le soir une épaisse nuée couvrant tout le paysage ! Au moment des crues, les torrents qui affluent de la chaîne montagneuse située entre Sonnino et Terracine répandent la désolation sur ce pays. Le terrain de la vallée est inégal ; plusieurs parties sont visiblement plus basses que d’autres et se trouvent à un niveau inférieur à celui de la mer. S’il fallait donc construire un nouveau canal — on estima cet ouvrage indispensable quand on entreprit les travaux actuels, car, selon les apparences, il ne suffisait pas de curer les rivières et de réparer les anciens canaux — il me semble, à en juger d’après les conditions locales, que seul un canal suffisamment grand et robuste, creusé au pied des montagnes qui déversent leurs eaux dans le marais, aurait pu recevoir au moins le premier afflux de ces eaux, dont l’écoulement est trop abondant pour la plupart des rivières, au lit peu profond et à faible pente vers la mer. Le canal ainsi construit aurait eu une inclinaison suffisante vers la mer, il aurait pu conduire les eaux qui s’y seraient rassemblées dans des canaux plus petits, reliés à quelques rivières. Au lieu de cela, le pape a fait creuser un canal au centre des marais, mais celui-ci ne peut recevoir que les eaux des régions environnantes ou des parties plus hautes de la vallée. Il ne permet pas d’assécher un seul pied de terrain dans les marécages situés à un niveau inférieur au sien. En outre, ce canal est trop étroit relativement aux services qu’il devrait rendre, il est situé trop bas pour avoir une pente suffisante vers Terracine, où il débouche dans la mer, et l’évacuation des eaux ne peut être assez rapide quand elles arrivent des montagnes avec un débit très abondant. Sur ses bords, sur ceux de quelques rivières les moins profondes, qu’il a fallu surélever, on a construit des digues, mais elles ne sont ni assez robustes ni assez étanches pour pouvoir résister à la violence des crues. Elles s’écroulent alors par pans entiers, ou sont emportées et englouties.

13Dans les récents travaux, on a recherché, comme cela se conçoit, ce qui pouvait leur donner le plus grand éclat. Le nouveau canal, nommé Linea Via, a été construit sur les traces du canal d’Auguste, dont parle Horace, il se trouve donc parallèle à la route antique, rétablie par Pie VI. La voie Appienne a été débarrassée de la vase qui recouvrait ses dalles, réparée en plusieurs endroits et exhaussée de trois pieds.

14De nombreux monuments de marbre, érigés sur le bord de la route, sur les ponts, près des maisons nouvellement bâties, célébraient la gloire du pape dans ces deux entreprises : le rétablissement de l’ancienne route romaine et l’assèchement des marais, mais la dernière, en particulier, était encore bien peu avancée à l’époque de mon voyage, après cinq ans de travaux. On n’avait pas lésiné sur le poids du matériau pour dire les mérites de l’homme qui voulait rendre la salubrité à cette contrée : certaines louanges pesaient bien cent livres et portaient son nom jusqu’aux nues ! Il mériterait de tels monuments et de plus durables encore dans le coeur de ses sujets et la reconnaissance de la postérité, l’homme qui conçut le grand dessein de réaliser dans ce pays des travaux de bonification si considérables, grâce auxquels l’agriculture pourrait se relever, les revenus de l’Etat s’accroître, la population se développer et le climat lui-même devenir plus sain — si le succès couronnait cette entreprise. Nul n’aurait alors mieux mérité que Pie VI le beau nom de Père de la Patrie dont les Romains honoraient leurs plus grands princes et les meilleurs des citoyens. Mais cet espoir ne paraît pas devoir se réaliser dans un proche avenir, il semble que l’Italie inférieure, ce pays pourtant si favorisé par la nature, ne soit pas destiné à voir réussir ici de grands projets et renaître le royaume de Saturne qui fit jadis sa prospérité. En cinq ans, les travaux dans les marais avaient coûté sept cent mille écus romains. Quinze cents hommes y étaient employés et chacun d’eux recevait vingt-cinq baïoques par jour (environ un demi-florin).

15D’après ces quelques remarques sur la topographie des marais et le plan d’ensemble actuellement mis en application, il est visible que celui-ci répond assez mal aux impératifs de celle-là. Ou bien une honteuse cupidité entraîne les entrepreneurs à différer les travaux qui seraient les plus utiles et à les faire traîner en longueur pour s’enrichir, ou leur ignorance est totale en ce qui concerne l’architecture hydraulique. Le pape n’a-t-il donc jamais eu l’idée de consulter à ce sujet des ingénieurs hollandais, selon l’exemple que lui avaient donné plusieurs de ses prédécesseurs ? Ou, s’il conçut ce sage dessein, les entrepreneurs romains, l’estimant contraire aux buts intéressés qu’ils poursuivaient, surent-ils le faire échouer ?

  • 9 Lalande, qui traverse les Marais Pontins avant le pontificat de Pie VI, est surpris par la mauvais (...)

16Quoi qu’il en soit, le manque de ressources intérieures telles que l’argent et la population est un très grand obstacle à l’exécution rapide et à la réussite de si longs travaux. Qu’on évoque à cet égard l’étonnant contraste entre l’ancienne et la nouvelle Rome ! Jadis, un empire vaste, florissant et peuplé, riche de tout ce qui pouvait produire les plus grandes choses ; aujourd’hui le petit Etat pontifical, incapable de mener à bien d’importantes entreprises, avec son gouvernement dépourvu de ressources, son territoire dépeuplé et son peuple qui gémit sous un affreux despotisme ! Il ne fallait alors qu’un signe du souverain et l’oeuvre était déjà à demi exécutée ; maintenant on s’efforce en vain d’atteindre un but qui — comme dans le supplice de Tantale — semble s’éloigner davantage à mesure qu’on tente de le saisir. Là, c’était un général romain qui, dès que la victorie avait fermé le temple de Janus, pouvait employer à des travaux utiles à l’Etat ses légions victorieuses ou les troupes des ennemis vaincus ; ici, un prêtre portant la tiare doit payer des sommes exorbitantes et il se procure à grand-peine des ouvriers que lui fournit difficilement son petit pays dépeuplé ou qu’il doit mendier dans les Etats voisins. Un seul mot de César : « Je le veux, je l’ordonne ! » était plus efficace et donnait à des milliers de mains une tout autre activité que quand le pape, visitant chaque année les marais, ne réunit qu’une poignée de travailleurs minés par la jaunisse, l’hydropisie et la consomption, et quand il cherche à ranimer leurs forces épuisées par ses mélancoliques exhortations à la prière et ses bénédictions libéralement répandues, afin qu’ils puissent continuer leur pénible tâche ! Le triste spectacle qu’offrent ces malheureux est bouleversant ! Il serait cruel de condamner des criminels à travailler dans cette contrée pestiférée ; et ce sont des hommes libres qui, séduits par l’appât d’un salaire considérable, courent eux-mêmes à leur perte. Le travail continuel dans le marécage infect provoque l’enflure des jambes et l’engorgement du foie. Un petit nombre d’entre eux peuvent résister à ces maux plusieurs années ; ils ont au visage la pâleur jaunâtre de la mort et leurs corps épuisés présentent les signes d’une prochaine dissolution. Quel résultat peut-on bien attendre du labeur de ces êtres privés de force et de santé ! Que de milliers d’hommes ont déjà péri, victimes de cette entreprise qui ne peut atteindre son but !9

  • †††† Cette pensée n’est pas neuve, et il ne faudrait pas la croire incongrue à notre époque fertile en (...)
  • 10 Si, au début du chapitre, Meyer a consenti à reconnaître quelques mérites à Pie VI, la satire rede (...)

17Quand je traversai ces marais, on avait terminé la grand-route, qui était excellente, ses ponts, plusieurs maisons bâties sur ses bords pour la commodité des voyageurs et le logement des pêcheurs et des chasseurs. Un grand édifice y était construit depuis peu, on le croyait destiné à l’un des neveux favoris du pape, déjà enrichi de plusieurs duchés ; selon des informations plus récentes, ce bâtiment ou un autre fort vaste devrait servir de magasin à blé — pour les futures récoltes, quand le vaste pays pontin aura été asséché. Celui que j’ai vu était assez grand pour contenir toute une récolte de la Campagne de Rome. On avait à peine achevé la moitié du grand canal où l’on voudrait pouvoir attirer, par quelque procédé magique††††10, toutes les eaux qui croupissent dans tant de lacs et de bas-fonds. On dit qu’il est maintenant terminé et a vingt-deux milles italiens de long. Sa largeur est estimée à soixante palmes environ près de Torre di Tre Ponti, où il commence, et atteint plus du double vers l’endroit où il arrive à la mer. Les promoteurs de l’entreprise affirmaient, dès l’époque de mon voyage, que l’on avait rendu à l’agriculture une étendue considérable de terre, en réalité, celle-ci restait insignifiante. Mais ils avaient eu assez de ruse pour tromper le premier coup d’oeil du pape, celui de tout voyageur traversant la contrée sans procéder à un examen attentif : séduit par les domaines bien cultivés qui bordaient l’excellente route, on était prévenu en faveur de l’ensemble. Tout près de la chaussée, des deux côtés, on voyait les plus belles terres à blé, des épis très hauts. Mais ce n’était guère qu’une illusion de la vue. La bande de terre cultivée n’avait que quelques pas de large et touchait aux roseaux du marécage et, quand j’y eus pénétré, je sentis tout à coup le sol s’enfoncer sous mes pas. — Tout cela n’empêchait pas les flatteurs de louer les travaux, de prétendre qu’ils progressaient rapidement et seraient bientôt achevés avec succès ; aujourd’hui ces mêmes panégyristes proclament que l’entreprise est bel et bien terminée : on aurait nettoyé, élargi le lit des rivières naguère peu profondes et trop étroites, construit de robustes digues et facilité l’écoulement des eaux, restauré les plus beaux ouvrages des Anciens, creusé un certain nombre de canaux grands et petits, rendu la salubrité à l’air de cette contrée et, grâce à tous ces travaux, réalisé l’assèchement de la plus grande partie des Marais Pontins !

18Le nom de Pie VI appartient déjà à cette constellation dans laquelle brillent aux yeux de la postérité ceux d’Appius, Auguste, Trajan et Théodoric, qui s’employèrent à assécher les marais ! Et en vérité le chef de l’Eglise romaine ne pouvait espérer davantage dans ses souhaits les plus ambitieux ! — Cela signifie-t-il que cette entreprise colossale soit réellement terminée ? Malgré les travaux qui ont été réalisés, le témoignage de quelques étrangers qui vivaient alors à Rome a révélé que voici deux ans, pendant l’hiver, la majeure partie du pays se retrouva sous les eaux après une inondation presque générale ; les flots détruisirent plusieurs digues, plusieurs canaux dont la réparation suffit à elle seule à occuper les ouvriers au cours de l’été suivant, et emportèrent dans le marais, outre les ponts, plus d’un monument de marbre célébrant la gloire de celui qui avait rendu la vie à la contrée !

19Ces travaux suscitent à Rome un mécontentement général, on n’y compte guère que le successeur de Pie VI les poursuive et entretienne ces coûteux ouvrages ; l’opposition qu’ils rencontrent est due également aux vues intéressées de plusieurs familles romaines très puissantes qui, avant cette entreprise, louaient dans les marais des zones réservées à la chasse et à la pêche, et en retiraient des profits considérables. Bien que le pape ait convenu avec ces familles de les dédommager des avantages dont elles se voient maintenant privées, il faut cependant craindre les manoeuvres secrètes par lesquelles elles s’opposent, elles aussi, à la réussite du projet.

Fig. 17. Carlo Antonini, d’après Francesco De Capo, Le relais de poste de Bocca di Fiume le long de la via Appia. Planche accompagnant la Pianta delle Paludi Pontine publiée pendant le pontificat de Pie VI. Rome, Biblioteca Casanatense (Cl. M. Vivarelli). A gauche de la via Appia on aperçoit le canal de la Linea Pia. Cf. p. 170.

  • 11 Plus d’un voyageur pense rêver, quand il arrive dans cette contrée qui lui apparaît comme un vrai (...)
  • ‡‡‡‡ Parmi bien d’autres, Pline, L. I, ch. 5 et Florus, L. I, ch. 16.
  • §§§§ Florus, op. cit.

20J’ai gardé un souvenir inoubliable du contraste qui s’offrit à moi, quand j’eus traversé les Marais Pontins, entre ces paysages et la contrée qui s’étend au nord de Terracine et au sud de cette ville jusqu’aux environs de Fondi. Je venais de voir une extrême pauvreté, et la nature me présentait tout à coup le spectacle de sa plus grande richesse ! Après avoir passé toute une journée de mai dans ce pays pontin désert et sinistre, où mes sens, privés de toute joie, étaient tombés dans un état de fatigue et de torpeur, après avoir beaucoup souffert de la chaleur et des insectes, voici qu’à la fraîcheur du soir je me vis entouré de grandes haies fleuries, entre lesquelles le chemin conduisait à Terracine, située à une demi-heure de là. Les plus nobles arbustes, le myrte, le laurier, le romarin confondaient leurs rameaux en fleurs pour former cette allée ombragée qui ne devait rien à l’art du jardinier ; aux épais feuillages bordant la route comme de véritables murs, des plantes grimpantes mêlaient les couleurs les plus jolies et les plus variées de leurs fleurs printanières dont certaines m’étaient inconnues ; en approchant de la ville, je vis, dans des jardins sans clôture, des orangers en fleurs. L’air était embaumé de tous ces parfums, les rossignols se répondaient d’un buisson à l’autre. Je me sentais rafraîchi, réconforté ; c’était une surabondance de délices qui me remplissait de joie, qui effaçait les tristes impressions suscitées par un paysage désolé ! Cette contrée si aimable et les sentiments qu’elle faisait naître en moi ne me donnaient cependant qu’un faible avant-goût de ce que j’allais éprouver le matin suivant, quand j’aurais atteint, aux environs de Fondi, la vallée enchanteresse où la nature a prodigué tous ses dons. Lorsque les écrivains de l’antiquité parlent de la Campanie, ils semblent dans leur enthousiasme peindre un pays féerique, qui n’aurait d’existence que dans leur imagination11. « C’est là, disent-ils‡‡‡‡, la Campanie heureuse et fertile. Là commencent à s’élever les coteaux qui produisent en abondance les vins les plus célèbres ! C’est là que Bacchus et Cérès se disputent l’honneur de répandre les plus grands bienfaits ! La Campanie est la contrée la plus belle, non seulement de l’Italie, mais de toute la terre. Nulle ne connaît un ciel plus doux — il y fait naître les fleurs deux fois au cours d’une même année ; nulle n’offre un sol plus abondant, une mer plus hospitalière ! » Aux environs de Fondi, la délicieuse vallée qui touche à la frontière de l’ancienne Campanie montre déjà la vérité du tableau brossé par les auteurs anciens. Elle apparaît comme un vaste amphithéâtre, environné d’une chaîne de collines que couronnent des vignes et des forêts d’oliviers. Tantôt la grand-route traverse des champs de blé, tantôt elle passe sous des orangers, des citronniers, des amandiers et des grenadiers ou dans des bois de figuiers et d’oliviers. La vigne s’enroule aux arbres ; ses lourdes grappes brillantes pendent entre les branches et chargent les festons qui courent d’un arbre à l’autre. Les fleurs que nous obtenons à force de soins dans nos jardins, la nature les a semées à profusion dans les prairies de cette vallée ; elle y a répandu des arbustes que nous faisons vivre à grand’ peine dans nos serres. La rose, le lys, le narcisse, la renoncule et la giroflée se montrent ici dans toute leur beauté ; le romarin et le myrte verdissent dans la plaine, au bord des fossés qui longent la route s’élève l’aloès superbe — « Voilà l’heureuse Campanie ! » — Une seule chose empêche de jouir pleinement de cette nature délicieuse, c’est de découvrir que cette contrée bénie est habitée par un peuple grossier, dissolu et cupide. L’observateur attentif évoque alors les vils Samnites, qui vivaient autrefois dans les mêmes lieux et se distinguaient par leur perfidie ; le portrait qu’en ont tracé les historiens anciens inspire l’horreur et le dégoût§§§§. Les principaux traits de leur caractère semblent s’être maintenus jusqu’à nos jours chez les habitants de cette Arcadie, qui en sont bien peu dignes.

21Mola est bâtie sur les ruines de l’antique Formia, dont les poètes anciens ont tant célébré les rivages enchanteurs et l’heureux climat. Aux portes de la ville, on montre dans un bosquet de citronniers les prétendus restes du Formianum de Cicéron. Quelle position délicieuse ! ces nobles arbres courbent jusqu’au sol, par-dessus les ruines, leurs branches chargées de fleurs et de fruits dorés ; ils défendent l’accès de toutes parts, comme s’ils voulaient préserver ces restes vénérables d’une destruction totale et sauvegarder en eux la trace de ce qui fut le séjour favori de ce grand homme infortuné. Ce fut là que les meurtriers envoyés par l’ingrat Octave rejoignirent Cicéron dans sa fuite. On voit sur l’antique via Appia un monument que l’on croit être le tombeau érigé à Cicéron par ses affranchis reconnaissants, à l’emplacement même où il succomba aux coups de ses assassins.

  • 12 Le Vésuve est l’un des principaux attraits pour les voyageurs qui entreprennent le voyage de Naple (...)

22On jouit à Mola d’une vue magnifique sur le beau golfe qui s’étend de Gaète aux îlots rocheux d’ischia et de Procida, situés au large. Je traversai ce paisible golfe dans un bateau léger qui me conduisit à Gaète. Ce fut là — et ce spectacle m’émut profondément — que pour la première fois je vis s’élever au-dessus de la mer, à l’horizon, le terrible Vésuve avec son double sommet et sa haute colonne de fumée !12

  • ***** Tite-Live, L. XXIII, ch. 18.

23On parcourt une plaine fertile, qui produisait autrefois le célèbre vin de Falerne, et l’on s’approche de Capoue, jadis si riche et si orgueilleuse, rivale de Rome et de Carthage, séjour des voluptés les plus raffinées. L’armée triomphante d’Hannibal succomba aux délices traîtresses de cette contrée*****. Lorsque les guerriers que n’avait pu vaincre la puissance de l’ennemi au lac Trasimène et à Cannes et devant qui tremblait déjà Rome humiliée prirent leurs quartiers d’hiver à Capoue, c’en fut fait de cette force et de ce courage qui avaient su résister à toutes les difficultés extérieures. L’excès des voluptés les énerva. L’armée qui sortit de la ville corruptrice ne ressemblait plus à celle qui y avait fait son entrée peu de mois auparavant. Les corps amollis n’étaient plus assez robustes pour les travaux de la guerre ; les vainqueurs des Romains s’étaient perdus à Capoue dans les repaires enchanteurs des voluptés ; ils ne connaissaient plus l’ancienne discipline — et Rome fut sauvée.

Notes

1 De Rome, la plupart des étrangers gagnent Naples, dont les environs suscitent alors une curiosité plus grande que jamais, grâce aux fréquentes éruptions du Vésuve et aux découvertes d’Herculanum et de Pompéi. Trois possibilités s’offrent à eux : voyage par mer, traversée des Marais Pontins puis route de Gaète et Capoue, ou encore route du Mont-Cassin. K. Ph. Moritz aurait souhaité s’embarquer pour longer ces rivages où aborda Enée, où Ulysse séjourna chez la magicienne Circé, mais l’entreprise offre trop de dangers. Trois jeunes artistes qui devaient faire partie de l’expédition décident de gagner Naples à pied, Moritz et son compagnon avec un voiturin, selon l’usage le plus répandu (Op. cit., T. II, p. 1). Souvent, en effet, les voyageurs qui redoutent les inconvénients de la navigation passent par Gaète et Capoue, puis reviennent par le Mont-Cassin, ou inversement. Meyer traverse deux fois les Marais Pontins, désolés et redoutés pour leur insalubrité : à la différence de ses contemporains, il ne cherche pas seulement à y retrouver le souvenir d’Horace, mais il montre un intérêt tout particulier pour les travaux d’assèchement entrepris sous le pontificat de Pie VI.
Ce voyage nous vaut un long chapitre, différent des autres par sa longueur et son caractère. Meyer insiste dans sa préface sur l’aspect subjectif de son livre, où il se contente, dit-il, d’esquisser les tableaux qui l’ont le plus touché et de traduire ses impressions ; ici, toutefois, son intention est bien différente : il veut présenter une étude d’ensemble sur une question qui est à l’ordre du jour, informer ses lecteurs sur une entreprise dont la renommée a franchi les frontières. L’actualité de cette étude explique qu’elle ait donné lieu à un article paru, environ trois ans plus tôt, dans une revue allemande.
L’information s’appuie sur diverses données ; références à l’histoire, avec cette évocation des travaux entrepris au cours des siècles dans les Marais Pontins ; observations personnelles du voyageur qui a traversé deux fois la contrée ; témoignage du Romain capable le juger en toute impartialité (p. 159) ou d’étrangers installés à Rome (p. 173). Le ton de ce chapitre se justifie par les intentions de l’auteur : l’observateur soucieux d’objectivité, du moins en apparence, succède au voyageur sensible qui, à Tivoli ou devant le lac d’Albano, s’abandonnait à son admiration. La sensibilité ne se manifeste ici que par le biais de la pitié, quand Meyer évoque les malheureux ouvriers destinés à trouver leur perte dans ces marais insalubres ; l’ironie est beaucoup plus fréquente, elle contribue d’ailleurs à rendre suspecte l’objectivité de l’auteur, puisqu’elle représente un des aspects que prend dans ce chapitre la satire de l’entreprise pontificale. Une fois de plus, en effet, le voyageur s’en prend violemment à Pie VI : il lui reproche sa vanité, sa faiblesse, son aveuglement, le manque de méthode avec lequel les travaux sont commencés et poursuivis...
C’est probablement à Meyer que répond Benkowitz, quelques années plus tard, quand il reproche à un voyageur dont il a oublié le nom l’injustice de ses accusations — celles-là mêmes qui sont formulées ici. « In irgend einer Beschreibung von Italien, deren Name mir entfallen ist, wird eine sehr ungünstige Vorstellung von dem Austrocknen dieser Sümpfe erweckt » (Reise von Glogau nach Serrent, T. III, p. 140). Pie VI, un souverain facilement aveuglé, auquel on montre seulement ce qu’il veut voir, grâce à une mince bande de terre cultivée où les épis, grandis au bord de la route, cachent le marécage tout proche ? Comment le croire, quand on sait que l’assèchement des Marais Pontins est l’entreprise qui lui tient le plus à coeur, quand on connaît sa lucidité ? Benkowitz n’ignore pas que les travaux ne sont pas terminés en 1801, mais beaucoup de progrès ont été accomplis, le marécage a considérablement reculé. Si le voyageur ne peut juger de façon précise, il aperçoit du moins, à une assez grande distance de la route, du bétail occupé à paître.
Quel que soit chez Meyer le souci d’objectivité, il ne réussit pas, semble-t-il, à surmonter son hostilité à l’égard de Pie VI. On pourrait en outre lui reprocher le caractère hâtif de ses investigations : sur les quatre jours que représente l’aller et retour de Rome à Naples, deux sont consacrés à la traversée de la zone marécageuse (voir la note de la p. 163) : les possibilités d’observation restent donc très limitées.
Si cette étude consacrée aux Marais Pontins donne à ce chapitre son caractère particulier, des aspects plus traditionnels de la relation de voyage n’en sont toutefois pas absents. La longue citation empruntée à la Satire V d’Horace, le commentaire qui l’accompagne, inspiré par la propre expérience de l’auteur, font oublier un instant au lecteur les graves considérations sur les travaux d’assèchement. Ce commentaire correspond à une veine assez rare chez Meyer, mais fréquente chez d’autres étrangers qui, soucieux de leurs aises ou désireux de faire briller leur esprit, présentent de façon plus ou moins indignée, plus ou moins bouffonne, les mille tracas du voyage : incommodités de la route et des auberges, malpropreté, vermine, nourriture exécrable, friponnerie des hôtes... Meyer ne se permet de telles réflexions que dans ce chapitre, et par le biais d’une confrontation avec le texte antique ; elles ont d’ailleurs l’intérêt d’illustrer, sur un mode plus léger, l’idée essentielle développée dans toute cette étude : l’insuccès des travaux entrepris dans les Marais Pontins.
Après Terracine, le paysage change, le voyageur ne cherche plus à fournir à son lecteur des renseignements objectifs, il se livre à son ravissement, toujours plus grand à mesure qu’il s’approche de Naples. Le seul sujet de mécontentement est dû aux habitants de Fondi et des environs, dignes descendants des barbares Samnites — Meyer tombe alors dans le travers qu’il critiquait au chapitre 9, en condamnant de façon bien catégorique la population d’une région où il a passé tout au plus quelques heures ! — Le contraste est si grand entre la désolation des marécages et cette Campanie heureuse, où les souvenirs du passé se présentent en foule, que le voyageur s’abandonne à ses impressions, se plaît à évoquer, comme tant d’autres, la mémoire de Cicéron ou d’Hannibal, s’émerveille devant cette profusion de dons, telle qu’un homme du Nord ne pouvait pas même l’imaginer : cette végétation exubérante, ces fleurs inconnues, ces jardins sans clôture, ces forêts d’orangers grandis en pleine terre... Tous ses contemporains sont unanimes : il n’est pas en Europe, et peut-être même dans tout l’univers, de contrée où la nature se montre plus généreuse. Enfin, une autre émotion est due à la découverte du Vésuve, dont la silhouette apparaît bientôt à l’horizon : ce n’est pas avec la curiosité du naturaliste que Meyer se prépare à en faire l’ascension, mais avec un enthousiasme qu’éprouvent à cette époque beaucoup de voyageurs.

2 L’auteur entreprend de démontrer la fausseté d’une opinion généralement répandue en Europe. Habilement, il commence par donner la parole à un personnage-type, le Romain éclairé : le jugement de celui-ci se veut nuancé et ne dénie pas tout mérite au pape, mais insiste finalement sur les graves erreurs de méthode qui condamnent les travaux à l’échec. Les observations de Meyer ne feront que ratifier ce jugement. L’auteur prévient ainsi les reproches qui pourraient lui être adressés : partialité — or il n’est pas seul à montrer les défauts de l’entreprise, manque d’information suffisante — s’il a traversé rapidement les Marais Pontins, ses remarques vérifient les conclusions des témoins compétents.

3 Traduction due à F. Villeneuve (Horace, Satires, Paris, Belles-Lettres, 1951).

4 L’allusion au voyage d’Horace apparaît dans presque toutes les relations. On se plaît à en retrouver les diverses étapes. Cf. Lalande : « La lecture des auteurs classiques, l’intérêt qu’ils nous font prendre aux lieux que ces gens ont habités, est une des choses qui augmentent le plus la curiosité et le plaisir d’un voyage en Italie. J’avois lu comme tout le monde la cinquième Satyre d’Horace, dans laquelle il décrit son voyage de Rome à Brindes, mais je ne pouvois prendre grand intérêt à cette géographie. C’est en allant de Rome à Naples que j’ai relu avec plaisir le voyage d’Horace... » (Op. cit., T. VI, p. 398).
Pour mieux, voir les Marais Pontins, Lalande ne se contente d’ailleurs pas, comme le fait Meyer, de les parcourir avec un voiturin : « Nous prîmes à Terracine, le P. Boscovich et moi, un bateau plat ou sandalo » (Ibid., p. 425) ; il peut ainsi remonter le cours de l’Uffente.

5 Les auberges deviennent rares au sud de Rome et n’offrent guère aux voyageurs que des sujets de plaintes. Au sud de Naples, elles sont à peu près inexistantes; les étrangers trouvent asile dans des couvents ou chez des particuliers, quand ils sont assez hardis pour s’aventurer dans ces régions qui ne figurent pas dans la plupart des guides.

6 Les voyageurs qui traversent ces contrées malsaines doivent éviter de s’endormir, surtout en plein air : telle est la principale précaution qu’il leur est recommandé d’observer. Certains se montrent sceptiques et pensent que d’autres causes doivent avoir un rôle plus déterminant — en particulier la constitution des individus — Rien n’est plus difficile que de ne pas s’endormir au cours d’un trajet aussi ennuyeux, estime K. Ph. Moritz ! Aussi entreprend-il de relire à son compagnon, outre le texte d’Horace, le passage de l’Odyssée relatant l’arrivée d’Ulysse chez Circé — puisque le Monte Circeo se profile à l’horizon (Op. cit., T. II, pp. 6-7).
Au cours de cette traversée, on ne s’attarde pas. Stolberg passe dans les Marais Pontins en septembre 1792, sans dommage, grâce, pense-t-il, à ce produit que les Français appellent « vinaigre aux quatre voleurs » et les Italiens « aceto dei sette ladri » — composé en partie de camphre et de vinaigre —. Il ajoute que de toute façon le péril est fort exagéré (Op. cit., T. IV, p. 304).

7 Dans les Etats de l’Eglise, les réformes sont appliquées avec trop peu de continuité pour pouvoir être efficaces, estiment la plupart des voyageurs. Ce sont toujours des vieillards qui montent sur le trône, ils règnent parfois bien peu de temps et chacun d’eux pense surtout à rendre sa gloire plus éclatante que celle de ses devanciers.

8 Cf. chapitre 7, notes 12 et 13.

9 Lalande, qui traverse les Marais Pontins avant le pontificat de Pie VI, est surpris par la mauvaise mine des pêcheurs : « Ils ont le teint verdâtre et les jambes enflées ; j’appris qu’ils étoient ordinairement cachectyques, sujets aux obstructions du mésentere et du foie... » (Op. cit., T. VI, p. 434).

10 Si, au début du chapitre, Meyer a consenti à reconnaître quelques mérites à Pie VI, la satire redevient par la suite impitoyable.

11 Plus d’un voyageur pense rêver, quand il arrive dans cette contrée qui lui apparaît comme un vrai paradis. Benkowitz, par une journée de novembre, la plus belle de son voyage, se croit plongé en pleine mythologie, dans le domaine des nymphes, des dryades et des satyres ; il se plaît à imaginer qu’il a retrouvé les temps heureux de l’antiquité, lorsque la terre et les hommes étaient encore dans toute leur jeunesse, et que Saturne régnait (Op cit, T. III, p. 177).

12 Le Vésuve est l’un des principaux attraits pour les voyageurs qui entreprennent le voyage de Naples : chacun espère bien être témoin d’une éruption !

Endnotes

* J’ai déjà publié une description des Marais Pontins dans la Berlinische Monatschrift (Octobre 1789) ; celle que je donne ici a été remaniée et presque deux fois plus développée.

Les écrivains antiques l’appelaient Appia viarum regina.

Livre I, Satire 53.

§ Cette localité se trouvait alors à l’endroit précis où la voie Appienne pénétrait dans les marais, beaucoup moins étendus à cette époque que de nos jours. S’il ne reste aucune trace de la ville, les « cabaretiers frippons » n’ont pas disparu, au contraire ils se sont multipliés dans les auberges de la région. Le seul moyen d’échapper à leurs filouteries est de s’entendre au préalable avec le vetturino pour les repas et le logement. Si l’on néglige cette précaution, on n’est pas mieux servi pour autant et l’on doit payer trois fois plus cher. Mais les cochers de louage ont coutume, comme cela va de soi, de conduire les étrangers dans les plus mauvaises auberges, qui conviennent à leur état de Diis minorum gentium.

** Moi aussi je dus mettre deux longues journées pour aller de Rome à Terracine, car mon vetturino était bien lent. De nos jours cependant, la via Pia n’a plus cette particularité d’être « moins fatigante à qui ne se presse pas », comme l’avait noté Horace pour la via Appia. Une malpropreté telle que les mots ne peuvent en donner une idée, dont le seul souvenir suffit à inspirer le dégoût, règne dans les auberges de cette contrée, dans les chambres, les lits — et à table5!

†† Le vin lui-même et toute autre boisson ne sauraient être consommés sans risque à notre époque. Malheur au voyageur qui ne s’est pas muni à Rome de boisson et de repas froids en prévision de ce voyage ! C’est en vain qu’il aspire à manger une bonne bouchée, à boire une goutte d’eau pure. Un plat de poissons qui sentent la vase du marécage, ou une assiette malpropre contenant des macaronis préparés avec une huile nauséabonde, du vin aigre ou de l’eau croupie — celle du marécage — voilà ce qu’on lui sert et qu’il doit payer bien cher.

‡‡ Les voyageurs avaient alors coutume de s’embarquer de nuit près de Forum Appii (peut-être y avait-il là un relais de poste pour la navigation) sur le grand canal d’Auguste qui longeait la route, ils descendaient ainsi, tirés par des mulets, jusqu’au temple de Feronia, où ils arrivaient le matin suivant.

§§ Il en est de même aujourd’hui encore. Le coassement des grenouilles est souvent dans nos régions un doux chant berceur ; ici, où leur grand nombre et leur proximité rendent si incommodes ces hôtes des marais, il ressemble au vacarme que ferait une écluse. Les mouches et moustiques y sont légion ! ils pénètrent par les fentes des volets de bois, en essaims si compacts qu’ils assombrissent l’air, et s’unissent à la vermine qui rampe et saute sur le sol, sur les murs et dans les lits, pour priver encore le malheureux de la dernière consolation à son triste sort, le sommeil. De nos jours, d’ailleurs, il est beaucoup plus dangereux qu’à l’époque d’Horace de dormir en cours de route dans cette région marécageuse, où l’air est devenu fort malsain. S’endormir au dehors, la nuit et pendant la saison chaude, serait aujourd’hui entrer dans le dernier sommeil. Quand je revins de Naples, à la mi-juin, mon voiturin se montra plein de sollicitude ; son principal souci était de venir fréquemment près de la voiture, à l’heure du crépuscule, pour me rappeler que je devais absolument éviter de m’endormir et me conter les accidents funestes dont, si souvent déjà, avaient été victimes ceux qui négligeaient cette précaution6.

*** La sonnerie de toutes les clochettes et de toutes les chaînes dont sont parés les mulets des voituriers romains, selon l’usage de la région, les paroles laconiques du vetturino et les jurons grossiers par lesquels il a coutume d’exciter ses bêtes, plutôt que d’utiliser le fouet, ses plates anecdotes de charretier, voilà de quoi il faut se contenter au lieu de dormir.

††† Le bosquet, le temple et la fontaine consacrés à cette déesse se trouvaient à trois mille pas de l’antique cité d’Anxur, au bas d’une colline dont le pied baignait dans le marécage. C’était une pieuse coutume des voyageurs que de visiter le bosquet et le temple, et de faire leurs ablutions à la fontaine sacrée. On pense avoir découvert la trace de cette dernière, mais le temple a disparu, l’histoire de cette déesse inconnue est tombée dans l’oubli. Terracine fut par la suite bâtie au pied de la montagne calcaire qui avait porté à son sommet l’antique Anxur.

‡‡‡ Cassiodore, L. II, Lettres 32 et 33.

§§§ Plusieurs Italiens ont fourni récemment dans ce domaine des plans tout à fait réalisables ; parmi eux se distinguent surtout Bolognini et Ximenes, car leurs projets sont aussi simples que peu coûteux dans leur ensemble.

**** De Archit., L. I, 4.

†††† Cette pensée n’est pas neuve, et il ne faudrait pas la croire incongrue à notre époque fertile en miracles. Pline parle déjà (XXVI, 4) d’une telle méthode magique pour assécher les Marais Pontine, et il est étrange en effet — tant de choses le sont dans cette entreprise — que pour prévenir les dégâts provoqués dans les nouveaux ouvrages par les fréquentes inondations, ou même pour accélérer les travaux, on ait été à Rome, contrairement à l’ordinaire, si peu prodigue en prières, demandes d’intercessions, sacrifices et processions en l’honneur des saints, particulièrement de ceux qui doivent à Pie VI leur auréole. Un seul miracle bien efficace, semblable par exemple à ceux que saint Benoît Labre répandait alors avec une telle libéralité, aurait pu, en vérité, épargner au Trésor pontifical toujours indigent des sommes considérables ; il en aurait bien besoin actuellement, ne serait-ce que pour réparer les dégâts dus aux inondations10.

‡‡‡‡ Parmi bien d’autres, Pline, L. I, ch. 5 et Florus, L. I, ch. 16.

§§§§ Florus, op. cit.

***** Tite-Live, L. XXIII, ch. 18.

List of illustrations

Caption Fig. 16. Pie VI visitant les travaux d’assainissement des Marais Pontins. Planche illustrant les Fasti del S. P. Pio VI publié en 1804 par Gian Battista Tavanti. Rome, Biblioteca Casanatense (Cl. M. Vivarelli). Cf. p. 159-160.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3148/img-1.jpg
File image/jpeg, 461k
Caption Fig. 17. Carlo Antonini, d’après Francesco De Capo, Le relais de poste de Bocca di Fiume le long de la via Appia. Planche accompagnant la Pianta delle Paludi Pontine publiée pendant le pontificat de Pie VI. Rome, Biblioteca Casanatense (Cl. M. Vivarelli). A gauche de la via Appia on aperçoit le canal de la Linea Pia. Cf. p. 170.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3148/img-2.jpg
File image/jpeg, 380k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.

Buy