Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 14. Albano - Nemi1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre réunit deux tendances entre lesquelles la relation de voyage s'efforcera de plus en pl (...)

1La situation et les ruines d’Albano suscitent entre les antiquaires des querelles qui se poursuivront éternellement, sans pouvoir apporter de réponse satisfaisante à ces questions insolubles : dans quelle partie de cette contrée Ascagne avait-il fondé Alba Longa ? L’actuel Albano doit-il son origine à une ville romaine du même nom, ou aux ruines de la villa du grand Pompée ? et encore : les vestiges situés à l’entrée de la petite ville et semblables à une tour de guet médiévale sont-ils le tombeau d’Ascagne ou de Claude, qui mourut victime d’un assassinat ? Quel fut le Romain héroïque dont les restes reposaient sous le tombeau dit des Horaces, au delà d’Albano ? ces recherches par trop subtiles, d’autres encore qui sont du même ordre et tout aussi vaines, portant sur des objets que le temps a dérobés à l’oeil des mortels, le pédantisme avec lequel les antiquaires prétendent trancher de tels problèmes, tout cela vient troubler les joies plus douces prodiguées par la nature dans ces heureux pays où elle invite à jouir de l’heure présente.

  • 2 Cf. Goethe : « ...Je suis allé avec Angelica Kauffmann chez l’Anglais Moore, un paysagiste... » (O (...)

2Le lac d’Albano n’a pas une très grande étendue, mais ses rives pittoresques sont pleines d’attraits. L’oeil peut en voir à la fois tout le contour et en découvrir les diverses beautés. Sa forme est irrégulière. De riantes collines l’environnent, entre lesquelles apparaissent les masses de quelques rochers escarpés ; elles produisent un vin que les Romains estimaient à l’égal du Falerne. La nuance verdâtre des eaux, la brume du soir qui s’élevait sur le lac et sur ses rives montueuses comme une vapeur bleuâtre donnaient à ce tableau une couleur dont il est impossible de décrire la douceur et l’harmonie. Jamais le lac ne paraît plus enchanteur qu’à la fin du jour ; le Monte Cavo, situé au delà de la rive opposée, y reflète alors sa pyramide embrasée par les rayons du soleil couchant ; la légère brume du soir flotte sur les eaux et au pied des collines, encore à demi éclairées quand l’astre avant de disparaître y jette une dernière lueur. Pendant leur séjour à Rome, Hackert et le grand paysagiste anglais Moore l’ont souvent peint à cette heure privilégiée2.

  • 3 Les mêmes données se trouvent, sous une forme presque analogue, dans le guide de Lalande.

3A l’arrière-plan de ce paysage, dominant le lac et ses collines, s’élève la pyramide majestueuse du Mons Albanus, aujourd’hui Monte Cavo. Il était consacré à Jupiter, protecteur du Latium. C’est là qu’étaient célébrées chaque année les fêtes fédérales des peuples du Latium — feriae latinae — les généraux revenus vainqueurs apportaient au temple les prémices de leur victoire3. Quel lieu eût été aussi digne du maître des dieux, qui avait sous sa protection tout le pays situé au pied de cette montagne ! Edifié au sommet, le grand temple dominait ce vaste paysage. Quand on commençait les sacrifices, les peuples de la vallée voyaient s’élever en tourbillons la fumée de feu rituel. On trouve encore sur la pente, outre quelques fragments de colonnes, des restes de la voie triomphale qui conduisait au temple de Jupiter. Le sol de cette contrée est formé de matières volcaniques, et si les lacs d’Albano et de Nemi ont la forme de cratères, c’est qu’ils occupent les bouches d’anciens volcans, jadis redoutables, dont l’histoire se perd dans la nuit des temps. Les bords enchanteurs de ces lacs permettent d’oublier les images d’épouvante que suscite un tel souvenir.

  • * Géorgiques, II, v. 191.

4Castel Gandolfo, situé sur le sommet de l’une des collines qui entourent le lac, fut autrefois la résidence favorite du noble Ganga-nelli ; de là, une très belle route conduit à Albano, puis à une haute allée de chênes majesteux, nommée la Galleria, qui aboutit à la villa Barberini, bâtie sur les ruines de la villa de l’empereur Domitien. Jamais je n’ai vu des chênes plusieurs fois centenaires — ces arbres sont l’image de l’homme quand il a conservé dans sa vieillesse la plénitude de ses forces — ayant une taille si développée, tant de santé et de vigueur que dans la région d’Albano et de Nemi, et particulièrement dans la majestueuse allée de la villa Barberini. Les paysagistes de Rome en font leurs modèles de prédilection et la sublime description de Virgile* convient à chacun de ces arbres superbes.

Fig. 15. Daniel Berger, d’après Johann August Arens, Voûte souterraine de la « villa de Mécène » à Tivoli. Planche gravée illustrant le frontispice de l’édition originale des « Darstellungen aus Italien » de F. J. L. Meyer (Cl. Bibliotheca Hertziana). Cf. p. 140-141. La « villa de Mécène » est en réalité le sanctuaire dédié à Hercule vainqueur.

5Le chêne de Jupiter, « dont la tête est aussi voisine des régions de l’éther que de ses racines il s’étend vers le Tartare. Aussi ni les hivers, ni les coups de vent, ni les averses ne le déracinent ; il demeure inébranlable et triomphe par sa durée de bien des postérités, de bien des générations d’hommes qu’il voit se dérouler. Lui étend au loin ses rameaux et de çà et de là ses bras vigoureux, et au centre son tronc soutient un dôme énorme d’ombrage ».

  • 4 Cf. Lalande : « ... dans l’état où il est, ses ruines qui se confondent avec les ronces, sont d’un (...)
  • 5 « Venuti croit que c’est (le tombeau) du grand Pompée ; ce sentiment est bien plus probable » (Lal (...)
  • 6 Cette notation est intéressante, car elle apporte encore une précision sur ce que représente le pi (...)

6Au delà d’Albano, près de la route qui mène à La Riccia, on remarque, devant la porte d’enceinte, le tombeau des Horaces. Ce grand ouvrage de maçonnerie, en forme de carré, était autrefois surmonté de cinq tours dont deux subsistent encore aujourd’hui. Sur le pourtour et à la partie supérieure du monument croissent des broussailles, et ces vestiges, ainsi revêtus par le temps d’une végétation désordonnée, offrent un aspect pittoresque que l’art lui-même ne pouvait leur donner à l’origine4. La tradition défendue par les antiquaires veut voir là le tombeau de ces nobles héros que furent les Horaces et les Curiaces, mais elle se trouve en contradiction sur divers points avec les textes des historiens anciens, qu’il s’agisse des lieux occupés par les camps des Romains et des Albains, de celui où le combat commença entre ces héros et se poursuivit sans trêve, de ceux enfin où les combattants tombèrent l’un après l’autre et où chacun fut inhumé à l’endroit même de sa chute. Certains, qui ne veulent pas laisser sans attribution ces ruines, les considèrent avec plus de vraisemblance comme le tombeau de la famille du grand Pompée, qui avait ici sa villa Albanum5. Lorsque ses cendres furent revenues d’Egypte, son épouse Cornélia leur donna une sépulture dans cette villa, et le style égyptien des ruines ne contredit pas l’opinion selon laquelle son tombeau se trouverait ici. Non loin de là, on est surpris de découvrir un ermitage situé à quelque distance de la route et profondément enfoui dans le sombre fourré. J’y arrivai de grand matin, par un temps radieux. Devant la porte, le vénérable ermite savourait la fraîcheur de l’air matinal. Les premiers rayons du soleil levant éclairaient le beau paysage des environs. L’ermitage, à demi caché dans les broussailles, avec, sur les marches de l’entrée, la silhouette grise de son occupant, venait compléter le tableau offert par cette contrée, qui produit un effet si grandiose et si pittoresque6.

  • 7 C’est l’état de grâce par excellence, tel que le conçoit Meyer. Si la traduction de Vanderbourg n’ (...)
  • Pline, L, VIII, lettre 248.
  • 8 Traduction due à A. M. Guillemin (Pline, Lettres, Paris, Belles-Lettres, 1947).

7L’actuelle La Riccia est la ville antique d’Aricia, sur la via Appia, l’étape « modeste » où Horace passa la première nuit de son voyage à Brindes. Ce lieu se distingue par sa belle position et par la rotonde qu’y construisit le Bernin dans sa manière si élégante. Ici le chemin tourne à nouveau, traverse un bois de chênes toujours frais et ombragé, même à l’heure brûlante de midi, et conduit aux rives du lac d’Albano et à un couvent de capucins. Je vis se reposer à l’ombre des chênes un troupeau de taureaux blancs aux longues cornes recourbées. Cette forêt offrait aux voyageurs un spectacle enchanteur sur le lac d’Albano et ses pittoresque rivages, et le réconfort de sa fraîcheur à l’heure la plus brûlante du jour. Un moine sortit du couvent et nous invita à en visiter le jardin. La position de celui-ci, les perspectives que l’on y découvre depuis les terrasses orientées vers divers points de l’horizon, ont une beauté grandiose. Ici, à l’ombre de grands chênes, une source claire comme le cristal coule avec un doux murmure ; la forêt borne la vue et laisse à peine une échappée sur le lac. Ailleurs on domine une vaste plaine de l’ancien Latium, qui fut dans l’antiquité le théâtre de tant d’actions glorieuses ! Le regard se promène sans obstacle sur cette terre classique jusqu’au vaste horizon de la mer. A droite, la vue s’arrête sur les hauteurs de Rome. Derrière elles se trouve le pays des Sabins et le Soracte toujours couronné de nuages. Que de grandeur offre ce spectacle ! Comme il invite aux méditations les plus graves et fait revivre dans la mémoire les scènes du passé ! Nulle part ailleurs dans les environs de Rome ces images sublimes ne s’imposèrent à moi en si grand nombre et avec un tel pouvoir d’illusion ; jamais il ne me fut donné de goûter une heure aussi sereine, aussi solitaire que celle-là7. Celui qui contemple avec recueillement cette contrée fameuse voit affluer des souvenirs bien précis et confirmés par l’histoire : ceux d’un éclat qui ne put jamais être atteint une seconde fois au cours des siècles, ceux des hauts faits par où s’illustrèrent jadis les habitants du Latium ; et aussi des notions plus vagues, puisées dans l’histoire la plus reculée et mêlées à des fables, mais qui ne démentent pas ce grand caractère par où se distingue l’antiquité : tout cela invite l’âme à des réflexions graves et solennelles. L’histoire parle, et pour porter témoignage de ce qu’elle rapporte, voici devant nous les monuments de la Rome antique et de ses environs ! Ces monuments sont détruits, mais leurs vénérables ruines attestent encore la supériorité de ceux qui les édifièrent. Les temps modernes n’ont produit que des imitateurs et non des hommes capables de créer de telles oeuvres. Tous ces objets sublimes démontrent la même vérité, qui émeut profondément l’observateur philosophe, qui réduit au silence les sceptiques assez hardis pour contester les hauts faits de ces époques lointaines ou les orgueilleux panégyristes des temps modernes : la grandeur à laquelle, en l’espace si court de quelques générations, sut s’élever l’illustre peuple de Rome, n’a jamais pu être atteinte au cours des siècles suivants. Cette exhortation du noble Pline8 nous concerne aussi, nous, les descendants de ces Germains qui vainquirent les légions romaines : « Respectez leur ancienne gloire et jusqu’à cette vieillesse qui est vénérable dans l’homme et sacrée dans les villes. Qu’auprès de vous soient en honneur l’antiquité, en honneur les grandes actions, en honneur même les légendes ! (...) Ayez devant les yeux que cette terre est celle d’où nous est venu notre droit, qui nous a donné nos lois, non après nous avoir vaincus, mais sur notre demande ». Un capucin du couvent, vêtu d’un froc malpropre, vint nous offrir pour collation du pain, du vin et des figues, m’arrachant ainsi à mes méditations sur le passé et aux charmes de la rêverie qu’elles avaient suscitée.

  • 9 Clément XIV (Ganganelli), pape de 1769 à 1774, abolit l’ordre des Jésuites.

8Ganganelli avait une prédilection pour la région d’Albano. Quand il fut pape ; il se fit construire un oratoire dans la partie située à l’est de ce jardin ; il y venait souvent, lorsqu’il se trouvait à son palais d’été de Castel Gandolfo, pour s’élever par la prière jusqu’à Celui auprès duquel il ne devait pas tarder à se rendre. Devant ce sanctuaire de la piété, on éprouve une profonde sympathie pour la destinée du noble prince infortuné, qui fut victime de la politique temporelle et du courage qu’il avait témoigné en combattant l’hydre redoutable du jésuitisme9.

  • 10 La supériorité des Romains en tant que bâtisseurs, dont il a été question à la page précédente, es (...)
  • 11 Philipp Hackert (1737-1807) était considéré par ses compatriotes comme le plus grand peintre de pa (...)

9Un sentier difficile, mais qui dédommage le promeneur de ses peines en lui offrant sur le lac d’Albano les vues les plus romantiques, descend jusqu’au canal percé dans le rocher (Emissario) par où s’écoulent les eaux du lac quand elles atteignent une certaine hauteur. Cet ouvrage, un des plus grandioses et des plus dignes d’admiration que nous ait légués l’antiquité la plus reculée, fut réalisé quatre cents ans avant notre ère10. Aujourd’hui encore, après vingt-deux siècles, il n’a rien perdu de sa robustesse ou de son utilité ! Le lac d’Albano, grossi par une crue exceptionnelle, menaçait d’inonder Rome et tout le pays des environs. On interrogea l’oracle de Delphes : il ordonna de faire écouler les eaux du lac dans la plaine de Rome et promit qu’à cette condition les Romains seraient enfin maîtres de Veti, ville devant laquelle ils soutenaient un siège depuis dix ans. En peu de temps, cet ouvrage prodigieux fut exécuté avec un art qui paraît inconcevable de nos jours et prouve quelles profondes connaissances les anciens avaient acquises de l’architecture hydraulique. Il a fallu pratiquer dans les rochers de la rive une voûte de six pieds, large de trois ; les eaux s’y écoulent sur une distance de trois mille sept cents pas. A leur sortie, elles font tourner quelques moulins, puis vont arroser l’aride plaine de Rome. Telle était l’intention contenue dans le sage oracle du dieu de Delphes. L’entrée du canal, avec sa haute voûte percée dans le roc, a un caractère de grandeur majestueuse. Le gardien abandonna au courant, sous l’arche du canal, quelques lumières fixées à de petites planchettes de bois. Pendant une cinquantaine de pas, elles éclairèrent l’intérieur de la voûte et en révélèrent ainsi la belle structure, puis elles atteignirent l’endroit où l’eau tombe à un niveau plus bas et s’éteignirent. Non loin de l’entrée de l’émissaire, on voit dans les rochers des restes de grottes et de bains considérables. Ces installations étaient jadis consacrées aux nymphes du lac et leur fraîcheur réconfortait les habitants des rives. Le crépuscule descendait sur le lac quand je remontai la colline, et j’eus peine, à travers le beau labyrinthe des buissons qui les couronnent, à trouver mon chemin pour regagner la demeure hospitalière de Hackert11. L’artiste se consacrait alors à un tableau destiné à l’impératrice de Russie, ayant pour sujet un clair de lune sur les environs du Ponte Molle, près de Rome. L’effet recherché dans une telle oeuvre ne peut être obtenu que si le peintre travaille à la lumière artificielle.

  • Je ne sais si cette description du procédé employé par Hackert pour obtenir un effet de clair de l (...)
  • 12 Stolberg rend visite au peintre dans sa maison de Naples, en février 1792, et déclare qu’un amateu (...)

10Rien ne peut surpasser l’illusion de vérité que produit cette manière encore peu connue de représenter le clair de lune ; M. Philippe Hackert en est l’inventeur. Le paysage proprement dit est d’abord peint sur du papier, à la détrempe ; on découpe ensuite séparément les grandes masses pleines qui doivent y figurer, telles que les montagnes, les fabriques, les vaisseaux etc., on les colore et on les colle sur ce papier. Les parties de l’eau qui doivent réfléchir avec le plus d’intensité les rayons de lune sont grattées au couteau jusqu’à ce que le papier soit devenu très mince et les autres endroits du paysage, plus ou moins éclairés, sont enduits d’une liqueur spiritueuse et transparente. Tout le reste est coloré, sauf les endroits réservés aux effets de lumière et le disque de la lune, qui restent entièrement blancs. On colle alors toute la feuille, par son côté coloré, sur du papier blanc très fin où l’on découpe seulement le disque de la lune. Puis on place le morceau ainsi préparé entre les deux glaces d’une boîte spécialement construite à cet effet, ayant les mêmes dimensions que la peinture et très bien fermée, de sorte que la lumière des lampes suspendues à l’intérieur ne perce pas au dehors et concentre ses effets sur le tableau. On fixe une de ces lampes derrière le disque de la lune et la seconde derrière l’endroit du paysage que ses rayons éclairent le plus fortement. Tout l’art du plus grand paysagiste ne saurait produire sur la toile un effet semblable à celui que permet d’obtenir un mécanisme si simple ; on ne peut se faire une idée précise de sa beauté qu’en le voyant. Le contraste entre la lumière de la lune et les zones d’ombre réparties dans un paysage calme et solitaire, la couleur chaude des objets les plus proches, le dégradé insensible des lointains, l’éclat frémissant des rayons reflétés par la mer ou par un ruisseau, le bord argenté des nuages groupés autour de l’astre — quelle vérité dans tout cela, quelle puissance d’illusion ! — Hackert avait placé au-dessus de la porte de son cabinet l’un de ces paysages éclairés par la lune. Le soir, le tableau recevait seul la lumière, tandis que la pièce restait dans l’ombre. Assis en cercle autour de lui, les assistants jouissaient en silence de ce spectacle enchanteur et sentaient monter en eux ce doux sentiment de mélancolie que les mots ne sauraient exprimer12.

  • § « Némus Dianae ».
  • 13 Petite scène idyllique dont le voyageur souligne le caractère exceptionnel et qui l’amène à introd (...)

11Le chemin qui mène au bois de Diane, près de Nemi§, et au lac consacré à la déesse de la nuit, passe par une agréable vallée, à demi entourée de rochers dénudés et de montagnes verdoyantes. De la grand-route qui, entre Albano et Gensano, occupe une position élevée, on découvre une campagne très fertile. A mon passage, j’y vis les paysans occupés à la récolte du chanvre et aux travaux dans les vignes ; ailleurs, de nombreux troupeaux aux robes de couleurs variées paissaient dans les prairies. Aimable spectacle, bien rare dans les Etats de l’Eglise, où les champs et les prairies également déserts ne rappellent que trop souvent comme le peuple des campagnes est opprimé et misérable, quelle décadence connaît ce pays qui fut fertile entre tous ! J’oubliais ces tristes observations dans cette riche vallée. En voyant la joie des paysans, on pouvait d’abord croire qu’ils célébraient une fête champêtre, mais les hommes et les femmes chantaient parce qu’ils récoltaient le chanvre et le lin pour eux et leurs enfants, puis ils rentraient gaiement avec leurs charrettes pleines. Cette allégresse ne règne pas chez le paysan à l’époque de la moisson ; car alors, il n’espère pas retirer de son labeur le moindre profit pour lui et ses enfants. Le malheureux ne moissonne que pour la chambre pontificale, pour ses tyrans qui engloutissent les fruits de son travail et trafiquent de sa sueur13.

  • 14 « Le beau lac de Nemi qu’aucun souffle ne ride » n’a pas attendu le poète pour symboliser la trans (...)
  • ** « Speculum Dianae ».
  • †† P.M.S. A nobis, quorum hic cineres atque ossa videntur, disce homo, quicumque es, nascere - quid si (...)

12En approchant de Gensano, on commence à découvrir le beau lac de Nemi. Sa forme ovale, les collines boisées et assez peu élevées qui l’entourent lui donnent l’aspect d’un cratère. Il n’est pas aussi grand que le lac d’Albano, ses rives sont moins fertiles, ses collines aux formes moins variées ne présentent pas des aspects si pittoresques ; mais il doit son charme subtil à l’harmonieuse simplicité de son contour, au caractère aimable et paisible de la contrée. Il est l’image d’une âme pure et sereine par l’immobilité apparente de ses eaux que nulle tempête ne vient agiter14. Cette originalité n’avait point échappé aux Anciens ; ils donnèrent à ce lac un caractère sacré en le rattachant à leurs mythes. Ils l’appelaient le « miroir de Diane »**. Le temple de la déesse s’élevait sur ses bords, elle y avait son bois sacré, la grande forêt de chênes qui entoure le lac. On n’a jamais pu prouver si Oreste et Iphigénie, ayant fui la Tauride, avaient apporté ici la statue de Diane, si, pour sacrifier à la déesse inexorable, le sang humain avait été répandu sur ces paisibles bords comme sur les rivages inhospitaliers de la Scythie. Il est plus vraisemblable de penser — à supposer que la statue soit bien venue ici — qu'Oreste lui vouait un culte plus pacifique et ne souillait point par de tels sacrifices le temple et les autels qu’il lui avait élevés en ce lieu. Les sources qui jaillissent sur les rives étaient consacrées aux Muses et aux Nymphes. On voit encore au pied des collines quelques restes de l’ancienne voie sacrée qui conduisait au temple de Diane, mais aucun vestige n’indique plus l’emplacement de celui-ci. La plus belle vue sur le lac, ses rivages et toute la contrée qui s’étend jusqu’à la mer s’offre depuis le jardin des capucins, situé près de Nemi, sur la crête des collines, avec ses allées en berceau et les groupes si pittoresques formés par le cyprès et les pins. D’ici, comme du couvent d’Albano — et ce sont des couvents qui permettent de voir l’antique Latium ! — on découvre une vaste plaine du Latium. On y voit les ruines de Lavinium, la première ville fondée par Enée à l’endroit même où il avait débarqué ; celles de Lanuvium, avec le temple jadis dédié à Junon conservatrice ; celles d’Ardea, capitale des Rutules. Les religieux de Nemi se montrèrent moins discrets que ceux d’Albano. Quelque chemin que je prisse, je rencontrais toujours de ces moines malpropres qui m’accablaient de leurs ennuyeux bavardages et me contaient d’interminables légendes de saints. Je priai ces fâcheux de me laisser jouir de la paix et de la solitude et fus exaucé quand je leur donnai quelque argent ; je revins alors sous les cyprès pour aller contempler à loisir le tableau grandiose offert par ce pays qui fut celui des anciens Romains. Je sentis renaître les sentiments que j’avais éprouvés sur la terrasse du jardin d’Albano, ils étaient dus aux mêmes causes. Là-bas, un moine mendiant au froc malpropre était venu troubler mes méditations — ici, ce fut le spectacle inattendu d’un ossuaire qui portait cette inscription composée en latin d’église :††

13Aux Mânes pieux.

14Apprends de nous, dont tu vois ici les os et les cendres, ô homme, qui que tu sois, à connaîtrece qu’est l’homme.

  • 15 Après le passage documentaire consacré au lac de Nemi, l’accent d’autobiographie domine à la fin d (...)

15Cette austère exhortation des morts, par laquelle un ossuaire rappelait au passant l’inéluctable instabilité de toute chose, fit prendre un autre cours à mes sentiments. Je quittai l’ombre des cyprès, puis le couvent, et j’écoutai même avec plus d’indulgence le moine qui, au moment où je pris congé, me donna encore à méditer quelques grossiers miracles du bienheureux Benoît Labre15.

Notes

1 Ce chapitre réunit deux tendances entre lesquelles la relation de voyage s'efforcera de plus en plus de choisir, les précisions documentaires et les confidences personnelles ; il surprend ainsi par son caractère hybride : proche d’un guide par la place qu’il accorde à certains renseignements, il est, à d’autres égards, un des plus originaux de l’ouvrage.
Plusieurs fois déjà, Meyer a fait allusion aux stériles recherches des antiquaires : à quoi bon tant de querelles quand il est impossible de prouver l’origine de telle ville, l’identification attribuée à telle ruine ? Ces querelles sont aussi vaines que celles des moines, citées au chapitre précédent. L’essentiel est ailleurs, dans la contemplation de la nature, la jouissance de l’heure présente. Cette dernière formule est vague et garde toujours pour le lecteur une certaine résonance épicurienne, mais le chapitre permet de préciser ce que Meyer entend par là. Jouir de l’heure présente, c’est admirer les beaux paysages de l’Italie, la lumière changeante reflétée par les eaux, la nuance impossible à décrire d’une vapeur légère ; c’est aussi se laisser envahir par la paix qu’apporte la contemplation d’une certaine beauté (p. 152) ou par la mélancolie (p. 156), s’abandonner à une rêverie inspirée par la grandeur romaine à son apogée. Quelle déception quand cette rêverie est interrompue par un moine, vivante preuve, selon Meyer, de la décadence actuelle ; quel retour brutal aux limites de la condition humaine quand, au détour d’une allée, dans un beau jardin, un monument vient rappeler l’inéluctable loi : memento mori...

2 Cf. Goethe : « ...Je suis allé avec Angelica Kauffmann chez l’Anglais Moore, un paysagiste... » (Op. cit., T. II, p. 673).

3 Les mêmes données se trouvent, sous une forme presque analogue, dans le guide de Lalande.

4 Cf. Lalande : « ... dans l’état où il est, ses ruines qui se confondent avec les ronces, sont d’un pittoresque admirable » (Op. cit., T. VI, p. 362).

5 « Venuti croit que c’est (le tombeau) du grand Pompée ; ce sentiment est bien plus probable » (Lalande, Op. cit., T. VI, p. 360).

6 Cette notation est intéressante, car elle apporte encore une précision sur ce que représente le pittoresque à cette époque. Il est évident, quand on lit les Salons de Diderot, qu’un tableau ne se réduit pas à « une surface plane, couverte de couleurs en un certain ordre assemblées », selon la définition que donnera Maurice Denis un siècle plus tard ; l’homme sensible n’y cherche pas un intérêt purement visuel. Nous avons souligné à diverses reprises l’importance des ruines, qui invitent le spectateur à méditer sur la fragilité des choses humaines ; de même ici, la présence de l’ermite introduit un élément sentimental dont l’importance ne doit pas être négligée. On sait d’ailleurs qu’à cette époque où la peinture de paysage est encore considérée comme un genre inférieur par rapport aux tableaux d’histoire et aux portraits, la plupart des paysagistes ne manquent pas, pour leur donner plus de dignité, d’introduire dans leurs oeuvres la présence de l’homme par un biais quelconque : scène de genre, scène biblique ou mythologique...

7 C’est l’état de grâce par excellence, tel que le conçoit Meyer. Si la traduction de Vanderbourg n’est pas rigoureusement fidèle à la lettre du texte, elle semble exprimer mieux encore les sentiments éprouvés par le voyageur : « Aucune heure de ma vie ne me donna des jouissances plus complètes, ne fut plus entièrement à moi » (pp. 271-72).
La méditation de Meyer devant le lac d’Albano ne ressemble pas aux rêveries de Rousseau à l’île Saint-Pierre ; les souvenirs de la Rome antique y ont un rôle prépondérant.

8 Traduction due à A. M. Guillemin (Pline, Lettres, Paris, Belles-Lettres, 1947).

9 Clément XIV (Ganganelli), pape de 1769 à 1774, abolit l’ordre des Jésuites.

10 La supériorité des Romains en tant que bâtisseurs, dont il a été question à la page précédente, est illustrée par l’émissaire du lac d’Albano. Il suscite l’admiration des voyageurs : « Cet ouvrage fait bien voir qu’on savait dès lors l’architecture hydraulique et le nivellement » (Lalande, op. cit., T. VI, p. 368). A propos de cet émissaire, Lalande rappelle les observations faites par Piranèse (Antichità d’Albano e di Castel-Gandolfo ecc., Roma, 1762-64) ; on sait que l’artiste, blessé dans son patriotisme, voulut réagir contre la vogue de l’hellénisme et affirmer l’origine purement italienne des influences subies par les Romains : « Il étoit persuadé que les Romains avoient excellé dans l’architecture, et qu’ils ne l’avoient point reçue des Grecs ; mais les Etrusques s’étoient déjà distingués par des constructions qui étoient d’un style noble et d’une belle simplicité, et les Romains ont pu y apprendre l’architecture avant que d’être en relation avec les Grecs » (Lalande, Ibid, pp. 368-9).

11 Philipp Hackert (1737-1807) était considéré par ses compatriotes comme le plus grand peintre de paysage ; la postérité n’a pas ratifié ce jugement. Il fut nommé en 1786 peintre officiel du roi de Naples. Goethe, qui le connut personnellement lors de son voyage en Italie, écrivit sa biographie.

12 Stolberg rend visite au peintre dans sa maison de Naples, en février 1792, et déclare qu’un amateur s’y trouve dans son véritable élément. Comme Meyer, il admire tout particulièrement un clair de lune sur la mer, placé au-dessus de la porte dans la chambre de Hackert : le pouvoir d’illusion de cette oeuvre lui semble remarquable, surtout lorsque la pièce est plongée dans l’obscurité, l’antichambre seule demeurant éclairée : l’astre paraît alors si clair que les objets situés dans la chambre projettent des ombres, on croit voir, dans le tableau, la mer scintiller sous les rayons de lune ! Quelle douceur ce doit être, pense Stolberg, de s’endormir en laissant errer ses regards sur un tel spectacle ! (Op. cit., T. II, p. 312).
Il y a déjà une note très romantique dans ce goût des clairs de lune et de la mélancolie inspirée par la nature ou les oeuvres d’art.

13 Petite scène idyllique dont le voyageur souligne le caractère exceptionnel et qui l’amène à introduire une nouvelle attaque contre le gouvernement pontifical.

14 « Le beau lac de Nemi qu’aucun souffle ne ride » n’a pas attendu le poète pour symboliser la transparence d’une âme pure...

15 Après le passage documentaire consacré au lac de Nemi, l’accent d’autobiographie domine à la fin du chapitre. Les rêveries heureuses, l’invitation à jouir de l’heure présente sont brusquement oubliées et le voyageur doit quitter le beau jardin qui a perdu ses charmes.

Notes de fin

* Géorgiques, II, v. 191.

Pline, L, VIII, lettre 248.

Je ne sais si cette description du procédé employé par Hackert pour obtenir un effet de clair de lune peut donner au profane une idée de ce qu’il est, et si des artistes plus familiarisés avec le mécanisme de ce travail la trouveront absolument exacte. A l’époque de mon voyage, il s’agissait d’une découverte récente et encore tenue secrète, et quand on observe les oeuvres ainsi réalisées, on ne peut comprendre parfaitement la manière dont elles sont exécutées. Cette façon de peindre un tableau n’a du reste rien à voir avec les amusements frivoles que procurent les boîtes d’optique, comme on pourrait peut-être le croire d’après les diverses phases du travail mentionnées ici ; il s’agit bien d’une véritable oeuvre d’art : il suffit pour s’en convaincre d’observer ces beaux ouvrages et de se rappeler avant tout que Hackert en eut l’idée et s’y consacra durant les heures du soir. Un de ces tableaux, large de trois à quatre pieds, lui fut payé deux cents sequins par le grand-duc. Je dois au peintre Nesselthaler trois ouvrages semblables, plus petits, mais où l’effet n’est pas moins beau : une vue du Golfe de Naples et du Vésuve en repos, avec sa colonne de fumée montant vers la lune ; le même golfe pendant une tempête nocturne ; un paysage solitaire où des arbres créent une zone d’ombre et que traverse un ruisseau arrosant une prairie.

§ « Némus Dianae ».

** « Speculum Dianae ».

†† P.M.S. A nobis, quorum hic cineres atque ossa videntur, disce homo, quicumque es, nascere - quid sit homo.

Table des illustrations

Légende Fig. 15. Daniel Berger, d’après Johann August Arens, Voûte souterraine de la « villa de Mécène » à Tivoli. Planche gravée illustrant le frontispice de l’édition originale des « Darstellungen aus Italien » de F. J. L. Meyer (Cl. Bibliotheca Hertziana). Cf. p. 140-141. La « villa de Mécène » est en réalité le sanctuaire dédié à Hercule vainqueur.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 665k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.